Archive pour le Tag 'conversation'

Poutine–Macron : encore une conversation inutile !

Poutine–Macron : encore une conversation inutile !

 

 

Macron qui veut toujours se faire plus gros que le bœuf pour gérer les crises internationales a une nouvelle fois pris l’initiative de téléphoner longuement à Poutine notamment à propos des frappes sur la plus grande centrale nucléaire d’Ukraine

Située dans le sud de l’Ukraine et contrôlée par les forces russes, cette centrale, la plus grande d’Europe, a été plusieurs fois bombardée ces dernières semaines, Moscou et Kiev s’accusant mutuellement de ces frappes. Cette situation a fait resurgir le spectre d’une catastrophe majeure, similaire à celle de Tchernobyl en 1986.

Évidemment,  il n’est rien sorti de cette discussion Poutine dégageant toute responsabilité sur cette question alors  que c’est lui qui occupe cette centrale pour y installer   des forces militaires y compris d’artillerie.

Ces bavardages entre Macron et Poutine sont complètement inutiles voir dangereux. En effet Macron qui ne comprend pas grand-chose aux problématiques internationales ( voir aussi l’échec de la force par Barkhane en Afrique) n’a pas compris que Poutine est capable de tout dire et le contraire, le mensonge et la terreur constituant l’idéologie centrale du dictateur.

Faut-il se souvenir que Macron la veille du déclenchement du conflit Russo ukrainien avait eu encorelà  longuement Poutine au téléphone; Et ce dernier lui a affirmé que jamais la Russie d’envisager la moindre intervention en Ukraine!

La nouvelle discussion de Macron avec Poutine intervenaient au lendemain de la publication d’un rapport de l’AIEA faisant état d’une situation sécuritaire « intenable ». Ce rapport de l’agence onusienne appelait notamment à la création d’une « zone de sécurité » sur le site. La vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a pour sa part demandé la mise en place d’ « un couloir humanitaire pour l’évacuation de la population civile du territoire temporairement occupé (par les Russes) et adjacent à la centrale nucléaire ».

L’entretien entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron a eu lieu à l’initiative du président français, selon le Kremlin. Lors de la conversation téléphonique, Vladimir Poutine a une nouvelle fois dénoncé les livraisons d’armes occidentales au régime de Kiev, utilisées selon lui pour « des bombardements massifs des infrastructures civiles des villes du Donbass », bassin minier dans l’Est de l’Ukraine.

Les deux dirigeants se sont déjà entretenus au téléphone le 19 août au sujet de la centrale nucléaire de Zaporijjia.  Et on ne peut pas dire que cet entretienait  apporté quelque chose de positif.

François Hollande sur Capital M6 : une conversation du café du commerce

François Hollande sur Capital M6 : une conversation du café du commerce

 

 

Pas vraiment une émission politique, pas vraiment une émission économique mais un peu un mélange de tout, confus, proche du niveau du café du commerce  où Hollande comme d’habitude entretient l’art de passer du coq à l’âne pour éviter le questions embarrassantes. Beaucoup d’approximations aussi et surtout d’affirmations gratuites sans démonstration.  Pas digne d’une émission économique avec un président pas au niveau. Pourtant  depuis un an, les effets de la politique économique du gouvernement tardent à se faire sentir. Le chômage bat des records (plus de 3 millions de personnes inscrites à Pôle emploi à la fin avril), le pouvoir d’achat est en berne et la croissance négative. Au mois de mai, le moral des Français a atteint son plus bas historique, selon l’Insee. Au plus bas dans les sondages jusqu’au mois de mai, François Hollande est remonté légèrement dans l’estime des Français au mois de juin. Dans le dernier baromètre IFOP-Paris Match publié le 11 juin, le chef de l’Etat recueille 44% de bonnes opinions, soit une hausse de sa popularité de 6 points. « Vous croyez que je n’ai pas vu la crise quand j’ai vu le chômage augmenter pendant des mois ? Ce n’est pas facile quand on vient de dire: « ça va être dur », je l’ai fait. On a pris la mesure et on a pris les mesures », a dit François Hollande. Parmi les « verrous », selon lui, figurent le chômage et « une compétitivité dégradée ». Mais pour avoir des résultats, « cela prend du temps ». « Mais si je n’avais pas pris toutes ces réformes, je ne pourrais pas comme je le fais encore ce soir dire « on va inverser la courbe du chômage, on va rétablir notre compétitivité » », a-t-il dit.  « Nous devrions construire 500 000 logements si nous voulons répondre à tous les besoins », a rappelé le président concernant le dossier des logements. Il a annoncé la mise en place d’un abattement exceptionnel pour 2014 sur les plus-values de cessions immobilières. Objectif : ramener de la fluidité sur le marché du logement. « On n’aura plus besoin d’attendre 30 ans pour être exonéré d’impôt » lors d’une cession immobilière. « On va ramener ça à 22 ans, ce qui était le système précédent, et il y aura même un abattement exceptionnel pour l’année 2014 », a-t-il déclaré. « Oui, la courbe du chômage va s’inverser à la fin de l’année », a-t-il rappelé. « La croissance n’est pas là depuis deux ans. Mon objectif c’est d’en recréer. Elle reviendra en 2014 », a assuré François Hollande. Si la courbe du chômage ne s’inverse pas, « le premier responsable, c’est moi ». « Je ne partirai pas mais je mettrai en place d’autres politiques ». François Hollande a exclu « pour l’instant » un coup de pouce pour le Smic. « L’âge légal ne bougera pas. C’est sur la durée des cotisations que nous devons agir », a-t-il assuré. « Notre durée de cotisation doit suivre l’espérance de vie qui augmente », a-t-il ajouté. « Le gouvernement, à partir du rapport Moreau et des discussions avec les partenaires sociaux, prendra ses responsabilités à la fin de l’été ». « Tout le monde fera des efforts, et les mêmes efforts », pour les salariés du privé et du public. « La réforme des régimes sociaux a déjà eu lieu, en 2008 », a souligné François Hollande. François Hollande a incité l’ancien cadre de la banque Reyl, qui affirme qu’une quinzaine d’hommes politiques ont des comptes en Suisse à « donner les noms ». « Qu’il donne les noms! » a-t-il lancé. A la question de savoir s’il était inquiet au sujet de cette liste, il a répondu : « Pas du tout ». « J’ai deux intérêts à protéger », a déclaré François Hollande. D’abord « l’entreprise Orange ». « Tant que Stéphane Richard peut être dirigeant de cette entreprise », c’est-à-dire sans que la procédure judiciaire ne vienne entraver ses fonctions, il le restera. « J’ai un autre intérêt, celui de l’Etat », a-t-il ajouté, rappelant que l’Etat s’était déjà porté partie civile. « Nous faisons en sorte qu’il y ait un recours en révision », concernant l’arbitrage Tapie, a-t-il annoncé.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol