Archive pour le Tag 'contaminés'

Covid Chine : seulement 1282 contaminés ?

  • Covid  Chine : seulement 1282 contaminés ?

 

 

 

On peut évidemment difficilement se fier aux chiffres chinois concernant les contaminations. Cela d’autant plus que la Chine refuse maintenant l’entrée de son territoire à une nouvelle enquête de l’organisation mondiale de la santé.  Reste que les autorités officielles reconnaissent que la crise sanitaire s’étend dans le pays. Les autorités sanitaires chinoises ont affirmé vendredi qu’elles étaient en voie de maîtriser la pire résurgence du Covid-19 que la Chine ait connue en sept mois. Une multitude de foyers du variant Delta, hautement contagieux, sont apparus dans 48 villes de 18 provinces sur tout le territoire chinois, contaminant plus de 1282 personnes au total, ont dit des responsables officiels.

 

La Chine souhaite certainement pas une nouvelle fois être rendue responsable de cet quatrième vague qui a fait l’ensemble du monde. Ce chiffre de 1282 personnes contaminées compte tenu de la géographie humaine paraît assez ridicule. C’est un peu comme si la France annonçait que les contaminations se limitent à une dizaine ( on n’en compte réellement environ 30 000 par jour).

 

Covid France : hausse, encore près de 20 000 contaminés

Covid France : encore près de 20 000 contaminés

 

.21.000 Français ont été contaminés par le virus ces dernières 24 heures, selon le ministre de la Santé Olivier Véran. 22 morts sont à déplorer ce mercredi 21 juillet, selon les données de Santé Publique France, et 6869 malades sont actuellement hospitalisés, dont 281 arrivés depuis la veille. Au total, 859 personnes sont en soins critiques – 64 d’entre elles sont arrivées dans ces services en 24 heures.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 38.586.991 personnes ont reçu au moins une injection (soit 57,2% de la population totale) et 31.805.058 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 47,2% de la population totale).

Santé-Métaux lourds : 100 % des Français contaminés

Santé-Métaux lourds : 100 % des Français contaminés

«L’ensemble de la population» est exposée aux métaux lourds tels que l’arsenic, le mercure, le cuivre ou encore le nickel d’après . Santé publique France (SPF) révèle dans une étude publiée le 1er juillet que  Ce constat pour le moins alarmant est issu de l’étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (ESTEBAN) menée par SPF depuis plusieurs années.

Santé publique France a par ailleurs comparé ses résultats avec ceux de l’étude nationale nutrition santé (ENNS) en 2006-2007 qui s’était toutefois focalisée sur les adultes. Les niveaux «mesurés chez les adultes étaient similaires en mercure dans les cheveux et nickel urinaire par rapport à ceux mesurés dans l’étude ENNS», relève SPF. Par contre les niveaux mesurés chez les adultes sont plus élevés en arsenic, cadmium et chrome que ceux de l’étude ENNS. Autre observation: l’exposition des enfants et des adultes est plus élevée en France que dans la plupart des pays étrangers (Europe et Amérique du Nord), excepté pour le nickel et le cuivre.

comment expliquer cette surexposition? Principalement par l’alimentation, considère SPF. Le cadmium est notamment présent dans les céréales ce qui pourrait expliquer comment les enfants y sont fortement exposés. La consommation de poissons et de produits de la mer influence, elle, «les concentrations en arsenic, chrome, cadmium et mercure». SPF pointe du doigt les céréales et les légumes issus de l’agriculture biologique qui seraient à l’origine de l’exposition au cuivre. Enfin, la consommation de tabac augmente les concentrations en cadmium et en cuivre.

Métaux lourds : 100 % des Français contaminés

Métaux lourds : 100 % des Français contaminés

«L’ensemble de la population» est exposée aux métaux lourds tels que l’arsenic, le mercure, le cuivre ou encore le nickel d’après . Santé publique France (SPF) révèle dans une étude publiée le 1er juillet que  Ce constat pour le moins alarmant est issu de l’étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (ESTEBAN) menée par SPF depuis plusieurs années.

Santé publique France a par ailleurs comparé ses résultats avec ceux de l’étude nationale nutrition santé (ENNS) en 2006-2007 qui s’était toutefois focalisée sur les adultes. Les niveaux «mesurés chez les adultes étaient similaires en mercure dans les cheveux et nickel urinaire par rapport à ceux mesurés dans l’étude ENNS», relève SPF. Par contre les niveaux mesurés chez les adultes sont plus élevés en arsenic, cadmium et chrome que ceux de l’étude ENNS. Autre observation: l’exposition des enfants et des adultes est plus élevée en France que dans la plupart des pays étrangers (Europe et Amérique du Nord), excepté pour le nickel et le cuivre.

comment expliquer cette surexposition? Principalement par l’alimentation, considère SPF. Le cadmium est notamment présent dans les céréales ce qui pourrait expliquer comment les enfants y sont fortement exposés. La consommation de poissons et de produits de la mer influence, elle, «les concentrations en arsenic, chrome, cadmium et mercure». SPF pointe du doigt les céréales et les légumes issus de l’agriculture biologique qui seraient à l’origine de l’exposition au cuivre. Enfin, la consommation de tabac augmente les concentrations en cadmium et en cuivre.

Covid- France : nouvelle alerte avec près de 67 000 contaminés

Covid- France : nouvelle alerte avec près de 67 000 contaminés

 

Dimanche soir, Santé Publique France avait annoncé 66 794 cas supplémentaires.

Face à l’épidémie de Covid-19, la pression hospitalière reste forte, lundi 5 avril. Au total, 29 907 malades sont hospitalisés (contre 29 356 la veille, et 28 322 lundi dernier). Sur les sept derniers jours, 12 878 nouvelles admissions ont été enregistrées, rapporte Santé Publique France. Les services de réanimation, qui prennent en charge les formes les plus graves de la maladie, accueillaient lundi soir 5 433 patients (contre 5 341 la veille, et 4 974 lundi dernier). Au cours des dernières 24 heures, 197 nouveaux décès ont été enregistrés (185 la veille).

Covid-19 : contaminés, hospitalisés et réanimés toujours en hausse

Covid-19 : contaminés, hospitalisés et  réanimés  toujours en hausse

 

Les chiffres clés de l’épidémie de coronavirus étaient toujours à la hausse dimanche 4 avril, avec plus de 5300 malades en réanimation, selon les données des autorités sanitaires.

On comptait 5341 personnes (contre 5273 samedi) dans les services de réanimation, qui traitent les formes les plus graves de la maladie. Il y a eu 3109 nouvelles admissions en une semaine, selon les chiffres de Santé publique France.

Dans ce domaine, la troisième vague de l’épidémie a dépassé lundi dernier le pic de la deuxième, qui était de 4903 malades dans les services de soins critiques à la mi-novembre.

Le nombre d’hospitalisations est toujours à la hausse, avec 13.717 patients traités pour le Covid-19, ces sept derniers jours, dont 3109 en soins critiques.

Concernant les contaminations, le taux de positivité sur les sept derniers jours, qui mesure le pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l’ensemble des personnes testées, s’établit à 7,8%.

La maladie a tué 96.678 personnes, depuis le début de l’épidémie en mars 2020, dont 70.602 à l’hôpital (+185 en 24 heures).

Selon les autorités sanitaires, plus de 9,2 millions de personnes ont reçu au moins une injection d’un vaccin contre le Covid-19 et plus de 3 millions de personnes ont reçu 2 doses.

Covid-19 : des Français déjà contaminés en novembre 2019

Covid-19 : des Français déjà contaminés en novembre 2019 

Ils étaient porteurs du virus dès novembre 2019 sans le savoir. Treize Français ont été testés positifs a posteriori par des chercheurs de l’Inserm. Ils ont trouvé des anticorps dans des prélèvements sanguins effectués dès novembre 2019. mais les contaminés  été avisé qu’en septembre 2020. certains ont présenté les symptômes du Covid, d’autres étaient assymtomatiques.  Témoignages exclusifs de ces nouveaux patients zéro recueillis par la cellule investigation de Radio France.

Quand on leur a fait un prélèvement de sang en novembre et décembre 2019, ils étaient loin de se douter qu’ils étaient porteurs du SARS-CoV-2, et qu’ils deviendraient les premiers Français contaminés bien avant le déclenchement de l’épidémie. C’est en effet près d’un an plus tard, en septembre 2020, qu’ils ont appris qu’ils avaient été infectés. Le professeur Fabrice Carrat, directeur de l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique (Inserm, Sorbonne Université), a eu l’idée d’analyser 9 000 échantillons de sang prélevés sur des participants de la cohorte Constances*. « Depuis 2018, on propose à des volontaires de participer à la mise en place d’une biobanque, explique Marie Zins, la directrice scientifique de ce projet. Ils acceptent que des échantillons de leur sang et de leurs urines soient congelés dans des grandes cuves d’azote pour des recherches ultérieures. Avec le professeur Carrat, nous nous sommes dit que ce serait intéressant de retrouver des traces du virus, c’est-à-dire la présence d’anticorps entre le mois de novembre 2019 et le mois de mars 2020. »

Les 9 000 échantillons de sang des participants ont donc été testés, ce qui a permis d’identifier 176 cas positifs. Un second test, réputé fiable et plus spécifique, a ensuite permis d’éliminer les faux positifs pour n’en retenir plus que treize, dont une dizaine qui avaient été prélevés en novembre et décembre 2019 (voir ici le rapport de l’étude publiée le 6 février 2021). Puis, les personnes ont répondu à des questionnaires qui ont permis d’en savoir plus sur les circonstances de leur infection.

 

Ces cas  appellent plusieurs questions :

1 – Le virus circulait-il en Chine ailleurs qu’à Wuhan avant le début de l’épidémie ? C’est possible, puisque le voyageur français qui a été contaminé dans ce pays ne s’est pas rendu à Wuhan. Il peut cependant avoir été contaminé, par exemple, par une personne qui, elle, venait bien de Wuhan. Néanmoins, le professeur Carrat de l’Inserm « ne pense pas que tout soit né à Wuhan. »

« Ce qui est né à Wuhan, c’est le virus qu’on connaît en France et qui a donné cette pandémie. Ça ne veut pas dire que le virus n’était pas là avant. Il circulait. »

Professeur Carrat (Inserm)  à franceinfo

2 – Si le virus était présent dans d’autres régions en octobre ou novembre 2019, comment expliquer que l’épidémie ait démarré à Wuhan ? Fabrice Carrat émet l’hypothèse que si le virus circulait dans d’autres endroits en Chine, c’est bien à Wuhan qu’il aurait muté pour devenir plus contagieux : « Le virus qui a infecté le couple de voyageurs français en Chine était peut-être un variant qui se transmettait moins bien que celui qui est arrivé le 8 décembre à Wuhan. Et surtout, c’est sans doute un variant qui donnait un peu moins de formes graves« , explique-t-il. Mais pour le professeur, il s’agissait bien du même virus : « Ce n’était pas un coronavirus saisonnier comme ceux qu’on a l’habitude de détecter dans les épidémies hivernales. C’était vraiment le SARS-CoV-2, mais c’était peut-être un variant précurseur à celui qui a donné l’épidémie mondiale. »

3 – Si le virus est arrivé dès le mois de novembre ou d’octobre, pourquoi l’épidémie n’a-t-elle pas démarré plus tôt ? Pour Florence Débarre, qui fait de la modélisation en biologie évolutive au CNRS, les cas n’étaient peut-être pas suffisamment nombreux pour faire démarrer une épidémie. « Si les cas révélés par les travaux du professeur Carrat sont de vrais positifs, il est possible qu’il y ait eu quelques cas, mais que cela se soit arrêté par l’effet du hasard. On a dit qu’une personne en affecte trois en moyenne. Mais c’est une moyenne. Certaines n’infectent personne, alors que d’autres en infectent beaucoup. Donc la probabilité qu’un premier cas donne naissance à une épidémie est relativement faible. »

4 – Enfin, si le virus circulait en France plusieurs mois avant le début de la pandémie, est-il possible que ce virus ne soit pas venu de Chine ? « L’hypothèse la plus probable est que le berceau de la naissance du SARS-CoV-2 soit bien la Chine, explique le professeur Jean-Claude Desenclos, épidémiologiste et ancien directeur scientifique à Santé publique France. L’ancêtre du SARS-CoV-2 le plus proche a déjà été identifié en 2013 en Chine. Donc, tout cela fait un faisceau d’arguments qui rend cette hypothèse la plus vraisemblable. »

*La cohorte Constances est la plus grande cohorte épidémiologique suivie actuellement en France avec 220 000 individus suivis sur le long terme. Elle a été lancée en 2012 et financée par le programme d’investissements d’avenir de l’État. L’objectif est de comprendre quels sont les facteurs qui augmentent les risques de maladie des participants – tous volontaires – comme l’environnement ou le travail.

 

Covid-19 : nouveau record de contaminés et en réanimation

Covid-19 : nouveau record de contaminés et en réanimation

 

Les indicateurs sont au plus haut concernant le nombre de contaminés est en réanimation depuis fin novembre. On a ainsi enregistré samedi 35 500 nouveau contaminés.

La pression sur les services de réanimation, qui accueillent les patients atteints de formes sévères du Covid, reste élevée samedi 20 mars, selon les chiffres de Santé publique France. 4 353 malades sont en réanimation, un nouveau plus haut depuis fin novembre. Il y a eu 317 nouvelles admissions, et 1 348 nouvelles hospitalisations ces dernières 24 heures. Il y a désormais 25 537 malades de Covid dans les hôpitaux français.

 

 

Coronavirus : encore 26 343 contaminés 24 heures

Coronavirus : encore 26 343 contaminés 24 heures

Toujours très haut niveau avec 26.343 nouvelles contaminations détectées en France ces 24 dernières heures, selon les chiffres publiés ce dimanche, contre 29.759 la veille et 25.229 vendredi. La France compte désormais 4.045.319 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie. Un très mauvais chiffre dans la mesure où le dimanche les statistiques sont plutôt sous-estimées.

Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation continue d’augmenter ce dimanche avec 4127 personnes hospitalisées dans ces services – contre 4070 la veille – dont 188 nouvelles admissions ces 24 dernières heures (soit une baisse notable de 75 par rapport aux données de la veille). Au total, les hôpitaux comptaient 24.989 patients malades du Covid-19, contre 24.671 jeudi, soit une hausse de 318 (et ce après une baisse pendant plusieurs jours). Le chiffre des admissions sur les dernières 24 heures était de 821 contre 1087. Le taux de positivité des tests s’établit à 7,4 % (même valeur que samedi).

L’épidémie de Covid-19 a fait plus de 90.000 morts en France depuis son commencement il y a un an, seuil franchi vendredi. Selon les chiffres publiés ce samedi, 90.429 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l’épidémie dans les hôpitaux et les établissements type Ehpad, dont 65.118 à l’hôpital.

140 personnes sont mortes en 24 heures à l’hôpital (contre 174 samedi et 228 vendredi), soit une nouvelle baisse qui s’observe tendanciellement depuis la mi-février, a également indiqué Santé publique France ce dimanche.

La pandémie a fait plus de 2,64 millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi en milieu de journée. Les États-Unis sont le pays comptant le plus de morts avec 532.590 décès, suivis par le Brésil (275.105), le Mexique (193.851), l’Inde (158.446), et le Royaume-Uni (125.343).

Coronavirus France : stabilisation de la moyenne des contaminés

Coronavirus France : stabilisation de la moyenne des contaminés

La moyenne mobile sur sept jours des nouvelles infections, qui égalise les irrégularités de déclaration quotidienne, s’établit à 19 348, un plus bas depuis le 20 janvier. Le nombre total cumulatif de cas est passé à 3,36 millions, le sixième le plus élevé au monde.

Cette moyenne mobile sur sept jours est maintenant restée dans une fourchette étroite de 19 200 à 20 700 pendant près de trois semaines, une tendance qui semble justifier la décision du gouvernement de ne pas recourir à un troisième verrouillage malgré les experts de la santé qui l’ont réclamé.

Après avoir atteint un sommet de plus de deux mois lundi, le nombre total de patients traités en unités de soins intensifs (USI) pour la maladie respiratoire a diminué de 21 à 3342.

Le nombre de personnes décédées en France du COVID-19 a augmenté de 724 à 80147 – le septième plus grand nombre de morts au monde – contre 458 lundi et une moyenne mobile sur sept jours de 416.

Coronavirus: encore 13.406 contaminés en 24 heures

Coronavirus: encore 13.406 contaminés en 24 heures

L a situation ne s’améliore pas et on est encore loin de l’objectif des 5000 cas quotidiens, objectif fixé par les pouvoirs publics. Vendredi on a enregistré 13.406 cas contre 13.750 la veille.

Les hôpitaux français traitent désormais 24.975 personnes atteintes du COVID-19, soit 256 de moins que jeudi, dont 2.884 en réanimation, 75 lits de moins que la veille.

Le coronavirus a provoqué 627 décès supplémentaires, dont 304 en milieu hospitalier au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 57.767 morts au total.

Coronavirus- Royaume-Uni : au moins 1,5 million de contaminés

Coronavirus- Royaume-Uni : au moins  1,5 million de contaminés

398 décès supplémentaires et 18.662 nouveaux cas de personnes touchées par le COVID-19 dimanches, ce qui fait franchir la barre des 1,5 million de contaminations.

Le nombre de décès tient compte des 141 morts qui n’avaient pas été pris en compte dans les données présentées samedi en raison d’une erreur de traitement, précise le gouvernement.

Le nombre de morts dans le pays, le plus durement touché d’Europe, est désormais de 55.024 et le nombre de cas s’élève à 1.512.045.

Coronavirus France : 58 046 contaminés en 24 heures, encore un nouveau record

Coronavirus France : 58 046 contaminés en 24 heures, encore un nouveau record

“58.046 personnes contaminées en France soit un nouveau record; Le précédent record quotidien de contaminations était de 52.518 lundi.

Les hôpitaux restent confrontés à un afflux de patients atteints par le Covid-19 malgré l’instauration la semaine dernière d’un nouveau confinement en France, quoique moins strict qu’au printemps.

Il y a ce jeudi 28.426 malades du Covid-19 dans les hôpitaux français, dont 4.230 dans les services de réanimation, soit respectivement 892 et 141 de plus que la veille, montrent les données publiées par les autorités sanitaires.

Si le confinement est bien respecté, un pic de 6.000 patients en réanimation devrait être atteint à la mi-novembre, a dit le ministre de la Santé, Olivier Véran, au cours d’une conférence de presse.

Coronavirus France: 26 896 contaminés en 24 heures nouveau record

Coronavirus France: 26 896 contaminés en 24 heures nouveau record

 

Un nouveau record vient d’être franchi et pourrait bien provoquer des mesures locales très restrictives incluant y compris des formes de confinement pour certaines catégories de population.

 

26.896 contaminés en 24 heures, soit 6.000 que la précédente variation de jeudi à vendredi, qui constituait déjà un record. Au total, 718.873 cas ont été confirmés depuis le début de l’épidémie, sachant que la politique de dépistages massifs a été déployée en mai, après le début de la première vague. Le taux de positivité des tests (proportion des personnes positives sur l’ensemble des personnes testées) atteint pour la première 11%, contre 10,4% la veille.

La hausse du nombre de malades en réanimation s’est poursuivie samedi, selon des chiffres publiés par Santé Publique France. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a de nouveau légèrement augmenté. Au total 1.456 personnes étaient en réanimation, soit 17 de plus que la veille, au plus haut depuis mai. 928 personnes ont été admises en réanimation ces sept derniers jours.

Le nombre total de malades hospitalisés, qui englobe également des formes moins graves de la maladie, poursuit son augmentation continue, à 7.976 samedi, en hausse de 133 par rapport à la veille. Santé Publique France recense 4.999 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours. Au total, le nombre total de décès à l’hôpital ou en Ehpad depuis le début de l’épidémie s’élevait au moins à 32.684, avec 54 morts de plus que la veille.

En raison de la dégradation des indicateurs, Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Étienne passent samedi en zone d’alerte maximale.

Coronavirus France : 5.084 contaminés en 24 heures, baisse

Coronavirus France : 5.084 contaminés en 24 heures, baisse

 

5.084 nouvelles contaminations lundi dues au coronavirus en 24 heures, soit près de 7.500 de moins que la veille, mais les chiffres du lundi sont souvent inférieurs à ceux du reste de la semaine.

Le nombre de patients hospitalisés au cours des sept derniers jours s’élève selon elle à 7.294 et, parmi eux, 1.415 ont été admis en réanimation.

Le taux de positivité des tests est passé en 24 heures de 8,2% à 8,6% et 47 nouveaux foyers d’infection ont été dénombrés, ce qui porte le total à 1.340 “clusters”.

Soixante-dix décès supplémentaires ont par ailleurs été recensés, ce qui porte le bilan français à 32.299 morts depuis le début de l’épidémie.

Coronavirus Brésil: plus de deux millions de contaminés

Coronavirus Brésil: plus de deux millions de contaminés

Officiellement deux millions de contaminations au nouveau coronavirus, a annoncé le ministère de la Santé, après avoir enregistré 45.403 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures. Plus de quatre mois après le premier décès dû au Covid-19, le plus grand pays d’Amérique latine comptait officiellement 2.012.151 contaminations et 76.688 morts, des bilans qui font de ce pays celui ou le coronavirus tue le plus au monde, derrière les Etats-Unis. Officieusement, le nombre de contaminés pourrait être trois à cinq fois supérieure.

Ces chiffres sont en effet considérés comme largement inférieurs à la réalité par la communauté scientifique, en raison de l’insuffisance de tests. «Deux millions (de contaminations) c’est un chiffre symbolique, parce que nous n’avons pas de tests de masse», déclare Jean Gorinchteyn, infectiologue à l’Institut Emilio Ribas et à l’hôpital Albert Einstein de Sao Paulo. «Mais le chiffre réel est probablement quatre ou cinq fois plus élevé», a-t-il estimé. Si aucune décélération n’intervient, ce pays de 212 millions d’habitants devrait ainsi franchir le cap des 80.000 morts dans les prochains jours. Le chiffre des décès représente aussi le deuxième pire bilan au monde derrière celui des Etats-Unis, dans ce pays dont le chef de l’Etat, Jair Bolsonaro, a lui aussi été contaminé et se trouve en quarantaine.

Le Brésil déplore 365 morts par million d’habitants, un chiffre inférieur à la majorité des pays ébranlés par la crise sanitaire partie de Chine, mais qui cache de très grandes disparités régionales. Le coronavirus est très actif actuellement dans le Sud, et, dans un Etat sur cinq de l’immense pays, la courbe des contaminations est encore franchement ascendante. La pandémie semble s’éterniser dans un Brésil ayant enregistré sa première contamination le 26 février.

Coronavirus France: 28 morts en 24 heures, reculs des contaminés

Coronavirus France: 28 morts en 24 heures, reculs des  contaminés

 

 

28 morts supplémentaires en 24 heures en France pour un total de 29.575 décès depuis le 1er mars, a annoncé mercredi la direction générale de la Santé qui a aussi fait état d’une poursuite de la baisse du nombre de personnes hospitalisées, notamment en réanimation.

Sur l’ensemble des décès, 19.118 se sont produits dans des hôpitaux. Les chiffres des morts enregistrées dans les établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement des Ehpad, seront actualisés mardi prochain.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 10.267, soit 268 de moins que mardi. Les services de réanimation traitaient mercredi 772 patients atteints du COVID-19, soit 48 de moins.

Quant au total de cas diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, il s’élevait mercredi à 158.174 contre 157.716 mardi.

Dans son communiqué, la DGS rappelle que le virus continue à circuler sur le territoire, soulignant qu’il existe de nombreux “clusters” même si aucun d’entre eux “ne témoigne à ce jour d’une transmission communautaire non contrôlée”.

 

Relance européenne : Macron se réveille et veut un accord en juillet

 

Sans doute interpellé par les États généraux de relance lancée immédiatement en Italie, Macron se réveille en retard. Il y a deux jours il a annoncé que son allocution sur le plan de relance français aurait lieu en juillet. D’un seul coup, il accélère le calendrier et demande deux jours avant un conseil la sortie d’un illusoire plan. “On n’aura pas cet accord vendredi”, a dit une source informée.

“L’objectif de la France, et je crois qu’il est partagé avec l’Allemagne, c’est que nous ayons un accord au mois de juillet (…) Il ne serait dans l’intérêt de personne que ces discussions s’enlisent” et soient reportées à la rentrée.

“Il y a des points acquis : tout le monde est d’accord pour avoir un plan de relance significatif et urgent et pour avoir un mécanisme d’emprunt – ce qui n’est pas rien” mais il reste des différences “sur ce qu’on en fait, c’est-à-dire est-ce qu’on en fait des subventions budgétaires ou des prêts”, a ajouté la source à l’Elysée, rappelant la position française en faveur d’un “plan massif de subventions budgétaires”.

La France fait semblant d’ignorer qu’il existe de nombreux différents quand à l’objectif et aux modalités de déblocage des 7 50 milliards d’emprunts qui vont être émis directement par la commission européenne. Un plan en  trois volets un volet de dotation pure, un volet de transferts budgétaires et un plan de prêts. Prêts contestés notamment par les pays du nord  de l’Europe. Ces derniers veulent en effet en contrepartie des exigences en matière de gestion budgétaire ; L’UE propose de débloquer 750 milliards d’euros pour permettre à l’économie du bloc de se remettre de l’épidémie de coronavirus. Au mieux on aura donc une confirmation des annonces déjà faites par Macron et Merkel mais certainement pas un plan susceptible de relancer dès juillet la croissance dont l’Europe a pourtant besoin pour éviter une vague de défaillance et de suppression d’emploi qui l’accompagne.

Ce fonds, financé par des emprunts réalisés par la Commission au nom des Vingt-Sept, serait reversé aux Etats-membres, aux deux tiers par des dotations et transferts budgétaires et, pour le tiers restant, par des prêts classiques remboursables par les Etats bénéficiaires. L’Italie et l’Espagne, les pays du bloc les plus touchés par l’épidémie, en seraient les principaux bénéficiaires.

Mais ce plan, qui pour entrer en vigueur doit être approuvé à l’unanimité par les Etats membres, se heurte toujours à l’opposition des Pays-Bas, de la Suède, du Danemark et de l’Autriche – connus sous le nom des “frugaux” – tenants d’une ligne dure sur les dépenses budgétaires.

“Il n’y a pas encore d’accord à 27 mais je crois qu’on progresse”, a estimé la source à l’Elysée, évoquant des “nuances entre les pays du groupe dit des frugaux”.

Coronavirus Brésil : plus de 40 000 morts et 800 000 contaminés

Coronavirus Brésil : plus de 40 000 morts et 800 000 contaminés

Plus de 40 000 morts liées au nouveau coronavirus, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du pays. Ce pays de 212 millions d’habitants a enregistré 40 919 décès, dont 1 239 lors des dernières 24 heures. Sao Paulo a dépassé pour la première fois la barre des 10 000 décès (10 115), contre 7 363 pour Rio de Janeiro. Seuls les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont rapporté davantage de décès dus au Covid-19.

Le Brésil a également dépassé les 800 000 cas confirmés de contamination au coronavirus, dont 30 412 au cours des vingt-quatre dernières heures, a rapporté le ministère de la Santé. Il s’agit du plus grand nombre de cas d’infections au monde, encore une fois après les Etats-Unis. Néanmoins, la plupart des spécialistes estiment que les chiffres officiels sont largement sous-estimés faute de tests suffisants.

Coronavirus Russie: 10 000 contaminés en 24 heures !

Coronavirus Russie: 10 000 contaminés en 24 heures !

9623 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24 heures, une progression sans précédent depuis le début de l’épidémie qui porte le bilan total à 124.054 infections.

Le nombre de décès est passé lui à 1222, avec 57 morts supplémentaires sur les dernières 24 heures, précise le Centre de gestion de la crise sanitaire, qui a par ailleurs révisé son bilan de la veille.

Coronavirus France: baisse des contaminés

Coronavirus France:  baisse des contaminés

 

15.369 décès dans les hôpitaux (+125 en 24 heures) et 9.225 (+93) dans les établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement des Ehpad, a précisé Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, lors d’un point de presse.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison de leur contamination par le coronavirus a augmenté à 25.887, soit 396 de moins que jeudi, a-t-il précisé. Et sur ce total, 3.878 patients sont traités en réanimation, soit 141 de moins que la veille, le nombre des sorties ayant dépassé celui des nouvelles entrées en réanimation (73).

Le nombre de patients en réanimation avait culminé à 7.148 le 8 avril, dépassant alors largement le nombre de lits de réanimation disponibles dans l’ensemble du système hospitalier avant le début de l’épidémie, soit moins de 5.000. Ce nombre a depuis été porté à 10.000 environ.

Au total, les autorités de santé recensent 130.185 cas confirmés d’infection au SARS-CoV-2, soit 604 de plus en 24 heures.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol