Archive pour le Tag 'courage'

Le courage de Russes face au renoncement d’Européens

Le courage de Russes face au renoncement d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Société-Funérailles de Navalny: Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

Société-Funérailles de Navalny:  Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Funérailles de Navalny: Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

Funérailles de Navalny:  Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

Navalny: Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

Navalny:  Le courage de Russes face à la couardise d’Européens

En dépit de la dictature, des menaces et de la répression criminelle, des milliers de Russes n’ont pas hésité à affronter le pouvoir en participant aux obsèques d’Alexis Navalny. Le risque n’est pas mince. Les participants peuvent être interpellés, emprisonnés et condamnés y compris à vie. Voire assassinés en prison.

Ce courage exceptionnel est à mettre en parallèle avec la couardise de nombreux d’Européens et de leurs dirigeants y compris en France. En effet dans notre pays la plupart des responsables politiques ont d’emblée écarté l’hypothèse d’une éventuelle présence de troupes européennes en Ukraine oubliant que la mort de la démocratie en Ukraine contaminerait l’Europe du Nord et de l’Est et  de l’Ouest. Finalement la même couardise et l’esprit de Munich qui prévalait au moment des premières invasions Hitler. Avec en plus le retour à l’individualisme confortable qui permet d’ignorer les valeurs sociétales communes.

Plusieurs milliers de partisans d’Alexeï Navalny se sont rassemblés pour lui rendre hommage dans l’église. Selon le rite orthodoxe, le corps du principal adversaire de Vladimir Poutine a été brièvement exposé dans l’église, en présence notamment de ses parents. L’opposant russe, mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une prison de l’Arctique, a ensuite été enterré au cimetière de Borissovo à Moscou, entouré d’une partie de ses proches, a constaté l’AFP.

La foule réunie près du cimetière a scandé « Non à la guerre ! » en signe de protestation à l’assaut russe déclenché il y a plus de deux ans contre l’Ukraine. « Il n’avait pas peur et nous n’avons pas peur ! », ont encore lancé les sympathisants de Navalny, malgré un important dispositif policier dans la zone. « Nous ne pardonnerons pas ! », ont-ils aussi crié.

Dans la journée, les forces de l’ordre ont procédé à au moins 128 interpellations dans 19 villes russes, au cours de rassemblements en hommage à l’ancien militant anticorruption, selon l’ONG spécialisée OVD-Info.

La fin du courage par Cynthia Fleury

La fin du courage par Cynthia Fleury

Un livre paru en 2010 mais particulièrement encore d’actualité. Analyse du Monde

L ‘essai de la philosophe Cynthia Fleury mérite une vive attention. La première singularité de sa réflexion est de partir du registre individuel pour élargir la perspective au domaine collectif et politique.

Au départ, un moment de déprime personnel comme en traversent tant de nos contemporains : « J’ai perdu le courage comme on perd ses lunettes », confesse Cynthia Fleury. Soudainement, sans en comprendre la raison, elle s’est retrouvée incapable de vouloir quoi que ce soit.

De ce passage à vide, la philosophe est parvenue à faire un sujet de méditation. Chercheur à l’Institut des sciences de la communication du CNRS, enseignante à Sciences Po et professeur associé à l’American University of Paris, spécialiste des « pathologies de la démocratie » – auxquelles elle a consacré une étude remarquée (Fayard, 2005), elle commence par se demander : comment donc le courage s’apprend-il ? Comment se reprend-il ? Par quel miracle, ou quel mystère, pourrait-on vouloir ?

De proche en proche, cette antique notion, depuis longtemps plus ou moins désertée, se trouve donc revisitée. Rebelle à une définition univoque, le courage se laisse approcher par plusieurs biais : vivre sa peur, savoir commencer, accepter l’énigme de cette surrection solitaire qui fait qu’on décide d’agir ainsi, sans souci de récompense ni même, au fond, de réussite. Car la gloire du courage n’est pas entamée par l’échec de l’entreprise.

Dans le courage semble s’offrir une sortie du temps, « comme s’il existait un passage secret entre la vie et l’éternité ». Telle est la leçon que tire la philosophe de sa lecture de Jankélévitch. Car bon nombre d’auteurs, classiques ou modernes, sont convoqués à mesure, de Montaigne à Michel Foucault, de Victor Hugo à Axel Honneth et sa « société du mépris », sans oublier un hommage final à la pensée d’Amartya Sen et à sa conception de la démocratie.

L’autre face de cette méditation est en effet politique : entre individu et société, la question du courage tisse une multitude de passages.

Nous vivons, note Cynthia Fleury, dans « des sociétés mafieuses et démocratiques où le courage n’est plus enseigné ». Comment réinventer le sens du courage politique ? En quoi consiste-t-il au juste ? Questions d’autant plus cruciales qu’il s’agit à la fois d’éviter cette « catastrophe de la vertu » qui se nomme la Terreur et de restituer sa présence au peuple, aujourd’hui porté disparu. « Sans le courage, le peuple reste sans lieu. »

Sans morale, pas de courage, et sans courage plus de véritable démocratie : telle est, au plus bref, la réponse suggérée, à partir notamment d’une relecture, inattendue et intéressante, d’un beau texte de Victor Hugo.

La « fin » du courage, titre de ce parcours, n’est donc pas à entendre seulement comme extinction, mais aussi comme but, horizon toujours ouvert. Sans doute, sur certains points, aimerait-on plus de précisions, d’arguments détaillés, de références approfondies. Des développements à venir devraient les fournir. Car cet essai n’est évidemment pas destiné à faire le tour complet de la question du découragement individuel et collectif et des manières d’y remédier. Son grand mérite est de la poser.

de Cynthia Fleury. Fayard, 206 p., 14 euros.

« Le courage européen qui manque pour sortir des combustibles fossiles » (Maxence Cordiez)

« Le courage européen qui manque pour sortir des combustibles fossiles » (Maxence Cordiez)

 

Maxence Cordiez publie « Énergies », (éd. Tana) (1), un ouvrage de vulgarisation énergétique basé sur des faits et des données pour fournir une information fiable. Ce jeune ingénieur, spécialiste de la transition énergétique, fait partie de cette nouvelle génération qui entend conjuguer écologie et science, une approche pragmatique qui ne se retrouve pas dans l’écologie politique, en particulier sur la question du nucléaire. L’envolée des prix de l’énergie à la fin de 2021 qui s’est amplifiée avec la guerre en Ukraine a remis en cause la politique européenne dont Maxence Cordiez pointe les faiblesses et propose des moyens pour y remédier.

 

« LA TRIBUNE » - La Russie a décidé de couper mercredi dernier le gaz à la Pologne et à la Bulgarie, car ces deux pays refusent de payer en roubles. Qu’en pensez-vous ? MAXENCE CORDIEZ.

 

La Russie montre ses muscles. Il faudra voir si ces coupures s’étendent à d’autres pays. En attendant, les Etats membres de l’Union européenne devraient davantage tenir compte de cette menace en adoptant rapidement des mesures pour réduire notre consommation de gaz et d’électricité. Cela passe par exemple par des campagnes de sensibilisation de la population à la sobriété. Car l’enjeu est de reconstituer les stocks de gaz en Europe avant l’hiver prochain. Or, depuis le début du conflit en Ukraine, quasiment rien n’a été fait pour économiser le gaz. En réalité, on a déjà perdu deux précieux mois.

 

Dans votre ouvrage, la sobriété est une notion clé. Estimez-vous que les citoyens n’ont pas le bon comportement ?

 

La sobriété ne se réduit pas aux seuls comportements des consommateurs, qui peuvent différer en fonction de la vie et des sensibilités de chacun : baisser le chauffage, covoiturer, réduire l’utilisation de sa voiture, éteindre les appareils électriques… Elle passe aussi par des mesures réglementaires comme la limitation de la consommation des véhicules mis sur le marché ou l’interdiction des frigos sans porte dans les magasins. Le rôle de l’Etat est crucial, et de nombreuses mesures réglementaires pourraient être prises par le gouvernement. Le but n’est pas de contraindre les consommateurs, mais au contraire de préserver au maximum le cœur des services rendus par les combustibles fossiles. Par exemple, il est préférable de faire des concessions aujourd’hui pour éviter de voir la précarité énergétique s’étendre l’hiver prochain. Mais les pays européens ont du mal à sortir de leurs schémas de pensée classiques. Ils essaient bien de diversifier l’approvisionnement en GNL, par exemple en passant un accord avec les Etats-Unis pour augmenter les livraisons de 15 milliards de m3. Mais cela représente à peine 7% des presque 200 milliards de m3 que l’Europe, Turquie incluse, importe par an de la Russie. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) s’est penchée sur ce problème. Elle a publié deux notes, l’une sur le gaz et l’autre sur le pétrole, proposant chacune dix mesures pour réaliser rapidement des économies tant du côté de la demande, que de l’offre d’énergies alternatives. Or la plupart de ces recommandations n’ont pas été suivies par les gouvernements. Par exemple, l’AIE suggère de suspendre les fermetures de réacteurs nucléaires. En réponse, la Belgique et l’Allemagne ont réaffirmé leur priorité de sortie du nucléaire… Au-delà des discours, les pays européens, et c’est vrai ailleurs dans le monde, n’ont pas la ferme volonté de sortir des combustibles fossiles. Aujourd’hui, cette dépendance nous éclate à la figure, et on n’en est qu’au début. Depuis 2017, les extractions gazières sont en déclin en Norvège. Ce pays est le deuxième fournisseur de l’UE derrière la Russie. Les pays qui ont fait le choix de recourir au gaz fossile dans la décennie passée – parce qu’il ne coûtait pas cher – ont du mal aujourd’hui à remettre en question cette dépendance. L’Allemagne, qui refuse de rouvrir la question du nucléaire, choisit finalement de recourir – officiellement de façon temporaire, probablement de façon durable – au charbon. Je pense que Berlin se dit que la guerre en Ukraine ne durera pas éternellement, que malgré tout, la Russie restera notre voisin, et qu’un cessez-le-feu permettra de revenir à la situation d’avant. C’est-à-dire que l’Allemagne pourra de nouveau compter sur des importations massives et durables de gaz fossile russe. Sauf qu’on ne sait pas quand interviendra ce cessez-le-feu.

Vaccination : faute de courage incitation à la place de l’obligation

Vaccination : faute de courage incitation à la place de l’obligation

Une nouvelle fois le chef de l’État aura montré que le fameux en même temps caractérisait  un sérieux manque de courage. En effet un imposant des contraintes à travers le pass sanitaire, le chef de l’État a pris la précaution de ne pas évoquer ainsi l’obligation de vaccination pour tous. Le parole du gouvernement s’efforce de d’expliquer ce flou politique et sémantique «il n’y a pas d’obligation vaccinale, il y a une incitation maximale». Le gouvernement souhaite ainsi réduire au maximum les possibilités de vie sociale des non-vaccinés.

.

Gabriel Attal y voit des «Français qui doutaient ou attendaient et qui ont pris rendez-vous. Ils peuvent avoir des doutes (…) mais avec le variant Delta (…) malheureusement on n’a plus le temps de douter, et donc il faut y aller». Cependant pour l’instant, le gouvernement n’envisage pas de vaccination obligatoire pour tous les Français. Emmanuel Macron fait le choix de la «confiance», sans pour autant écarter cette hypothèse. Mais «Il ne faut jamais rien exclure pour l’avenir», a estimé Gabriel Attal. Conclusion le gouvernement ne rend pas formellement la vaccination obligatoire pour préserver les libertés individuelles mais il rend les conditions d’accès à des activités du quotidien tellement difficile que cette vaccination devient incontournable… mais sans le dire. Tout l’art de la politique de dire une chose et son contraire.

Maurice Genevoix au Panthéon : « Ce courage français »….. qui manque à Macron

Maurice Genevoix au Panthéon : « Ce courage français »….. qui manque à Macron

Dans un discours d’une quinzaine de minutes, Emmanuel Macron a voulu exalter ce qu’il appelle « le courage français » pour l’entrée de Maurice Genevoix au Panthéon. Un courage qu’il avait aussi souligné à propos de l’hommage récent au général De Gaulle

A l’occasion de l’hommage rendu au général De Gaulle, Macron, a évoqué l’esprit de résistance de l’ancien président et la fermeté de son action. Macron se veut, lui aussi, l’héritier de cet esprit incarné par le général De Gaulle. Une revendication partagée par bien d’autres et on tombe souvent dans l’idolâtrie désormais de l’extrême gauche à l’extrême droite.

 

Le problème de Macron c’est que si ces discours prennent quelquefois une certaine hauteur d’esprit par contre son action se caractérise par une grande mollesse. Macron est en fait gaulliste parfois dans les mots mais plutôt radical-socialiste dans l’action. Son fameux « en même temps »caractérise son hésitation permanente de tirer la France vers  le haut mais de se contredire avec une politique molle et contradictoire.

 

C’est vrai en ce moment ment à propos de la crise sanitaire ; visiblement Macron et  le gouvernement ne savent pas très bien où ils vont et comment. C’est vrai par rapport au problème central de l’islamisme, de la sécurité en général notamment dans les banlieues complètement délaissées depuis trois ans par Macron et qui hésite encore à propos d’un projet sur le séparatisme encore très flou. C’est également vérifié en matière économique où la France accuse le coup non seulement de la conjoncture mais aussi de l’évolution structurelle des modes de production et de distribution.

 

 Alors que l’Europe va enregistrer un recul d’environ 7,5 % du PIB en 2020, l’Allemagne, elle, connaîtra une baisse de seulement 5 % et la France un écroulement d’au moins 11 %. Évidemment mécaniquement cela augmente dramatiquement le chômage.

 

Il n’y rien il n’y a rien de gaulliste dans l’attitude concrète de Macron dans l’action politique se définit comme une sorte d’opportunisme politique permanent. Voir encore son comportement vis-à-vis de l’environnement avec des mots forts mais seulement quelques mesures de portée symbolique.

Masques: obligatoires: manque de courage et confusion pour les ERP ( établissement recevant du public )

Masques: obligatoires: manque de courage et confusion pour les  ERP ( établissement recevant du public )

 

Une nouvelle fois, ce qui va caractériser l’analyse du discours de Macron, c’est son manque de courage autant que sa confusion. Un manque de courage vis-à-vis du  masque. Et forcément une confusion. Faut-il rappeler qu’au départ ce port du masque a été tellement critiqué par les experts comme par le gouvernement. Aujourd’hui, on envisagerait de le rendre obligatoire mais uniquement dans les espaces publics clos (ERP) . Une espèce de définition particulièrement vague d’abord pour définir ce qui est public ou même parfois qui peut être considéré comme clos ou non, ou en partie. il aurait été tellement plus simple de déclarer que compte tenu d’une pandémie qui ne cesse de se développer partout dans le monde, une deuxième vague est incontournable et que le port du masque doit être obligatoire en dehors du domicile. Macron n’a pas pris cette décision par peur de ses propres contradictions et surtout par peur de mécontenter encore une opinion publique qui lui est de plus en plus hostile.- Emmanuel Macron a donc seulement annoncé mardi que le port du masque allait devenir obligatoire dans tous les lieux publics clos en France face à recrudescence de l’épidémie liée au coronavirus.

Lors d’une interview télévisée à l’occasion de la fête nationale, Emmanuel Macron a dit vouloir permettre à tout Français de se faire tester, même sans prescription médicale.

La France sera prête en cas de nouvelle vague épidémique, a aussi assuré le président de la République.

“Nous sommes en train de tout faire pour éviter une nouvelle vague et de faire une approche différenciée si elle apparaissait”, a-t-il précisé. “Si on ne veut pas de deuxième vague, ça dépend de nous.”

Les autorités ont fait le nécessaire pour que la rentrée des classes se déroule “dans des conditions quasi normales”, a aussi souligné Emmanuel Macron.

Si un vaccin contre le coronavirus était trouvé, “la France sera servie parmi les premiers pays”, a aussi déclaré le chef de l’Etat, alors que le groupe français Sanofi travaille à l’élaboration d’un vaccin contre le virus qui a fait plus de 30.000 morts en France et reste très actif dans le monde.

« Coronavirus, les politiques ont manqué de courage »

« Coronavirus, les politiques ont manqué de courage »

 

Pour Yves Sintomer, professeur de science politique, les politiques ont manqué de courage ( tribune dans le Monde)

« La gestion de cette crise est à l’image de la politique menée sur d’autres fronts : un mélange d’amateurisme, d’improvisation et d’arrogance. Les simples citoyens ont été privés des débats nécessaires sur les choix à faire, estime le politiste Yves Sintomer

L’explosion de la pandémie de Covid-19 est un révélateur : la politique est en état d’apesanteur. La soirée électorale du dimanche 15 mars en témoigne, où l’on parla davantage du coronavirus que des résultats.

Poussée par la crise sanitaire, l’abstention atteint des records historiques, passant à plus de 55,25 %. Cela accélère un déclin continu depuis 1977 (où elle n’était que de 21,1 %). La République en marche (LRM) encaisse une débâcle : elle n’enregistre que des succès de second plan, elle est en échec dans la plupart des grandes villes et va sans doute perdre Lyon, l’une des rares qu’elle tenait.

Elle fait piètre figure à Paris, qui avait plébiscité l’actuel président en 2017. Curieusement, le mardi 17 mars, en fin de journée, le ministère de l’intérieur n’avait pas encore publié les résultats nationaux agrégés. Macron a réussi à dilapider l’essentiel de son capital politique. Après Sarkozy et Hollande, il s’agit du troisième président à connaître l’impopularité peu de temps après son élection.

Comment fallait-il réagir, si cela se produisait ? En laissant faire, au prix d’une mortalité très élevée, afin d’atteindre une immunité collective rapide des populations ? En menant une politique modérée d’atténuation, visant à aplanir la courbe de diffusion du virus afin que le système de soins puisse parvenir à gérer la maladie ? En tentant d’endiguer le virus par des mesures radicales ? Les modèles se sont affinés, mais il était possible de discuter des leçons tirées des cas de la Chine et des autres pays asiatiques en passe de vaincre la pandémie, comme Hongkong, Taïwan, Singapour et la Corée du Sud. »

Un comité de chapeaux à plume chargé de « transformer » l’administration ! Bon courage

Un  comité de chapeaux à plume chargé de « transformer » l’administration ! Bon courage

 

Un comité de chapeaux à plumes de 34 membres a donc été mis en place par le premier ministre. Il s’agit surtout d’obtenir une meilleure qualité des services publics et de rechercher une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Un objectif sans doute nécessaire mais un peu restrictif par rapport à la problématique globale. De ce point de vue, ce comité composé essentiellement d’anciens hauts fonctionnaires pose la question de son indépendance même si on a complété la liste des membres avec des politiques, des économistes voire des responsables étrangers. L’objectif est un peu restrictif dans la mesure la problématique globale imposerait de se poser la question primordiale du champ d’intervention de la puissance publique et pas seulement celle des moyens. Faut-il rappeler que la France atteint un niveau de 57 % par rapport au PIB pour ses dépenses publiques. À peu près le record du monde. Il ne s’agit donc pas de faire simplement du bricolage mais de redéfinir non seulement le champ des responsabilités réellement régaliennes mais autant de revoir  la manière de les assumer. Nombre d’activités relevant de l’État ou des collectivités locales n’ont rien à faire dans l’espace public. En outre quand certaines relèvent effectivement de la responsabilité collective rien ne justifie qu’elles soient toutes exercées par des fonctionnaires. Un seul exemple celui du contrôle technique des véhicules transféré au privé dans des conditions qui satisfont à la fois la sécurité, les usagers et les finances publiques alors que précédemment ces contrôles s’embourbaient dans l’entonnoir coûteux du service des mines. Autre exemple celui de ces milliers de fonctionnaires affectés à des tâches qui n’ont rien à voir avec le service public comme l’entretien des massifs de fleurs, le nettoyage, la restauration, les services d’entretien etc. autant d’activités dites publiques qui ont souvent transformé les services communaux en premier employeur dans nombre de villes. Pour les services de l’État sans doute au moins la moitié pourrait être transférée au privé sans dommages sur la qualité et les coûts. On peut toujours espérer que ce énième comité fera quelques propositions utiles mais il conviendrait d’impliquer plus largement les différents acteurs ‘(usagers, collectivités publiques, salariés, entreprises, contribuables). Sur ce sujet des états généraux largement décentralisés auraient été nécessaires. Édouard Philippe a donc nommé vendredi un comité de 34 membres, issu principalement de la haute fonction publique, du monde politique et économique, pour dessiner la future réforme de l’administration, sur fond de grogne de la fonction publique. Parmi les membres, l’ex-président du Conseil italien Enrico Letta est la figure la plus connue. Trois jours après une forte mobilisation lors de la grève des fonctionnaires, le Premier ministre a dévoilé le nom des membres de ce comité, baptisé « Action publique 2022″, lors d’une conférence de presse à Matignon, au côté notamment du ministre du Budget et de la Fonction Publique, Gérald Darmanin.

Mélenchon -second tour : un manque de courage et de clarté

Mélenchon -second tour : un manque de courage et de clarté

Mélenchon ne sortira pas grandi de sa probable sortie politique au soir du premier tour des présidentielles. Jusque-là pourtant il avait réussi sa campagne se montrant notamment sans conteste le meilleur tribun même si ces meetings étaient plus proches de prestations de stand-up que de l’exercice classique de campagne. Avec de leur de 20 % des voix son bilan constitué un relatif succès. Succès qui risque d’être gâché par sa position ambiguë et incompréhensible à l’égard de la candidature de Marine Le Pen au second tour. En refusant de se prononcer Mélenchon mais en fait sur le même pied d’égalité Marine Le Pen et Macron, une attitude bien peu républicaine pour celui qui voulait en incarner les valeurs. D’une certaine manière, Mélenchon porte un très mauvais coup à son propre parti auquel il sera forcément reproché notamment lors  des législatives ce manque de courage et de clarté Jean-Luc Mélenchon ne dira donc pas s’il votera pour Emmanuel Macron, Marine Le Pen, blanc ou nul pour le seconde tour de l’élection présidentielle. La France insoumise est pourtant appelée à se prononcer sur son choix et la consigne de vote du collectif. Un choix qui sera rendu public, a garanti Jean-Luc Mélenchon au soir de l’annonce des résultats du premier tour. « Je suis triste pour ses électeurs. Je pense qu’ils valent beaucoup mieux que ce qu’il leur a dit dimanche soir », avait déclaré Emmanuel Macron, précisant que Jean-Luc Mélenchon « n’avait pas hésité il y a 15 ans à appeler à faire rempart au FN ». Du côté de la France insoumise, la consigne de vote n’est pas claire et jamais l’appel à voter pour Emmanuel Macron n’est prononcé. Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a appelé mercredi 26 avril les électeurs de La France insoumise à ne pas apporter « une voix » au Front national, laissant simplement entendre que lui-même voterait pour Emmanuel Macron le 7 mai. « Je profite de votre émission pour dire : ‘Pas une voix pour le Front national’. Ça n’est même pas dans la proposition de consultation que nous faisons, car il est clair que pour nous le Front national est un danger pour le monde du travail, parce qu’il ment au salarié (…) et que chaque fois qu’il y a eu des mobilisations pour les droits sociaux, l’extrême droite, elle était là contre nous », a déclaré Alexis Corbière sur LCI.  »Dans notre mouvement, il y aura plusieurs opinions« , qui seront publiées le 2 mai, a-t-il ajouté, mais il faut « faire la différence entre un choix intime et un choix politique ». Le choix intime de Mélenchon paraît cependant bien ambigu voire sulfureux.

 

Jean-Marc Rouillan salue le courage des terroristes !!!

Jean-Marc Rouillan salue  le courage des terroristes  !!!

Provocation, pathologie existentielle, apologie du crime ? En tout avec cette déclaration soulignant le courage du terrorisme mériterait sans doute la déchéance de nationalité, l’internement ou la réclusion à vie. Une telle déclaration constitue à l’évidence un encouragement au terrorisme et au crime. Il faut espérer que cette fois l’intéressé ne bénéficiera pas de la même bienveillance de la part des autorités politiques et judiciaires comme cela avait été le cas précédemment. Le parquet de Paris a en effet ouvert ce lundi une enquête contre Jean-Marc Rouillan pour « apologie du terrorisme » selon les informations recueillies par France Info.  Dans un entretien à Radio Grenouille et au journal satirique Le Ravi, l’ex-militant d’Action directe, connu pour ses actions violentes dans les années 80, a salué le « courage des terroristes du 13 novembre », soulignant qu’ils se sont « battus courageusement dans les rues de Paris en sachant qu’il y avait près de 3.000 flics autour d’eux. » Condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat d’un ingénieur de l’armée et du PDG de Renault Georges Besse, Jean-Marc Rouillan avait bénéficié d’un régime de semi-liberté fin 2007, avant de retourner en prison un an plus tard pour avoir parlé de son passé terroriste dans L’Express. Depuis 2011, Jean-Marc Rouillan est assigné à résidence. Il n’a toujours pas le droit de parler des faits qui l’ont fait condamner ni de faire l’apologie de la lutte armée.

Revoir l’organisation du travail à la SNCF : bon courage à Pépy !

Revoir l’organisation du travail à la SNCF : bon courage à Pépy !

Il est clair que la SNCF est prise dans le piège de l’immobilisme,  condamnée d’une part à voir son trafic stagner voir diminuer, ses résultats financiers se dégrader, et son endettement croître de manière dramatique surtout depuis le regroupement total de toutes les activités au sein de la maison-mère SNCF. Un endettement de l’ordre de 44 milliards qui s’amplifient chaque année du fait de l’incapacité qu’il y a eu d’une part à déterminer un financement clair des investissements, d’autre part à obtenir  de manière régulière (et significative)  un équilibre des comptes de résultat ;  du coup on emprunte pour rembourser les emprunts précédents et structurellement la dette augmente. Par ailleurs,  SNCF doit faire face à l’ouverture à la concurrence dans tous les secteurs de marché, évidemment elle n’y est pas prête ; non seulement elle ne parvient pas à dégager les marges nécessaires pour parvenir à un équilibre budgétaire satisfaisant, encore moins pour financer ses investissements mais en plus le coup de production de ses prestations risque de la mettre hors marché face aux nouveaux concurrents , bref la SNCF est trop chère et ne dégage pas assez  de rentabilité. Deux  objectifs en apparence contradictoires difficile à gérer ; c’est pour cela que le président de la SNCF propose de revoir les conditions de mise en œuvre des 35 heures de façon plus générale les conditions de travail. Il aura du pain sur la planche tellement les cheminots sont persuadés que les avantages acquis ne peuvent être remis en cause. Avec les élections politiques personne ne prendra le risque de bousculer les cheminots qui pourront encore gagner –plus exactement perdre-  encore quelques années avant d’envisager les réformes structurelles indispensables pour rendre le train à la fois plus accessible et plus rentable. Le président de la SNCF Guillaume Pépy souhaite « renégocier à la SNCF la façon de faire les 35 heures », réaffirmant, dimanche, son souhait de « remettre à plat l’organisation du travail » pour diminuer les coûts et préparer le groupe à l’ouverture totale à la concurrence. La SNCF, qui doit renégocier d’ici au 1er juillet 2016 son accord sur l’organisation du temps de travail, doit « se réinventer », « faire tomber un certain nombre de tabous et, parmi ces tabous, il y a le fait que l’organisation du travail serait figée, qu’on ne pourrait pas réformer la SNCF », a déclaré Guillaume Pépy, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Guillaume Pépy entend faire baisser les prix du train et veut pour cela «réduire les coûts». Invité dimanche du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», le président de la SNCF a déclaré se préparer à faire des propositions pour diminuer la dépense salariale dans son groupe. Alors qu’un conseil d’administration doit se tenir jeudi, il nie vouloir dénoncer les accords internes qui régissent l’avancement automatique des rémunérations des cheminots, mais souhaite «remettre à plat l’organisation du travail» pour faire «beaucoup mieux avec le même nombre de personnes». Soucieux de rassurer et de désamorcer la bombe, il cite l’exemple du TGV à bas prix Ouigo, lancé avec le personnel de la SNCF «sans casser les statuts ».

Front républicain adopté par le PS dans le Nord, PACA, en Alsace : un acte de courage

Front républicain adopté par le  PS dans le Nord, PACA,  en Alsace : un acte de courage

Une défaite retentissante, sans doute justifié  mais il faut saluer la décision du parti socialiste de se retirer pour le second tour des élections régionales dans le Nord, PACA et en Alsace Lorraine. Un acte de courage d’autant plus méritoire que Sarkozy, lui, a refusé tout retrait de son parti Les Républicains. Certes le parti socialiste espère que certains électeurs adopteront un réflexe plus républicain que celui de Sarkozy. Mais dans les trois  régions concernées, régions très importantes, le parti socialiste a choisi de n’avoir aucun élu. Un choix douloureux mais courageux.  Jean-Christophe Cambadélis a donc annoncé le retrait des listes socialistes au second tour des élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte-D’azur « pour faire barrage républicain » au Front national.  »Dans les régions à risque Front national où la gauche ne devance pas la droite, le Parti socialiste décide de faire barrage républicain, en particulier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Provence-Alpes-Côte d’Azur aussi en Alsace-Lorraine. Pendant cinq ans, les socialistes ne siégeront pas dans ces régions », a déclaré Jean-Christophe Cambadélis à l’issue d’un bureau national exceptionnel du PS. Une position à laquelle adhèrent une majorité de Français. Dans le cas où la gauche arriverait en troisième position et le FN en tête au premier tour, 56% des personnes interrogées dans un sondage estiment qu’elle devrait se retirer au profit de la droite au second tour, contre 44% qui pensent qu’elle devrait se maintenir.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol