Archive pour le Tag 'Corruption'

Politique: Une corruption généralisée responsable de la défaite de Poutine

Politique: Une corruption généralisée responsable de la défaite de Poutine

Il y a évidemment plusieurs plusieurs facteurs explicatifs à la véritable défaite de la Russie qui se profile en Ukraine notamment l’exceptionnelle résistance des ukrainiens mais aussi un climat général en Russie complètement infectée par la corruption.

En fait, Poutine a été trahi par ses propres services secrets, par son entourage et par son armée. Tous les responsables finalement sont impliqués à différents niveaux dans le système mafieux de la Russie. Tous les responsables ont des intérêts économiques fondés sur le détournement des richesses du pays et de ce point de vue, ils imitent Poutine.
Même le nouveau chef des armées, ancien bourreau de Syrie dirige de nombreuses affaires économiques au détriment de l’État. De la même manière ,le grand patron du groupe Wagner est plus préoccupé par son business que par les victoires. Ce qui lui importe c’est surtout de développer toutes ses autres activités.

Ce pays pourtant riche potentiellement est littéralement pillé à tous les niveaux de direction du pays. Ainsi par exemple l’armée n’existait que sur le papier et il manquait de l’ordre de 50 % des équipements pourtant répertoriés. On a même manqué d’uniformes et de pelles sans parler des munitions.

Du fait de la répression criminelle qui règne dans le pays, peu de voix osent s’élever. Mais ce régime est en pleine décomposition. Il tombera un jour ou l’autre à la fois pour des raisons politiques mais sans doute surtout économiques . Car dans le même temps la population vit dans un état de misère inadmissible.

Il n’y a que la dictature pour permettre au régime de durer mais même cette dictature commence en sous-main à être sérieusement mise en cause par les oligarques et autres qui constatent un affaiblissement économique qui aura des conséquences sur leur propre business.

La Russie vit une tragédie sociale, démocratique mais aussi économique.

Une corruption généralisée responsable de la défaite de l’armée Russe

Une corruption généralisée responsable de la défaite de l’armée Russe

Il y a évidemment plusieurs plusieurs facteurs explicatifs à la véritable défaite de la Russie qui se profile en Ukraine notamment l’exceptionnelle résistance des ukrainiens mais aussi un climat général en Russie complètement infectée par la corruption.

En fait, Poutine a été trahi par ses propres services secrets, par son entourage et par son armée. Tous les responsables finalement sont impliqués à différents niveaux dans le système mafieux de la Russie. Tous les responsables ont des intérêts économiques fondés sur le détournement des richesses du pays et de ce point de vue, ils imitent Poutine.
Même le nouveau chef des armées, ancien bourreau de Syrie dirige de nombreuses affaires économiques au détriment de l’État. De la même manière ,le grand patron du groupe Wagner est plus préoccupé par son business que par les victoires. Ce qui lui importe c’est surtout de développer toutes ses autres activités.

Ce pays pourtant riche potentiellement est littéralement pillé à tous les niveaux de direction du pays. Ainsi par exemple l’armée n’existait que sur le papier et il manquait de l’ordre de 50 % des équipements pourtant répertoriés. On a même manqué d’uniformes et de pelles sans parler des munitions.

Du fait de la répression criminelle qui règne dans le pays, peu de voix osent s’élever. Mais ce régime est en pleine décomposition. Il tombera un jour ou l’autre à la fois pour des raisons politiques mais sans doute surtout économiques . Car dans le même temps la population vit dans un état de misère inadmissible.

Il n’y a que la dictature pour permettre au régime de durer mais même cette dictature commence en sous-main à être sérieusement mise en cause par les oligarques et autres qui constatent un affaiblissement économique qui aura des conséquences sur leur propre business.

La Russie vit une tragédie sociale, démocratique mais aussi économique.

Conflit Ukraine-Russie :La corruption généralisée responsable de la défaite Russe

Conflit Ukraine-Russie :La corruption généralisée responsable de la défaite Russe

Il y a évidemment plusieurs plusieurs facteurs explicatifs à la véritable défaite de la Russie qui se profile en Ukraine notamment l’exceptionnelle résistance des ukrainiens mais aussi un climat général en Russie complètement infectée par la corruption.

En fait, Poutine a été trahi par ses propres services secrets, par son entourage et par son armée. Tous les responsables finalement sont impliqués à différents niveaux dans le système mafieux de la Russie. Tous les responsables ont des intérêts économiques fondés sur le détournement des richesses du pays et de ce point de vue, ils imitent Poutine.
Même le nouveau chef des armées, ancien bourreau de Syrie dirige de nombreuses affaires économiques au détriment de l’État. De la même manière ,le grand patron du groupe Wagner est plus préoccupé par son business que par les victoires. Ce qui lui importe c’est surtout de développer toutes ses autres activités.

Ce pays pourtant riche potentiellement est littéralement pillé à tous les niveaux de direction du pays. Ainsi par exemple l’armée n’existait que sur le papier et il manquait de l’ordre de 50 % des équipements pourtant répertoriés. On a même manqué d’uniformes et de pelles sans parler des munitions.

Du fait de la répression criminelle qui règne dans le pays, peu de voix osent s’élever. Mais ce régime est en pleine décomposition. Il tombera un jour ou l’autre à la fois pour des raisons politiques mais sans doute surtout économiques . Car dans le même temps la population vit dans un état de misère inadmissible.

Il n’y a que la dictature pour permettre au régime de durer mais même cette dictature commence en sous-main à être sérieusement mise en cause par les oligarques et autres qui constatent un affaiblissement économique qui aura des conséquences sur leur propre business.

La Russie vit une tragédie sociale, démocratique mais aussi économique.

Ukraine:La corruption généralisée responsable de la défaite Russe

Ukraine:La corruption généralisée responsable de la défaite Russe

Il y a évidemment plusieurs plusieurs facteurs explicatifs à la véritable défaite de la Russie qui se profile en Ukraine notamment l’exceptionnelle résistance des ukrainiens mais aussi un climat général en Russie complètement infectée par la corruption.

En fait, Poutine a été trahi par ses propres services secrets, par son entourage et par son armée. Tous les responsables finalement sont impliqués à différents niveaux dans le système mafieux de la Russie. Tous les responsables ont des intérêts économiques fondés sur le détournement des richesses du pays et de ce point de vue, ils imitent Poutine.
Même le nouveau chef des armées, ancien bourreau de Syri,e dirige de nombreuses affaires économiques au détriment de l’État. De la même manière ,le grand patron du groupe Wagner est plus préoccupé par son business que par les victoires. Ce qui lui importe c’est surtout de développer toutes ses autres activités.

Ce pays pourtant riche potentiellement et littéralement pillé à tous les niveaux de direction du pays. Ainsi par exemple l’armée n’existait que sur le papier et il manquait de l’ordre de 50 % des équipements pourtant répertoriés. On a même manqué d’uniformes et de pelles sans parler des munitions.

Du fait de la répression criminelle qui règne dans le pays, peu de voix osent s’élever. Mais ce régime est en pleine décomposition. Il tombera un jour ou l’autre à la fois pour des raisons politiques mais sans doute surtout économiques . Car dans le même temps la population vit dans un état de misère inadmissible.

Il n’y a que la dictature pour permettre au régime de durer mais même cette dictature commence en sous-main à être sérieusement mise en cause par les oligarques et autres qui constatent un affaiblissement économique qui aura des conséquences sur leur propre business.

La Russie vit une tragédie sociale, démocratique mais aussi économique.

L’association franco-russe: Enquête pour corruption !

L’association franco-russe: Enquête pour corruption !

Avec l’enquête pour corruption concernant l’association franco-russe dirigé notamment par l’eurodéputé du « Rassemblement national » Thierry Mariani, on comprend mieux les atermoiements de ce dernier pour condamner l’agression russe en Ukraine. Récemment encore sur les chaînes d’info, il manifestait les plus grandes réticences pour imputer la responsabilité de la guerre en Ukraine à la Russie. Une posture qui n’est guère étonnant en raison de liens avec la Russie qui font aujourd’hui l’objet d’une enquête pour corruption.

Mariani et Pozzo di Borgo (ancien député) auraient notamment bénéficié, selon Le Monde, de voyages financés par la Russie et la justice chercherait, selon une source proche du dossier, à savoir dans quelle mesure ces cadeaux auraient pu servir de contreparties à des prises de position favorables à la Russie.

L’association Dialogue franco-russe a été créée en 2004 sous le patronage des présidents Jacques Chirac et Vladimir Poutine. Elle se présente comme «un instrument privilégié de communication entre les milieux politiques, économiques et culturels des deux pays» et se donne pour objectif de «contribuer à l’approfondissement des relations stratégiques et du partenariat privilégié entre la France et la Russie».

Contacté par l’AFP, Thierry Mariani a déclaré «tomber des nues» en affirmant «avoir découvert par la presse l’existence de ces enquêtes». Il a relevé que «le signalement de Tracfin était intervenu un mois avant les élections régionales» auxquelles il était candidat et que cela faisait «un an et demi» que des enquêtes étaient menées sans qu’il le sache.
À lire aussiLa justice russe publie les détails du «rééchelonnement» du prêt du RN

Le député européen a évoqué une «perquisition» dans les locaux de l’association, mais, a-t-il dit, les enquêteurs s’intéressaient au «directeur». Thierry Mariani a affirmé en outre que les comptes de l’association étaient «transparents et contrôlés». «Je n’ai jamais perçu de rétribution» de Dialogue franco-russe et «je ne détiens aucune action dans une entreprise russe», a-t-il poursuivi.
Thierry Mariani a annoncé qu’il écrirait aux «autorités» pour demander à «être entendu», afin de «savoir de quoi il retournait». Thierry Mariani a ajouté que l’association, faute de cotisations, avait «rendu les clés du local» qu’elle occupait. Sollicité par l’AFP, Yves Pozzo di Borgo n’a pas souhaité réagir.

Hongrie : lutte contre la corruption ou suppression des subventions européennes

Hongrie : lutte contre la corruption ou suppression  des subventions européennes

 

 

Non seulement la  Hongrie a un gouvernement peu démocratique et peu solidaire de l’Europe mais en plus elle est soupçonnée de corruption vis-à-vis des fonds publics notamment ceux en provenance de l’Union économique. Non-respect de l’État de droit, relations douteuses avec Poutine et corruption, autant d’éléments qui ont justifié la suspension pour l’instant des subventions européennes. La Commission européenne a proposé dimanche 18 septembre aux Etats membres de suspendre 7,5 milliards d’euros de financements européens à la Hongrie, en raison de risques liés à la corruption, en attendant la mise en œuvre de réformes.

« La Hongrie s’est engagée à informer la Commission de la mise en oeuvre des mesures pour remédier à la situation d’ici au 19 novembre. Nous réévaluerons la situation et agirons en conséquence », a déclaré le commissaire européen au Budget, Johannes Hahn, lors d’une conférence de presse.

La décision finale appartient au Conseil, institution représentant les Etats membres, qui ont un mois pour se prononcer. Le délai peut être étendu de deux mois supplémentaires.

Afin de tenter de répondre aux préoccupations de Bruxelles, Budapest a annoncé une série de mesures, notamment la mise en place d’une « autorité indépendante » chargée de lutter contre la corruption et de renforcer la transparence des procédures de passation de marchés publics.

Budapest se démène aussi pour convaincre Bruxelles de débloquer son plan de relance post-Covid (5,8 milliards d’euros de subventions). La Hongrie est le seul pays de l’UE dont le plan n’a toujours pas reçu le feu vert de la Commission européenne, pour les mêmes raisons liées au respect de l’Etat de droit.

La corruption politique est contagieuse !

La corruption politique est contagieuse !

 

Une étude de la Barcelona Graduate School of Economics montre que la révélation de scandales politico-financiers augmente les vols… dans les supermarchés, rapporte, dans Le Monde, l’économiste Pauline Grosjean.

 

« Panama Papers », puis « Pandora Papers » dénonçant l’évasion fiscale à grande échelle, utilisation d’argent public à des fins personnelles, emplois fictifs : les révélations de scandales de corruption visant les personnalités politiques abondent dans les médias. Au-delà des appels (souvent sans suite) aux réformes des systèmes fiscaux et financiers et des gesticulations politiques invoquant la « République exemplaire » ou dénonçant la « corruption du système », quel est l’impact de ces scandales sur les valeurs morales et le comportement des citoyens eux-mêmes ? Comment le contrat social résiste-t-il face à ces mises en exergue des privilèges, passe-droits et appropriation de biens publics par certains de nos représentants ?

Répondre à cette question est éminemment difficile. D’abord, il faut pouvoir mesurer la réponse des citoyens. Puis il faut s’assurer qu’un changement de comportement est causé par ces scandales politico-financiers plutôt que par d’autres événements survenant au même moment. Par exemple, observer que l’évasion fiscale des contribuables suit la même évolution que l’évasion fiscale des personnalités politiques n’établit aucun lien de cause à effet : cela peut simplement être dû au fait que les cabinets d’avocats des paradis fiscaux deviennent plus performants pour recruter leurs clients…

Une étude récente parvient cependant à établir que la corruption politique écorne bel et bien le contrat social (« Contagious Dishonesty : Corruption Scandals and Supermarket Theft », Giorgio Gulino et Federico Masera, Working Paper n° 1267, Barcelona Graduate School of Economics, 2021). Les auteurs ont observé les vols dans une grande chaîne de supermarchés italienne en ayant accès à 260 000 contrôles réalisés auprès des clients.

Pour que l’acheteur économise du temps (et le supermarché des coûts de personnels), il peut scanner lui-même ses achats avec un scanner portatif. Les clients peuvent commettre des erreurs, en scannant le mauvais objet ; ils peuvent aussi voler, en scannant systématiquement des produits moins chers. De façon aléatoire, le supermarché effectue (rarement) des contrôles. Ces contrôles révèlent 6 % de cas dans lesquels les clients ont commis des erreurs en scannant plus que la valeur de leur chariot, et 14 % de cas dans lesquels ils ont scanné moins que la valeur de leur chariot – la différence de proportion entre ceux qui se trompent dans un sens ou dans l’autre pouvant être imputée à un comportement de vol.

Les auteurs ont alors observé le comportement des clients lorsque des scandales de corruption sont révélés dans les journaux. En utilisant uniquement les scandales locaux et en comparant le comportement des clients originaires des villes où un scandale a éclaté par rapport au comportement, le même jour et parfois dans le même supermarché, de clients originaires de villes « sans scandale », les auteurs montrent une augmentation significative des vols corrélée au scandale de corruption. Ils estiment que la probabilité de vol augmente de 30 % pendant au moins quatre jours après la révélation du scandale. Plus l’affaire est grave et plus les journaux locaux donnent de l’importance aux affaires de corruption (par exemple, les jours où il n’y a pas de match de football), plus les clients volent !

Acier : corruption géante en Iran

Acier : corruption géante en Iran

 

Il se confirme que la rigueur religieuse en Iran se trouve en contradiction le plus souvent avec la rigueur de gestion. En clair, l’ Iran figure parmi les pays les plus corrompus du monde. Ce rapport de 295 pages affirme que le groupe Mobarakeh Steel Company  a versé d’importants montants à des ministères, des institutions judiciaires, des préfectures, la télévision d’Etat, la police, des députés ou encore des imams, selon Fars.

En Iran, le secteur de l’énergie est en pleine tempête. Le plus grand producteur d’acier du pays a été suspendu de la bourse de Téhéran après un rapport parlementaire évoquant des pots-de-vin d’une valeur de trois milliards de dollars, rapporte la presse locale.

Le directeur exécutif de la bourse de Téhéran (TSE), Mahmoud Goudarzi, a indiqué à l’agence Fars que les actions de Mobarakeh Steel Company étaient suspendues « en raison de doutes sur la transparence des informations » fournies par le géant de l’acier. Cette nouvelle affaire risque une nouvelle fois de peser sur le marché planétaire de l’acier déjà en proie à de fortes difficultés depuis le début de la guerre en Ukraine il y a six mois.

Cette annonce intervient quelques jours après qu’un rapport détaillé du Parlement a accusé la direction de Mobarakeh, basée dans la province centrale d’Ispahan, de 90 charges, notamment de fraude, de népotisme et de trafic d’influence pour un total de trois milliards de dollars entre 2018 et 2021.

Il pointe notamment du doigt des responsables sous la présidence d’Hassan Rohani pour avoir nommé l’équipe de direction et les membres du conseil d’administration de Mobarakeh, l’un des principaux acteurs de l’économie iranienne.

La justice, à laquelle le rapport a été transmis selon Fars, n’a pas encore annoncé si elle lançait des poursuites. Fin juin, le guide suprême Ali Khamenei avait appelé la justice à s’attaquer fermement à la corruption en Iran, classé en 2021 au 150e rang sur 180 pays par Transparency International.

 

Gerhard Schröder sanctionné en Allemagne pour sa corruption avec Poutine

Gerhard Schröder sanctionné en Allemagne pour sa corruption avec Poutine

La déchéance lamentable de l’ancien premier ministre d’Allemagne compromis jusqu’au cou dans des affaires de corruption avec Poutine.

On objectera que l’intéressé ne n’est pas le seul responsable à connaître une fin aussi lamentable. En Angleterre mais aussi en France, certains manifestent une bienveillance coupable à l’égard de Poutine en raison notamment de relations très douteuses.

 

Gerhard Schröder tombe en disgrâce. Alors que de nombreuses voix au sein du parti social-démocrate (SPD) demande son éviction du parti, l’ancien chancelier allemand a été privé de ses avantages liés à son ancienne fonction, dont l’attribution de bureaux. Ce proche de Vladimir Poutine continuait en effet de bénéficier de plusieurs bureaux à la chambre des députés et d’un budget pour du personnel. Un privilège qu’il doit à son statut d’ancien chancelier mais dont le coût s’élève à 400.000 euros par an pour les contribuables allemands.

« Les groupes parlementaires de la coalition ont tiré les conséquences du comportement de l’ancien chancelier et lobbyiste Gerhard Schröder face à l’invasion russe en Ukraine », indique la commission budgétaire du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand. La coalition au pouvoir justifie aussi cette décision par le fait que  »l’ancien chancelier Schröder n’assume plus aucune obligation continue liée à sa fonction ». Il conserve cependant sa protection policière et sa pension de retraite d’ex-chancelier.

 

Au centre des critiques, le refus de celui qui a dirigé l’Allemagne de 1998 à 2005 de quitter son poste de président du conseil d’administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe, et du comité d’actionnaires de Nord Stream 2, gazoduc russo-allemand controversé. D’autant qu’il doit en principe entrer en juin au conseil de surveillance du géant russe Gazprom.

En avril, il avait fait savoir qu’il n’avait aucune intention de démissionner, sauf si Moscou venait à cesser ses livraisons de gaz à l’Allemagne. À l’inverse, la plupart des anciens dirigeants européens présents avant la guerre en Ukraine dans les instances dirigeantes des entreprises russes ont depuis démissionné à l’instar des chefs de gouvernement finlandais Esko Aho, italien Matteo Renzi et autrichien Christian Kern. Gerhard Schröder maintient ainsi une position ambiguë, condamnant l’invasion de l’Ukraine, mais appelant à  »ne pas couper complètement les liens » avec Moscou. Il s’est même fendu d’une visite à Vladimir Poutine, en février, dans le cadre d’un « effort de médiation » selon le site d’information Politico.

 

 

Bitcoin: piège et corruption

Bitcoin:  piège et corruption 

 

L’adoption du bitcoin comme monnaie légale, au Salvador, en septembre 2021, a surtout profité à son président, Nayib Bukele. La reine des cryptomonnaies est encore peu utilisée dans le pays et a creusé son déficit, mais elle augmente le capital politique de son dirigeant. (papier du Monde)

Le Salvador a justifié l’adoption de cette devise par les possibilités économiques qu’elle offre, comme attirer des touristes étrangers souhaitant dépenser leurs bitcoins, ou faire économiser aux personnes travaillant à l’étranger les commissions bancaires prélevées sur les montants qu’ils envoient à leurs familles, et qui représentent à eux seuls 22 % du produit intérieur brut. En septembre 2021, les habitants ont reçu, en guise d’incitation, l’équivalent de 30 dollars en bitcoins à dépenser depuis un porte-monnaie électronique et certains ont été même formés à son utilisation.

 

Un rapport publié en avril par le National Bureau of Economic Research, basé aux Etats-Unis, montre pourtant que seule une entreprise sur cinq l’accepte comme monnaie de transaction et seuls 5 % des commerces l’utilisent régulièrement. La devise est plutôt utilisée par les hommes, jeunes, éduqués et qui disposent déjà d’un compte bancaire. Les plus récalcitrants disent ne pas posséder de smartphone avec un accès à Internet, ne pas savoir comment se servir de la technologie, ou faire confiance au paiement en espèces plutôt qu’en monnaie virtuelle. Autrement dit, le bitcoin laisse de côté les plus âgés et les plus défavorisés.

Il n’arrange pas les finances de l’Etat non plus. L’agence Bloomberg a calculé que la valeur de la cryptomonnaie achetée par l’Etat depuis septembre s’était dépréciée de 40 millions d’euros, alors que son cours a baissé de 40 % depuis mars. Le pays, qui a vu sa note souveraine dégradée par l’agence Fitch Ratings, se rapproche dangereusement d’un défaut de paiement, avec une dette qui a fortement augmenté depuis le début de la pandémie de Covid-19. Or, la politique du bitcoin du président Bukele ne facilite pas les négociations avec le Fonds monétaire international, qui lui a demandé de l’abandonner. L’instance estime que les fluctuations importantes du cours de la cryptomonnaie menacent la stabilité financière du pays, tout comme celle des épargnants qui risquent aussi de perdre leurs économies en cas de piratage électronique. L’adoption de cette monnaie, très prisée du crime organisé pour l’anonymat qu’elle offre, complique aussi la lutte contre le blanchiment d’argent.

Suisse : la corruption derrière le secret bancaire (Joseph Stiglitz)

Suisse : la corruption derrière le secret bancaire (Joseph Stiglitz)

Le Prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz,  salue  dans le Monde l’effet provoqué par les « Suisse Secrets » et souligne que les principales victimes de l’argent sale caché chez Credit Suisse sont les populations de pays pauvres ayant des dirigeants corrompus.

 

Tribune.

 

« Suisse Secrets », la dernière bombe lâchée par un groupe de médias internationaux, est la continuation du travail commencé avec les « Panama Papers » et les « Paradise Papers ». Il s’agit de la même vieille histoire qui se répète, à l’infini. Chaque fois que des journalistes lèvent le voile sur ce qui se passe dans le secteur financier, nous comprenons mieux l’importance du secret bancaire : chaque fois apparaît un réseau de corruption et d’activités sordides derrière lesquels se cachent sans surprise une armée de clients douteux et de familles de dictateurs, mais aussi une poignée de responsables politiques, apparemment respectables, de pays démocratiques.

Mais cette fois-ci, cela semble différent. Il ne s’agit pas d’une petite île obscure située dans des eaux reculées, ni d’un pays en développement en quête d’un autre modèle économique que celui de la drogue. Non, il s’agit d’une grande banque, Credit Suisse, implantée au cœur de l’Europe, dans l’un des pays les plus prospères du monde, un pays où l’État de droit est censé primer. Ces révélations sont d’autant plus désolantes que le pays et la banque impliqués ont promis transparence et amendement – après avoir, des décennies durant, facilité l’évasion fiscale sans que cela paraisse poser le moindre problème. Or le problème se trouve précisément là : il ne saurait y avoir de responsabilité financière des États et des banques en l’absence de transparence accrue.

La position de la Suisse, dont la loi sanctionne ceux qui tentent de percer son secret, semble de plus en plus double. Dans le monde entier, des pays adoptent des lois sur les lanceurs d’alerte, exposés à l’extrême difficulté de faire la lumière sur des comportements nuisibles. Aux Etats-Unis, les révélations de Frances Haugen sur les méfaits de Facebook n’auraient sans doute pas été possibles sans les solides lois américaines sur les lanceurs d’alerte. A l’inverse, la Suisse semble s’arc-bouter sur la défense du secret bancaire, en dépit de ses conséquences néfastes, et sanctionne les journalistes et autres personnes qui parviennent à accéder à des données sur ce qui se passe à l’ombre de son système financier.

Il est regrettable, mais hélas pas surprenant, qu’aucun média suisse n’ait pu participer à cette enquête collaborative mondiale, étant donné les lourdes conséquences légales prévues par les lois suisses sur le secret bancaire. Nous ne pouvons donc que saluer l’action de ces journalistes non suisses qui risquent des poursuites des autorités helvétiques. Sans aucun doute, la Suisse sait l’effet dissuasif de sa législation : sans aucun doute ou presque, son but est de préserver aussi longtemps que possible son modèle économique, pour empocher une petite part des biens illicites ou mal acquis, en échange d’un refuge sûr et secret où amasser et stocker leurs lingots.

 

Samuel Patty : une corruption aussi des idées

Samuel Patty : une corruption aussi des idées 

A l’heure des hommages à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020, Dominique Schnapper observe d’un regard aigu et inquiet le monde de l’éducation où les principes républicains reculent. La sociologue, qui s’exprime ici à titre personnel, préside le Conseil des sages de la laïcité, mis en place dès 2018 par Jean-Michel Blanquer.(extrait, l’Opinion)

Un an après l’assassinat de Samuel Paty, rien ne semble avoir vraiment changé dans l’école. Le malaise des enseignants vis-à-vis de la laïcité persiste, tout comme les revendications d’élèves ou de leurs familles. La pression islamiste reste forte ?

L’attentat contre Samuel Paty empêche de prétendre que le problème n’existe pas. Mais la situation de fond n’a pas changé, les islamistes continuent de menacer les démocraties, et la France en particulier, qui comprend les plus importantes communautés musulmanes et juives d’Europe et dont la laïcité est chargée d’histoire et de sens. Dans ces conditions, des enseignants peuvent être soumis à de fortes pressions. Ils n’ont pas été formés à cette situation, ils se sentent désarmés. Il serait trop commode de leur faire la morale. Il faut parfois être un héros pour exercer ce métier dans certains établissements. Or, les héros n’ont jamais été nombreux. Le million de fonctionnaires de l’Education nationale ne peut être formé d’autant de héros.

Est-ce donc la peur qui domine ?

La peur existe et elle est parfois justifiée. Mais le renoncement vient aussi d’une forme de corruption intellectuelle sur ce que sont la laïcité, la défense de la République, ses principes (ou « valeurs ») aujourd’hui attribués à la droite alors qu’ils ont longtemps été portés par la gauche. La gauche est aujourd’hui très divisée entre « républicains » et « identitaristes ». Ces derniers défendent un relativisme absolu expliquant qu’il faut « tout comprendre, tout accepter et que la République est trop dure » Le monde enseignant, traditionnellement de sensibilité de gauche, est traversé par ces courants, d’autant qu’il y a eu une mauvaise transmission de ce qu’est la laïcité aux plus jeunes générations. Le ministre a organisé un vaste programme de formation à la laïcité pour les personnels. Il nous faut aujourd’hui rappeler ce qui, dans les générations précédentes, aurait été perçu comme des platitudes : la laïcité est l’instrument de la liberté, liberté de croire ou de ne pas croire, de changer de religion, liberté d’exercer son culte, liberté d’expression.

La « corruption intellectuelle » que vous évoquez a-t-elle servi de terreau à l’assassinat de Samuel Paty ?

Remettre en question la liberté d’expression et ne pas prendre de manière radicale la défense de quelqu’un qui est dénoncé sur les réseaux sociaux et directement menacé en est une illustration. Je ne connais pas l’enquête dans le détail, mais il semble, en lisant la presse, qu’un manque de solidarité de certains des collègues de Samuel Paty, la perméabilité au relativisme sur la laïcité et la peur ont effectivement laissé ce cancer se développer. Il y avait en face de ce monde hésitant des mensonges et des démarches fortement organisés.

« A un moment donné, il faut donner un coup d’arrêt. C’est la guerre ou l’honneur. En général, en cédant, on perd sur les deux tableaux »

Plusieurs récentes enquêtes d’opinion montrent une adhésion à la laïcité qui diminue parmi les jeunes générations, a fortiori parmi les populations musulmanes. Quelle est votre analyse ?

Toutes les enquêtes montrent en effet que les jeunes sont plus nombreux à rejeter la laïcité que les générations précédentes et, parmi eux, les jeunes musulmans sont surreprésentés. Des cas particuliers remontent jusqu’au ministère : un père inscrivant sa fille en maternelle qui exige qu’elle ne soit pas assise à côté d’un petit garçon, par exemple. Le refus de la mixité est central dans ces revendications. Il existe aussi un antisémitisme diffus, mais parfois violent, qui rend difficile l’enseignement de la Shoah, ou encore une contestation systématique de la science au nom de la religion. Cette atmosphère conduit des professeurs à s’autocensurer. Mais il faut bien comprendre que, si on cède aux revendications des fondamentalistes, on aura à céder toujours plus. A ceux qui nous demandent de cesser d’être ce que nous sommes, il faut opposer des règles simples et claires. Appliquer la charia à l’école, ce n’est pas possible. A un moment donné, il faut donner un coup d’arrêt. C’est la guerre ou l’honneur. En général, en cédant, on perd sur les deux tableaux. A cet égard, la loi de 2004 (sur l’interdiction des signes religieux ostensibles à l’école) a été un succès.

La moitié des lycéens sont aujourd’hui hostiles à cette loi, selon un sondage Ifop de mars 2021. Vu l’évolution sociologique que vous décrivez, imaginez-vous qu’elle soit un jour abrogée ?

Ce serait un terrible échec. Je suis d’un tempérament plutôt pessimiste mais qui conduit à l’idée qu’il faut lutter politiquement et intellectuellement. Contre la minorité active et très organisée des fondamentalistes, il faut mener le combat intellectuel et politique. Aux musulmans « républicains », la majorité, qui ont envie de lutter et qui sont les victimes des fondamentalistes, il faut apporter aide et soutien.

Jusqu’à quel point, y a-t-il une prise de conscience que la laïcité est en danger ?

Si Emmanuel Macron a mis un certain temps à prendre une position nette, il l’a fait clairement lors de son discours des Mureaux. Mais le milieu intellectuel et médiatique se montre encore très « compréhensif » au nom du libéralisme culturel, de la « reconnaissance de l’Autre » et d’un « droit à la différence ». L’écrivain Kamel Daoud a bien montré que ce sont des minorités — mais des minorités très actives — qui ont détruit la société algérienne dans la décennie 1990. Quand des gens sont prêts à mourir, il est très difficile de les arrêter. En France, les services de renseignement ont fait des progrès pour déjouer les attentats, mais le poids du soft power islamiste reste inquiétant.

Un soft power qui, insistez-vous, poursuit des visées politiques sous couvert de demandes religieuses.

Si les demandes des musulmans étaient purement religieuses, la loi de 1905, quitte à l’adapter, permettrait d’y répondre. Mais nous sommes face à des demandes politiques qui touchent à l’égalité entre les hommes et les femmes, à la liberté d’expression et qui ne sont pas compatibles avec la démocratie. Comme disait Paul Ricœur, nous avons droit à la continuité historique. La séparation du politique et du religieux sous la forme de la laïcité dite « à la française », c’est l’héritage que nous avons à défendre.

Quel rôle peut jouer le Conseil des sages de la laïcité ?

Nous donnons aux gens de bonne volonté les instruments intellectuels pour lutter. Nous avons contribué à la publication du Guide républicain, aujourd’hui diffusé dans tous les établissements scolaires, auquel les acteurs de terrain peuvent se référer. Nous travaillons actuellement au vade-mecum de la laïcité dans le milieu sportif.

 

Samuel Patty : une corruption aussi des esprits

Samuel Patty : une corruption aussi des esprits

A l’heure des hommages à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020, Dominique Schnapper observe d’un regard aigu et inquiet le monde de l’éducation où les principes républicains reculent. La sociologue, qui s’exprime ici à titre personnel, préside le Conseil des sages de la laïcité, mis en place dès 2018 par Jean-Michel Blanquer.(extrait, l’Opinion)

Un an après l’assassinat de Samuel Paty, rien ne semble avoir vraiment changé dans l’école. Le malaise des enseignants vis-à-vis de la laïcité persiste, tout comme les revendications d’élèves ou de leurs familles. La pression islamiste reste forte ?

L’attentat contre Samuel Paty empêche de prétendre que le problème n’existe pas. Mais la situation de fond n’a pas changé, les islamistes continuent de menacer les démocraties, et la France en particulier, qui comprend les plus importantes communautés musulmanes et juives d’Europe et dont la laïcité est chargée d’histoire et de sens. Dans ces conditions, des enseignants peuvent être soumis à de fortes pressions. Ils n’ont pas été formés à cette situation, ils se sentent désarmés. Il serait trop commode de leur faire la morale. Il faut parfois être un héros pour exercer ce métier dans certains établissements. Or, les héros n’ont jamais été nombreux. Le million de fonctionnaires de l’Education nationale ne peut être formé d’autant de héros.

Est-ce donc la peur qui domine ?

La peur existe et elle est parfois justifiée. Mais le renoncement vient aussi d’une forme de corruption intellectuelle sur ce que sont la laïcité, la défense de la République, ses principes (ou « valeurs ») aujourd’hui attribués à la droite alors qu’ils ont longtemps été portés par la gauche. La gauche est aujourd’hui très divisée entre « républicains » et « identitaristes ». Ces derniers défendent un relativisme absolu expliquant qu’il faut « tout comprendre, tout accepter et que la République est trop dure » Le monde enseignant, traditionnellement de sensibilité de gauche, est traversé par ces courants, d’autant qu’il y a eu une mauvaise transmission de ce qu’est la laïcité aux plus jeunes générations. Le ministre a organisé un vaste programme de formation à la laïcité pour les personnels. Il nous faut aujourd’hui rappeler ce qui, dans les générations précédentes, aurait été perçu comme des platitudes : la laïcité est l’instrument de la liberté, liberté de croire ou de ne pas croire, de changer de religion, liberté d’exercer son culte, liberté d’expression.

La « corruption intellectuelle » que vous évoquez a-t-elle servi de terreau à l’assassinat de Samuel Paty ?

Remettre en question la liberté d’expression et ne pas prendre de manière radicale la défense de quelqu’un qui est dénoncé sur les réseaux sociaux et directement menacé en est une illustration. Je ne connais pas l’enquête dans le détail, mais il semble, en lisant la presse, qu’un manque de solidarité de certains des collègues de Samuel Paty, la perméabilité au relativisme sur la laïcité et la peur ont effectivement laissé ce cancer se développer. Il y avait en face de ce monde hésitant des mensonges et des démarches fortement organisés.

« A un moment donné, il faut donner un coup d’arrêt. C’est la guerre ou l’honneur. En général, en cédant, on perd sur les deux tableaux »

Plusieurs récentes enquêtes d’opinion montrent une adhésion à la laïcité qui diminue parmi les jeunes générations, a fortiori parmi les populations musulmanes. Quelle est votre analyse ?

Toutes les enquêtes montrent en effet que les jeunes sont plus nombreux à rejeter la laïcité que les générations précédentes et, parmi eux, les jeunes musulmans sont surreprésentés. Des cas particuliers remontent jusqu’au ministère : un père inscrivant sa fille en maternelle qui exige qu’elle ne soit pas assise à côté d’un petit garçon, par exemple. Le refus de la mixité est central dans ces revendications. Il existe aussi un antisémitisme diffus, mais parfois violent, qui rend difficile l’enseignement de la Shoah, ou encore une contestation systématique de la science au nom de la religion. Cette atmosphère conduit des professeurs à s’autocensurer. Mais il faut bien comprendre que, si on cède aux revendications des fondamentalistes, on aura à céder toujours plus. A ceux qui nous demandent de cesser d’être ce que nous sommes, il faut opposer des règles simples et claires. Appliquer la charia à l’école, ce n’est pas possible. A un moment donné, il faut donner un coup d’arrêt. C’est la guerre ou l’honneur. En général, en cédant, on perd sur les deux tableaux. A cet égard, la loi de 2004 (sur l’interdiction des signes religieux ostensibles à l’école) a été un succès.

La moitié des lycéens sont aujourd’hui hostiles à cette loi, selon un sondage Ifop de mars 2021. Vu l’évolution sociologique que vous décrivez, imaginez-vous qu’elle soit un jour abrogée ?

Ce serait un terrible échec. Je suis d’un tempérament plutôt pessimiste mais qui conduit à l’idée qu’il faut lutter politiquement et intellectuellement. Contre la minorité active et très organisée des fondamentalistes, il faut mener le combat intellectuel et politique. Aux musulmans « républicains », la majorité, qui ont envie de lutter et qui sont les victimes des fondamentalistes, il faut apporter aide et soutien.

Jusqu’à quel point, y a-t-il une prise de conscience que la laïcité est en danger ?

Si Emmanuel Macron a mis un certain temps à prendre une position nette, il l’a fait clairement lors de son discours des Mureaux. Mais le milieu intellectuel et médiatique se montre encore très « compréhensif » au nom du libéralisme culturel, de la « reconnaissance de l’Autre » et d’un « droit à la différence ». L’écrivain Kamel Daoud a bien montré que ce sont des minorités — mais des minorités très actives — qui ont détruit la société algérienne dans la décennie 1990. Quand des gens sont prêts à mourir, il est très difficile de les arrêter. En France, les services de renseignement ont fait des progrès pour déjouer les attentats, mais le poids du soft power islamiste reste inquiétant.

Un soft power qui, insistez-vous, poursuit des visées politiques sous couvert de demandes religieuses.

Si les demandes des musulmans étaient purement religieuses, la loi de 1905, quitte à l’adapter, permettrait d’y répondre. Mais nous sommes face à des demandes politiques qui touchent à l’égalité entre les hommes et les femmes, à la liberté d’expression et qui ne sont pas compatibles avec la démocratie. Comme disait Paul Ricœur, nous avons droit à la continuité historique. La séparation du politique et du religieux sous la forme de la laïcité dite « à la française », c’est l’héritage que nous avons à défendre.

Quel rôle peut jouer le Conseil des sages de la laïcité ?

Nous donnons aux gens de bonne volonté les instruments intellectuels pour lutter. Nous avons contribué à la publication du Guide républicain, aujourd’hui diffusé dans tous les établissements scolaires, auquel les acteurs de terrain peuvent se référer. Nous travaillons actuellement au vade-mecum de la laïcité dans le milieu sportif.

 

Chine : entrisme, manipulation et corruption

Chine : entrisme, manipulation et corruption

 

Longtemps la Chine s’est tenue à l’écart des grands enjeux géo politiques s’efforçant même de montrer une image relate vivement lisse du régime. Mais depuis l’arrivée du président Xi, désormais président à vie, la stratégie a changé. La Chine a opté pour la brutalité, la manipulation et la corruption.

Le mensonge est partout y compris dans les ambassades de Chine sans parler évidemment des extraordinaires réseaux d’intoxication sur Internet. Il faut lire par exemple les interviews de l’ambassadeur de Chine en France. Un véritable discours de propagande en outre très agressif pour le pays où l’ambassadeur est censé se limiterà des relations diplomatiques apaisées

L’ambassadeur de Chine en France va jusqu’à affirmer que les Français sont admiratifs devant le régime politique chinois et qu’il déteste la démocratie pratiquée en France. On croit rêver, on croit entendre Georges Marchais, on croit entendre les responsables communistes des années 50 .

En fait, toutes les manipulations obéissent à une stratégie d’intrusion de la Chine dans toutes les sphères économiques bien sûr mais aussi politiques et culturelles. Une étude d’une ampleur sans précédent, de 650 pages, que vous révèle France Inter, dévoile le gigantisme tentaculaire et très professionnalisé des réseaux d’influence construits par la Chine partout dans le monde.

« C’est un moment machiavélien », écrivent les deux auteurs du rapport, Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, au sens où Pékin semble désormais estimer que, comme l’écrivait Machiavel dans « Le Prince », « il est plus sûr d’être craint que d’être aimé. Ce qui correspond donc à une ‘russianisation’ des opérations d’influence chinoise ».

Les objectifs de la Chine à l’étranger sont de « séduire et subjuguer » mais surtout « d’infiltrer et de contraindre », en modernisant les méthodes russes pour aboutir à ce que les deux auteurs du rapport appellent le « techno-autoritarisme » ou « autoritarisme numérique » chinois. Cette industrialisation des moyens d’influence de Pékin s’est accélérée depuis 2017, avec « une agressivité croissante ces dernières années », constate le rapport de l’Irsem.

Pour ces actions à l’étranger, la Chine utilise plusieurs courroies de transmission : le département de la propagande du Parti communiste chinois, la Ligue de la jeunesse communiste, le bureau 610 en charge de la lutte contre le mouvement Falun Gong, l’armée et ses cybers-soldats de la base 311, les centres culturels Confucius, les diasporas chinoises et une myriade d’associations, etc.

La Chine a aussi recours à des opérations de manipulation de l’information sur les réseaux sociaux :

« Elles se déploient simultanément dans plusieurs secteurs afin de circonvenir les diasporas, les médias, la diplomatie, l’économie, la politique, l’éducation, les think tanks, la culture, etc. », notent les auteurs du rapport.

Autriche : le chancelier soupçonné de corruption viré

Autriche : le chancelier soupçonné de corruption viré

 

Il y a de toute évidence une différence de taille entre les pays du Sud et les pays anglo-saxons. Dans les pays du Sud y compris la France les plus hauts dirigeants peuvent continuer d’exercer leur mandat y compris avec des casseroles et cela pendant des années voire davantage ( affaire Sarkozy, affaire Chirac, affaire Macron et le financement de son parti).

Dans les pays anglo-saxons le moindre soupçon conduit les dirigeants à démissionner aussitôt. Le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz, soupçonné d’être impliqué dans une affaire de corruption, a, lui, annoncé ce samedi soir sa démission, nouveaux soubresauts politiques dans ce pays d’Europe centrale.

Sebastian Kurz est soupçonné d’avoir utilisé par le passé des fonds gouvernementaux pour s’assurer une couverture médiatique favorable. Selon le parquet, entre 2016 et 2018, des articles élogieux et des études d’opinion «partiellement manipulées» auraient été publiés en échange de l’achat d’espaces publicitaires par le ministère des Finances, géré à cette époque par les conservateurs.

La corruption , principal sujet international (Alexeï Navalny )

 La corruption ,   principal sujet international (Alexeï Navalny   )

 

Victime d’une tentative d’empoisonnement le 20 août 2020, et aujourd’hui emprisonné, l’opposant russe et militant anticorruption propose, dans une tribune au « Monde » également publiée par la « Frankfurter Allgemeine Zeitung » et « The Guardian » de  lutter contre la cupidité des dirigeants autocrates.(extrait

 

J’ai été empoisonné par une arme chimique il y a exactement un an et je ne suis pas mort. La corruption a, semble-t-il, joué un rôle non négligeable dans cette issue heureuse : elle a sapé de l’intérieur le système étatique, et donc aussi les services secrets. Une équipe du FSB [les services russes de sécurité intérieure] a mis un agent neurotoxique sur mes sous-vêtements de façon peu professionnelle. On m’avait pris en filature depuis trois ans et demi avec la même absence de professionnalisme, en violant toutes les instructions, ce qui a permis à des enquêteurs indépendants de démasquer tout le groupe. Quand les chefs sont occupés à offrir une protection mafieuse au monde des affaires et à extorquer des fonds, la qualité des opérations secrètes en souffre inéluctablement.

Un régime reposant sur la corruption exécute très bien, en revanche, des tâches plus simples. Les autocrates qui souhaitent dépouiller leur peuple prennent le contrôle, en premier lieu, du système judiciaire, et celui-ci travaille parfaitement sur le mode « un prêté pour un rendu ». C’est pourquoi, quand je suis rentré en Russie [en janvier] après avoir été soigné, j’ai été envoyé en prison dès ma sortie de l’avion. Il n’y a là pas grand-chose d’agréable, mais au moins ai-je le temps de lire les mémoires de dirigeants du monde entier.

Ceux-ci racontent comment ils ont entrepris de régler les principaux problèmes de l’humanité : les guerres, la pauvreté, les migrations, le changement climatique, les armes de destruction massive. Ces sujets sont considérés comme de « première importance ». Mais ces dirigeants ne mentionnent pas souvent la lutte contre la corruption. Rien d’étonnant : c’est une question « d’importance secondaire ».

En revanche – et c’est frappant –, ces leaders parlent presque toujours de corruption quand ils évoquent des échecs. Les leurs et (le plus souvent) ceux de leurs prédécesseurs : « Nous avons consacré des années, des centaines de milliards de dollars et des milliers de vies humaines à l’Irak, à l’Afghanistan, au Mali, où vous voulez, mais, à cause de ses pillages, le gouvernement corrompu de Nouri Al-Maliki, Hamid Karzaï, Ibrahim Boubacar Keïta, qui vous voulez, a vu le peuple se détourner de lui et a permis que des radicaux armés de slogans sur un pouvoir juste et honnête l’emportent. »

Et là, une question évidente se pose : puisque la corruption nous empêche de régler les problèmes « de première importance », le moment n’est-il pas venu de la mettre tout en haut de cette liste de problèmes ?

République dominicaine: une corruption à 100 millions !

République dominicaine: une corruption à 100 millions  !

 

 

On peut s’étonner qu’une procédure judiciaire ait été engagée pour un motif de corruption en République Dominicaine. Il fallait en effet solliciter la justice ce motif dans certains pays où la corruption cons situe une sorte de mode de régulation alors la vie économique s’écroulerait. En  République Dominicaine, l’affaire a pris une tournure judiciaire compte tenu du montant à savoir une centaine de millions concernant plusieurs responsables dont un ancien ministre des travaux publics.

Observons aussi que cette pratique particulière demeure encore un peu partout dans le monde dans le secteur des travaux publics où il est d’usage d’arroser des responsables  pour empocher des marchés. Dans certains pays en voie de développement, la pratique de corruption est d’autant plus facile qu’elle est largement ancrée dans la culture du plus haut niveau de l’État jusqu’au plus bas. Une sorte de fiscalité virtuelle qui permet d’améliorer le revenu des responsables et autres fonctionnaires mais qui en même temps pénalise en fait l’économie et le développement du pays.

Violences en Haïti : une tradition de mafia et de corruption

 

Haïti souvent victime de catastrophes en tous genres a pourtant vu des pluies de milliards s’abattre sur l’île. Pour autant, le pays est demeuré l’un des plus pauvres au monde et des plus violents. Témoin l’assassinat récent du président haïtien, Frédéric Thomas, docteur en sciences politiques et chargé d’études pour l’ONG Centre tricontinental (Cetri), explique le contexte dans le JDD.

Interview (extrait )

L’assassinat du président Jovenel Moïse était-il prévisible?
Malheureusement, oui. Cela reste un choc, mais il y avait un environnement d’insécurité, d’impasse politique, de recrudescence de gangs armés, de « gangstérisation » de l’Etat qui rendait le scénario du pire possible. Jovenel Moïse est victime d’une violence dont il est largement responsable.

Que voulez-vous dire?
En Haïti, il y a une tradition d’instrumentalisation des bandes armées par la classe politique. Mais la violence a explosé ces derniers mois, avec des affrontements très violents au mois de juin dans le quartier populaire de Martissant, à Port-au-Prince. Ils ont provoqué 150 morts, dont 15 en une seule nuit, parmi lesquels le journaliste Diego Charles et la militante féministe Antoinette Duclair. Plus de 10.000 personnes ont été déplacées. L’assassinat du président s’inscrit dans cette recrudescence des bandes armées, qui contrôlent une large partie du territoire de Port-au-Prince, coupant même l’accès à la partie sud de l’île. Or ces violences se sont développées à partir de la fin 2018, en réponse aux contestations populaires contre la vie chère et la corruption. Cela a été une manière de contrôler ces contestations sociales et de s’assurer le pouvoir. Cette instrumentalisation est documentée par des enquêtes, qui montrent l’implication de policier, de fonctionnaires. Il y a une impunité totale qui permet ce cycle de violence. Et l’obstination de Jovenel Moïse à se maintenir au pouvoir n’a fait qu’alimenter cette violence, catalysée par la perspective des prochaines élections. En effet, ces bandes armées cherchent à assoir leur contrôle sur des territoires de la capitale afin d’assurer les votes à ceux qui les payent le plus.

Comment pourrait-on qualifier la vie politique haïtienne?
Il y a une vie politique de débat d’idées très active au sein de la société civile : des organisations sociales et syndicales, des mouvements de femmes, de paysans, mais avec des partis politiques peu représentatifs et peu institutionnalisés. Ce sont souvent des partis centrés autour d’une personne, qui se constituent en vue des élections pour mener campagne, mais qui n’ont pas une durée de vie très longue. Aux dernières élections, Jovenel Moïse a été élu avec un taux de participation autour de 20%. Il y a un discrédit très fort des partis politiques, qui ont un fonctionnement très clientéliste. Il y a quelques partis d’opposition, mais ils ont peu de poids face à une population qui témoigne d’une très grande défiance envers la classe politique, et plus généralement l’élite au pouvoir.

Ariel Henry avait été nommé lundi pour organiser des élections. Que devient ce calendrier électoral avec le meurtre du président?
Les seuls à croire à ces élections ce sont les Etats-Unis, la communauté internationale et le gouvernement. Il n’y a aucune conditions juridique, sécuritaire, politique ni même technique – toute une partie de la population n’est pas inscrite sur les listes électorales – pour que ces élections aient lieu dans moins de 100 jours. Par ailleurs, la majorité de la population ne veut pas de ce scrutin, parce qu’elle se défie du pouvoir. Le conseil électoral provisoire en charge de ces élections n’est pas légitime, il y a des irrégularités, des accusations de corruption… Ces élections sont une manière de reconduire l’impunité et le système dont la population ne veut plus. Elles ne sont portées que par le pouvoir et par la communauté internationale. Les Etats-Unis viennent de faire une déclaration pour appeler à maintenir le calendrier électoral. C’est aussi illusoire qu’absurde.

En attendant, Claude Joseph, Premier ministre sortant, a repris la gouvernance par intérim. Que peut-on dire de cet homme?
Les personnes autour de Jovenel Moïse sont ses dauphins. Aussi bien Claude Joseph, qu’Ariel Henry n’ont pas de parti politique derrière eux : ce sont des personnes de pouvoir qui ne représentent rien. Ils ne portent pas de projets différents, ils ne bénéficient pas de la confiance de la population et ne sont pas garants d’une transition, d’un renforcement démocratique. Nous sommes à nouveau dans une forme de rivalité au sein d’une même clique. Les enjeux de démocratie et de liberté se jouent ailleurs. Les organisations de la société civile ne croient pas du tout à ces hommes politiques. Ils ne sont là que pour reconduire le système, le mener à des élections qui seront une farce et se maintenir au pouvoir pour avoir accès à des ressources économiques et de pouvoir.

L’Etat de siège a été déclaré, est-ce que cela signifie que la police, l’exécutif vont reprendre le pouvoir?
Théoriquement oui, mais la police a été totalement absente au cours des derniers mois pour affronter les bandes armées. Que veut dire un état de siège alors qu’une partie de Port-au-Prince est aux mains de gangs armés qui agissent en toute impunité? Il y a une forme aussi de déliquescence, d’affaiblissement, de captation et de privatisation de toutes les institutions publiques qui font qu’il est difficile de faire la part des choses entre les effets d’annonce et ce qui va se dérouler sur le terrain. Mercredi, la plupart des gens à Port-au-Prince ne sont pas sortis parce qu’ils sont dans la crainte d’une fuite en avant, d’une dérive mafieuse et autoritaire encore plus accélérée, mais pas parce qu’il y a un état de siège. Le gouvernement gouverne très peu en réalité.

Puissances étrangères craignent une « spirale de violence », pensez-vous que la situation peut encore s’aggraver?
Le pays brûle déjà. Au moins de juin, les affrontements ont déplacé 10.000 personnes, réfugiées dans des écoles, des gymnases. Dans leurs quartiers, les commissariats sont tenus par les bandes armées. Il faut plutôt voir dans l’assassinat de Jovenel Moïse le retour du bâton de la communauté internationale qui ne veut pas regarder en face la situation et qui en appelle toujours aux même types de solutions faussées : des élections menées par un gouvernement illégitime dans un contexte de violence et de contrôle des gangs armés.

Soupçons de corruption Rafale à l’Inde !

Soupçons de corruption Rafale à l’Inde !

 

 

De manière un peu naïve le parquet national financier et les grands médias découvrent  la possibilité de corruption lors de ventes de rafale à l’Inde. Le problème évidemment c’est que sans certaines méthodes douteuses la vente de matériel militaire serait impossible. Il faut en effet utiliser des appuis politiques incontournables, s’appuyer sur des intermédiaires pour le plus souvent emporter les marchés et ceci vaut pour tous les pays exportateurs comme les pays importateurs.

Parfois n’utilise même des arguments politiques très lourds. On peut par exemple s’interroger pourquoi la Suisse vient de choisir du matériel américain pour renouveler ses chasseurs au lieu de prendre de matériels Allemands ou Français. Pourtant la Suisse jouit d’une situation particulièrement confortable en Europe. À l’abri de la bureaucratie bruxelloise mais au cœur du marché européen qui lui permet de prospérer en toute tranquillité. Et en récompense, la Suisse choisit la protection militaire américaine ! Par quel miracle ?

Pour les rafales du signal Inde c’est l’époque Hollande qui est en question ( mais tous les présidents ont été mouillés de la même manière avec en plus souvent des commissions occultes pour financer leur partie. Là on découvre que la société Reliance Group a financé un film coproduit par Julie Gayet, la compagne de François Hollande. Le président de la République avait alors assuré n’avoir « pas eu le choix » du partenaire indien de Dassault. Ce qui avait suscité l’émoi en Inde. François Hollande a-t-il été piégé par des cercles proches du pouvoir à New Delhi ? Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, avait assuré que Paris n’avait subi « aucune pression » de la part de l’Inde. Faut-il y voir une négation en forme d’aveux ? « Commissions occultes ». Plus étonnant, en avril 2019, le journal Le Monde révélait que Paris avait, en 2015, annulé un redressement fiscal visant une entreprise française appartenant à Reliance Group. Et ce, pour un montant de 143,7 millions d’euros. À la croisée des pouvoirs politiques, judiciaires et économiques, l’affaire a pris un autre tournant à la suite de la publication d’un article de Mediapart.

Selon le site d’information, des « millions d’euros de commissions occultes » auraient été versés à un intermédiaire qui aurait aidé Dassault à conclure la vente, dont « une partie […] aurait pu être reversée sous forme de pots-de-vin » à des officiels indiens. Selon le groupe français, « aucune infraction n’[a] été signalée ». Mediapart a également fustigé le PNF et l’Agence française anticorruption (AFA) d’avoir « enterré » les soupçons concernant l’affaire. Pour être vraiment vertueux il est clair que les pays incriminés devraient renoncer à toute fabrication et exportation de matériel militaire car sur toutes les présidences on a découvert ces phénomènes d’intermédiation douteuse avec retour éventuel de rétro commissions. Mais tous les prêtres pays pratiquent de la manière.

Corruption : le mandat d’Anticor renouvelé mais. …..

Corruption : le mandat d’Anticor renouvelé mais. …..

 Bien que contesté par certains, le mandat d’anticorps est reconduit :

 

«Au regard des réponses faites par l’association indiquant son intention de modifier ses statuts pour mieux garantir les conditions de transparence sur son financement, d’une part, et de l’absence de décision de justice à ce jour sur la régularité des décisions contestées» concernant le renouvellement de son conseil d’administration, «le premier ministre a décidé de renouveler l’agrément de l’association Anticor», selon le communiqué.

L’agrément avait été accordé à l’association en 2015 puis renouvelé sans difficulté, et expirait officiellement le 15 février.

 

Les adversaires d’Anticor accusent aussi l’association anticorruption de mener un combat partisan, en attaquant la Macronie et la droite. Elle a ciblé ces dernières années plusieurs proches du président Emmanuel Macron: le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti ou dernièrement le ministre de la Santé Olivier Véran pour «favoritisme» pour la gestion de l’application StopCovid.

 

 

Le premier ministre a cependant renouvelé le mandat d’anticorps mais avec des réserves en effet le premier ministre a «relevé un manque de transparence interne sur les dons collectés». Le texte évoque aussi «une contestation des conditions de renouvellement du Conseil d’administration en juin 2020, dans le cadre d’une action contentieuse portée par une partie des membres de l’association.»

Au fil des ans, elle est devenue un acteur, parfois contesté, de la justice financière. Son levier: la plainte avec constitution de partie civile qui permet la saisie quasi automatique d’un juge d’instruction et la relance des investigations quand une enquête a été classée par le parquet. Anticor est à l’origine de plusieurs enquêtes judiciaires – concernant l’ancien président de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) Mathieu Gallet, les sondages de Élysée – et ses plaintes avec constitution de partie civile ont permis de relancer les investigations sur Alexis Kohler ainsi que Richard Ferrand (mais la cour d’appel de Douai a jugé cette dernière affaire prescrite mercredi ! ). Outre Anticor, deux autres associations bénéficient de cet agrément en matière de corruption, accordé pour trois ans: Sherpa et Transparency international.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol