Archive pour le Tag 'contredit'

Page 2 sur 2

Baisse TVA transport : Sapin contredit Ségolène

Baisse TVA transport : Sapin contredit Ségolène

 

Ségolène envisageait des mesures radicales pour lutter contre la pollution notamment la baisse de la TVA sur les transports. Pas question a déclaré Sapin. Du coup le ministère de l’écologie est renvoyé à son rôle gadget. On fera du vent pour repousser plus loin la pollution. C’est toute la contradiction entre r la problématique environnementale et la logique fiscale. Ségolène est autorisée à « faire du brui »t sur la pollution et le climat mais Bercy impose le silence à propos des contradictions fiscales, écologiques et économiques du gouvernement.  Dans une interview accordée à Europe 1 ce matin, le ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin nie une baisse de la TVA de 10% à 5,5% sur les transports en communs. Il a qualifié l’information délivrée hier soir par les Échos de «rumeur courante à cette période là de l’année», où le prochain projet de loi de finances est en cours de réflexion.  Le site des Échos avait annoncé hier soir que le gouvernement étudiait la possibilité d’un retour à un taux de TVA à 5,5% pour le bus, le métro et le TER. Selon le journal, la mesure, qui devait concerner les réseaux répondant à des obligations de service public, devait être actée à la rentrée et intégrée dans le prochain projet de loi de finances. Le taux de TVA applicable est aujourd’hui de 10%. Les TGV et les lignes d’autocar longue distance prévues par la loi Macron auraient, quant à eux, conservé ce taux. Cette mesure aurait coûté entre 300 et 500 millions d’euros par an à l’État (à comparer aux 100 milliards de la pollution occasionnés notamment par l’usage de la voiture surtout en ville). . Toujours selon le journal, l’objectif était de redonner du pouvoir d’achat aux Français, mais aussi de faire un geste pour le climat en favorisant les transports en commun au détriment de la voiture.

Montebourg contredit Valls et veut une autre politique économique

Montebourg contredit Valls et veut une autre politique économique

Montebourg contre-attaque et se place pour l’avenir. Il sent bien que ce gouvernement est discrédité et ne veut pas partager cette solidarité de l’échec. Constatant  une impopularité historique du gouvernement et des résultats économiques et sociaux catastrophiques, Montebourg saisit l’occasion d se démarquer nettement de Hollande et de Valls et réclament tout bonnement une autre politique économique.  Une déclaration qui ne passera pas inaperçue et risque de créer une chaude ambiance tant au sein du gouvernement qu’au sein du PS. Après l’annonce de François Hollande de donner un coup de pouce fiscal aux salariés modestes, le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg appelle en effet « à faire évoluer nos choix politiques ». « Nous devons apporter des solutions alternatives, affirme-t-il dans une interview au Monde. « Il faut donner la priorité à la sortie de crise et faire passer au second plan la réduction dogmatique des déficits, qui nous conduit à l’austérité et au chômage », alerte-t-il. Un discours qui tranche sévèrement avec celui prononcé, il y a un peu moins de dix jours, par le premier ministre Manuel Valls qui refusait de changer de cap politique. Valls a sans doute eu tort de suivre aveuglément les orientations floues et contradictoires de Hollande, il risque de se brûler les ailes dans cet exercice de bon élève. Dans cette affaire se joue déjà auusi la crédibilité aux primaires pour la désignation du candidat socialiste et Montebourg qui plafonne à 10% de popularité comme candidat potentiel sort donc du bois d’autant que la côte de Valls est condamnée à suivre celle de Hollande sur la durée. Les prochain sondages devraient lui être très défavorables dans la mesure où hors se coups de mentons, Valls ne se distingue guère de Hollande dans son inefficacité.

 

Dailymotion : Moscovici contredit Montebourg

Dailymotion : Moscovici contredit Montebourg

La décision de s’opposer au projet de rachat du site français de vidéos en ligne Dailymotion par le groupe américain Yahoo a bel et bien été prise par « le gouvernement » et non par lui seul, a répété le ministre du Redressement productif interrogé jeudi après-midi par France 2. Il répondait ainsi au démenti du ministre de l’Economie Pierre Moscovici qui assurait ne pas avoir été impliqué dans cette décision, contrairement à ce que Arnaud Montebourg avait une première fois affirmé à la sortie du Conseil des ministres. « Nous ne pensons pas que ce soit une bonne opération d’abandonner Dailymotion entre les mains d’une société, Yahoo!, dont la santé est parfois vacillante et qui de surcroît risque de dévorer, faire disparaître Dailymotion », indique le ministre à la sortie du Conseil des ministres.  Ce n’est pas un dossier dans lequel j’ai été particulièrement impliqué, contrairement à ce que j’ai pu lire ici ou là », avait affirmé un peu plus tôt dans la journée Pierre Moscovici, lors d’une conférence de presse. « Je n’ai pas eu tous les éléments en ma possession. » A la question de savoir s’il avait été informé par Arnaud Montebourg, il a répondu : « Nous avons eu une conversation à ce sujet mais qui est restée extrêmement générale, il n’y a pas eu de réunion, de décision conjointe sur ce dossier ». Dans l’entourage d’Arnaud Montebourg, on assure avoir travaillé avec le cabinet de Pierre Moscovici. « Il n’a peut être pas travaillé toutes les pièces », persifle un conseiller.  A Matignon, on souhaite rester en retrait : « on ne va pas jouer les surgés de cour de récré » persifle un conseiller, avant d’ajouter : « leur histoire de couple, on n’en a rien à faire ! » Reste que, sur le fond, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a assuré que la position défendue par le ministre du Redressement productif était celle du gouvernement, ce qu’a confirmé l’entourage du Premier ministre. « La position qu’a défendu Arnaud Montebourg est celle du gouvernement », a-t-elle dit lors du compte rendu du conseil des ministres. « Il est absolument naturel que l’Etat défendre les intérêts de ses entreprises (…) L’enjeu était d’éviter la disparition de Dailymotion ».Au milieu de ce couac du gouvernement, le patron de France Télécom-Orange, Stéphane Richard, semble, lui s’être fait une raison. Dans un premier temps, il a regretté l’échec des négociations avec Yahoo!, qu’il considérait comme un potentiel allié de poids pour « le développement de Dailymotion hors d’Europe ». Dans une interview au journal Les Echos, il a tenu a réaffirmer l’indépendance de son groupe. « Dailymotion est une filiale d’Orange et non de l’État. C’est le groupe, sa direction et son conseil d’administration qui gèrent ce dossier », a-t-il déclaré. « J’avais pourtant refusé que Yahoo! dispose d’une option pour acheter la totalité du capital de Dailymotion, et nous étions sur le point de trouver un arrangement », a déploré le patron de France Télécom. Jeudi soir, il s’est toutefois rangé aux côtés de l’Etat. « Yahoo! n’était pas le bon choix pour Dailymotion, c’est ça le constat qu’on peut faire aujourd’hui », a-t-il affirmé dans un entretien à France 2. « Maintenant, nous allons repartir à la recherche d’un bon partenaire. Le PDG de France Télécom-Orange évoque « beaucoup d’autres possibilités » « du côté des grands acteurs de l’Internet » ou des groupes spécialisés dans « le numérique » et « les contenus ».

 

« Crise de l’euro pas terminée » : Merkel contredit Schäuble … et les autres

« Crise de l’euro pas terminée » : Merkel contredit Schäuble … et les autres

 

 

Merkel contredit la plupart des responsables européens (dont les français) qui considèrent que la crise éd l’euro est surmontée. Le contraire de la méthode Coué ; il faut par ailleurs rappeler que Merkel avait déjà indiqué que la crise européenne durerait une dizaine ‘années. La crise de la dette en zone euro est loin d’être terminée bien que les mesures d’austérités mises en place commencent à porter leurs fruits, déclare en effet la chancelière allemande Angela Merkel dans ses vœux pour la nouvelle année, qui seront diffusés à la télévision allemande ce lundi soir. Dans cette intervention publique, la dirigeante exhorte les Allemands à être plus patients, même si la crise de la zone euro dure désormais depuis trois ans. « Pour notre prospérité et notre solidarité nous devons trouver le bon équilibre », a-t-elle déclaré. « La crise de la dette souveraine européenne montre à quel point cet équilibre est important. » « Les réformes que nous avons proposées commencent à produire leurs effets. Cependant nous devons faire preuve de patience. La crise est loin d’être terminée. »Par ces propos, la chancelière allemande contredit indirectement le ministre des Finances, Wolfgang Schaüble, qui avait déclaré dans un entretien publié vendredi dans le Bild que le pire était passé. Sur le plan de la politique intérieure, Angela Merkel, qui cherchera à obtenir un troisième mandat lors des élections de septembre, s’est félicitée de la chute du chômage, au plus bas depuis la réunification. Elle a cependant averti que 2013 pourrait être plus difficile que l’année écoulée, en raison d’un ralentissement de la croissance économique.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol