Archive pour le Tag 'convaincu'

Coronavirus : pourquoi la BCE n’a pas convaincu ?

Coronavirus : pourquoi la BCE n’a pas convaincu

Par l’économiste indépendante Véronique Riches-Flores et Alexandre Baradez, analyste chez IG France décrypte la stratégie relativement prudent de la BCE ( interview l a Tribune)

 

D’abord, les annonces faites par Donald Trump mercredi 11 mars, interdisant les vols européens vers les Etats-Unis, ont créé un environnement de stress particulièrement élevé sur les marchés. Ensuite, après que la Fed, puis la Banque d’Angleterre (BoE) aient respectivement abaissé leur principal taux directeur, certains investisseurs s’attendaient à ce que la Banque centrale européenne (BCE) fasse de même en agissant notamment sur son taux de dépôt actuellement à -0,5%. De quoi inciter les banques à prêter davantage aux entreprises et aux ménages pour soutenir l’économie. Or, l’institution de Francfort a décidé de maintenir ses taux inchangés.  »Le fait que la BCE n’abaisse pas son taux de dépôt est une énorme mauvaise nouvelle. C’est ne pas avoir conscience de la réalité du marché et ceci est extrêmement inquiétant », commente l’économiste indépendante Véronique Riches-Flores.« Le Cac40 n’a jamais perdu autant sur une séance. C’est une chute historique », rappelle-t-elle.

Une absence de baisse de taux était-elle envisageable ?

Le risque pour les grandes banques centrales, dont la marge de manœuvre demeure limitée dans un environnement de taux durablement bas, est d’écouler leurs munitions trop rapidement et se retrouver à court de mesures dans le cas où la crise sanitaire s’installe dans le temps. De nombreux analystes anticipaient donc que la BCE ne cherche pas à « choquer » le marché tout de suite, mais qu’elle privilégie une approche par phases pour garder des mesures en réserve en fonction de la réaction des marchés. « Nous pouvions imaginer une absence de la baisse des taux, à condition que cela soit compensé par des mesures exceptionnelles », souligne Véronique Riches Flores. « Or, l’enveloppe de 120 milliards d’euros supplémentaires dans le cadre du programme de rachats d’actifs reste négligeable », poursuit l’économiste. « 120 milliards d’euros ce n’est pas énorme », abonde Alexandre Baradez, analyste chez IG France. A titre d’exemple, lorsque cette puissante arme anti-crise avait été déployée entre mars 2015 et fin 2018, 2.600 milliards d’euros avaient été déversés sur les marchés. « On aurait aussi pu imaginer que ces rachats d’actifs soient ciblés vers des secteurs particulièrement exposés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », ajoute Alexandre Baradez.

Christine Lagarde a largement insisté sur l’importance d’une réponse budgétaire coordonnée et ambitieuse. Pourquoi renvoyer la balle aux Etats ?

« Christine Lagarde a clairement indiqué qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que les banques centrales répondent en premier à cette crise » , souligne Alexandre Baradez.  »Son message consiste à dire : la BCE vous donne un contexte financier favorable, mais désormais c’est à vous de jouer », laissant comprendre que les mesures fiscales et de soutien au chômage seront beaucoup plus efficaces dans l’immédiat. « Christine Lagarde est d’abord une cheffe d’entreprise et une politique. Elle s’est mise volontairement en retrait pour obliger les Etats à agir », poursuit-il. Cette mise en retrait s’est également illustrée sur la forme, la conférence de presse n’ayant pas été marquée par un point d’orgue, comme avait pu le faire son prédécesseur Mario Draghi et son devenu célèbre « whatever it takes » (tout ce qui sera nécessaire). « Le risque c’est que les Etats prennent plusieurs mois à se mettre d’accord pour une réponse coordonnée », redoute toutefois Véronique Riches-Flores.

Peut-on s’attendre à de nouvelles mesures ?

« Vraisemblablement la BCE va attendre que les Etats prennent des mesures. Si cela ne suffit pas à rassurer les marchés, elle risque d’intervenir de nouveau », anticipe Alexandre Baradez. « Contrairement à la Fed, qui a eu une réponse épidermique en baissant son taux par surprise, la BCE va sans doute procéder par étapes », poursuit-il. L’institution européenne pourrait ainsi prendre de véritables mesures de relance lorsque le pic de l’épidémie se profilera. Un programme de rachats d’actifs plus conséquent serait alors envisageable. « Cela aura un effet, à la fois, psychologique et mécanique sur les marchés », assure l’analyste. « Manifestement, la BCE va revenir à la charge », anticipe également Véronique Riches-Flores. D’ici là, la Fed pourrait également annoncer de nouvelles mesures, sans attendre la réunion du 18 mars prévue au calendrier.

 

ndage- Hollande : fuite des électeurs pas non plus convaincus par Sarkozy

Sondage-  Hollande : fuite des électeurs pas non plus convaincus par Sarkozy

 

 Dans un sondage CSA pour « Nice-Matin », un électeur sur trois ayant voté pour François Hollande au second tour ne referait pas ce choix. François Hollande s’est-il coupé d’une partie de son électorat ? En partie, si l’on en croit les récents sondages de popularité ou la dernière enquête CSA (1) publiée ce lundi 5 mai dans Nice-Matin. A la question : « Si le second tour de l’élection présidentielle opposant François Hollande à Nicolas Sarkozy avait lieu dimanche prochain, voteriez-vous à nouveau pour François Hollande ? », 35% des électeurs de François Hollande au second tour affirment qu’ils ne referaient pas le même choix. Dans ces déçus, 16% déclarent même qu’ils ne le feraient « certainement pas ». 19%, moins catégorique, expliquent qu’ils ne le feraient « probablement pas ». Ce reniement est particulièrement marqué chez les électeurs qui n’avaient pas voté pour le chef de l’État au premier tour : 41% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 44% de ceux de François Bayrou ne se reporteraient plus sur François Hollande.   Ce choix reste cependant très « minoritaire » au sein de sa base socialiste : deux électeurs sur trois de François Hollande au premier tour renouvelleraient leur vote en sa faveur. 44% affirment même le faire avec certitude. L’institut CSA précise par ailleurs que 58% des Français estiment que Nicolas Sarkozy n’aurait pas fait mieux que son successeur à l’Élysée.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol