Archive pour le Tag 'Conflits'

Conflits sociaux : pas une convergence mais une chienlit qui s’installe

Conflits sociaux : pas une convergence mais une chienlit qui s’installe

 

 

Ce jeudi ce n’était  la première tentative ni sans doute la dernière pour faire converger les luttes sociales ; Pas sûr d’ailleurs que cette stratégie de convergence se réalise plus tard. Il est plus vraisemblable qu’on va assister à une multiplication de conflits sociaux jusqu’au moins au début de l’été. Une sorte de chienlit pire qu’une grève globale plus limitée dans le temps. La CGT, qui a organisé jeudi sa première journée de “convergence des luttes”, affirme cependant  qu’elle parviendra à inscrire dans la durée la contestation des réformes d’Emmanuel Macron, même si cette idée suscite peu d’adhésion dans le milieu syndical. Certaines sont organisées par plusieurs syndicats comme la FSU, Solidaires, ou encore les organisations étudiantes UNEF et UNL. Sur le plan confédéral, cependant, seul Solidaires et l’UNEF ont appelé à rejoindre le mouvement. Les syndicats représentatifs de la RATP (CGT, FO, SUD RATP et UNSA) ont pour l’occasion déposé un préavis de grève – pour certains reconductible – entraînant davantage de perturbations sur le trafic à Paris et en Ile-de-France. La journée a coïncidé par ailleurs avec une nouvelle journée de grève à la SNCF. Cet appel à la mobilisation a trouvé toutefois peu d’écho auprès des autres syndicats représentatifs du secteur privé (FO, CFDT, CFE-CGC et CFTC), qui ont tous décliné l’invitation, estimant que les conditions n’étaient pas réunies. S’exprimant lors d’un débat sur l’avenir des syndicats réformistes lundi, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a déclaré au sujet de la convergence des luttes: “les travailleurs ne suivent pas forcément et ça ne marche pas”. Le numéro un de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, n’en est pas si sûr. Il estime que beaucoup de Français s’interrogent sur l’impact de la reprise économique sur leur pouvoir d’achat. “L’emploi, on ne voit pas l’effet. Le pouvoir d’achat, on ne voit pas l’effet. Ça commence à peser ce genre de chose”, a-t-il dit mardi sur BFM Business.

 

Non à l’écrasement des conflits (L.Berger, CFDT)

Non à l’écrasement des conflits  (L.Berger, CFDT)

 

 

Laurent Berger ne se caractérise pas par une radicalité irresponsable ;  le patron du syndicat réformiste (majoritaire désormais dans le privé) met cependant en garde le gouvernement sur sa volonté d’écraser les conflits et les organisations syndicales avec. De quoi précisément nourrir à l’avenir la détérioration du climat social et la radicalité. Le secrétaire général de la CFDT a accusé vendredi le gouvernement de pousser les syndicats à la radicalisation pour obtenir une “victoire à la Pyrrhus”, ce qui serait “très mauvais pour le climat social”. “On a l’impression que le gouvernement veut du bloc contre bloc”, a déclaré Laurent Berger sur France 2. “On peut se demander si ça ne l’intéresse pas, finalement, d’avoir de la radicalité en face de lui, comme ça, il y aura un gagnant à la fin”. Les syndicats représentatifs de la SNCF ont annoncé jeudi qu’ils suspendaient d’un commun accord les concertations avec la ministre des Transports et ont demandé à être reçus à Matignon, après une série d’annonces récentes pour lesquelles ils n’auraient pas été prévenus.“Il y a à la fois un peu d’ouverture à certains moments et, hop, on referme, comme s’il fallait mettre à terre (…) C’est de l’irrespect des interlocuteurs”, a ajouté Laurent Berger, qui avait salué la semaine dernière des “avancées” au sujet de la concurrence. “Les victoires à la Pyrrhus de ce type-là, c’est très mauvais pour le climat social dans les mois et les années à venir (…) Je ne suis pas pour la convergence des luttes, mais je ne suis pas non plus pour l’écrasement des conflits.”“Je suis pour qu’enfin ce gouvernement comprenne qu’il y a de la démocratie sociale à faire vivre dans ce pays et qu’il s’engage vraiment à écouter les organisations syndicales”.

La France va demander l’arrêt des conflits pendant un an et demi son seul porte-avions est en réparation !

La France va demander l’arrêt des conflits pendant un an et demi son seul porte-avions est en réparation !

 

 

Sans doute la France va-t-elle demander à l’ONU de se prononcer sur une motion pour l’arrêt des conflits pendant un an et demi. C’est-à-dire le temps nécessaire pour réparer son seul porte-avions  le d Charles-de-Gaulle. La situation est évidemment ubuesque. Ou bien la France renonce à tout porte-avion ou décide  d’en disposer d’ au moins deux. Une problématique posée un peu naïvement le ministre de la défense. «  Peut-être qu’il serait souhaitable d’avoir un deuxième porte-avions », soulignait en novembre le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. « Peut-être que la question se posera quand on élaborera la loi de programmation militaire qui commencera en 2020. » Loin d’être nouvelle, l’idée d’un second porte-avions a émergé dès le début des années 2000. Face aux contraintes budgétaires, la France propose à la Grande-Bretagne de coopérer sur un projet qui prévoit la construction de trois porte-avions, dont un pour la Marine française. Un accord est signé en 2006 mais le programme est suspendu en 2008 avant d’être définitivement abandonné en 2013. Dans un rapport publié en 2014, la Cour des comptes épinglera un projet dans lequel « des sommes importantes » ont été engagées « alors que l’impasse de la coopération était très largement prévisible ». Depuis, le chantier est au point mort. Lors d’une conférence de presse consacrée aux questions de défense le 6 janvier, Benoît Hamon a estimé que la mise à l’arrêt du Charles-de-Gaulle posait la question. « S’il n’y a pas deux porte-avions, il n’y a pas de permanence à la mer », a dit le candidat socialiste. « La question qui nous sera posée c’est : est-ce qu’on fait deux porte-avions, l’un pour succéder au Charles-de-Gaulle et un autre à côté, ou est-ce qu’on en fait un seul mais avec le même problème qui se posera plus tard ? », a-t-il demandé. « Mais il est incontestable que vu le prix d’un deuxième PA, cette question doit être appréciée au regard des efforts que nous pouvons consentir sur le plan budgétaire. Je ne l’écarte pas mais je ne la retiens pas non plus ». François Fillon, candidat de la droite et du centre, s’est lui montré plus catégorique. « Le porte-avions, accompagné du groupe aéronaval, est un instrument de projection de forces et de puissance », soulignait l’ancien Premier ministre dans un entretien à Valeurs Actuelles en novembre dernier. « Cependant, il faut être lucide : nous n’avons pas les moyens d’en construire un deuxième », ajoutait-il. « Il nous faudra en revanche lancer dès le début des années 2020 les études pour construire le successeur du Charles-de-Gaulle, qui devra le remplacer à partir des années 2035. » La France ne peut toutefois pas faire pendant 18 mois sans porte-avions comme si elle en avait un, a souligné le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, devant le Sénat, le 16 novembre dernier. « Aujourd’hui, on voit bien que les choses changent : les Chinois veulent construire quatre porte-avions, les Indiens veulent en construire trois, les Anglais sont en train d’en construire deux », a souligné l’amiral Prazuck. « Il existe donc un intérêt largement partagé pour cet outil ».

Conflits au FN : des « bisbilles lunaires » ! (Marine Le Pen)

Conflits au FN : des « bisbilles lunaires » ! (Marine Le Pen)

 

Marine Le Pen  s’est contentée de qualifier de bisbilles lunaires les fortes divergences qui agitent  le front national tant sur le plan sociétal que sur le plan économique. Sur le plan sociétal,  s’opposent  des lignes très différentes, celle de  Philippot et celle représentée par Marion Maréchal ; l’un beaucoup plus libéral sur ce terrain et l’autre beaucoup plus conservatrice comme son grand-père Jean-Marie Le Pen. Il faudrait aussi ajouter des contradictions tout aussi importantes sur le terrain économique avec d’un côté les partisans du libéralisme et de l’autre les soutiens de l’étatisme. Pour tenter de surmonter ses contradictions Marine Le Pen,  comme d’habitude  utilise une rhétorique classique qui ridiculise et minimise les vraies différences. Qualifier de bisbilles lunaires de questions aussi importantes montre  de sa part à la fois une grande légèreté politique et une condescendance vis-à-vis des personnalités représentant de ces différents courants qu’il s’agisse de Marion Maréchal ou de Florian Philippot. Marine Le Pen a donc appelé dimanche à la fin des « chicayas » au sein du Front national alors que sa nièce Marion Maréchal-Le Pen continue de marquer sa différence et accuse Florian Philippot de définir « tout seul » la ligne du parti « sur BFM TV ». Invitée du « Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro », la présidente du FN, qui avait déjà rappelé à l’ordre la députée du Vaucluse sur la question de l’interruption volontaire de grossesse, a mis en garde contre une possible sanction électorale à la présidentielle de 2017. « Il y a des millions de patriotes français qui attendent et qui ne nous pardonneront pas de tomber dans ce genre de chicayas », a-t-elle souligné. « Ils seront sévères si on tombe dans des bisbilles sur des sujets (…) qui leur apparaissent lunaires. » Loin de rentrer dans le rang, Marion Maréchal-Le Pen, qui revendique l’héritage de Jean-Marie Le Pen, en conflit avec la dirigeante du FN, a relancé dans Le Journal du Dimanche la polémique sur l’IVG en dénonçant l’ »agression » de Florian Philippot, numéro deux du parti, à son encontre et en affirmant « découvrir » la position de Marine Le Pen sur le sujet alors qu’il n’y a pas eu de débat en interne ». L’élue, dans le quotidien Présent notamment, dit souhaiter que le programme présidentiel de la candidate du FN revienne « sur le remboursement intégral et illimité de l’avortement car les femmes sont des êtres responsables qui doivent être traitées comme tels ». Dans le JDD, elle rappelle que cette proposition « était défendue par Marine Le Pen en 2012, à l’époque avec beaucoup de courage et de talent ». « Elle a décidé que cela ne ferait pas partie du projet pour la présidentielle. Cela n’interdit pas que des députés, demain, fassent des propositions de loi », prévient-elle. « En 2012, j’ai évoqué ce sujet pendant la présidentielle comme une forme de concession à ceux qui avaient fait le choix de Bruno Gollnisch. Aujourd’hui le débat est tranché, je n’ai pas de concession à faire. Je suis une candidate qui est libre », a-t-elle expliqué. Florian Philippot a critiqué cette semaine l’isolement supposé de Marion Maréchal-Le Pen dans ce débat. « Cette personne est seule, cette personne est isolée sur cette question, ce qui compte, c’est ce que dit la candidate à la présidentielle », a-t-il lancé mardi sur BFM TV. Ces propos ont fait bondir une partie des cadres et des militants du FN qui ont manifesté leur soutien à Marion Maréchal-Le Pen, via les réseaux sociaux notamment. »J’aurais aimé un peu de plus respect de la part de Florian Philippot. Il parle de moi dans les médias en disant ‘cette personne’. (…) Il y a un minimum de bienséance et de respect mutuel à avoir. Rien ne pouvait justifier une telle agression », réplique Marion Maréchal-Le Pen dans Le Journal du Dimanche. Et de poursuivre à l’encontre du vice-président du FN: « Quand on définit la ligne du FN ou qu’on décide d’un changement stratégique, on le fait dans les instances du parti, on ne le fait pas tout seul sur BFM TV. »

Encore des conflits pour saboter l’économie

Encore des  conflits pour saboter l’économie

 

Moins les grévistes sont nombreux et plus les conflits ce radicalisent. À l’évidence les syndicats contestataires de plus en plus isolés ont  décidé de saboter l’économie à la veille de l’euro de foot ;  ainsi une poignée de grévistes continue de perturber fortement le fonctionnement de la SNCF, ils sont maintenant relayés par les éboueurs surtout en région parisienne offrant ainsi un spectacle lamentable de la capitale. Il faut ajouter la menace des pilotes d’Air France dont les organisations corpo sont insensibles tant  à la situation de leur entreprise qu’à celle  de la France. Bref une sorte de chienlit qui porte atteinte à l’image déjà bien entamée du pays et qui hypothèque certains investissements d’avenir. En clair certains syndicats ont décidé de saboter l’économie puisque les conséquences des conflits en cours ajoutées  à celles des inondations risquent de faire perdre à la France environ 0,3 % du PIB avec à la clé de l’ordre  de 300 000 emplois en moins. La situation reste en effet tendue à deux jours du lancement de l’Euro de football, qui va attirer des millions de personnes en France. La grève des éboueurs s’est étendue mercredi avec de nouveaux blocages de sites de traitement des déchets de la région parisienne et de l’incinérateur de Fos-sur-Mer, qui traite tous les déchets de l’agglomération marseillaise. Face à une « situation préoccupante », la mairie explique avoir été « contrainte mercredi matin de recourir à la force publique » pour débloquer des garages où se trouvent des camions de ramassage des ordures et annonce le redéploiement de ses effectifs pour soulager les établissements les plus touchés. « Ça va devenir compliqué », a déclaré Patrice Furé, directeur de cabinet du président du Syctom, l’établissement public qui gère les trois sites de la région parisienne. Le mouvement lancé depuis dix jours dans ce secteur commence à provoquer des amoncellements d’ordures dans la moitié des arrondissements de la capitale, et certaines communes de la région parisienne ont commencé à recourir à l’enfouissement de leurs ordures ménagères dans des décharges. Sur le front de la grève à la SNCF, la CGT cheminots, premier syndicat de l’entreprise, a annoncé mercredi le lancement d’une consultation de sa base sur le projet d’accord sur l’organisation du travail dans l’entreprise. Sud-Rail, troisième syndicat de la SNCF, y étant opposé, seules l’Unsa ferroviaire et la CFDT cheminots, deuxième et quatrième syndicats de la SNCF, ont annoncé qu’elles signaient cet accord censé préparer l’entreprise à la généralisation de l’ouverture du secteur ferroviaire français à la concurrence. Cela suffit à l’entrée en vigueur de ces accords, à condition que la CGT cheminots et Sud-Rail, qui ont recueilli plus de 51% des voix aux dernières élections professionnelles à la SNCF, ne s’y opposent pas ensemble. Le Premier ministre, Manuel Valls, a tenté d’amadouer les syndicats réfractaires en annonçant la reprise par l’Etat d’une partie de la dette de la SNCF et un coup de pouce supplémentaire de l’ordre de 300 millions d’euros par an en faveur du secteur ferroviaire. A Air France, la grève des pilotes prévue à partir de samedi entraînera moins d’annulations de vols que celle de 2014 mais pourrait s’inscrire dans la durée, a déclaré mercredi à Reuters la secrétaire générale du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire dans la compagnie. Le SNPL et le Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf) ont rencontré la direction de la compagnie sans parvenir à rapprocher suffisamment les points de vue sur l’organisation du travail des pilotes et leurs rémunérations. Le préavis de grève du SNPL, pour une période initiale de quatre jours à partir de samedi, appelle les pilotes à cesser le travail de 5h30 à 8h30, de 12h à 15h et de 21h30 à minuit. « Les perturbations seront moindres que sur une grève générale et à plein temps, c’est l’idée d’assurer un service minimum et les vols les plus importants », a déclaré Véronique Damon, secrétaire générale du SNPL, qui représente les deux tiers des pilotes d’Air France. « La seule chose, c’est que la grève peut durer plus longtemps. » Le Spaf, qui représente un quart de pilotes, appelle cependant de son côté les pilotes à cesser le travail sans interruption du 11 au 14 juin. La CGT, FO et Solidaires ont quant à eux lancé un appel à la grève à Météo France du 11 au 14 juin pour s’opposer à une restructuration de l’organisme basée, selon eux, sur le tout-automatique et qui devrait entraîner 350 suppressions de postes sur les 3.000 actuels.

(Avec Reuters)

Mali, Centrafrique, Irak : des conflits qui coûtent chers à la France

Mali, Centrafrique, Irak : des conflits qui coûtent chers à la France

 

Fautes de réussite sur le plan intérieur, Hollande a pratiqué la fuite en avant sur les terrains extérieurs. La France s’est ainsi engagée précipitamment au Mali, en Centrafrique et en Irak avant même que les européens se soient prononcés ; Du coup la France se retrouve à peu seule à supporter coûts et conséquences de ces guerres. Il fallait sans doute intervenir mais Hollande a voulu se mettre en avant, du coup nous en payons la facture. 450 millions prévus pour les opérations et une facture de 1.1 milliard. Il faut dire que l’Europe se désintéresse de ces conflits et dans sa majorité préfère se consacrer au business plutôt qu’ à la solidarité et à la défense des droits collectifs et individuels. Bref c’est l’Europe des marchands. Un raison supplémentaire pour que Hollande ne saute pas comme un cabri sur le moindre conflit pour faire oublier les désastres économiques intérieurs. .Qu’il prenne donc le temps d’impliquer sse partenaires européens.   Le dérapage budgétaire de la France est en effet  essentiellement dû aux interventions militaires, révèlent Les Echos ce mardi 11 novembre. Selon le quotidien économique, le projet de budget, présenté mercredi 12 novembre par Bercy, « prévoirait de l’ordre de 2,2 milliards d’euros d’annulations de crédits cette année pour contenir l’évolution de la dépense de l’Etat ». L’opération vise « à compenser le dérapage de certains budgets sous-dotés ».  Parmi eux, selon Les Echos, « figure en tête le budget des opérations extérieures de la Défense. Du Mali à l’Irak en passant par la Centrafrique, les interventions de l’armée française ont compliqué un peu plus l’équation budgétaire d’une mission traditionnellement sous-dotée ». Alors que « 450 millions étaient programmés dans la loi de finances initiale, les opex devraient ressortir à au moins 1,1 milliard d’euros« , affirme le quotidien. Cherchant à désamorcer les critiques de la Commission européenne, le ministre des Finances Michel Sapin avait évoqué le 27 octobre des « mesures nouvelles » de réduction du déficit, d’un montant de 3,6 milliards d’euros, dont une partie sera présentée dès mercredi, et une autre concrétisée dans le budget 2015, au cours de son examen au Parlement. 

Conflits du roche Orient : la France absente (Juppé)

Conflits du Proche Orient : la France absente (Juppé)

 

Il a raison Juppé de critiquer l’absence de la France dans le règlement des conflits du Proche Orient, en fait la voix française  est inaudible et contradictoire. Sur el conflit Israélien les positions de Hollande ont trop varié, d’abord en faveur d’Israël puis en faveur des palestiniens pour rééquilibrer. Du coup la France est discréditée des deux cotés. Sur L’Irak, attentisme également puisque la France n’est pas prête à s’engager ;  échaudé par la Mali, la Centre Afrique Hollande est un peu paralysé d’autant que les problèmes économiques, politiques et sociaux s’accumulent en France. L’ancien ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, juge donc que la France, tout comme l’Europe, doit « faire entendre plus fort sa voix » dans les crises au Proche-Orient.  Fort de sa double casquette de leader de l’opposition et d’ancien ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé y va de sa petite leçon de diplomatie à l’adresse du pouvoir socialiste. Dans un billet publié sur son blog et titré « Indignons-nous » à la manière de Stéphane Hessel, l’ancien Premier ministre dénonce « l’effacement honteux de la France » en Irak et à Gaza. « La France doit faire entendre plus fort sa voix. Elle doit remuer les Européens pour qu’ils s’engagent dans toute initiative collective visant à pousser le gouvernement d’Israël et le Hamas à sortir de l’impasse où ils se sont mis », écrit le maire de Bordeaux sur son blog. Alain Juppé appelle aussi la France et l’Europe à « s’associer à la lutte contre la folie du fanatisme djihadistes qui finira par nous atteindre si nous contemplons sans réagir le génocide des chrétiens d’Orient ». « Génocide: extermination physique, intentionnelle et programmée d’un groupe ou d’une partie d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales. Nous y sommes », ajoute-t-il. Tout en reconnaissant être « un simple responsable de l’opposition », l’ancien ministre des Affaires étrangères et ancien Premier ministre estime de son « devoir » de « pousser ce cri pour rassembler tous ceux qui sont prêts à soutenir une initiative française et, si l’Europe a encore un sens, européenne ». « Je sais, par expérience, combien ces crises sont complexes et combien sont minces les possibilités d’action des démocraties. Mais si ténues soient-elles, nous ne devons en laisser échapper aucune, au risque du déshonneur », écrit Alain Juppé. L’opération « Bordure protectrice » d’Israël, déclenchée le 8 juillet dans la bande de Gaza pour faire cesser les tirs de roquettes du Hamas contre son territoire, a tué 1.890 Palestiniens, selon le ministère palestinien de la Santé. 64 soldats et trois civils ont péri côté israélien. Concernant l’Irak, Paris s’est dit prêt jeudi à apporter un « soutien » aux forces engagées dans le combat contre les djihadistes de l’Etat islamique (EI), mais sans préciser la nature de ce soutien.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol