Archive pour le Tag 'Commerce'

Axa et restaurateurs : les tribunaux de commerce dans le potage

Axa et restaurateurs : les tribunaux de commerce dans le potage

Sur la question de l’indemnisation des restaurateurs, les décisions des tribunaux de commerce sont pour le moins contradictoires. Ce n’est pas la première fois que ces tribunaux émettent des jugements très approximatifs en fonction des pressions des uns et des autres.

 

À plusieurs reprises ces tribunaux se sont prononcés pour l’indemnisation des restaurateurs victimes des conséquences du Coronavirus et se sont contredits ailleurs. À Marseille par exemple cette fois le tribunal s’est prononcé pour l’indemnisation.

L’assureur Axa a été condamné à garantir les pertes financières provoquées par le confinement de deux restaurateurs marseillais, selon une décision du tribunal de commerce consultée vendredi par l’AFP que l’assureur estime «incompréhensible» au vu de décisions récentes.

En revanche au moins trois de ses confrères dont le chef étoilé Michel Sarran à Toulouse avaient été déboutés dans des dossiers similaires. Mardi, le tribunal de Bordeaux avait donné raison à Axa, estimant que le commerçant qui l’attaquait n’était «assuré qu’en cas d’épidémie au sein du restaurant».

Le ministre de l’économie qui commence enfin à s’intéresser à l’affaire a prudemment déclaré que les restaurateurs seraient indemnisés mais dans le futur, sous-entendu pas pour cette crise du Corona virus.

 

Économie–Commerce extérieur France : déficit record

Économie–Commerce extérieur France : déficit record

Bon an mal an, le déficit extérieur de la France se situe autour de 50 milliards. À comparer évidemment aux 200 milliards dégagés positivement par les Allemands en moyenne annuelle. Sur la tendance, le déficit français pourrait atteindre un record de près de 80 milliards. Le déficit accumulé depuis le début de l’année atteint déjà 61 milliards d’euros. En cause,  évidemment le ralentissement des échanges internationaux et la croissance qui plonge partout un peu dans le monde. Le problème c’est que la balance française est très influencée par les ventes de matériel aéronautique.

 

Ce secteur est particulièrement touché par la crise avec nombre de reports voire d’annulations de commandes.

Ce qu’indique les douanes «la baisse de la performance des exportations dans des secteurs fortement exposés, notamment ceux des matériels de transport, et des importations de matériels nécessaires à la lutte contre l’épidémie» (estimées par les Douanes à 10 milliards d’euros). Et la situation aurait pu être bien pire si les prix du pétrole n’avaient pas fortement baissé, réduisant de fait la facture énergétique pour l’Hexagone.

Au total, le commerce extérieur pèserait sur la croissance 2020 à hauteur de 2,1 points de PIB, ont calculé les experts de Bercy.

Commerce extérieur France : déficit record

Commerce extérieur France : déficit record

Bon an mal an, le déficit extérieur de la France se situe autour de 50 milliards. À comparer évidemment aux 200 milliards dégagés positivement par les Allemands. Sur la tendance, le déficit français pourrait atteindre un record de près de 80 milliards. Le déficit accumulé depuis le début de l’année atteint déjà 61 milliards d’euros.  En cause évidemment le ralentissement des échanges internationaux et la croissance qui plonge partout un peu dans le monde. Le problème c’est que la balance française est très influencée par les ventes de matériel aéronautique. Ce secteur est particulièrement touché par la crise avec nombre de reports voire d’annulations de commandes.

Ce qu’indique les douanes «la baisse de la performance des exportations dans des secteurs fortement exposés, notamment ceux des matériels de transport, et des importations de matériels nécessaires à la lutte contre l’épidémie» (estimées par les Douanes à 10 milliards d’euros). Et la situation aurait pu être bien pire si les prix du pétrole n’avaient pas fortement baissé, réduisant de fait la facture énergétique pour l’Hexagone.

Au total, le commerce extérieur pèserait sur la croissance 2020 à hauteur de 2,1 points de PIB, ont calculé les experts de Bercy.

Hausse du commerce international ( OMC)

Hausse du commerce international ( OMC)

 

Pour l’OMC la chute sera moins conséquente qu’attendu au moment du pic de la crise sanitaire. Reste que le rebond prévu en 2021 ne permettra pas de retrouver le niveau de 2019.

 

L’OMC table désormais sur une chute de 9,2% du commerce international en 2020 suivie d’un rebond de 7,2% en 2021.

En avril, elle avait dit s’attendre à une baisse de 13% à 32% des échanges cette année et à un rebond de 21% à 24% l’an prochain.

L’organisation basée à Genève ajoute que ses prévisions restent soumises à un degré élevé d’incertitude en raison de l’évolution de la pandémie et des réponses des Etats à la crise en cours.

Elle précise que le rebond attendu l’an prochain ne suffira pas à ramener le commerce mondial à son niveau d’avant la crise.

Refus d’indemnisation de restaurant : le tribunal de commerce du côté d’Axa

Refus d’indemnisation de restaurant : le tribunal de commerce du côté d’Axa

 

Il est clair qu’un restaurant même étoilé ne pèse pas lourd par rapport à un assureur mondial comme Axa. Ce dont a tenu compte le tribunal de commerce de Toulouse qui a tranché du » côté du manche ». Le tribunal de commerce de Toulouse a en effet débouté ce mardi le chef toulousain Michel Sarran, qui demandait à son assureur Axa d’indemniser ses pertes d’exploitation, estimées à plus de 180.000 euros, dues au confinement à la suite de la pandémie de coronavirus.

 «Je suis débouté et dégouté, c’est dénué de bon sens, je vais faire appel», a réagi auprès de l’AFP le chef qui a un restaurant deux étoiles à Toulouse et est membre du jury de l’émission Top Chef sur M6. «Cette décision était attendue car il s’agit du premier jugement (en France) sur le fond rendu concernant notre contrat d’assurance standard, proposé par les agents généraux d’assurance», a pour sa part souligné Axa dans un communiqué transmis à l’AFP. «Nous avons donc été entendus par le tribunal qui reconnaît la validité de notre clause d’exclusion», ajoute l’assureur.

Il est clair qu’un restaurant même étoilé ne pèse pas lourd par rapport à un assureur mondial comme Axa. Ce dont a tenu compte le tribunal de commerce de Toulouse qui a tranché du » côté du manche ». Le tribunal de commerce de Toulouse a en effet débouté ce mardi le chef toulousain Michel Sarran, qui demandait à son assureur Axa d’indemniser ses pertes d’exploitation, estimées à plus de 180.000 euros, dues au confinement à la suite de la pandémie de coronavirus.

 «Je suis débouté et dégouté, c’est dénué de bon sens, je vais faire appel», a réagi auprès de l’AFP le chef qui a un restaurant deux étoiles à Toulouse et est membre du jury de l’émission Top Chef sur M6. «Cette décision était attendue car il s’agit du premier jugement (en France) sur le fond rendu concernant notre contrat d’assurance standard, proposé par les agents généraux d’assurance», a pour sa part souligné Axa dans un communiqué transmis à l’AFP. «Nous avons donc été entendus par le tribunal qui reconnaît la validité de notre clause d’exclusion», ajoute l’assureur.

Commerce extérieur : encore davantage plombé !

Commerce extérieur : encore davantage plombé !

Le commerce extérieur véritable thermomètre de la compétitivité française est toujours structurellement dans le rouge depuis des années. En moyenne au moins 50 milliards de déficits par an. Un déficit accru avec la crise sanitaire et qui atteint 20,4 milliards d’euros au deuxième trimestre, soit 6,9 milliards de plus qu’au premier trimestre, après un mois de juin qui enregistre un déficit commercial mensuel record de 8 milliards d’euros, ont indiqué les Douanes dans un communiqué.

Ce déficit commercial trimestriel est proche du niveau record connu ( 2011).

 

Commerce international : un déficit de 7 milliards en mai

Commerce international : un déficit de 7 milliards en mai

Encore un déficit record pour la France en mai avec un déséquilibre de plus de 7 milliards. On peut évidemment imputer une partie de ce déficit à la situation économique générale perturbée par la crise sanitaire. Le problème c’est que ce déficit en France est structurel et que chaque année de toute façon faut compter sur environ 50 à 60 milliards.de déséquilibres. Difficultés supplémentaire pour 2020 mais pendant encore deux à  trois ans c’est que les exportations de matériel aéronautique ne seront plus la pour atténuer les déséquilibres. Il faudra sans doute en effet attendre plusieurs années avant que ne reprennent les exportations notamment d’Airbus. Le déficit commercial de la France flirte donc  de nouveau avec le record de février 2012 et janvier 2017, où il avait atteint -7,4 milliards d’euros. Selon la direction générale des douanes et des droits indirects, le déficit commercial de mai 2020 s’établit à -7,1 milliards d’euros, après avoir été de -5,1 milliards d’euros en avril et de -3 milliards d’euros en mars. Une hausse du déficit qui s’explique par « le rebond plus sensible des importations comparativement à celui des exportations. Cette reprise des échanges est liée notamment à la fin du confinement », note les douanes.

Ainsi, après avoir reculé de 7,1 milliards d’euros en mars et de 12,5 milliards d’euros en avril, les exportations progressent de 4 milliards d’euros en mai. Du côté des importations, après avoir été en diminution de 9 milliards d’euros en mars et de 9,4 milliards en avril, elles augmentent de 5,9 milliards d’euros en mai.

De son côté, la Banque de France a publié les chiffres de la balance des paiements. En mai, le déficit des transactions courantes est de 8,5 milliards d’euros, soit une dégradation de 2,7 milliards d’euros par rapport à avril. « Celle-ci s’explique principalement par une aggravation du déficit des biens de 4,5 milliards d’euros, dont 3,3 milliards pour les biens hors énergie, sous l’effet d’une reprise des importations plus élevée que des exportations », précise la Banque de France. Le solde des services, lui, connaît une amélioration de 1,4 milliard d’euros et est positif en mai, à 0,9 milliard d’euros. Il était déficitaire en avril.

Le commerce international : baisse de 27%

Le commerce international : baisse de 27%

Dparès la CNUCED, la baisse du commerce international sera considérable en 2020 puisqu’elle devrait atteindre en moyenne autour de 20 % sur l’année et même aller jusqu’à 27 % au second trimestre. De nombreux secteurs sont concernés, tout ce qui touche à la mobilité comme par exemple le transport aérien, la construction aérienne, l’automobile ou encore l’énergie mais aussi le tourisme. Globalement tous les pays ont été touchés par cette réduction drastique du commerce international mais les pays pauvres ont encore souffert davantage que les pays riches. Pour la plupart des pays, la problématique de la croissance repose maintenant sur le dynamisme de la consommation intérieure des entreprises et des ménages. Pour les entreprises la tendance des investissement est à la baisse autour de 15 %, quant aux ménages, ils se montrent extrêmement prudent tenant compte par avance des mesures de rigueur qui d’une manière ou d’une autre s’imposeront soit par la fiscalité soit par l’inflation.

Selon la Cnuced, en avril, les pays en développement semblent avoir pâti davantage de cette contraction que les pays riches, avec une chute de 19% de leurs importations et un recul de 18% de leurs exportations sur la période.

Parmi les principales économies de la planète, la Chine est celle qui semble le mieux avoir tiré son épingle du jeu, à la faveur d’une hausse de 3% de ses exportations en avril ( en lien notamment avec la production de produits médicamenteux.. Le pays a cependant enregistré en mai une baisse de 8% de ses importations et exportations, précise la Cnuced.

Le commerce chinois plombé

  • Le commerce chinois plombé

La Chine, premier pays touché par le coronavirus, enregistre des chiffres moroses pour son commerce en mai : -3,3% sur un an pour ses exportations et -16,7% sur un an pour ses importations. L’activité a repris mais les principaux clients en Europe et en Amérique du Nord ont été paralysés à leur tour par le virus. Plusieurs provinces ont lancé des opérations commerciales à coups de bons d’achat ou de réduction, espérant encourager la consommation.

 

Croissance Chine : touché par le commerce international

Pour un vrai  plan de relance orienté par l’Etat

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd’hui, l’urgence d’un plan de relance fléché avec des investissements portés par l’Etat

Que faire ?… Que faire à ce stade de la crise pour accélérer la récupération de l’offre et de l’emploi ? Les mesures massives de soutien à l’économie débloquées durant le confinement sont avant tout des mesures de sauvetage. En dépit de leur montant considérable, elles ont une vocation défensive. Il s’agissait d’abord de limiter les pertes des agents privés, avec l’idée qu’ils pourraient ainsi repartir du bon pied et remettre à flot rapidement toutes les capacités installées.

Le sentier de récupération s’étirera sur plus d’un an

Mais, il faut se rendre à l’évidence, ce scénario à peu de chances de se dérouler de façon spontanée. Du moins lorsque l’on met bout à bout toute l’information disponible à ce jour. Le décrochage de l’activité du premier trimestre est connu : -5,8 %. Ce qui signifie un décrochage instantané de 36% de l’activité à l’entrée en confinement. Depuis, par le truchement de la vente à distance, un fil d’activité a repris, et l’on estime que l’économie tourne actuellement 33% en deçà de son niveau normal. Imaginons un instant que par enchantement l’économie ait retrouvé subitement et intégralement son niveau normal et sa tendance dès 11 mai. Le PIB décrocherait alors de 5% en 2020 et rebondirait de 6,5% en 2020.

Tout montre cependant que nous serons loin de ce scénario idéal. Si l’on prend en compte les secteurs qui continueront à être pénalisés durablement par les mesures de protection sanitaire (le transport, l’hôtellerie-restauration, les services aux ménages), soit 10% du PIB, ou le commerce de détail dont le chiffre d’affaires demeure altéré par la contrainte de distanciation sociale, le rétablissement à 100% du PIB n’est pas concevable à brève échéance. Si l’on prend en compte les dernières enquêtes de la banque de France sur le niveau d’activité prévu fin mai, il est clair que le processus de sortie est graduel. L’enquête réalisée par Xerfi auprès de 1130 dirigeants confirme que le sentier de récupération, très progressif, s’étirera sur plus d’un an.

Un ajustement brutal sur l’emploi

Sur la base de ce constat, il serait illusoire de penser que l’emploi résistera sans la béquille du chômage partiel. D’ores et déjà, les premiers chiffres disponibles montrent que la frange la plus précaire de l’emploi (les CDD courts en fin de droit dans les services et l’intérim) a connu un ajustement extrêmement brutal dès la fin mars : 453 000 emplois ont déjà été détruits par rapport au début de l’année, 96% relevant des services marchands (hôtellerie et restauration, commerce, services aux ménages) et près des 2/3 des destructions étant le fait de l’intérim. C’est la première fois que l’ajustement de l’emploi est plus brutal dans les services que dans l’industrie. La rupture de cette première digue en entraînera d’autres et cela participe à l’impossibilité d’un retour rapide de l’économie à son niveau initial. Au rythme où s’enclenche le processus, il faut s’attendre à 900 000 destructions d’emplois d’ici la fin de l’année. Ajouté à la décote de rémunération liée au chômage partiel, cela signifie que le revenu des ménages ne sortira pas indemne de cet ajustement. Sur la base de ces constats, nous estimons que le décrochage du PIB pourrait avoisiner -9,5% en 2020, et que son rebond de 9% en 2021 ne permettra pas de recoller à la tendance.

Projet industriel et soutien (limité) à la consommation

D’où l’évocation logique d’un deuxième plan de relance, destiné à soutenir la demande pour accélérer le retour des entreprises à leurs pleines capacités et éviter que l’économie ne s’engage dans une dynamique récessive lourde pour plusieurs années. Il s’agit en fait du plan de la dernière chance pour éviter que le chômage ne sédimente en chômage longue durée, et pour limiter les destructions irréversibles de capacités qui plomberaient durablement le potentiel de croissance.

Cela étant dit, le modus operandi d’un tel plan bute sur de grosses difficultés.

  • 1. La première difficulté d’un tel plan est de mordre sur les comportements d’achat des ménages, alors même que ces derniers disposent déjà d’une épargne involontaire.
  • 2. La seconde difficulté est d’éviter que ce soutien ne vienne renforcer le report spontané de la dépense privée sur les biens importés. En effet, l’impossibilité de se porter sur les services ancrés sur le territoire (mobilité, tourisme, divertissement, culture, loisirs, etc.) va renforcer la tendance au report de la consommation sur les biens d’équipement ou d’aménagement de la maison où des équipements de loisir individuels.

Pour éviter ce double écueil, le soutien à la consommation doit demeurer circonscrit au soutien au revenu et à la reconversion des personnes dont l’activité est sinistrée durablement et lourdement par la crise sanitaire (les petits emplois salariés ou indépendants dans les services, les professions artistiques, etc.), dont le déclassement constitue une bombe à retardement sociale à haut risque.

 

Le plan de relance doit ensuite se doubler d’un projet industriel ancré sur le territoire. Il devra de la sorte être thématisé, ciblé sur des projets de développement et de reconversion ancrés sur le territoire. La relance peut être verte, numérique, accompagner le besoin de reconversion de certains services essentiels (transport collectif, restauration ou commerce) ou encore soucieuse de restaurer notre autonomie sur les secteurs stratégiques.

Mais dans tous les cas, pour être efficace, la relance devra renforcer le soutien à l’investissement par un fléchage de la demande, en adéquation avec les projets d’investissements portés par l’État.

 

r

Suite à la crise sanitaire, la Chine est bien entendue victime du  net  ralentissement du commerce nationale surtout en matière d’importation. Premier pays touché par la maladie Covid-19, la Chine a vu ses exportations dans le rouge le mois dernier (-3,3% sur an), selon des chiffres publiés par les Douanes. En avril, les exportations avaient connu un rebond surprise (+3,5%), après trois mois de recul. Cette hausse avait largement été attribuée à un phénomène de rattrapage, après les difficultés rencontrées par les exportateurs au premier trimestre. Les mesures de confinement liées à l’épidémie avaient alors fortement perturbé le transport.

L’activité a depuis largement repris mais les entreprises peinent à remplir leurs carnets de commandes . Les produits médicaux, dont la Chine reste le principal fournisseur, restent très demandés à l’étranger. Le géant asiatique a exporté dans le monde 70,6 milliards de masques entre mars et mai, selon un chiffre annoncé dimanche par Pékin lors d’une conférence de presse consacrée à l’épidémie. Les analystes s’attendent toutefois à ce que la demande s’estompe à mesure que la situation sanitaire s’améliore dans le monde.

Pour leur part, les importations du géant asiatique ont de nouveau plongé en mai (-16,7% sur un an après -14,2% en avril). Il s’agit de la plus mauvaise performance depuis janvier 2016. Cette chute des importations, pour le cinquième mois consécutif, est d’ailleurs plus prononcée que les estimations d’analystes consultés par l’agence financière Bloomberg (-7,8%).

Pour la première fois de son histoire, l’économie chinoise a décroché au premier trimestre (-6,8%), sous l’effet du virus.

« Le commerce de proximité lien essentiel à la vie sociale »

« Le commerce de proximité lien essentiel à la vie sociale »

Le philosophe Benoît Heilbrunn rappelle, dans une tribune au « Monde », que l’échange marchand n’est pas que pécuniaire et destructeur.

Tribune

 

. Du confinement qui nous a été imposé, nous pouvons d’ores et déjà apprendre que la société de la frugalité et celle d’un commerce numérisé et tout écran ne sont pas pour demain. Les discours utopiques annonçant l’avènement d’une société post-consumériste prônant la décroissance se fracassent contre l’immense frustration sociale qu’engendre l’impossibilité de pouvoir acheter physiquement et librement du fait de la fermeture de quasi tous les commerces.

Tout indique que nous ne sommes pas prêts à modifier radicalement nos habitudes de consommation pour sortir de ce cyclone mortifère qu’est la société d’hyperconsommation. Pas plus que nous ne sommes prêts à tout acheter en ligne. La souffrance psychologique engendrée par la fermeture des points de vente considérés comme « non essentiels » doit nous interroger sur le rôle du commerce physique dans la vie sociale et personnelle.

Une figure péjorative

Le caractère « essentiel » semble n’avoir été posé qu’en termes de secteur d’activités ou de catégories de produits. La fameuse « pyramide des besoins » proposée par le psychologue américain Abraham Maslow (1908-1970) dès 1943, qui s’étage des besoins de survie aux besoins d’accomplissement, explique en grande partie la hiérarchie sous-jacente à la liste des biens de consommation disponibles en période de confinement. Il faudrait d’abord satisfaire les besoins physiologiques avant de pourvoir aux besoins liés à la curiosité et à l’intellect. Cette « maslowisation » des esprits est une attitude politique extrêmement pernicieuse qui ravale l’être humain à une dimension strictement animale.

Les sciences sociales ont depuis longtemps montré que les besoins s’articulent davantage qu’ils ne s’étagent. La question de l’essentialité ne se pose donc pas en termes de catégories ou de produits, mais de relations. Le commerce de proximité joue à ce titre un rôle fondamental dans nos existences.

Pourtant, quand Félix Potin (1820-1871) révolutionne le commerce moderne au milieu du XIXe siècle, l’épicier est une figure péjorative. Héritier de Marco Polo et de Christophe Colomb – dont l’objectif premier était de trouver la meilleure route pour le trafic des épices –, il est souvent considéré comme un trafiquant qui n’est fiable ni sur la quantité, ni sur le prix de la marchandise.

Avant qu’une enseigne puisse affirmer dans sa signature de marque « Mon épicier est un type formidable », il a fallu que la relation marchande gagne en transparence et que l’épicerie élargisse les frontières de son assortiment. C’est pourquoi on s’étonnerait aujourd’hui de ne pas trouver dans un magasin de proximité des produits comme un chargeur de téléphone ou des chewing-gums.

Revoir les règles du commerce international sous l’angle environnemental et social (France et Pays Bas)

Revoir les règles du commerce international sou l’angle environnemental et social (France et Pays Bas)

 

Ce pourrait être un tournant en matière de commerce international où jusque-là l’ultralibéralisme a dominé. À la demande de la France et des Pays-Bas, l’union européenne est invitée à revoir les conditions des échanges en intégrant les dimensions environnementales et sociales. La Chine notamment est visée bien évidemment mais pas seulement. D’une manière plus générale il s’agit d’élaborer des conditions de concurrence qui ne se limitent  pas à l’atout central de la compétitivité en ignorant les conditions de production.  Cette initiative commune intervient au moment où l’UE s’efforce de conclure un nouveau traité commercial avec la Grande-Bretagne, qui a formellement quitté l’UE le 31 janvier. mais ce pourrait être l’occasion de revisiter tous les traités.

L’implication des Pays-Bas, traditionnellement des champions du libre-échange, aux côtés de la France souligne une évolution de la réflexion européenne – surtout provoquée par l’épidémie du nouveau coronavirus – avec un plus grand accent mis sur la protection de l’industrie de la région et les emplois, a dit un diplomate français.

L’attitude protectionniste des Etats-Unis sous l’administration Trump et la volonté de plus en plus marquée de la Chine de s’affirmer sur la scène mondiale ont également contribué à infléchir les positions européennes en matière de libre-échange.

L’UE devrait, quand c’est “pertinent”, conditionner la baisse des tarifs douaniers à la mise en vigueur de mesures en faveur d’un développement durable et prévoir des sanctions si ces mesures ne sont pas respectées, lit-on dans le document franco-néerlandais envoyé aux 25 autres membres de l’UE.

Petit rebond du commerce chinois

Petit rebond du commerce chinois

Un rebond des exportations pour la première fois de l’année, de 3,5% sur un an en avril contre une contraction de 15,7% attendue par les économistes et un déclin de 6,6% en mars.

“Malgré la hausse des actions, nous continuons d’être prudents à court terme. Les marchés semblent surestimer la vitesse de la reprise économique”, a déclaré Luca Paolini, responsable de stratégie chez Pictet.

Les investisseurs restent par ailleurs sur leurs gardes face au risque d’aggravation des relations entre Washington et Pékin. D’après l’agence Bloomberg, les deux pays devraient discuter la semaine prochaine des progrès dans la mise en oeuvre de la première phase de l’accord commercial que Donald Trump a menacé d’annuler si Pékin ne respectait pas ses engagements.

Une chute du commerce mondial jusqu’à 30% (OMC)

Une  chute du commerce mondial jusqu’à 30% (OMC)

La chute du commerce mondial est évidemment inévitable ; d’abord il faut constater que les échanges ont stagné en 2019 et qu’ils étaient déjà sur une tendance à la baisse avant le Coronavirus. Depuis évidemment, l’activité générale de chaque pays s’est profondément affaiblie  engendrant une diminution notable de la demande internationale. On peut s’attendre à une baisse des croissances internes d’environ  20 % qui mécaniquement va peser sur le niveau de la demande internationale. L’Organisation mondiale du commerce (OMC). prévoit donc  une baisse de 13% à 32% du commerce de biens, une fourchette dont la largeur reflète l’incertitude actuelle quant à l’impact de la crise sanitaire qui touche la quasi-totalité des pays de la planète.

“Les chiffres sont mauvais, c’est indéniable”, a déclaré Roberto Azevêdo, le directeur général de l’OMC, cité dans un communiqué. “Mais une relance rapide et vigoureuse est possible. Les décisions prises aujourd’hui détermineront la forme de la reprise et les perspectives de croissance mondiale.”

Pour 2021, l’organisation internationale basée à Genève dit tabler sur un rebond de 21% à 24% des échanges tout à fait hypothétique . elle explique que l’ampleur de la reprise dépendra pour une bonne part de la durée de l’épidémie et de l’efficacité des mesures mises en oeuvre pour limiter son impact économique.

Les échanges de services ne sont pas pris en compte dans les prévisions de l’OMC mais elle estime qu’ils pourraient être plus durement touchés encore que les échanges de biens en raison des restrictions imposées aux transports et au tourisme.

Le Brexit, une opportunité ? La tribune de Thierry Drilhon (Chambre de commerce franco-britannique)

Le Brexit, une opportunité ?  La tribune de Thierry Drilhon (Chambre de commerce franco-britannique)

 

Un autre regard, positif celui-là de Thierry Drilhon qui voit une opportunité dans le brexit . (Une contribution dans le journal l’opinion) . Une tribune qui aborde essentiellement la question des échanges économiques ce qui n’est guère étonnant puisque les Britanniques ont toujours voulu limiter l’objet de l’union économique à un marché. bref une problématique un peu court et un peu vague.

 

« Le 31 janvier, nombre d’entre nous étaient tristes. Tristes de voir le Royaume-Uni quitter l’Europe. Tristes de voir un partenaire historique et économique partir pour des raisons politiques. Tristes de mettre fin à quarante-sept années de vie en commun. Tristes de voir notre histoire européenne fragilisée pour des raisons idéologiques.

Dans le monde économique, pour survivre, les entreprises doivent tous les jours transformer leurs difficultés en challenges et opportunités. Représentant un écosystème de 2000 entreprises françaises et britanniques, la Franco-British Chamber ose affirmer que le Brexit est une triple opportunité.

Tout d’abord, le Brexit doit nous permettre de réaffirmer les relations économiques, historiques et influentes, entre nos deux pays. En 2018, les échanges commerciaux entre la France et le Royaume-Uni ont représenté 97 milliards d’euros autour de savoir-faire, de compétences, de talents et de projets en commun dans tous les secteurs économiques. Nous devons aujourd’hui renforcer cette vision business commune pour créer de la valeur et construire de l’intelligence collective. A l’heure où les Etats divorcent, les entreprises s’unissent !

Le Brexit est aussi l’opportunité de valoriser l’attractivité de nos deux pays vis-à-vis du reste du monde. En déclarant vouloir investir en France, 86% des grands patrons d’entreprises étrangères ont effectivement affirmé leur confiance dans les atouts de la France. Depuis vingt-cinq ans, le Royaume-Uni était le pays attirant le plus d’investissements étrangers et reste un pays attractif. Toutefois, aujourd’hui, l’attractivité économique de la France n’a jamais été aussi importante, permettant ainsi aux entreprises et aux talents de saisir de très belles opportunités. Sans arrogance mais avec détermination et confiance, osons affirmer nos expertises et nos compétences sur l’échiquier du business mondial !

Enfin, le Brexit doit être l’opportunité de repenser la gouvernance de l’Europe, ses modes opératoires, ses priorités au sein de l’Union européenne, en trouvant une nouvelle alliance avec le Royaume-Uni. En 1973, l’Europe comptait neuf Etats membres dont le Royaume-Uni. Aujourd’hui, il y a 27 membres, la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE nous donne l’opportunité de redéfinir le projet européen et ses règles de gouvernance.

Comme dans le monde des entreprises, « it is time to define a Vision (next 10 years), a strategy (next 5 years) and an execution (next 2/3 years) ». Sachons transformer cette formidable diversité européenne en une puissance économique dominante et incontournable, forte de 500 millions de consommateurs !

Pensons aux futures générations qui nous regardent. L’Europe est leur maison et le monde leur jardin… Ne laissons pas passer ces opportunités ! »

Thierry Drilhon est président de la Chambre de commerce franco-britannique.

Commerce États-Unis -Chine : un accord bidon

Commerce États-Unis -Chine : un accord bidon

 

Contrairement à ce qui avait été annoncé, la première phase de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine n’apportera pas de changement fondamental. En effet,  Les Etats-Unis vont maintenir les tarifs douaniers sur les importations chinoises, ont indiqué des sources officielles américaines. 

Donald Trump souffle chaud et le froid concernant les perspectives du futur accord commercial entre les États-Unis et la Chine. On sait que compte tenu du déficit abyssal de la balance commerciale les États-Unis ont imposé plusieurs vagues d’augmentation des tarifs douaniers et cela de manière unilatérale. De son côté, la Chine a répliqué un peu de la même manière. Pour l’instant, on ne peut pas dire qu’il y ait de bénéficiaire dans cette guerre économique dans la mesure où la Chine enregistre un net tassement de sa croissance. Les effets ne sont guère bénéfiques pour les États-Unis qui connaît aussi un affaiblissement de son activité générale et devrait perdre autour de 1 % d’augmentation du PIB en 2020. La balance commerciale des États-Unis est toujours aussi déséquilibrée. Certes, le volume des échanges a diminué entre les deux pays mais cela n’a pas profité aux États-Unis.

Donald Trump  est par ailleurs très influencé par son électorat mais sa stratégie est fluctuant. Selon les moments, il menace de punir sévèrement les importations d’origine chinoise en les assommant de taxes douanières. Dans d’autres moments,  il se montre  plutôt très conciliant considérant que l’accord avec la Chine est pratiquement réalisé sur les conditions futures des échanges . Le problème c’est que cette politique de punition douanière de la Chine porte aussi préjudice aux États-Unis et que l’activité s’en ressent ( exemple pour les exportations de soja et autres produits agricole). Cet effet a tendance à rendre Trump  plus conciliant vis-à-vis de  la Chine. En même temps, il doit afficher une certaine radicalité vis-à-vis des électeurs nationalistes qui ne comprennent pas grand-chose à l’économie. Les Etats-Unis et la Chine se sont mis d’accord a minima pour lever par étapes les droits de douane supplémentaires qu’ils se sont imposés ces derniers mois, dans le cadre de la première phase d’un accord censé mettre fin à leur guerre commerciale.

Normalement la Chine doit s’engager à acheter davantage de produits américains mais une promesse qui reste à concrétiser. En fait la signature de la phase un de l’accord ne sera pas grand-chose. En cause notamment le fait que Donald Trump  est coincé entre une problématique économique et une problématique électorale.

Commerce- Etats-Unis et Chine: un accord bâtard

Commerce- Etats-Unis et Chine: un accord bâtard

Officiellement d’après l’entourage de Trump,  un accords pourrait  intervenir rapidement entre les États-Unis et la Chine. En fait, il ne s’agit pas d’un véritable accord mais d’une solution assez bâtarde qui  résulte de la décision des États-Unis de réduire de moitié le champ d’application des hausses douanières. Une sorte de décision unilatérale à laquelle pour l’instant les Chinois n’ont pas répondu. Pas plus qu’ils n’ont encore prient l’engagement d’acheter davantage de produits agricoles ou de s’engager sur la propriété intellectuelle et les services financiers. Ceci étend Trump  s’efforce de présenter son orientation comme un accord. On voit mal comment la Chine pourrait cependant refuser de voir des droits de douane américains moins importants que prévus. cette  décision américaines sera toutefois bien accueillie  par les milieux d’affaires qui aurait sans doute espéré un accord plus conséquent et davantage partagé. Pour tenter de conclure cet accord dit de « phase 1″, les négociateurs américains ont proposé récemment à leurs interlocuteurs chinois une réduction allant jusqu’à 50% des droits de douane déjà en vigueur sur 375 milliards de dollars (337 milliards d’euros) de produits d’importation et le report de ceux qui devaient s’appliquer dimanche 15 décembre à 160 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires.

Enquête sur le commerce des données de Google

Enquête sur le commerce des données de Google

 

Un enquête européenne devrait éclairer sur le commerce des données recueillies par Google.une étude menée  par l’équipe du professeur Douglas C. Schmidt, spécialiste des systèmes logiciels, chercheur et enseignant à l’Université Vanderbilt décrit le système de recueil des informations de Google.

Google a des dizaines de produits et services qui évoluent en permanence. On accède souvent à ces produits grâce à un compte Google (ou on l’y associe), ce qui permet à Google de relier directement les détails des activités de l’utilisateur de ses produits et services à un profil utilisateur. En plus des données d’usage de ses produits, Google collecte également des identificateurs et des données de localisation liés aux appareils lorsqu’on accède aux services Google. 

Certaines applications de Google (p.ex. YouTube, Search, Gmail et Maps) occupent une place centrale dans les tâches de base qu’une multitude d’utilisateurs effectuent quotidiennement sur leurs appareils fixes ou mobiles.

Portée mondiale des principales applications Google

Produits

 Utilisateurs actifs

Search

 Plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois, 90.6 % de part de marché des moteurs de recherche 

Youtube

 Plus de 1,8 milliard d’utilisateurs inscrits et actifs par mois

Maps

 Plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois

Gmail

 1,2 milliard d’utilisateurs enregistrés

Google Search est le moteur de recherche sur internet le plus populaire au monde  avec plus de 11 milliards de requêtes par mois aux États-Unis . En plus de renvoyer un classement de pages web en réponse aux requêtes globales des utilisateurs, Google exploite d’autres outils basés sur la recherche, tels que Google Finance, Flights (vols), News (actualités), Scholar (recherche universitaire), Patents (brevets), Books (livres), Images, Videos et Hotels. Google utilise ses applications de recherche afin de collecter des données liées aux recherches, à l’historique de navigation ainsi qu’aux activités d’achats et de clics sur publicités. Par exemple, Google Finance collecte des informations sur le type d’actions que les utilisateurs peuvent suivre, tandis que Google Flight piste leurs réservations et recherches de voyage.

Dès lors que Search est utilisé, Google collecte les données de localisation par différents biais, sur ordinateur ou sur mobile, comme décrit dans les sections précédentes. Google enregistre toute l’activité de recherche d’un utilisateur ou utilisatrice et la relie à son compte Google si cette personne est connectée. L’illustration 13 montre un exemple d’informations collectées par Google sur une recherche utilisateur par mot-clé et la navigation associée.

Non seulement c’est le moteur de recherche par défaut sur Chrome et les appareils Google, mais Google Search est aussi l’option par défaut sur d’autres navigateurs internet et applications grâce à des arrangements de distribution. Ainsi, Google est récemment devenu le moteur de recherche par défaut sur le navigateur internet Mozilla Firefox  dans des régions clés (dont les USA et le Canada), une position occupée auparavant par Yahoo. De même, Apple est passé de Microsoft Bing à Google pour les résultats de recherche via Siri sur les appareils iOS et Mac . Google a des accords similaires en place avec des OEM (fabricants d’équipement informatique ou électronique) , ce qui lui permet d’atteindre les consommateurs mobiles.

Les autorités européennes de concurrence enquêtent donc sur les pratiques de Google en matière de collecte de données, a déclaré la Commission européenne à Reuters samedi, laissant entendre que le moteur de recherche le plus populaire au monde reste en ligne de mire en dépit d’amendes records ces dernières années. Les autorités de régulation des deux côtés de l’Atlantique s’intéressent à la façon dont les géants de la tech récoltent des données et les monétisent.

Amazon, tue le commerce et l’économie

Amazon, tue le commerce et l’économie

Mounir Mahjoubi, ex-secrétaire d’État au Numérique et député LREM de Paris, met l’accent sur le rôle destructif d’Amazon sur le commerce. Il estime en effet que chaque fois qu’Amazon crée un emploi en France, il en détruit deux autres dans le commerce traditionnel. (il faudrait ajouter les conséquences désastreuses sur l’ensemble de l’économie du fait du non référencement et ou du déréférencement de produits français remplacé par des produits très « Amazon »).

Mounir Mahjoubi  Estime que 7 900 emplois ont été détruits en France en 2018 par Amazon. Cette année-là, l’entreprise de Jeff Bezos a réalisé un volume d’affaires en France de 6,6 milliards d’euros selon Kantar Worldpanel .

Selon Heuler Hermes, les défaillances des grandes entreprises du secteur du commerce ont augmenté de 66% au plan mondial en 2016. Une situation qui peut paraître paradoxale dans un monde où la consommation ne s’est jamais aussi bien portée. Au plan mondial en effet, les ventes au détail ont cru de 4,8% par an en moyenne sur les dix dernières années. Sauf que cet appétit de consommation passe de moins en moins par le canal historique des magasins en dur. Mais de plus en plus en ligne. La part du e-commerce ne cesse en effet de grimper dans la consommation mondiale. Elle était inférieure à 5% il y a une dizaine d’année, elle a atteint les 9% en 2016 et devrait monter à 15% d’ici 2020. « L’activité en ligne est alimentée tant par l’offre que par la demande, cette accélération est soutenue par les actions des digital natives et par les plateformes commerciales, qui bouleversent et refondent l’industrie », note Heuler Hermes. Une demande croissante qui entraîne une hausse du nombre d’acteurs et donc une féroce guerre des prix. En conséquence, la rentabilité des grandes enseignes est passée de 8% en 2011 à 5,7% en 2016. Avec une part du e-commerce à 15% dans trois ans, cela pourrait entraîner une vague de faillites sans précédent dans le secteur. Et les détaillants français sont particulièrement fragiles selon Heuler Hermes. Certains grands noms comme Darty, la Fnac ou Leclerc avec le drive ont certes réussi leur transformation digitale. Mais il s’agit d’arbres qui cachent une forêt bien plus dépouillée. « Les consommateurs français, dont 64% achètent en ligne, sont disposés à consommer différemment. Mais malgré quelques exemples de succès, les détaillants français n’ont pas réussi à répondre à ces attentes. En résulte une détérioration prononcée de leurs états financiers, explique Maxime Lemerle, responsable des études sectorielles et défaillances chez Euler Hermes. Après avoir longtemps considéré le e-commerce comme un canal parallèle, les détaillants français commencent seulement à investir pour rattraper leur retard dans la course digitale. »   Selon Heuler Hermes, les secteurs les plus touchés seront ceux de l’électronique et du prêt-à-porter, estime le spécialiste des faillites. C’est sur ces marchés que la concurrence du e-commerce est le plus féroce.

 

Prévisions croissance mondiale: grosse chute du commerce international (OMC)

Prévisions croissance mondiale: grosse chute du commerce international  (OMC)

 

 

Comme les croissances internes, le commerce international un coup de mou. Il y a forcément interaction entre ces croissances internes et les échanges internationaux. Ceci étant  pendant longtemps les échanges internationaux ont connu une progression supérieure aux croissances internes ; ils ont maintenant tendance à s’aligner sur l’activité générale qui souffre d’un manque de dynamisme de la demande. Une demande handicapée par une fin de cycle économique, par des menaces sur les droits de douane non seulement entre la Chine et les et les États-Unis mais aussi entre l’Europe et l’Amérique sans parler des tensions diplomatiques et autres conflits par exemple avec l’Iran. De ce fait, on peut considérer que les échanges internationaux en 2019 ont tendance à s’écrouler avec une progression tout juste supérieur à 1 %. En effet, Le commerce mondial ne devrait augmenter que de 1,2% cette année et de 2,7% l’an prochain selon l’OMC, qui tablait en avril sur une progression de 2,6% en 2019 et 3,0% en 2012.

«Les conflits commerciaux constituent le plus important risque à la baisse pour les prévisions mais des chocs macroéconomiques et la volatilité financière sont aussi des déclencheurs potentiels d’une aggravation du ralentissement», précise dans un communiqué l’organisation basée à Genève.

La sortie annoncée du Royaume-Uni de l’Union européenne pèse aussi sur l’économie mondiale, ajoute-t-elle, en précisant que l’impact d’un éventuel Brexit sans accord serait limité pour l’essentiel à l’Europe. Concernant le Brexit,  de nombreux chefs d’entreprise et investisseurs ont déjà exprimé des craintes sur la perspective d’un désaccord  à la fin du mois d’octobre. La situation politique outre-manche a plongé beaucoup d’entreprises dans le flou le plus total. De son côté, le président américain Donald Trump, dans un récent discours aux Nations-Unies, a dit espérer la conclusion d’un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine profitable aux deux pays tout en appelant de ses vœux une réforme drastique de l’Organisation mondiale du commerce face au comportement « agressif » de Pékin. Il a notamment fustigé les pratiques commerciales « inéquitables » de la Chine.

Depuis 2017, le rythme des échanges internationaux de marchandises a sérieusement marqué le pas passant de 4,6% en 2017 à 3% en 2018 et 1,2% en 2019. Il pourrait  accélérer en 2020 (2,7%). Dans le détail, le coup de frein des exportations est particulièrement marqué en Amérique du Nord (-2,8 points entre 2018 et 2019, passant de 4,3% à 1,5%).

En Asie, le ralentissement est aussi très visible sur la même période avec deux points en moins (3,8% en 2018 contre 1,8% en 2019). Du côté de l’Europe, les chiffres sont moins décevants puisque les ventes de biens devraient passer de 1,6% à 0,6%. L’Amérique du sud et l’Amérique centrale sont les deux seules régions à connaître une progression entre 2018 et 2019.

Outre les difficultés de l’économie mondiale et l’affrontement commercial et technologique entre les Etats-Unis et la Chine, les économistes de l’OMC redoutent encore une chute des carnets de commande dans les mois à venir.

« Les indicateurs économiques mensuels fournissent des indices préoccupants au sujet de la trajectoire actuelle et future du commerce mondial. Un indice des nouvelles commandes à l’exportation dérivé des indices des directeurs d’achat est tombé de 54,0 en janvier 2018 à 47,5 en août 2019, son niveau le plus bas depuis octobre 2012″, au moment de la crise des dettes souveraines.

Toutes les valeurs inférieures à 50 illustrent une contraction des échanges.

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol