Archive pour le Tag 'Compaoré ?'

Burkina : Compaoré officiellement accusé du meurtre de Sankara

Burkina : Compaoré officiellement accusé du meurtre de Sankara

 

Ce que tout le monde ou presque savait au Burkina a pris une tournure officielle  avec la mise en accusation de Compaoré pour le meurtre de l’ancien président Sankara alors considéré comme le Che africain. L’heure est aux règlements de comptes car Compaoré  à bénéficier d’une grande bienveillance en Afrique durant les 27 ans qu’il a occupés pouvoir. Il a même été considéré comme un sage notamment dans le conflit ivoirien. Le Burkina Faso a émis un mandat d’arrêt international à l’encontre du dirigeant déchu, Blaise Compaoré, pour l’assassinat de l’ancien président Thomas Sankara il y a près de 30 ans, ont annoncé lundi à Reuters des sources judiciaires. Le problème c’est que cette affaire risque de diviser encore davantage une population déjà très éclatée et qui se trouve de plus en plus sous la menace de dèche. Et ce n’est pas la présence de la force française arcane rassure, elle est même de plus en plus contestée.

L’assassinat du dirigeant populaire en 1987 est l’un des assassins les plus infâmes de la période agitée qui a suivi l’indépendance de l’Afrique, et le gouvernement intérimaire du Burkina Faso s’est engagé à le résoudre.

Un corps soupçonné d’être celui de Sankara a été exhumé plus tôt cette année et une autopsie a révélé qu’il était criblé de balles, renforçant ainsi les affirmations selon lesquelles il aurait été exécuté lors du coup d’État de 1987 qui avait porté Compaoré au pouvoir.

Compaoré lui-même a été chassé du pouvoir en octobre dernier par une foule s’opposant à sa tentative de changer la constitution du pays d’Afrique de l’Ouest et de prolonger son règne de 27 ans. Il s’est enfui en Côte d’Ivoire voisine, où il serait maintenant basé.

« Je confirme qu’un mandat d’arrêt international a été émis par le juge d’instruction contre (l’ex) président Blaise Compaoré », a déclaré à Reuters Prosper Farama, avocat de la famille de Sankara. Il a déclaré que les accusations étaient entre autres du meurtre et de la complicité d’assassinat.

Deux autres sources judiciaires qui ont requis l’anonymat ont confirmé le mandat, qui aurait été émis le 4 décembre. Un porte-parole du gouvernement burkinabé n’était pas disponible pour commenter.

Bruno Kone, porte-parole du gouvernement ivoirien, a déclaré: «Le gouvernement n’a pas été averti. Nous n’avons rien d’officiel et aucun commentaire à faire.  »

Les accusations contre Compaoré constituent une étape majeure dans cette affaire, les autorités par intérim se préparant à passer le pouvoir à l’ancien Premier ministre Roch Marc Kabore, vainqueur de l’élection présidentielle de novembre.

Sankara a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1983 et a poursuivi une philosophie du marxisme et du panafricanisme qui l’a conduit à s’appeler «Che Guevara en Afrique». De nombreux intellectuels africains le considèrent comme un visionnaire.

Au moins 10 autres personnes ont déjà été accusées de meurtre. Parmi eux, le général Gilbert Diendere, qui a dirigé un coup d’Etat manqué en septembre.

Burkina Faso : l’armée va chasser Compaoré ?

Burkina Faso : l’armée va chasser Compaoré ?

 

 

Il est clair que Compaoré est politiquement mort et que la question est de savoir si la transition sera politique ou militaire. En effet c’est une tradition au Burkina puisque Compaoré lui-même n’est parvenu au pouvoir qu’avec le soutien de l’armée il y a 27 ans (et il s’apprêtait à y rester encore 15 ans !) Pas sûr cette fois que cette solution soit acceptée tellement la société civile à envie d’une véritable démocratie mais auusi de progrès social. Le président du Burkina Faso Blaise Compaoré a déclaré jeudi rester au pouvoir jusqu’à l’élection d’un nouveau chef d’Etat, rejetant les appels de l’opposition à sa démission au lendemain de violentes manifestations à son encontre. L’armée du Burkina Faso a pour sa part annoncé quelques heures auparavant la dissolution de l’Assemblée nationale et la mise en place d’un organe de transition à la tête du pays pour une durée de 12 mois. Blaise Compaoré, qui dirige le Burkina Faso depuis 1987, a annoncé lors d’une intervention télévisé son intention de rester à la tête du pays jusqu’à l’élection prévue en 2015. « J’ai entendu le message, je l’ai compris et ai pris la mesures des aspirations de changement », a déclaré le chef d’Etat burkinabé à la chaîne de télévision BF1 TV. « Je suis ouvert à des discussions sur une période de transition à la fin de laquelle je passerai le pouvoir au président élu démocratiquement. » Le président burkinabé, qui a démis le gouvernement de ses fonctions après l’envahissement de l’Assemblée nationale et du siège de la télévision publique par des manifestants, a également annoncé la levée de l’état de siège qu’il avait peu auparavant décrété.  Quelques heures plus tôt, le chef de l’armée est intervenu au cours d’une conférence de presse pour annoncer la dissolution de l’Assemblée, la formation d’un organe de transition, sans préciser qui en prendrait la tête, et l’instauration d’un couvre-feu nocturne dans l’ensemble du pays, de 19h00 GMT à 06h00 GMT. Cet organe de transition sera chargé de conduire le pays à des élections dans un délai de 12 mois, a promis le général Honoré Traoré.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol