Archive pour le Tag 'contraint'

Guerini, Le patron de LREM, contraint de défendre de Rugy

Guerini, Le patron de LREM ,contraint de défendre de Rugy

 

 

 

Alors que la plupart des ténors de la république en marche ont pour le moins pris des distances avec de Rugy (Griveaux  allant même jusqu’à déclarer que de Rugy offrait une image terrible), Stanislas Guerini s’est chargé d’apporter un soutien à de Rugy. Un soutien qui n’engage pas réellement le gouvernement, le Premier ministre ou même la majorité. On sait en effet que Stanislas Guerrini fait de la figuration. Officiellement il est délégué général de la république en marche mais n’influence en rien le gouvernement et a fortiori Macon. Pour preuve Guerini s’est même offusqué de l’extrême centralisation du parti après les nominations par un comité indépendant des candidatures aux municipales. Curieux, on aurait pu penser que le délégué général de la république en marche avait son mot à dire à propos de ces candidatures. Comme de Rugy apparaît lâché par beaucoup de responsables politiques y  compris de la majorité, on a sûrement demandé à Stanislas Guerini d’équilibrer un peu la balance et de soutenir même mollement de Rugy  encore accusé de n’avoir pas payé d’impôts en 2015  «Aucune irrégularité d’aucune sorte dans ce nouvel article.» Dans un tweet publié ce samedi matin, Stanislas Guérini, délégué général de La République en Marche (LREM), défend le ministre François de Rugy après la publication d’un nouvel article embarrassant. Donc aucune irrégularité d’aucune sorte dans ce nouvel article. J’espère que ceux qui se sont fait l’écho des soupçons qui sont donc infondés sur @FdeRugy apporteront autant de soin à rétablir la vérité.  Une seule raison : les dons de 1 200€ que je faisais chaque mois au parti EELV en tant que député du groupe EELV, comme TOUS les autres députés du groupe. La question est de savoir ce que rembourse ensuite le parti politique comme frais ? De toute manière, cette bizarrerie s’ajoute à bien d’autres.

Selon le site, Mediapart,  François de Rugy n’a pas été imposable en 2015 pour ses revenus déclarés de 2014. Conformément à la loi à l’époque, celui qui était alors député n’était pas imposable sur la totalité de son revenu. Il a pu également retrancher de son revenu imposable une partie des dons faits à des «organismes reconnus d’intérêt général», écrit le média en ligne. Il a enfin bénéficié de crédits d’impôt liés à la garde d’enfant.

Benalla : contraint de témoigner au sénat

Benalla : contraint de témoigner au sénat

 

Gonflé l’avocat de Benalla qui justifiait de l’enquête judicaire en cours pour refuser l’audition de son client devant le Sénat. Un avocat qui devrait relire son droit notamment constitutionnel. Il ne s’agit en effet pas de la même nature dans les deux enquêtes. La première enquête judiciaire vise des délits clairement identifiés et passibles de condamnations. L’enquête du Sénat, elle, a surtout pour objet de comprendre les dysfonctionnements de l’État et notamment la confusion des responsabilités en particulier à l’Élysée Alexandre Benalla, principal protagoniste de l’affaire qui porte son nom, a d’abord fait savoir mardi qu’il refusait de répondre aux questions des sénateurs mais la commission des Lois du Sénat  Il n’acceptera de se plier à l’exercice qu’une fois le volet judiciaire clos, a précisé à LCI Me Laurent-Franck Liénard. “La décision a été prise hier soir, dans mon cabinet”, a dit l’avocat. “Nous avons mesuré les impacts de sa comparution ou de sa non-comparution devant cette commission et nous avons décidé que le mieux à faire était de ne pas y aller.”Après avoir relu son droit, l’avocat a changé de position dans la soirée et déclaré que Benalla se rendrait au sénat mais contraint. De nombreux points d’ombre méritent d’être encore éclairés et en particulier cette fameuse histoire de disparition d’un contrefort contenant des documents secrets disparus au cours de l’enquête du domicile de Benalla. Le coffre fort n’avait pu être ouvert, Benalla ayant oublié les clés !! Un détail

 

EDF contraint de vendre des actifs

EDF contraint de vendre des actifs

EDF étant  englué dans une situation financière ingérable, son président envisage maintenant de vendre des actifs et de changer les modalités de financement des centrales nucléaires. Le premier désengagement d’EDF pourrait concerner RT le réseau de distribution. Par ailleurs le patron d’EDF ouvre le débat pour un changement des modalités de financement des centrales nucléaires. Il faut dire que la situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle enfin faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. En clair EDF ne pourra jamais faire face seule à ces défis mêmes avec une augmentation régulière du prix de ‘l’électricité  (il est prévu une augmentation moyenne de 2,5 % par an  pendant plusieurs années) ou par des seules suppressions d’effectifs. Ce que confirme le patron d’EDF dans une interview du JDD. Le président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, n’exclut pas de céder une partie du capital de RTE, la filiale chargée du réseau français de transport d’électricité, mais entend que le groupe reste présent dans les activités de réseau. « Vendre certains actifs non stratégiques pour financer notre développement est une obligation », déclare-t-il dans une interview publiée par Le Journal du Dimanche. « Nous l’avons fait en Autriche, en Hongrie, au Portugal, aux Etats-Unis. Mais EDF restera un groupe intégré avec des activités de production, de réseau et de vente d’électricité, de gaz et de chaleur, et de services énergétiques », ajoute-t-il.

 

Orange : contraint de vendre des actifs

Orange : contraint de vendre des actifs

 

Orange est bien conscient que pour convaincre les autorités de la concurrence de son rapprochement avec Bouygues ,  il lui faudra vendre des actifs aux autres concurrents du secteur télécom. Le nouvel ensemble devrait en effet ouvrir nettement plus de la moitié du marché.  Ces ventes porteraient  sur la rétrocession d’une partie des fréquences, du réseau, des boutiques et de la clientèle de Bouygues Telecom, sont encore à un stade préliminaire, aucune offre chiffrée n’étant pour l’instant sur la table.  Bouygues et Orange doivent aussi compter avec l’Etat, principal actionnaire de l’opérateur historique dont il contrôle 23%, pour faire aboutir une opération qui prévoit que Bouygues prenne une participation importante dans Orange, assortie d’un paiement en numéraire. les pouvoirs publics souhaiteraient que la participation de Bouygues dans l’ancien monopole ne dépasse pas 10%.   »L’Etat français a vocation à rester l’actionnaire de référence d’Orange et à disposer d’une minorité de blocage », a précisé Bercy. Pour cette vente d’actifs Orange n’est pas en position de force pour négocier, Free apparaissant comme le seul candidat pour le rachat d’une partie du réseau et des fréquences de Bouygues Telecom. Cependant il n’est pas exclu que d’autres acteurs se manifestent .

Dassault contraint de demander la levée de son immunité parlementaire

Dassault contraint de demander  la levée de son immunité parlementaire

Serge Dassault n’avait plus le choix, ou bien le sénat levait son immunité parlementaire, ce qui aura entaché son dossier ou bien il décidait lui-même de le demander. Ce qu’il a bien été contraint de faire. Les dessous de table qui sont une pratique courante pour les ventes d’armes sont apparemment moins bien tolérés en démocratie.  Le sénateur UMP Serge Dassault a donc annoncé lundi son intention de demander lui-même la levée de son immunité parlementaire afin de « démontrer totale innocence » dans l’enquête sur des achats présumés de voix dans la ville de Corbeil-Essonnes (Essonne). Malgré un avis favorable du parquet, le bureau du Sénat avait rejeté le 8 janvier lors d’un vote à bulletins secrets une requête en ce sens des juges chargés de l’affaire. Invoquant de nouveaux éléments apparus dans le dossier, ceux-ci ont déposé une nouvelle demande de levée de l’immunité du propriétaire du Figaro et principal actionnaire de Dassault Aviation, qui doit être examinée ce mercredi par le bureau. « J’ai décidé de demander au bureau du Sénat qui se tiendra le 12 février prochain de lever mon immunité parlementaire, quel que soit le mode de scrutin, de façon à être entendu », indique l’élu dans un communiqué. « Et même si cette levée d’immunité provoque mon placement en garde à vue, je suis prêt à affronter cette épreuve. » « Je pourrai de ce fait avoir accès à la procédure et enfin pouvoir me défendre contre ces accusations », ajoute-t-il. « Je pourrai ainsi démontrer ma totale innocence de ces soi-disant achats de votes ». Ces « accusations » sont « inventées de toute pièce par certains de mes adversaires politiques de Corbeil-Essonnes, qui n’ont pas hésité à prononcer des mensonges et des faux témoignages pour essayer de reprendre le contrôle de la ville » lors des élections municipales de mars, souligne Serge Dassault qui indique avoir été élu maire « sans aucun achat de vote. » La levée de l’immunité parlementaire de l’élu doit permettre aux magistrats du pôle financier de Paris de le placer éventuellement en garde à vue et de procéder à des perquisitions dans ses locaux. Serge Dassault, qui est âgé de 88 ans, a été maire de Corbeil-Essonnes de juin 1995 à juin 2009. Les magistrats s’intéressent aux élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes remportées par Serge Dassault puis par Jean-Pierre Bechter, dans le cadre de leur instruction pour achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux. Le Conseil d’Etat, qui a annulé le scrutin de 2008, avait tenu pour «  établis  » des dons d’argent aux électeurs.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol