Archive pour le Tag 'convictions'

Chez Les Républicains : choisir entre la soupe et les convictions

Chez Les Républicains : choisir entre la soupe et les convictions

Nul doute que chez les républicains, comme dans la plupart des partis, se trouvent des hommes de conviction animés seulement de l’intention de servir l’intérêt général. Malheureusement on trouve aussi chez les républicains, comme ailleurs, grand nombre d’opportunistes qui ont transformé la politique en métier et dont les convictions molles  s’accommodent de l’évolution de l’opinion publique. La seule et unique conviction est de parvenir au pouvoir et de le conserver. Une problématique qui va se poser aux maires républicains. Certains vont élargir le champ des sensibilités de leurs listes électorales. D’autres vont tout simplement rejoindre la république en marche en priant le ciel qu’un responsable national du parti de Macron ne soit pas parachuté dans la circonscription. Aujourd’hui l’étiquette républicain constitue plutôt un handicap auprès des électeurs partagés entre l’attirance des listes de Macron, de celle du rassemblement national voir des écolos. Le ralliement de responsables républicains à Macron traduit bien la dimension pathétique de la politique chez certains toujours prêt à se vendre au plus offrant Florence Berthout, par exemple jusqu’ici présidente du groupe LR au conseil municipal, a claqué la porte à son tour, après Valérie Pécresse notamment, en dénonçant dans Le Figaro le “rétrécissement idéologique” de sa formation d’origine. Valérie Pécresse, décidée à “refonder” la droite en contournant LR, l’opposante à Anne Hidalgo a annoncé son soutien à la majorité présidentielle. “Je note qu’autour d’Emmanuel Macron et de son projet de gouvernement, il existe aujourd’hui une capacité à rassembler des électeurs que le gaullisme savait réunir”, a justifié Florence Berthout, qui a par la même occasion cédé la place à la tête de son groupe au conseil de Paris.

Remaniement : Macron recherche des socialos aux convictions molles

Remaniement : Macron recherche des socialos aux convictions molles

 

Macron  qui voudrait se défaire de cette étiquette de président des riches souhaiterait recruter dans son gouvernement davantage de socialos aux convictions molles. On leur confierait d’ailleurs des portefeuilles relativement secondaires comme c’est le cas pour Olivier Dussopt au poste de secrétaire d’État à la Fonction publique.  On pense à Juliette Méadel, l’ex-secrétaire d’État de François Hollande chargée de l’Aide aux victimes qui pourraiat s’occuper de la mise en place de l’ersatz de service militaire. Bref on pourrait créer des portefeuilles sur mesure sans véritable contenu pour donner l’impression que le gouvernement est rééquilibré à gauche.  Déjà nommée conseillère référendaire à la Cour des Comptes (une vraie gauchiste !)  en janvier dernier, Juliette Méadel pourrait donc se rapprocher encore un peu plus d’Emmanuel Macron, qu’elle a côtoyé au gouvernement sous la présidence de François Hollande. Mais sa nomination témoignerait surtout de la volonté de l’exécutif de puiser chez les vallsistes pour renforcer son aile gauche, puisque le président PS du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein, a lui aussi été approché. Il assure toutefois avoir refusé la proposition.

 

Républicains : Vauquiez Calmels, Peltier, Abad un cocktail d’arrivistes aux convictions fluctuantes

Républicains :  Vauquiez Calmels, Peltier, Abad un cocktail d’arrivistes aux convictions fluctuantes

 

Ce qui caractérise l’équipe de directions des républicains ce n’est pas forcément la jeunesse mais l’opportunisme et les convictions très évolutives.  Ils ont en commun d’avoir les dents qui traînent par terre et des références philosophiques et politiques qui évoluent en fonction des opportunités. Le premier est évidemment Laurent Wauquiez,  fidèle courtisan de Jacques Barrot  qui a attendu que son mentor lui offre son fauteuil de député. Un mentor très modéré, centriste, européen et libéral. Des références auxquels Wauquiez a adhéré pour se faire élire. Mais depuis Wauquiez a beaucoup changé il est devenu antieuropéen, étatiste populiste et réac. Cela pour faire plaisir à la base militante des républicains, une base radicalisée qui avait élu Fillon comme candidat aux présidentielles à la place de Juppé. On connaît la suite, la droite a connu un désastre historique. On trouve les mêmes caractéristiques dans la personnalité de Virginie Calmels -  qui a profité de l’aspiration de Juppé pour monter en politique à Bordeaux. Elle aussi fait preuve d’une grande flexibilité en matière de convictions politiques Après avoir rejoint Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre, Virginie Calmels s’est tournée vers François Fillon, l’espace de quelques mois, pour l’abandonner en pleine tempête. Son ralliement à Wauquiez, en septembre, lui a valu de nombreuses critiques.  Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher et conseiller régional du Val-de-Loire, a parcouru un large spectre politique, de l’extrême droite jusqu’au centre. Maître tacticien de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012 et de la primaire de la droite, Guillaume Peltier revendique aujourd’hui sa filiation au gaullisme social à la Seguin après avoir fait ses armes au Front national, au MNR de Bruno Mégret puis au MPF de Philippe de Villiers. Son adhésion à l’UMP, depuis devenue Les Républicains, date de 2009. Damien Abad - Député et Conseiller départemental de l’Ain, est un centriste reconverti. Il a constitué l’une des cartes maîtresses de la campagne de Bruno Le Maire pour la primaire de la droite et du centre, avant de rejoindre François Fillon en tant que porte-parole.  Bref une belle équipe d’opportunistes qui n’hésitent pas à changer de convictions et de camp et qui n’ont pas grand-chose en commun sinon leur farouche volonté de parvenir au pouvoir.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol