Archive pour le Tag 'confiance'

Page 6 sur 6

Hollande : visibilité et simplification pour la confiance

Hollande :  visibilité et simplification pour la confiance

 

Après les critiques sur l’instabilité fiscale et la complexité des procédures en France, François Hollande s’est engagé lundi à garantir la visibilité fiscale et à simplifier les démarches des investisseurs étrangers. . De la taxe à 75% sur les hauts revenus à la proposition de loi dite « Florange », qui ouvre la voie à des pénalités pour les entreprises fermant un site rentable, en passant par la loi Hamon, qui oblige les PME à informer leurs salariés en cas de cession, les engagements pris avant le virage social-démocrate du président pourraient en effet brouiller le message. Réunis pour un conseil stratégique de l’attractivité, une trentaine de chefs d’entreprises étrangères installées en France et pesant 850 milliards d’euros ont fait l’objet d’une opération de séduction de la part de François Hollande, qui leur a promis de la « visibilité » pour encourager leurs investissements. « Comment investir si on n’est pas sûr que les données fiscales vont rester les mêmes tout au long de la vie de l’investissement? », a-t-il demandé en assurant que la stabilité fiscale serait au cœur du pacte de responsabilité, un ensemble de baisse de charges programmé pour promouvoir la compétitivité. « Le pacte de responsabilité, c’est aussi un pacte de visibilité sur la trajectoire fiscale que notre pays doit poser clairement pour les entreprises et les ménages », a-t-il dit. « Notre ambition, notre volonté, notre engagement, c’est d’harmoniser la fiscalité des entreprises à l’horizon 2020 par rapport à nos principaux voisins européens, notamment à l’Allemagne », a-t-il rappelé, ajoutant que ce sujet serait au coeur du conseil des ministres franco-allemand de mercredi. La stabilité fiscale est une vieille revendication des investisseurs étrangers en France, qui accueille 20.000 entreprises employant plus de 2 millions de salariés et représentant 30% des exportations du pays. Interrogé lundi avant la réunion, Ian Cheshire, PDG du groupe européen de bricolage Kingfisher – 200 magasins et 25.000 emplois en France – a réclamé sur Europe 1 « une perspective à moyen terme, c’est-à-dire 5 ans, sur les questions de fiscalité », pour créer une « situation de confiance ». Ce conseil d’attractivité est censé répondre aux patrons de firmes étrangères qui avaient averti les autorités en décembre dernier qu’ils leur était de plus en plus difficile de plaider la cause de l’investissement en France devant leur direction devenue méfiante vis-à-vis des perspectives économiques du pays. François Hollande a aussi annoncé de nombreuses mesures pour assurer un meilleur accueil des expatriés et faire bénéficier les entreprises étrangères du « choc de simplification ». « La France doit être un pays simple, ce n’est pas toujours l’image qu’elle renvoie vers l’extérieur », a-t-il dit, annonçant pour 2015 une simplification du régime de TVA applicable aux entreprises importatrices et la dématérialisation de toutes les procédures en douane à l’import et à l’export avant fin 2014. Les visas pour les chargés d’affaires étrangers seront obtenus en 48 heures et la déclaration préalable pour créer une entreprise en France par un investisseur étranger supprimée. Selon les chiffres de l’Agence française pour les investissements internationaux, le nombre de décisions d’investissements étranger a légèrement reculé en 2013, à 685 contre 693 en 2012, mais les emplois générés sont néanmoins supérieurs, à 29.631 contre 25.908. La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a annoncé lundi sur RFI qu’elle visait 1.000 décisions annuelles. L’opération de séduction vers les milieux d’affaires étrangers intervient alors que la légère reprise de l’investissement en France a permis d’afficher une croissance meilleure que prévu en 2013, mais toujours poussive (0,3%). Pour lui donner un nouvel élan, le gouvernement ne peut négliger les capitaux étrangers, qui représentent un stock de plus de 503 milliards d’euros, selon l’Elysée. « La croissance, elle ne reviendra que si la confiance est là et vous êtes, investisseurs étrangers, un élément de cette confiance », a estimé le président.

 

Sondage pôle emploi ; seulement 10% ont confiance en 2014 contre 67% il y a 40 ans

Sondage pôle emploi ; seulement 10% ont confiance en 2014 contre 67% il y a 40 ans

Confirmation, Pôle emploi ne sert à rien ou pas grand-chose. À peine 10% des Français font confiance à Pôle Emploi pour leur trouver du travail, une perte de confiance spectaculaire comparé à il y a 40 ans, quand les deux tiers avaient foi en l’ANPE. Une enquête menée par l’IFOP, à paraître à paraître le 16 février dans Sud Ouest Dimanche, établit qu’à la question « Auriez ou avez vous confiance dans Pôle Emploi pour vous procurer un travail ? », 10% des sondés répondent « oui », 77% « non », et 13% « ne savent pas ». Un sondage similaire réalisé en 1975, deux ans après le premier choc pétrolier, montrait que 67% des Français faisaient alors confiance à l’ANPE (Agence nationale pour l’Emploi) pour leur procurer un travail, soit 57 points de plus qu’actuellement. Par ailleurs, un tiers des Français accordent du crédit à Pôle Emploi dans son aptitude à « les informer sur les possibilités d’emploi ». Mais là encore, le recul est important, comparé aux 78% qui faisaient confiance à l’ANPE en 1975 sur cette mission d’information. Le faible niveau de confiance exprimé par les Français sur l’ensemble des missions de Pôle Emploi, est assez unanime, quel que soit l’âge, l’activité ou le lieu de résidence, relève l’IFOP. Mais les chômeurs, « les plus susceptibles d’avoir besoin de Pôle Emploi, se montrent les plus défiants ». Seuls 6% d’entre eux déclarent avoir confiance en Pôle Emploi pour leur trouver un travail (contre 12% des salariés du privé).

 

Croissance : la confiance est retrouvée d’après Hollande !!!

Croissance : la confiance est retrouvée d’après Hollande !!!

0.3% de croissance en 2013, c’est à dire pratiquement rien et pourtant Hollande décrète pourtant que la confiance est retrouvée. A croire que Hollande ne sait pas qu’il faut environ 1.2% de croissance pour stabiliser le chômage, 1.5% pour le faire reculer et que ce chômage plombe les grands équilibres financiers, ce qui sera encore la cas en 2014 avec une croissance de l’ordre de 1%.  La croissance en France a été de 0,3% sur l’ensemble de 2013, un taux un peu meilleur qu’attendu, selon la première estimation de l’Institut national de la statistique et des études économiques publiée vendredi 14 février. L’Insee prévoyait en décembre une croissance moyenne du produit intérieur brut sur l’an dernier de 0,2% mais elle a revu en hausse l’évolution du PIB aux premier et troisième trimestres, d’une contraction de 0,1% à une stagnation. Le gouvernement prévoyait quant à lui une croissance d’ensemble de 0,1%. François Hollande a salué dans la foulée de cette annonce « la confiance retrouvée par les acteurs économiques » en France, a déclaré la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem. Lors du conseil des ministres vendredi matin, « le président est (…) revenu sur les chiffres de l’économie » et « a salué « la confiance retrouvée par les acteurs économiques », a rapporté Mme Vallaud-Belkacem en rendant compte des travaux du conseil. « C’est en effet grâce à la reprise de l’exportation d’une part, de l’investissement de l’autre et de la consommation que l’économie repart », a-t-elle ajouté. « C’est de bon augure pour l’année qui vient », a poursuivi la porte-parole du gouvernement. En 2014, « nous devrions pouvoir atteindre les 0,9%, voire les 1% sans trop de difficultés », a-t-elle précisé.

 

Moins d’un sympathisant PS sur deux ne fait plus confianceà Hollande

Moins d’un sympathisant PS sur deux ne fait plus confiance àHollande

, la perte de confiance est particulièrement nette chez les sympathisants socialistes, qui sont désormais moins de la moitié (49%) à lui faire confiance, en recul de sept points. « Il s’agit du niveau le plus bas enregistré par le président depuis son élection », écrit l’institut. « Dans l’histoire de notre baromètre, seul Jacques Chirac a atteint des niveaux plus bas » avec 16% en juillet 2006, après 11 années au pouvoir, précise-t-il. Et comme Jean-Marc Ayrault n’a que 20% de cote de confiance, l’institut estime que « ces faibles niveaux continuent (…) de témoigner de la difficulté du couple exécutif à convaincre les Français – et même les sympathisants de gauche -, de l’efficacité de leur action, à quelques mois d’échéances municipales qui pourraient s’avérer délicates pour le Parti socialiste ». L’observatoire politique CSA pour Les Echos et Radio classique, publié jeudi, ne va pas réconforter le chef de l’Etat. Dans cette étude, François Hollande enregistre en effet un nouveau record d’impopularité avec 23% des Français qui lui font confiance. Selon CSA, « le chef de l’Etat dévisse parmi les CSP+ (cadres, professions libérales et intermédiaires) », qui ne lui font plus confiance qu’à 19% (-13 points en un mois).

Confiance des ménages : à 86 au lieu de 85 ; en hausse ? Curieux ! Non ?

Confiance des ménages : à 86 au lieu de 85 ; en hausse ? Curieux ! Non ?

Curieuse conclusion de l’INSEE qui voit la confiance des ménages en hausse à 86 au lieu de 85. Un écart qui se situe d’abord dans la marge d’erreur. Une sorte de volontarisme statistique surprenant car la donne macro-économique n’a guère changé. En outre les français craignent toujours la hausse du chômage qui demeure le seul véritable enjeu du redressement. Plus d’épargne, plus de pouvoir d’achat mais plus de chômage. Voilà comment on pourrait résumer l’enquête de confiance des ménages français de l’Insee en janvier. Dans l’ensemble, la confiance des ménages repart à la hausse ce mois-ci, selon les chiffres publiés par l’Insee ce mardi 28 janvier. L’indice gagne un point par rapport à décembre, à 86 points. Il retrouver ainsi son niveau d’octobre, après un hiver plutôt morose. Les ménages sont également plus nombreux à penser qu’il est « opportun de faire des achats importants » actuellement, et que leur situation financière va s’améliorer dans le futur. Les Français ont également plus confiance dans leur capacité à épargner.  Mais beaucoup craignent une hausse du chômage, et la publication des chiffres de décembre semble leur donner raison, avec une hausse de 0,3%. Après une baisse en décembre, l’indice des perspectives d’évolution négative du chômage augmente de 4 points. Les opinions sur le niveau de vie et sur l’inflation s’améliorent en revanche. « Les ménages sont moins nombreux qu’en décembre à estimer que les prix ont augmenté », explique l’Insee. Les perceptions du niveau de vie futur et passé progressent également

 

Etats-Unis : Confiance du consommateur américain en nette hausse en décembre

Etats-Unis : Confiance du consommateur américain en nette hausse en décembre

L’indice de confiance a atteint 78,1 contre 72,0 (révisé) en novembre. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse moins marquée, à 76,0. « En dépit de nombreuses difficultés tout au long de 2013, les consommateurs sont aujourd’hui dans de meilleures dispositions qu’au début de l’année », note Lynn Franco, responsable des indicateurs économiques du Conference Board, dans un communiqué. Le sous-indice des anticipations a atteint 79,4 contre 71,1 en novembre et celui de la situation actuelle est monté à 76,2 – son plus haut niveau depuis avril 2008 – contre 73,5. Le jugement des consommateurs sur la situation de l’emploi s’est lui aussi amélioré, l’indice mesurant la difficulté à trouver du travail revenant à 32,5 contre 34,1 le mois précédent.

 

Confiance des ménages en hausse : on se demande pourquoi

Confiance des ménages en hausse : on se demande pourquoi 

L’indicateur remonte d’un point 85 en septembre au lieu de 84 en août, cela suffit àl’INSEE pour en conclure que la croissance est repartie, le chômage en baisse ; bref les français plus satisfaits ; En réalité un point d’écartt c’est dans la marge d’erreur du sondage, le chômage baisse artificiellement parce que on n’inscrit plus les chômeurs quant à la croissance , elle est minuscule (‘ 0.3% environ en 2014 ,).Sans doute un sondage qui a été réalisé  avant la réception des feuilles d’impôt ! La croissance semble enfin revenir. Le chômage recule, l’activité du secteur privé repart de l’avant, et ce jeudi 26 septembre, l’Insee annonce que la confiance des ménages poursuit son rebond. En septembre, celle-ci a continué sa progression entamée en juillet. L’indicateur ressort cette fois à 85 points, soit un de plus qu’en août et six de plus que le plus bas de 79 en mai et juin. Néanmoins, si la confiance revient petit à petit, elle n’est pas totalement là. L’indice reste bien en dessous de sa moyenne de long terme, qui est calée à 100.  La hausse de l’indice traduit une nouvelle nette amélioration (+3) du solde de l’opinion des ménages sur leur niveau de vie, qui a repris 20 points depuis son plus bas historique de juin. Dans le même temps, leurs anticipations sur une éventuelle hausse du chômage ont enregistré une forte baisse (-9 points sur un mois et -28 points depuis juin), le solde demeurant cependant nettement au-dessus de sa moyenne de long terme, souligne l’Insee. L’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée est restée stable, et celle sur leur situation financière à venir a progressé de deux points. Mais les Français sont moins nombreux qu’en août à considérer comme opportun de faire des achats importants (-2 points). Ces trois soldes se situent encore largement en dessous de leur moyenne de longue période. L’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne, actuelle comme future, a reculé de trois points le mois dernier. La proportion de ceux  considérant qu’il est opportun d’épargner augmente de huit points alors qu’elle avait diminué sensiblement le mois précédent (-6 points).

Croissance zone euro : confiance des investisseurs en hausse

 

 

Croissance zone euro : confiance  des investisseurs en hausse

 

L’indice Sentix du sentiment des investisseurs dans la zone euro est repassé en territoire positif en septembre pour la première fois depuis juillet 2011, à +6,5 après -4,9 en août, a annoncé lundi le cabinet d’études Sentix. Il se hisse ainsi à son meilleur niveau depuis mai 2011 et dépasse nettement le consensus établi par Reuters qui donnait -2,8. « C’est la deuxième plus forte hausse de l’indicateur depuis sa création en 2003″, a souligné Sebastian Wanke, analyste chez Sentix. Les 893 investisseurs sondés par Sentix entre le 5 et le 7 septembre se sont montrés nettement plus optimistes tant pour leur situation actuelle que pour leurs perspectives à six mois. Le sous-indice mesurant les conditions actuelles a progressé à -8,8 contre -22,3, revenant ainsi à son meilleur niveau depuis octobre 2011, et celui sur les anticipations a bondi à 23,0 points contre 14,3 en août.L’indice pour l’Allemagne a atteint 28,4, au plus haut depuis avril 2011, contre 20,3 en août.

 

Sondage Confiance des français : en baisse en mai

Sondage Confiance des français : en baisse en mai

 

. Seuls 25% des personnes interrogées se déclarent confiantes en mai, contre 73% peu confiantes, selon un sondage BVA pour BFM Business publié ce jeudi 4 juillet. L’indice perd 2 points pour tomber à -48. Il reste, néanmoins, loin des -72 à l’automne 2008. Par ailleurs, le sondage souligne que « à l’heure où de plus en plus de Français sont touchés par le chômage ou ne voient pas leur salaire augmenter, il est logique que leur évaluation du revenu du riche n’augmente pas non plus ».  Ainsi, comme l’année dernière, les Français considère une personne riche si elle a un revenu de 6.000 euros par mois et un patrimoine d’un million d’euros. Contrairement à François Hollande qui « n’aime pas les riches », les Français n’ont pas de problème avec eux. 68% d’entre eux estiment qu’une personne qu’ils considèrent comme riche provoque chez eux de l’indifférence. Ils sont tout de même 24% à être méfiant, 13% jaloux et 8% en colère. Moins d’un tiers éprouvent du respect.

 

Confiance des ménages : baisse historique de puis 1972

Confiance des ménages : baisse historique de puis 1972

 

Mauvis signe pour la consommation et la croissance, la confiance des ménages s’écroule à son plus bas historique. La confiance des ménages a une nouvelle fois baissé en juin pour atteindre son niveau le plus bas enregistré dans les statistiques, a annoncé jeudi l’Insee. L’indicateur synthétique ressort à 78 points, soit une baisse d’un point après celle de quatre points un mois plus tôt, alors que 19 économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un indice à 81, leurs estimations allant de 78 à 82. La moyenne longue de cet indicateur est calée à 100. Les statistiques de l’Insee remontent à 1972. L’opinion des ménages sur leur situation financière passée a augmenté d’un point, celle sur leur situation financière future est stable, et leur opinion sur l’opportunité de faire des achats importants a baissé d’un point. Ces trois soldes restent largement en dessous de leur moyenne de longue période, souligne l’institut de la statistique. L’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne actuelle recule d’un point et celle sur leur capacité à épargner dans les mois à venir perd trois points. Les ménages sont un peu plus nombreux à considérer qu’il est opportun d’épargner (+2 points), ce solde restant « largement au-dessus » de sa moyenne de longue période. Les perspectives d’évolution du niveau de vie continuent de baisser (-2 points), atteignant un nouveau minimum historique. Les ménages sont plus nombreux à anticiper une augmentation du chômage, le solde gagnant deux points.

 

Sondage : les Français font confiance aux chefs d’entreprise à 81% et 10% aux politiques

Sondage : les Français font confiance aux chefs d’entreprise à 81% et 10% aux politiques

Les statistiques parues la semaine dernière le confirment : la récession est sans doute terminée en France, mais la reprise n’est pas encore là car il manque son ingrédient principal : la confiance. D’où l’intérêt des travaux de l’Observatoire de la Confiance, créé par La Poste pour décortiquer les ressorts du moral des Français. Et les résultats de l’enquête réalisée par TNS Sofres, que vous livre ce lundi 24 juin BFMBusiness en avant première, sont plutôt rassurants. Premier enseignement de l’enquête : Les Français gardent foi en l’avenir grâce au progrès : 75% , contre 79% en 1982. Un progrès qui spontanément est associé à la technologie, à la science et à la médecine. Pour 2/3 des Français, on vivra mieux dans 20 ans grâce aux nouvelles technologies. Et 70% ont confiance dans internet pour améliorer leur niveau de vie.  Logiquement, les scientifiques apparaissent de loin comme les acteurs auxquels on fait le plus confiance pour faire progresser la société : 41% de réponses en ce sens. Mais juste derrière, ce sont les chefs d’entreprise qui sont plébiscités par nos compatriotes pour faire progresser la société. Logiquement, c’est vers les petites entreprises que les Français se tournent pour nous sortir de la crise : 81% des Français plébiscitent les petits patrons, quand 10% seulement font confiance aux politiques.

Confiance des cadres : 16% pour Hollande, 9% pour Ayrault !

Confiance des cadres : 16% pour Hollande, 9% pour Ayrault !

 

 

La confiance de cadres remonte un peu mais pas à l’égard des personnalités politiques. L’indice synthétique du moral des cadres, mesuré chaque mois dans le baromètre économique de Viavoice pour Le Figaro/France Inter/HEC, a regagné trois points même si le pessimisme l’emporte toujours.  L’indice est à -45 contre -48 il y a un mois. Cet indice synthétique est la moyenne des différents indicateurs composant le baromètre. Quand il est négatif, les anticipations pessimistes l’emportent sur les anticipations optimistes.  Dans le détail, les cadres interrogés sont 17% à penser que leur situation financière s’améliorera dans les mois qui viennent (+4) et 36% à s’attendra à une dégradation (-3).  Ils sont 18% (+5) à s’attendre à des opportunités importantes pour faire progresser leur carrière, contre 80% à penser le contraire (-3).  Les cotes de confiance auprès des cadres des personnalités influentes de l’économie sont très faibles : François Hollande (16%) devance Pierre Moscovici et Christine Lagarde (14% chacun), Arnaud Montebourg et Jean-Marc Ayrault (9%). Plus d’un tiers des sondés (34%) ne fait confiance à aucune de ces personnalités.

 

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Sondage emploi : Pôle emploi, confiance à 15% !

Sondage emploi : Pôle emploi, confiance à 15% !

Encore un sondage qui ne va pas rehausser l’image  de pôle emploi. Dans ce sondage Près de deux Français sur trois (62%) estiment que les entreprises qui licencient le font pour accroître leur profits et non par obligation et 69% considèrent qu’il leur serait difficile de retrouver un emploi s’ils perdaient le leur, selon un sondage Harris interactive pour l’Humanité dimanche paru aujourd’hui. Interrogés sur les motifs des entreprises qui licencient, 62% des personnes interrogées estiment qu’elles « souhaitent augmenter leurs bénéfices » tandis que 37% pensent qu’elles ne « peuvent pas continuer avec tous les salariés présents dans l’entreprise ». Une large majorité (86%) des Français pensent conserver leur emploi au cours des prochaines années (53% certainement, 33% probablement). En revanche, 14% se voient en risque de le perdre. La perspective de chômage reste anxiogène: seuls 31% des salariés considèrent qu’il leur sera aisé de retrouver un emploi, contre 69% qui pensent éprouver des difficultés. Aucun des principaux acteurs – politiques ou économiques – du monde du travail ne recueille la confiance d’une majorité de salariés et de demandeurs d’emploi. 36% font confiance aux entreprises pour « sécuriser leur situation professionnelle dans les prochaines années », devant le président François Hollande (27%) et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (25%). Parmi les syndicats, la CFDT arrive en tête (24%), suivie de près par la CGT (23%) et Force ouvrière (21%). Le Medef et Pôle emploi arrivent en dernier (15%). L’UMP et le PS sortent ex-æquo (23%), suivis par le Front de gauche (18%) et le Front national (16%).

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol