Archive pour le Tag 'confond'

Griveaux qui confond Maurras et Bloch, mais quel abruti !

Griveaux  qui confond  Maurras et Bloch, mais quel abruti !

 

Il faut vraiment écouter avec intérêt Benjamin Griveaux-dit langue de bois en chêne- depuis qu’il est apparu sur la scène politique nationale et au gouvernement. En effet l’intéressé se caractérise par une absence totale de charisme et d’intelligence ;  un véritable perroquet qui reprend avec maladresse, agressivité et prétention la voix de son maître. Tellement courtisan qu’il a même accepté qu’on coupe les pieds de sa chaise pour que Macron ne paraisse pas plus grand que lui lors des cérémonies de signature des décrets royaux (les lois, pour faire comme Trump !). Benjamin Griveaux est l’archétype de cette catégorie d’oligarques sortis de l’ENA dotée d’un grand pouvoir d’imitation et de répétition mais sans une once de créativité et de compassion. Bref l’abruti total en dépit- ou à cause -de son passage à l’ENA. La pensée est glauque, comme le regard ou la. Une curieuse transformation du pays celle qui consiste à demander aux Français dont le salaire moyen se situe autour de 1750 € et dont certains doivent se satisfaire seulement 1000 € voire moins de consacrer 30 000 € pour l’achat d’une voiture dite plus écologique ou 10 000 € au moins pour le changement d’une chaudière à fuel. Normal sans doute pour cet ancien socialiste, fils de notaire et d’une avocate,  qui entretient des liens approximatifs avec les réalités sociales. Pas étonnant non plus que le PS soit sur la voix de l’extinction ! «Lorsqu’on transforme en profondeur le pays, ça appelle beaucoup de pédagogie, de patience, de l’écoute», a en effet le porte-parole du gouvernement au micro de France inter. Avant d’insister sur la nécessité pour les ministres d’«écouter des élus, des associations, des entreprises, ceux qui font vivre des territoires et qui trouvent des solutions concrètes aux problèmes des gens». «C’est le pays légal qui rencontre le pays réel», a-t-il résumé, «pour reprendre les propos de Marc Bloch il y a bien longtemps». Sauf que ces mots ne sont pas ceux de l’auteur de L’Étrange défaite, juif, républicain et résistant, fusillé par la Gestapo en 1944. La distinction entre «pays» et «légal et pays réel» a été formulée à la fin du XIXe siècle par l’écrivain Charles Maurras, théoricien du nationalisme intégral. Cet ancien académicien antisémite, auteur d’essais et de poèmes, antiallemand convaincu mais fidèle du maréchal Pétain, a été condamné en 1945 à la dégradation nationale et à la réclusion à perpétuité, pour intelligence avec l’ennemi et haute trahison. Griveaux, lui,  devrait être symboliquement condamné pour manque d’intelligence avec la culture.

 

Loi travail : Valls confond autorité et autoritarisme

Valls confond autorité et autoritarisme

 

En matière de gouvernance d’un pays les responsables doivent savoir faire preuve d’autorité surtout dans une période caractérisée par nombre de mutations qui créent  l’interrogation, le doute voir l’anxiété. L’absence d’autorité ne peut favoriser que l’ambiguïté et l’immobilisme. Sans doute pour contrebalancer les hésitations permanentes de François Hollande et son goût maladif pour la synthèse ambiguë, Manuel Valls a choisi la posture inverse et surjoue l’autorité. Sa phrase favorite : » je ne reculerai pas »  témoigne de l’attitude quasi guerrière qu’il prend pour imposer ses orientations. Pour cela de façon assez systématique il s’affranchit des différents corps intermédiaires, politiques, sociaux ou citoyens. Par exemple quand il oublie de négocier avec les acteurs sociaux ou qu’il impose le vote bloqué permis par le 49-3 pour ne pas avoir à amender des projets de textes gouvernementaux devant le Parlement. Certes la France a sans doute besoin encore davantage que d’autres pays de modernisation tellement elle est engluée à la fois dans la bureaucratie et le poids de la fiscalité. Mais la modernisation économique, sociale, la transformation sociétale ne peut s’imposer uniquement par la loi. En outre pour éviter la consultation des corps intermédiaires encore faudrait-il pouvoir disposer d’une majorité dans  l’opinion publique. Or si Hollande est complètement discrédité, Valls l’est aussi en grande partie puisqu’il n’est soutenu que par une minorité. En fait, Valls  se confond autorité et autoritarisme. L’autorité ne se décrète pas, elle ne découle pas de la violence des mots ou des postures martiales ;  l’autorité est naturelle et découle de la pertinence des propositions et du degré de confiance qu’on accorde à celui qui les fait. Pour parler un peu vulgairement Valls  confond l’attitude d’un premier ministre st celle d’un adjudant chef. Il suffit par exemple de l’entendre lors de ses interventions à l’assemblée nationale quand il vocifère, hurle, éructe,  jusqu’à trembler comme un jeune coq en quête de reconnaissance dans un poulailler. Encore une fois l’autorité ne se revendique pas et la puissance ou la violence des mots ne lui confère aucune légitimité. Or précisément Valls ne jouit d’aucune légitimité, ni dans son parti, ni à gauche, ni à droite,  bien sûr ni dans l’opinion publique. Du coup son entêtement devient un peu pathétique surtout de la part d’un oligarque qui veut transformer toute la société alors qu’il n’a vécu que de politique et n’a jamais mis les pieds dans la production. Entre la synthèse molle et ambiguë de François Hollande et le diktat permanent de Manuel Valls, il y a sûrement un chemin qui rend possible la réforme en s’appuyant sur la pédagogie.

Valls confond autorité et autoritarisme

 

Valls confond autorité et autoritarisme

 

Valls s’est flatté sur France 2 d’avoir accompli un acte d’autorité en limogeant Montebourg. En fait si la mise à l’écart de Montebourg n’est pas contestée par l’opinion à près de 60%, l’autorité sans cesse réaffirmé par Valls ressemble quand même de plus en plus à de l’autoritarisme. Une nuance sémantique importante. Il  ne suffit pas de proclamer autorité pour être efficace, encore faudrait-il qu’elle porte sur les sujets que les Français attendent. Dès ce soir par exemple on aura connaissance des très mauvais chiffres du chômage et là Valls ne fait que commenter la dégradation. Même chose sur le climat d’affaires encore en baisse ou encore sur les prévisions des investissements des industriels. L’autorité sur la politique économique ne se déclame pas elle se mesure aux résultats. Certes le gouvernement n’est pas seul responsable mais l’environnement qu’il crée tue la confiance tant des entreprises que des ménages. L’autorité de Vals n’est que de façade, une autorité d’opérette un peu dans la ligne de Sarkozy où l’enflure des mots fait office d’orientation. Valls ne pourra réussir uniquement avec ses coups de menton, il faut autre chose. Or précisément, on ne connait pas l’analyse de la crise, la vision et le projet de Valls qui se contente pour l’instant de suivre Hollande dans sa descente aux enfers économiques, sociaux et politiques. Pas étonnant Valls est un peur produit de oligarchie politique, il n’a pratiquement jamais travaillé dans le monde de la production, d’abord conseiller parlementaire ensuite  il a « fait carrière dans la politique ». Du coup quand il parle de ligne politique, on se demande quoi il cause. D’opportunisme, de flou, de contradictions à la Hollandaise. Une différence de taille par exemple avec un Rocard à l’époque qui lui avait été remercié par Mitterrand précisément parce que trop populaire et trop pertinent.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol