Archive pour le Tag '« Colère'

Page 3 sur 4

Les agriculteurs en colère menacent de bloquer des raffineries

Les agriculteurs en colère menacent de bloquer des raffineries

 

Il fallait évidemment s’attendre à une réaction des agriculteurs compte tenu des nuages qui accumulent sur le secteur. La très récente loi sur alimentation et l’agriculture constitue en fait une escroquerie concernant le relèvement des prix. Pour résumer, on incite les producteurs à partir des couts pour bâtir leurs prix  sans autre dispositif de contrôle ou de régulation. Bref du blabla car les acheteurs sont et seront toujours en positon de force dans une négociation commerciale. La dessus s’ajoutent les conséquences des accords commerciaux internationaux avec le Mercosur (Union Européenne-Amérique du Sud) et CETA (UE-Canada), qui prévoient de faciliter l’exportation de produits en provenance de ces régions sur le marché européen.  En fait des accords commerciaux destinés  à faciliter  les ventes  de produits industriels ou manufacturés contre l’ouverture à des produits agricoles à destination de l’Europe. Notons qu’on vient aussi d’autoriser Total à importer de huile palme…pour produire du carburant ; Un double pied de nez à l’agriculture et aussi à Hulot. Les agriculteurs menacent de bloquer des raffineries dans tout le pays. «Nous lançons un mouvement de protestation très fort et dans toute la France qui commencera la semaine prochaine», à partir du 10 juin, a annoncé jeudi Christiane Lambert, président de la FNSEA, le principal syndicat agricole français dans les colonnes du quotidien l’Union de Reims. Ce blocage va concerner «l’ensemble de nos régions (…) des sites stratégiques, symboles des distorsions de concurrence que nous subissons», précise l’organisation dans un communiqué. Les motifs de mécontentements sont pluriels. Les agriculteurs entendent manifester leur «incompréhension», face à la loi agriculture et alimentation adoptée en première lecture mercredi par les députés, qui, selon le syndicat, «instaure de nouvelles charges», et émet «plusieurs signaux» en faveur «d’une concurrence toujours déséquilibrée avec des produits importés».

 

 

Banlieue : la déception et la colère (Gilles Poux, maire de La Courneuve)

Banlieue : la déception  et la colère (Gilles Poux, maire de La Courneuve)

Déception et colère, la réaction de Gilles Poux, maire communiste de La Courneuve après la déclaration de Macron sur les banlieues (interview France info).

 

 

Franceinfo : Quel est votre sentiment après ce long discours d’Emmanuel Macron ?

Gilles Poux : Je suis déçu. Je ne m’attendais pas à grand chose, mais je suis quand même très déçu. Une nouvelle fois, on passe complètement à côté de la réalité de la situation dans les banlieues. Dans son rapport, Jean-Louis Borloo avait pourtant établi un diagnostic simple : ces territoires sont abandonnés par la République, sont mal dotées et n’ont pas un accès au même titre que les autres aux services publics, ce qui crée de graves inégalités.

Pour pallier tout cela, Borloo a remis des propositions concrètes. Mais le président n’en a pas tenu compte.

A l’inverse, on continue de demander aux collectivités territoriales de réduire leurs dépenses de fonctionnement. Donc de réduire l’accès des populations aux services publics de proximité. C’est le serpent qui se mord la queue.

En refusant d’annoncer un nouveau « plan banlieues », Emmanuel Macron a expliqué vouloir rompre avec des décennies de politique de la ville qui se sont avérées inefficaces…

D’abord, ce n’est pas tout à fait vrai. Les différents plans pour la banlieue ont tout de même permis de faire évoluer certaines choses sur nos territoires. Malgré le peu de moyens alloués pour les mettre en place, les précédents plans affirmaient au

Bien sûr, il y a des problèmes de sécurité de drogues et de radicalisation dans ces quartiers. Mais le véritable problème, c’est qu’il n’y a jamais eu de réels engagements sur les questions sociales. Je parle de l’école, de l’accès aux services publics, de l’emploi…

Sur ces questions, Emmanuel Macron a promis 30 000 stages pour les élèves de troisième de ces quartiers et la mise en place d’un « testing » anti-discrimination dans les entreprises. Ce n’est que de la poudre aux yeux ?

Je ne dis pas que cela sert à rien. Il faut accompagner les jeunes en troisième. Pour la discrimination à l’embauche, évidemment que cela existe. On le sait depuis très longtemps. Mais globalement, ce ne sont pas ces annonces qui vont inverser les logiques auxquelles nous sommes confrontés.

Je prend un exemple : au Pôle emploi de La Courneuve, il y a un conseiller pour 250 chômeurs ! En France, la moyenne c’est un conseiller pour moins de 100 chômeurs. C’est justement sur ce point qu’on l’attendait. Et encore une fois, cela ne changera pas.

SNCF : « grosse colère » ou opération de com. de la ministre des Transports

SNCF : « grosse colère » ou opération de com. de la ministre des Transports

 

 

 

La grosse colère de la ministre des transports peut laisser dubitatif. En effet elle oublie sans doute qu’elle a été aussi directrice  de la stratégie de la SNCF et qu’elle connaît bien la problématique de l’entreprise. Une problématique caractérisée par un vieillissement du réseau  (plus de 30 ans de moyenne d’âge) du fait du manque d’investissement car la dette accumulée par l’entreprise plombe précisément ces investissements. Contrairement aux autres modes de transport,  l’État a fait payer la quasi-totalité des investissements à la SNCF alors que cette dernière n’avait pas le premier sou. Du coup la SNCF n’a pu par ailleurs entretenir correctement le réseau.  La SNCF a bien des défauts notamment en matière de gestion et de relations commerciales, mais on ne peut guère lui reprocher d’insuffisance en matière de sécurité. C’est précisément ce haut niveau de sécurité qui fragilise parfois l’exploitation. On peut comprendre la colère des usagers qui ont été baladés pendant environ 20 heures et ont été  cruellement privés de toute information. De ce point de vue l’entreprise a d’énormes progrès à réaliser mais cela ne la mettra pas à l’abri d’un incident technique. La ministre des transports connaît évidemment tout cela. Elle  a oublié qu’elle avait été aussi directrice de la stratégie de la SNCF. L’incident en cause est dû à un  bug informatique difficilement prévisible qui  s‘est déclaré à la suite de travaux d‘aménagement des voies Mais Elisabeth Borne a jugé dans un communiqué que la panne, qui s‘ajoute à des sévères perturbations cet été dans la même gare, était inacceptable. “Ce nouvel incident est inacceptable, quelques mois seulement après celui de juillet et alors que les travaux étaient pourtant prévus de longue date”, déclare la ministre des Transports. Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau, sera reçu ce lundi matin au ministère “afin qu‘il lui expose les raisons de ce nouvel incident et les mesures qu’il propose pour en tirer les conséquences”, ajoute-t-elle.  Bref une  colère qui relève surtout de la com ! Pour désengager la responsabilité du gouvernement.

Filière avicole en colère

Filière avicole en colère

 

Les manifestants de la filière rassemblés à Castelnau-Chalosse (Landes)   demandent un dédommagement des pertes encourues depuis la reprise de la production du fait du manque de canetons et de poussins sur le marché, qui a retardé le retour à la normale dans les exploitations. “Après le vide sanitaire, la production est censée avoir redémarré le 29 mai (…) Mais sur le terrain, la situation est tout autre. A cette date, les canetons naissent à peine”, a indiqué à Reuters François Lesparre, président de la FDSEA des Landes, qui considère que la reprise totale d‘activité ne pourra pas avoir lieu avant 2018. Pour ce responsable syndical, les pertes économiques correspondantes s’élèvent à plus de 30 millions d‘euros pour l‘ensemble des filières canards et volailles des Landes et de la région. L‘Etat “doit maintenant prendre en charge les pertes économiques que nous subissons”, a-t-il déclaré.   Les acteurs de la filière – qui représente 6.000 personnes dans le seul département des Landes – ont été rejoint par des élus locaux, comme le député socialiste Boris Vallaud (PS) et le président socialiste du Conseil départemental des Landes, Xavier Fortinon. Un groupe de 14 parlementaires de la majorité, élus du Sud-Ouest, et la région Nouvelle-Aquitaine ont également apporté leur soutien dans des communiqués distincts. Le ministre de l‘Agriculture Stéphane Travert a annoncé mi-septembre que les pertes d‘exploitation survenues après la levée du vide sanitaire ne pouvaient pas être prises en compte. Entre novembre 2016 et mars 2017, le Sud-Ouest de la France a été frappé par une épizootie d‘influenza aviaire due au virus H5N8 hautement pathogène. Près de 4,5 millions de canards ont été abattus de façon préventive. L‘hiver 2015-2016 avait déjà été marqué par un épisode de grippe aviaire.

Le Pen : porte-parole de la colère ou de la bêtise ?

Le Pen : porte-parole de la colère ou de la bêtise ?

 

Pour tenter sans doute de masquer son échec lors du débat avec Macron  (seuls 20% des Français estiment qu’elle a réussi sa prestation),    Marine Le Pen a expliqué jeudi qu’elle voulait incarner la colère du peuple. « La colère de (la) majorité silencieuse » face à des « puissants » aux « oreilles délicates » lors de son dernier meeting de campagne, organisé dans un village de Picardie, avant le second tour de l’élection présidentielle. La question est de savoir s’il s’agit de la colère ou de la bêtise.  En effet,  Marine Le Pen a donné l’image d’une ignorance crasse qui sans doute correspond à la sociologie des plus paumés. Paumés parce que souvent  victimes des restructurations en cours dans l’économie et la société et qu’ils n’entrevoient pas d’alternative possible en raison notamment de leur manque de qualification et de mobilité. Aussi en raison de leur manque de formation initiale. Et de ce point de vue l’Etat porte uen grave responsabilité pour n’avoir pas su organiser uen requalification massive de ces exclus ; (d’autant que les 33 milliards annuels de la formation permanente sont détournés de leur objet pour une grande partie). Mais dans les soutiens de Le Pen aussi nombre d’aigris et de réactionnaires, pas forcément sous diplômés en décalage avec l’évolution culturelle. Du coup, Marine Le Pen en s’appuyant sur cette ignorance, sur les peurs voir sur les haines donne une légitimité à la brutalité et à la nullité de ces propos. « J’ai été à la table de ce débat la voix du peuple, l’expression de la colère de cette majorité silencieuse, qui n’en peut plus de l’abandon auquel on la confine », a ajouté Marine Le Pen. « Ma parole a été l’écho de la violence sociale qui va exploser dans ce pays. » « C’est vrai, le débat d’hier ne ressemblait pas aux autres (…). Mais les autres, c’étaient des discours convenus entre des gens qui pensaient exactement la même chose », a encore déclaré la candidate frontiste. « Je suis très fière (…) d’avoir imposé le peuple à la table des puissants et tant pis si leurs oreilles délicates ont été heurtées d’entendre votre colère », a-t-elle raillé. Malheureusement pour Marine Le Pen, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match, seules 20% des personnes interrogées estiment que la conseillère régionale des Hauts-de-France a réalisé la meilleure prestation du débat – contre 47% pour Emmanuel Macron. Tous les instituts la placent en seconde position dans les intentions de vote, avec environ 20 points de retard, avant le scrutin de dimanche.

La vague du populisme dans le monde : une conséquence de la colère et de l’ignorance

La vague du populisme dans le monde : une conséquence de la colère et de l’ignorance

Partout dans le monde on constate la montée de la vague du populisme tant sur le plan économique que sur le plan sociétal. Un populisme qui traduit la colère mais aussi l’ignorance de la problématique économique.  Du coup pour exister,  nombre d’organisations politiques utilisent  l’arme de la démagogie qui ne fait qu’amplifier encore le repli sur soi. Des organisations politiques qui jouent sur les peurs et prône des formes de rétablissement des frontières. En gros c’est le refus de tout ce qui vient de l’étranger : biens comme personnes. C’est évidemment ignorer la complexité des modes de production, d’échange et de commercialisation notamment leurs interactions. Certes on conviendra aisément que la régulation économique mondiale souffre de graves insuffisances notamment en matière de répartition des profits et d’inégalités des conditions de concurrence concernant notamment la santé, l’environnement et les charges sociales. Un rééquilibrage est évidemment indispensable. Pour autant la fuite en avant que constitue le populisme ne peut conduire que vers l’inconnu avec y compris la perspective de conflits. Pour sortir de cette problématique mortifère, encore faudrait-il mettre les débats à la hauteur des enjeux notamment intégrer la complexité des économies contemporaines. Sinon la colère et l’ignorance  risque de caractériser encore davantage  les évolutions démocratiques. 

Jeunes : des crottes de chat pour calmer la colère

Jeunes : des crottes de chat pour calmer la colère

Une enveloppe de 500 millions pour calmer la colère des jeunes,  c’est à la fois beaucoup mais aussi insignifiant à l’égard de la problématique de la jeunesse. Une seule mesure sans doute un peu significative :  celle qui concerne la garantie jeune pour l’accès au logement. Pour le reste on renvoie la surtaxation des CDD à la discussion concernant l’Unedic et nécessairement cette surtaxation sera forcèment symbolique. Quelques autres mesures sont prises pour l’insertion professionnelle mais de portée relativement limitée. Le 6 avril dernier, à l’issue d’un rendez-vous avec plusieurs ministres dont Myriam El Khomri, le président de l’UNEF, le principal syndicat étudiant, avait appelé les jeunes à poursuivre la mobilisation qui les anime depuis maintenant plusieurs semaines. Ces principales mesures ont toutefois contenté Wiliam Martinet qui s’est dit « satisfait » d’une « réponse concrète à des revendications des jeunes ». Afin de favoriser les embauches en Contrat à Durée Indéterminée (CDI), le gouvernement va rendre obligatoire la surtaxation des Contrats à Durée Déterminée (CDD), qui concernent en France plus de 80% des premières embauches. Dans les prochains jours, les partenaires sociaux devront définir les contours de la modulation des contributions patronales à l’assurance chômage par laquelle passera cette taxation.  À la rentrée 2016, le gouvernement mettra en place une « aide à la recherche du premier emploi » en parallèle de la « garantie jeune » qui concerne les 16-25 ans peu ou pas diplômés. Cette nouvelle mesure, qui pourrait coûter quelque 130 millions d’euros par an, se caractérise par une prolongation de quatre mois des bourses pour les étudiants diplômés d’origine modeste en situation d’inactivité et à la recherche d’un emploi.  Par ailleurs, les bourses lycéennes seront également augmentées (de 10% pour celles versées sur critères sociaux) tout comme le salaire des plus jeunes apprentis qui doit également être revu à la hausse. L’État a consacré 80 millions d’euros dans le budget 2017 afin que les apprentis de moins de 20 ans soient augmentés de 300 à 400 eurosFrançois Hollande l’a déjà annoncé, il souhaite augmenter le nombre d’apprentis dans les entreprises françaises. Dans cette optique, le gouvernement souhaite donc augmenter les places en BTS (une formation qui propose des contrats en alternance) et particulièrement concernant les quotas réservés aux diplômés de baccalauréats technologiques en IUT. Ainsi, 2.000 places par an devraient être créées pendant les cinq prochaines années dans ces sections à partir de la rentrée 2016.  Actuellement, 25.000 étudiants en France sont dispensés de payer les droits d’inscription à l’université. Alors qu’aucune aide financière ne leur était octroyée, ces étudiants percevront 1.000 euros par an. Pour cette mesure destinée à aider les étudiants en situation de précarité mais également des classes moyennes, l’État consacrera un budget de 25 millions d’euros.  Par ailleurs, en association avec Action logement, le gouvernement mettra en place une garantie locative à destination de 300.000 jeunes de moins de 30 ans en recherche d’un logement. L’État se portera garant des locataires avec une enveloppe d’une centaine de millions d’euros.

 

(Avec  RTL)

Antiterrorisme : les procureurs en colère

Antiterrorisme : les procureurs en colère

Les procureurs ont certainement raison d’être en colère car c’est une chose de décider d’un état d’urgence,  c’est autre chose que de se doter des moyens nécessaires judiciaires et policiers pour atteindre l’objectif visé.  De toute évidence les tribunaux d’une façon générale sont surchargés d’affaires mineures voire anecdotiques qui ne devraient pas être y être traitées. Nombre d’infractions devrait également être dépénalisées et faire l’objet d’une sanction financière forfaitaire. Sans parler des questions familiales qui encombrent les tribunaux y compris lorsque les partenaires sont tombés d’accord sur le compromis final ;  du coup il faudrait redéployer des moyens existants, les augmenter ensuite pour permettre de faire face au danger le plus éminent à savoir : le terrorisme ;  ce qui est impossible dans les conditions actuelles et ce que reprochent les procureurs à la ministre de la justice. Pas sûr toutefois que Taubira soit la plus à même de mener la réforme d’ampleur qui s’imposerait pour redéployer les moyens du milieu judiciaire. Ils estiment qu’ils n’ont pas les moyens de faire face à la menace terroriste exceptionnelle et à l’état d’urgence depuis un mois. Ils ont fait parvenir une lettre à Christiane Taubira lundi dernier pour dire à la garde des Sceaux qu’ils allaient suspendre une partie de leurs activités habituelles.  Les procureurs de la république doivent supporter aujourd’hui une pression sans précédent notamment en matière de terrorisme. Depuis un an, ils ont dû créer des cellules contre la radicalisation. Chaque parquet a un référent terrorisme pour être en relation permanente avec les préfectures, avec les parquets antiterroristes. Ils doivent gérer les signalements dans les prisons, dans les écoles, dans les administrations publiques. Ils doivent gérer ceux qui essaient de partir en Syrie avec une obsession, une hantise, ne pas passer à côté d’un profil inquiétant. Or ils n’ont pas assez de moyens, ils n’ont pas eu de renforts pour faire face. Le problème n’est pas nouveau mais l’état d’urgence depuis un mois les met dans une position intenable. Les procureurs ont donc été clairs avec Christiane Taubira. D’accord pour mettre le parquet sur la lutte antiterroriste mais en revanche, ils lui ont écrit qu’ils allaient abandonner d’autres missions moins opérationnelles, des réunions de prévention, tous le compte-rendus qu’ils doivent faire remonter. Ils ne le feront plus tant que des moyens n’auront pas été débloqués en urgence. La ministre ne leur a pas encore répondu.

Hollande : pompier de service chez les policiers en colère

Hollande : pompier de service chez les policiers en colère

Il fait tout Hollande pour remonter la pente de la popularité (20% seulement de soutiens pour 2017) ; il bat la campagne, multiplie les voyages en France comme à l’étranger, est le premier sur les lieux d’une catastrophe naturelle, reçoit les syndicats en colère. Cette fois les policiers ; il leur promis une plus grande cohérence de la politique pénal, des primes et des effectifs. Et  l’ensemble des syndicats ont estimé avoir été entendus par le chef de l’Etat, qui les reverra fin mars au terme de négociations menées par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et visant à déboucher sur un protocole d’accord. Le seul bémol pour les syndicalistes consiste à savoir comment l’exécutif financera les mesures annoncées, qu’ils ne peuvent chiffrer pour l’instant mais implique « des budgets importants », ont-ils dit à leur sortie de l’Elysée. François Hollande a également reçu des représentants des gendarmes, qui se sont également déclarés satisfaits. Des milliers de policiers – 7.500 à 10.000 selon les sources – avaient manifesté le 14 octobre devant le ministère de la Justice à Paris pour dénoncer des conditions de travail « insupportables » et le laxisme, à leurs yeux, de la chaîne pénale après qu’un des leurs eut été abattu par un délinquant qui aurait dû se trouver derrière les barreaux.  François Hollande leur a donc proposé un plan global comportant une redéfinition des missions, afin de mettre fin aux taches indues, une augmentation des moyens matériels, une modernisation de la chaîne pénale et, surtout, une amélioration des carrières et de certaines primes. « Nous avions des revendications fortes et nous avons eu des réponses précises, claires, qui correspondent à nos attentes, avec un calendrier précis », a déclaré Jean-Claude Delage au nom de la CFE-CGC et du syndicat Alliance.   »Mais reste à savoir quel sera le financement de ces mesures », a-t-il ajouté. « Notre appel a été entendu, des mesures fortes ont été annoncées », a également déclaré Yves Lefevre, du syndicat Unité SGP police. « Mais si le budget ne suit pas, il n’y aura pas de protocole d’accord », a-t-il prévenu. Jean-Claude Bailleul, de la CFDT, a estimé que François Hollande, qui a procédé à des recrutements dans la police depuis le début du quinquennat, avait enfin « ouvert des perspectives », même si lui aussi attend une concrétisation budgétaire. Le major Emmanuel Franchet, l’un des représentants des gendarmes, s’est félicité d’avoir obtenu la création de 500 postes pour 2016 et, pour les budgets 2015 et 2016, 40 millions d’euros qui permettront d’acquérir quelque 2.000 véhicules.

Colère des agriculteurs : le même drame que celui de l’ensemble de l’économie

Colère des agriculteurs : le même drame que celui de l’ensemble de l’économie

En  fait ce qui justifie la colère des agriculteurs ce sont des raisons qui concernent l’ensemble de l’économie. Il s’agit d’abord d’une question de compétitivité,  compétitivité qui est plombée en France par la lourdeur des charges fiscales et sociales. S’y ajoutent le poids de normes européennes que la France se fait un plaisir de complexifier pour donner un sens au vide existentiel d’une armée de fonctionnaires. Du coup dans un environnement européen et même mondial libéralisé les conditions de concurrence sont particulièrement inégalitaires et en défaveur de producteurs français. Et de ce point de vue le plan d’urgence gouvernementale apparaît complètement dérisoire. Un plan d’urgence gouvernemental présenté à l’Élysée le 22 juillet dernier qui n’a pas été suffisant pour calmer la colère des éleveurs. L’État pourrait rallonger l’enveloppe des 100 millions d’euros prévue pour alléger les charges sociales et fiscales. Par ailleurs, les mesures de restructurations bancaires devraient être ouvertes à l’ensemble des agriculteurs dont les trésoreries sont les plus exsangues. Selon Xavier Beulin, l’endettement agricole des exploitations les plus fragiles atteint un milliard d’euros au total. La prise en charge des frais financiers par l’État représenterait une somme supplémentaire de 20 millions d’euros par an. Côté environnement, le gouvernement pourrait aussi décréter un moratoire d’un an sur toutes les nouvelles normes et réglementations. Un sujet extrêmement sensible pour les agriculteurs, dont certains passent désormais plus de temps à remplir des imprimés administratifs que sur leur tracteur. Tous dénoncent l’empilement bureaucratique, incompréhensible et souvent incohérent. «La France va au-delà des contraintes européennes dans sa transposition des textes communautaires», dénonce le secrétaire général de la FNSEA, Dominique Barrau. Enfin, sur le volet européen, les agriculteurs exigent un allégement de l’embargo russe, un étiquetage obligatoire de l’origine de l’ensemble des viandes et un relèvement du prix de dégagement des surplus laitiers. «On ne veut pas de paroles, mais du concret», prévient Jérôme Despey, secrétaire général adjoint de la FNSEA. Ce type de revendication pourrait être repris par presque tous les secteurs économiques soumis à une concurrence internationale. À cet égard la crise de l’industrie française est assez comparable à celle de l’agriculture. Le nombre, le niveau, la complexité de la fiscalité handicapent  complètement la production française. S’y ajoute une bureaucratie qui fabrique chaque jour un peu plus de normes, de procédure, et de contrôle, et qui d’une certaine manière justifie ainsi les effectifs…….et la fiscalité qui finance toute cette bureaucratie.

Manif : les producteurs de fruits et légumes aussi en colère

Manif : les producteurs de fruits et légumes aussi en colère

Comme pour la viande et de lait c’est la grogne chez les producteurs de fruits et des légumes. Ce sont les prix qui sont également en cause, prix qui ne couvrent  plus les coûts de productions du fait notamment d’une concurrence internationale déloyale. S’y ajoute des conditions climatiques qui ont engorgé le marché. Le secteur du melon est particulièrement touché. La raison principale du mécontentement provient d’une fiscalité trop lourde en France en particulier en matière de charges sociales.  Plus de 200 producteurs de fruits et légumes français ont contrôlé jeudi une centaine de camions et jeté sur la chaussée le contenu d’une demi-douzaine d’entre eux, en majorité espagnols à hauteur d’Arles (Bouches-du-Rhône) pour attirer l’attention du gouvernement sur les problèmes de leur filière. Après les éleveurs, qui ont obtenu un plan d’aide jugé insuffisant, ils ont bloqué dans les deux sens la nationale 113, créant plus d’une vingtaine de kilomètres de retenues automobiles, selon le Centre régional d’information et de coordination routière (CRICR). « C’est clairement un avertissement au gouvernement et à tous ceux qui tirent profit de la filière sans en payer le juste prix », a dit à Reuters le président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles des Bouches-du-Rhône, Serge Mistral. Outre des prix qui tiennent compte des coûts de production, les agriculteurs exigent des « mesures exceptionnelles de compensation nationales et européennes » pour compenser les pertes liées à l’embargo russe sur les produits alimentaires en provenance de l’Union européenne. « Nombreux sont ceux parmi nous qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts. Aujourd’hui, on a voulu se faire entendre mais c’est surtout des actes qu’on attend dans les prochains jours », a prévenu Serge Mistral.

Départementales : »les Français en colère » (Valls)…mais on ne change rien

Départementales : les Français en colère (Valls)…mais on ne change rien

 

Il est assez pathétique le Clémenceau d’Opérette, il reconnu que les Français étaient en colère mais pour autant n’envisage pas de changer de politique. Tout au plus il n’écarte pas la possibilité de décider une thérapie légère qui consiste à prescrire quelques   dolipranes pour soigner  le cancer du chômage. La vérité  c’est qu’il complètement perdu, que ses résultats économiques sont insipides et qu’il est prisonnier de l’orthodoxie de la pensée économique unique des technocrates qui sans doute couleraient la gestion d’une  épicerie de quartier en moins d’un mois ;  a fortiori,  ils  ne peuvent faire preuve de la moindre imagination pour réformer réellement.  Un bouleversement durable du paysage politique« , voici comment Manuel Valls a qualifié les résultats des élections départementales quelques instants après l’annonce des premières estimations. La gauche devrait ainsi perdre entre 25 et une trentaine de départements par rapport aux dernières élections.  Surtout, le premier ministre a fustigé les divisions de la gauche, notamment au premier tour du scrutin, ainsi que les scores « très élevés, trop élevés » du Front national. Le Premier ministre a insisté, expliquant s’être « impliqué autant qu’il a pu » contre la montée de l’extrême-droite, réussissant à mobiliser grâce à des « appels entendus ».  « Chacun devra tirer les leçons de ces résultats », a-t-il déclaré, « dénoncer les solutions dangereuses de l’extrême-droite, qui n’y a rien de bon à en entendre ni localement, ni nationalement. » Le Premier ministre a ajouté qu’il avait entendu « les attentes et les exigences » de Français en colère, fatigués « par une vie quotidienne difficile, le chômage, les impôts, la vie trop chère. »   Pour y répondre, Manuel Valls a listé un ensemble de textes qui seront votés « avant l’été ». Baisses d’impôts pour 9 millions de foyers modestes et de classes moyennes, modernisation du dialogue social, incitations à l’embauche dans les PME faisaient notamment partie de ces mesures martelées.  Maître mot du discours du Premier ministre, le thème de l’espoir a plusieurs fois été répété dans le discours d’environ 5 minutes. On peut même faire un voyage à Lourdes !

 

FN : Valls en colère pourquoi ?

FN :  Valls en colère pourquoi ?

 

Valls ne cesse de multiplier les colères vis-à-vis de la montée du FN au point qu’il en devient ridicule et surtout inefficace. Des colères bien préparées, des colères de comédiens comme hier à l’assemblée nationale encore où il peut devenir rouge comme un coq à la demande. Avec le doigt tendu, le doigt de  Dieu  ou plutôt de Judas. Car Valls est en train de comprendre mais un peu tard qu’il est responsable de la montée du FN avec sa politique social-libérale, incohérente en plus et donc sans résultat. Inévitablement,  il sera le premier à endosser la responsabilité de la véritable débâcle du PS qui ne gardera putter qu’ne dizaine de départements et avec beaucoup de difficultés. Comment un Premier Ministre pourraiat-il avoir la confiance du pays  après un tel échec ? D’autant qu’il s’investit dans une  élection qui normalement devrait demeure de portée locale si elle n’avait pas été autant politisée et floue. Car ces élections en plus sosnt illégales et floues. Ce n’est qu’hier que l’assemblé nationale à voté le deuxième volet d’uen reforme territoriale qui reste complètement vague et incohérente. Vals crie, hurle, vocifère mais ses colères feintes ne passent plus auprès de l’opinion et dans les sondages c’est le plongeon. Sans doute ce qui l ‘affecte le plus.  Il portera la responsabilité des échecs économiques du gouvernement dont le virage libéral n’a donné aucun effet. Pour deux raisons, d’abord parce que le gouvernement ne dispose d’aucune légitimité pour changer son orientation ( Hollande n’a pas été élu pour cela) ensuite parce que c’est du faux semblant aussi bien pour  le pacte de responsabilité ( dont on ne parle plus et pour cause puisqu’il ne produira pas d’emploi, se contentant d’en maintenir ce qui n’est déjà pas si mal) et que la fameuse loi micron Macron sorte de vide grenier anecdotique ne s’attaque pas aux réellement aux réformes de structures. Un virage libéral qui n’en est pas un, mal fait qui conduit dans le fossé. Avec une telle débâcle électorale, Valls devra partir. Ou alors il faudra qu’il accepte un nouveau gouvernement nettement rééquilibré à gauche en prévision des régionales d’abord et surtout de 2017. Vals avec Aubry, des frondeurs, des écolos par exemple. L’incohérence ajoutée à l’incohérence existante. Vals en fait des tonnes sur la progression du FN, pour réveiller maintenant un électorat de gauche qu’il a lui- même anesthésié et même assommé Certes le FN sera en tête au premier tour mais c’est l’UMP qui va ramasser la mise au second tour avec près de 90% des départements. Vals veut faire peur en laissant penser que Marine Lepen peut être élu en 2017, ce qui est impensable,  sauf devant Hollande  peut-être.  Mais Hollande ne pourra pas se qualifier tellement il est discrédité. Du coup Valls  peaufine surtout sa posture pour 2022. Homme de conviction, homme autorité. Deux qualités qu’il ne suffit pas de proclamer. Et qu’on reconnait sans qu’il soit nécessaire aux intéressés de le hurler  sans cesse  comme fait Valls.

Les professions libérales réglementées en colère

Les professions libérales réglementées en colère

 

Finalement cette grande reforme de l’économie promise d’abord par Montebourg puis reprise par son successeur Macron risque de finir en eau de boudin. D’abord parce que elle ne concerne que quelques professions, donc un champ très restreint de l’économie, ensuite parce que le corporatisme des dites professions risque de faire reculer un pourvoir très affaibli enfin parce que les économies à en attendre sont marginales même si les des évolutions s’ imposent quand même. Donc beaucoup de bruit pour rien.  Les praticiens libéraux ont mis le gouvernement en garde vendredi contre le coût potentiel de la réforme des professions réglementées, dont les contours et les gains envisagés en termes de pouvoir d’achat et d’activité sont encore incertains. L’Union nationale des professions libérales (UNAPL), qui avait rencontré un franc succès avec son appel à mobilisation le 30 septembre, a dévoilé une étude qui se veut un « contre-rapport » face à celui de l’Inspection générale des finances. Confiée à l’économiste Nicolas Bouzou, l’étude démontre que « la modernisation est utile mais que, compte tenu de la grande spécificité des services auxquels nous sommes confrontés, il reste indispensable de maintenir une réglementation », a dit à la presse le président de l’UNAPL, Michel Chassang. « Tout cela aura des conséquences financières, qui engendreront des coûts induits pour la collectivité et pour le consommateur », a-t-il encore affirmé. « La déstabilisation de l’économie est immédiate, les gains sont incertains. » Selon l’UNAPL, l’Etat devrait compenser la levée de certaines réglementations. L’étude rappelle que la suppression de la profession d’avoué a coûté près de 400 millions d’euros et l’UNAPL rappelle que les notaires ont estimé le préjudice auquel ils pourraient prétendre à huit milliards d’euros. La déréglementation aurait en outre un impact indirect sur la collectivité, souligne le texte : par une hausse du nombre de litiges dus sur les transactions faisant l’objet d’actes notariés, par exemple, ou une augmentation de la consommation de médicaments et par extension des interractions médicamenteuses dangereuses pour la santé.  Le rapport commandé par l’UNAPL fait encore une lecture critique de celui de l’Inspection des finances qui oublierait d’inclure les potentielles destructions d’emplois et qui table sur une baisse des prix toute théorique. Enfin, le texte promu par les professions libérales estime qu’il est trompeur d’évaluer l’effet d’une réforme seulement à l’aune de la rentabilité. « Les prestations reposent sur la qualité, la personnalisation », a dit Michel Chassang. Si le document est très sévère, il ne contient que peu de chiffres sur le coût réel de la réforme envisagée dans le cadre de la loi « activité » portée par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron. Celui-ci devrait s’appuyer sur les propositions du député Richard Ferrand qui a prôné dans un rapport de prudentes réformes pour les notaires, huissiers ou pharmaciens. Il est notamment revenu sur la vente de médicaments en grande surface, un temps envisagée, et propose de libérer un peu l’accès à certaines professions mais en conservant des limites que serait chargée de définir une autorité indépendante. Le rapport de Richard Ferrand constitue une avancée, selon Michel Chassang, mais il franchit à ses yeux encore beaucoup de lignes rouges, notamment sur la vaccination en pharmacie, ou la consultation d’optométrie chez les opticiens. « Pour ce qui nous concerne, il reste trop de zones d’ombre, de non-dits. Il y a une désinformation, une manipulation », a lancé celui qui est aussi médecin, dont l’organisation envisage de nouvelles mobilisations d’ici la fin de l’année et pourrait se joindre à la semaine d’actions du patronat.

 

Les agriculteurs en colère

Les agriculteurs en  colère

 

Grosse manifestations un peu partout en France pour exprimer  le mal-être de l’agriculture. En cause la concurrence étrangère, la réglementation, des prix trop bas. Pas sûr que la déclaration de Valls « Les agriculteurs ont besoin de retrouver confiance dans l’avenir de leur profession »  Suffisent à les rassurer. Valls a en effet décidé de mettre en place « une mission » ( !) pour étudier les conditions de la simplification administrative.  Des débordements aussi qui du coup discréditent la critique de certains agriculteurs vis-à-vis des écologistes violents. Au-delà de cette opposition se pose la question de la reconversion d’une partie de l’agriculture vers des produits plus respectueux de l’environnement et moins intensive. D’une certaine manière c’est une question économique mais auusi sociétale, le consommateur moyen par ses choix étant lui auusi partie prenante du développement d’un processus industriel excessif de l’agriculture C’est évidemment une question également politique qui repose la question de conditions de production de la concurrence notamment en Europe. Come la plupart des secteurs économiques l’agriculture française vit malheureusement une crise durable.  Les agriculteurs ont donc manifesté un peu partout en France mercredi contre ce qu’ils estiment être un trop-plein de réglementation et pour la défense de la production française, qu’ils ont déversée et distribuée abondamment, à Paris notamment. FNSEA et JA (Jeunes agriculteurs) avaient choisi pour mot d’ordre de leur journée d’actions « le patriotisme alimentaire et la valorisation des produits français », sans oublier la dénonciation de règles sanitaires ou de la bureaucratie. Manuel Valls a jugé devant l’Assemblée nationale que le secteur vivait « une crise économique, sociale et morale » et que les agriculteurs avaient « besoin de retrouver confiance dans l’avenir de leur profession. » Rappelant que 3,5 milliards d’euros d’aides européennes avaient été versées en urgence, le Premier ministre a annoncé lors des questions au gouvernement la création d’une mission parlementaire ad hoc. Elle sera confiée à un agriculteur et à un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture pour qu’ils proposent des améliorations et simplifications des dispositifs existants et fassent en sorte que les contrôles se passent mieux dans le respect de tous », a-t-il dit.

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol