Archive pour le Tag 'continuer'

Page 3 sur 3

Marchés financiers : la baisse va continuer

Marchés financiers : la baisse va continuer

La chute des marchés boursier devrait se poursuivre même si quelques rebond sont à attendre dans les jours à venir. Globalement la tendance sera cependant baissière. Le CAC 40 a en effet enregistré hier  une baisse de plus de 2 % comme à Wall Street. Une baisse de plus de 2 % comme à Wall Street. La bourse de Tokyo elle 2,7 % et Shanghai encore 2,7 %. La première préoccupation des marchés concerne l’évolution de la situation économique et financière de la Chine. Préoccupation encore confirmée ce matin avec l’annonce de l’indicateur de conjoncture de Markit qui prévoit une nouvelle chute de l’industrie manufacturière à un niveau au plus bas depuis six ans. La chute de l’activité économique en Chine s’accompagne d’une crise financière grave affectant les entreprises, les collectivités locales mais aussi le système bancaire. Cela traduit à l’évidence le net ralentissement de l’économie mondiale. Une nouvelle crise n’étant  plus à exclure. Il y a la baisse de la demande mondiale. Aussi  la chute des matières premières qui prive nombre de pays de ressources essentielles et qui pèsent sur la demande mondiale. D’une manière générale cela se traduit par une diminution des commandes extérieures des grands pays exportateurs comme la Chine, le Japon et même l’Allemagne. Pour ce qui concerne l’Europe s’ajoute depuis hier les incertitudes concernant l’avenir politique de Tsipras, premier ministre  et par conséquent l’avenir du plan d’aide à la Grèce. Les indices de conjoncture de Markit qui devraient  être publiés aujourd’hui devraient contribuer à alimenter les inquiétudes sur la croissance mondiale. Ajoutons à cela que certains cours été notoirement surévalués au regard des résultats économiques et financiers et qui étaient surtout dopés par la masse de liquidités répandues par les banques centrales. Le peu d’attractivité des obligations à part ailleurs opéré des reports sur le marché des actions. Encore une fois il y aura des rebonds mais la correction générale est en cours.

BCE : la politique accommandante va continuer

BCE : la politique accommandante va continuer

La BCE va continuer de racheter de l’ordre de 60 milliards d’actifs par mois jusqu’en fin 2016. C’est ce qu’a affirmé Draghi de la BCE qui considère que sa politique monétaire commence à donner des fruits. L’objectif est d’alléger la dette notamment  des Etats et de donner l’oxygène nécessaire à la relance de la consommation et de investissement donc de la croissance. La Banque centrale européenne (BCE) ira donc  jusqu’au bout de son programme d’assouplissement quantitatif (QE), a affirmé son président Mario Draghi jeudi, minimisant les craintes que ce programme de rachat d’actifs ne soit la source de bulles spéculatives. Les propos de Draghi, tenus à Washington dans les murs du Fonds monétaire international, ne laissent guère de doutes sur la mise en œuvre intégrale de ce programme, qui doit durer jusqu’en septembre 2016, en dépit des réserves émises par l’Allemagne à sa création. « Près de sept années de crises à répétition n’ont pas encouragé les ménages et les entreprises à prendre des risques », a dit Draghi à une audience où l’on comptait la directrice générale du FMI Christine Lagarde. « Pour ce motif, il faut attendre avant de pouvoir dire que nous avons réussi ». Même si ces 60 milliards d’euros d’achats d’actifs mensuels, essentiellement des emprunts d’Etat, aboutissent à une revalorisation des actifs et de la confiance, il faut aussi qu’ils stimulent l’investissement et l’inflation, a poursuivi Draghi. « Alors que nous avons déjà constaté un effet sensible de nos mesures sur les prix des actifs et la confiance économique, ce qui compte en dernier ressort c’est d’avoir un effet équivalent sur l’investissement, la consommation et l’inflation », a déclaré Mario Draghi. « Dans ce but, nous réaliserons entièrement notre plan de rachats, comme nous l’avons annoncé et, dans tous les cas, jusqu’à ce que nous constations un ajustement durable de la trajectoire d’inflation. » En réponse à des critiques selon lesquelles une telle politique de création monétaire pourrait alimenter des bulles sur le marché immobilier par exemple, il a répondu: « Pour le moment, il y a peu d’indications selon lesquelles des déséquilibres financiers généralisés soient en train d’émerger. »  Mario Draghi a ajouté que les autorités monétaires devaient faire preuve de beaucoup de prudence lorsque le moment était venu de couper le robinet de la liquidité coulant à flot.

Sondage Popularité Hollande : chute dramatique qui va continuer

Sondage Popularité Hollande : chute dramatique qui va continuer

L chute est dramatique pour Hollande qui bat tous les records d’impopularité (sondage IFOP JDD qui confirme tous les autres); dramatique aussi pour la France dont les institutions vont de faiat se trouver bloquées et l’économie avec. Ce sera encore davantage la politique du ni-ni, chaque mesure désormais apportera son lot de mécontents et l’indice de popularité de Hollande ne pourra que se détériorer jusqu’à atteindre le score de Jospin, un score qui risque de placer le PS derrière le front national ( en cas délections présidentielles Hollande serait derrière Le Pen avec autour de 20%) .En bref on se prépare comme en Italie a avoir un pays ingouvernable. Avec 74% de Français qui se déclarent « mécontents », le chef de l’Etat bat un record absolu sous la Ve. Jusqu’à présent, c’est Nicolas Sarkozy qui détenait ce record avec 72% de mécontents atteint en… avril 2011, c’est-à-dire un an avant la fin de son quinquennat. On assiste donc à une incroyable accélération du temps politique. Plus préoccupant surtout pour Français Hollande : il passe sous son socle électoral. Avec 25% de Français encore satisfaits, il s’éloigne des 28,6% de ceux qui avaient votés pour lui au premier tour de la présidentielle il y a un an. Le recul est général. Il baisse notamment chez les professions intermédiaires traditionnellement acquises aux socialistes (de 41% à 24%), chez les professions libérales (de 38% à 29%) et même chez les sympathisants socialistes (de 77% à 64%). Dans leurs réponses, les Français interrogés par l’IFOP estiment que le Président et son gouvernement s’attardent sur des sujets non prioritaires comme le mariage pour tous et le choc de moralisation. Tout se passe comme si l’affaire Cahuzac avait mis en évidence le manque d’autorité de François Hollande. Plus que l’affaire en tant que telle, les sondés déplorent le manque de vigilance du Président lorsqu’il a choisi son ministre du Budget indélicat. Loin d’agir comme un bouclier, Jean-Marc Ayrault baisse au même rythme que son patron : – 6 points ce mois. Le Premier ministre n’a pas plus que 30% de personnes satisfaites.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol