Archive pour le Tag 'conscience »'

Oradour, « le devoir de conscience » contre la « barbarie »

Oradour, « le devoir de conscience » contre la « barbarie »

 

Le village martyr d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne),  où 642 personnes, hommes, femmes et enfants, ont été assassinés par une unité de la division SS Das Reich, le 10 juin 1944. « Oradour n’est pas seulement un drame de la guerre, une épouvantable tragédie, Oradour est un scandale, un scandale absolu », a déclaré Emmanuel Macron dans un discours. »Ici, notre conscience se fortifie parce qu’ici elle voit, elle sait, elle touche ce contre quoi elle se dresse », a poursuivi le président. « Ici, nous faisons provision d’indignation. » Le chef de l’Etat a mis en garde contre la « barbarie qui toujours couve » à travers le monde, rappelant que « le Rwanda ou la Yougoslavie hier, la Syrie aujourd’hui ne sont qu’à quelques heures d’avion. » « Nous savons que tout recommence et que tout peut recommencer et ce sera votre responsabilité à vous, jeunes gens, de toujours y veiller parce que jamais vous n’oublierez », a-t-il dit. « Le monde éprouve notre conscience, elle est notre seul recours ». « En oubliant, en décidant de ne plus nous souvenir ou de ne plus nous battre, nous prendrions ce risque immensément coupable de répéter l’Histoire », a conclu le président, au pouvoir depuis un mois. « Je n’ai pour ma part qu’une seule tâche, une seule mission : de toutes mes forces, vous aider à y parvenir, vous en rendre capable ».

Climat : Macron pense que Trump a « pris conscience »

Climat : Macron pense que Trump a « pris conscience »

 

Macron se montre peut-être un peu optimiste en pensant que le président américain a pris conscience des enjeux concernant le climat. On observera en tout cas qu’aucun accord n’a été possible lors de la rencontre du G7 et que la chancelière allemande endiablée Merkel s’est déclarée particulièrement déçue sur ce point. On pourra vérifier cette semaine si l’optimisme de macro l’emporte sur le pessimisme de Merkel car le président américain doit définir sa position concernant l’accord de Paris dans la semaine. En attendant Macron  mise sur une évolution de la position américaine « Il y a quelque semaines encore, on pensait que les Etats-Unis allaient quitter le cadre des accords de Paris (sur le climat-NDLR) et qu’aucune discussion ne serait possible », a estimé le chef de l’Etat à l’issue de la réunion de Taormine. »Je considère qu’il y a eu un progrès et qu’il y a eu une vraie discussion et de vrais échanges. Et je pense que les arguments qui ont été mis en lumière par les six autres Etats membres ont été extrêmement complémentaires et, je crois, ont permis à M. Trump de prendre conscience de l’importance de cet enjeu et de sa nécessité, y compris pour sa propre économie. »Les chefs d’Etat du G7 se sont engagés samedi à lutter contre le protectionnisme, surmontant les résistances de Donald Trump qui continue à développer sa position de « l’Amérique d’abord », thème sur lequel il a été élu, mais ne sont pas parvenus à s’accorder sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique. Si les Etats-Unis ont paru faire quelques concessions sur la question des relations commerciales, ils restent isolés sur celle du climat, exigeant de leurs partenaires plus de temps pour décider s’ils vont honorer les engagements pris lors de la COP21 en 2015 à Paris. Le président français a fait état d’un « désaccord profond » avec Donald Trump mais, contrairement à la chancelière allemande Angela Merkel, qui a fait part de sa déception sur le climat, Emmanuel Macron a voulu positiver, récusant par exemple l’image d’un G7 qui n’aurait été qu’un « 6+1″. »Je ne veux pas entrer dans une logique d’un 6+1 parce qu’on irait dans le sens d’une fragmentation des démocraties et des grandes puissances économiques, ce qui n’irait pas dans le sens de nos intérêts », a-t-il dit lors de sa conférence de presse.   »Il y a des désaccords qui s’expriment autour de la table. Il y en a eu un, en tout cas à ce stade, sur le climat. J’espère que nous continuerons à réduire cet écart. » Il a souligné que la Chine, l’autre grand pollueur de la planète avec les Etats-Unis, avait, elle, changé d’attitude. « La Chine a pris ses responsabilités en matière climatique. Si nous décidions de ne pas les prendre, notre responsabilité sur le plan moral, politique et économique serait immense. Je pense que ce serait une erreur », a dit Emmanuel Macron. Adopté le 12 décembre 2015 lors de la 21e Conférence des parties à la convention climat, l’accord de Paris jette les bases d’une maîtrise des émissions de gaz à effet de serre à l’origine des dérèglements climatiques. Il fixe le cadre d’engagements politiques, économiques et financiers visant à contenir la hausse de la température moyenne de la planète « nettement en dessous de 2°C » en 2100 par rapport aux niveaux préindustriels.

Hollande : « liberté de conscience » des maires pour les mariages homosexuels ; ou la république à la carte « Hollandaise »

Hollande : « liberté de conscience » des maires pour les mariages homosexuels ; ou la république à la carte  « Hollandaise »

 

Attitude typique de Hollande, l’ambivalence et le consensus mou dans  le flou. Le président François Hollande a reconnu mardi « la liberté de conscience » aux maires, dont certains refusent de célébrer des mariages entre personnes du même sexe si la loi les prévoyant est votée. Le président de la République a rappelé que les « possibilités de délégation (d’un maire à ses adjoints) existent et peuvent être élargies ». En fait une sorte de république à la carte ; si on ne veut pas appliquer la loi qui la régit, on applique le droit de retrait dit droit de conscience. Pourquoi ne pas aussi déléguer les pouvoirs aux cantonniers ? Le 95e Congrès des Maires s’est ouvert mardi sur un fond de tensions entre le gouvernement et les élus locaux. Réduction des aides de l’Etat, difficultés à financer la nouvelle organisation des rythmes scolaires et les investissements, inflation des normes, nouveaux impôts, François Hollande était attendu au tournant par des milliers de maires.  Lors de son discours mardi après-midi, le chef de l’Etat a tenté de trouver un équilibre pour ne froisser personne. Quitte à jouer « petits bras » sur une des réformes annoncées comme principale de son mandat : le mariage pour tous.  Le président de la République a rappelé que « les maires sont des représentants de l’Etat« . « Ils auront, si la loi est votée, à la faire appliquer« , mais « la loi s’applique pour tous dans le respect de la liberté de conscience« , a-t-il expliqué.  « Les possibilités de délégation (d’un maire à ses adjoints) existent et peuvent être élargies. » (François Hollande)    Il  serait donc possible pour les maires de déléguer à un adjoint la célébration du mariage de personnes du même sexe au nom du respect de la liberté de conscience. C’est la première fois que François Hollande fait allusion à cette possibilité de délégation.  Un premier pas, estime Philippe Brillault, maire DVD du Chesnay dans les Yvelines. Il a participé à la manifestation anti mariage gay le week-end dernier à Paris. Il estime que François Hollande prend enfin conscience de la colère de nombreux maires.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol