Archive pour le Tag 'commerciale'

Page 3 sur 3

Guerre commerciale américaine : taxes sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires

Guerre commerciale américaine : taxes sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires 

Cette fois la guerre commerciale semble bien engagée. Trump a d’abord taxé un peu plus de 30 milliards de dollars de produits chinois. Les chinois ont bien entendu répliqué sur les mêmes volumes. Du coup,  Trump prévoit de taxer la moitié des importations chinoises (autour de 250 milliards sur 500). Donald Trump s’apprête à rendre publique une liste portant sur 200 milliards de dollars (170 milliards d’euros) de produits chinois supplémentaires qui seront assujettis à des droits de douane, rapporte Bloomberg, qui cite deux responsables au fait du dossier. A en croire Bloomberg, cette liste pourrait être publiée dès mardi, et en tout cas vraisemblablement cette semaine. Les Etats-Unis ont commencé à percevoir vendredi 25% de droits de douane sur 34 milliards de dollars (29 milliards d’euros) de marchandises chinoises importées et Donald Trump a averti qu’à terme, plus de 500 milliards de dollars (425 milliards d’euros) de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine, pourraient être taxées.

Guerre commerciale ou combat de coqs

Guerre commerciale ou combat de coqs

 

Difficile de dire si les Etats Unis vont ou non déclencher la plus grande guerre commerciale. Jusque là en effet les droits de douane annoncés par les Etats Unis sur la Chine portent sur un peu plus de 30 milliards. Mais comme la Chine a répliqué en rehaussant aussi ses taxes sur un même volume d’importation, Trump a aussi annoncé que ce relèvement général des droits de douane pourrait porter sur la totalité des importations en provenance de Chine, soit 500 milliards de dollars.  La question est de savoir ce que souhaite exactement Trump : la déstabilisation totale du commerce mondial et de sa croissance ou un compromis. Lui-même n’en sait sans doute rien comme en témoigne ses positions contradictoire sur nombre de sujets ; La Corée par exemple. Demain peut-être l‘Iran. En attendant  Les Etats-Unis et la Chine se sont mutuellement infligé vendredi des droits de douane de 25% sur 34 milliards de dollars (29 milliards d’euros) d’importations respectives et Pékin accuse Washington de déclencher une guerre commerciale à l’échelle la plus grande qui ait jamais été. Le ministère du Commerce chinois s’est dit forcé de riposter, impliquant que divers produits américains importés tels que les automobiles, le soja et les homards étaient eux aussi assujettis à des droits de douane de 25%. Le ministère a dit par la suite que la Chine avait saisi l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur ce dossier.

Certains républicains ne suivent pas Donald Trump dans son offensive.

“Les droits de douane non seulement affectent nos agriculteurs, nos éleveurs et les constructeur d’avions, mais aussi chaque consommateur américain. Il faut travailler avec nos alliés pour isoler la Chine plutôt qu’aggraver le conflit commercial”, a dit le sénateur Jerry Moran du Kansas, un Etat à forte production agricole. “Nous pouvons probablement dire que la guerre commerciale a officiellement débuté”, a commenté Chen Feixiang, qui enseigne l’économique appliquée à l’université Jiaotong de Shanghaï. “Si elle s’arrête à 34 milliards de dollars, elle n’aura qu’un effet marginal sur les deux économies, mais si elle dégénère jusqu’aux 500 milliards évoqués par Trump, elle va avoir un gros impact sur les deux pays.” Après les premiers 34 milliards de ce vendredi, a déclaré le président américain à bord de son avion Air Force One, “vous avez encore 16 (milliards de dollars) dans deux semaines. Et puis, comme vous le savez, nous avons 200 milliards de dollars en suspens et, après ces 200 milliards de dollars, nous avons 300 milliards de dollars en suspens. OK ? Ainsi, nous avons 50 + 200 + près de 300.” Selon un conseiller de la banque centrale chinoise, cité par l’agence Chine nouvelle, le projet de taxation de 50 milliards de dollars de produits chinois réduira la croissance économique chinoise de 0,2 point. Mais évidemment si les taxes devaient portaient sur la totalité des exportations, la croissance pourraiat être davantage affectée, de l’ordre de 2 à 3%.

Guerre commerciale : les Français redoutent la montée des tensions

Guerre commerciale : les Français redoutent la montée des tensions

Selon le dernier baromètre BVA pour La Tribune sur les questions de l’économie, 60% des interrogés estiment que la situation conflictuelle sur les droits de douane  ne profitera ni aux États-Unis ni à l’Union européenne. Seulement 6% des sondés indiquent que cette situation sera bénéfique des deux côtés de l’Atlantique.  Selon les résultats collectés par l’organisme de sondage, moins de 4 Français sur 10 déclarent que la politique économique européenne sera favorable pour « les entreprises françaises (38%), la situation du pays (33%) et l’emploi (27%). » À l’échelle européenne, les répondants signalent que les orientations économiques de l’UE sont « une bonne chose pour les entreprises européennes (52%), ils ne sont que 41% à juger qu’elles sont une bonne chose pour la situation économique en Europe et 39% pour l’emploi en Europe. » Interrogés sur la mise en place de barrières tarifaires en Europe, les Français semblent très partagés sur ce type de dispositifs. S’ils sont 48% à affirmer que ces mesures protectionnistes peuvent améliorer la compétitivité des entreprises françaises, ils sont seulement 34% à dire que cela pourrait améliorer le pouvoir d’achat.

Méthode : enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet du 2 au 3 juillet 2018. L’échantillon est composé de 975 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et CSP du chef de famille.

Croissance menacée par des risques de guerre commerciale (Draghi)

Croissance menacée par des risques de guerre commerciale (Draghi)

 

Pour Draghi, 2017 pourrait bien n’être qu’une parenthèse dans la crise qui a débuté en 2008. Les résultats de 2017 ont souvent dépassé les espérances et du coup les prévisionnistes ont donné libre cours à leur optimisme pour les années suivantes. Mais 2018 pourraiat déjà connaître un coup d’arrêt pour cet optimisme excessif. Le premier semestre a déjà enregistré un tassement notable. Le second devrait être influencé par les prémices d’une guerre commerciales qui ne fait que commencer. Une guerre commerciale aussi imprévisible que lest le président Trump lui-même En fait on pourraiat s’inscrire dans une tendance sous les 2% annuels remettant en cause nombre d’équilibre financiers ou sociaux ;

Balance commerciale : déficit de 48 milliards pour la France, excédent de 250 milliards pour l’Allemagne

Balance commerciale : déficit de 48 milliards pour la France, excédent de 250 milliards pour l’Allemagne

.

Encore  cinq milliards d’euros de déficit, contre 4,6 milliards le mois précédent, ont annoncé jeudi les Douanes, qui expliquent cette détérioration par une forte hausse des importations. Sur douze mois, le déficit cumulé de la France a atteint 61 milliards d’euros, contre 48,2 milliards en 2016, année qui avait marqué un coup d’arrêt à l’amélioration du solde commercial tricolore entamée en 2011. Une nouvelle fois,  la France affiche un déficit commercial important de près de 50 milliards à comparer aux 250 milliards d’excédents de l’Allemagne et aux 300 milliards pour la balance des paiements courants.  Avec 245 milliards de dollars, la Chine est reléguée à la deuxième place devant le Japon, selon une étude réalisée par l’institut économique IFO, en attendant les chiffres officiels des banques centrales. A l’inverse, les Etats-Unis accusent le déficit le plus important, avec un déficit courant de 478 milliards de dollars. En 2015, l’excédent de la balance des paiements courants de la Chine s’élevait à 293 milliards de dollars tandis que l’Allemagne affichait 257 milliards de dollars.  Il y a encore un peu plus de 4 ans, Nicole Bricq, alors ministre déléguée au Commerce extérieur comptait ramener le déficit commercial à zéro, hors facture énergétique, d’ici à 2017. Comme bon nombre des objectifs affichés au début du quinquennat de François Hollande, cette ambition semble désormais inatteignable Selon les Douanes, l’aggravation du déficit s’explique par le « fort dynamisme des importations », qui ont progressé de 1,1% en octobre, soit un rythme beaucoup plus élevé que les exportations, qui ont augmenté de 0,4%. Ce phénomène est « en grande partie lié à un approvisionnement exceptionnel en produits pharmaceutiques », précisent les Douanes, qui font également état d’une détérioration de la balance commerciale concernant le matériel militaire, cette fois en raison d’un reflux des ventes, et de l’industrie automobile. Dans ce secteur, les importations sont « reparties de l’avant », en raison notamment d’une hausse des « approvisionnements en véhicules depuis la Turquie, le Maroc et la Corée du Sud », indiquent le communiqué. Le déficit énergétique, de son côté, s’est à nouveau légèrement réduit, en raison d’une baisse des approvisionnements en hydrocarbures naturels. La balance des transactions courantes, dans le même temps, s’est légèrement améliorée, tout en restant déficitaire. Selon la Banque de France, elle a atteint en octobre -2,2 milliards d’euros, contre -3,3 milliards le mois précédent.

 

 

Croissance Chine : balance commerciale en déficit

Croissance Chine : balance commerciale en déficit

 

La balance commerciale a été déficitaire en février. Une situation assez exceptionnelle car même si  exportations et importations chinoises ont baissé, en 2016, l’excédent commercial a atteint à 509,9 milliards de dollars. En 2016, pour la deuxième année consécutive, les exportations ont baissé à 2.100 milliards d’ dollars (-7%), tout comme les importations, à 1.590 milliards de dollars (-5,5). En février, les importations libellées en yuans ont bondi de 44,7% sur un an, tandis que les exportations n’ont progressé que de 4,2%, faisant ressortir un déficit commercial de 60,63 milliards de yuans (8,79 milliards de dollars), montrent les chiffres des Douanes.   Les données du commerce extérieur libellées en dollars, sur lesquelles la plupart des économistes et des investisseurs basent leurs analyses, n’ont pas encore été publiées par les Douanes.  La forte croissance des importations, même si elle a eu tendance à fléchir depuis janvier, laisse penser aux économistes que l’économie chinoise a accéléré en ce début d’année mais que l’économie mondiale a tendance à se tasser.

Retour de bâton de la politique commerciale de Trump

 

Retour de bâton de la politique commerciale de Trump

 

 

L’attitude commerciale de Trump beaucoup plus agressive vis-à-vis de la Chine pourrait bien se révéler contre-productive pour la croissance américaine. Les principaux conseillers de Trump proposent en effet de freiner les importations tout en favorisant les exportations. Cette politique protectionniste entraînera nécessairement des représailles de la part de la Chine notamment entraînant un renchérissement de la production, une inflation et une baisse de production dans certains secteurs  Selon les économistes de Deutsche Bank, si cette politique était mise en oeuvre, l’inflation pourrait s’envoler bien au-dessus de l’objectif de 2% de la Réserve fédérale américaine et entraîner une hausse de 15% du dollar. D’après les calculs des analystes, toutes choses égales par ailleurs, une hausse de 5% du dollar se traduit par une révision à la baisse de 3% des bénéfices pour les sociétés du S&P-500 et une réduction d’un demi-point de la croissance du PIB. L’indice du dollar par rapport à un panier de devises a déjà gagné plus de 5% depuis l’élection de Trump. Une politique protectionniste ne provoquerait sans doute pas un ralentissement économique global très significatif mais elle pourrait déboucher sur une récession localisée dans le secteur manufacturier et des gains plus faibles au niveau des emplois dans l’industrie, selon Brian Jacobsen de Wells Fargo Funds Management. Il estime que la « taxe frontalière » pourrait déclencher des représailles et créer un climat d’incertitude sur le marché. « Même si les législateurs ont des intentions nobles, certains pays pourraient utiliser cela comme prétexte pour soutenir ou subventionner leurs propres industries », dit-il.

Chine-Europe : la guerre commerciale va continuer

Chine-Europe : la guerre commerciale va continuer

La Chine a encore « de nombreuses cartes en main » si sa querelle commerciale avec l’Union européenne n’est pas résolue de manière bilatérale, prévient jeudi le Quotidien du peuple, au lendemain de l’annonce par Pékin de l’ouverture d’une enquête sur les importations de vin européen. Le ministère chinois du Commerce a annoncé mercredi l’ouverture de cette enquête, qui constitue une réplique à la décision de la Commission européenne d’imposer à partir de jeudi une hausse des droits de douanes aux panneaux solaires importés de Chine. « Nous sommes prêts à négocier, (mais) nous avons toujours de nombreuses cartes en main », affirme le Quotidien du peuple, l’organe officiel du Parti communiste chinois (PCC). « La Chine ne veut pas de guerre commerciale, mais le protectionnisme entraîne forcément une contre-attaque. » Le journal reproche en outre aux Européens de conserver une « attitude hautaine » sans se rendre compte de l’affaiblissement de leur influence au niveau mondial. Le dossier des panneaux solaires chinois est le plus important conflit commercial jamais engagé par Bruxelles et constitue un test de la capacité des pays de l’UE à se rassembler sur des sujets touchant au commerce international, malgré les menaces de représailles des pays visés. Faisant écho à l’éditorial du Quotidien du peuple, le vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli a réaffirmé jeudi que son pays était résolu à accélérer les réformes économiques, à transformer plus rapidement les fondements de son économie pour l’asseoir davantage sur la consommation des ménages, et à augmenter les exportations. La deuxième économie de la planète envisage d’importer l’équivalent de 10.000 milliards de dollars (7.600 milliards d’euros) de biens au cours des cinq prochaines années et d’investir 500 milliards de dollars (381 milliards d’euros) à l’étranger, a précisé le responsable chinois lors d’un forum Fortune 500 organisé à Chengdu. « Nous allons accélérer le changement du modèle de développement et améliorer et optimiser vigoureusement la structure de l’économie », a déclaré Zhang Gaoli.

 

Guerre commerciale : Chine et UE s’affrontent

Guerre commerciale : Chine et UE s’affrontent

La réplique de la Chine est tombée vendredi après la proposition mercredi de la Commission européenne de taxer en moyenne à 47% les panneaux solaires chinois importés en Europe, accusés de laminer injustement les acteurs européens du secteur.  Pékin a annoncé une enquête antidumping sur « certains tubes sans soudure utilisés à haute température et haute pression importés de l’Union européenne, du Japon et des Etats-Unis », selon le ministère chinois du Commerce.  Jeudi, la très officielle agence de presse Chine nouvelle a, dans un commentaire, mis en garde l’Union européenne contre un « retour de bâton » après sa proposition de taxes de la veille.   »L’idée que la Chine va rester inactive et accepter les taxes les bras croisés n’est tout simplement pas réaliste », a écrit Chine nouvelle.  Ces deux importants acteurs du commerce mondial ont plusieurs dossiers de contentieux sur la table et font chacun face à leurs difficultés économiques: récession en Europe, et ralentissement en Chine, assorti d’un affaiblissement tendanciel de la balance commerciale.  Les deux entités s’opposent sur le libre accès au marché chinois, la défense des droits de propriété intellectuelle, ou encore la taxation en Europe de la pollution provoquée par les compagnies aériennes.  Illustration de ces relations compliquées: l’UE, qui veut ouvrir des négociations de libre-échange avec les Etats-Unis, le Canada et le Japon, n’est pas pressée d’en entamer avec la Chine, préférant déjà avancer sur un projet de traité bilatéral d’investissement qui marque le pas.  Vendredi, l’annonce de Pékin a provoqué un recul de la cotation de l’action d’un groupe français de tubes sans soudures, Vallourec, mais celui-ci s’est voulu rassurant, affirmant que moins de 1% de son chiffre d’affaires serait concerné.  Ces manoeuvres protectionnistes font office de cadeau de bienvenue au nouveau patron l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le brésilien Roberto Azevedo, représentant des pays émergents chargé de débloquer des négociations de libéralisation au point mort. M. Azevedo a été désigné mercredi. Il sera formellement nommé la semaine prochaine et prendra ses fonctions le 1er septembre.  Le choix d’un représentant des pays émergents pour diriger cette institution embourbée dans des antagonismes puissants a suscité un certain espoir.   »L’OMC est capable de s’ajuster, de se transformer en fonction des grandes évolutions de l’économie mondiale et notamment de ce grand basculement qu’on a connu au cours des dernières années et que la crise a accéléré, entre les pays avancés comme l’Europe ou les Etats-Unis et les pays émergents », a jugé mercredi le dirigeant sortant, le français Pascal Lamy.  Pour autant, ceci ne devrait pas changer la donne entre ces deux blocs de pays, selon lui. « Ce serait aller un peu loin parce que comme ces prédécesseurs, le directeur de l’OMC doit être neutre », a-t-il dit.  Chine et UE ont elles aussi salué sa désignation, Chine nouvelle ajoutant que « personne ne devrait ignorer que les efforts d’Azevedo pour relancer les négociations commerciales et combattre les mesures protectionnistes nuisibles ne pourront réussir que si les puissances économiques mondiales se rallient derrière lui et résolvent leurs divergences ».

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol