Archive pour le Tag 'coincé'

Leclerc coincé par Bercy pour ses relations avec les fournisseurs

Leclerc coincé par Bercy pour ses relations avec les fournisseurs

 

Le patron de Leclerc qui il y a quelque temps critiquait  à juste titre les effets de la loi alimentation pour les producteurs cette fois est pris la main dans le sac des illégalités vis-à-vis de ses fournisseurs. Il s’agit du procédé qui était bien connu de la grande distribution qui consiste à demander des remises pour avoir le droit d’être distribuée. Des procédés qui sont interdites par le code de commerce Le ministère de l’Economie réclame une sanction de 108 millions d’euros contre le distributeur indépendant Leclerc pour avoir imposé à ses fournisseurs des remises contraires aux dispositions du code de commerce. Selon une enquête de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) entre 2015 et 2017 q la centrale d’achat de Leclerc, Galec, avait imposé à des fournisseurs de grandes marques une remise additionnelle de 10% “Cette demande de remise additionnelle était exigée sans aucune contrepartie commerciale, ce qui est contraire aux dispositions du code du commerce”, affirme la DGCCRF. Le ministère demande au tribunal de Commerce de Paris la nullité de ces remises dans les conventions entre Galec et ses fournisseurs, la cessation de ces pratiques et la condamnation de Galec à une amende civile de 25 millions d’euros ainsi que la restitution aux fournisseurs des sommes indûment perçues à hauteur de 83 millions, ajoute-t-elle. “Leclerc est légaliste et s’il y a contestation sur la qualité des contrats commerciaux signés par une entité du mouvement coopératif, la justice tranchera, comme elle l’a fait pour les autres enseignes”, a réagi Michel Edouard Leclerc, président du groupement de distributeurs indépendants, sur son blog.

Sites : Faux avis, faux consommateurs : Amazon coincé aux Etats Unis

Sites : Faux avis, faux consommateurs : Amazon coincé aux Etats Unis

Trop souvent les avis des lecteurs consommateurs constituent une sorte d’arnaque. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces avis sont gérés par le site lui-même. Du coup on a évidemment tendance à privilégier les avis favorables ou même à inventer de faux avis. Il suffit de lire les commentaires notamment des sites à caractères commerciaux pour vérifier cette supercherie. Même quand les commentaires sont favorables se posent un problème de déontologie car décemment le site ne peut se valoriser lui-même à partir de commentaires élogieux. Pour le présent site c’est précisément pour cette raison que pratiquement aucun commentaire n’est diffusé. Pour être objectifs, ces commentaire devraient être géré par un organisme indépendant du site. Cette fois c’est Amazon qui a été pris la main dans le sac pour avoir inventé de faux témoignages en faveur de certains produits. Les autorités américaines ont donc a donc ouvert un dossier le 19 février pour enquêter sur ces pratiques douteuses. Après discussions avec amazone l’autorité américaine a émis une amende de 12,8 millions de dollars. En réalité, seulement 50.000 dollars sont exigés dans l’immédiat. Le reste de la somme sera versée uniquement si la société ne respecte pas ses engagements pris dans le cadre du litige.

 

 

Brexit : Londres coincé prêt pour période de transition

Brexit : Londres coincé  prêt pour  période de transition

 

Cette affaire du Brexit prend des allures tragico-comiques. En effet dès le départ, on savait que le referendum britannique était une arnaque politique. Dès le départ, on savait que la négociation serait longue et complexe, dès le départ on savait qu’il serait nécessaire de passer par uen période de transition. Barnier d’une par pour l’UE et  Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab, viennent d’accepter uen période de transition. Le sommet européen récent n’a pu qu’acter l’absence d’accord entre l’union européenne et la Grande-Bretagne. De toute manière, il ne pouvait en être autrement puisque même si un accord avait pu être envisagé, il n’est pas du tout certain que Theresa May ait pu le faire entériner par sa majorité. Du coup, on va faire comme d’habitude : arrêter les pendules pendant une période dite de transition. Michel Barnier serait prêt à accepter une période de transition en principe d’un an qui débuterait le 29 mars 2019 On risque donc de vivre la dramaturgie habituelle avec le Brexit. D’abord de fortes oppositions, des tensions de plus en plus importantes vers la fin des négociations et soudain un compromis qui sauve la face pour tout le monde. Il est probable qu’on saura habiller le désaccord avec d’une part une période de transition, d’autre part l’ouverture de négociations sur le futur accord commercial. La question est économique mais elle est aussi politique car il faut sauver le soldat Teresa May. , dans les délais impartis, il  sera impossible de définir les relations commerciales précises entre la Grande-Bretagne et l’Europe. Il y a encore trop d’opposition sur des points essentiels entre les deux partis. Du coup, l’accord pourrait simplement acter que la rupture est consommée d’un plein accord mais qu’un processus est engagé pour redéfinir les échanges entre les deux zones considérées étant entendu que la complexité du dossier impose une période de transition. (En principe d’un an dit Barnier mais qui pourraiat durer davantage). Une manière de donner du temps au temps et surtout de ne pas trop interférer sur les prochaines élections européennes de 2019. Il s’agit aussi de sauver le soldat Theresa May qui ne dispose que d’une majorité politique très fragile. Un accord ambigu renforcerait de Theresa May et éviterait aussi de reposer la problématique d’un. Référendum. Toujours ambigu. Parmi les difficiles questions à résoudre le problème des relations entre la province  britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Si aucune meilleure solution ne devait être trouvée d’ici fin à 2020, les Vingt-Sept attendent un engagement que l’Irlande du Nord restera bien dans l’union douanière. Estimant que ce «backstop» créerait de fait une frontière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni, Londres s’y oppose et propose la création à terme d’une zone de libre-échange pour les biens incluant le Royaume-Uni et l’UE. Une option inconcevable pour les Vingt-sept puisqu’elle reviendrait à donner au Royaume-Uni un accès «à la carte» au marché unique et à l’espace douanier européen.  Samedi, près de 700.000 personnes ont manifesté à Londres pour réclamer un référendum sur l’accord final sur le Brexit,

Immigration : Trump coincé « par un soit disant juge »

Immigration : Trump coincé « par un soit disant juge »

Comme d’habitude le nouveau président des États-Unis ne fait pas dans la dentelle ; il estime que la décision de suspendre son décret immigration constitue un acte juridique d’un « soi-disant juge ». Cependant Trump est bien obligé de s’y conformer et le département d’Etat américain a annoncé samedi qu’il autorisait toute personne avec un visa en cours de validité à se rendre aux Etats-Unis, afin de se conformer à l’avis rendu par un juge fédéral de Seattle bloquant le décret anti-immigration de Donald Trump. « Nous sommes revenus sur la révocation temporaire de visas », a déclaré un responsable du département d’Etat. « Les personnes dont les visas n’ont pas été physiquement annulés peuvent désormais voyager, si ce visa est en cours de validité ». Le décret bloqué par décision d’un juge fédéral vendredi était censé interdire pour 90 jours l’entrée aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane: Libye, Somalie, Iran, Irak, Syrie, Yémen et Soudan. Il devait également stopper pour quatre mois l’arrivée de réfugiés sur le sol américain. La bataille juridico-politique ne fait que commencer aux Etats-Unis. Le département américain de la Justice a fait appel samedi soir de la décision d’un juge fédéral bloquant l’application du décret migratoire signé il y a huit jours par Donald Trumprouvrant de fait les portes des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans. « Les méchants sont très contents », avait estimé Donald Trump peu avant dans un tweet: « Parce que l’interdiction [d’entrer aux Etats-Unis] a été levée par un juge, beaucoup de personnes mauvaises et dangereuses pourraient se déverser dans notre pays. Une très mauvaise décision », a encore déclaré le président américain sur Twitter.  Le juge fédéral de Seattle James Robart avait émis vendredi soir une injonction temporaire valable sur l’ensemble du territoire américain, le temps qu’une plainte déposée lundi par le ministre de la Justice de l’Etat de Washington soit examinée sur le fond.  Les conséquences de la décision du juge Robart se sont traduites dès samedi par un renversement – au moins temporaire – des restrictions imposées par le décret, et les vols à travers le monde en direction des Etats-Unis ont recommencé à accepter les ressortissants des sept pays visés par le décret. Le ministère de la Sécurité intérieure a affirmé « qu’en accord avec la décision du juge » il avait « suspendu toutes les actions qui mettent en œuvre » le décret. Les contrôles aux frontières, précise Gillian Christensen, un porte-parole du ministère, s’en tiendront jusqu’à nouvel ordre « aux procédures habituelles ».  « L’opinion de ce soi-disant juge, qui en gros prive notre pays de sa police, est ridicule et sera cassée ! », avait prévenu Donald Trump dans une première salve de tweets samedi matin.

 

COP 21: ça coince

COP 21:  ça coince

Ça coince sérieusement concernant la négociation de Cop 21. Les négociations ont par exemple été très tendues mercredi et jeudi autour de la question de la différenciation – c’est-à-dire la. Sur deux points essentiels les modalités de contrôle de la politique de chaque Etat aussi sur le financement. On se souvient que Hollande avait arraché à la Chine le principe d’une clause de révision régulière et d’évaluation. Ce sera sans doute le seul principe un peu contraignant à condition bien entendu qu’on n’y introduise pas des biais méthodologiques. En clair qu’on ne trafique pas les chiffres.  Sur le financement, on est encore dans le flou car on ne sait pas  sur quelle sources financer les 100 milliards annuels destinés aux pays en développement afin qu’ils opèrent leur transition énergétique et qu’Is réparent aussi les dégâts causées par la pollution des pays développés. Le risque est grand de rebaptiser d’anciens crédits au développement pour réduire l’apport financier des pays développés. Ce sujet du financement est depuis le début de cette COP le principal point d’achoppement. En 2009 à Copenhague, les pays  développés se sont engagés à  fournir 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 aux pays les plus pauvres afin de les aider  à s’adapter aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre.  Le ton est d’ailleurs monté à ce sujet, mercredi. Le groupe des 77 qui rassemble 134 pays en développement, s’est inquiété publiquement que les pays riches ne respectent pas leurs obligations en la matière. Leur crainte est née de l’introduction de nouvelles expressions dans le texte, impliquant que la base des donneurs soit élargie. Les passages suggèrent que le financement devra se faire non seulement par des pays développés mais aussi par ceux « en position de le faire ».  »On patine, rien n’est très précis sur ce sujet, affirme Matthieu Orphelin. Le texte remis à Laurent Fabius n’indique d’ailleurs même pas si ces financements vont augmenter après 2020″. « Il y a une grosse incertitude, renchérit Célia Gautier. La France, par exemple, mise sur l’élargissement de sa taxe sur les transactions financières pour financer les pays du sud. Mais l’Assemblée nationale n’a pas encore donné son feu vert à cette taxe ». Le nouveau texte liste encore pas moins de 18 options s’agissant du financement.

COP 21-Bonn : ça coince

COP 21-Bonn : ça coince

Pour l’instant ça avance .au pas d’escargot. En fait on est d’accord sur rien, pas sur les objectifs et pas sur les moyens de financement. Il était clair qu’à Bonn les questions politiques comme la part des financements ou les efforts pour réduire la pollution ne seraient pas tranchés. Mais même le mot « énergie » n’est pas dans le texte. Renouvelables ou fossiles, c’est trop tabou. Les négociateurs avaient déjà connaissance depuis trois semaines du brouillon sur lequel ils allaient travailler cette semaine. Mais il a fallu attendre l’ouverture de ces discussions à Bonn pour l’amender. Beaucoup de temps précieux perdu, alors que de nombreux chefs d’Etat ont les mots « urgences climatiques » à la bouche. Même si les négociateurs ont travaillé toute la nuit, ils renvoient déjà la balle aux ministres que Laurent Fabius doit réunir début novembre à Paris. On verra si les politiques font mieux que les diplomates.

COP 21-Bonn : ça coince

COP 21-Bonn : ça coince

Pour l’instant ça avance .au pas d’escargot. En fait on est d’accord sur rien, pas sur les objectifs et pas sur les moyens de financement. Il était clair qu’à Bonn les questions politiques comme la part des financements ou les efforts pour réduire la pollution ne seraient pas tranchés. Mais même le mot « énergie » n’est pas dans le texte. Renouvelables ou fossiles, c’est trop tabou. Les négociateurs avaient déjà connaissance depuis trois semaines du brouillon sur lequel ils allaient travailler cette semaine. Mais il a fallu attendre l’ouverture de ces discussions à Bonn pour l’amender. Beaucoup de temps précieux perdu, alors que de nombreux chefs d’Etat ont les mots « urgences climatiques » à la bouche. Même si les négociateurs ont travaillé toute la nuit, ils renvoient déjà la balle aux ministres que Laurent Fabius doit réunir début novembre à Paris. On verra si les politiques font mieux que les diplomates.

Fraude à la TVA : « rue du commerce » coincé

Fraude à la TVA : « rue du commerce » coincé

Comme souvent en matière de d’optimisation fiscale, on a recours à des sociétés intermédiaires pour des prestations fictives. Mais cette fois c’est le site Rue du commerce qui a été coincé il est vrai après presque 15 ans d’enquête. Ce que révèle aujourd’hui des FM. Vendredi 31 juillet, le Conseil d’Etat a débouté Rue du Commerce, mettant ainsi un point final à une procédure qui avait démarré au début des années 2000.  A l’époque, la police a découvert un vaste système de fraude à la TVA impliquant le site de commerce électronique, qui a toutefois réussi à ne jamais ébruiter l’affaire jusqu’ici. La fraude portait sur les CD et les DVD vierges vendus sur le site. Rue du Commerce les achetaient à des « sociétés taxis »: des sociétés immatriculées en France dotées de noms exotiques: Jem Trading devenue Dataworld, Micram, Duncan Distribution…  Rue du Commerce se faisait ensuite rembourser la TVA sur ces achats auprès du fisc, arguant que cette TVA avait été acquittée précédemment par les sociétés taxis. En réalité, les sociétés taxis s’évanouissaient rapidement dans la nature sans jamais payer la moindre TVA.  Après avoir découvert cette fraude, le fisc a notifié en 2005 à Rue du Commerce un redressement de 2,5 millions d’euros portant sur les années 2002 à 2004. Le site avait contesté ce redressement devant toutes les juridictions possibles, mais toujours en vain.  Pour se défendre, Rue du Commerce arguait ne pas être au courant de la fraude à la TVA. Mais le fisc a ressorti les propres déclarations de l’ancien dirigeant de Rue du Commerce faites en 2003 devant les gendarmes de Bobigny. Lors de son audition, « l’ancien dirigeant de Rue du Commerce a reconnu l’existence d’un circuit d’approvisionnement frauduleux afin d’échapper au paiement de la rémunération pour copie privée, ainsi que la dépendance envers Rue du Commerce des fournisseurs défaillants. Tandis que les gérants des sociétés Dataworld et Duncan Distribution ont révélé leurs liens de connivence avec Rue du Commerce », indique le jugement d’appel. A noter que Jem Trading réalisait 80% de son chiffre d’affaires avec Rue du Commerce. Le fisc a mis en avant de nombreux autres faits accablants. Ainsi, les sociétés taxis étaient de simples boîtes aux lettres,  »ne disposant pas des moyens humains et matériels » pour faire du commerce de CD et DVD, « et notamment pas des structures qui leur auraient permis de recevoir et de stocker des marchandises ». En pratique, les marchandises, venant de Hong Kong ou d’Espagne, ne transitaient même pas par les sociétés taxis, mais étaient « directement livrées à Rue du Commerce ». Certes, une des sociétés taxis, Duncan Distribution, exerçait bien une activité réelle: elle créait des sites web…  En outre, les sociétés taxis « ne disposaient pas des ressources financières » pour acheter les marchandises. Elles se voyaient avancer l’argent par Rue du Commerce. Il est vrai que ces sociétés taxis étaient aussi détenues par des actionnaires communs.Enfin, et non des moindres, l’économie réalisée par les sociétés taxis en échappant à la TVA leur permettait ensuite de revendre les marchandises à Rue du Commerce à « des prix inférieurs au marché, et avec des marges commerciales négatives ».  Bref, pour le fisc, Rue du Commerce « ne pouvait ignorer qu’elle participait à un circuit de fraude sur la TVA », et y a bien « participé » elle-même.  Le fisc a donc infligé une amende se montant à 50% des sommes détournées. Rue du Commerce a trouvé la facture salée: « le cumul des rappels de TVA, des intérêts de retard, et des pénalités aboutit à une taxation représentant 84% du chiffre d’affaires », a argué le site, mais sans convaincre les juges.  Toutefois, on ignore ce qu’a donné l’enquête pénale. Dans son dernier document de référence datant de mi-2012, Rue du Commerce indique juste: « les dirigeants de Rue du Commerce sont susceptibles d’encourir, en tant que primo-délinquants, une peine pouvait être prononcée par le tribunal de grande instance ».

 

Dissidence Montebourg, Hamon : Valls coincé

Dissidence Montebourg, Hamon : Valls coincé

 

Pour l’entourage de Valls (sans doute quelques jeunes énarques encore  boutonneux) ils ont franchi la ligne jaune ; On promet que Valls va réagir. Un obstacle cependant, si Valls et Hollande devait prendre la sanction suprême, le carton rouge, il en subirait sans doute immédiatement les conséquences en matière de popularité. Or précisément cette popularité s’écroule, depuis longtemps pour Hollande et depuis peu pour Valls. Or Montebourg et Hamon même s’ils ne sont pas les meilleurs ministres du monde et loin s’en  faut, pour autant peuvent incarner ce ralbol de l’austérité imposé par Merkel, l’Europe et suivie bêtement par un Hollande complètement incompétent et au surplus désinvolte. Il parait donc vraisemblable que Hollande pour ce franchissement de ligne préférera le carton jaune au  carton rouge qui le fâcherait un peu plus avec le Français et y compris ses amis  socialistes.  Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ne seront sans doute pas punis   »pour avoir émis  des critiques contre les choix budgétaires du gouvernement et en fustigeant la politique austéritaire » de l’Allemagne. S’ils le sont, cela pourra se retourner contre Valls et Hollande car la critique étaitt fondée.  Le ministre de l’Economie et le ministre de l’Education ont en effet accentué ces 48 dernières heures la pression sur le couple exécutif, dont la popularité est au plus bas, pour l’inciter à « infléchir » sa politique économique et devenir le « moteur alternatif » de l’Europe, à l’heure où François Hollande s’apprête à faire une série d’annonces. Réunis à l’occasion de la fête de la Rose à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), les deux représentants de l’aile gauche du PS au sein du gouvernement ont prononcé un plaidoyer offensif en faveur d’une réorientation économique, tout en assurant rester loyal au chef de l’Etat. « La promesse de remettre en marche l’économie, de retrouver le chemin de la croissance, d’obtenir le plein emploi, elle n’a pas fonctionné, l’honnêteté oblige à le constater et à le dire », a déclaré Arnaud Montebourg devant un parterre de militants et d’élus.   »Le rôle du ministre de l’Economie, de tout responsable public, de tout homme d’Etat, est d’affronter la vérité même cruelle sans l’atténuer, sans la noircir, et de proposer des solutions alternatives », a-t-il ajouté sous les applaudissements. Contacté par Reuters, l’Elysée n’a pas souhaité faire de commentaires. L’entourage de Manuel Valls a estimé pour sa part que les deux ministres avaient franchi une « ligne jaune » avec leurs déclarations sur la politique économique et « sur le partenaire européen qu’est l’Allemagne qui sont extrêmement dures ». « Considérant que la ligne jaune a été franchie, le Premier ministre a décidé d’agir », a-t-on indiqué, sans donner plus de précisions.

Budget Sécu : ça coince !

Budget Sécu : ça coince !

Le gouvernement a décidé lundi soir de remettre à plus tard les votes à l’Assemblée sur les articles et amendements au projet de budget rectificatif de la Sécu pour 2014, provoquant la consternation dans l’hémicycle et l’indignation d’une partie de la majorité. Cette décision, annoncée par le secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, au début de la discussion du texte, peut laisser présager le recours au vote bloqué sur tout ou partie du texte, ce qui permettra de ne retenir que les amendements présentés et acceptés par le gouvernement. C’est ainsi que l’ont interprété notamment le patron des députés UMP Christian Jacob et l’ancienne ministre écologiste Cécile Duflot.  Dans les rangs du PS, se trouvaient alors présents de nombreux «frondeurs», prêts à défendre notamment un amendement pour une contribution sociale généralisée (CSG) progressive. L’un d’eux, Christian Paul, a dénoncé le recours à «des outils rouillés qui n’honorent pas le gouvernement», face à des députés «nombreux et soucieux de défendre leurs propositions». Le vice-président (PS) de la commission des Finances, Pierre-Alain Muet, s’est aussi insurgé dans un tweet contre «une caricature de démocratie qui ôte le seul vrai pouvoir des députés: le droit d’amender».  Les écologistes ont évoqué une «crise des institutions», le Front de gauche un gouvernement qui «ne recule devant rien». Dans l’opposition, le président du groupe UDI Philippe Vigier a pointé «un blocage institutionnel majeur» et Christian Jacob «une situation totalement inédite», en demandant une réunion immédiate de la conférence des présidents de l’Assemblée. À l’inverse, le président du groupe socialiste, Bruno Le Roux, a salué une décision «sage» du gouvernement afin de permettre «le débat». Christian Eckert a demandé «la réserve des votes» jusqu’»au moment où (le gouvernement) estimera utile et nécessaire de reprendre les votes», en précisant que le recours à l’article 44-3 de la Constitution sur le vote bloqué n’était qu’une possibilité. «Le gouvernement fera savoir (mardi) s’il fera reprendre le vote des amendements ou s’il aura recours à d’autres procédures prévues par la Constitution», a-t-il ajouté. Dans l’entourage du premier ministre Manuel Valls, on a justifié cette méthode auprès de l’AFP par la volonté d’»avancer dans les meilleures conditions». Les députés ont ensuite discuté vaille que vaille du 1er article du projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificative (PLFSSR), consacré à des allègements de cotisations salariales, dans le cadre de la mise en œuvre du pacte de responsabilité et de solidarité.

Evasion fiscale : David Cameron coincé

Evasion fiscale : David Cameron coincé

Cameron veut mettre de l’ordre en matière d’évasion fiscale mais les  dix territoires d’outre-mer dépendant de la Couronne britannique, réputés être des paradis fiscaux s’y refusent. .Le Premier ministre conservateur doit rencontrer, ce samedi 15 juin, les dirigeants de ces îles. Son ambition : leur faire signer une convention de l’OCDE qui les forcerait à mettre en place l’échange automatique d’informations. Un premier pas contre l’évasion fiscale et un moyen de balayer devant sa porte avant d’aborder le sujet avec ses collègues du G8 en Irlande du Nord, les 17 et 18 juin.  Le but avoué de Cameron : en finir avec le secret bancaire sur les îles, et mettre en place un registre des propriétaires bénéficiaires des comptes et sociétés offshores. Une transparence qui est loin de faire l’unanimité parmi les territoires d’outre-mer et dépendant de la couronne. Le gouverneur des Bermudes a d’ores et déjà annoncé qu’il ne signerait pas la convention. L’archipel refuse de se voir traité comme un paradis fiscal, même s’il est régulièrement accusé de faciliter l’évasion des grands groupes internationaux. Ce refus pourrait ouvrir une brèche dans la ligne tenue par David Cameron, alors que les îles Caïman se disent prêtes à adopter la convention. Négociation compliquée en perspective : le Royaume-Uni n’a pas de pouvoir contraignant sur ces territoires, qui ont continué de reconnaître la reine après avoir pris leur autonomie.  Les accusations de néo-colonialisme fusent de la part de certaines îles. Elles s’estiment déjà en pointe car certaines partagent leurs informations avec quelques pays grâce à des accords bilatéraux. Mais se conformer aux normes de l’OCDE les obligerait à élargir ce système à une cinquantaine de pays. La partie qui se joue ce 15 juin dépasse le simple cadre de ces petits bouts de terre. Les paradis fiscaux de loi anglo-saxonne sont souvent cités en exemple par l’Autriche ou le Luxembourg pour éviter de mettre un terme à leur secret bancaire. Si David Cameron n’arrive pas à mettre au pas de simples gouverneurs, sa crédibilité auprès des chefs d’Etat s’en trouvera affaibli la semaine prochaine.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol