Archive pour le Tag 'Corruption'

Page 3 sur 4

Corruption FIFA : procès fin 2017 fixé à l’automne 2017

Corruption FIFA : procès fin 2017 fixé à l’automne 2017

 

L’ampleur et la complexité du dossier de corruption de la FIFA contraindront à n’engager le procès que fin2017. Une corruption notamment pour le choix des mondiaux et pour enrichissement personnel avec souvent la complexité la complicité des Etats et des sponsors. Exemple : avec tout l’argent détourné vers les Caraïbes le football devrait être très développé dans cette région (comme l’athlétisme par exemple). Ce n’est pas le cas car d’une  part une grande partie de l’argent de la FIFA était détournée par l’ancien vice président de la FIFA, lui même originaire des Caraïbes et que par ailleurs ce dernier allait monnayer les voix auprès des pays candidats  à l organisation de la coupe du monde.  D’après  l’ancien ministre des sports égyptien Jack Warner se serait manifesté en 2004 pour proposer à ce ministre un marché en vue de l’attribution du mondial 2010 pour lequel l’Egypte était candidate. Warner aurait demandé 7 millions de dollars en échange de 7 voix pour le vote, ce qu’a refusé le ministre égyptien. Bilan : aucune voix reçue pour l’Egypte. C’est l’Afrique du Sud qui a alors été choisie. L’Afrique du Sud, justement, s’est privée de 10 millions de dollars de la FIFA pour organiser ce Mondial. Ils ont été déroutés au profit du développement du foot dans les Caraïbes et versés sur les comptes de la CONCACAF, la confédération qui rassemble l’Amérique du nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes. Oui mais c’est le même Jack Warner qui en était le président, en plus de son siège de vice-président à la FIFA. Il se serait alors largement servi dans ces 10 millions de dollars, avec plus de la moitié de la somme détournée. . Le procès qui implique pour l’instant une cinquantaine de personnes ou d’organisations ne pourra pas débuter avant octobre 2017, a annoncé un juge fédéral du district de Brooklyn, mercredi. Le magistrat, Raymond Dearie, a précisé que le ministère public souhaitait un début des audiences plus tôt en 2017 mais l’examen des pièces à conviction nécessite un délai supplémentaire en raison de leur nombre. Pour l’instant, 16 personnes et deux sociétés de marketing sportif ont choisi de plaider coupable dans cette affaire.

(Avec Reuters)

 

Brésil : corruption généralisée

Brésil : corruption généralisée

C’est le paradoxe brésilien qui pourrait aboutir à un coût d’État de fait  mais cependant constitutionnel avec la destitution de la présidente. Une présidente accusée de corruption par des parlementaires encore davantage corrompus. Dilma Rousseff risque d’être poussée vers la porte de sortie dans les prochains jours. Les députés brésiliens ont voté, hier soir, pour sa destitution. La présidente brésilienne est très contestée ces derniers mois dans son pays. Elle est accusée d’avoir maquillé les comptes publics pour minimiser le déficit budgétaire. Dilma Rousseff est aussi empêtrée dans un vaste scandale de corruption. Pour Frédéric Louault, spécialiste du Brésil, ce que les députés brésiliens reprochent principalement à Dilma Rousseff c’est « d’avoir commis un crime de responsabilité et d’avoir engagé des dépenses importantes en violant la Constitution, sans demander l’aval du Congrès ». Selon l’universitaire, ce ne sont pas les scandales de corruption qui menacent le maintien au pouvoir de la présidente : « pour l’instant il n’y a aucune accusation de corruption formelle. A l’inverse la majorité des députés qui ont voté hier pour l’impeachment sont, eux, poursuivis pour des crimes de corruption ». Le mandat de Dilma Rousseff ne tient qu’à un fil. Une commission doit se réunir le mois prochain au Sénat pour décider d’accepter ou non la demande de destitution des députés. Mais Frédéric Louault se fait peu d’illusion : « On est très loin d’une moralisation de la vie politique. Sachant que les personnes qui sont en embuscade pour prendre le pouvoir derrière Dilma Rousseff sont elles-mêmes directement impliquées dans des scandales ». Pour le professeur à l’Université libre de Bruxelles, au Brésil « il n’y a pas un seul parti qui est considéré comme propre et qui est accepté par la population comme tel ». En cas de destitution c’est l’actuel vice-président, Michel Temer, qui assurera l’intérim. Son parti politique, le PMDB, est lui-même impliqué dans l’affaire de corruption Petrobras.

(France Info)

Corruption : Sapin renonce aux petits arrangements fiscaux entre amis

Corruption : Sapin renonce aux petits arrangements fiscaux entre amis

 

Officiellement Michel Sapin, inspiré sans doute par les pratiques américaines, a dû  renoncer aux principes du plaider coupable  qui aurait permis de négocier le montant de la sanction financière avec les autorités fiscales. Une disposition qui visait  surtout les transactions commerciales internationales. Pourtant ces petits arrangements entre amis ne sont pas étrangers à la pratique fiscale française puisque nombre de détournement fiscaux de grandes entreprises sont négociés à l’amiable avec le ministère des finances. On objectera à juste titre que la France n’est sans doute pas le seul pays qui utilise l’arme de la corruption pour obtenir des débouchés commerciaux à l’étranger notamment en ce qui concerne le secteur de l’armement. La plupart des affaires judiciaires sur le sujet ont par ailleurs été enterrées. Il est vrai que nombre de pays ont pris des mesures juridiques pour s’opposer à ce type de pratiques. Pour autant le principe de corruption (et de rétro commissions) n’est pas prêt de disparaître compte tenu de la collusion entre le système politique et le monde économique. Le gouvernement renonce donc officiellement à introduire la possibilité d’une transaction pénale pour les entreprises dans son nouvel arsenal anti-corruption faute d’avoir obtenu le feu vert du Conseil d’Etat mais laisse la question ouverte pour le débat parlementaire, a annoncé le ministre des Finances, Michel Sapin. Le projet de loi dit « Sapin 2″, qui sera présenté mercredi en conseil des ministres, vise notamment à lutter contre la corruption dans les transactions commerciales internationales. « Je ne pense pas qu’il y ait plus de comportements délictueux chez nous qu’ailleurs. Mais l’absence de condamnations en France pour versements, en particulier de pots-de-vin, a créé un climat de soupçon envers notre pays que je juge infamant », déclare le ministre dans une interview au Journal du Dimanche. Le projet de loi, qui prévoit la création d’une agence nationale de lutte contre la corruption, doit permettre de combler ces lacunes à la suite d’une série de condamnations d’entreprises françaises à l’étranger, pour l’essentiel aux Etats-Unis, comme Alstom, Total, Technip ou Alcatel ces dernières années.

avec Reuters

Corruption : Michel Sapin impuissant

Corruption : Michel Sapin impuissant

Michel Sapin reconnaît de fait son impuissance totale à lutter contre la corruption. En cause surtout la bienveillance de la justice à l’égard des coupables. L’arsenal juridique existe pourtant mais il n’en est pas tenu compte. Ce qui n’empêche pas Michel sapin de rajouter encore une nouvelle loi d’ailleurs largement retoquée par le conseil d’État. La corruption visée concerne  surtout les marchés internationaux pourtant elle implique tout autant les marchés intérieurs. Le laxisme dans ce domaine est largement influencé par la collusion entre le système politique et le système économique. Un système économique qui finance encore largement les campagnes électorales voire qui permet à certains responsables de s’enrichir. Certes la corruption n’est pas un phénomène spécifiquement  français mais nombre de pays ont commencé à prendre des mesures. La France est très en retard dans ce domaine par rapport à ses voisins allemands, britanniques ou suisses, et surtout vis-à-vis des Etats-Unis qui ont lourdement sanctionné des entreprises ou des banques française dans un passé récent.

 

 

(Interview de Michel sapin dans le JDD)

 

La ligne Pourquoi présentez-vous un train de mesures contre la corruption dans la vie économique?

 
Cela fait longtemps que je travaille à ces questions. La première loi Sapin de 1993 visait à combattre la corruption en France. Avec le projet de loi Sapin II nous voulons notamment agir contre la corruption exercée par nos entreprises auprès d’agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales. Je ne pense pas qu’il y ait plus de comportements délictueux chez nous qu’ailleurs. Mais l’absence de condamnations en France pour versements en particulier de « pots de vins » a créé un climat de soupçon envers notre pays que je juge infamant. Il nous manque une panoplie de bonnes mesures pour combattre et prévenir ces pratiques.

Notre arsenal répressif est défaillant?

 
Il existe mais il est perfectible. La justice et la police judiciaire manquent de moyens. On aboutit au « pas vu pas pris » actuel. Et d’autres pays font le travail de sanction à notre place, comme les États-Unis ou le Royaume Uni. Ce n’est souhaitable ni pour notre image ni pour notre souveraineté.

Projet de loi corruption : une justice à l’américaine

Projet de loi corruption : une justice à l’américaine

 

Dans le projet de loi sur la corruption, une innovation de taille dans le droit français à savoir la possibilité de se débarrasser de toute poursuite y compris pénale grâce à une amende négociée. Une sorte de justice à l’américaine qui va servir la cause des deux principales catégories intéressées. Les donneurs d’ordres notamment publics qui en échangent de marchés  accordés dans des conditions plus ou moins opaques obtiennent des entreprises choisies des financements occultes pour les campagnes électorales. Bénéficiaires aussi ces entreprises qui pourront se débarrasser rapidement du boulet juridique qu’elles ont parfois à traîner pendant des années après avoir été prises les mains dans le pot de confiture.  Cette  nouvelle procédure de règlement des litiges de corruption  constitue une petite révolution pour la justice française comme pour le monde du business. En effet, elle donne la possibilité aux entreprises incriminées de plaider coupable pour éviter un procès. Une procédure calquée sur celle du « Bribery Act » américain, qui permet aux sociétés de passer un accord avec le Department of Justice: elles acceptent de payer une amende – généralement élevée – et s’engagent à mettre en place des procédures internes pour éviter toute récidive en échange d’une suspension des poursuites pénales. Concrètement, le procureur pourra désormais proposer aux entreprises d’échapper aux poursuites contre paiement d’une amende « dont le montant est calculé de manière proportionnée aux avantages tirés des manquements constatés », détaille l’article 17 du projet de loi. La somme ne peut toutefois pas excéder 30% du chiffre d’affaires moyen des trois dernières années.

Corruption : un sénateur PS condamné

Corruption : un sénateur PS condamné

 

Archétype du responsable du PS (institut d’études politiques puis conseiller politique et oligarque),  encore un élu prix les mains dans le pot de confiture. Le tribunal correctionnel de Nanterre a en effet condamné jeudi le sénateur socialiste Philippe Kaltenbach pour corruption passive à deux de prison dont un ferme, dénonçant des « faits d’une gravité extrême » et « un comportement déplorable » de l’élu. Philippe Kaltenbach va faire appel.  L’ancien maire PS de Clamart (Hauts-de-Seine) a également été condamné à une inéligibilité de cinq ans et 20.000 euros d’amende. Un jugement qui va bien au-delà des réquisitions du procureur, qui avait demandé le 22 septembre dernier une peine de prison avec sursis. Philippe Kaltenbach a été reconnu coupable d’avoir accepté de l’argent liquide de la part de l’un de ses adjoints, contre une promesse d’attribution de logement social. L’élu, qui nie les faits, a d’ores et déjà annoncé son intention de faire appel. « Je suis victime d’un coup monté visant à me salir et à m’éliminer politiquement, écrit-il sur son blog. Je n’ai jamais touché d’argent en échange d’un quelconque avantage ou d’un appartement. »  A l’origine de l’affaire : une vidéo tournée en 2010 à l’insu du sénateur par son adjoint Mohamed Abdelouahed. On y voit ce dernier remettre une somme d’argent en liquide à Philippe Kaltenbach. Les magistrats du tribunal correctionnel de Nanterre estiment que l’ancien maire de Clamart a « livré des explications maladroites et mensongères » pour justifier « un comportement déplorable, plus occupé par son seul intérêt électoral qu’à l’intérêt général ». 

Corruption FIFA Mondial 2006: Beckenbauer rejette les accusations de corruption

Corruption FIFA Mondial 2006: Beckenbauer rejette les accusations de corruption

 

Franz Beckenbauer, ancien président du comité d’organisation de la Coupe du monde de football 2006, a démenti dimanche les allégations selon lesquelles une caisse noire aurait été créée pour obtenir le tournoi six ans plus tôt.   »Je n’ai jamais donné d’argent à quiconque pour acheter des voix afin que l’Allemagne obtienne la Coupe du monde 2006″, a déclaré l’ancien international dans un communiqué. « Et je suis certain qu’aucun autre membre du comité de candidature n’a fait ce genre de chose. » Dans sa dernière livraison, l’hebdomadaire Der Spiegel affirme qu’une caisse noire de 6,7 millions d’euros prêtés par l’ancien patron d’Adidas Robert Louis-Dreyfus a servi à acheter des voix lors du vote sur la désignation du pays-hôte de la compétition en juillet 2000. Selon Der Spiegel, Franz Beckenbauer ainsi que le président de la Fédération allemande (DFB) Wolfgang Niersbach, qui était vice-président du comité de candidature, étaient au courant de l’existence de ce fonds secret.  Wolfgang Niesbach a rejeté ces allégations samedi.

Trop de corruption des entreprises françaises à l’étranger

Trop de corruption des entreprises françaises à l’étranger

C’est l’accusations de Transparency International (TI) qui est une ONGI allemande ayant pour principale vocation la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales mondiauxTransparency International est surtout connue pour publier régulièrement des indices mondiaux sur la corruption : classement des États, taux de corruption par pays ou encore régularité des échanges internationaux. Cette accusation de l’ONG. n’est sans doute pas complètement neutre car fortement influencée et financée par des fondations Anglo saxonnes notamment américaines. La France n’est certainement pas épargnée par les actes de corruption lors des grands contrats internationaux. Pour autant elle ne fait que s’aligner sur des pratiques certes intolérables mais incontournables pour décrocher des marchés dans certains pays. C’est particulièrement vrai quand il s’agit du secteur de l’armement.  « Nous dressons le constat de l’échec français dans la lutte contre la corruption internationale. » Déclare l’agence.  Paris a signé la Convention sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers, comme le rappelle l’OCDE. Mais aucune entreprise française n’a été condamnée à ce titre, relève Transparency. Et de souligner que les sept condamnations de personnes physiques prononcées n’ont donné lieu qu’à des sanctions « minimes » (prison avec sursis et amende maximale de 20.000 euros). Pour l’ONG, il faut donc suivre l’exemple américain. En effet, de grandes entreprises françaises ont été condamnées sévèrement par la justice américaine ces dernières années, au titre du « Foreign Corrupt Practices », une loi fédérale pour lutter contre la corruption : Technip, Alcatel-Lucent, Total et plus récemment Alstom (amende de 772 millions de dollars infligée en décembre 2014). Et aucune de ces entreprises n’a été « reconnue coupable par un tribunal américain ». Un mécanisme de règlement hors tribunal, ou le « plaider-coupable », a permis de résoudre les quatre affaires. L’ONG conseille de ce fait à la France, de ne pas engager de procédures « longues, coûteuses et à l’issue incertaine« , mais de créer une « procédure alternative aux poursuites », le « plaider-coupable », spécialement destinée aux faits de corruption internationale. Cela obligerait les entreprises concernées à s’acquitter d’une amende, à indemniser d’éventuelles victimes et à restituer les profits « illicites » à l’Etat, en échange de l’abandon des poursuites. Cela permettrait, selon Transparency, de lever l’« immunité de fait » dont bénéficient les entreprises françaises, mais impliquerait de renforcer « les moyens humains et financiers du parquet ».

Afrique : corruption au Gabon, une surprise !

Afrique : corruption au Gabon, une surprise !

Il s’agit véritablement d’une surprise, voire même d’un choc, avec la découverte d’un cas de corruption au Gabon. Cette corruption concerne l’un des proches du président Bongo. Il y a un effet tout lieu d’être étonné de l’existence d’une corruption au Gabon et plus généralement en n’Afrique. En réalité il s’agit d’un règlement de compte entre la France et le Gabon car les relations entre les deux pays sont aujourd’hui exécrables. Ce sont donc sans doute des motifs diplomatiques qui ont justifié l’inculpation d’un haut responsable gabonais. D’une façon générale on sait bien que la corruption en Afrique et le véritable cancer qui pourrit le développement économique. Une corruption dont profitent la plupart des dirigeants africains et qui est encouragée souvent suscitée  par les grandes multinationales qui pillent les pays. Contrairement aux autres chefs d’État, notamment ceux de la France, Obama très récemment à dénoncé cette situation dans des termes très clairs. Si la France veut s’attaquer à la corruption c’est une véritable boîte de pandore qu’elle  ouvre et qui pourrait lui exploser en pleine figure surtout au Gabon qui a longtemps financé la plupart des formations politiques françaises en échange de concessions pétrolières sulfureuses. Une information judiciaire a donc été ouverte vendredi à l’encontre du directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo, Maixent Accrombessi, dans une affaire de corruption présumée, a-t-on appris samedi de source judiciaire.  L’homme soupçonné d’avoir été son corrupteur, le président du groupe Marck spécialisé dans la fabrication d’uniformes militaires, Philippe Belin, a pour sa part été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, ajoute-t-on de même source. L’information judiciaire permet à un juge instructeur de poursuivre les investigations sur des soupçons de corruption active et passive d’agents publics étrangers, abus de biens sociaux, blanchiment, ainsi que faux et usage de faux.  Maixent Accrombessi, soupçonné d’avoir reçu de l’argent de Marck pour l’attribution, fin 2005, d’un marché public au Gabon, avait été mis en garde à vue lundi mais relâché après que la présidence gabonaise ait fait valoir qu’il était en France en mission officielle et donc protégé par l’immunité diplomatique. De retour dans son pays, il avait déclaré sur Facebook être « à la disposition de la justice française dans les formes qui respectent la souveraineté du Gabon et le droit des personnes ». La présidence gabonaise avait pour sa part « déploré » sa garde à vue et protesté « contre cette manière de faire qui devient récurrente et viole les principes fondamentaux et les pratiques du droit international ». Maixent Accrombessi est un des hommes politiques les plus influents et les plus controversés du Gabon. Excellentes sous la présidence de l’ancien président Omar Bongo, les relations entre la France et le Gabon se sont refroidies depuis l’élection de son fils Ali Bongo en 2009, contestée par l’opposition, et l’enquête en France sur les présumés « biens mal acquis » de la famille Bongo.

Foot- corruption : la FIFA lance enfin une enquête

Foot- corruption : la FIFA lance enfin une enquête

Il aura fallu du temps pour que la FIFA décide enfin de lancer une enquête concernant la corruption dont ses dirigeants sont responsables. En fait c’est acculée par la justice à la fois américaine et suisse que la FIFA a décidée de procéder à une enquête interne. Outre son caractère tardif cette enquête interne va de toute manière être sujette à caution puisqu’elle a été commanditée par des dirigeants actuels de la FIFA qui sont par ailleurs largement discrédités. On peut facilement imaginer qu’après l’élection d’un nouveau président de la FIFA à la place du sulfureux baltter qu’un grand coup de balai aura lieu au sein de la fédération internationale. Faute de cela l’existence même de cette fédération pourrait être mise en cause dans la mesure où il ne s’agit pas d’une instance internationale officielle mais d’une organisation ayant simplement le statut d’association. C’est une considération que devra prendre rapidement en compte Platini si comme prévu il devait prendre la place de la Terre comme président de la FIFAA. La Fédération internationale de football (FIFA) a donc diligenté une enquête interne sur les cas de corruption présumée concernant certains de ses membres dirigeants, indiquent deux sources proches du dossier. Les membres de la commission exécutive de la FIFA ont été informés de cette procédure interne lors d’une réunion à huis clos le mois dernier à Zurich, précisent à Reuters ces deux sources s’exprimant sous le sceau de l’anonymat. La conduite de l’enquête a été confiée au cabinet juridique américain Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan et sera conduite en parallèle à celles menées d’une part par les autorités américaines et d’autre part par les autorités suisses. Le résultat de cette procédure interne devrait être transmis aux autorités concernées. L’instance dirigeante du football mondial se trouve prise dans un scandale de corruption présumée depuis l’arrestation de plusieurs de ses membres deux jours avant son 65e congrès qui s’était conclu par la réélection du président Sepp Blatter pour un cinquième mandat. La justice américaine a engagé des poursuites contre neuf dirigeants ou anciens dirigeants de la FIFA ainsi que contre cinq dirigeants d’entreprises partenaires de l’organisation sportive dans le cadre d’une enquête portant sur plus de 150 millions de dollars de pots-de-vin et de rétrocommissions. La Fifa avait seulement fait savoir qu’elle avait engagé Quinn Emanuel pour représenter ses intérêts dans les enquêtes américaine et helvétique.   »Nous sommes déterminés à améliorer notre organisation et à continuer à renforcer la gouvernance et la responsabilité de la FIFA. Notre travail dans ce domaine est en évolution constante et nous sommes focalisés sur l’instauration des plus hauts critères pour la communauté internationale du football », a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

 

Corruption au Gabon : pas possible !!

 

Corruption au Gabon : pas possible !!

 

 

Incroyable mais vrai un proche président Bongo du Gabon aurait été coupable  de corruption. L’intéressé a été entendu par la justice française. De toute évidence si cette justice se met à enquêter sur tous les cas de corruption en Afrique il faudra sans doute doubler ou tripler les  effectifs actuels. En effet la plupart des marchés obtenus en Afrique (privés ou publics)  passent  nécessairement par la corruption de responsables politiques ou administratifs. Bien entendu d’autres zones géographiques sont aussi concernées par cette corruption en particulier lorsqu’il s’agit devant d’armes ;  mais sur le continent africain, c’est en quelque sorte un mode de régulation. À cet égard on peut s’interroger sur la réaction surprise de la justice pour une affaire isolée qui sans doute sera enterrée. Le directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo a été placé en garde à vue lundi en France dans le cadre d’une enquête sur des faits présumés de corruption, avant d’être libéré.  Le directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo a en effet été placé en garde à vue lundi à Nanterre dans le cadre d’une enquête pour « corruption d’argent public étranger » et « blanchiment ». Maixent Accrombessi est l’un des hommes clefs du régime du président Ali Bongo. Il est soupçonné d’avoir reçu des virements douteux de la part d’une entreprise française. Il a été arrêté lundi matin alors qu’il s’apprêtait à quitter la France, puis a été libéré en fin de journée. Il était en garde à vue avec une autre personne. C’est ce que confirme à France Info le parquet de Paris. Cette autre personne est l’ancienne assistante du patron de Marck, une entreprise française qui fabrique des uniformes militaires. Ce n’est que si Cette entreprise a obtenu un marché public au Gabon en 2005, pour un contrat de 7 millions d’euros. Et c’est ce contrat qui pourrait être litigieux. En fait la société Marck a fait plusieurs virements. D’abord en 2006 : 300.000 euros sur un compte bancaire à Monaco, celui d’une société gabonaise gérée par un proche de Maixent Accrombessi. Et puis peu de temps après, plusieurs autres virements, pour un total de deux millions d’euros, encore à Monaco, mais cette fois sur le compte d’une société qui appartient directement au directeur de cabinet de la présidence du Gabon. Alors est ce que ces versements ont servi à corrompre ce proche d’Ali Bongo pour obtenir un marché public ? C’est la question que se posent les enquêteurs qui  ne manquent sans doute pas d’humour !

Grèce : en attendant des enquêtes anti corruption contre l’Allemagne ?

Grèce : en attendant des enquêtes anti corruption contre l’Allemagne ?

 

Provisoirement et partiellement un plan à été décidé par l’union européenne pour sauver la Grèce. Pour autant ce plan est encore loin d’être finalisé. Une nouvelle crise n’est pas inenvisageable à terme. La Grèce pourrait alors ressortir un plan destiné à punir des entreprises allemandes jugées corrompues. Une hypothèse alors envisagée avant le récent plan de sauvetage. De fait, les entreprises allemandes ont largement profité de la Grèce depuis son adhésion au système monétaire européen. Si les grecs ont une responsabilité dans la dégradation économique et financière de leur pays les pays partenaires de la Grèce, notamment l’Allemagne, ont  profité des débouchés économiques dans ce pays depuis son adhésion à l’euro. Un plan d’urgence grec au cas où le pays aurait été contraint de rompre avec ses créanciers comprenait des mesures de nationalisation ainsi qu’une enquête anticorruption agressive ciblant des entreprises allemandes, a affirmé samedi un journal grec. Selon le quotidien Efimerida Ton Syntakton, le plan était conçu pour « accroître le coût de la rupture » pour les créanciers de la Grèce. « Dans le langage du basketball, le gouvernement comptait appliquer une pression défensive », a expliqué le quotidien. Le plan incluait la nationalisation de la société OPAP, détenant le monopole des jeux et privatisée en 2013, en plus des recettes de péage provenant des autoroutes et du plus grand pont du pays, a indiqué le journal citant des sources gouvernementales.   Athènes prévoyait également de s’atteler à la lutte contre la corruption, ciblant plusieurs sociétés allemandes actives en Grèce, comme Siemens, Lidl, Allianz, MAN et Hochtief.  Le gouvernement grec n’avait pas commenté l’information samedi. Le Premier ministre Alexis Tsiprasa déclaré vendredi au Parlement qu’il avait demandé à son ancien ministre des Finances, Yanis Varoufakis, de préparer un « plan de défense » au cas où la Grèce aurait été contrainte de quitter la zone euro sous la pression de ses créanciers les plus intransigeants, parmi lesquels l’Allemagne.

 

Corruption : le mal africain (Obama)

  • Corruption : le mal africain (Obama)
  •  En visite au Kenya le président des États-Unis a mis le doigt sur les principales faiblesses structurelles qui freinent le développement en Afrique. En particulier la corruption et les questions démocratiques. Un discours qui change en tout cas avec la langue de bois souvent employé par les chefs d’État étranger en visite en Afrique. Certes on pourra objecter légitimement que des formes de corruption existent aussi dans les pays développés (de manière il est vrai plus sophistiquée et plus tordue). La grande différence c’est que cette corruption en Afrique et généralisée du plus haut jusqu’aux couches sociales les plus défavorisées. Du plan national au plan local. « Le fait est que trop souvent, ici au Kenya, comme c’est aussi le cas dans d’autres endroits, la corruption est tolérée parce c’est comme ça que les choses ont toujours marché », a-t-il lancé. « C’est un boulet qui vous tire vers le bas ». Il a qualifié la corruption de « cancer » coûtant 250.000 emplois par an au pays. Le président américain a également dénoncé le tribalisme, jugeant qu’une « politique fondée sur l’appartenance à une tribu ou à une ethnie est une politique qui condamne un pays à se déchirer ». Fin 2007 et début 2008, des violences postélectorales nourries par des rivalités ethniques avaient éclaté au Kenya, faisant plus de 1.000 morts et des centaines de milliers de déplacés. Le président kényan Uhuru Kenyatta a un temps été inculpé pour crimes contre l’humanité devant la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle présumé dans ces violences. Il était alors allié au président Au Kenya le président

Une agence nationale anti-corruption ?

Une  agence nationale anti-corruption ?

Et uen agence de plus, une ; cette fois une agence anticorruption qui fera donc double emploi avec l’administration actuelle dune part, la justice d’autre part. La prochaine étape sera sans doute de créer uen observatoire de la corruption puis un conseil national anti corruption. De qui occuper quelques centaines de fonctionnaires ! Une nouvelle loi anti-corruption donnera les moyens au gouvernement français de contrôler les politiques des entreprises en la matière et de renforcer la protection des lanceurs d’alerte. Le ministre des Finances, Michel Sapin, qui en a présenté mercredi les grandes lignes en conseil des ministres, s’est comme objectif de renforcer la protection des lanceurs d’alerte et de rendre plus transparentes les relations entre les pouvoirs publics et les lobbyistes. Le projet de loi sur « la transparence de la vie économique » sera prêt d’ici la fin de l’année pour être débattu début 2016 au Parlement, précise Bercy dans un communiqué. Il prévoit notamment la création d’une agence nationale de détection et de prévention de la corruption pour contrôler les politiques mises en place par les entreprises. Dotée d’un pouvoir de sanctions, elle sera également chargée d’un rôle de prévention de la récidive. Sa création fait suite à une série de condamnations d’entreprises françaises à l’étranger, comme Alstom fin 2014 et surtout BNP Paribas, sévèrement sanctionnée outre-Atlantique pour avoir violé des embargos américains contre l’Iran, le Soudan et Cuba. L’automne dernier, l’OCDE avait jugé insuffisant l’arsenal français de lutte contre la corruption d’agents publics étrangers, issu notamment d’une première loi Sapin de 1993, et critiqué le peu d’empressement des autorités françaises à poursuivre les entreprises nationales qui s’en rendent coupables. La future agence devrait disposer des moyens de protéger les lanceurs d’alerte, les salariés dénonçant des actes répréhensibles commis par leur entreprise, en saisissant elle-même la justice s’ils hésitent à le faire en leur propre nom.  Cependant en l’état des pratiques internationales, on voit mal désormais comment on pourra vendre des Rafales ou de l’armement.

 

Foot-FIFA : corruption pour les coupes du monde en Russie et au Qatar

Foot-FIFA : corruption pour les coupes du monde en Russie et au Qatar

 

Cette fois c’est l’attribution à la Russie et au Qatar qui est en cause avec des enquêtes de la Suisse (siège de la FIFA°). Des enquêtes qui pourraient bien démontrer le caractère mafieux de l’organisation du foot international par la FIFA. Sans doute aussi la nécessité de supprimer cet organisme bâtard et le remplacer par une  agence mondiale officielle.  Dimanche, la justice suisse a indiqué à l’AFP, par l’intermédiaire du porte-parole du procureur André Marty, que le « bureau du procureur général (MPC) a reçu en date d’aujourd’hui le signalement de 81 cas suspects à travers le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS). Tous les signalements sont liés à l’enquête du MPC sur l’attribution des Coupes du monde de football 2018 et 2022 », a indiqué à l’AFP  Le 17 juin, le procureur général de la Confédération, Michael Lauber, avait annoncé que les banques avaient signalé au bureau anti-blanchiment quelque 53 cas suspects dans cette affaire. Depuis, les enquêteurs reçoivent chaque jour ou presque de nouveaux cas suspects. Il n’a toutefois pas donné de détails sur les montants déjà bloqués par la justice dans cette affaire. La loi anti-blanchiment en vigueur en Suisse oblige les banques à signaler au MROS les comptes soupçonnés de servir à blanchir de l’argent. Ces cas sont ensuite examinés par le MROS, et transmis au Ministère public de la Confédération (MPC, procureur). C’est le 27 mai que le MPC a ouvert une procédure pénale contre inconnu pour soupçon de gestion déloyale et de blanchiment d’argent entourant les attributions des Coupes du monde de football 2018 et 2022. Dans ce cadre, il a saisi des données et des documents électroniques au siège principal de la Fifa à Zurich. En plus de l’enquête menée par la justice suisse, la justice américaine a inculpé 14 dirigeants et partenaires de la Fifa, dont sept ont été arrêtés le 27 mai à Zurich, dans une vaste affaire de corruption remontant jusqu’aux années 1990. Les autorités les suspectent d’avoir accepté des dessous de table de plusieurs dizaines de millions de dollars. La tempête a poussé le président de la Fifa Joseph Blatter à démissionner quatre jours après sa réélection. Mais il a prévu de rester en poste jusqu’à l’élection de son successeur, qui n’est pas prévue avant fin 2015.

 

Ventes d’armes : un sénateur en examen pour corruption

Ventes d’armes : un sénateur en examen pour corruption

 

Encore uen affaire qui se rapproche de Sarkozy. Celle d’uen vente d’armes pour laquelle  le sénateur (UDI) du Gers Aymeri de Montesquiou a été mis en examen jeudi 8 juillet par deux juges du pôle financier parisien pour « corruption passive par personne exerçant une fonction publique » et « complicité de blanchiment en bande organisée » dans l’affaire du Kazakhgate. Le parlementaire est soupçonné d’avoir perçu des commissions occultes en marge de marchés passés en 2010 avec le Kazakhstan par le gouvernement Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Au mois de mars, le bureau du Sénat avait levé l’immunité du sénateur, dont les bureaux et le domicile avaient ensuite été perquisitionnés. Les juges Roger Le Loire et René Grouman enquêtent sur les dessous de juteux contrats signés sous la présidence de M. Sarkozy, dont M. de Montesquiou était le représentant officiel en Asie centrale, un marché approchant un montant total de 2 milliards d’euros. Il s’agissait notamment de l’achat par Astana de 45 hélicoptères fabriqués par Eurocopter (devenu Airbus Helicopters) et 295 locomotives. M. de Montesquiou a notamment été mis en cause par des rapports de Tracfin, l’organisme anti-blanchiment de Bercy, et par les déclarations d’une avocate niçoise, Me Catherine Degoul, choisie comme intermédiaire par l’Elysée pour permettre à des hommes d’affaires kazakhs d’échapper aux poursuites de la justice belge, condition posée par le président kazakh, Noursoultan Nazarbaiev, pour signer des contrats avec la France.

FIFA : nouvelles preuves de corruption

FIFA : nouvelles preuves de corruption

 

Avec tout l’argent détourné vers les caraïbes le football devrait être très développé dans cette région.( comme athlétisme par exemple). Ce n’est pas le cas car d’une  part une grande partie de l’argent de la FIFA était détournée par l’ancien vice président de la FIFA, lui même originaire des Caraïbes et que par ailleurs ce dernier allait monnayer les voix auprès des pays candidats  à l organisation de la coupe du monde.  D’après  l’ancien ministre des sports égyptien Jack Warner se serait manifesté en 2004 pour proposer à ce ministre un marché en vue de l’attribution du mondial 2010 pour lequel l’Egypte était candidate. Warner aurait demandé 7 millions de dollars en échange de 7 voix pour le vote, ce qu’a refusé le ministre égyptien. Bilan : aucune voix reçue pour l’Egypte. C’est l’Afrique du Sud qui a alors été choisie. L’Afrique du Sud, justement, s’est privée de 10 millions de dollars de la FIFA pour organiser ce Mondial. Ils ont été déroutés au profit du développement du foot dans les Caraïbes et versés sur les comptes de la CONCACAF, la confédération qui rassemble l’Amérique du nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes. Oui mais c’est le même Jack Warner qui en était le président, en plus de son siège de vice-président à la FIFA. Il se serait alors largement servi dans ces 10 millions de dollars, avec plus de la moitié de la somme détournée. C’est ce que révèle la BBC, documents bancaires à l’appui. Jack Warner est dans l’œil du cyclone. Interpol a émis une notice rouge et la justice américaine le réclame. Mais lui vit pour le moment tranquillement à Trinité-et-Tobago.

FIFA : le système Blatter et la corruption

FIFA : le système  Blatter et  la corruption

 

Blatter et le FIFA sont tombés grâce à l’enquête déterminée du FBI. Pourtant les faits de corruption sont connus depuis longtemps. Il suffit d’ailleurs de rappeler le parcours de Blatter pour se rendre compte du parcours de quasi maffioso de Blatter.  En 2014, l’ancien président de la fédération anglaise de football lord David Triesman, compare Sepp Blatter à  Vito Corleone, et dit de la FIFA qu’: « Elle possède une longue tradition de pots-de-vin, magouilles et de corruption », La Fifa se conduit comme une « famille de mafieux », « La corruption a été érigée en système ». Au début des années 1980, Sepp Blatter grimpe dans la hiérarchie de la FIFA. En novembre 1981, il est nommé secrétaire général de l’association. Selon la journaliste Barbara Smit et le professeur Alan Tomlinson, cette nomination est due à Dassler afin d’écarter Helmut Käser, secrétaire général depuis 1961. Le patron d’Adidas aide Havelange puis Blatter dans leur conquête du pouvoir, payant une partie du salaire de Blatter qui a son bureau à Landersheim, au siège d’Adidas France, quand il entre à la FIFA. Le journaliste d’investigation Andrew Jennings prête ce commentaire à Dassler « on va installer ce type [Blatter] dans la place, il est bien, il est des nôtres »..Au printemps 1998, il se porte candidat à la présidence de la FIFA. Il accède à ce poste le 8 juin de la même année alors que Lennart Johansson était favori, ce qui suscite des rumeurs de tentative de corruption de la part de l’entourage de Blatter, le président de la Fédération de Somalie de football Farah Weheliye Addo  étant chassé de la FIFA après avoir dénoncé ces pratiques La présidence de Sepp Blatter est marquée par de nombreux scandales, l’achat de votes lors des élections ou de la désignation des pays organisateurs de la coupe du monde. Le dernier scandale en date tant celui du Qatar. Des scandales dénoncés par   la publication de deux livres très critiques envers sa gestion de la FIFA. David Yallop publie ainsi en 1999 How They Stole the Game  (Comment ils ont volé le jeu). Il y dénonce la gestion de João Havelange. Dans la même veine, Andrew Jennings publie en 2006 Carton rouge !, où il dénonce la gestion de Sepp Blatter en reprenant nombre de données déjà publiées par Yallop (élections « truquées » en 1996 et 1998, par exemple), ainsi que des accusations de corruption liée à la société de marketing ISL (spécialisée dans les droits TV et commerciaux de la FIFA). ISL a été mise en faillite en 2001 puis liquidée judiciairement. La FIFA tente, en vain dans les deux cas, de faire interdire la publication de ces ouvrages. Dès l’année 2001, le juge d’instruction du canton de Zoug Thomas Hildbrand, spécialisé dans les crimes et délits économiques, mène son enquête sur la société désormais en faillite ISL. Ses investigations l’amènent à perquisitionner dans les bureaux de la FIFA à Zurich en novembre 2005, en raison de forts soupçons de détournement de fonds et de corruption. En mai 2002 déjà, le secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen, avait publiquement dénoncé les dysfonctionnements au sein de l’association de football et critiqué le « système Blatter ». Un mois plus tard, il était contraint de démissionner. En 2014, la FIFA dépense 25 millions de francs pour la participation à un film fiction qui a couté 28 millions de francs, « United Passions » supposé être à la gloire d’un Sepp Blatter incarné par Tim Roth. Présenté au festival de Cannes le 18 mai 2014, le film noté récolte une note de 2.8 sur 10 par le site IMDB. Blatter quelques jours après sa ré réélection démissionne donc sous les coup de l’enquête du FBI. Mais il reste encore six mois sans doute pas pour réformer la FIFA comme il l’annonce mais pour magouiller les transferts de fonds et éviter-peut-être-être la prison.

La corruption dans le tennis

La corruption dans le Tennis

 

 

 

Le magazine USA Today a mené une grande enquête sur la corruption dans le tennis mondial. Une investigation qui ne laisse guère de place au doute : les paris illégaux se multiplient et menacent l’intégrité du tennis. Si les circuits ATP et WTA semblent échapper à la menace, les tournois Challenger et Futures seraient à l’inverse en grand danger. En raison du gouffre financier qui sépare les meilleurs joueurs mondiaux de ceux qui peinent à vivre du tennis, les matchs truqués seraient devenus légion sur le circuit mineur. « Quand vous jouez sur le circuit Challenger ou dans de petits tournois, que vous vivez au jour le jour et qu’on vous propose d’un seul coup 50 000 dollars, comment réagissez-vous ? », interpelle Mike Bryan, numéro un mondial en double, qui estime que 25% des joueurs du circuit auraient déjà été approchés pour truquer des rencontres. Ces derniers jours, plusieurs joueurs sont montés au créneau. Victor Hanescu, qui sort d’une saison compliquée, a dû se résoudre à disputer quelques tournois Challenger en 2014. Le Roumain a reconnu avoir été contacté par des bookmakers. « Oui, j’ai reçu des offres. Je crois d’ailleurs qu’il n’y a pas un joueur qui n’ait reçu de telles propositions. Parfois, ils ne vous connaissent même pas et vous envoie des SMS ou des messages via Facebook. Les bookmakers sont partout. Il est d’ailleurs étrange de voir des sociétés de paris en ligne sponsoriser des tournois. Je ne comprends pas cette situation, mais ça ne gêne apparemment pas les responsables de l’ATP », dénonce Hanescu sur le site roumain Prosport. Pour se faire entendre, l’association des joueurs de l’ATP désormais présidée par le Canadien Eric Butorac, peut compter sur la voix de son plus grand porte-parole, le numéro un mondial Novak Djokovic. Pour USA Today, le Serbe a accepté de revenir sur le début de sa carrière, et a reconnu avoir été contacté pour truquer un match en 2006, contre 100 000 dollars. « C’est illégal et cela ruine l’image de notre sport. Il n’y a pas de place pour cela, mais la réalité est bien différente », regrettait Djokovic dans le magazine américain le mois dernier. Pour lutter contre ce nouveau mal qui gangrène le tennis mondial, l’ATP est pressé par de nombreux joueurs de trouver une solution quant à la réévaluation des gains sur le circuit Challenger. (Lu sur France Info)

 

Chine-Dongfeng : un fait de corruption, quelle surprise !

Chine-Dongfeng : un fait de corruption, quelle surprise !

 

Un dignitaire dirigeant de Dongfeng, constructeur chinois , accusé de corruption il y a de quoi sourire quand on sait que la plupart es responsables économiques chinois ont pillé le pays ; Sous l’impulsion de Deng Xiaoping la Chine a mis en place le concept  d’économie socialiste de marché qui permet de développer le capitalisme en conservant le communisme comme  régime politique.  Une transition qui na été possible que grâce au pillage des richesses nationales par les anciens cadres du partis ; devenus subitement millionnaires( Comme en Russie). Un système plus efficace que l’ancien environnement  très dirigiste mais qui parallèlement a développé une corruption qui a aggravé les inégalités ; En clair les cadres du parti ont été achetés pour obtenir leur adhésion à la libéralisation ; mais une corruption qui fausse les données du marché et contre lequel le parti communiste a engagé désormais une opération nettoyage. (Comme en Russie où le nettoyage s’effectue à partir de la nature des rapports qu’entretiennent les nouveaux milliardaires avec Poutine). Il faut des exemples et c’est   Ren Yong, l’adjoint du directeur général de Dongfeng et vice-président de la coentreprise de Dongfeng avec le japonais Nissan qui en est aujourd’hui la « victime ». . Il « est actuellement sous enquête par les autorités compétentes, en raison de suspicions d’infractions disciplinaires », a indiqué le constructeur dans une déclaration transmise vendredi soir à la Bourse de Hong Kong. En conséquence, le groupe « a décidé de démettre Ren Yong de ses fonctions administratives et de ses responsabilités », a précisé l’exécutif de Dongfeng.  Le « gendarme » interne du Parti communiste au pouvoir, a confirmé ce week-end la procédure dans un communiqué distinct. « Ren Yong est suspecté de graves infractions à la discipline et à la loi, et fait actuellement l’objet d’investigations », est-il indiqué, sans détails supplémentaires. Cette formule est régulièrement utilisée par les autorités et médias officiels pour qualifier des faits de corruption et l’usage de pots-de-vins. Les géants chinois du secteur automobile, contrôlés par l’Etat, ne sont pas épargnés par la vaste campagne anticorruption lancée par Pékin: en août dernier, des cadres dirigeants d’une coentreprise entre l’allemand Volkswagen et le chinois FAW avaient été placés sous enquête, pour des motifs similaires. Dongfeng est un groupe public qui multiplie depuis toujours les alliances internationales. Il réalise d’ailleurs la majorité de sa production avec ses partenaires étrangers. Depuis début 2014, il est notamment actionnaire de PSA Peugeot-Citroën, dont il détient 14% du capital, à parité avec l’Etat français. Mais le premier partenariat entre les deux marques remonte à 1992, comme le rappelait Zhu Fushou, le PDG de Dongfeng, en mars 2014.  Dongfeng est également un partenaire privilégié de Renault, et possède une coentreprise en Chine avec Nissan. Cette dernière, avec 900.000 voitures écoulées en 2013, se classe parmi les dix premières marques sur le marché chinois, où les acheteurs continuent de privilégier de façon écrasante les marques étrangères.

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol