Archive pour le Tag 'continue'

Page 2 sur 3

Sondage popularité François Hollande : la chute continue

Sondage popularité François Hollande : la chute continue

Selon les sondages en valeur absolue la popularité de François Hollande varie de 13 à 19 %. Reste une constante dans tous les sondages, Hollande ne cesse de s’enfoncer ainsi selon BVA la cote de popularité de François Hollande a encore chuté en avril, à 19% (-2 points en un mois), tandis que celle de Manuel Valls a légèrement remonté à 30% (+2), selon un sondage BVA pour Orange et iTELE publié samedi 30 avril. Quatre Français sur cinq (80%, +1 point) ont exprimé une « mauvaise opinion » du président de la République (50% de « très mauvaise opinion » et 30% de « plutôt mauvaise opinion »), 69% (-2 points) du Premier ministre (30% « très mauvaise », 39% « plutôt mauvaise »).   Avec 19% de « bonnes opinions » (17% « plutôt bonne » et 2% « très bonne »), la popularité du chef de l’État « est inférieure de 11 points au score le plus bas atteint par Nicolas Sarkozy durant la période 2007-2012 (en février et avril 2011) », note l’institut. François Hollande retrouve le niveau le plus bas atteint dans ce baromètre en septembre 2014, après les départs du gouvernement d’Arnaud MontebourgBenoît HamonAurélie Filippetti. Quant à Manuel Valls, BVA juge qu’il est « un peu tôt pour affirmer qu’il a réussi à amorcer un réel mouvement d’amélioration ».  Un sondé sur deux (50%, inchangé) juge par ailleurs qu’Alain Juppé (LR), candidat à la primaire à droite, devrait avoir « davantage d’influence dans la vie politique ». Deuxième, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, dont la cote d’influence progresse de 4 points à 48%. Autre candidat à la primaire à droite, Bruno Le Maire (LR) arrive troisième, avec 36% (+1), devant François Bayrou (MoDem) à 33% (-1), puis François Fillon (LR) à 31% (+1).  L’ancien président de la République et actuel patron des Républicains, Nicolas Sarkozy est 22e (19%, -3). La présidente du FN, Marine Le Pen, apparaît à la 10e place (26%, – 2). Le cofondateur du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon se classe 21e (20%, -1), l’écologiste Cécile Duflot 28e (12%, -1).

(Avec RTL)

Vote de la déchéance de nationalité : le bal des faux-culs continue .

Vote de la déchéance de nationalité : le bal des faux-culs continue

 

Pour tout dire c’est la confusion la plus générale et les préoccupations idéologiques et tactiques prennent le pas sur l’enjeu que constituent l’intégrisme, la violence et le terrorisme. À gauche un grand nombre de députés jouent  encore les vierges effarouchées en brandissant le drapeau des valeurs rejoignant d’une certaine façon la position de Taubira. À droite la plupart sont pour mais sont gênés de voter la modification de la constitution considérant que ce serait un cadeau politique fait à Hollande. En réalité pour des motifs différents et souvent contradictoires on est aussi divisé à gauche qu’à droite. Il faut bien dire que le commun des mortels, c’est-à-dire l’électeur moyen, n’y comprend plus rien entre les différentes options qui pourraient être proposées au vote du Parlement. Il y a la formulation de la déchéance pour tous une formule séduisante mais inapplicable au regard des textes internationaux et qui revient à ne viser que les bi nationaux. Il y a la formulation déchéance pour les binationaux avancée et soutenue  par Valls mais qui affole les bobos gauchistes du PS qui souhaiteraient  une formule plus ambiguë qui sauve les apparences des valeurs de gauche mais ne changeant rien sur le fond ;  à droite il y a ceux prêts   à voter sans réticence car conscients de la montée de l’islamisme. Il y a aussi ceux  qui la voteront mais seulement du bout des lèvres pour ne pas se mettre en contradiction avec l’opinion publique qui la réclame (entre 70 et 80% selon les sondages). Enfin les iconoclastes de droite qui veulent voter contre, essentiellement pour se distinguer de Sarkozy voire pour se placer en vue des primaires.  Bref un débat incompréhensible qui n’honore pas les formations politiques et qui ne pourra que creuser un peu plus le fossé entre l’opinion publique et des appareils davantage préoccupés par des considérations tactiques que par l’intérêt général.

Prix du porc : la guerre continue

Prix du porc : la guerre continue

 

Comme on pouvait s’y attendre rien n’est réglé dans la filière porcine. Certes le gouvernement a fixé un  objectif pour le prix du kilo : mais les différents acteurs de la filière ne sont pas d’accord sur le sujet témoin  la décision –de deux industriels majeurs de la transformation de viande, la Cooperl et Bigard/Socopa qui  n’ont pas participé lundi au Marché du Porc Breton (MPB) à Plérin (Côtes d’Armor). Les deux industriels jugent trop cher le cours du porc, fixé à 1,40 euro le kilo avec le gouvernement à la mi-juin, pour soutenir les éleveurs en difficulté, a-t-on appris auprès des acteurs de la filière.  »La Cooperl et Bigard/Socopa nous ont annoncé qu’ils ne participeraient pas au marché ce lundi », a déclaré Jean-Pierre Joly, directeur du MPB dont les cours, fixés deux fois par semaine, servent de référence au plan national. En fait on tourne un peu en rond concernant les responsabilités respectives des éleveurs, des industriels et de la grande distribution. Avec comme dans beaucoup d’autres secteurs économiques des charges et des normes qui plombent la compétitivité de tous les acteurs français. La grande distribution porte toutefois une responsabilité particulière pour avoir imposé partout le prix le plus bas y compris au détriment de la qualité et des conditions d’hygiène et de santé. Qui saura par exemple dans quelle condition ont été élevés les porcs qui transitent dans les abattoirs allemands ?  De ce point de vue le label viande provenant de l’union européenne entretient toutes les confusions. Le consommateur lui-même n’est pas sans responsabilité pour avoir trop souvent privilégié le seul prix au détriment de la qualité gustative et de ce point de vue une rééducation  de beaucoup de consommateurs  reste à faire.  Le prix actuel du porc s’établit à environ 1,40 euros le kilo, objectif fixé par le gouvernement à la mi-juin avec les acteurs de la filière pour tenter de résoudre la crise traversée par les éleveurs de porcs français. Mais les industriels de l’abattage l’estiment trop élevé par rapport aux concurrents européens.  Selon un communiqué du syndicat des industriels de la viande (SNIV-SNCP), la production, « soutenue par les pouvoirs publics (…), obtient les prix les plus élevés d’Europe, sans trop se soucier du devenir des abattoirs », alors qu’en face « le secteur charcuterie-salaison considère que les viandes européennes sont meilleures que les viandes françaises (elles sont en réalité moins chères) » et que la grande distribution « n’a pas encore renoncé à sa politique de guerre des prix ». Dans un courrier daté du 6 août envoyé à ses adhérents, la Cooperl explique que pendant qu’ »une volonté ‘politique’ de court terme a réussi à porter le cours à 1,40 euro », « l’Allemagne abaissait brutalement son prix d’achat » et « à ce jour, 25 centimes séparent le cours français du cours allemand ». « Les capitaux de la Cooperl sont la propriété de ses adhérents, ils n’ont pas vocation à financer un cours politique, pour tenir la tête hors de l’eau à une partie de la production française », estime la coopérative. « Notre effort ira en totalité à l’abattage et à la valorisation des porcs de nos adhérents » ajoute la Cooperl, qui annonce en revanche la suspension de ses achats externes au cadran à compter de lundi. Paul Auffray, le président de la Fédération nationale porcine (FNP), a dénoncé lundi un « chantage et une prise en otage des éleveurs » par Bigard et par la Cooperl, qui « voudraient que les prix baissent de 15 centimes par kilo » par rapport à leur niveau actuel.

Pollution en Ile-de-France mais la concentration urbaine continue

Pollution en Ile-de-France mais la concentration urbaine continue

 

Preuve de la crise de société et de la crise environnementale. Paris est régulièrement affecté par des pics de pollution mais pour autant on continue d’entasser la population ( avec notamment le projet Grand Paris). Des habitants comme les poulets ou les veaux entassés dans les mêmes cages contraints de mettre des masques pour respirer et d’avaler des antibiotiques pour éviter les ( ce qu’ils font en mangeant régulièrement de la viande déjà bourrée d’antibiotiques). Parallèlement et sans aucun lien avec la politique urbanistique le maire de Paris lance uen appel sur le climat !  La maire de Paris et le président de la région Ile-de-France ont demandé jeudi à l’Etat de prendre des mesures d’urgence, dont la circulation alternée, face à la perspective d’un nouveau pic de pollution vendredi pour le quatrième jour consécutif. L’organisme de surveillance AirParif prévoit la poursuite vendredi du pic de pollution à l’ozone qui affecte la capitale française depuis trois jours, un phénomène susceptible d’être aggravée par la canicule. Dans un communiqué, Anne Hidalgo et Jean-Paul Huchon demandent à l’Etat de mettre en place « dès vendredi » la circulation alternée, le contournement de l’Ile-de-France par les poids lourds de transit et la réduction des vitesses sur les autoroutes et les voies rapides.

 

Grèce : pendant le défaut … le marchandage continue

Grèce : pendant le défaut … le marchandage continue

Courageusement on a décidé d’attendre ….le referendum grec. Mais le marchandage continue. De toute manière le résultat ne changera pas grand chose à la question grecque. La Grèce ne pourra jamais rembourser la totalité de sa dette, sa croissance est trop faible ( avec un chômage de l’ordre de 30%, un PIB en recul de 25% etc.). Il faudra donc une restructuration et un plan d’aide car Bruxelles ne peut exclure la Grèce ni de l’euro, ni de l’union européenne. Conclusion :   »La seule chose que nous puissions faire est d’attendre l’issue (du référendum) et voir alors s’il y a des bases pour continuer à aider la Grèce, et de quelle manière », a déclaré mardi soir à Reuters le président de l’Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, à l’issue d’une réunion, par téléphone, des ministres des Finances de la zone euro, la 12e depuis l’arrivée au pouvoir à Athènes du parti de gauche anti-austérité Syriza. « Ce qui peut changer, c’est la posture politique du gouvernement grec qui a mené à cette situation malheureuse », a-t-il poursuivi. A Berlin, la chancelière Angela Merkel, a été également très claire: «  »Nous ne négocierons sur rien de nouveau avant que le référendum, tel qu’il est prévu, ait eu lieu », a-t-elle dit mardi en fin d’après-midi, alors que venait d’être annoncée la tenue de cette réunion extraordinaire de l’Eurogroupe. De toute manière il faudra restructurer la dette grecque : « , la Grèce demande que sa dette à l’égard du Fonds européen de stabilité financière (FESF) soit restructurée et re-profilée dans l’esprit des propositions qui doivent être faites par la Commission européenne afin de faire en sorte que la dette de la Grèce devienne soutenable et viable à long terme », déclare  Varoufakis., Jean-Claude Juncker, a évoqué la possibilité d’un réexamen à partir d’octobre de la dette grecque qui porterait sur un allongement des maturités des prêts (leur échéance), une réduction des taux d’intérêt et une prolongation du moratoire sur le paiement des intérêts des crédits débloqués par la zone euro.

 

Grèce : non à un délai pour le FMI, l’intox continue

Grèce : non à un délai pour le FMI, l’intox continue

 

Nouvelle intox cette fois du coté du FMI pour faire pression sur la Grèce mais aussi sur l’Europe. Lagarde répète bêtement ce que disent les tecnos du FMI ( comme elle répétait bêtement les communiqués de Bercy quand elle était ministre des finances ou pire accordait bêtement 400 millions à Tapie cette fois sur recommandation de tapie). Tout cela est de l’intox pure et la négociation va encore durer des semaines, voire des mois ou des années.  Le Fonds monétaire international (FMI) a privé jeudi la Grèce de tout espoir d’éviter un défaut à la fin du mois si elle ne lui rembourse pas 1,6 milliard d’euros, entretenant une guerre des nerfs avec un gouvernement grec qui maintient son discours de fermeté face aux exigences des créanciers. Les ministres des Finances de la zone euro étaient réunis à Luxembourg pour une réunion qui n’a que brièvement été présentée comme celle de la dernière chance, la Grèce ayant affirmé qu’elle n’entendait pas y discuter de nouvelles propositions. Pour le ministre des Finances irlandais, Michael Noonan, il reviendra au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement européens de la semaine prochaine de lever définitivement, si possible, l’hypothèque d’un défaut grec. Le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijssebloem, a dit pour sa part que l’Eurogroupe n’avait pas discuté de la proposition de la Grèce d’une restructuration de sa dette parce qu’il voulait au préalable une mise en oeuvre des réformes promises.   »Nous n’avons pas discuté de cette proposition parce que l’ordre logique des choses est d’obtenir d’abord un accord sur les termes de l’accord en matière de mesures budgétaires, de réformes, etc., avant de regarder vers l’avenir », a-t-il dit. Le blocage de la situation a des conséquences concrètes en Grèce où les déposants ont retiré deux milliards d’euros sur les trois premiers jours de la semaine, soit environ 1,5% du montant total des comptes bancaires du pays, qui s’élevait à 133,6 milliards d’euros fin avril, selon des sources. Athènes a en outre fait état d’une chute de 24% des recettes fiscales en mai, même si le pays a dégagé un excédent primaire, soit avant service de la dette, sur la période janvier-mai. Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, a bloqué toute échappatoire en déclarant que la Grèce sera en situation de défaut vis-à-vis du Fonds le 1er juillet si elle ne parvient pas à s’acquitter du remboursement dû le 30 juin.

SNCM : le feuilleton continue

SNCM : le feuilleton continue

 

Nouvel épisode du feuilleton SNCM avec une nouvelle proposition du groupe STEF qui estime ( comme d’autres) que les trois propositions déjà déposées ne sont pas économiquement sérieuses. En fait il s’agit de dépecer la SNCM, de se débarrasser de sa gestion douteuse mais tout en donnant l’impression d’un contenu social. La STEF elle promet la reprise de 600 salariés ( sur 1500 CDI actuellement) quand d’autres en promettent 900. Certains  pensaient que la liquidation était préférable y compris Valls qui s’est ravisé dans le carde de l’opération à gauche toute du PS pour 2017. En outre Bruxelles ne se privet pas de mettre des bâtons dans les roues pour éviter le sauvetage de la SNCM. Le feuilleton est donc loin d’être terminé.   Le groupe Stef, maison-mère de La Méridionale, a donc demandé au tribunal de commerce de Marseille de repousser sa décision sur la reprise de la SNCM, et pourrait formuler une offre de rachat, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier. Dans un courrier transmis lundi au président du tribunal de commerce de Marseille, le groupe de logistique plaide « pour un renvoi à fin septembre en estimant qu’aucun des projets proposés ne permet d’envisager l’avenir de manière pérenne ». Le tribunal doit choisir, le 10 juin, le repreneur de la SNCM, mise en redressement judiciaire à la fin 2014. Trois offres ont été déposées.  La Méridionale partage avec la SNCM le contrat de délégation de service public (DSP) entre la Corse et le continent. La Commission européenne avait prévenu, début mai, que cette DSP ne pouvait être transmise à un quelconque repreneur. Ainsi, après la « disparition » de la SNCM, La Méridionale serait tenue de reprendre sa partie, qu’elle « sous-déléguerait » au repreneur. Le groupe de logistique envisage de déposer une offre, qui concernerait « les secteurs Corse et Maghreb », et « se propose de reprendre 600 navigants en CDI et 50 sédentaires. Le prix proposé sera entre 15 et 20 millions d’euros ».

Grèce- Bruxelles : le jeu dangereux du chat et de la souris continue

Grèce-  Bruxelles : le jeu dangereux du chat et de la souris continue

 

 

On continue de jouer au chat et à la souris entre Bruxelles et la Grèce. En fait on joue surtout avec le feu car la prolongation des  incertitudes ne fait que déstabiliser les marchés et favorise  une croissance déjà molle au plan mondial.  La Grèce a annoncé jeudi au Fonds monétaire international qu’elle reportait à la fin du mois un remboursement prévu vendredi, alors que les négociations avec l’Union européenne et le FMI continuent d’achopper sur la question politiquement sensible des retraites. Le FMI a annoncé qu’Athènes comptait regrouper en une seule échéance payable le 30 juin ses quatre remboursements dûs ce mois-ci — 1,6 milliard d’euros au total –, repoussant ainsi le risque d’une faillite imminente.  L’UE et le FMI ont demandé au gouvernement d’Alexis Tsipras de s’engager à réduire les dépenses de retraite, à réformer le marché du travail et à poursuivre un programme de privatisations, a-t-on appris de sources proches des discussions. Mais ces exigences vont au-delà des « lignes rouges » tracées par Athènes et Alexis Tsipras, qui avait accepté mercredi de transmettre une proposition de compromis dans la journée de jeudi, ne l’a pas fait, a déclaré un responsable de l’UE. En fait l’  attitude de Bruxelles n’est pas très responsable car en dernier ressort il faudra trouver uen accord. .Prolonger le doute n’est  Pas forcément très intelligent au moment où les marchés sont un peu dubitatifs non seulement sur les éventuelles conséquences d’une sortie de la Grèce mais plus fondamentalement sur la croissance internationale et ses conséquences. Pourtant dans la coulisse un projet d’accord est en cours. En fait il s’agit de  faire pression sur la Grèce pour obtenir d’elle encore davantage d’austérité . Une sortie de la Grèce serait sans doute catastrophique pour la Grèce bien sûr mais pour tout le système monétaire européen. De ce point de vue les différents responsables seraient bien avisés de se montrer un peu plus sériuex pour conclure cet accord avec la Grèce. Sinon il faudra dire adieu au 350 milliards de dettes de la Grèce, adieu sans doute aussi à la timide reprise en Europe, une reprise qui va même être très hésitante au second trimestre.

 

Grèce : le poker menteur continue

Grèce : le poker menteur continue

Bruxelles continue de défendre uen ligne dure en affirmant qu’il est hors de question d’annuler la dette Grecque. De son coté le gouvernement grec considère qu’il y a des lignes rouges à ne pas franchir comme la baisse des salaires et des pensions ; En réalité l’Europe est coincée et devra composer avec un étalement de la dette. Si la Grèce devait faire défaut c’est 320 milliards qui s’envoleraient dont par exemple 40 milliards pour la France et 60 milliards pour l’Allemagne. Le combat de coqs entre Bruxelles et la Grèce relève donc du poker menteur car finalement il y aura nécessairement un accord car chacune des deux parties aurait plus à perdre ( surtoutl(‘Europe) d’un désaccord que d’un compromis. De ce point de vue,  la dernière prise de pistions de Bruxelles est significative du bluff actuel.  Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro a indiqué dans une interview au journal Le Monde qu’il serait « impossible politiquement » d’effacer la valeur nominale de la dette grecque, même s’il est possible d’aménager les créances.  »La discussion sur l’allègement de la dette n’est pas taboue. La seule chose impossible politiquement c’est un effacement de sa valeur nominale (320 milliards d’euros environ », a dit Jeroen Dijsselbloem, qui en tant que président de l’Eurogroupe joue un rôle clef dans les discussions en cours avec Athènes. Le Néerlandais a rappelé qu’un tel « allègement » avait été évoqué dès novembre 2012 au niveau européen, à condition que le gouvernement grec remplisse les conditions posées par ses partenaires. Un « allègement » de la dette grecque pourrait par exemple passer par un rééchelonnement, ou des échanges de titres. Un « effacement » serait une initiative plus radicale, forçant les créanciers de la Grèce, parmi lesquels les Etats européens, le Fonds monétaire international et la banque centrale européenne, à inscrire des pertes dans leurs comptes. La gauche radicale Syriza au pouvoir à Athènes avait fait campagne sur un effacement pur et simple d’au moins une partie de la dette de la Grèce, qui représente plus de 175% de son produit intérieur brut, c’est-à-dire de la valeur créée par son économie en une année. Le sujet est ensuite passé à l’arrière-plan des négociations du pays avec ses créanciers, qui portent davantage sur les liquidités dont Athènes a besoin à très court terme sous peine d’asphyxie financière. Mais la question de la dette grecque est revenue sur le tapis ces derniers jours. Elle suscite des tensions entre les créanciers d’Athènes, plus précisément entre le FMI, qui plaide pour un effacement partiel, et les Européens, pour lesquels il s’agit d’une ligne rouge. Que Jeroen Djisselbloem s’est donc chargé de rappeler.

 

Formation professionnelle : le scandale continue surtout pour les chômeurs

Formation professionnelle : le scandale continue surtout pour les chômeurs

 

Le vrai scandale c’est l’opacité et des gâchis énorme (souvent dénoncés par la Cour des comptes). Il s’agit de 30 à 35 milliards par an dont se gavent les structures de formation et les formations bidon. Par contre les chômeurs ne bénéficient qu’à la marge de cette énorme manne. Pourtant il est prouvé qu’un chômeur sur deux trouve un emploi après une formation. En fait le gouvernement ne veut pas s’attaquer à ce fromage et sa mini réforme ne change rein ;  Au lendemain de la publication d’une nouvelle hausse du chômage, Louis Gallois, président du comité de surveillance de PSA Peugeot Citroën déclare : « Il faut savoir qu’il n’y a qu’un chômeur sur cinq qui bénéficie d’une formation professionnelle. C’est beaucoup trop peu ».  Seuls 28% des demandeurs d’emploi ont déclaré avoir suivi une formation professionnelle en 2012, d’après les derniers chiffres de l’Insee. Ce qui fait donc trois chômeurs sur dix…. on est à peu près dans les mêmes eaux que le chiffre avancé par Louis Gallois.  Et 28% c’est effectivement peu surtout quand on compare aux 49%, près d’un sur deux, de salariés qui ont bénéficié d’une formation la même année. C’est d’abord une question d’argent. Sur les 32 milliards d’euros dépensés pour la formation professionnelle en 2012, seuls 12% étaient destinés aux demandeurs d’emploi. « Les employeurs ont un rôle important sur le marché de la formation des adultes, les entreprises concourant à plus de 40% des dépenses nationales dans ce domaine. Les personnes privées d’activité professionnelle sont donc évincées de la voie privilégiée pour se former« , explique l’Insee. Deuxième raison : suivre une formation est un vrai parcours du combattant pour les demandeurs d’emploi. Il faut savoir sur quoi on veut se former, être bien conseillé et surtout trouver l’argent pour faire des formations sachant que pour la moitié d’entre elles, le montant dépasse les 300 euros. Conséquence de toutes ces raisons, parmi les chômeurs qui aimeraient bien se former, un sur cinq jette l’éponge avant de commencer. Les chiffres de Pôle emploi sont très clairs sur ce point. Plus d’un chômeur sur deux qui a reçu une formation retrouve un emploi dans les six mois qui suivent. C’est beaucoup mieux que pour les demandeurs d’emploi qui n’ont pas eu de formation. Et surtout, il s’agit dans la grande majorité des cas d’un CDI ou d’un CDD de plus de six mois, d’après une enquête de Pôle emploi.

Mondial foot au Qatar : la pagaille continue

Mondial foot au Qatar : la pagaille continue

 

 

La comédie continue. La FIFA a d’abord « vendu » le mondial foot à un pays qui n’a pas de tradition de foot, ensuite envisagé de faire jouer les matchs avec une température de 50 degré. Maintenant on prend enfin conscience de cette absurdité, le sulfureux président de la FIFA décide de faire jouer la compétition en hiver. C’est mieux pour la température mais ce sera la pagaille complète pour le calendrier des autres compétitions nationales comme internationales. En clair 3 ou 4 mois  de compétitions  neutralisées ou-et reportées en été !  La Coupe du monde de football se jouera donc  pour la première fois de son histoire en hiver ? C’est en tout cas ce que pense le patron de la Fédération internationale de football (Fifa), Sepp Blatter, qui estime que l’édition 2022 au Qatar « ne peut pas se jouer en été ». « La date qui convient, c’est la fin de l’année », a-t-il ajouté, lundi 20 octobre, sur France Info. Si aucune décision n’a encore été officiellement arrêtée, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer le choix d’organiser la Coupe du monde au Qatar, où les températures peuvent atteindre 50°C l’été, et où il semble inenvisageable, financièrement et écologiquement, de climatiser tous les stades. « On peut baisser la température dans les stades, mais on ne peut pas mettre tout le pays sous un toit », observe Sepp Blatter. A ses yeux, la compétition devrait donc se tenir en novembre ou décembre 2022. Un calendrier inédit, qui pose de nombreux problèmes pour les championnats nationaux et les autres compétitions internationales. Dans un entretien accordé en mai à la télévision suisse RTS, Sepp Blatter avait déjà reconnu que confier au Qatar l’organisation de la Coupe du monde de football était « bien sûr » une erreur.

 

Air France : La grève continue

Air France : La  grève continue

 

En dépit du retrait du projet Transavia Europe par la direction, le syndicat corpo des pilotes a décidé cependant de poursuivre le mouvement contre toute attente. Air France déjà pas au mieux de sa forme pourrait bien connaître de graves difficultés non seulement financières mais aussi vis-à-vis de son image. En clair le prolongement irresponsable du conflit menace l’avenir de la compagnie. L’enjeu pour le syndicat c’est de conserver des conditions sociales relativement avantageuses vis-à-vis de la concurrence. Or Air France en moyenne présente des surcouts de ordre de 20% (pas tous imputables aux pilotes). La direction d’Air France a donc suspendu jeudi soir ses négociations avec les pilotes en grève depuis 11 jours et il n’était pas sûr qu’elles reprennent dans la nuit, a déclaré à Reuters un dirigeant syndical. La compagnie aérienne n’a pu assurer jeudi que 48% de son programme de vols, avec 62% de grévistes. La direction prévoit aussi 48% de vols assurés vendredi mais une légère baisse du nombre de grévistes, à 58%. « Les négociations ont été suspendues par la direction. Ça peut reprendre cette nuit comme demain », a déclaré Julien Duboz, porte-parole du Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf). « La DRH essaye de voir si elle peut faire un montage juridique pour certains points de nos revendications. C’est un peu au point mort. On n’a en tout cas pas les réponses à certaines questions », a-t-il ajouté. Prié de dire si la grève continuait, il a répondu : « A l’heure où je vous parle, oui. » Le conflit porte sur le développement de Transavia, la filiale low-cost d’Air France. Les syndicats ont obtenu mercredi le retrait du projet Transavia Europe, qu’ils voyaient comme la première étape vers la délocalisation des emplois de la compagnie à bas coûts. Les syndicats réclament notamment un contrat unique pour les pilotes des filiales françaises.  Jusqu’ici, la direction s’y oppose en faisant valoir que le surcoût, estimé à 3%, effacerait la marge de Transavia.

 chiffres:

460 C’est le sureffectif total des pilotes attendu après la mise en place des mesures de productivité

565 heures par an C’est la durée moyenne de vol d’un pilote d’Air France sur moyen-courrier. Chez les concurrents, un pilote vole plus (entre 700 et 900 heures par an).

5 122 Postes seront supprimés d’ici à fin 2013, soit une réduction de 10 % des effectifs.

27 000 euros par mois C’est le salaire que peut toucher un commandant de bord (CDB) sur A380. La rémunération moyenne des CDB dépasse 17 000 euros.

2 milliards d’euros C’est le montant des économies qui seront réalisées d’ici à 2015 par le plan Transform 2015.

 

 

Grève Air France : ça continue

Grève Air France : ça continue

Le grève continue malgré la proposition de suspendre la création de Transavia Europe ; l’enjeu pour AIR France c’est de donner les coûts de l’ordre de 20% Si cela ne passe pas par la création d’une compagnie low-cost alors il faudra soir rediscuter des conditions sociales des pilotes d’Air France, soit perdre du trafic. En attendant la compagnie perd de l’ordre de 15 à 20 millions par jour.  Le PDG d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a annoncé lundi la suspension jusqu’en décembre de la création de Transavia Europe, son projet de filiale low-cost qui a provoqué une grève des pilotes d’Air France, mais ces derniers ont rejeté cette ultime proposition.  Alors que le mouvement, dont le coût pour la compagnie est désormais estimé à 20 millions d’euros par jour, est entré dans sa seconde semaine, la direction a dévoilé une proposition basée sur le développement prioritaire de Transavia France. La filiale low-cost verrait sa flotte passer de 14 à 37 avions d’ici 2019 au plus tard, et peut-être avant, a expliqué à la presse Alexandre de Juniac, ajoutant que 1.000 emplois étaient à la clé, dont 250 de pilotes. « Le premier aspect de la proposition c’est, sur le développement de Transavia en Europe, de suspendre jusqu’à la fin de l’année, le temps de discuter, de négocier les garanties nécessaires », a-t-il dit. « L’autre volet, c’est Transavia France, c’est la conquête d’un marché en France que nous avons pour l’instant laissé aux autres, la défense de nos grandes plate-formes, notamment Orly. C’est, sur le plan économique, mille emplois », a-t-il dit. « Ce qu’on propose c’est d’accélérer le développement de Transavia France, aller plus vite, plus fort, pour que l’on soit en mesure de répondre aux défis que nous posent le low-cost. » Mais le SNPL Air France Alpa, majoritaire, a dénoncé un « écran de fumée » à propos de la suspension de Transavia Europe et a demandé le retrait pur et simple du projet, arguant qu’il mènerait à l’absorption de Transavia France et Transavia Hollande, et donc à des délocalisations d’emploi. « Nous demandons désormais le retrait du projet de Transavia Europe, les conditions aujourd’hui n’étant clairement pas réunies pour qu’un projet de cette nature se mette en place dans la sérénité », a dit à la presse Jean-Louis Barber, président du SNPL. Le syndicat appelle à poursuivre la mobilisation avec une manifestation devant l’Assemblée nationale mardi, jour pour lequel Air France prévoit une amélioration du trafic avec 47% des vols contre 42% lundi, compte tenu d’un taux de grévistes de 57% contre 65%. Surtout, le SNPL maintient la menace d’une grève illimitée : « Tant que la direction ne changera pas de philosophie et (…) ne mènera pas de réelles négociations pour finalement bâtir dans la concertation la riposte au low-cost, les pilotes Air France seront en grève », a dit Jean-Louis Barber.  L’organisation a de nouveau demandé à être reçue par Manuel Valls mais le Premier ministre a salué, depuis l’Allemagne où il est en déplacement, la proposition de la direction, semblant fermer la porte à une entrevue qui mettrait Alexandre de Juniac en posture délicate. « La direction d’Air France a fait des propositions qui me semblent raisonnables (…) Il faut que cette grève s’arrête le plus vite possible », a-t-il dit. Les pilotes, qui ont entamé leur mouvement le 15 septembre, contestent notamment l’ouverture de trois nouvelles « bases » en dehors de la France et des Pays-Bas l’an prochain et réclament un contrat de travail unique quelle que soit la compagnie. « Nous avons étudié la proposition du SNPL en détail (…) notre estimation, c’est 25% d’écart de coûts si on applique les conditions d’Air France à Transavia », a assuré Alexandre de Juniac.   »Appliqué au total du coût des pilotes, c’est entre 2% et 3% de coûts totaux en plus, et 3%, c’est la marge de Transavia, donc on passe à la perte. Le modèle du low-cost, c’est la vigilance sur tous les coûts », a-t-il fait valoir. Les syndicats, eux, affirment que ces chiffres ne sont pas corrects et que le contrat unique aux conditions Air France qu’ils demandent serait tout à fait viable. Le patron d’Air France-KLM s’apprête donc à mettre une de ses menaces à exécution : dénoncer de manière unilatérale l’accord de création de Transavia France, datant de 2007, qui limite la flotte de la compagnie à 14 appareils. « J’ai espéré que ma proposition rencontre un écho favorable (…) On va devoir prendre (la décision) assez rapidement. C’est assez décevant », a dit Alexandre de Juniac, ajoutant que le texte serait dénoncé dans les jours à venir. « C’est ma proposition, je la mets en œuvre », a insisté le patron d’Air France-KLM, qui a dit ne pas comprendre la poursuite du mouvement de grève.   »Ce conflit, maintenant qu’il n’a plus de raison d’être, devrait s’arrêter (…) J’attends l’information du SNPL pour savoir pourquoi la grève continue. Ça ne me paraît pas suffisant pour justifier un conflit qui fait perdre à un fleuron français 20 millions par jour. »

 

Réforme territoriale : pendant l’été le bricolage des régions continue

Réforme territoriale : Pendant l’été le bricolage des régions continue

 

Puisque tout recours au référendum est écarté par Hollande , les députés PS manie les ciseaux en fonction de leurs intérêts électoraux ; cette foi avec un nouveau bricolage. Du bricolage qui faiat l’impasse sur deux aspects essentiels, d’abord il n’ya qu’à peine 10 régions économiquement viable en France, ensuite l’attraction autour de grandes métropoles marginalise les régions rurales. Autre observation et de taille, l’absence de réforme des compétences entre Etat et régions. Or faute de disparition des compétences de l’Etat dans certains domaines la reforme ne procurera pas les économies attendues. Nouveau rebondissement dans le parcours chaotique de la réforme territoriale: les députés PS ont voté mardi matin, en réunion de groupe, en faveur d’une nouvelle carte régionale, «plus consensuelle» que celle proposée la semaine dernière par le rapporteur PS Carlos Da Silva. Ils ont choisi de fusionner les régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes ; Picardie et Nord-Pas-de-Calais ; Champagne-Ardenne avec l’Alsace et la Lorraine ; la région Centre restant seule, ainsi que la Bretagne et les Pays de la Loire. La nouvelle carte proposée par Sébastien Denaja, un proche de Ségolène Royal, comprendrait 13 régions au lieu de 14 dans le projet du gouvernement. Elle a recueilli 72 voix pour, contre 21 suffrages en faveur de la carte adoptée en commission des lois à l’initiative du rapporteur.  Rien ne dit pourtant que la carte élaborée au sein du groupe PS sera au final celle qui sera adoptée par les députés, qui devaient engager la discussion sur ce texte mercredi après-midi. Le député du Nord Bernard Roman a d’ailleurs exprimé en réunion de groupe les plus grandes réserves sur la fusion Picardie-Nord-Pas-de-Calais en raison d’un risque de «basculement» de la future région en faveur du Front national. «On ne fait pas une carte sur des hypothèses électorales», a objecté Sébastien Denaja. Très courtisé, Alain Rousset s’est déclaré «flatté du succès» de sa région et a estimé qu’il y avait «une cohérence» à ce que l’Aquitaine fusionne avec les départements charentais ainsi qu’avec le Limousin. À l’inverse, le président UMP du conseil général de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, ardent défenseur de la fusion avec l’Aquitaine, a indiqué qu’il voterait pour cette nouvelle carte, mais qu’il s’abstiendrait sur l’ensemble du texte. La grogne monte aussi chez les «départementalistes»: le député PS de la Dordogne, Germinal Peiro, a constitué mardi après-midi un groupe de travail «sur le maintien des départements en zone rurale», avec l’appui d’Henri Emmanuelli, le président PS du conseil général des Landes. En fin de matinée, les présidents des groupes communiste et radicaux de gauche faisaient savoir qu’ils ne voteraient pas le texte en l’état. André Chassaigne (PCF) s’est dit «farouchement opposé» à cette réforme et a précisé que les députés du PCF «ne rentreront pas dans le débat sur le charcutage de la carte des régions». Pour Roger-Gérard Schwartzenberg (PRG), cette réforme est «bâclée» et vise à «favoriser ou défavoriser les dirigeants socialistes: le fait de rajouter la Picardie au Nord-Pas-de-Calais est destiné à gêner Martine Aubry, et le non-rattachement des Pays de la Loire à la Bretagne semble fait pour ne pas favoriser Jean-Marc Ayrault». Les députés Verts, qui proposent de créer de nouvelles régions (Savoie ou Catalogne), jugent que la nouvelle carte proposée par le groupe PS «est un pas en avant», selon François de Rugy. Le coprésident du groupe des Verts dénonce le maintien de «trois anomalies»: le statu quo pour la Bretagne, les Pays de la Loire et la région Centre. Les députés UMP et centristes reprochent au gouvernement d’avoir «légiféré sur la carte avant de débattre des nouvelles compétences», selon Jean-Christophe Lagarde, porte-parole du groupe UDI. Le patron du groupe UMP, Christian Jacob, a dénoncé «un bidouillage démocratique de grande ampleur» et craint que cette réforme ne préfigure l’instauration de la représentation proportionnelle pour les législatives de 2017, «ce qui serait inacceptable». Porte-parole du groupe UMP, Hervé Gaymard dénonce «l’improvisation totale» de cette réforme, qui aboutira selon lui à «une technocratisation et une recentralisation» des compétences.

 

Entreprises françaises: La braderie continue, cette fois c’est le volailler Doux

Entreprises françaises: La braderie continue, cette fois c’est le volailler Doux

Deux groupes brésiliens spécialisés dans la viande, le leader mondial du secteur JBS et son concurrent Brasil Foods, seraient prêts à reprendre le groupe volailler Doux, a indiqué mardi une source proche de la société. « Ces deux groupes ont manifesté un intérêt marqué pour le groupe Doux », a déclaré cette source à Reuters, confirmant une information du quotidien Les Echos. « Des discussions multipartites, dont les autorités françaises sont parfaitement informées, ont été engagées pour assurer la pérennité du groupe », a-t-on ajouté. Outre une prise de contrôle par l’un ou l’autre des deux groupes brésiliens, le volailler basé à Chateaulin (Finistère) étudierait, sous l’égide du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), l’implication d’un grand acteur céréalier français dans la filière. Les céréaliers bénéficiant d’aides européennes sur le prix des céréales, qui représentent la plus grande partie du coût de production de la volaille, cet acteur serait susceptible de former une nouvelle entité reprenant sous sa coupe Doux et son concurrent Tilly-Sabco, afin de « réorganiser l’ensemble de la filière » du poulet export. La direction du groupe Doux n’a pas souhaité commenter ces informations. Brasil Foods et JBS, qui a repris en location-gérance l’ancienne branche brésilienne du groupe Doux, n’ont pas non plus souhaité d’exprimer sur d’éventuelles négociations. En grande difficulté depuis l’arrêt l’été dernier des aides européennes à l’exportation de poulets congelés, Daniel Sauvaget, le PDG de Tilly-Sabco, qui emploie 340 personnes à Guerlesquin (Finistère), s’est dit favorable à une refondation de la branche, pilotée par un groupe céréalier. « C’est ce que j’appelle de mes vœux depuis février 2013″, a t-il déclaré à Reuters, refusant toutefois de se prononcer sur d’éventuelles discussions en cours. Après 18 mois de redressement judiciaire, le plan de continuation du groupe Doux, qui réalise 340 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export, pour un chiffre d’affaires global de 500 millions d’euros, a été validé par le tribunal de commerce de Quimper en novembre 2013.

Déclaration de revenus : le matraquage continue pour les couches moyennes

Déclaration de revenus : le matraquage continue pour les couches moyennes

. Du fait des modifications des règles fiscales, l’addition s’annonce salée pour les couches moyennes, soit 65% des salariés. .  Bilan : les familles des classes moyennes supérieures sont les plus touchées par la hausse d’impôts. Les foyers dans lesquels les parents travaillent tous les deux et qui gagnent au total 6.500 euros par mois devraient être particulièrement touchés par la hausse d’impôts. Cette année, le quotient familial est moins avantageux et ils devront en plus déclarer 1.700 euros de complémentaire santé versés par leur employeur. En 2013, ce type de foyer payait 5.578 euros d’impôts. En 2014, ce sera 6.838 euros, plus de 100 euros supplémentaires par mois, soit une hausse de plus de 18%. Les arbitrages du gouvernement touchent plus particulièrement les familles. On le remarque notamment lorsque l’on fait des projections similaires avec un couple sans enfants. En effet, pour ce foyer, qui pourtant gagne autant d’argent que celui qui a des enfants, les impôts devraient légèrement baisser. Autre classe touchée par la hausse d’impôts : les retraités. En effet, jusque là, ceux qui ont élevé au moins trois enfants voyaient la majoration dans leur pension non fiscalisée. C’est désormais fini. Cette année, ils devront déclarer cette majoration et ça fait une différence. Un couple qui touche 1.833 euros à deux était jusque là non imposable. En 2014, le couple va devoir payer 134 euros d’impôts. De manière générale, ce sont les petits salaires qui ont été protégés. Un couple avec un enfant qui gagne 2.400 euros par mois par exemple va voir ses impôts baisser de 11%. Un célibataire au SMIC lui peut même diminuer ses impôts de 41,5% grâce au système de décote qui a été décidé cette année. Si on fait sa déclaration de revenus en papier, la date limite de dépôt de la déclaration est fixée au 20 mai 2014. Les dates sont différentes si on effectue sa déclaration par Internet et cela dépend des départements dans lesquels on habite. Pour les départements de 01 (l’Ain) à 19 (Corrèze), la limite est au 27 mai 2014, pour ceux de 20 (les deux Corses) à 49 (Maine-et-Loire), elle est au 3 juin 2014 et pour le reste au 10 juin 2014. Le problème, c’est que les hausses d’impôts font porter un risque sur la partie basse de la classe moyenne. « Les classes moyennes, ce sont 65% des salariés. Ils gagnent un peu d’argent parce qu’ils travaillent et on leur demande d’aider. Mais attention à ne pas les paupériser, parce que le bas de la classe moyenne est à 1.650 euros donc si on lui en demande trop, il peut rapidement tomber dans la classe en dessous”, prévient Alain Giffard, secrétaire national à l’économie et l’industrie de la CFE-CGC, au micro d’Europe 1.

 

Entreprises française : la braderie continue, le Club Med bientôt chinois ?

Entreprises française : la braderie continue, le Club Med bientôt chinois ?

Après le fleuron de l’industrie lourde ALSTOM, le fleuron de l’industrie légère et de l’insouciance : le Club Med. La marque au Trident a la voie désormais libre pour se développer comme elle l’entend, notamment en voyant monter dans son capital le chinois Fosun, déjà actionnaire du Club à hauteur de 10%. Dans un contexte de fin de crise, le groupe a besoin de rebondir. Présent dans 40 pays, le Club Med est une entreprise très internationale dont l’activité est plombée en grande partie par deux marchés : la France et la Belgique. Sans développement à l’étranger, la société est condamnée, elle qui réalise aujourd’hui un chiffre d’affaire d’1 milliards et demi d’euro et emploie 15.000 personnes parlant 30 langues différentes. La montée de Fosun, dans le cadre d’une opération amicale, va permettre au Club de renforcer son assise financière pour gérer sa stratégie sur le long terme. Qui plus est avec un partenaire dont le pays d’origine – la Chine – accèdera bientôt au rang de première puissance économique mondiale, donc touristique, le fonds de commerce du Club. Cela va être également l’occasion pour le groupe dirigé par Henry Giscard d’Estaing de monter en gamme. Aujourd’hui, pour se développer, soit on fait du moyen-bas de gamme pas cher, soit on joue le prestige. C’est ce que fait le Club depuis 2006 en revendant des villages pour en acquérir d’autres plus « smart », mais le moment est venu de passer à la vitesse supérieure. Et puis il n’y a pas que la clientèle chinoise. Une assez grande partie de la population des pays émergents s’enrichit et veut, elle aussi, des vacances et des loisirs. Dans les deux cas (Psa et le Club Méditerranée), il serait vraiment malvenu de critiquer car les opérations répondent à une vraie logique industrielle. La Chine qui, certes, a beaucoup d’argent à placer, s’intéresse à l’Europe car les opportunités d’investissement y sont aujourd’hui nombreuses, mais les partenaires chinois nous permettent d’accéder à leur propre marché. Le Club Med est l’exemple type de l’entreprise placée au cœur de la mondialisation, qui a besoin de grossir pour survivre et, à ce titre, besoin de s’allier avec des partenaires, des actionnaires, internationaux. Ce qui également le cas d’Alstom mais ce dernier a fait les frais d’un débat politique – légitime vu son positionnement stratégique – mais trop politicien. Le tourisme est un secteur beaucoup moins sensible et ne nécessite pas une mobilisation équivalente. L’opération capitalistique va pouvoir être lancée avec 9 mois de retard. Cette fois, pas à cause du gouvernement, mais d’actionnaires minoritaires récalcitrants. La clôture de l’offre devrait intervenir le 23 mai et le résultat connu courant juin. Henry Giscard d’Estaing est ce matin un homme, aux mains libres, plutôt heureux.

Alstom : la grande braderie de l’industrie continue (la Presse)

Alstom : la grande braderie de l’industrie continue (la Presse)

La presse voit ce lundi dans la vente annoncée d’Alstom les prémices d’une « grande braderie » des fleurons de l’économie française. L’intervention de l’exécutif dans ce dossier industriel, qui voit le groupe Alstom convoité à la fois par l’Américain General Electric et l’Allemand Siemens, est plutôt saluée par les quotidiens. Pour Le Figaro, sous la plume de Gaëtan de Capèle, l’Etat « exerce, à bon droit, son devoir de surveillance lorsque les intérêts supérieurs du pays – secteur protégé, technologie sensible, emploi… – sont en cause ». Maud Vergnol insiste dans L’Humanité sur la nécessité pour le Premier ministre Manuel Valls de « prendre ses responsabilités et priver les patrons d’Alstom de leur droit divin ».  »Car l’OPA du géant américain sonne comme le début d’une grande braderie », ajoute l’éditorialiste du journal communiste. « Après Péchiney, Arcelor, et plus récemment Publicis ou Lafarge, la France peut-elle laisser partir à l’étranger un nouveau fleuron de son industrie nationale ? » demande Bruno Dive dans Sud Ouest. L’appel lancé par le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg à « la vigilance patriotique » « dit bien l’urgence du dossier Alstom dont il s’empare », écrit Monique Raux dans L’Est républicain. Pour Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne, « on observe une nouvelle fois que l’industrie française poursuit sa lente descente aux enfers, en jouant le rôle peu enviable de proie ».

Croissance-Etats-Unis : la FED continue son soutien

Croissance-Etats-Unis : la FED continue son soutien

Il n’y aura pas pour le moment de réduction d’achats d’actifs par la FED. La politique accommodante de soutien à l’économie va continuer  »Il n’y a pas de calendrier fixé; je tiens vraiment à le souligner », a-t-il déclaré. « Si les données confirment nos projections de base, si nous gagnons plus en confiance dans ces perspectives… alors nous pourrions agir dans le courant de l’année». La Bourse a réagi à la hausse à cette annonce, avec les indices Dow Jones et S&P-500 qui ont atteint de nouveaux records en séance. Le dollar est tombé à un plus bas de sept mois contre l’euro, tandis que le marché obligataire américain a fortement progressé. L’or, un instrument de couverture habituel de l’inflation, a également monté. »La Réserve fédérale reste vraiment préoccupée de l’atonie globale de l’économie, préférant prendre le risque d’être trop tempérée trop longtemps plutôt que de resserrer les conditions monétaires prématurément », observe Mohamed El-Erian (Pimco).La Fed a par ailleurs ramené sa prévision de croissance pour 2013 à une fourchette de 2% à 2,3% contre 2,3% à 2,6% dans son estimation de juin. Pour 2014, la révision à la baisse est encore plus nette, passant de 3,0-3,5% à 2,9-3,1%.L’institut d’émission a évoqué des tensions sur l’économie nées d’une politique budgétaire plus stricte et d’une hausse des taux d’intérêt dans l’immobilier, pour décider de ne pas dénouer son programme dit d’assouplissement quantitatif, qui en est à sa troisième déclinaison (QE3). « Le durcissement des conditions financières observé ces derniers mois, s’il persistait, pourrait ralentir le rythme d’amélioration de la conjoncture de l’économie et du marché du travail », explique la Fed . Page

 

Ayrault : pendant les vacances de Hollande la Com. continue

Ayrault : pendant les vacances de Hollande la Com. continue

 

Le mot d’ordre est clair occuper les médias tous les jours. Facile, aucun événement majeur pendant cette période, peu d’infos, ‘, il faut donc fournir de la copie aux médias dont les journalistes sont eux aussi en vacances. Ce que fera Ayrault après Hollande en allant se promener en France et en multipliant les rencontres.  Dans son agenda, qui couvre les journées de lundi, mardi et mercredi, Matignon souligne que le Premier ministre va alterner déplacements, rencontres et réunions de travail à Matignon pour « un moment de réflexion collective et concrète sur la France de 2025″. Il anticipe ainsi sur le thème du séminaire de travail convié le 19 août autour de François Hollande à l’Elysée.   »Le Premier ministre a choisi de dialoguer avec quelques-uns de celles et ceux qui, dans leur diversité, d’une manière ou d’une autre, feront la France de 2025″, affirme Matignon dans un communiqué.  Il recevra lundi matin « une dizaine d’enfants et adolescents » dont la « liberté de ton est utile à l’imagination requise pour se projeter dans l’avenir », est-il souligné. Leur conversation donnera lieu à publication sous forme d?’Interview en fin de semaine dans deux titres spécialisés (Mon Quotidien, le quotidien des 10-14 ans, et L’Actu, le quotidien des 14-18 ans).  Comme déjà annoncé, Jean-Marc Ayrault et son épouse Brigitte convieront ensuite dans les jardins de Matignon 300 enfants privés de vacances. Au programme: pique-nique et jeux. « Chaque enfant pourra s’il le souhaite rédiger son idée ou son vœu pour la France de 2025″, précise le communiqué.  Mardi à 5h00 du matin, le chef du gouvernement se rendra dans les Yvelines sur le chantier du futur tramway T6 Châtillon-Viroflay, une visite sur le thème de « la prévention et de la prise en compte de la pénibilité au travail », à quelques semaines des derniers arbitrages du gouvernement sur la réforme des retraites (présentée en Conseil des ministres le 18 septembre). Accompagné des ministres Marisol Touraine (Affaires sociales) et Michel Sapin (Travail), Jean-Marc Ayrault rencontrera des ouvriers travaillant de nuit au percement d’un tunnel à Vélizy-Villacoublay.  Enfin, comme la réflexion sur la France de 2025 « dans la mondialisation » doit aussi être menée avec les intellectuels, fait-on valoir, Jean-Marc Ayrault recevra mercredi de 09h00 à 12h00 l’historien et philosophe Marcel Gauchet.  Tout au long de ces trois jours, le Premier ministre aura des échanges avec ses interlocuteurs, enfants ou adultes, « sur la base des contributions reçues des ministres sur la France de 2025″, précise encore Matignon.

 

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol