Archive pour le Tag 'contre-productive »'

Économie : « La dramatisation est contre-productive »

Économie : « La dramatisation est contre-productive »

Le président-délégué du Medef Patrick Martin s’agace de la dramatisation excessive de la crise économique par les responsables gouvernementaux, on rajoute ainsi de la crise à la crise. Le président délégué du Medef en profite pour égratigner la convention sur le climat dont le principal défaut est de n’avoir rien chiffré au plan financier ( un oubli récurrent chez certains lobbyistes écolos NDLR).  interview la tribune.

 

 

  »Technocrate, rigide, inexpérimentée dans ses nouvelles responsabilités » ; ainsi est volontiers qualifiée Elisabeth Borne, qui succède à Muriel Pénicaud : le casting du ministère du Travail et, au-delà, la coloration d’ensemble du gouvernement Castex, vous apparaissent-ils (in)appropriés à l’envergure du chantier économique et social ?

Patrick Martin : (Silence). Nous avons travaillé de manière convenable avec Muriel Pénicaud, surtout depuis l’irruption du séisme pandémique. De notre côté, nous espérons que les nouvelles conditions nous permettront de faire mieux.

146 sur 150 : c’est le nombre de propositions issues de la Convention citoyenne pour le Climat que le chef d’Etat s’est engagé à initier. Auxquelles souscrivez-vous franchement, lesquelles dénoncez-vous franchement ? Plus globalement, applaudissez-vous franchement une « première » démocratique saluée ?

Dès l’installation de la Convention, nous avons opté pour une attitude constructive de dialogue. Abstraction faite du processus démocratique (tirage au sort) qui, en témoigne le courroux de parlementaires, est contestable, notre sentiment est contrasté. Nous partageons l’analyse d’ensemble, mais nous regrettons l’état d’esprit général qui a présidé à la tenue des débats et à la teneur des préconisations : le prisme retenu est celui d’une contrainte, d’une coercition, d’injonctions culpabilisantes à nos yeux inappropriées.

Le mouvement des Gilets jaunes l’a démontré : lorsque les citoyens n’acceptent pas une réforme, ils ne peuvent pas se l’approprier et même ils la combattent. De « mauvaises » méthodes peuvent faire avorter une « bonne » idée. Exemple ? La rénovation des bâtiments. Il s’agit là d’un engagement que nous-mêmes, au Medef, estimons majeur. Mais enfermer le déploiement dans un calendrier insupportable – 30 millions de logements en dix ans – s’avérera contre-productif, et surtout fragilisera des propriétaires qui, faute de moyens financiers pour mener la rénovation, verront ce qui souvent est leur seul bien, cruellement se dévaloriser. Autre exemple : la suppression des vols intérieurs lorsque la durée des trajets en train est inférieure à… quatre heures – finalement ramenée à deux heures trente : a-t-on songé aux conséquences économiques et sociales dans certains territoires ? Enfin, last but nos least : aucun chiffrage n’a été produit ! Le mieux est parfois l’ennemi du bien…




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol