Archive pour le Tag 'conjoncture ?'

Page 2 sur 2

Croissance : intérim en baisse= conjoncture en dépression

Croissance : intérim en baisse= conjoncture en dépression

L’intérim est un indicateur avancé de la conjoncture or cet indicateur est très mauvais en octobre. Conséquence: la croissance et le chômage seront affectés pour cette fin d’année. L’intérim dans les transports est auusi dépressif or la transport est auusi un indicateur avancé de la conjoncture (on transporte l’économie produite et/ou échangée). Globalement  Les embauches en intérim ont en effet encore chuté en octobre : -2.9%, selon le baromètre Prism’Emploi (qui rassemble plus de 600 entreprises d’intérim) publié par France-Info. Depuis le début de l’année 5.000 emplois ont ainsi été perdus dans le travail temporaire.  La chute est vertigineuse : dans le bâtiment, le nombre d’intérimaires a chuté de plus de 20% le mois dernier. Un recul historique qui traduit les difficultés du secteur, en panne de chantiers. Le travail temporaire baisse aussi dans les transports. C’est bien plus léger : -0,5 % mais c’est un mauvais signe. C’est la 1ere baisse en 6 mois, or le transport de marchandise annonce souvent l’activité à venir dans d’autres secteurs. Ce sont les camions qui apportent des matériaux aux usines lorsqu’elles ont des commandes. Une chute de l’interim dans les transports ne présage donc rien de bon pour l’activité en France. Plus globalement, l’intérim est considéré comme un baromètre du marché de l’emploi : lorsque les entreprises vont mal, elles utilisent moins d’emplois temporaires, avant de se séparer éventuellement de leurs salariés. Cette baisse de l’intérim en octobre pourrait donc annoncer un nouveau recul du marché du travail. Même si certains secteurs résistent, le travail temporaire se maintient dans l’industrie  et progresse même, d’un peu moins de 2%, dans le commerce ou les services comme l’hôtellerie et la restauration.

 

Croissance Chine : net ralentissement et avertissement pour la conjoncture mondiale

Croissance Chine : net ralentissement et avertissement pour la conjoncture mondiale

 

C’est une mauvaise surprise ce brutal ralentissement de la croissance chinoise. Le signe que l’usine du monde ralentit sa cadence car le demande mondiale est faiblarde. Aussi que le demande intérieure n’est pas assez dynamique enfin que les incertitudes sur la conjoncture future tant chinoise que mondiale pèsent sur les investissements comme dans la plupart des pays. Ces chiffres chinois sonnent comme un avertissement concernant la situation mondiale qui globalement risque une nouvelle crise.  La croissance de l’activité du secteur manufacturier chinois est revenue en octobre à son plus bas niveau en cinq mois, un ralentissement inattendu lié à la faiblesse des commandes et à la hausse des coûts, montre une enquête publiée samedi. L’indice PMI officiel des directeurs d’achat du secteur manufacturier s’est inscrit à 50,8 en octobre, après 51,1 en septembre mais reste au-dessus du seuil de 50 séparant contraction et expansion. Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre en hausse à 51,2. Cette enquête montre que la demande étrangère est tombée à son plus bas niveau depuis cinq mois et la demande intérieure à un plus bas de six mois. Les commandes étrangères ont légèrement reculé par rapport à septembre.   »L’économie reste soumise à des pressions baissières et la politique monétaire va rester accommodante », estiment les économistes de China International Capital dans une note à leurs clients après la publication de cet indicateur. La banque d’investissement souligne que les stocks d’invendus ont augmenté le mois dernier malgré une baisse de la production. La croissance de l’économie chinoise est revenue à 7,3% en rythme annuel au troisième trimestre, son plus bas niveau depuis la crise financière de 2008-2009, en raison notamment de la baisse du marché immobilier, qui alimente la faiblesse de la demande intérieure et de l’investissement. Et l’enquête PMI publiée samedi suggère qu’aucun rebond n’est à attendre dans l’immédiat. Le sous-indice des nouvelles commandes, qui regroupe demande intérieure et demande étrangère, a reculé à 51,6 en octobre après 52,2 en septembre. Celui des nouvelles commandes à l’export est revenu de 50,2 à 49,9, suggérant une contraction.

 

Allemagne conjoncture 2014 : optimisme mesuré

Allemagne conjoncture 2014 : optimisme mesuré en 2014

 

Une  courte majorité des secteurs de l’économie allemande se disent optimistes à l’orée de 2014 grâce à la bonne tenue de la demande intérieure et aux signes d’amélioration de la conjoncture dans le reste de la zone euro, montre une enquête publiée jeudi. Sur les 48 fédérations interrogées par l’institut d’études économiques IW de Cologne, 26 ont répondu que les entreprises de leur secteur étaient plus optimistes aujourd’hui qu’il y a un an. Sept ont au contraire fait état d’une dégradation du moral, parmi lesquels les mines, le secteur pétrolier, l’eau et l’énergie, ainsi que les banques coopératives. Les perspectives futures semblent plus encourageantes encore: 34 des 48 fédérations ont dit s’attendre à une hausse de la production ou des ventes en 2014 par rapport à 2013. L’industrie manufacturière et la construction, qui avaient connu un début d’année 2013 difficile, figurent parmi les secteurs qui abordent la nouvelle année avec optimisme. « Il y a longtemps que les entreprises allemandes n’ont pas regardé vers l’avenir aussi favorablement », a déclaré Michael Hüther, le directeur de l’IW. « Mais les résultats auraient sans doute été encore meilleurs s’il n’y avait pas les incertitudes que laisse planer l’accord de coalition déficient. » Les industriels allemands critiquent en effet le compromis conclu par la CDU conservatrice d’Angela Merkel et le Parti social-démocrate (SPD), qui annonce selon eux une remise en cause de certaines réformes économiques entrées en vigueur ces dernières années. L’accord de coalition prévoit entre autres l’instauration d’ici 2017 d’un salaire minimum brut de 8,50 euros de l’heure, la possibilité de partir en retraite à 63 ans à condition d’avoir travaillé 45 ans et une augmentation des pensions de retraite pour les mères d’enfants nés avant 1992. Interrogés par Reuters, le président de la fédération industrielle BDI, celui des chambres de commerce et d’industrie allemandes (DIHK) et celui de la confédération des artisans ZDH ont également jugé que les projets de la coalition gouvernementale n’incitaient pas à l’optimisme, même si celui-ci domine pour 2014. « L’industrie est bien placée. La situation économique est solide et l’économie mondiale reste sur la voie de la croissance », a dit Ulrich Grillo, le président de la BDI.

INSEE : amélioration de la conjoncture ?

INSEE : amélioration de la conjoncture ?

 

Selon l’enquête de conjoncture réalisée par l’Insee et publiée ce vendredi 24 mai, le climat des affaires dans l’industrie manufacturière, et, par conséquent la conjoncture, se sont améliorés au mois d’avril. L’indicateur synthétique de ce climat progresse ainsi de quatre points (à 92 points) par rapport au mois précédent même s’il demeure à un niveau inférieur à sa moyenne de longue période, c’est-à-dire 100. Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière jugent que leur activité passée est nettement mieux orientée, le solde correspondant est en forte progression même s’il reste inférieur à son niveau moyen. « Alors que les carnets de commandes étrangers se sont détériorés, les carnets de commandes globaux se sont regarnis », écrit l’Insee. Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, sont quasi stables par rapport au mois précédent. Enfin, les stocks de produits finis sont quasi stables et leur niveau est jugé proche de la normale.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol