Archive pour le Tag 'conducteur'

Sécurité routière-Permis de conduire Conducteurs âgés : la France ne veut pas d’un examen médical !

Sécurité routière-Permis de conduire Conducteurs âgés : la France ne veut pas d’un examen médical !

Conditionner le maintien du permis de conduire à un examen médical pour les personnes âgées. «Nous n’y sommes pas favorables», car cela donnerait l’impression que certains peuvent avoir un permis «périmé», a indiqué Clément Beaune. Voilà l’exemple même de la démagogie et de la faiblesse d’un gouvernement qui sur une question régalienne mettant en cause la sécurité montre toute sa faiblesse.

Il est pourtant indéniable qu’avec l’âge, la santé ce détériore, les réflexes et les réactions avec. Il est tout aussi indéniable que certains peuvent conduire sans dommages jusqu’à 90 ans tandis que d’autre sont sources de risques à partir de 70 ans voire avant en cas de santé altérée.

«Je veux couper court à des rumeurs ou à des fausses nouvelles», a expliqué le membre du gouvernement. Une «discussion» a bien été lancée par la Commission européenne, et celle-ci «pourrait créer ce type d’obligations». Mais Paris s’élèvera contre cette idée : «Quand on est une personne âgée, notamment dans les territoires ruraux [...], on a besoin de la voiture».

La réflexion européenne vise à limiter les risques, afin de remplir les objectifs du plan «Vision zéro» : «Atteindre pratiquement zéro décès et zéro blessé grave sur les routes de l’UE d’ici à 2050». Dans ce cadre, le texte de la commission, rappelé dans un rapport récent de l’eurodéputée Karima Delli, propose que «les États membres réduisent à cinq ans ou moins les durées de validité administrative [...] pour les titulaires de permis de conduire résidant sur leur territoire ayant atteint l’âge de 70 ans, afin d’appliquer une fréquence accrue de contrôles médicaux ou d’autres mesures spécifiques, y compris des cours de remise à niveau». Autant d’orientations auxquelles s’oppose le gouvernement français par pure démagogie

Société-Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

Société-Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

La drogue a pris en quelque sorte pris la suite du fléau de l’alcool en matière d’insécurité routière. Environ un accident sur trois met en cause la présence de produits stupéfiants d’après l’avocat en droit routier Rémy Josseaume. Malheureusement la jet-set a largement banalisé dans l’opinion la consommation de drogues notamment la cocaïne. La tolérance dont cela a fait l’objet repose sur l’hypothèse que cela favorise la création artistique ; malheureusement tout autant la médiocrité, la dépendance et la mort.

Alors que 700 personnes meurent chaque année dans des accidents liés à la consommation de drogues au volant, les contrôles salivaires sont de plus en plus fréquents sur les routes de France.
Le prélèvement de salive est de plus en plus fréquent sur les routes de France. En 10 minutes, il détecte si le conducteur a consommé ou non des stupéfiants. Cannabis, cocaïne, opiacés, amphétamines, rien ne lui échappe. L’an dernier, sur 450 000 contrôles ciblés, un sur cinq s’est révélé positif. Sur la route, la drogue tue. « On sait aujourd’hui qu’environ un accident sur trois concentre une présence de produits stupéfiants dans l’organisme du conducteur », explique l’avocat en droit routier Rémi Josseaume.

Avec souvent, des conséquences dramatiques. En 2021, après la vitesse excessive et l’alcool, les stupéfiants ont été la troisième cause d’accidents mortels. Chaque année, 700 personnes perdent de la vie sur la route dans un accident qui implique un conducteur sous emprise de stupéfiants. Plus souvent détecté, le cannabis entraîne une somnolence et alterne les réflexes. La cocaïne incite le conducteur à prendre des risques. Pour les consommateurs, les sanctions sont lourdes : six points en moins, et 4 500 euros d’amende en cas de contrôle positif et jusqu’à sept ans de prison s’il est impliqué dans un accident mortel.

Société-Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

Société-Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

La drogue a pris en quelque sorte pris la suite du fléau de l’alcool en matière d’insécurité routière. Environ un accident sur trois met en cause la présence de produits stupéfiants d’après l’avocat en droit routier Rémy Josseaume. Malheureusement la jet-set a largement banalisé dans l’opinion la consommation de drogues notamment la cocaïne. La tolérance dont cela a fait l’objet repose sur l’hypothèse que cela favorise la création artistique ; malheureusement tout autant la médiocrité, la dépendance et la mort.

Alors que 700 personnes meurent chaque année dans des accidents liés à la consommation de drogues au volant, les contrôles salivaires sont de plus en plus fréquents sur les routes de France.
Le prélèvement de salive est de plus en plus fréquent sur les routes de France. En 10 minutes, il détecte si le conducteur a consommé ou non des stupéfiants. Cannabis, cocaïne, opiacés, amphétamines, rien ne lui échappe. L’an dernier, sur 450 000 contrôles ciblés, un sur cinq s’est révélé positif. Sur la route, la drogue tue. « On sait aujourd’hui qu’environ un accident sur trois concentre une présence de produits stupéfiants dans l’organisme du conducteur », explique l’avocat en droit routier Rémi Josseaume.

Avec souvent, des conséquences dramatiques. En 2021, après la vitesse excessive et l’alcool, les stupéfiants ont été la troisième cause d’accidents mortels. Chaque année, 700 personnes perdent de la vie sur la route dans un accident qui implique un conducteur sous emprise de stupéfiants. Plus souvent détecté, le cannabis entraîne une somnolence et alterne les réflexes. La cocaïne incite le conducteur à prendre des risques. Pour les consommateurs, les sanctions sont lourdes : six points en moins, et 4 500 euros d’amende en cas de contrôle positif et jusqu’à sept ans de prison s’il est impliqué dans un accident mortel.

Société-Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

Société-Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

La drogue a pris en quelque sorte pris la suite du fléau de l’alcool en matière d’insécurité routière. Environ un accident sur trois met en cause la présence de produits stupéfiants d’après l’avocat en droit routier Rémy Josseaume. Malheureusement la jet-set a largement banalisé dans l’opinion la consommation de drogues notamment la cocaïne. La tolérance dont cela a fait l’objet repose sur l’hypothèse que cela favorise la création artistique ; malheureusement tout autant la médiocrité, la dépendance et la mort.

Alors que 700 personnes meurent chaque année dans des accidents liés à la consommation de drogues au volant, les contrôles salivaires sont de plus en plus fréquents sur les routes de France.
Le prélèvement de salive est de plus en plus fréquent sur les routes de France. En 10 minutes, il détecte si le conducteur a consommé ou non des stupéfiants. Cannabis, cocaïne, opiacés, amphétamines, rien ne lui échappe. L’an dernier, sur 450 000 contrôles ciblés, un sur cinq s’est révélé positif. Sur la route, la drogue tue. « On sait aujourd’hui qu’environ un accident sur trois concentre une présence de produits stupéfiants dans l’organisme du conducteur », explique l’avocat en droit routier Rémi Josseaume.

Avec souvent, des conséquences dramatiques. En 2021, après la vitesse excessive et l’alcool, les stupéfiants ont été la troisième cause d’accidents mortels. Chaque année, 700 personnes perdent de la vie sur la route dans un accident qui implique un conducteur sous emprise de stupéfiants. Plus souvent détecté, le cannabis entraîne une somnolence et alterne les réflexes. La cocaïne incite le conducteur à prendre des risques. Pour les consommateurs, les sanctions sont lourdes : six points en moins, et 4 500 euros d’amende en cas de contrôle positif et jusqu’à sept ans de prison s’il est impliqué dans un accident mortel.

Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

Affaire Palmade et drogue: Un conducteur sur trois concerné

La drogue a pris en quelque sorte pris la suite du fléau de l’alcool en matière d’insécurité routière. Environ un accident sur trois met en cause la présence de produits stupéfiants d’après l’avocat en droit routier Rémy Josseaume. Malheureusement la jet-set a largement banalisé dans l’opinion la consommation de drogues notamment la cocaïne. La tolérance dont cela a fait l’objet repose sur l’hypothèse que cela favorise la création artistique ; malheureusement tout autant la médiocrité, la dépendance et la mort.

Alors que 700 personnes meurent chaque année dans des accidents liés à la consommation de drogues au volant, les contrôles salivaires sont de plus en plus fréquents sur les routes de France.
Le prélèvement de salive est de plus en plus fréquent sur les routes de France. En 10 minutes, il détecte si le conducteur a consommé ou non des stupéfiants. Cannabis, cocaïne, opiacés, amphétamines, rien ne lui échappe. L’an dernier, sur 450 000 contrôles ciblés, un sur cinq s’est révélé positif. Sur la route, la drogue tue. « On sait aujourd’hui qu’environ un accident sur trois concentre une présence de produits stupéfiants dans l’organisme du conducteur », explique l’avocat en droit routier Rémi Josseaume.

Avec souvent, des conséquences dramatiques. En 2021, après la vitesse excessive et l’alcool, les stupéfiants ont été la troisième cause d’accidents mortels. Chaque année, 700 personnes perdent de la vie sur la route dans un accident qui implique un conducteur sous emprise de stupéfiants. Plus souvent détecté, le cannabis entraîne une somnolence et alterne les réflexes. La cocaïne incite le conducteur à prendre des risques. Pour les consommateurs, les sanctions sont lourdes : six points en moins, et 4 500 euros d’amende en cas de contrôle positif et jusqu’à sept ans de prison s’il est impliqué dans un accident mortel.

Centralisme–Macron, chef de gare de gare et bientôt conducteur de train ?

Centralisme–Macron, chef de gare de France et bientôt conducteur de train ?

S’il y a bien un domaine qui attribue des responsabilités précises aux collectivités territoriales, c’est bien celui des transports. Les régions ont en charge les TER et les grandes villes la gestion des systèmes urbains. Mais en France, le pouvoir central s’assoit facilement sur les des attributions légales des collectivités. Macron décide bien sûr de la politique nationale mais aussi locale. D’une certaine manière il se transforme maintenant en chef de gare et peut-être demain en conducteur de train. Un édito d’Olivier Auguste dans l’Opinion :

La fausse annonce d’Emmanuel Macron sur les « RER de province » renforce l’illusion que, dans ce pays, le Président décide de tout, y compris des questions qui doivent être, par nature, tranchées par les responsables locaux

C’est ce qu’on appelle « un coup de com », et il est réussi – la preuve. « Je veux qu’on se dote d’une grande ambition nationale qui est, dans dix grandes métropoles françaises, de développer un réseau de RER, de trains urbains », lance dimanche soir Emmanuel Macron sur YouTube. La forme cible les jeunes ; le fond parle d’environnement, cette matière dans laquelle le chef de l’Etat estime son action injustement sous-évaluée.

« L’annonce » est pertinente : les grandes agglomérations, dont le trafic routier est déjà saturé, verront leur population croître au cours des prochaines décennies, et la lutte contre le réchauffement climatique donne une raison supplémentaire de vouloir basculer les déplacements quotidiens vers le train. Tellement pertinente, que le chantier a été acté dans la loi d’orientation des mobilités votée il y a… trois ans, que SNCF réseau y a consacré un rapport de 72 pages début 2020, listant les dix métropoles concernées (et en proposant cinq de plus en option), et que les études sont souvent déjà bien avancées, à Bordeaux comme à Lille par exemple. D’annonce, il n’y a point.

Certes, l’intervention d’Emmanuel Macron relancera sans doute ici les discussions entre acteurs concernés, débloquera ailleurs une subvention de l’Etat qui permettra de boucler le budget – considérable – nécessaire. Mais elle vient aussi renforcer l’illusion que, dans ce pays, le Président décide de tout, y compris des questions qui doivent être, par nature, tranchées par les responsables locaux. C’est le centralisme qui prétend assurer l’égalité mais n’engendre que la rigidité, la concentration du pouvoir qui vise l’efficacité mais apporte la distance. Au final, l’hôte de l’Elysée est tenu personnellement responsable de chaque retard de train. Un travers bien français.

Tesla : accident mortel dans une voiture sans conducteur

Tesla : accident mortel dans une voiture sans conducteur

 

Il est de plus en plus évident que l’utopie de la voiture sans conducteur constitue un danger mortel non seulement pour les utilisateurs de ce type de véhicule mais aussi pour tous les usagers de la route ce que confirme un accident au Texas ou un véhicule autonome s’est écrasé contre un arbre avec deux passagers à bord.

Le concept de voiture autonome va demeurer une utopie dangereuse tant que l’espace Viaire sera utilisé par différentes catégories d’usagers. C’est seulement dans des espaces protégés affectés à un seul usage comme le train ou le métro que la sécurité peut-être ment totalement assurée.

La voiture autonome -comme d’ailleurs tous les autres modes de transport- pour être presque entièrement sécurisée exige des sites propres. Lacirculation sur des voies sur lesquelles se trouvent différentes catégories d’utilisateurs est porteuse de danger mortel sans parler évidemment des problèmes complexes de responsabilité.

De ce point de vue il y a un mélange douteux entre voiture électrique et voiture autonome. Le mirage de la voiture conduite automatiquement sert de passeport pour renforcer la modernité de la voiture électrique dont d’ailleurs le bilan environnemental est loin d’être aussi favorable qu’on le dit. Le transport le plus efficace et le plus écologique et de loin le transport collectif en site propre. Pour les zones moins denses il est évident que le voiture individuelle aura encore sa place mais sûrement pas en conduite autonome.

.

Un conducteur de bus encore attaqué à Orléans

Un conducteur de bus encore attaqué à Orléans

 

Nouvelle attaque d’un chauffeur de bus par un usager (après celle de Bayonne où le conducteur a été massacré). On peut supposer qu’une fois de plus le ministre de l’intérieur ou un sous ministre se rendra à Orléans pour exprimer sa compassion et menacer de sanctions l’auteur d’une violence qu’il jugera intolérable puis on passera à une autre actualité  sans avoir pris autant de mesures efficaces pour lutter contre ces incivilités comme dirait Macron ( alors qu’il s’agit de délits, de meurtres et de crimes). Un mineur a en effet été interpellé et placé en garde à vue jeudi 30 juillet pour avoir frappé mardi à Orléans un conducteur de bus qui lui avait demandé peu auparavant de porter un masque dans le véhicule, a indiqué le parquet d’Orléans. L’agresseur présumé, sans casier judiciaire mais connu de la justice, a été placé en garde à vue «pour violence sur personne chargée d’une mission de service public».

Le conducteur de Tao (réseau des transports en commun de la Métropole d’Orléans, groupe Keolis) s’est vu prescrire quatre jours d’ITT (incapacité totale de travail) en raison, notamment, d’une blessure à un œil. «Il (l’agresseur présumé, NDLR) monte dans le bus au niveau de la gare routière. Le chauffeur lui fait remarquer que le port du masque est obligatoire. Il remonte alors son T-shirt au niveau de son visage et se dirige vers le fond du bus. Il revient quelques instants plus tard, cette fois avec un masque et assène plusieurs séries de coups au conducteur», a révélé le parquet.

Mélenchon en recul prêt à monter dans le corbillard du PS mais comme conducteur !

Mélenchon en recul prêt  à monter dans le corbillard du PS mais comme conducteur !

 

Mélenchon continue d’entretenir le flou quant à une éventuelle alliance avec Benoît Hamon. La dialectique je t’aime moi non plus continue entre le leader de la France insoumise et le frondeur Hamon. Si Jean-Luc Mélenchon entrouvre à nouveau la porte d’une discussion avec les socialistes, c’est sans doute en raison de son net affaiblissement dans les sondages puisque désormais il stagne à 10 %. Hamon de son côté, ne décolle pas vraiment non plus avec autour de 13 %. Mélenchon veut donner l’impression qu’il n’est pas le responsable de la désunion à gauche. Du coup, celui qui avait déclaré ne pas vouloir monter dans le corbillard du PS se déclare prêt cependant à monter dans le véhicule mais à condition de le conduire. Depuis le début, on sait très bien que Mélenchon ne renoncera jamais à sa candidature non seulement pour des questions d’ego mais aussi parce qu’il a trop peur d’être à nouveau trahi par les promesses électorales du PS.  Le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s’est donc déclaré jeudi ouvert au dialogue avec le socialiste Benoît Hamon, affirmant ne « fermer aucune porte » à deux mois du premier tour de l’élection présidentielle. A la question de savoir s’il pourrait retirer sa candidature après avoir obtenu des garanties de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon a répondu : « Pourquoi il ne la retirerait pas, lui ? » « J’ai 65 ans, vous croyez que je commence une carrière de candidat ? Ce n’est pas mon sujet. Mon sujet, c’est le triomphe d’un ordre d’idées et d’une capacité à rassembler. Je ne veux pas dilapider ça », a-t-il ajouté. « Je dois convaincre, je suis obligé de le faire. Eh bien, lui aussi, il doit en faire autant, M. Benoît Hamon ». Jean-Luc Mélenchon a aussi opposé une fin de non recevoir à l’appel lancé jeudi par l’écologiste Yannick Jadot l’invitant à se retirer, comme lui, de la course à l’Elysée et à rejoindre Benoît Hamon pour barrer la route à l’extrême droite. « Je l’entends dire ‘c’est un pari, je me lance dans la grande aventure ». Moi je ne fais aucun pari et je ne suis pas un aventurier », a-t-il déclaré. De toute manière, ni à mon nid Mélenchon ne se place dans une perspective de gouvernance. La conquête du pouvoir étend hors de portée il préfère s’enfermer dans leur posture d’opposants.

Accident Morbihan : un conducteur sans permis

Accident Morbihan : un conducteur sans permis

L le tragique accident qui a concerné des jeunes dans le Morbihan confirme la nécessité absolue de ne montrer aucun laxisme à l’égard de ce qui ne possède pas le permis de conduire( la réforme Taubira prévoit de dépénaliser cette absence de permis). . Certes d’autres facteurs explicatifs sont à prendre en compte dans cet accident mais l’absence de permis est pour partie responsable de ce drame. Le  scénario se dessine en effet peu à peu dans le terrible accident de fourgonnette impliquant 14 mineurs dont 4 ont perdu la vie dimanche à Rohan, dans le Morbihan. Alors que cinq personnes sont à l’heure actuelle encore hospitalisées et qu’un jeune homme est dans un état grave, les enquêteurs commencent à comprendre le déroulement des faits.  Le conducteur de l’utilitaire accidenté avait bien consommé de l’alcool avant de prendre le volant, même si son taux d’alcoolémie n’est pas encore connu et que les tests d’analyse pour les produits stupéfiants n’ont pas encore livré leur verdict. Cet adolescent, au domicile duquel se déroulait la fête et qui suivait par ailleurs un stage de conduite accompagnée, était en état de choc ce lundi et sera donc auditionné en dernier. Les gendarmes-enquêteurs tentent toujours d’établir précisément le déroulement des faits, en essayant de savoir si les adolescents se rendaient dans une discothèque située à une vingtaine de kilomètres ou si le convoi ramenait simplement les jeunes fêtards à leurs domiciles.  Les auditions des rescapés, qui sont actuellement en cours, devraient permettre de savoir exactement dans quelles circonstances la tragédie s’est produite et si un excès de vitesse en est également à l’origine.

Des taxis sans conducteur dans 20 ans ?

Des taxis sans conducteur dans 20 ans ?

Carlos Ghosn prévoit ce qui existe déjà: des véhicules sans chauffeur; c’est déjà le cas dans le métro, dans le TGV, c’est possible dans les avions comme dans les voitures. Et si on maintient un conducteur ( qui ne sait pas ou mettre ses mains dans le métro!) c’est uniquement pour des raisons psychologiques ( du coup pour le TGV contrairement au métro la conduite n’a pas été entièrement automatisée afin d’occuper le conducteur). . Compte tenu de l’évolution technologique, avec le développement des voitures autonomes, avec le développement à terme des voitures sans chauffeur, moi je peux vous dire déjà que dans vingt ans il n’y aura plus de taxis, enfin il n’y aura plus personne dans les taxis, c’est une réalité », a déclaré Carlos Ghosn au cours d’un débat organisé aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. « Aujourd’hui, ce qui limite le développement des voitures autonomes ou des voitures sans conducteur, c’est le régulateur », a poursuivi Carlos Ghosn. « Aujourd’hui, quand vous conduisez une voiture, vous n’avez pas le droit d’enlever les mains du volant, vous n’avez pas le droit de lever les yeux de la route. » La réglementation actuellement en vigueur oblige en effet le conducteur à rester à tout moment maître de son véhicule, même si celui-ci est en fait piloté grâce à l’ordinateur et aux capteurs embarqués. « Aujourd’hui le développement technologique se fait plus vite que l’acceptation de ce développement technologique », a souligné le PDG de Renault-Nissan. « Dans un délai de dix ans, les voitures sans conducteur seront techniquement prêtes. Est-ce que celui qui fait les réglementations va (les) autoriser, c’est une autre affaire. »  Parallèlement aux discussions sur l’évolution des textes réglementaires, de la signalisation et des codes d’assurances, la plupart des constructeurs et des équipementiers automobiles testent en ce moment des technologies devant permettre à une voiture de se déplacer sans intervention humaine d’ici les années 2020. La circulation de ce type de véhicule débutera probablement d’abord sur des portions bien délimitées du réseau en périphérie urbaine, là où les intersections sont moins nombreuses, les vitesses modérées et les embouteillages les plus fréquents. Google, précurseur avec sa Google Car, doit procéder à des tests grandeur nature sur la voie publique à partir de cet été mais ses prototypes seront équipés d’un volant et de pédales de frein et d’accélérateur, contrairement aux projets initiaux du groupe de Mountain View.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol