Archive pour le Tag 'commence'

Le match Macron –Philippe est commencé

Le match Macron –Philippe est commencé

Une des raisons du retard dans le remaniement ministériel découle de l’opposition entre Édouard Philippe et Emmanuel macro concernant du futur ministre de l’intérieur. Édouard Philippe voudrait recruter une personnalité du centre-droit tandis que Macron verrait bien un technicien ou même un socialiste. Bref Macron  complètement lâché par les électeurs de gauche veut rééquilibrer gouvernement afin de se défaire  de cette étiquette de président des riches. Édouard Philippe de son côté,  progressivement renforce discrètement mais efficacement son influence. Un sondage vient de montrer que le match entre Mâcon et Philippe est bien commencé. En effet pour la première fois l’opinion publique est beaucoup plus favorable au Premier ministre. . Des résultats le qui ne vont pas améliorer les relations entre les deux intéressés. Un remake en  quelque sorte car pratiquement sous tous les présidents de la république depuis 58, les Premiers ministres ont un moment à un autre pris leur indépendance et parfois sont même mis dans une nette opposition au président. D’après le sondage d’Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié ce jeudi une large majorité des Français déclare avoir davantage confiance en Edouard Philippe, le Premier ministre, qu’en lui. Priés de dire qui, entre le Premier ministre et le président de la République, « vous donne le plus confiance », 55% des sondés répondent le premier, 29% le second et 16% ne se prononcent pas. Edouard Philippe arrive également en tête sur sa proximité avec les gens (51% contre 34%) et la compétence (49% contre 36%). S’il y a bien un domaine qui sourit à Emmanuel Macron, c’est l’autorité. Le président de la République devance le Premier ministre (59% contre 29%), tout comme sur le charisme (50%-36%) et la stature d’homme d’Etat (46%-41%).

État islamique : le « calife » commence à paniquer

État islamique : le « calife » commence à paniquer

 

 

Le calife autoproclamé, Abu Bakr al-Baghdadi, a observé un silence de près de sept mois. Un délai immense pour un marchand de verbiages qui témoigne sans doute des craintes de voir un jour un drone lui tomber sur la tête. Il faut surtout noter dans son message audio diffusé samedi le recentrage sur l’ennemi commun des musulmans à savoir Israël. Il s’agit en effet d’une réplique claire à l’initiative prise enfin par l’Arabie Saoudite pour constituer une grande coalition de 34 pays musulmans contre l’État islamique. Le grand Satan n’est plus l’Occident mais celui qui peut réunifier les haines de tous les musulmans qui du fait de l’initiative de l’Arabie Saoudite risquent désormais de se diviser en pro ou anti état islamique, Une manière aussi de mettre les chiites en position délicate vis-à-vis d’Israël. En résumé l’état islamique qui commence à reculer et à perdre des territoires déplace le champ de ses préoccupations et de ses actions. Le leader jihadiste menace donc  Israël et promet d’en faire « un cimetière pour les juifs ».  Il s’en prend également à l’Arabie Saoudite qui a annoncé au début du mois la formation d’une coalition de 34 pays musulmans pour combattre le groupe Etat islamique en Syrie. Le Calife de l’Etat islamique reproche au royaume de ne pas venir en aide aux musulmans bombardés par le régime syrien. Toujours sur le conflit en Irak et en Syrie, où est implanté le groupe Etat islamique, Abu Bakr al-Baghdadi reconnaît que son organisation a perdu du territoire. Selon IHS Janes, un institut spécialisé, la zone d’influence du groupe EI aurait diminué cette année, avec la perte de 14% de son territoire par rapport à 2014.

 

« Mouvement commun » : un mouvement apolitique qui commence avec des politiques !!!

« Mouvement commun » : un mouvement apolitique qui commence avec des politiques !!!

 

 

Drôle de profession de foi de l’initiateur de « mouvement commun » qui veut faire sans les politiques mais qui commence avec ces mêmes politiques. Amirshahi lance un mouvement pour « faire sans les politiques «Le socialiste Pouria Amirshahi annonce en effet dans Le Monde qu’il va relancer son « Mouvement commun » le 8 novembre à Montreuil (Seine-Saint-Denis), une initiative déjà annaoncée en juin. . « Puisque les politiques n’y arrivent pas, alors faisons sans. C’est un appel à ne pas se laisser faire », explique le député des Français de l’étranger.  Il lancera son « Mouvement commun » le 8 novembre. Dans Le Monde, le député socialiste des Français de l’étranger Pouria Amirshahi affirme vouloir créer une sorte de lobby citoyen, « une plate-forme pour faire contre culture et s’imposer dans le débat d’idées ». Près de 1.000 personnes ont déjà signé le texte fondateur. « L’idée de ce mouvement c’est de se dire : ‘puisque les politiques n’y arrivent pas, alors faisons sans’. C’est un appel à ne pas se laisser faire », explique Pouria Amirshahi. L’idée a été pensée depuis plusieurs mois. Déjà, en juin 2015, dans une tribune publiée dans le JDD, ce dernier évoquait ce « mouvement citoyen ». « Je propose que toutes celles et ceux qui veulent fonder un nouveau projet progressiste pour la France d’après – quelles que soient leurs appartenance partisanes, leurs espoirs et leur doutes – se réunissent pour en poser les jalons dans les tous prochains mois », écrivait-il alors, jugeant indispensable « d’engager dès maintenant un mouvement national citoyen de type nouveau ».  Refusant de parler de « son » mouvement, Pouria Amirshahi ne souhaite pas non plus faire des responsables politiques qui ont signé l’appel – Laurent Baumel (PS), Marie-Noëlle Lienemann (PS), Benoît Hamon (PS), Pierre Laurent (PCF), Noël Mamère (EELV), Sergio Coronado (EELV), Julien Bayou (EELV) entre autres… – des « têtes de gondole ».  On se demande alors pourquoi il appuie sa démarche sur ces signatures ! La signature de M. Dupont ou M. Durand (sans mandat et appartenance) serait plus crédible. Dernière observation et pas la moindre, une telle initiative, intéressante au demeurant,  ne peut pas être lacée par un politique dans appareil depuis des années.

Le procès de Guéant « l’arnaqueur » commence aujourd’hui

Le procès de Guéant  « l’arnaqueur » commence aujourd’hui

 

 

Guéant est impliqué dans de nombreuses affaires et l’ancien premier flic de France est un spécialiste des accommodements avec la loi ; Son défaut comme beaucoup d’anciens copains de Sarkozy ( on se demande vraiment où Sarkosy va les chercher !) : c’est l’amour du fric. Cette fois le procès se tiendra seulement sur l’affaire des primes du ministère de l’intérieur qu’il a mis dans sa poche au lieu de la distribuer coutume c’était l’usage. Avec  toutes ses implications, Guéant pourrait monopoliser un tribunal pendant plusieurs années. Il est donc temps que la droite revienne au pouvoir pour enterrer toutes ces affaires ennuyeuses, l’ affaire Tapie surtout ! .  A l’époque où il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur, Claude Guéant est cette fois  accusé d’avoir profité de sommes d’argent prélevées sur les frais d’enquête des policiers. Son procès débute ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris.  Claude Guéant est jugé à partir de ce lundi après-midi au tribunal correctionnel de Paris. Un procès pour complicité de détournement de fonds public et recel dans l’affaire dite des « primes de Beauvau » qui remonte au début des années 2000. Entre 2002 et 2004 Claude Guéant est le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur. A cette époque, il touche, en plus de son salaire, des primes mais il les trouve, c’est l’expression qu’il utilisera devant les enquêteurs, un peu « étriquées » et surtout inférieures à celles de ses prédécesseurs. Un système est donc mis en place à Beauvau. Il est orchestré par un autre proche de Nicolas Sarkozy, Michel Gaudin, patron de la police nationale de l’époque également jugé pour détournements de fonds publics. Des sommes d’argent sont régulièrement prélevées sur l’enveloppe des frais d’enquête des policiers, du liquide qui sert entre autres à rémunérer leurs indics. Et ce sont au moins 10.000 euros par mois que se partagent plusieurs membres du cabinet Sarkozy, dont Claude Guéant qui s’en attribue la moitié. Le duo Guéant-Gaudin sera en partie confondu des années plus tard par des écoutes téléphoniques concernant une toute autre enquête, celle qui porte sur un éventuel financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy. Claude Guéant sera également piégé par des factures de biens de consommation payés en liquide: plus de 9.000 euros chez Darty ou encore 10 mille euros chez un cuisiniste.

Grèce : Juncker commence à paniquer

Grèce :  Juncker commence à paniquer

 

C’était inévitablel’  intransigeance européenne a créé aujourd’hui des tensions très fortes sur les marches ( bourses en baisse, montée des taux, instabilité monétaire). Du coup Juncker commence e à paniquer et c’est dans la précipitation qu’il  va annoncer de nouvelles mesures pour la Grèce. Certes  la Grèce nets pas sans responsabilité mais le mépris condescendant de l’Europe a son égard est au demeurant assez irresponsable. L’Europe s’est en effet offusquée que Tsipras propose un référendum et  a  mis fin unilatéralement aux discussions vendredi. «  Il n’ya plus rien à négocier’ avait-on déclaré en Allemagne ( Merkel). Du coup si la panique se développe l’Europe pourrait bien être conduite à accorder à la Grèce bien davantage que celui était prévu. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, « fera donc des propositions ce midi » pour tenter d’éviter la sortie de la Grèce de l’euro, a indiqué le commissaire européen aux Affaires économiques, Moscovici. Pierre Moscovici, a estimé qu’il subsistait encore « des marges pour la négociation » avec la Grèce, Athènes étant à « quelques centimètres » d’un accord avec ses créanciers. « Il faut qu’on continue à discuter », a-t-il déclaré au micro de RTL en soulignant que pour la Commission européenne, « la porte est toujours ouverte aux négociations ». »Juncker va indiquer la voie à suivre, je souhaite que tout le monde s’engage dans la voie du compromis », a ajouté M. Moscovici, interrogé sur RTL.

 

Sarkozy à Rachida Dati : « Commence par payer tes cotisations ! »

Sarkozy à Rachida Dati : « Commence par payer tes cotisations ! »

 

 

Ça vole bas à l’UMP ;  gonflé Sarkozy de reprocher à Rachida Dati de ne par payer ses cotisations alors que lui vient juste de régler les pénalités de sa campagne à l’UMP (364 000 euros).Au lendemain de la sortie de son ancienne ministre de la Justice, qui mettait en garde Nicolas Sarkozy, « Le Figaro » raconte quelle a été la répartie du nouveau président de l’UMP. Depuis son retour dans l’arène politique, rien ne se passe comme aurait souhaité Nicolas Sarkozy. Après l’opposition et le bon score de Bruno Le Maire à l’élection de la présidence de l’UMP, voilà que ses plus fidèles soutiens sortent du rang.  La première a été Nadine Morano, déçue et indignée par la place que lui réservait le nouveau patron de la rue Vaugirard dans l’organigramme du parti. Puis Rachida Dati, qui a affirmé sa liberté de parole jeudi 11 décembre. L’ancienne garde des Sceaux a déclaré qu’elle ne souhaitait pas « vivre une campagne fondée sur les cantines halal et la burqa ». « J’attends de savoir la ligne », a-t-elle expliqué, avant de répondre à la proposition que lui aurait fait l’ancien chef de l’État.  La réponse de ce dernier ne s’est pas fait attendre. « Commence par payer tes cotisations », lui aurait lancé Nicolas Sarkozy, raconte Le Figaro La maire du VIIe arrondissement de Paris ne seraient en effet pas à jour, selon l’UMP, comme l’avait rappelé Bruno Le Maire en novembre dernier. Rachida Dati, fidèle soutien de Nicolas Sarkozy qu’elle a connu lorsqu’il était maire de Neuilly, a gravi les échelons à ses côtés. D’abord au ministère de l’Intérieur, avant d’être sa porte-parole lors de la campagne présidentielle de 2007. À cette époque, le principal conseiller du candidat s’appelle Henri Guaino. En 2012, le président sortant lui a trouvé un remplaçant, à la faveur de Patrick Buisson, partisan d’une ligne plus droitière. Depuis qu’il est revenu dans le grand bain politico-médiatique, l’ancien chef de l’État n’a pas vraiment clarifié sa ligne politique. Les nominations de Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez sont la parfaite illustration du grand écart tenté par le chef de l’UMP, entre les centristes et une frange plus conservatrice du parti.

 

Juppé –Sarkozy : la guerre commence pour 2017

Juppé –Sarkozy : la guerre commence pour 2017

 

 Certains s’étonnent comme Bernadette Chirac que Sarkozy s’engage pour la présidence de l’IMP. Ce ne serait pas de son niveau ! Comme nous l’indiquions il y a déjà de semaines, la stratégie de Sarkozy c’est de contrôler l’UMP (refondue dans un nouveau parti) et donc les primaires. Actuellement Sarkozy est très largement en tête chez les militants UMP mais pas dans l’opinion, ni si les primaires sont ouvertes aux centristes. Du coup, il va magouiller pour l’organisation de ces primaires. Ce que vient un peu naïvement de découvrir Juppé.  Dans une interview à paraître mardi dans Sud-Ouest, Alain Juppé, candidat à la primaire UMP, estime que si Nicolas Sarkozy abandonnait l’idée de primaires UMP avant la présidentielle, ce serait « un point de conflit dur ».  Quatre jours après l’annonce du retour de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé le met en garde. Lui-même candidat à la primaire UMP en vue de la présidentielle de 2017, il ne veut pas que l’ex-président de la République puisse changer les règles du jeu. Dans une interview à paraître mardi dans le quotidien Sud-Ouest, interrogé sur l’hypothèse d’un changement des statuts de l’UMP « pour empêcher des primaires à droite« , il avertit que « l’abandon des primaires serait un point de conflit dur » avec Nicolas Sarkozy.  Dimanche Alain Juppé avait déjà averti qu’il irait « jusqu’au bout« . « Nicolas Sarkozy ne pourra pas faire les primaires tout seul, ça ne marchera pas. Si le but est de faire voter les 175.000 militants de l’UMP, ce n’est pas la peine, ils l’auront fait en décembre prochain« , pour la présidence de l’UMP, ajoute le maire de Bordeaux. « La raison d’être de ces primaires, c’est de les ouvrir à nos partenaires du centre pour qu’il n’y ait qu’un seul candidat à la présidentielle de 2017« , rappelle-t-il, disant attendre « sur ce point les engagements des différents candidats à la présidence de l’UMP« . »La raison d’être des primaires« , insiste-t-il, est « qu’il n’y ait qu’un seul candidat dans notre camp pour être élu. La division pourrait entraîner un deuxième tour entre le candidat socialiste et Madame Le Pen« , avertit-il. Alain Juppé lui ne brigue pas la présidence de l’UMP, seulement les primaires, convaincu que le vainqueur atteindra ensuite l’Elysée.   Egalement interrogé sur l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy dimanche soir, son ancien ministre des Affaires étrangères indique que « l’on ne change jamais vraiment. On peut s’améliorer ou se dégrader, ça dépend des cas« . Le ton est donné.

 

Collision TGV – TER : ça commence à faire beaucoup !

Collision TGV – TER : ça commence à faire beaucoup !

 

On voit mal pourquoi une signalisation en maintenance aurait autorisé un train à franchir un signal fermé sans autorisation. De toute évidence , il y a du relâchement concernant le concept de sécurité dans l’entreprise. Cette sécurité qui avait pourtant fait de la SNCF sa renommée. Il serait temps que Pepy ne se contente pas de faire de la com. et remette de l’ordre, la sécurité ferroviaire n’étant pas une option mais une ardente obligation .Certes on ne connait pas les résultats de l’enquête mais compte tenu de l’état du réseau (imputable au chois des investissements vers la grande vitesse), on semble s’accorder d’un certain laxisme sécuritaire dans l’entreprise.  Un TER a donc percuté un TGV entre Pau et Orthez en fin d’après-midi ce jeudi, faisant quatre blessés graves. Le système de signalisation était en maintenance, Frédéric Cuvillier ordonne des révisions.  Ce jeudi, vers 17h30, un TER est entré en collision avec un TGV à Denguin (Pyrénées-Atlantiques). La collision a fait 40 blessés légers et quatre graves, selon la préfecture qui a indiqué : « Une collision s’est produite entre un TER reliant Pau et Dax et transportant 60 passagers qui a percuté par l’arrière le TGV Tarbes-Paris qui transportait 178 passagers« . Les blessés les plus graves ont été héliportés vers l’hôpital le plus proche. Selon nos confrères de Sud-Ouest, il y aurait, parmi les blessés, un nourrisson, un enfant de 10, une femme et un mécanicien du TER. Le plan Orsec (nombreuses victimes) a été activé. Plus de 70 pompiers et 25 gendarmes sont intervenus. Sur les circonstances de l’accident, la préfecture a également précisé que le TER a « percuté le TGV Tarbes-Paris par l’arrière« . Le TGV avançait à petite vitesse lorsqu’il a été percuté. Les deux trains roulaient dans le même sens. La circulation des trains entre Pau et Bayonne a été interrompue. La SNCF annonce l’ouverture d’une enquête interne et le secrétaire d’Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, demande au Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEATT) de mener une enquête pour établir les causes de cet accident. Il a souligné qu’il s’agissait d’un accident « extrêmement rare« . Dans la soirée, le secrétai taire d’Etat aux Transports a précisé que le système de signalisation sur la voie où s’est produit la collision était en maintenance, en annonçant des révisions « dans tout le réseau« . « Il faut savoir que le système de signalisation était en maintenance. Y a-t-il un lien de causalité entre la maintenance et l’accident, rien ne permet de l’affirmer, ni de l’exclure« , a-t-il déclaré à la presse sur place en précisant que « les systèmes de signalisation qui sont en maintenance doivent être vérifiés« .

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol