Archive pour le Tag 'combien'

Assurance-chômage sauvée : pour combien de temps ?

Assurance-chômage sauvée : pour combien de temps ?

 

 

Menacée d’être reprise en main par l’État selon une proposition de Macron, l’assurance chômage a été une nouvelle fois sauvée en urgence. La question qui se pose est de savoir pour combien de temps. En effet régulièrement l’Unedic affiche des déficits de plusieurs milliards par an ce qui aboutit à une dette de près de 35 milliards. En cause évidemment l’insuffisance de croissance qui prive le régime de recettes, aussi le financement de régimes spéciaux et le financement de pôle emploi. Reste qu’en dessous d’une croissance du pays de 2 % (une croissance qui ne sera pas atteinte en 2017, en 2018 et en 2019), le régime d’assurance restera structurellement en déséquilibre. Provisoirement on a donc encore sauvé l’ Unedic. Le Medef, la CPME, l’U2P, pour les employeurs, la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, et FO, côté syndical, ont cependant signé vendredi la nouvelle convention d’assurance-chômage, qui retranscrit leur accord du 28 mars dernier. La convention doit maintenant être examinée par les services du ministère du Travail avant de recevoir l’agrément du gouvernement. Ce dernier devrait être en mesure de l’accorder la première semaine de mai, juste avant le deuxième tour de l’élection présidentielle. La convention pourra ensuite entrer en vigueur le 1er septembre. Elle sera valable trois ans. Syndicats et patronat tenaient à obtenir l’agrément de ce gouvernement pour entamer en position de force leurs relations avec le suivant. Ils ont en ligne de mire les programmes d’Emmanuel Macron et François Fillon. Le premier souhaite que l’État reprenne la main sur la gestion de l’assurance-chômage. Le second, un cran moins interventionniste, veut contraindre le champ de négociations des partenaires sociaux, en imposant notamment les allocations-chômage dégressives. Les signataires de la convention pensent que ce nouvel accord contraindra le (ou la) futur(e) président(e) à respecter leurs prérogatives. Officiellement, ils n’en ont reçu aucune garantie. La convention d’assurance-chômage apporte plusieurs changements de poids au régime. Elle réforme la règle de calcul de l’allocation pour prendre en compte de façon homogène le salaire perdu, durcit l’indemnisation des chômeurs de plus de 50 ans et acte la création d’une contribution exceptionnelle temporaire de 0,05 % de la masse salariale pour tous les contrats de travail, à la charge des entreprises.

Combien de djihadistes français ?

Combien de djihadistes français ?

La polémique sur les chiffres de Djihadistes fait rage  surtout dans un contexte de campagne électorale, la fourchette chiffrée paraît en effet très large. Il convient en outre d’éviter les amalgames entre profils de terroristes et profils de droit commun. Les individus qui font l’objet d’une fiche S sont de l’ordre de 10 000, il s’agit d’individus potentiellement dangereux mais pas tous liés à l’État islamique. À peine la moitié serait impliquée d’une manière ou d’une autre avec le djihad hisse soit environ 4000 individus, ce qui est bien sûr déjà considérable. Parmi ces individus tous n’envisage pas de faire le djihad et de partir en Syrie. On compte parmi eux de leurs 1000 personnes déjà parties ou qui manifestent l’intention de le faire. La précision  se trouve é dans le discours du 12 novembre de Bernard Cazeneuve lors de l’ouverture de la Journée de réflexion sur la prévention de la radicalisation. Il réalisait alors le décompte suivant :

  • 571 Français étaient à l’époque en Irak et en Syrie avec des organisations terroristes, dont 199 femmes
  • 246 personnes parties étaient revenues en France
  • 141 Français avaient été tués après avoir rejoint des organisations terroristes en Irak et en Syrie
  • 103 personnes identifiées comme radicalisées ou en voie de radicalisation faisaient « l’objet d’un suivi médical », sans qu’il ne soit précisé si cela correspondait uniquement à des personnes étant partis en Syrie ou en Irak.
  • 200 interdictions de territoires de gens susceptibles de partir faire le djihad avaient été prononcées à cette date

De son côté, un rapport du ICSR (International Centre for the Study of Radicalisation) du Kings College of London estimait que, début 2015, près de 1.200 Français s’étaient rendus en tout en Irak ou en Syrie pour rejoindre des organisations terroristes depuis le début du conflit en 2011. L’ICSR indique aussi (pour l’ensemble des Européens partis dans ces zones de conflit) que 5 à 10% de ces personnes sont mortes et que 10 à 30% d’entre elles ont quitté les théâtres d’opération, retournant chez eux ou étant bloqués dans des pays de transit. Il est évidemment difficile de donner des chiffres très précis concernant les Français impliqués dans les filières dualistes retenons simplement que plusieurs milliers d’individus peuvent présenter un danger potentiel. Ce chiffre démontre à lui seul la nécessité sans doute de revoir de manière approfondie voire de remettre en cause notre système de renseignements d’un point de vue quantitatif, qualitatif mais aussi dans sa philosophie

Banques : amendes de 325 milliards..pour combien de profits ?

Banques : amendes de 325 milliards..pour combien de profits ?

 

Au total pour les banques ont écopé d’uen amende de 325 milliards pour comportement illégal. La question est oui  mais pour combien de profits ? car force est de constater que les profits des banques sont essentiellement réalisées sur les opérations de spéculation et non sur leur activités classiques de prêts par exemple. En spéculant sur les taux, sur les matières premières, sur les actions ( via en particulier le trading à très haute fréquence) etc. De ce point de vue contrairement à l’idée répandue la crise de 2008 n’a servi à rien et aucun système de régulation ne pourra empêcher un éventuel krach. Vingt des principales banques mondiales ont payé plus de 235 milliards de dollars (210 milliards d’euros) d’amendes et d’indemnités sur les sept dernières années pour une série d’infractions, de délits et de comportements jugés répréhensibles qui empêchent le secteur de tourner définitivement la page de la crise. La facture est sans doute encore loin d’être définitive et nombreux sont ceux, parmi les responsables politiques, les organismes de régulation et les observateurs du secteur, qui jugent nécessaires de nouvelles mesures pour encadrer les activités des banques. « Certaines choses ont changé mais je ne suis pas convaincu qu’un changement complet de culture puisse se faire sans que des mesures soient prises », explique Mark Taylor, doyen de l’école de commerce de l’université anglaise de Warwick. Cet ancien trader sur les marchés des changes et conseiller de la « Fair and Effective Markets Review » de la Banque d’Angleterre juge que les bonus des banquiers sont trop élevés, que la menace de la prison n’est pas assez dissuasive pour les fraudeurs et que les dirigeants des banques ne rendent pas suffisamment de comptes. « Le problème, c’est que l’incitation à tricher est énorme. Il suffit de faire varier un taux d’une fraction pour faire gagner des millions et des millions de dollars à votre banque, donc pour gagner des bonus. »

Rémunération : combien gagnent les commerçants ?

Rémunération : combien  gagnent les commerçants ? ( source les Echos)

Parler des commerçants en général n’a pas tellement de sens tellement ces professions sont différentes. En gros des revenus qui évoluent  de 20 000 euros à 150 000 par an ; il s’agit de moyenne par profession, les écarts sont donc beaucoup plus considérables. Aussi de nombreux petits commerces qui ferment faute de rentabilité (et qui licencient mais cela ne fait pas la une de la presse). Car du fait de la crise les consommateurs privilégient les grandes surfaces lesquelles ont bien du mal à maintenir leurs chiffres d’affaires.  En moyenne, les commerçants ont touché 49 000 euros bruts en 2013 (avant paiement des cotisations sociales inhérentes à l’activité de chef d’entreprise). De grands écarts existent cependant entre les différents secteurs d’activités, comme le révèle l’enquête annuelle de la fédération des centres de gestion agréés (FCGA), publiée fin octobre 2014. Sans surprise, les commerçants qui exercent dans le secteur de la santé occupent à nouveau les premières places du classement des meilleures rémunérations en 2013. Avec 146 500 euros de résultat courant moyen brut, les pharmaciens tiennent le haut de l’affiche, devant les prothésistes dentaires (67 000 euros) et les opticiens (66 800 euros). Parmi les professions ayant gagné plus de 50 000 euros se trouvent également d’autres branches du commerce comme les bouchers avec 56 000 euros, ou encore les hôteliers (établissements sans restaurant) avec 51 100 euros, les gérants de supérettes (50 500 euros) et les agents immobiliers. Les charcutiers et les bijoutiers ont, en revanche, quitté cette catégorie en 2013 et ont gagné respectivement 49 900 euros et 46 800 euros. Si l’on retire le secteur de la santé, comme le souligne la FCGA, le résultat courant moyen brut des commerçants passe à 41 000 euros, chutant de plus de 16 %. Parmi les activités qui s’éloignent le plus du haut de ce palmarès, se trouvent notamment la lingerie féminine (32 200 euros), le prêt-à-porter (31 400 euros), la restauration rapide (30 500 euros), les fleurs (29 000 euros) le pressing (24 600 euros) et l’esthétique (22 400 euros). Sur les 77 professions recensées par la FCGA, 24 ont perçu des résultats courants moyens inférieurs à 34 000 euros bruts, soit 3 secteurs d’activité de plus qu’en 2012. Cela représente plus d’un tiers des TPE françaises.

Le palmarès des rémunérations des commerçants en 2013

Ils ont gagné plus de 51 000 euros de résultat courant moyen brut :

- pharmaciens : 146 500 euros
- opticiens : 66 800 euros
- bouchers : 56 000 euros
- hôteliers (sans restaurant) : 51 100 euros

Ils ont gagné entre 42 500 et 51 000 euros :

- patrons de supérettes : 50 500 euros
- charcutiers : 49 900 euros
- boulangers-pâtissiers : 49 200 euros

Ils ont gagné entre 34 000 et 42 500 euros :

- garagistes : 41 900 euros
- restaurateurs : 41 300 euros
- commerçants fruits et légumes : 34 700 euros

Ils ont gagné moins de 34 000 euros bruts :

- gérants de magasins prêt-à-porter : 31 400 euros
- fleuristes : 29 000 euros
- coiffeurs : 26 800 euros
- patrons de pressing : 24 600 euros

*Le résultat courant moyen brut est le résultat avant le versement des co

Ebola : combien de morts ?

Ebola : combien de morts ?

 

L’OMS avoue maintenant qu’en fait elle n’en sait rien, elle indique 5000 morts recensés, en prévoit 15 000 mais reconnait que ce chiffre peut être multiplié par 2 ou 3.  En réalité, l’équipement sanitaire et social en Afrique empêche toute évaluation surtout avec la confusion qui peut exister entre le palu  dont on ne sait déjà pas recenser les victimes (700 000 morts par an en Afrique). et Ebola dont certains symptômes sons communs Près de 5.000 personnes sont mortes après avoir contracté le virus de la fièvre hémorragique Ebola, annonce l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont le nouveau bilan fait état de près de 10.000 cas de contamination. L’OMS précise qu’à la date du 19 octobre 9.936 personnes ont été contaminées et 4.877 sont décédées, principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, pays les plus touchés par la maladie. L’organisation humanitaire ajoute que son estimation du nombre de victimes pourrait en fait être trois fois supérieure et atteindre près de 15.000 morts. L’OMS juge que les cas réels de contamination sont bien plus nombreux que ceux effectivement recensés. Ce facteur multiplicateur est de 1,5 en Guinée, 2 en Sierra Leone et 2,5 au Liberia avec un taux de mortalité de 70% en cas de contamination. Le Liberia est le pays le plus affecté par la maladie avec 4.665 cas recensés et 2.705 morts, suivi par la Sierra Leone, 3.706 cas et 1.259 décès et la Guinée, berceau de l’épidémie, 1.540 cas et 904 morts. L’OMS ajoute que les institutions médicales manquent cruellement de lits pour accueillir les malades dans ces pays et que l’aide sanitaire internationale demeure insuffisante.

 

Ebola : combien de victimes ?

Ebola : combien de  victimes ?

Les victimes du viraux Ebola sont impossibles à comptabiliser. On ne sait déjà pas compter la mortalité liée au paludisme (entre 700  000 et 1.2 millions de tués par an dont 80% en Afrique) ; la plupart du temps dans les villages, les petites villes, les quartiers pauvres on ne consulte même pas un médecin ou on ne peut pas se procurer de médicaments et les hôpitaux publics (quand ils existent)  sont sous équipés. L’Organisation mondiale de la santé et les ONG s’alarment donc d’un nombre de victimes d’Ebola « largement sous-évaluée » en Afrique de l’Ouest. D’après Médecins sans frontières, les moyens mis en place jusqu’à présent ne suffisent pas à faire face à l’ampleur de l’épidémie.  Officiellement, l’épidémie d’Ebola, la plus grave depuis l’apparition de cette fièvre hémorragique en 1976, a fait 1.145 morts : 380 en Guinée, 413 au Liberia, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria. Mais ce chiffre reste une estimation car « le personnel présent dans les zones d’épidémie relève des preuves montrant que le nombre de cas rapportés et le nombre de morts ne reflètent pas l’ampleur de l’épidémie« , affirme l’Organisation mondiale de la santé dans un communiqué. Alors combien de victimes ? Impossible de le savoir précisément d’après Joanne Liu, directrice de Médecins sans frontières. « On sait que les cas sont sous-estimés mais on n’a pas le système en place pour faire une collecte de données complète dans chaque village. Sur place, les habitants nous disent : ‘il y a eu des morts dans la communauté cette nuit’. Mais, sans plus de précisions et sans moyens d’aller sur place, on ne peut pas comptabiliser ces victimes« . Pour se rendre compte de la situation, le docteur Joanne Liu est allé en Afrique de l’Ouest pendant dix jours. Elle raconte sur France Info.   Médecins sans frontières lance donc un appel à une coordination internationale renforcée sous la houlette de l’OMS. « Tous les gouvernements doivent se mobiliser. Il faut le faire maintenant si nous voulons contenir cette épidémie« , poursuite Joanne Liu. L’Organisation mondiale de la santé a également débloqué 75 millions d’euros pour tenter de mieux identifier les personnes et les zones touchées par l’épidémie. « Il s’agit de mettre en place des centres de traitements, d’avoir un système de surveillance pour identifier les foyers de transmission, d’envoyer du matériel de protection pour les travailleurs de la santé. Il faut aussi faire venir des experts« , détaille le porte-parole de l’institution internationale. L’Organisation mondiale de la santé assure également qu’elle « coordonne une augmentation massive de la réponse internationale« . A sa demande, le Programme alimentaire mondial de l’ONU va aider un million de personnes en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée pour empêcher une crise alimentaire en plus de la crise sanitaire.

 

Baisse des impôts en 2015 : Qui ? Combien ?

Baisse des impôts en 2015 : Qui ? Combien ?

 

Hollande reste comme d’habitude dans le flou le plus intégral en ayant annoncé le 14 juillet des baisse dimpôts pour 2015 ; En fait c’est une annonce pour répondre à la grogne montante des couches moyennes ; Combien seront touchés, Hollande annonce de centaines de milliers, 200 000, 500 00, 900 000 ? De toute manière c’est insuffisant pour alléger la fiscalité sur l’ensemble de l’assiette des couches moyennes. Deuxième entourloupe, le montant de cette réduction fiscale ; Sans doute moins que les augmentations de 2013 et 2014. Juste une sorte d’inversion de courbe en quelque sorte !   »2014-2015, il y aura un effort supplémentaire pour les catégories moyennes (…) On fera en sorte qu’il y ait plusieurs centaines de milliers de Français qui payent moins d’impôts », a déclaré le chef de l’État ce 14 juillet, lors d’une interview télévisée. Comment et dans quelles proportions ces impôts vont-ils être baissés ? Combien de Français seront concernés ? Ces questions restent en suspens, François Hollande n’ayant livré aucun détail.  Une hypothèse probable serait que le gouvernement ait recours, dans la loi de finances 2015, à un relèvement de la décote.  « Il y avait eu un relèvement de la décote (pour l’année 2014, ndlr) qui avait bénéficié à 7 millions de contribuables et parmi eux 135.000 étaient devenus non-imposables, donc on peut imaginer que c’est ce genre de mécanisme qui sera porté », explique Vincent Drezet, du syndicat unifié des impôts. Mais ce geste en faveur des classes moyennes ne devrait pas concerner des niveaux de salaire très supérieurs au Smic : « 1,1 ou 1,2 SMIC grand maximum », estime Vincent Drezet. Cela reste une hypothèse. La seule certitude à ce stade, ce sont les modalités du coup de pouce fiscal à l’adresse des ménages modestes, qui va s’appliquer à l’impôt 2013.  En bénéficieront 3,7 millions de personnes dont le revenu tourne autour de 1.600 euros brut par mois maximum et qui sont rentrées dans l’impôt à cause d’un gel du barème.  Leurs impôts baisseront de 350 euros pour une personne seule, de 700 euros pour un couple.

Fagor Brandt : Cévital veut garder 1.200 employés, pour combien de temps ?

Fagor Brandt : Cévital veut garder 1.200 employés, pour combien de temps ?

1200 salariés repris sur 1800, repris par une société algérienne, de quoi limiter la casse sociale. Reste à savoir si ces emplois seront pérennes ou s’il ne s’agit pas d’un rachat de marque dont tout ou partie de la production sera ensuite délocalisée. De ce point de vue le fait de retenir l’offre «  la plus disante » n’est pas nécessairement un critère très pertinent. Pour les appels d’ordres on vient par exemple très récemment ( et bien tardivement)  de s’apercevoir  que les moins disants sur les prix n’étaient pas forcément les plus performants ; Il en es t sans doute de même en matière d’emplois. La société algérienne a fait la meilleure offre de reprise du groupe d’électroménager en redressement judiciaire. En redressement judiciaire depuis début novembre, Fagor Brandt semble proche de la reprise. Le groupe d’électroménager a dévoilé, comme prévu, le nom de quatre candidats à l’issue d’un comité central d’entreprise. Selon Le Figaro, le groupe algérien Cévital, le fonds Sun capital, le groupe de Mayenne Variance Technologie et le fabricant de moteurs de lave-linge Selmi ont déposé des offres vendredi dernier. La CGT et la CFE-CGC ont indiqué ce mercredi 22 janvier que le groupe algérien Cévital était celui qui avait formulé la meilleure offre. Il propose en effet de garder 1.200 personnes sur 1.800. Le projet porte sur la reprise de quatre sites : les usines d’Orléans (Loiret) et Vendôme (Loir-et-Cher), ainsi que le siège de l’entreprise à Rueil-Malmaison et les services après-vente réunis à Cergy-Pontoise (Val d’Oise).

 

PSA « restera français »(Moscovici)… pour combien de temps

PSA  «  restera français »(Moscovici)… pour combien de temps

Pour l’instant l’Etat va participer avec le chinois Dongfeng à l’augmentation de capital. Moscovici affirme donc que PSA restera une entreprise française. Rien n’est sûr,  à plus long terme car rien n’interdit à des membres de la famille Peugeot de se délester d’une part de ses actions au profit des chinois (ou d’autres). .il  faudra sans doute aussi d’autres augmentations de capital pour remettre à flot PSA.  PSA Peugeot Citroën a bien confirmé « la poursuite des négociations concernant un renforcement de son partenariat industriel et commercial avec Dongfeng« , ainsi « qu’un projet d’augmentation de capital d’un montant de l’ordre de 3 milliards d’euros », auquel participeraient le groupe chinois et l’État. « Selon le scénario privilégié, la société envisagerait de procéder à une augmentation de capital réservée à Dongfeng », suivie d’une augmentation de capital avec droits préférentiels de souscription à laquelle le groupe chinois participerait et que « l’État français pourrait accompagner », ajoute dans un communiqué le constructeur automobile. « L’État français pourrait accompagner ces deux augmentations de capital dans les mêmes conditions que Dongfeng », poursuit-il.  PSA est et restera une entreprise française Pierre Moscovici, ministre de l’Économie « L’État a vocation à soutenir PSA et ses 91.000 salariés qui travaillent dans ses usines en France, afin d’accompagner cette grande entreprise dans son rebond », a réagi auprès de l’AFP le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. « L’État est là pour marquer la volonté d’un ancrage français : PSA est et restera une entreprise française, avec des centres de décision et de productions en France », a indiqué de son côté le ministre de l’Économie Pierre Moscovici dans un entretien accordé aux journaux du groupe Ebra (L’Est républicain, Les Dernières Nouvelles d’Alsace…).     »L’intervention éventuelle de l »État, à la même hauteur que Dongfeng, et le maintien de l’actionnaire familial au capital, permettraient très clairement à l’entreprise de rester une entreprise française », selon M. Moscovici. La famille Peugeot détient actuellement 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote du groupe.  Préalablement au renflouement de 3 milliards, PSA envisage en outre d’attribuer gratuitement aux actionnaires actuels des bons de souscription d’actions, « avec un prix d’exercice égal à celui de l’augmentation de capital réservée », selon le communiqué du constructeur.  Le groupe, qui « étudie d’autres scénarios alternatifs d’augmentation de capital », souhaite « que ces négociations puissent faire l’objet d’une annonce à l’occasion de la publication de ses comptes annuels le 19 février 2014″. « La société tient à préciser qu’aucune assurance ne peut être donnée quant à l’aboutissement de ce projet », précise le communiqué.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol