Archive pour le Tag 'constructifs »'

Wauquiez : des vœux plus « constructifs »

Wauquiez : des vœux plus « constructifs »

 

 

En prise à une hémorragie de démissions dans son parti, le nouveau président des républicains a finalement formulé des vœux constructifs. Certes il a réaffirmé les valeurs de la droite mais tout en se disant disposé à soutenir les mesures de Macron qui iraient dans le bon sens. Pour l’immédiat, il  ne semble pas trouver prioritaire d’utiliser les arguments de l’ultra droite dans la mesure où le FN  est actuellement à peu près inaudible et lui aussi très affaibli. Du coup la priorité est d’éviter les départs massifs chez les républicains en rééquilibrant  en le discours entre aspects libéraux et nationalistes Laurent Wauquiez a défendu son “combat pour une nouvelle droite” dans ses vœux pour 2018, année au cours de laquelle il entend représenter une opposition “ouverte” et sans sectarisme. “Pour que la France rayonne, elle doit se remettre la tête à l‘endroit, réassumer et défendre ses valeurs”, déclare Laurent Wauquiez, élu le 10 décembre à la présidence des Républicains (LR), dans une vidéo mise en ligne dimanche. “Je veux reconstruire la parole de la droite. Nous avons perdu et nous avons beaucoup déçu. Nous avons même parfois écœuré les Français”, concède-t-il, après la débâcle de l’élection présidentielle et des législatives et face à des divergences au sein de son propre camp, divisé sur la ligne droitière qu‘il impose. Le chef de file des Républicains veut “faire en sorte que face à Emmanuel Macron il y ait une opposition, une opposition qui ne soit pas sectaire, une opposition qui soit ouverte à soutenir tout ce qui ira dans la bonne direction”. Le président du conseil régional d‘Auvergne-Rhône-Alpes entend notamment concentrer son action sur la défense des retraités et des classes moyennes face à l‘augmentation de la CSG, qui entrera en vigueur en janvier. Laurent Wauquiez promet de s‘attacher aux questions de sécurité, d‘œuvrer à faire baisser les charges qui “assomment” selon lui l’économie française, et à la “défense de nos valeurs, de notre identité face au communautarisme et face aux attaques du terrorisme”. Dénonçant une reculade du gouvernement sur les questions d‘immigration, il se prononce pour une politique plus stricte. “Avec les difficultés économiques qui sont les nôtres , ce serait une folie d‘accueillir trop de personnes auxquelles nous ne pouvons pas offrir un vrai avenir”, estime-t-il.

Les Constructifs vont lancer le mouvement «Agir»

Les Constructifs vont lancer le mouvement «Agir»

Les constructifs (Républicains contestataires) vont lancer le mouvement  «Agir» avant le 10 décembre, jour du premier tour de l’élection du président des Républicains, pour couper l’herbe sous le pied du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. «La droite est décapitée. Il est parfaitement impossible de se retrouver dans Laurent Wauquiez», insiste un Constructif. «“Agir” est un parti de droite, mais une droite qui ne se retrouve plus dans LR», décrypte un participant des réunions. Ce mouvement est porté par une vingtaine d’élus qui ont décidé collectivement du nom. Les statuts d’«Agir» prévoient une double appartenance pour permettre aux élus LR pas encore prêts à quitter le parti d’adhérer au nouveau parti tout en conservant leur carte des Républicains. «Tout le monde n’aura pas le même rythme d’adhésion», précise un membre du futur mouvement. «Les Constructifs ont lancé les grandes manœuvres pour débaucher des élus LR et piéger Laurent Wauquiez», explique un autre élu du premier plan. «Le rassemblement peut se faire autour d’Emmanuel Macron… ou de quelqu’un d’autre comme Édouard Philippe, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse», avait d’ailleurs confié Alain Juppé au Point, la semaine dernière. Le premier ministre a d’ailleurs suivi les réflexions autour de la création d’un nouveau parti. Si Édouard Philippe a hésité un moment à rejoindre LREM ou à choisir la voie d’un nouveau parti, il est maintenant prêt à franchir le pas et à opter pour la seconde option, rassuré par le fait que l’Élysée n’y opposera pas de feu rouge.

La guerre à droite entre LR et « constructifs »

La guerre à droite entre LR et « constructifs »

 

La guerre s’intensifie entre les Républicains historiques « constructifs »  à l’occasion de la désignation du questeur dont le poste revient à l’opposition. Il faut dire que les républicains n’avaient pas choisi candidat particulièrement rassembleur. Le choix s’était porté sur Éric Ciotti  dont  la posture radicale contre le gouvernement est bien connue et aussi pour ses positions proches du Front national. Du coup le groupe des constructifs ont  présenté un candidat qui a été élu contre Ciotti.  Par tradition depuis 1973, les deux premiers postes de questeurs, chargés des services financiers et administratifs à l’Assemblée, sont réservés au groupe majoritaire et le troisième revient au groupe de l’opposition le plus important, en l’occurrence celui des Républicains. Le groupe LR avait désigné mercredi matin le député Eric Ciotti, réputé pour son opposition frontale à la nouvelle majorité, pour occuper le poste de troisième questeur. Mais le groupe « Les Constructifs : républicains, UDI, indépendant », qui rassemble 35 députés dont quinze LR « macroncompatibles », ont décidé à la dernière minute de présenter l’un des siens, Thierry Solère. Ce dernier a été élu par 306 voix contre 146 à Eric Ciotti grâce aux voix des groupes La République en marche (LREM) et MoDem. Cette élection a provoqué une vive réaction en séance de la part de Christian Jacob, le président du groupe LR. « Nous venons de rompre avec plus de 50 ans de pratique parlementaire », a-t-il déclaré. « Les droits de l’opposition ont été bafoués comme ils ne l’ont jamais été », a-t-il ajouté. Franck Riester, co-président du groupe Les Constructifs, a affirmé que son groupe s’inscrivait dans l’opposition. « Au contraire, cela a vocation à faire en sorte que les droits de l’opposition soient davantage représentés ». Je me suis présenté pour être le questeur de tous les groupes minoritaires », a déclaré Thierry Solère. Son concurrent Eric Ciotti a pour sa part stigmatisé « ce scandale démocratique et ce hold-up institutionnel qui empêche l’opposition d’exercer son rôle de contre-pouvoir ». Jean-Luc Mélenchon a apporté son soutien au groupe LR.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol