Archive pour le Tag 'Collard'

« Allez voter, bande de fainéants » Collard, (FN) le soudard !

« Allez voter,  bande de fainéants »  Collard, (FN) le soudard !

 

 

On peut se demander si Collard ne tutoie pas par excès les comptoirs de bistrots tellement ses  propos sont provocateurs et vulgaires. Une tonalité reprise par Marion maréchal le Pen venue soutenir Collard en difficulté.  « Je crois qu’il est indispensable qu’il y ait un Gilbert Collard à l’Assemblée. Parce qu’il est indispensable qu’il y ait un peu d’insolence à l’Assemblée pour bousculer cette tiédeur, ce politiquement correct…qui malheureusement risque de terriblement s’accentuer avec Emmanuel Macron et avec des candidats inexpérimentés, inconnus et parfois même, disons le, médiocres quand ce n’est pas carrément lâches puisqu’ils refusent même de débattre », martèle Marion Maréchal-Le Pen.  »L’heure est grave…nous allons vers une hégémonie macroniste », à l’Assemblée, souligne-t-elle. Mme Maréchal-Le Pen assure que « plus d’un électeur sur deux du Front national n’est pas allé voter dimanche dernier », les appelant au second tour à se déplacer en particulier dans le sud gardois pour ne pas « abandonner la France aux mains de ceux qui veulent sa mort ». « Sacrée Marion ! », enchaîne M. Collard sous les applaudissements. « Je suis venu te dire “reviens” », commence-t-il, la salle scandant « reviens ! » en choeur en direction de la benjamine des Le Pen. Si certains « regrettent le départ de Marion, c’est pas une raison pour me laisser tomber », ironise-t-il avant « d’engueuler » les électeurs du parti d’extrême droite qui ne sont pas allés voter. « Je veux au moins pouvoir l’emmerder » à l’Assemblée nationale, dit-il à propos du président Emmanuel Macron. « Allez voter bande de fainéants ! », lance-t-il à la salle. « Si tous les électeurs du Front avaient voté je passais au premier tour », assure le député sortant. Avec des si, Marine Le Pen serait aussi présidente de la république.

Législatives : Collard, le philosophe de bistrot du FN, battu

Législatives : Collard, le philosophe de bistrot du FN,  battu

Collard, apparenté FN mais qui parle en son nom pourrait bien être victime de ses saillies populistes, agressives et vulgaires. Un  sondage du JDD le donne battu. D’une  certaine manière,  Collard réunit toutes les tares du FN, une incompétence totale bien sûr mais aussi uen grossièreté, une hypocrisie et une haine de l’autre même à l’intérieur du FN.   Vendredi, Gilbert Collard a reproché à Florian Philippot de ne pas jouer collectif. Si le député RBM du Gard a «toujours» été contre la sortie de l’Euro – bien qu’il pense que cette monnaie est «pourrie» pour les Français -, il estime cependant qu’il faut suivre la ligne définie par le parti. Et selon lui, Philippot ne respecte pas un principe «démocratique» consistant à se plier à la ligne politique du mouvement, la future ligne restant à définir. «Il faudrait que les egos se calment car cela va finir par nous faire du tort aux législatives!», avertit le parlementaire, avant de lâcher, avec ironie: «Que l’on sorte ou pas de l’euro, si Philippot sort, on aura au moins une sortie».Il il n aura une autre : la sienne ! Si l’élection avait lieu aujourd’hui, le candidat Front national dans la 2e circonscription du Gard serait en bien mauvaise position pour rempiler au palais Bourbon. L’avocat de formation arriverait néanmoins en tête du premier tour avec 32% des intentions de vote. Il devancerait ainsi la candidate En marche également soutenue par le PS, Marie Sara, créditée de 31% des voix. Macron n’était pourtant arrivé que quatrième lors du premier tour de la présidentielle…  »Il y a une incertitude de premier tour, mais on constate un phénomène attrape-tout et un effet de souffle post-présidentielle pour les candidats d’En marche », souligne Frédréic Dabi. Pour le second tour, l’Ifop a testé deux configurations : celle d’une triangulaire incluant Gilbert Collard, Marie Sara et Pascale Mourrut et celle d’un face-à-face classique entre le frontiste et la torera d’En Marche. Dans les deux cas, Marie Sara l’emporterait.

 

* La représentativité des échantillons a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée). Pour ces tailles d’échantillon, la marge d’erreur est de plus ou moins 1,8 point pour une intention de vote de 5%, de plus ou moins 2,4 pour un score de 10%, de plus ou moins 3,3 pour un score de 20%, de plus ou moins 3,7 pour un score de 30%, de plus ou moins 4 pour un score de 40% et de plus ou moins 4,1 pour un score de 50%.

Macron et la profession bancaire traités de « putes « par Gilbert Collard

Macron et la profession bancaire traités de « putes « par  Gilbert Collard

 

Au Front national, sur le fond comme sur la forme ou ne s’embarrasse pas avec la décence. L’outrance et  la vulgarité caractérisent  même la rhétorique du parti d’extrême. Pour preuve Gilbert Collard, pourtant avocat, à traité de pûtes Macron et la profession bancaire de « putes ». Des propos évidemment injurieux et grossiers plus proches de ceux qu’on utilise dans les bistrots après plusieurs tournées d’apéritif que dans les sphères  démocratiques. Il faut dire que nombre de soutiens du Front national, si l’on en juge par leurs propos voire leur faciès doivent  sans doute fréquenter de manière excessive les comptoirs de café. C’est en tout cas l’impression que donne Gilbert Collard, toujours rouge de colère et peut-être d’alcool dans la caractéristique et de cracher sur ses adversaires. Ainsi pour répondre à Macron qui accusait le front national d’instrumentaliser les salariés de Whirlpool à Amiens, le provocateur Gilbert Collard n’a pas hésité à déclarer : « Depuis quand on achète des militants, des ouvriers ? (…) Ce ne sont pas des putes comme les banquiers », ce qui a suscité vendredi l’ire des organisations représentatives du secteur bancaire français. « La profession bancaire et ses 370.000 salariés se sentent profondément blessés par ces propos injurieux qui portent atteinte à leur dignité tant professionnelle que personnelle », ont fait savoir vendredi dans un communiqué commun la FBF, peu habituée à s’exprimer dans le débat politique, et les syndicats représentatifs du secteur CFDT, CFTC et SNB/CFE-CGC. « Les banques françaises et les syndicats représentatifs de secteur bancaire regrettent profondément » ces propos et « nous pensons tout particulièrement aux effets de tels propos sur les salariés des banques », soulignent les organisations dans le communiqué. Dans un communiqué séparé, le syndicat FO Banques a estimé que « ces propos sont profondément choquants, insultants et méprisants pour des salariés des banques et sociétés financières ».

Les républicains : « des péripatéticiennes qui font le trottoir » ! (Collard)

Les républicains : « des péripatéticiennes qui font le trottoir » ! (Collard)

 

Toujours fin et distingué Collard, l’avocat député un peu lourdingue proche du Front national qui a considéré que les républicains faisaient la pute (non péripatéticienne ! c’est plus classe !). Le député du Rassemblement Bleu Marine n’a pas manqué de pointer ces hésitations en condamnant le décalage entre le discours officiel du parti et les divergences locales. « La question est de savoir si Les Républicains sont des péripatéticiennes ou pas », lance Gilbert Collard dans un entretien accordé au Figaro, ce mardi 27 octobre.   »Ils font tous le trottoir; Cela pue la stratégie de studio », condamne le député RMB dans cette interview. Mais il n’est pas le seul porte-voix du FN à condamner par avance toute alliance électorale. Le vice-président du FN, Louis Alliot, tête de liste du parti en région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, met aussi en garde Les Républicains : « Tout ce qui sera fait par la droite pour maintenir la gauche sous respiration artificielle relèvera de la haute trahison électorale. » Au Parti socialiste aussi, le débat fait rage autour du front républicain. Si le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a fermé la porte à toute alliance avec la droite, beaucoup de ténors du parti sont moins catégoriques. Après Anne Hidalgo, c’est Pierre de Saintignon, la tête de liste PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie qui a ouvert la porte à une alliance avec la droite au second tour, lundi 26 octobre sur RTL.

 

Crise FN : « ferme ta gueule espèce de collard « Jean-Marie Le Pen

Crise FN : « ferme ta gueule espèce de collard « Jean-Marie Le Pen

 

Toujours dans la dentelle, Jean Marie Lepen qui répond à Collard, député FN : FN : « ferme ta gueule espèce de Collard La nouvelle provocation de Jean-Marie Le Pen, qui persiste à dire que les chambres à gaz nazies sont un « détail de l’histoire », suscite la colère de sa fille, ouvre une fracture au Front national et menace la candidature du patriarche aux élections régionales de décembre prochain. Des responsables de gauche y ont vu le signe que la dédiabolisation voulue par Marine Le Pen n’était qu’un « vernis », tandis que le parquet de Paris a ouvert une enquête pour contestation de crime contre l’humanité. Marine Le Pen avait marqué dès jeudi son « profond désaccord » avec son père, président d’honneur du FN, lui reprochant d’appliquer une « stratégie avouée » de provocation parce qu’il pense que « la polémique est positive pour le mouvement ». La présidente du FN s’est démarquée du député européen à plusieurs reprises, affirmant en 2011 que les camps nazis étaient « le summum de la barbarie ». En juin dernier, elle avait dénoncé une « faute politique » quand son père avait parlé d’une « fournée » concernant le chanteur Patrick Bruel, qui est juif. Florian Philippot, le vice-président du mouvement qui se dit d’inspiration gaulliste, a déploré vendredi une provocation « parfaitement inutile » et des propos « qui ne sont en aucune manière la ligne du Front national ». « J’avoue ne pas comprendre pourquoi il a besoin de faire de la provocation et de rouvrir des plaies qui sont terribles, qui sont terrifiantes, de l’Histoire », a-t-il dit sur LCI. Avant lui, le député Rassemblement Bleu Marine Gilbert Collard a estimé sur Twitter que cette sortie faisait de Jean-Marie Le Pen un « tract ambulatoire » pour le Premier ministre Manuel Valls, qui se veut en pointe dans le combat anti-FN.  L’intéressé lui a vertement répondu sur le même réseau social : « Ferme donc ta gueule, espèce de collard! ». La nouvelle sortie du président d’honneur du FN pourrait remettre en cause sa candidature autoproclamée comme chef de file pour les prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), sans attendre la commission d’investiture. Nicolas Bay, le secrétaire général du FN, a estimé sur Europe 1 que les provocations de Jean-Marie Le Pen pouvaient « nuire à une candidature aux régionales », soulignant que d’autres candidats pourraient se déclarer. « Il est certain que ce qui est arrivé là peut handicaper sa candidature dans la région PACA », a renchéri Florian Philippot. « Il peut très bien y avoir d’autres candidatures ». Marine Le Pen a marqué sa préférence pour sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, qui avait exclu jusqu’à présent de se présenter si son grand-père maintenait sa candidature.  Nicolas Bay a semblé écarter une exclusion de Jean-Marie Le Pen du parti. « Il a une situation statutaire, il n’est pas un militant lambda. Jean-Marie Le Pen a été le fondateur du FN, il l’a présidé pendant quarante ans », a-t-il dit.  Le chercheur Joël Gombin, spécialiste de l’extrême droite, juge impossible une exclusion du fondateur du parti pour des raisons humaines et familiales, mais également politiques. « Je ne crois pas que Marine Le Pen puisse trouver dans son bureau politique une majorité pour exclure son père, ni même pour le relever de ses fonctions de président d’honneur », a-t-il dit au Parisien. Jean-Marie Le Pen, qui a mis à plusieurs reprises en doute la stratégie de « dédiabolisation » du FN, avait pour la première fois tenu ses propos sur les chambres à gaz en 1987. Il a été condamné cinq fois, notamment pour contestation de crimes contre l’humanité, dans l’affaire du « détail

 

Lepen-Collard : ça vole déjà bas !

Lepen-Collard : ça vole déjà bas !

 

Ce n’est pas encore l’insulte mais on s’en approche. Une habitude au FN. En calir Collar reproche à Marion Maréchal Lepen de trop trvailler ( et sans doute de ne pas comprendre grand chose) et Marine Lepen reproche à Collard de ne pas êter assez studieux (en fait il se désinteresse complètement des dossiers se contentant de quelques bons mots, comme dans les prétoires).  La présidente du Front national Marine Le Pen a estimé que le député FN Gilbert Collard devrait « peut-être (…) avoir un petit peu plus la tête dans ses dossiers » et « être un peu plus studieux », une réplique à des propos du parlementaire sur l’autre députée FN, Marion Maréchal-Le Pen. Dans un récent article du Monde, le célèbre avocat, habitué des coups d’éclat, jugeait sa jeune collègue « bosseuse, trop bosseuse », et ajoutait: « Peut-être s’appesantit-elle trop sur ses dossiers ». Réponse de Marine Le Pen, en visite mardi sur le marché de Noël des Champs Elysées: « Peut-être que lui devrait l’avoir un petit peu plus, la tête dans ses dossiers, être un peu plus studieux… » « Ils se partagent le travail en quelque sorte », a ironisé la députée européenne, qui juge que sa nièce, âgée de 23 ans, « se bat avec beaucoup d’énergie », de « courage » et de « lucidité




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol