Archive pour le Tag 'Coluche »'

« Je m’excuse mais merde » (Fillon parodiant Coluche)

« Je m’excuse mais merde » (Fillon parodiant Coluche)

 

 

 

C’est en substance ce qu’a dit François Fillon pour tenter d’expliquer le contexte de ces malversations financières. L’excuse mise en dérision par Coluche avec sa célèbre phrase : « je m’excuse mais merde » convient parfaitement à l’ancien premier ministre. Un Premier ministre bien contraint de faire semblant de s’amender mais qui a tout de suite réaffirmée que les détournements d’argent public étaient légaux ce qui évidemment est faux  puisque le salaire de Pénélope Fillon concernait un emploi fictif. D’ailleurs Fillon n’a apporté aucune autre preuve matérielle du travail réel de son épouse sinon qu’elle le soutenait, qu’elle lisait ses discours ou encore qu’elle lui transmettait les doléances des « sujets » sarthois. Pas vraiment de quoi convaincre qu’elle avait un rôle d’assistante parlementaire, aucune trace écrite ne le prouve, il ne reste rien de l’activité de Pénélope Fillon. Au-delà de l’aspect juridique reste la dimension morale. François Fillon a donc présenté lundi ses « excuses » aux Français pour avoir salarié des membres de sa famille  mais en ajoutant immédiatement « Tout cela était légal », et en accusant la presse, toute la presse, d’être responsable du scandale diffusé. Dans sa conférence de presse, l’ancien Premier ministre a reconnu avoir donné des réponses « imprécises » lorsqu’il a été interrogé ces derniers jours sur les détails des travaux effectués et a mis ces erreurs sur le compte de l’émotion. Hélas les réponses restent encore bien imprécises voir complètement absente. D’abord il n’a pas apporté de preuve convaincante de la réalité du travail de collaboratrice de son épouse. Il n’a pas non plus expliqué pourquoi il avait payé autant ses enfants bien plus que la moyenne d’un véritable assistant parlementaire. Il n’a pas dit un mot du salaire fictif par son épouse dans la revue « des deux mondes » dirigée par son ami milliardaire. Il n’a pas dit un mot convaincant concernant la récupération de sommes normalement destinées aux assistants parlementaires et qu’il a mis directement dans sa poche. Il n’a pas parlé non plus du dernier scandale celui concernant les conditions d’attribution du grade suprême de la Légion d’honneur : la grand-croix, attribuée au même ami milliardaire. Il n’a pas évoqué la sous-estimation ridicule de son patrimoine. Il n’a pas dit un mot de la récupération du bénéfice réalisé lors des primaires de la droite. Des primaires qui ont rapporté 10 millions de bénéfices et qui sont allés tout droit dans son micro parti au lieu de rejoindre la caisse des Républicains. Il n’a pas évoqué bien sûr son train de vie lorsqu’il était premier ministre. Il a aussi fait complètement l’impasse sur l’activité sulfureuse de sa société de conseil, une société qui aurait été en partie financée par le milliardaire propriétaire de la revue « des deux mondes ». Bref il a survolé ses affaires, en a ignoré une grande partie. Il a surtout eu le culot de mettre en accusation la presse. Bref la formule de Coluche : « je m’excuse mais merde » résume bien la tentative pathétique d’explications de François Fillon.

Emmanuel Macron « c’est Coluche ou Kouchner ?

Emmanuel Macron « c’est Coluche ou Kouchner ?

Dans les allées du pouvoir on ne se fait guère de cadeaux notamment concernant les étoiles montantes qui bouleversent l’oligarchie.  Macron va l’apprendre à ses dépens d’autant qu’il n’économise guère son exposition médiatique. Récemment François Hollande avait suggéré que le phénomène Macron pouvait se comparer à celui de Coluche, une comparaison en réalité assez vacharde car Coluche était surtout un humoriste. Certains proches de François Hollande le comparent à ces quelques personnalités qui ont occupé le haut de l’affiche mais qui n’ont jamais été capables de traduire ces bonnes intentions en victoire politique en tout cas de les mettre à la hauteur des ambitions affichées. De ce point de vue Rocard constitue sans doute un excellent exemple des capacités du PS  à détruire les compétences. Alors que Rocard  était au plus haut dans les sondages, qu’il montrait une grande efficacité comme Premier ministre, le parti socialiste et Mitterrand ont réussi leur travail de démolition d’une personnalité trop innovante et trop compétente pour la gauche. Macron qui n’est peut-être pas le sauveur attendu mais qui apporte un peu de fraîcheur et de nouveauté dans un paysage politique sclérosé pourrait bien connaître le même sort car au PS les  capacités à détruire sont plus importantes que celles à construire. Du coup maintenant c’est la comparaison avec Kouchner qui est à la mode de la dérision vis-à-vis de Macron. Une comparaison d’autant plus facile que Kouchner a effectuée un voyage de gauche à droite sans grande état d’âme. « Emmanuel Macron, dit un ministre , c’est Bernard Kouchner : c’est la personnalité préférée des Français, et il n’a jamais gagné une élection. Kouchner avait fait plusieurs tentatives et il a toujours perdu. Je prédis la même chose à Emmanuel Macron ». Vous savez ce qu’on dit ? Avec des amis comme ça, pas besoin d’ennemis.
Deux semaines après avoir lancé son mouvement, En marche, le ministre de l’Économie a provoqué le 22 avril stupeur et colère dans la majorité en affirmant ne pas se sentir l’ »obligé » de François Hollande, tout en protestant de sa loyauté, au point de susciter des interrogations sur son maintien au gouvernement. Omniprésent dans les médias, Emmanuel Macron reste ambigu sur ses intentions pour 2017.

(Avec RTL)

« Macron, c’est Coluche » (Hollande)

« Macron, c’est Coluche » (Hollande)

Ce n’est plus la guerre en dentelle entre Macron et Hollande ; le président de la république a en effet sorti le bazooka en comparant le phénomène médiatique Macron à celui de Coluche. Une attaque violente pour démontrer le caractère éphémère de la popularité du ministre de l’économie sans doute aussi pour souligner le caractère dérisoire voir comique des prétentions de macro. De quoi nourrir de plus en plus la perspective d’un départ prochain de Macron du gouvernement. « Il pouvait élargir ma base, aurait déclaré à des proches le président de la République. Mais à chaque fois qu’il parle, c’est une attaque contre moi. » Dans Le Canard Enchaîné du 27 avril, qui rapporte ces conversations, François Hollande se « désole » de cette situation et de l’ambition personnelle du jeune ministre. Et de poursuivre: « Donc au lieu d’élargir (la base électorale, NDLR), il soustrait. Ca ne pourra pas durer, il est en train de gâcher ce qu’il fait au gouvernement. » François Hollande envisagerait-il de renvoyer Emmanuel Macron? De nombreux membres du gouvernement pousseraient en tout cas le président en ce sens. Un chef de l’Etat qui a alerté son ministre de l’Economie: « Tu devrais faire attention, prévient-il. Je reçois des textos de ministres qui me demandent de restaurer mon autorité en te virant ». Quand Najat Vallaud-Belkacem estime qu’il n’y a pas besoin « d’aventure solitaire », Jean-Yves Le Drian appelle le locataire de Bercy a joué collectif, Michel Sapin, lui, ironise. « Faire de la politique quand on est ministre c’est bien, mais il faut d’abord faire son travail », lance le ministre du Travail. Au point que le Premier ministre, rival affiché de Macron, l’aurait surnommé « Emmanuel Microbe ». François Hollande tenterait toutefois de siffler la mi-temps. Avec son humour bien connu, le président de la République préfère relativiser les ambitions présidentielles du ministre de l’Economie en se basant sur l’histoire. « Il y a toujours un personnage mythique qui sort comme ça à un an de la présidentielle », rappelle-t-il à ses proches. Avant de se lancer dans une comparaison qu’appréciera certainement le principal intéressé. « Un personnage qui vient expliquer que la politique telle qu’elle est conduite n’est pas bonne. Avant 1981, c’était Coluche. Cela aurait pu être, aujourd’hui, Nicolas Hulot. » Car François Hollande assiste à la montée dans les sondages d’un autre potentiel trublion pour 2017: Nicolas Hulot. « Le lancement de la fusée Hulot a d’ailleurs été paralysé par le lancement de la fusée Macron. Mais ensuite, tout ça se dégonfle, parce que c’est hors-sol. » Paralysé, Nicolas Hulot? Dansun sondage Odoxa, son ancien envoyé spécial pour l’écologie devient la personnalité politique préférée des Français, devant Alain Juppé et un certain Emmanuel Macron.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol