Archive pour le Tag 'coalition ?'

Page 2 sur 2

La Turquie et l’Australie dans la coalition contre l’Etat islamique

La Turquie et l’Australie dans la coalition contre l’Etat islamique

 

« Aujourd’hui, le gouvernement a autorisé des frappes aériennes australiennes en Irak, à la demande du gouvernement irakien et pour soutenir le gouvernement irakien », a déclaré le Premier ministre australien, Tony Abbott. « Aussi, le gouvernement a autorisé le déploiement de forces spéciales australiennes en Irak pour conseiller et assister les forces irakiennes », a-t-il ajouté, précisant que cette décision devait être entérinée par des documents juridiques. Environ 200 soldats parmi lesquels des troupes spéciales sont arrivés à la mi-septembre aux Emirats arabes unis, un point stratégique pour des opérations militaires dans la région, alors que l’Australie se préparait à rejoindre la coalition internationale contre l’EI menée par les Etats-Unis. Ces soldats sont soutenus par des avions militaires, notamment des Super Hornet F/A-18F, un avion de détection lointaine et de contrôle E-7A, et un avion de transport et de reconnaissance KC-30A. Les troupes spéciales se sont « pas envisagées » pour participer directement à des missions de combat, mais pour « aider les forces irakiennes à planifier et coordonner les opérations », a souligné le chef du gouvernement australien. Ces troupes vont opérer à une « échelle nettement inférieure » à celle de pays alliés, a-t-il encore dit. L’Australie s’était déjà jointe aux Etats-Unis dans le cadre des efforts internationaux pour acheminer des armes aux forces kurdes combattant les extrémistes de l’EI dans le nord de l’Irak. Outre les Etats-Unis, La France participe depuis la mi-septembre aux frappes aériennes contre le groupe EI en Irak. Jeudi, le Parlement turc a autorisé une intervention militaire contre les jihadistes en Irak et en Syrie, où la ville kurde de Kobané, frontalière de la Turquie, était asphyxiée par l’EI.

 

Coalition internationale contre l’Etat islamique

Coalition internationale  contre l’Etat islamique

La communauté internationale se réveille enfin pour lutter contre la barbarie de l’Etat islamique ; il serait temps avant que ce mouvement ne gangrène tout le Proche et le Moyen Orient voire l’Afrique noire. Le président américain, qui s’exprimait à la Maison blanche avant une réunion de son conseil de sécurité nationale consacrée à la situation en Irak et en Syrie, a annoncé qu’il avait demandé à son secrétaire d’Etat, John Kerry, de se rendre au Proche-Orient. Ce dernier aura pour mission de constituer une coalition internationale qui devra lutter contre les djihadistes de l’Etat islamique. Il a ajouté qu’il avait confié au secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, le soin de préparer un éventail d’options militaires.  Ma priorité est de m’assurer que les gains territoriaux de l’Etat islamique en Irak sont effacés« , a-t-il déclaré, ajoutant que la stratégie que les Etats-Unis mettront en place comportera « un volet militaire ». Barack Obama, qui a dit compter sur ses alliés au sein de la future coalition pour fournir un soutien aérien et des armes aux forces irakiennes, a souligné qu’un affaiblissement durable des djihadistes sunnites passait par l’implication des populations sunnites en Irak et en Syrie. Il a en revanche écarté toute idée de coopération avec le président syrien Bachar al Assad, estimant que ses forces n’ont en tout état de cause pas les moyens d’intervenir dans les zones contrôlées par l’Etat islamique.

 

Italie : gouvernement de coalition ?

Italie : gouvernement de coalition ?

 

 

Les pistes pour essayer de sortir de l’impasse politique en Italie commencent à se dessiner. Suite aux élections de dimanche et lundi, la Chambre des députés est à gauche et le Sénat sans majorité.  Aux législatives, le parti protestataire de l’humoriste Beppe Grillo (M5S) est devenu la première formation du pays, quatre ans après sa formation. Il a obtenu la troisième position en faisant la moyenne des deux élections.  La coalition de gauche de Pier Luigi Bersani, arrivée légèrement en tête, ne peut donc pas faire sans lui. Son leader s’est dit conscient du « caractère dramatique de la situation et des risques encourus par le pays« . Il a entrouvert la porte aux élus du Mouvement 5 étoiles, mais n’est pas favorable à une grande coalition. Au lendemain des résultats et même si sa coalition de gauche est arrivée légèrement en tête, Pier Luigi Bersani a constaté mardi amèrement : « Ceux qui n’arrivent pas à garantir la gouvernabilité ne peuvent pas revendiquer la victoire. Nous n’avons pas gagné, même si nous sommes arrivés en tête« . Le leader du Parti démocrate veut donc trouver une solution, soit avec Silvio Berlusconi, soit avec le M5S de Beppe Grillo. Il a réfuté cependant l’idée d’une grande coalition englobant tout le monde. Il pense plutôt à une plate-forme commune portant sur des thèmes principaux comme la réforme des institutions, les coûts de la politique ou la défense des plus exposés à la crise. Une manière pour chacun de « prendre ses responsabilités devant le pays« . L’humoriste devenu politique refuse quant à lui toute idée d’alliance. Les parlementaires du Mouvement 5 étoiles n’accorderont leur confiance à aucun gouvernement formé par les partis politiques traditionnels, a-t-il annoncé mercredi. Sur son blog, Beppe Grillo écrit « Le M5S n’accordera aucun vote de confiance au PD (Parti démocrate) ni à personne d’autre. Il votera en faveur des lois qui reflètent son programme« . Beppe Grillo demandera aux élus M5S de voter les lois ou non, au « cas par cas« . Il pense que le prochain gouvernement en restera pas au pouvoir plus de six mois.  Une des critiques qui sont faites au parti de Beppe Grillo, c’est le manque d’expérience politique de ses élus. Des inconnus choisis lors de rapides primaires sur Internet.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol