Archive pour le Tag 'coronavirus'

Page 5 sur 47

Coronavirus France : 25.000 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus France : 25.000 nouveaux cas en 24 heures 

 

25.086 cas supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures, montrent les chiffres publiés vendredi soir par les autorités sanitaires.

La progression est un peu en deçà des records de la veille, avec dépassement pour la première fois des 30.000 nouveaux cas sur une journée et franchissement du seuil des 800.000 contaminations depuis le début de l’épidémie, mais reste à un niveau encore très élevé.

Vendredi soir, la France comptait au total 834.770 cas confirmés depuis le début de la crise pour un taux de positivité des tests s’établissant à 12,9% (contre 12,6% jeudi).

Avec 122 décès supplémentaires en 24 heures en milieu hospitalier et 56 en Ehpad et établissements médico-sociaux , le bilan de l’épidémie en France s’élève désormais à 33.303 morts.

On compte en outre vendredi soir 10.042 personnes hospitalisées pour une infection liée au Covid-19, 437 de plus que la veille. C’est la première fois que le seuil des 10.000 malades hospitalisés, franchi pour la première fois le 24 mars, est de nouveau atteint depuis le 18 juin.

Sur ce nombre, 1.800 sont actuellement en services de réanimation, soit 50 lits occupés de plus que la veille.

Coronavirus : interrogations sur l’ampleur des licenciements

Coronavirus : interrogations sur l’ampleur des licenciements

La Dares évoque le triplement des plans de sauvegarde et considère qu’environ 70 000 emplois sont menacés. Quand on additionne les plans sociaux des grandes entreprises 50 à 70 000 emplois auraient été supprimés ou sont sur le point de l’être. On est loin des 700 000 emplois qui ont disparu depuis le début de l’année. La crise sanitaire est évidemment la cause principale de l’explosion du chômage mais visiblement nombreux d’entreprises structurellement en difficulté déjà avant le Coronavirus en ont profité pour ajuster les effectifs.

Cela signifie aussi que la crise a peut-être encore davantage touché les entreprises moyennes et les très petites. En outre elle a changé le statut de nombre de salariés. En effet beaucoup de postes à durée indéterminée ont été transformés- pour ceux qui restaient -en emplois précaires. Le paradoxe,  c’est que les chiffres officiels font apparaître une baisse du chômage mais  si le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A demeure à un niveau élevé, 3,872 millions;  il explose à six millions d’inscrits lorsque l’on comptabilise les catégories B et C, ceux ayant exercé une activité réduite. Au creux de la vague (avril-mai) les Français sans emploi étaient confinés et n’ont pas pu procéder à la recherche active d’un nouveau poste, ni se déclarer disponibles pour reprendre une activité.

 

Coronavirus-Le Remdesivir considéré comme inutile par l’OMS

Coronavirus-Le Remdesivir considéré comme inutile par l’OMS

 

Le traitement miracle mais très coûteux par le Remdesivir  est considéré comme inutile par l’OMS. Notons que ce traitement avait été fortement soutenu par nombre d’experts français qui sont par ailleurs rémunérés par le laboratoire américain ;  souvent d’ailleurs pour contester l’inutilité du très peu coûteux traitement par l’Hydro chloroquine du professeur Raoult.

Via son étude baptisée “Solidarité”, l’OMS a évalué les effets de traitements potentiels dont le remdesivir, l’hydroxychloroquine, l’association lopinavir-ritonavir (un traitement homologué contre le VIH) et l’interferon, sur 11.266 patients adultes à travers plus de 30 pays.

Les résultats de l’étude, annoncés jeudi par l’OMS, doivent encore être analysés. Ils ont été téléchargés sur le serveur de pré-publication medRxiv.

Plus tôt ce mois-ci, des données d’une étude américaine sur le remdesivir de Gilead ont montré que le traitement permettait de raccourcir de cinq jours le délai de guérison des patients.

Répondant à une demande de commentaire de Reuters, Gilead a déclaré que les données de l’OMS “apparaissent inconsistantes” par rapport à celles obtenues à l’issue d’études validant les bienfaits cliniques du remdesivir.

On aura compris que la bataille n’est pas seulement scientifique mais largement économique surtout quand on compare les coûts de deux types  de traitement !

L’administration américaine du médicament (FDA) a autorisé le 1er mai le recours en urgence au remdesivir aux Etats-Unis. Depuis, l’usage de l’antiviral expérimental a été autorisé dans plusieurs autres pays y compris dans l’union européenne. Retenons quand même que la sécurité sociale ne rembourse plus le médicament très coûteux

Coronavirus France : très forte hausse, 30.000 nouveaux cas

Coronavirus France : très forte hausse, 30.000 nouveaux cas

30.621 cas supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures, un record depuis le début de l’épidémie et une première au-dessus du seuil des 30.000, montrent les chiffres publiés jeudi par les autorités sanitaires.

Le taux de positivité des tests s’établit à 12,6% et le nombre total de cas confirmés de contamination atteint désormais 809.684 dans le pays.

Avec 88 décès supplémentaires en 24 heures, le bilan de l’épidémie en France s’élève à 33.125 morts.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison du Covid-19, la maladie provoquée par le coronavirus, a augmenté de 411 pour grimper à 9.605.

Les services de réanimation traitent 77 patients supplémentaires depuis la veille, pour un total de 1.750.

Coronavirus : baisse consommation mondiale d’énergie

 Coronavirus : baisse  consommation mondiale d’énergie

La crise sanitaire a mécaniquement provoqué une réduction sans précédent de la consommation mondiale d’énergie. Mais le fait le plus significatif est sans doute l’installation de tendances structurelles de consommation. Le résultat d’une modification assez durable du rapport de l’usager notamment à la mobilité.

Selon l’agence internationale de l’énergie, la demande mondiale d’énergie doit baisser de 5% en 2020 par rapport à 2019. Cette baisse devrait être plus ou moins marquée selon les combustibles, mais touche davantage les énergies fossiles. La consommation de pétrole, fortement pénalisée par la quasi mise à l’arrêt du trafic aérien, doit chuter de 8% cette année. Celle du charbon de 7% par rapport à 2019.

Le déclin pour le gaz naturel est moins marqué avec une demande en recul de 3%. Même tendance pour la demande d’électricité, avec une baisse attendue de 2% tandis que seules les énergies renouvelables affichent une légère croissance.

Coronavirus: L’état d’urgence sanitaire restauré sans débat à l’assemblée

Coronavirus: L’état d’urgence sanitaire restauré sans débat à l’assemblée

 

On se demande pourquoi l’Assemblée nationale continue ses travaux. D’abord parce que  finalement avec Macron elle ne sert à peu près à rien puisque la majorité a seulement pour mission d’approuver les textes du gouvernement. Une situation encore aggravée avec le Coronavirus. Ainsi le gouvernement sans consultation aucune du Parlement décide de restaurer l’urgence sanitaire. Bref la démocratie par décret.

Observons que pendant ce temps-là l’assemblée nationale fait semblant de discuter du un budget de 2021 complètement obsolète avec les orientations annoncées par le chef de l’État. Ce qu’a d’ailleurs reconnu secrétaire d’État des relations avec le Parlement.

On comprend évidemment le caractère d’urgence des mesures à prendre pour traiter la situation sanitaire mais cela n’est pas contradictoire avec l’ouverture d’un débat à l’assemblée. Le gouvernement a donc décidé mercredi par décret de rétablir l’état d’urgence sanitaire en France à partir de samedi en raison de l’épidémie due au nouveau coronavirus, peut-on lire dans le compte-rendu du conseil des ministres.

“Eu égard à sa propagation sur le territoire national, telle qu’elle ressort des données scientifiques disponibles, l’épidémie de covid-19 constitue une catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population”, dit le communiqué.

“Elle justifie que l’état d’urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu puissent être prises.”

Conclusion : on ferait mieux de mettre l’Assemblée nationale et plus généralement le Parlement en congé !

Coronavirus France : 22.000 contaminations en France

Coronavirus France : 22.000 contaminations en France

22.591 contaminations par le nouveau coronavirus en 24 heures, pour un total de 779.063 cas confirmés d’infections dans le pays depuis le début de l’épidémie, montrent les chiffres publiés mercredi par les autorités sanitaires.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison du COVID-19, la maladie provoquée par le coronavirus, a augmenté de 245 pour atteindre 9.194. Dans les services de réanimation, le nombre de patients COVID-19 a progressé de 31 à 1.673.

Cent-quatre décès ont été recensés en 24 heures. Le bilan depuis le début de l’épidémie s’établit à 33.037 morts en France.

Coronavirus : Macron critique les polémiques scientifiques

Coronavirus : Macron critique les polémiques scientifiques

 

Le chef de l’État s’est nettement agacé de ces débats d’experts ou de faux experts qui créent la polémique et alimentent le manque de confiance de l’opinion publique. Une opinion partagée par le dessinateur  Philippe Geluck qui résume bien la situation : «Avec le Covid, les couillons qui brassent de l’air sont devenus des ventilateurs…»

Emmanuel Macron a fortement critiqué les «fausses rumeurs», les «demi-experts» et les «faux sachants». Mais derrière il y a aussi la mise en cause médias vis-à-vis de sa sanitaire. Le concept d’information transparente et partagée qu’il propose est loin d’être approprié par le gouvernement lui-même.

Coronavirus Allemagne : événements privés limités à 15 personnes

Coronavirus Allemagne : événements privés limités à 15 personnes

L’Allemagne va introduire de nouvelles mesures plus restrictives pour tenter de lutter contre une résurgence de la pandémie de Covid-19, a annoncé mercredi soir la chancelière Angela Merkel à l’issue d’une réunion avec les responsables des 16 Etats régionaux. Le nombre de participants à des événements privés sera par exemple limité à 15 dans les régions enregistrant plus de 35 nouvelles contaminations pour 100.000 habitants sur sept jours. «Je suis convaincue que ce que nous allons faire maintenant va déterminer la manière dont nous traverserons cette pandémie», a commenté la chancelière.

Coronavirus: Macron supplée un Premier ministre défaillant

Coronavirus: Macron supplée un Premier ministre défaillant

 

 

Inutile de tourner autour du pot, le discours du Premier ministre est devenu complètement inaudible sur la forme comme sur le fond. Les sondages démontrent qu’il n’a plus qu’une faible crédibilité et qu’il ne percute plus l’opinion publique. En gros le costume paraît bien trop grand pour l’intéressé plus proche du profil d’un président de conseil départemental que de celui d’un responsable de l’État. Pourtant le Premier ministre il y a seulement deux jours s’est longuement exprimé sur la problématique de la crise sanitaire en insistant particulièrement sur la responsabilité des Français et en évoquant un éventuel durcissement des mesures de protection. C’est tout juste d’ailleurs si les grands médias se sont faits l’écho de son propos.

Du coup,  Macron qui avait délégué la gestion de la pandémie au gouvernement depuis le 14 juillet a décidé de revêtir la tenue de Super premier ministre pour s’exprimer à la télévision. Un revirement supplémentaire de la politique de communication de l’Élysée.

Au début de la crise sanitaire Emmanuel Macron s’était exprimé largement au point que cela lui avait été reproché. Depuis le 14 juillet il avait décidé de prendre du champ se consacrer à d’autres préoccupations nationales et internationales. Ce soir,  il sera obligé de faire le job de Premier ministre c’est-à-dire de développer un discours incitant certes à la prudence vis-à-vis de la pandémie mais sans pour autant affoler l’opinion.

Il doit en effet équilibrer ses propos sur le sujet sanitaire et ses déclarations dans le domaine économique. Sur ce dernier point,  la situation est encore plus catastrophique qu’au plan sanitaire. En effet, la reprise qui avait été prévue et  attendue en septembre n’a pas eu lieu. Un phénomène général en Europe  accentué en France où les projections de croissance fixent toujours une baisse du produit intérieur brut de l’ordre  de 10 % en 2020.En 2021 , on sera encore loin du niveau de fin 2019.

Pour ajouter au caractère anxiogène de l’environnement, le président de la république devra aussi parler inévitablement de la question montante de l’insécurité notamment soulignée par les attaques répétées contre les forces de l’ordre. L’exercice ne sera pas facile et le dosage devra être très équilibré entre gravité et optimisme.’ alt= »Emmanuel Macron (ici lors d’un déplacement à Vilnius, en Lituanie, le 29 septembre) essaiera de donner des perspectives et un peu d’espoir aux Français. » «Il essaiera de donner des perspectives et un peu d’espoir aux Français dans ce domaine, explique un ministre. Il n’est pas là pour rajouter de l’angoisse à l’angoisse.» Et pour cause.

«Son rôle, c’est surtout de dire aux Français ce que sera demain la transformation économique du pays. Il déclinera à nouveau le contenu du plan de relance, le maintien des citoyens dans l’emploi, l’intégration des jeunes sur le marché du travail. Il va montrer comment son action va impacter la vie des gens», assure un ministre.

«Au moment où le pays s’interroge, il est important que le président s’adresse aux Français, qu’il explique la stratégie, mais aussi qu’il montre les évolutions qui rendent optimiste», explique Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement lui aussi très peu audible, qui rappelle que des signaux positifs apparaissent dans certains départements.

Coronavirus France : 12.993 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus France : 12.993 nouveaux cas en 24 heures

12.993 nouveaux cas de contamination au coronavirus mardi et 117 nouveaux décès dus au Covid-19 en l’espace de 24 heures.

Le bilan de l’épidémie s’établit désormais à 32.942 morts en France.

Le nombre de patients hospitalisés en réanimation pour une infection Covid-19 s’élève à 1.642 et refranchit le seuil de 1.600 pour la première fois depuis le 25 mai dernier.

Coronavirus : une sémantique de guerre mais une politique de défense molle

Coronavirus : une sémantique de guerre mais une politique de défense molle

Mardi une nouvelle fois s’est réuni ce qu’on appelle le conseil de défense sanitaire. Pourquoi un tel terme quand il s’agit de combattre une maladie. Sans doute pour faire croire en la force de l’État et en sa détermination. Le problème c’est que la stratégie sanitaire du gouvernement est loin de s’inscrire dans une problématique d’affrontement cohérente de la pandémie. On pourrait d’ailleurs même dire que l’État fait contraire de ce qui est cohérent en multipliant les injonctions et les mesures contradictoires.

Ainsi va-t-il sans doute annoncer des couvre-feux, autre mot de sémantique guerrière alors que dans le même temps le Premier ministre a poussé   les Français à réserver leurs moyens de transport pour les vacances de la Toussaint. Exactement la même contradiction que lors  des élections municipales quand le gouvernement le même jour incitait  à la fois aux déplacements pour venir voter et à rester confiné pour éviter les contaminations du Coronavirus.

Quand l’action est molle, on cache souvent sa faiblesse par un discours musclé. Ce que va faire encore le président de la république en annonçant des couvre- feux. Le seul problème c’est qu’on risque d’être incapable d’en faire respecter les principes faute justement des forces de défense présentent sur le terrain. Des forces déjà complètement fatiguées après les différents mouvements sociaux, maintenant par des différentes attaques des trafiquants de drogue et des islamistes.

En mal de mesures d’affichage, le gouvernement retient une des propositions du conseil scientifique. “A ce stade de l’épidémie, le Conseil scientifique n’envisage pas de proposer l’option (d’un couvre-feu) au plan national, mais ne peut en exclure son utilisation dans certaines métropoles et bien sûr en cas de dégradation ultérieure”, peut-on lire dans cette note, qui évoque des couvre-feux d’une durée de quinze jours.

Cette mesure de couvre-feu ne sera pas forcément très bien acceptée et aura des conséquences économiques supplémentaires pour certains secteurs. Pour la restauration ce pourrait être par exemple le dernier coup avant la mort d’un grand nombre d’entreprises.

Le Conseil scientifique reconnaît que l’adhésion de la population à une telle mesure serait “probablement faible, avec des effets préjudiciables en termes de cohésion sociale et de confiance” et indique que son coût économique serait “d’autant plus grand qu’il intervient après une première période de confinement et qu’il alimente des anticipations économiques négatives aux effets potentiellement désastreux”.

Coronavirus France: 8505 nouveaux cas en 24 heures, hausse des réanimations

Coronavirus France: 8505 nouveaux cas en 24 heures, hausse des réanimations

5.350 personnes ont été hospitalisées au cours des sept derniers jours. Parmi elles, 929 ont été admis en service de réanimation. Au total, 1.539 patients sont en réanimation, un record depuis le mois de mai. 55 nouveaux clusters ont été recensés depuis hier, ce qui porte à 1496 le nombre de clusters en cours d’investigation dans le pays.

Face à l’expansion de la pandémie, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a affirmé lundi qu’il «pourrait y avoir des mesures supplémentaires» pour lutter contre l’expansion de l’épidémie de coronavirus dans les villes les plus touchées, refusant toutefois d’en dire plus pour l’instant.

La situation est préoccupante à Paris: le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) Aurélien Rousseau a fait état d’un taux, jamais vu, de tests positifs de 17% en Ile-de-France. Et le taux d’incidence s’établissait dans la capitale à 413,2 pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, en très nette hausse, d’après les derniers chiffres diffusés lundi par l’ARS. «On a passé les 42% d’occupation» des lits de réanimation par des patients Covid-19 dans la région la plus peuplée du pays (12 millions d’habitants), a ajouté Aurélien Rousseau, un niveau qui va imposer des déprogrammations d’interventions pour faire de la place dans les hôpitaux.

Coronavirus: reconfinements locaux ?

Coronavirus: reconfinements locaux ?

 

Comme c’était prévisible il n’y aura pas de confinement généralisé qui pourrait tuer cette fois presque définitivement l’économie et les emplois. Par contre le président du conseil scientifique avait déjà laissé entendre que les autorités locales pourraient décider de reconfirmer de manière ciblée.

On évoque aussi sérieusement l’idée de couvre-feu.  Le problème c’est que les mesures restrictives prises jusque-là comme, par exemple la fermeture des bars, ne semblent  pas avoir changé grand chose quant à la progression du virus. De la même manière, on voit mal ce qu’un couvre-feu pourrait apporter comme mesure efficace vis-à-vis de la propagation du virus. En effet, le virus circule de jour comme de nuit. Autoriser la mobilité de jour et l’interdire la nuit n’a guère de sens. Mais il est clair que le reconfinement en général n’est politiquement et économiquement pas possible.

“Le reconfinement général doit être par tous moyens évité”, a-t-il dit sur France Info, évoquant les conséquences “absolument dramatiques” d’une mesure aussi drastique.

En revanche, interrogé sur de possibles reconfinements locaux, le chef du gouvernement a répondu: “Rien ne doit être exclu quand on voit la situation dans nos hôpitaux.”

Face à la résurgence épidémique, une dizaine de métropoles sont passées depuis la fin du mois de septembre en zone d’alerte maximale – Toulouse et Montpellier sont les dernières en date à avoir rejoint cette catégorie pour une durée minimale de quinze jours -, avec fermeture des bars et imposition d’un protocole sanitaire dans les restaurants à la clef.

Pour l’heure, ces mesures n’ont pas eu d’effet apparent sur les indicateurs de l’épidémie. Sur la semaine passée, la France a enregistré quelque 115.000 cas confirmés de contamination au coronavirus, dont près de 27.000 pour le seul bilan quotidien de samedi, record absolu depuis le début de l’épidémie en mars dernier.

Sur un plan plus strictement politique, Jean Castex, qui vient de passer le cap des 100 jours depuis qu’il a succédé à Edouard Philippe à la tête du gouvernement, a balayé l’importance de son recul dans les sondages d’opinion.

“Convenez que faire un bilan au bout de 100 jours quand on est dans la situation dans laquelle se trouvent notre pays et le monde, c’est quand même un peu osé”, a-t-il dit.

“Quant à ma popularité, moi, ce qui m’intéresse, c’est la santé des Français. Je veux les protéger, que ce soit dans leur santé, leur emploi ou dans leur sécurité.”

Coronavirus France : nouveau record avec 27.000 nouveaux cas

Coronavirus France : nouveau record avec 27.000 nouveaux cas

Les contaminations atteignent un nouveau record et le président du comité scientifique n’exclut plus des mesures de confinement. 26.896 nouvelles contaminations ce samedi selon Santé publique France, un chiffre jamais atteint depuis le début de l’épidémie.

Ce nouveau record traduit une accélération de la propagation du virus alors que le nombre de nouveaux cas avait dépassé le seuil des 20.000 vendredi après deux journées consécutives à plus de 18.000.

Le bilan s’établit désormais à 718.873 cas confirmés depuis le début de l’épidémie en mars.

Près de 5.000 personnes ont par ailleurs été hospitalisées au cours des sept derniers jours dont 928 dans un service de réanimation.

“Au niveau national, les nouvelles hospitalisations, les admissions en réanimation pour COVID-19 et les nombres de décès restent actuellement à des niveaux modérés en comparaison à la situation observée en mars-avril 2020”, écrit Santé publique France dans son point journalier.

“mais l’augmentation de la circulation du virus, en particulier chez les personnes les plus âgées, fait craindre la poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir”.

Cinquante-quatre décès supplémentaires ont été enregistrés, ce qui porte le bilan total à 32.684 morts.

Le taux de positivité des tests s’élève quant à lui à 11%, à comparer à 10,4% vendredi, mais Santé Publique France invite à nuancer la portée de cet indicateur compte tenu de la baisse du taux de dépistage de la population.

Face à cette résurgence épidémique, quatre nouvelles villes – Lille, Saint-Etienne, Lyon et Grenoble – ont basculé ce samedi en zone d’alerte maximale au coronavirus avec fermeture des bars et mise en place d’un protocole sanitaire strict pour les restaurants.

Ces mesures sont déjà en place à Aix-Marseille, en Guadeloupe et à Paris et les départements limitrophes de la Petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

Les villes de Toulouse et de Montpellier sont placées sous surveillance et t basculent  à leur tour ce lundi en zone d’alerte maximale.

Coronavirus : un zonage d’alerte très technocratique

Coronavirus : un zonage d’alerte très technocratique

 

Le nouveau zonage d’alerte concernant le Coronavirus apparaît encore plus technocratique que précédemment. Pour tout dire, il est presque incompréhensible quant à ses conséquences. Le nouveau classement fait en effet apparaître la zone d’alerte, la zone d’alerte renforcée, la zone d’alerte maximale et enfin l’état d’urgence sanitaire. Dans nombre de départements, on ne dispose qu’un ou deux établissements hospitaliers susceptibles de recevoir des contaminés graves. Les personnes concernées viennent d’endroits très différents, certaines viennent de zones très denses comme les grandes villes, d’autres de villes moyennes, ou du milieu rural. En fait, on se fonde sur la moyenne pour déterminer le classement d’un département ou d’une ville. Or si en zone dense pour certaines activités les risques de contagion sont importants il en va différemment en zone plus diffuse. Le découpage médical est aligné sur le découpage administratif des préfectures ,  des préfets et des municipalités ( dont certaines sont des villes regroupées d’autres non et dont les quartiers peuvent être très différents). C ’est le préfet qui en dernier ressort décide des mesures en fonction du classement des risques. Le ministre de la santé a donc annoncé un nouveau découpage en cinq zones d’alerte selon les risques. Progressivement la liste des zones zone d’alerte maximale s’allonge.

“Si la situation sanitaire devait encore s’aggraver dans certains territoires, l’état d’urgence sanitaire sera instauré”, a prévenu Olivier Véran. La division du territoire en différentes zones d’alerte dépend de plusieurs facteurs: le taux d’incidence, le taux d’incidence pour les personnes âgées de 65 ans et plus et la part des “patients covid” dans les services de réanimation, a dit le ministre. L’alerte renforcée concernent les zones où le taux d’incidence dépasse les 150 cas pour 100.000 habitants et où le taux d’incidence chez les personnes âgées dépasse le seuil des 50 cas pour 100.000 habitants.

Coronavirus France: 26 896 contaminés en 24 heures nouveau record

Coronavirus France: 26 896 contaminés en 24 heures nouveau record

 

Un nouveau record vient d’être franchi et pourrait bien provoquer des mesures locales très restrictives incluant y compris des formes de confinement pour certaines catégories de population.

 

26.896 contaminés en 24 heures, soit 6.000 que la précédente variation de jeudi à vendredi, qui constituait déjà un record. Au total, 718.873 cas ont été confirmés depuis le début de l’épidémie, sachant que la politique de dépistages massifs a été déployée en mai, après le début de la première vague. Le taux de positivité des tests (proportion des personnes positives sur l’ensemble des personnes testées) atteint pour la première 11%, contre 10,4% la veille.

La hausse du nombre de malades en réanimation s’est poursuivie samedi, selon des chiffres publiés par Santé Publique France. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a de nouveau légèrement augmenté. Au total 1.456 personnes étaient en réanimation, soit 17 de plus que la veille, au plus haut depuis mai. 928 personnes ont été admises en réanimation ces sept derniers jours.

Le nombre total de malades hospitalisés, qui englobe également des formes moins graves de la maladie, poursuit son augmentation continue, à 7.976 samedi, en hausse de 133 par rapport à la veille. Santé Publique France recense 4.999 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours. Au total, le nombre total de décès à l’hôpital ou en Ehpad depuis le début de l’épidémie s’élevait au moins à 32.684, avec 54 morts de plus que la veille.

En raison de la dégradation des indicateurs, Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Étienne passent samedi en zone d’alerte maximale.

Coronavirus : les pauvres davantage victimes

Coronavirus : les pauvres davantage victimes

D’après une très vaste enquête menée  par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), menée sur plus de 130.000 personnes  les pauvres notamment urbains sont les principales victimes du Coronavirus.

 

Les personnes habitant une commune très densément peuplée (au moins 1.500 habitants par km2 avec un minimum de 50.000 habitants) ont ainsi été deux fois plus nombreuses à avoir été positives.

Les personnes vivant dans les logements surpeuplés ou avec des conditions de vie difficiles sont nettement plus contaminées. D’après les données de l’enquête, les personnes habitant un logement de moins de 18 m2 par personne (pour celles qui partagent un logement) sont 2,5 fois plus nombreuses à avoir été positives.

Les habitants de Seine-Saint-Denis, département très densément peuplé et où les conditions de logement sont souvent difficiles, ont ainsi été particulièrement touchés.

Le Covid-19 a été contracté par 14% des employés non qualifiés, 16% des ouvriers qualifiés et 17% des ouvriers non qualifiés. A l’inverse, seulement 5% des cadres et professions intellectuelles supérieures l’ont eu.

Coronavirus France : nouveau record, plus de 20.000 cas détectés en 24 heures

Coronavirus France : nouveau record, plus de 20.000 cas détectés en 24 heures

 

 

20.339 personnes ont été testées positives au cours des dernières 24 heures. C’est un record depuis que le dépistage est massif en France. Le taux de positivité des tests s’élève désormais à 10,4%. L’agence rapporte aussi que 62 personnes sont décédées à l’hôpital depuis hier, ce qui porte le bilan total à 32.630 morts.

Selon les chiffres officiels, 4837 personnes ont été admises à l’hôpital au cours des sept derniers jours, dont 921 en services de réanimation.

124 clusters ont été recensés depuis hier selon Santé Publique France. Au total, 1362 clusters sont en cours d’investigation dans le pays, dont 267 en Ehpad.

Coronavirus : 18.129 cas détectés en 24 heures

Coronavirus : 18.129 cas détectés en 24 heures

Comme pour mercredi,  un nouveau seuil a été atteint ce jeudi. 18.129 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, ont annoncé jeudi 8 octobre Santé Publique France et le ministère de la Santé dans leur communiqué quotidien. Mercredi, 18.746 personnes avaient été déclarées positives. Le taux de positivité des tests est désormais de 9,8%.

77 personnes sont mortes du Covid-19 dans les hôpitaux depuis hier, portant le bilan à 32.521 victimes. 711 patients ont été hospitalisés au cours des dernières 24 heures, et 114 ont été admis en réanimation. Au total, 7624 personnes sont actuellement à l’hôpital, dont 1427 dans les services de réanimation.

87 nouveaux clusters ont été détectés depuis hier selon les chiffres officiels, ce qui porte le nombre de clusters en cours d’investigation en France à 1296.

À noter que la situation hospitalière est particulièrement critique en Île-de-France puisque, plus de 40% des lits en réanimation étaient occupés par des malades du Covid-19 dans les hôpitaux d’Île-de-France, selon les données transmises par l’Agence régionale de santé.


1...34567...47



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol