Archive pour le Tag 'confuse'

Loi contre la haine sur Internet, une proposition confuse

Loi  contre la haine sur Internet, une proposition confuse

 

A priori,  la proposition de loi contre la haine sur Internet paraît intéressante pour tenter de mettre fin au dérives notamment racistes. Reste que ce projet va poser de nombreuses interrogations. Il faudra d’abord définir ce qu’on entend par le concept de haine. En effet certaines postures relèvent simplement du débat démocratique quand elles font s’affronter  des stratégies politiques ou des visions différentes sur des problématiques sociales, économiques ou sociétales. La question est aussi de savoir si c’est la forme ou le fond qui sera retenu. Sans doute un peu les deux mais on peut souhaiter bon courage aux juges qui auront à évaluer le caractère haineux de certains propos sur le net ( sauf les propos bêtes et méchants). Un autre problème se pose celui de savoir si l’on peut réguler les propos uniquement sur un support comme Internet. Finalement Internet est un support comme les autres ; il n’est devenu important qu’en raison du nombre de personnes qui utilisent ce média. Pas sûr que la seule régulation sur Internet soit juridiquement acceptable. Si régulation il y a, elle doit concerner tous les supports d’expression. Le texte sera déposé par la députée La République en marche Laetitia Avia et reprendra les propositions de son rapport sur le sujet, a ajouté le chef de l’Etat lors d’un discours au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). “Ce texte portera des dispositions claires imposant les retraits dans les meilleurs délais de tous les contenus appelant à la haine, mettant en oeuvre toutes les techniques permettant de repérer l’identité dans les meilleurs délais et enfin appelant à la responsabilité, y compris sur le plan juridique, les plateformes”, a dit Emmanuel Macron. “Faut-il interdire partout sur Internet l’anonymat ? Je pense que nous pourrions aller par cette voie à quelques égards vers le pire et il faudra donc y réfléchir à deux fois”, a-t-il ajouté.

Une rentrée politique très confuse

Une rentrée politique très confuse

Les Français qui étaient déjà en délicatesse avec les partis politiques n’ont guère trouvé de raison en cette rentrée 2015 à une réconciliation. À gauche d’abord la division a rarement été aussi importante tant au sein  du PS qu’avec ses alliés. À l’intérieur du parti socialiste tentent  de toujours cohabiter les frondeurs les réformateurs et sociaux libéraux. Dernier avatar de la confusion des idées, la prise de position de Macron sur les 35 heures. Une fausse bonne idée d’après lui. Avec un rétro pédalage qui ne renforce ni la crédibilité de l’intéressé ni celle du gouvernement ou du PS lui-même. L’université d’été du parti socialiste met en évidence l’étendue des divergences internes. Au point que la présence du ministre de l’économie n’est pas souhaitée, ni par lui d’ailleurs, ni par la puissance invitante. Curieuse conception en matière de cohérence de démocratie. Du coup, Macron s’invite au Medef. À la gauche du PS cela ne va pas très fort non plus. Chez les écolos le processus de désintégration d’écologie les Verts est engagée. Avec d’un côté des réformateurs qui veulent soutenir la politique du gouvernement, de l’autre ceux qui veulent se rapprocher de Mélenchon ou en tout cas demeurer sur une ligne gauchiste. Avec sans doute des résultats catastrophiques aux élections régionales l’écologie politique d’Europe écologie les verts  aura du mal à subsister en 2016. Mélenchon de son côté s’il parvient à attirer quelque écologistes par contre voit les communistes de plus en plus écarter de lui. À droite la situation est également loin d’être idyllique. Sarkozy peine toujours à réussir son retour et la bataille fait rage pour les primaires avec notamment aussi Juppé et Fillon. À l’extrême droite le FN maintient ses positions à un haut niveau mais le conflit familial et politique entre les Le Pen porte atteint à l’image de banalisation du parti. Du coup tout cela redonne des ailes à Bayrou  le centriste. En effet Bayrou a pris acte que les Français le préfère à Hollande ou Sarkozy. De ce fait, il a confirmé cette semaine qu’il se présenterait en cas de candidature de Sarkozy. Au-delà des divergences, il n’apparaît pas que les parties politiques répondent aux grandes questions politiques économiques du moment il n’y a en effet pas de propositions ni même d’analyse sérieuse quant aux conséquences du ralentissement mondial notamment en Chine et qui va lourdement peser sur la croissance et l’emploi de la zone euro. . Sur  les questions sociétales c’est un peu le même vide. Ainsi sur la question des migrants on sent la gêne et les contradictions des partis politiques pour affronter avec clarté et efficacité la gestion de ce problème sociétal fondamental dont simplement Hollande a dit qu’il allait  s’installer dans la durée. Sur la tendance actuelle est faute de propositions un peu innovante et réaliste il est probable que les Français porteront peu d’intérêt aux élections régionales. D’autant que la réforme des régions été complètement sabotée par le maintien des départements.

 » Une réforme territoriale confuse qui coûtera plus cher »( Raffarin :)

Raffarin :  » Une  réforme territoriale confuse qui coûtera plus cher »( Raffarin :)

Il est clair que cette réforme confuse coûtera plus cher. En cause, le maintien de départements qui conserveront leur superstructure alors que celles des régions vont grossir. Il faut en effet se souvenir que cette réforme a surtout été justifiée par la perspective de suppression des départements. Or sur pression des élus, le gouvernement a dû reculer et finalement maintenir les collectivités qui existaient déjà avec toutefois une nouvelle répartition de responsabilités. ( intreview JDD)
Raffarin

Il y aura peu d’économies et pas de clarification. L’essentiel de cette réforme était de clarifier les compétences et d’organiser le territoire de manière rationnelle. Là on voit que l‘organisation est en train de devenir politique et que les compétences restent confuses. Prenez le tourisme : il y aura des superpositions de compétences inutiles. Le manque de réflexion en amont se paie par un grand désordre aujourd’hui, en aval, sur le terrain. […]

 

 

Une bagarre est en cours sur le siège des capitales régionales. Est-ce une bonne idée que la préfecture se situe dans une ville et le Conseil régional dans une autre?

 

Raffarin
C’est une mauvaise idée. Cela révèle l’incapacité de l’exécutif à faire des choix. Une capitale régionale doit rassembler dans un même lieu à la fois les représentants du territoire et l’autorité administrative. Créer une distance entre le lieu de travail du préfet et celui du président du Conseil régional engendrera beaucoup de frais de fonctionnement supplémentaires. Il y a fort à parier que cette réforme coûtera au final plus cher que la situation précédente

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol