Archive pour le Tag 'courbe'

Hollande : une fondation pour inverser la courbe du chômage !

Hollande : une fondation pour inverser la courbe du chômage !

 

 

 

Authentique François Hollande a créé sa fondation pour moderniser la France et veut contribuer aussi à inverser la courbe du chômage. En fait,  il s’agit d’une toute petite structure de huit personnes pour continuer d’exister politiquement sachant qu’il ne sait pas faire autre chose que de la politique. Il veut se donner le droit de commenter la politique du gouvernement. Ce qu’il a commencé déjà à faire. On voit mal quel pourrait être sa contribution positive et significative avec sa petite boutique de huit personnes alors qu’il n’a pas été capable de faire évoluer ni le parti socialiste quand il en était le premier secrétaire, ni la France quand il en était président. Interrogé lors du compte rendu du conseil des ministres sur les commentaires de François Hollande, le porte-parole du gouvernement l’a jugé « libre de s’exprimer », de « vouloir éclairer les Français, commenter l’actualité présidentielle et de créer des activités. » Remarque cinglante de Christophe Castaner. »Je l’invite à prendre le temps aussi de faire le bilan des cinq ans de son engagement au sommet de l’Etat », A deux reprises cet été, l’ancien président est sorti de sa réserve pour vanter le bilan économique de son quinquennat, mettant en garde son successeur contre la tentation de faire subir aux Français des « sacrifices inutiles » alors que la croissance revient. »Lorsque je considérerai qu’il y a des commentaires à faire, des leçons à tirer ou des propositions à faire, je prendrai la parole », a-t-il dit à la presse devant la Station F à Paris, siège de sa fondation « La France s’engage ». »Et ce sera un moment qui devra être particulièrement bien choisi pour qu’il puisse être utile à la France, et où je pourrai m’exprimer longuement », a-t-il ajouté. Interrogé sur les cinq ordonnances de la réforme du Travail, contestée par une partie de la gauche et des syndicats, François Hollande s’est contenté de prôner « l’équilibre ». »Les entreprises, on en a besoin. On a besoin qu’elles créent de la richesse, qu’elles créent de l’emploi, mais ça doit se faire dans un cadre équilibré », a-t-il dit. « Et c’est ainsi que j’analyserai, le moment venu, les ordonnances». François Hollande, qui dirigea le Parti socialiste 11 ans durant avant d’accéder à l’Elysée, a dit en outre son souhait de « faire en sorte que l’idée socialiste puisse y être portée » par un « parti fort », citant « la justice, l’égalité, la redistribution, la création de richesses. »Un message qui montre le désir de l’ex-président de faire entendre sa voix dans un pays où l’exécutif est considéré comme trop libéral par une partie de la gauche, le PS divisé et inaudible et l’opposition dominée par le discours radical de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

L’inversion de la courbe du chômage réalisée ?

L’inversion de la courbe du chômage réalisée ?

 

Avec Sarkozy, on était à un taux de chômage de 9,7 ;  à la fin du mandat de François Hollande,  on serait revenue à 9,6 %. Un écart infime d’autant que l’évaluation du chômage est relativement approximative. Notamment du fait de ce que l’on nomme le « Halo du chômage ». L’Insee reconnaît ne pas prendre le halo dans sa définition du chômage et le calculer de manière séparé. Il regroupe des personnes en situation de travail occasionnel ou de sous-emploi mais aussi des individus classés comme « inactifs » non disponibles pour travailler dans les deux semaines suivant une offre de travail ou car ils ne recherchent pas d’emploi de manière active. Ce halo est en augmentation constante avec plus de 20.000 personnes en plus au premier trimestre 2017 et 58.000 sur un an. Il n’a pas cessé d’augmenter depuis 2009. Plus de 1,5 million de personnes en font partie sans toutefois être comptabilisées comme chômeurs par l’Insee. Pôle emploi a une autre mesure du chômage, qui estime le nombre de chômeurs de longue durée à plus de 3,5 millions en France contre 2,7 millions pour l’Insee. Certes on recommence à créer des emplois nets dans le secteur marchand, des créations qui pourraient se situer entre 50 000 et 100 000 sur un an. Mais des perspectives bien insuffisantes pour résorber les 7 à 8 millions réels de personnes inactives ou n’effectuant que de très petits boulots. Il faudra bien autre chose pour régler de manière plus significative le problème numéro un du pays. Pour cela il faut dynamiser la croissance de 1,5 à 2 % par an (en plus des 1,4 % prévus par exemple en 2017) et créer 500 000 emplois nets par an. C’est le défi du pays est celui auquel sera confronté pour l’essentiel le nouveau gouvernement

 

Chômage : « Sur le quinquennat, il n’y a pas d’inversion » de la courbe

Chômage : « Sur le quinquennat, il n’y a pas d’inversion » de la courbe

 

« Sur le quinquennat, il n’y a pas d’inversion du chômage, on est à un niveau supérieur à celui de 2012″, a indiqué jeudi 24 novembre sur franceinfo Mathieu Plane, directeur-adjoint du département analyse et prévision à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits dans la catégorie A a diminué de 11 700 en octobre, soit une baisse de 0,3%, selon les chiffres de Pôle emploi publiés aujourd’hui. Sur un an, ce nombre a reculé de 2,8%, « la plus forte baisse annuelle depuis mai 2008″, a déclaré le ministère du Travail. « Depuis un an, effectivement, on a une tendance baissière du chômage », a confirmé Mathieu Plane. « En revanche, quelle que soit la statistique que vous prenez, depuis 2012, vous avez une augmentation significative du chômage », a poursuivi Mathieu Plane. Pas d’inversion de la courbe, mais « le plus dur est derrière nous », selon l’économiste, car « le point haut a été atteint au second semestre 2015″.

(FRANCEINFO)

 

Chômage : le concept de l’inversion de la courbe est une fumisterie

Chômage : le concept de l’inversion de la courbe  est une fumisterie

 

La sémantique statistique permet aux politiques de dire le contraire de ce que signifient précisément ces statistiques. En clair les politiques ne parlent pas de baisse du chômage à partir d’une date donnée mais d’inversion de la courbe. Exemple si il y a bien eu inversion de la cour en septembre par contre le nombre de chômeurs a augmenté de l’ordre de 600 000 depuis 2012. Et d’une certaine manière plus le chômage aura augmenté et plus  l’inversion de la courbe sera probable.  Certes globalement le chômage enregistre une baisse de 1.9%  en septembre en catégorie A (sans aucune activité) pour s’établir à 3.490.500, soit 66.300 personnes de moins qu’à fin septembre.  Toutefois sur un an  le chômage est en hausse de 1 % quand on cumule les catégories A, B et C. par ailleurs le chômage a augmenté  de plus de 600 000 depuis 2012. En outre bien qu’il y ait une création nette d’emplois depuis un an, c’est insuffisant  pour absorber le solde démocratique démographique De ce point de vue on ne peut donc parler de véritable inversion du chômage. La baisse constatée en septembre doit être également relativisée par le nombre de chômeurs en formation et qu’on retrouvera en partie en 2017.  En ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d’inscrits à Pôle Emploi a diminué de 0,7% en un mois, soit 38.000 personnes de moins, à 5.480.200 (5.781.300 en incluant les départements d’Outre-mer, également en baisse de 0,7% sur un mois) mais sur un an, il augmente de 1,0%. Même si le chiffre du seul mois de septembre est en repli par rapport à août, « la somme de ces catégories A, B et C a une tendance plutôt haussière (en moyenne sur trois mois le point de septembre est le plus haut historique) », en lien avec une dynamique macroéconomique réduite, observe Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management, dans une note publiée sur son blog. Selon lui, « comme on ne peut pas s’attendre à une impulsion forte sur l’activité au cours des prochains mois, il est probable que la dégradation du marché du travail vue à travers les chiffres de Pôle emploi a de fortes chances de se poursuivre ». En ce qui concerne la catégorie D, qui regroupe les demandeurs d’emploi non tenus de rechercher un emploi, en raison par exemple d’une formation ou d’une maladie, se maintient au-dessus du seuil de 300.000 personnes qu’elle a franchi pour la première fois en juin. Le nombre d’inscrits dans cette catégorie reste relativement stable, avec un reflux de 0,2% sur un mois, mais il affiche un bond de 16,4% sur un an, sous l’effet du plan de 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi annoncé par François Hollande mi-janvier.

(Avec Reuters)

L’inversion de la courbe du chômage : une escroquerie statistique

L’inversion de la courbe du chômage : une escroquerie statistique

 

 

Il est clair que l’environnement économique de la France s’améliore légèrement avec une croissance qui pourrait atteindre 1,6 % en 2016 après 1,2 en 2015. Du coup le solde des emplois créés pourrait devenir positif de 2016. Pour autant peut-on parler de ce concept d’inversion de la courbe du chômage qui constitue en fait une escroquerie statistique. En vérité le chômage aura augmenté de l’ordre de  500 000 depuis 2012, on ne saurait donc parler d’inversion du chômage. D’une certaine manière plus la dégradation a été importante en matière d’emploi et plus il était prévisible qu’un jour on commencerait très modestement à retrouver une situation du chômage très légèrement amélioré. L’inversion de la courbe du chômage est un concept statistique méthodologiquement juste mais qui ne peut être interprété comme l’apurement de la situation dégradée Le chômage devrait tomber à 9,5% de la population active à la fin de l’année en France métropolitaine, soit 0,4 point de moins qu’en 2015, prédit jeudi l’Insee, donnant enfin corps à l’inversion de sa courbe après laquelle le gouvernement court depuis 2013. Le rythme élevé de la croissance des trois premiers mois de 2016, revu fin mai à +0,6% (0,1 point de plus que précédemment), explique que l’Insee soit un peu plus optimiste que les organisations internationales, dont les attentes se situent entre 1,3% et « près de 1,5% ». A plus court terme, l’institut ne voit le PIB du deuxième trimestre progresser que de 0,3%, là où il anticipait avant 0,4%, puis 0,3% à nouveau au troisième et 0,4% au quatrième.  l’accélération attendue sera avant tout due à la demande intérieure, avec une consommation des ménages (+1,6%) qui enregistrerait sa plus forte hausse depuis 2010 grâce au redémarrage de l’emploi et à un investissement des entreprises en progression de 4,7%, ce qui n’était pas arrivé depuis 2007, sur la lancée de son début d’année très fort. Il reste un gros point noir, le commerce extérieur, qui devrait contribuer négativement à hauteur de -0,7 point au PIB français cette année et dont l’Insee constate la dégradation en parallèle au rebond des investissements des entreprises. Le déficit commercial hors énergie pourrait selon lui atteindre 22 milliards d’euros, soit l’équivalent d’un point de PIB et un plus haut depuis 2011. S’agissant de l’emploi, l’institut table sur 139.000 créations nettes de postes dans le secteur marchand cette année, soit 30.000 de plus qu’en 2015, et 209.000 dans toute l’économie.

(Avec Reuters)

Une croissance incapable d’inverser la courbe du chômage

Une croissance incapable d’inverser la courbe du chômage

Les nouveaux chiffres de décembre concernant le chômage montrent  clairement l’incapacité totale de la croissance actuelle de la France à inverser la courbe du chômage. Sur l’ensemble de l’année 2015, 50 000 emplois seulement ont été créés alors qu’on a compté un solde 150 000 demandeurs d’emploi supplémentaire (avec notamment 800 000 jeunes nouveaux demandeurs d’emplois chaque année). Conclusion : le chômage augmente d’environ 100 000 chômeurs sur l’année. On constate certes une petite reprise économique en France mais elle est bien incapable de fournir les emplois suffisants aux nouveaux chômeurs comme aux anciens. Le chômage en France retrouve donc son record de 1994. D’une certaine façon la France s’est installée dans le chômage de masse depuis une trentaine d’années et même depuis la crise des années 70. Au cours des 30 dernières années on a toujours tourné autour d’un chômage proche de 10 % surtout si on tient compte des chômeurs non comptabilisés comme tels parce qu’ils bénéficient  d’une aide sociale spécifique. C’est à partir du premier choc pétrolier de 1973 que la France a commencé à s’engager dans un chômage structurel c’est-à-dire un chômage qui ne peut être éliminé par une croissance conjoncturelle. Fondamentalement ce qui est en cause c’est le manque de compétitivité de l’économie à partir des années 70 ; la productivité à reculé sous le double effet  de la hausse de la fiscalité et de l’inadaptation du marché du travail.  «On comprend cette hausse en observant la hausse des cotisations sociales des entreprises, du milieu des années 1970 au milieu des années 1980, et depuis 2008; la hausse continuelle du niveau de salaire minimum; la dégradation de la qualité du système éducatif; et l’absence de flexibilité du marché du travail et de réaction des salaires réels à la situation économique», résume le directeur de la recherche et des études de Natixis. Par ailleurs, depuis les années 1990, le chômage structurel augmente en même temps que les employeurs ne parviennent pas à pourvoir les postes vacants, parce que les chômeurs ne possèdent pas les qualifications requises pour les nouveaux emplois créés. De ce point de vue les mesures d’urgence (dont certaines cependant nécessaire décidée par François Hollande s’inscrivent dans une problématique de court terme. Pour le long terme il faudra surtout s’attacher aux conditions de l’employabilité des chômeurs, c’est-à-dire favoriser absolument le retour tour à l’emploi car l’évolution de la population active crée la richesse nationale. Le chômage de masse lui ne peut produire qu’une croissance indigente et un endettement abyssal.

Pas d’inversion de la courbe du chômage pour les Français en 2016 (sondage)

Pas d’inversion de la courbe du chômage pour les Français en 2016 (sondage)

D’après un sondage IFOP publié par dimanche Ouest France on ne compte même pas 20 % de Français qui sont persuadés de  l’inversion du chômage en 2016. Encore cette question présente-t-elle une très grande ambiguïté. Le concept de d’inversion du chômage étant compris par les uns (et surtout par François Hollande); comme une modification de la courbe par rapport aux quelques mois précédant tandis qu’il est interprété par d’autres comme une inversion depuis 2012. Or depuis 2012 il faut compter plus de 600 000 chômeurs supplémentaires. Une inversion de ce dernier type est donc complètement utopique Pour 38% des personnes interrogées l’inversion de la courbe du chômage ne peut « certainement pas » survenir d’ici à la fin de l’année. Plus tôt en janvier, la ministre du Travail s’était elle-même montrée pessimiste à ce sujet.

 Seuls 19% des Français croient à la possibilité de voir la courbe du chômage s’inverser d’ici à la fin de l’année, selon un sondage IFOP publié par Dimanche Ouest France. Parmi ces 19%, seuls 2% pensent que cette inversion peut « certainement » arriver. Pour 38% des sondés, cette éventualité ne peut « certainement pas » survenir. « Les annonces du président de la République lors de ses vœux, notamment en matière de formation, ne semblent donc pas avoir dissipé la morosité ambiante  (…) ni le pessimisme sur la capacité du gouvernement à stimuler l’emploi, pessimisme très fortement ancré », analyse l’institut de sondage. « Ce niveau de pessimisme à l’égard de l’évolution du taux de chômage apparaît stable par rapport à une mesure effectuée en janvier 2013″, note l’IFOP. A l’époque, 25% croyaient à l’objectif annoncé par François Hollande en 2013, puis 16% et 19% respectivement en juillet et octobre de la même année. Sans surprise, les sympathisants de droite sont les plus pessimistes sur la possibilité de cette inversion de la courbe du chômage, puisque seuls 6% la croient possible et 9% chez les sympathisants du FN. A gauche, 50% des sympathisants du PS croient à la possibilité de cette inversion, contre 26% parmi les proches du Front de Gauche. Enfin, parmi les chômeurs, seuls 6% considèrent comme possible cette inversion de la courbe du chômage, quand 50% pensent que l’objectif ne sera « certainement pas » atteint. La ministre du Travail s’était elle-même montrée particulièrement pessimiste. Elle a estimé au début du mois de janvier qu’« avec des prévisions de croissance à 1,5% par exemple sur l’année 2016, ce n’est pas suffisant, notamment pour les personnes les moins qualifiées ». 

(Avec AFP)

La fumisterie du concept d’inversion de la courbe du chômage

La fumisterie du concept d’inversion de la courbe du chômage

 

Sans doute le concept le plus fumeux et le plus hypocrite de la vie politique de ces dernières années. Par simplification sémantique, il s’agit de faire croire à la baisse du chômage. La tromperie méthodologique est là, il ne s’agit pas de faire baisser le chômage mais simplement d’en inverser la courbe. D’une certaine manière plus le chômage aura été important au cours d’un mandat présidentiel et plus il sera facile de montrer qu’il ne progresse plus. Or la vraie  baisse du chômage doit s’apprécier sur la situation de début de mandat de Hollande, voire même depuis le début de la vague de chômage. Or depuis la crise de 2009 c’est environ de l’ordre de 2 millions de chômeurs qu’il faut compter en plus, près d’un million depuis 2012. Une véritable inversion serait donc de diminuer d’un million, voire de deux. Au lieu de cela on ne pourra enregistrer en fonction même de l’avis du FMI que quelques dizaines de milliers de chômeurs en moins d’ici fin 2017. L’inversion de la courbe du chômage est donc  un concept politique  fallacieux. Sans doute aussi pourquoi les Français en majorité n’y croient pas. En fait quelques dizaines de milliers de chômeurs en moins suffiraient pour donner  une légitimité à la candidature de Hollande en 2017 ! ; Or il ya plus de  millions de chômeurs, 7 à 8 millions Sept Français sur dix ne croient donc pas à l’inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’an prochain, malgré le recul du nombre de demandeurs d’emploi enregistré en septembre, selon un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV. Sur 1.003 personnes interrogées mardi et mercredi, seulement 26% anticipent une telle inversion avant fin 2016, un chiffre en hausse de six points par rapport à août dernier. Mais ils sont encore 73% à ne pas y croire (79% en août). Elles sont pourtant 46% à estimer que l’économie française redémarre, contre 53% d’un avis contraire.

Inversion de la courbe du chômage : 73% n’y croient pas

Inversion de la courbe du chômage : 73% n’y croient pas

 

 

L’inversion de la courbe du chômage est d’abord un concept politique  fallacieux. Sans doute aussi pourquoi les Français en majorité n’y croient pas. En fait il suffira qu’on fasse apparaitre quelques dizaines de milliers de chômeurs en moins pour qu’on donne une légitimité à la candidature de Hollande en 2017 ; Or il ya plus de  millions de chômeurs, 7 à 8 millions officieusement, 800 000 de plus depuis l’arrivée de Hollande. On ne peut pas parler vraiment d’ inversion mais de bricolage méthodologique. Une véritable inversion serait de créer 1 million d’emplois au moins pour compenser ceux qui ont été supprimés depuis 2012 (et avant). Sept Français sur dix ne croient donc pas à l’inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’an prochain, malgré le recul du nombre de demandeurs d’emploi enregistré en septembre, selon un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV. Sur 1.003 personnes interrogées mardi et mercredi, seulement 26% anticipent une telle inversion avant fin 2016, un chiffre en hausse de six points par rapport à août dernier. Mais ils sont encore 73% à ne pas y croire (79% en août). Elles sont pourtant 46% à estimer que l’économie française redémarre, contre 53% d’un avis contraire.

Un américain à Paris pour inverser la courbe de la fiscalité !!!

 

Un américain à Paris pour inverser la courbe de la fiscalité !!!

 

 

On apprend par le Figaro que l’ancien conseiller de Reagan vient rencontrer les plus hautes autorités françaises afin de les éclairer sur les moyens d’inverser la courbe de la fiscalité. Il n’est pourtant pas besoin d’être un grand expert pour comprendre que l’impôt tue l’impôt (formule employée il y a longtemps par Michel Rocard pourtant créateur de la fameuse c’est CSG). À l’évidence le taux exceptionnel de prélèvements obligatoires, qui représente aujourd’hui 47 % du PIB plombe à la fois la compétitivité et la consommation. Un record presque mondial. Dans un tel contexte des pans entiers de l’économie soumis à la concurrence internationale ne peuvent évidemment résister. Du coup les productions étrangères plus compétitives s’imposent sur le marché français. Pour boucher les trous financiers les pouvoirs publics n’ont trouvé d’autres solutions depuis plus de 30 ans que d’augmenter encore cette fiscalité qui tue la croissance et l’emploi. Mécaniquement les dépenses sociales s’envolent et on tente vainement de les rééquilibrer par de nouveaux prélèvements qui affectent encore un peu plus la compétitivité. Bref un cercle vicieux infernal. l’Américain Arthur Laffer, ancien conseillait de Reagan, explique ainsi de façon imagée que lorsqu’on augmente les taux de taxation, les rentrées fiscales progressent dans un premier temps, mais passé un certain niveau, la collecte des impôts ne cesse de se raréfier. Un constat que partage évidemment nombre d’experts en France ou de citoyens ordinaires et l’on s’étonne que des responsables des plus hautes institutions et besoins de cet éclairage extérieur pour comprendre une évidence. Laffer, qui a conseillé le président Reagan dans les années 1980, était mercredi à Paris, où il a rencontré Valérie Rabaud, la rapporteure du budget à l’Assemblée nationale, et Albéric de Montgolfier, son homologue du Sénat. Il a discuté avec eux de la meilleure façon «d’inverser la courbe», non pas tant celle du chômage, mais des rentrées fiscales. Interrogé lors d’un débat organisé par la revue Politique internationale et la French American Foundation, Laffer admet avec un large sourire que la France est sans doute aujourd’hui «l’une des meilleures illustrations» de sa courbe: les taxes sont très lourdes, les rentrées de l’impôt sur le revenu s’essoufflent, la croissance économique est faible et le chômage élevé.

Sapin : pour l’inversion de la courbe de la fiscalité

Sapin : pour l’inversion de la courbe  de la fiscalité

Sapin, la voix de son maître, prône  quelque sorte l’inversion de la courbe  de la fiscalité. Il reprend en effet sur RTL  les propos de Hollande pour annoncer des baisses d’impôts en 2016. La question est de savoir quelle est la crédibilité de cette affirmation (voir par exmple le projet de taxe sur les Smartphones et autres ordinateurs). En effet Sapin avait d’abord annoncé l’inversion de la courbe du chômage pendant des mois et les mois, bien en vain.  Ensuite ministre des finances, il a annoncé le redressement de la courbe de la croissance, là aussi sans résultat. Maintenant c’est la courbe  de la fiscalité. Il faut d’abord rappeler que les impôts globaux ont augmenté de l’ordre de 100  milliards depuis l’arrivée de Hollande alors que la France détenait pratiquement déjà le record des prélèvements automatiques obligatoires. Ce qui a plombé la croissance et l’emploi.  Annoncer maintenant une baisse de l’impôt « quoi qu’il arrive » relève de la pure démagogie électorale et de la fuite en avant  puisque malheureusement l’activité ne se redresse pas et qu’elle est en plus hypothéquée par un environnement international qui ce dégrade L’année 2016 sera marquée des baisses d’impôts.  Michel Sapin, le ministre des Finances, confirme donc qu’il y aura bien une baisse d’impôts « pour les Français les plus modestes qui ont supporté très fortement les hausses d’impôts qu’elles soient décidées par le précédent président ou par celui-ci ». Et parmi les différentes pistes à l’étude, l’impôt sur le revenu est étudié :  »Il est certainement celui qui a fait le plus de mal au cours de ces dernières années, avec des évolutions ».

PIB : Avec 1.5%, Sapin :invente l’inversion de la courbe de la croissance

PIB : Avec 1.5%,  Sapin :invente l’inversion de la courbe de la croissance

 

 

Sapin avait déjà inventé l’inversion de la courbe du chômage quant il était ministre du travail, il invente désormais l’inversion de la courbe de la croissance, ce sera sans doute avec le même succès. ! Sapin est euphorique depuis l’annonce d’une  progression de 0.6% du PIB au premier trimestre mais il oublie que le second sera différent puisque la Banque de France prévoit seulement 0.3%. Il oublie que la croissance mondiale est en train de se  tasser( en Chine et même aux Etats-Unis). Peu importe, Sapin est euphorique comme pour l’emploi. Avec des arguments d’uen banalité effarante. « Oui mais  avec des investissements » « et si on atteint les 1.5% on va aussi inverser la courbe du chômage ». Une évidence !  Le ministre des Finances a ainsi jugé mercredi « parfaitement possible » que la France atteigne une croissance de 1,5% à la fin de l’année 2015, au lieu des 1% prévus.   »Ce qui compte, c’est qu’à la fin de cette année, pour reprendre un chiffre cité à juste titre par le Premier ministre, nous soyons sur un rythme de croissance de l’ordre de 1,5%. (…) A la fin de l’année, il faut que la France fonctionne aux alentours de 1,5%. Je crois que c’est parfaitement possible », a-t-il déclaré lors de l’émission « Questions d’Info » LCP-France Info-Le Monde-AFP.   »C’est à ce moment-là que les créations d’emploi sont suffisamment nombreuses non seulement pour compenser les destructions, mais aussi pour accueillir les jeunes qui arrivent sur le marché du travail ». Mais « il y a une condition fondamentale (…), c’est l’investissement », a-t-il poursuivi. « Ce qui compte, c’est que dans les entreprises, on achète des machines, on construise des ateliers nouveaux, on lance de nouveaux produits. Et derrière cela, il y a des postes de travail, des créations d’emploi, un recul du chômage »  Le chômage baissera-t-il donc à la fin de 2015? « Avec 1,5% de croissance portée par une consommation des ménages relativement importante, mais aussi et surtout par une confirmation d’un investissement plus important des entreprises, c’est une économie qui se porte bien, qui se porte mieux, qui apporte aux Français la seule chose qu’ils demandent véritablement aujourd’hui: des emplois pour ceux qui n’en ont pas ».  Le ministre a cependant précisé qu’il n’y avait à ses yeux « aucune raison de réviser officiellement » l’hypothèse de croissance de 1% sur laquelle est bâti le budget. Comprenne qui pourra !

 

Sondage popularité : inversion de la courbe de Hollande à 21%

Sondage popularité : inversion de la courbe de Hollande à 21%

 

Est-ce l’effet festif de Noël ou de la pauvreté actuelle de l’information économique, toujours est-il que Hollande enregistre une inversion de la courbe d’impopularité. La cote de popularité de François Hollande progresse de cinq points en décembre, repassant au-dessus des 20%, et celle de Manuel Valls fait un bond de huit points, à 45%, selon le baromètre Odoxa-Orange/Presse régionale/France inter/L’Express publié ce mardi.  Avec 21% des personnes interrogées jugeant qu’il est « un bon président », François Hollande « retrouve en décembre tous les points qu’il avait perdus en novembre », selon Gaël Sliman, président d’Odoxa. Mais 78% sont d’un avis contraire. 1% ne se prononce pas. Les jugements sont plus équilibrés concernant le Premier ministre, 45% trouvant qu’il est un bon Premier ministre, pour 54% d’avis opposés (-7). 1% n’a pas d’avis. Au palmarès des personnalités, Alain Juppé (UMP) est en tête (+1) avec 47% (14% le soutiennent, 33% ont de la sympathie pour lui), devant François Bayrou (34%) et Nicolas Sarkozy (33%, stable). Le président de l’UMP est à égalité avec Emmanuel Macron, qui gagne neuf points en un mois. Poussée également de Bruno Le Maire (30%, +5) et Martine Aubry (29%, +5 aussi), ainsi que de Ségolène Royal (32%, +4) et François Baroin (26%, +6). Toutefois, souligne Odoxa, Nicolas Sarkozy « est de nouveau la personnalité politique qui dispose du plus fort taux de partisans résolus et domine largement la cote d’amour des sympathisants de l’UMP avec 62% d’adhésion contre ‘seulement’ 49% à Alain Juppé ».

 

Sondage conjonture PME : pas d’inversion de la courbe du pessimisme

Sondage conjonture  PME : pas d’inversion de la courbe du pessimisme

D’après le sondage Agefos auprès des PME il ne faut pas s’attendre à une inversion de la déprime des PME. 39 % des patrons interrogés affichent une activité «en régression» quand 23 % affichent une activité en hausse. «2013 a été une “anus horribilis”, 2014 marque un retour à une situation plus normale», pointe le directeur général de Agefos-PME, Joël Ruiz. Mais le retournement n’est pas pour demain. La situation à la fin de l’année reste très mauvaise au regard de celle qui prévalait avant la crise de 2008, où la proportion de patrons en croissance et en régression était inversée.  Et aucune inversion n’est prévue pour l’instant. Les perspectives s’améliorent cependant, augurant d’une année 2015 un peu meilleure : 25 % des entreprises interrogées prévoient une baisse de leur activité et 19 % une hausse dans les six mois, quand au printemps 2014 ils étaient respectivement 30 % et 16 %. Côté embauches, le baromètre de l’Agefos-PME montre une amélioration des perspectives très timide : 13 % des entreprises prévoyaient d’embaucher au dernier semestre de 2014 ; elles sont 15 % à l’envisager pour le premier semestre de 2015. Dans 70 % des cas, des créations de postes sont évoquées. Un signal plutôt positif. Mais, en même temps, la proportion d’entreprises envisageant des suppressions de postes dans les six prochains mois ne se réduit pas : 9 % des patrons interrogés sont dans ce cas, contre 8 % il y a six mois.

Sondage Hollande : inversion de la courbe d’impopularité. ?

Sondage Hollande : inversion de la courbe d’impopularité. ?

 

Un petit rebond de Hollande maintenant à 15%, (auusi de Valls). Sans doute un effet des événements du Proche et Moyen Orient qui ont tendance à resserrer l’unité des Français. , auusi le fait qu’il pouvait difficilement tomber pus bas. Notons que 80% des personnes interrogées demeurent conte la politique économique du gouvernement. Ce n’est pas vraiment un rebondissement spectaculaire, selon le baromètre YouGov du mois d’octobre réalisé pour Le HuffPost et Itélé.  A en croire cette étude réalisée entre le 24 et le 28 septembre dernier, le couple exécutif semble avoir atteint le fond du trou après un mois de septembre calamiteux. Certes, les avis favorables à l’action de François Hollande (15%) ne progressent guère d’un mois sur l’autre. Mais le chef de l’Etat est parvenu à apaiser la détestation de ses détracteurs, comme en témoigne le glissement de 6 points des avis « très défavorables » vers une opposition plus modérée. Ce glissement est plus palpable encore avec son premier ministre, dont la cote de popularité était en chute libre depuis son arrivée à Matignon en avril dernier. Manuel Valls récolte 24% d’avis favorables (+2 points en un mois) et voit la part des avis défavorables baisser de 3 points. Bonne nouvelle pour le chef du gouvernement. Cette progression est particulièrement sensible dans son propre camp où il retrouve une majorité d’opinions favorables qu’il avait perdue le mois dernier. « Le premier Ministre a su convaincre sa famille politique. Il gagne auprès d’elle 9 points d’opinions positives (les sympathisants PS déclarant 57% ce mois-ci, contre 48% le mois dernier), mais redore aussi son image auprès de la droite : les sympathisants UMP et FN le créditent chacun de 4 points d’opinions positives supplémentaires) », relève l’institut YouGov.  Si les frappes ordonnées contre l’Irak et le réflexe de solidarité nationale après l’assassinat d’Hervé Gourdel ont probablement contribué à l’amélioration de l’image du président et de son premier ministre, l’efficacité du gouvernement et de ses choix politiques continue à faire l’objet du même rejet. Et il y a fort à parier que la perte du Sénat (intervenue après ce sondage) impactera tout aussi négativement la prochaine vague de notre baromètre. 82% des personnes interrogées continuent à mettre en cause sa gestion de l’économie, 73% dénoncent l’incompétence des ministres et 69% estiment que la ligne défendue par l’exécutif manque de clarté. Comme un écho aux nouvelles annonces de réduction des dépenses alors que les déficits et la dette ne cessent de s’emballer.

.

 

Michel Sapin promet l’inversion de la courbe du déficit

Michel Sapin promet  l’inversion de la courbe du déficit

 

Michel Sapin célèbre inverseur de la courbe du chômage s’attaque maintenant à celle du déficit public puisqu’il est devenu ministre des fiances. Ce sera donc l’inversion de la courbe du déficit, c’est promis. Certes on ne sait pas comment on va faire les 50 milliards d’économies, ni comment financer les « pactes » de Hollande mais on va inverser quand même. D’ailleurs Lagarde du FMI l’a dit, la France atteindra les 3% dès 2015. Curieux cette bienveillance du FMI et de Lagarde. Peut-être Lagarde souhaite-telle en retour la même bienveillance de la justice « indépendante » de la France pour son implication dans l’ennuyeuse affaire Tapie.   »L’objectif dit des 3% est un objectif que nous devons maintenir », a dit Sapin, précisant ensuite qu’il parlait de l’année 2015, et assurant que c’était « dans l’ordre du faisable ».  M. Sapin était interrogé sur les récentes prévisions du Fonds monétaire international (FMI), qui a surpris en prévoyant un déficit public français de 3% du PIB alors que beaucoup pensaient cet objectif définitivement enterré.  Le ministre des Finances et des Comptes publics, aux Etats-Unis pour assister à des réunions du G7, du G20, du FMI et de la Banque mondiale, avait récemment annoncé qu’il voulait « discuter » avec la Commission européenne du « rythme » de la réduction des déficits français, ce qui avait été interprété comme un renoncement au retour aux 3%.  La France avait déjà bénéficié de deux reports pour atteindre ce seuil l’an prochain.

//

Montebourg : « les indicateurs économiques s’inversent enfin »…comme la courbe du chômage ?

Montebourg : « les indicateurs économiques s’inversent enfin »…comme la courbe du chômage ?

Alors que Bruxelles vient de démentir les prévisions de réduction de déficits, Montebourg, lui, voit une amélioration économique. En réalité la France est à la traine en matière de croissance en Europe. Invité de BFMTV ce mercredi 26 février, Arnaud Montebourg n’a pas manqué de commenter les prévisions pessimistes de Bruxelles, hier, annonçant un déficit accru en 2014 et 2015.  » La Commission fait des pronostics, moi je prends les résultats », a lancé le ministre du Redressement productif. Il a donc égrené ces résultats: inversion de la courbe du chômage des jeunes, moins de plans sociaux, la production industrielle qui repart dans certains secteurs comme la métallurgie ou la fonderie.  » Les indicateurs (économiques) s’inversent enfin », a-t-il estimé.  A propos des déficits persistants, il a estimé qu’ »il y avait un moyen de combattre à la fois le chômage et les déficits, c’est la croissance ». Ce qui lui a permis le lancer un nouveau tacle à l’égard de l’euro fort. Ce n’est pas à la Banque centrale européenne de fixer le niveau de l’euro, « mais aux chefs d’Etat », a-t-il rappelé.  Concernant le Pacte de responsabilité et les contreparties liées, Arnaud Montebourg a demandé aux entreprises partout dans l’Hexagone de dire: « je suis capable de faire cela ou cela ». « La France est capable de créer des emplois », a-t-il insisté. D’ailleurs « on peut faire mieux qu’entre 1997 et 2002 où la France avait créé 2,2 millions d’emplois nets », a-t-il rappelé. Une référence à la période du gouvernement Jospin.

Hamon : « inversion de la courbe du chômage réalisée mais pas perceptible » !

Hamon :  « inversion de la courbe du chômage réalisée mais pas perceptible » !

En ces périodes de crise, on cherche des comiques pour égailler en peu la grisaille ambiante, On en a trouvé un, benoit Hamon, qui a décrété que l’inversion du chômage a été réalisée par le gouvernement mais qu’elle n’est pas perceptible sur France Inter dimanche 5 janvier.  Effectivement,  on ne la voit pas cette inversion et ce n’est pas 20 000 en plus un mois (novembre), 20000 en moins un autre mois (‘octobre) qui change la tendance structurelle. Surtout quand on tripatouille les chiffre avec les radiations (autour de 100 000 par mois). Pas facile d’être de gauche comme Hamon. Il faut affirmer le changement mais constater qu’on ne le voit pas ; bref ça change mais il faut une loupe ou des lunettes pour le voir. Des lunettes roses ou plutôt rouges pour Hamon. Pas étonnant, lui qui ne cesse de taper sur les entreprises, il  ne devrait pas être surpris  de la difficulté à percevoir réellement les avancées en matière d’emplois. Il aura au moins réussi une chose, faire fermer Spanghero. Il serait comique Hamon s’il n’était pas pathétique, en désaccord avec la ligne de Hollande mais contraint de la soutenir pour demeurer au gouvernement  où il ne sert strictement à rien. Bref choisir  entre révolutionnaire et notable,  pas facile sauf pour un  comique de gauche.

Pas d’inversion de la courbe du chômage

Pas d’inversion de la courbe du chômage

 

Pari perdu pour Hollande, il n’y aura pas d’inversion durable de la courbe du chômage ni en 2013, ni en 2014 pour l’INSEE pourtant encore un peu optimiste sur ses prévisions. . L’économie française paraît bien condamnée à une reprise poussive en 2014, insuffisante pour provoquer une inversion de la courbe du chômage qui se stabiliserait à 11,0% de la population active au premier semestre, prédit l’Insee. Certes sur un mois donné avec un nouveau bricolage des statistiques de pôle emploi (exemple la radiation pour motif administratif : 52 000 le mois denier en hausse de 50% ou encore procédé le plus utilisé radiation pour non actualisation à Temps).  L’institut pense que le redémarrage de l’investissement des entreprises, sur lequel le gouvernement tablait pour faire baisser le chômage dès fin 2013, sera limité à un accompagnement de la croissance et ne saurait être le moteur de celle-ci. Dans sa dernière note de conjoncture publiée jeudi, l’Insee table sur des progressions du produit intérieur brut de 0,2% au premier et au deuxième trimestres de l’an prochain, un rythme inférieur de moitié à celui de la fin 2013. Car il confirme dans le même temps sa prévision de hausse de 0,4% du PIB pour le trimestre en cours, après la baisse de 0,1% enregistrée sur juillet-septembre, ce qui permettrait d’enregistrer sur l’ensemble de 2013 une croissance moyenne de 0,2% après la stagnation de 2012. Les comparaisons du PIB en glissement sur 12 mois – +0,7% attendu fin 2013 contre -0,3% fin 2012 – témoignent du retournement de tendance intervenu cette année. A partir de là, au 30 juin prochain, qui constitue l’horizon de prévision de l’Insee, l’acquis de croissance pour l’ensemble de 2014 s’élèverait à 0,7%. A ce niveau, une stabilisation à 0,2% du rythme de croissance trimestrielle sur les six derniers mois de l’année suffirait à valider le scénario de hausse de 0,9% du PIB retenu par le gouvernement dans sa loi de finances, a indiqué Cédric Audenis, responsable du département conjoncture de l’Insee.

 

Chômage juin : pas d’inversion de la courbe, 5 millions de chômeurs

Chômage juin : pas d’inversion de la courbe, 5 millions de chômeurs

Le chômage continue d’augmenter mais mois que les mois précédents ; plusieurs facteurs explications ; traditionnellement les inscriptions sont mois nombreuses l’été, les emplois saisonniers, la chasse aux inscrits radiés pour non actualisation. Plus grave l’intérim ne reprend pas, idem pour les embauches dans le privé. Fin juin, le nombre d’inscrits dans cette catégorie, en hausse continue depuis 26 mois, a ainsi atteint un nouveau record: 3,279 millions.  Au total, en ajoutant les personnes ayant eu une activité réduite, on grimpe à 4,799 millions d’inscrits à Pôle emploi (plus de 5 millions outre-mer compris), soit une hausse de 4.100 personnes en juin.  Si les moins de 25 ans ont été épargnés le mois dernier, un signe jugé « très encourageant » par le ministère, le nombre de seniors et de chômeurs de longue durée a lui explosé.   »Après une forte progression observée sur les quatre premiers mois de 2013 (35.000 en moyenne en catégorie A) », « cette progression modérée du nombre de demandeurs d’emploi confirme une amélioration sur le front du chômage, même si elle ne traduit pas encore l’inversion de la courbe du chômage qui est l’objectif des prochains mois », a réagi le ministère du Travail dans un communiqué.  Mardi, lors d’un déplacement à Dunkerque (Nord), François Hollande a une nouvelle fois répété que sa « première volonté » était d’inverser la tendance à la fin de l’année.  Les prévisionnistes de l’OCDE, comme ceux de la Commission européenne et du FMI, restent pessimistes pour l’emploi en France jusqu’en 2014. Et l’Insee n’entrevoit pas non plus d’embellie d’ici à la fin de l’année, sur fond de croissance atone.   »Je sais que les prévisions ne sont pas forcément conformes à mon engagement, mais justement l’engagement, ça consiste à ne pas valider les prévisions. Sinon pourquoi être aux responsabilités? », a dit le président de la République.  De son côté le ministre du Travail Michel Sapin estimait lundi que « la première bataille est de stopper la hausse » et que « nous sommes dans cette phase ». Pour Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis, la hausse modérée en juin par rapport à la moyenne de l’année écoulée (27.000 par mois) est imputable à deux facteurs: un recul des entrées reflétant « une stabilisation de l’activité » d’une part, et des sorties nombreuses, du fait du « très haut niveau des radiations et des cessations d’inscription pour défaut d’actualisation » d’autre part. « Le nettoyage des fichiers a continué à un rythme fort », dit-il.  En mai, le nombre de demandeurs d’emploi avait marqué une pause inattendue (+100 en catégorie A, sans aucune activité). Mais un grand nombre de chômeurs (36.400) avaient disparu des listes faute d’avoir « actualisé » leur situation mensuelle.  Pour inverser la tendance, François Hollande compte sur les outils mis en place depuis le début du quinquennat (les emplois d’avenir, dont 40.000 ont déjà été signés, le contrat de génération et la loi emploi) et sur un allongement des contrats aidés classiques (440.000 en 2013 dans le secteur non marchand).  Afin de consolider cet arsenal anti-chômage, il a annoncé à Dunkerque que le nombre de formations prioritaires destinées à pourvoir des emplois non pourvus serait porté à 100.000 d’ici à fin 2014.  Pour Marion Cochard, économiste à l’OFCE, « inverser la courbe reste mission quasi-impossible ». « Le seul moyen serait un effet statistique, induit par la création de beaucoup d’emplois aidés et de formations. On n’a pas assez de croissance pour faire baisser le chômage », dit-elle.  Après la publication des chiffres de juin, la CGT a appelé « à mettre fin à la politique d’austérité et changer de cap » et « à se mobiliser le 10 septembre prochain ».  Pierre Gattaz, patron du Medef, a quant à lui plaidé pour des « réformes structurelles indispensables », estimant que ce sont « les entreprises qui créent de l’emploi ».  Le mois dernier, l’exécutif insistait sur des « signaux positifs » sur le front de l’emploi, parmi lesquels une reprise de l’intérim et des déclarations d’embauche. Or ces deux indicateurs sont de nouveaux repartis à la baisse.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol