Archive pour le Tag 'cinquième'

Quel impact économique de la cinquième vague Covid

Quel impact économique de la cinquième vague Covid

 

Jusqu’à récemment tous les experts se montraient particulièrement optimistes sur l’ampleur de la reprise économique. En réalité, il ne s’agissait que d’un phénomène de rattrapage puisque actuellement l’activité  a tout juste retrouvé son niveau de 2019. En clair ,nous sommes toujours en retard car on pouvait espérer des augmentations annuelles de l’ordre de un et demi à 2 % de toute façon en 2020 et 2021. La hausse de 6 % de 2021 doit donc être relativisée.

Pour 2022 les experts voyaient encore une croissance d’environ 4 % en France . Le tassement a cependant déjà été constaté au quatrième trimestre et il pourrait s’amplifier avec la pandémie. En clair, on pourrait se retrouver avec une croissance de seulement de 2 % au lieu de 4%.

En France, le premier confinement a amputé le PIB de plus de 25 %, le deuxième en novembre 2020 de l’ordre de 7 %. Lors du troisième, en avril dernier, l’économie française tournait 5 % en-dessous de son niveau d’avant-crise.

Le premier secteur concerné par une amplification de la crise endémique serait encore l’hôtellerie et le tourisme. Globalement on assisterait un ralentissement de la mobilité des biens et des personnes.Les récentes études d’opinion montrent un tassement du moral des ménages mais aussi des entreprises

Covid France cinquième vague : ce n’est qu’un début (Martin Blachier )

Covid France cinquième vague : ce n’est qu’un début (Martin Blachier )

 5000 contaminations il y a environ un mois, 15 000 samedi dernier et plus de 22 000 ce samedi 20 novembre, la pandémie progresse de façon inquiétante en France où la cinquième vague ne semble qu’au début de son évolutionEstime l’épidémiologiste Martin Martin Blachier. On pourrait rapidement atteindre 50 000 contaminés d’ici un mois. Bref mesure restrictive nouvelle le brassage des populations de fin d’année pourrait provoquer une catastrophe.Invité à l’antenne de Franceinfo ce vendredi 29 octobre, l’épidémiologiste Martin Blachier s’est montré formel : « On est au début de la 5e vague », a-t-il lancé sur le plateau avant d’ajouter, alarmiste : « On est au début de ce phénomène de reprise épidémique et il n’y a aucune raison que ça s’arrête« . Après deux mois successifs de baisse, la France encaisse un léger rebond de l’épidémie de Covid-19. Ces derniers jours, le gouvernement a multiplié les appels à la vigilance. « L’épidémie recommence à gagner du terrain« , a prévenu Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, sur RTL.

Les hôpitaux français pourront-ils supporter une 5e vague ? « On n’envisage pas pour l’instant qu’il y ait un phénomène de saturation (…) mais en revanche, c’est vrai que la pression qui existe aujourd’hui va encore s’intensifier sur les services hospitaliers et les services de réanimation », a assuré sur Franceinfo l’épidémiologiste .

Covid : Une vraie cinquième vague en Europe

Covid  : Une vraie cinquième vague en Europe

Avec une explosion des contaminations, c’est une vraie cinquième vague qui débute en Europe. Certes les chiffres de la France sont en moindre progression mais tout autour l’envolée est spectaculaire. Ainsi en Allemagne on atteint décontamination de 40 000 personnes par jour et même davantage, autant au Royaume-Uni. La situation est par ailleurs catastrophique dans les pays de l’Est avec des taux d’incidence supérieure à 500 cas pour 100 000 habitants.En Russie , on constate « officiellement »plus de 1000 morts par jour en moyenne, un chiffre sans doute d’ailleurs sous-estimé.

En Allemagne, la barre des 50.000 nouvelles infections quotidiennes a été franchie jeudi, une première depuis le début de la pandémie.

En Autriche aussi, le nombre de cas de contaminations explose. Le chancelier Alexander Schallenberg a de son côté annoncé le projet d’imposer un confinement uniquement aux non-vaccinés pour enrayer cette flambée épidémique, relate Reuters.

Aux Pays-Bas, q 16.364 nouveaux cas avaient été signalés au cours des dernières 24 heures, battant ainsi le record depuis le début de la pandémie, établit le 20 décembre 2020, avec 12.997 cas.

Si les chiffres sont moins inquiétants dans le sud de l’Europe, l’épidémiologiste Antoine Flahaut appelait, le 4 novembre dernier, sur notre antenne à rester prudent. « La France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie sont les derniers bastions en Europe de l’Ouest à résister à la reprise de l’épidémie. Mais on ne va pas échapper à cette nouvelle vague. »

Santé- Covid 19 Europe : vers une cinquième vague ?

Santé- Covid 19  Europe : vers une cinquième vague ?

La hausse des contaminations atteint 5 % sur une seule semaine au plan mondial. Pour l’essentiel les hausses proviennent de l’Europe qui a enregistré une progression de 14% des contaminations en une semaine . Peu d’Etats Européens échappent cette tendance haussière. Dans certains cas, la situation devient très préoccupante comme par exemple en Russie avec plus de 1000 morts par jour ou encore au Royaume-Uni avec plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations par jour.(autour de 6000 en France)

Les pays enregistrant les plus grosses accélérations de la semaine (parmi ceux avec au moins 1000 contaminations quotidiennes) se situent tous en Europe et principalement dans l’Est: en République tchèque (+101%, 4.00), en Hongrie (+92%, 2600), au Danemark (+80%, 1500), en Pologne (+70%, 6100) et en Croatie (+65%, 3100) ou encore en Slovaquie (+63%, 3400). Hors d’Europe, la situation s’améliore dans toutes les autres régions du monde: -16% de nouveaux cas enregistrés au Moyen-Orient, -11% en Afrique, -6% en Asie, -3% dans la zone Amérique latine/Caraïbes, -2% en Océanie et -1% dans la zone États-Unis/Canada.

Covid 19 Europe : vers une cinquième vague ?

Covid 19  Europe : vers une cinquième vague ?

La hausse des contaminations atteint 5 % sur une seule semaine au plan mondial. Pour l’essentiel les hausses proviennent de l’Europe qui a enregistré une progression de 14% des contaminations en une semaine . Peu d’Etats Européens échappent cette tendance haussière. Dans certains cas, la situation devient très préoccupante comme par exemple en Russie avec plus de 1000 morts par jour ou encore au Royaume-Uni avec plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations par jour.(autour de 6000 en France)

Les pays enregistrant les plus grosses accélérations de la semaine (parmi ceux avec au moins 1000 contaminations quotidiennes) se situent tous en Europe et principalement dans l’Est: en République tchèque (+101%, 4.00), en Hongrie (+92%, 2600), au Danemark (+80%, 1500), en Pologne (+70%, 6100) et en Croatie (+65%, 3100) ou encore en Slovaquie (+63%, 3400). Hors d’Europe, la situation s’améliore dans toutes les autres régions du monde: -16% de nouveaux cas enregistrés au Moyen-Orient, -11% en Afrique, -6% en Asie, -3% dans la zone Amérique latine/Caraïbes, -2% en Océanie et -1% dans la zone États-Unis/Canada.

Covid Europe : vers une cinquième vague ?

Covid Europe : vers une cinquième vague ?

La hausse des contaminations atteint 5 % sur une seule semaine au plan mondial. Pour l’essentiel les hausses proviennent de l’Europe qui a enregistré une progression de 14% des contaminations en une semaine . Peu d’Etats Européens échappent cette tendance haussière. Dans certains cas, la situation devient très préoccupante comme par exemple en Russie avec plus de 1000 morts par jour ou encore au Royaume-Uni avec plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations par jour.(autour de 6000 en France)

Les pays enregistrant les plus grosses accélérations de la semaine (parmi ceux avec au moins 1000 contaminations quotidiennes) se situent tous en Europe et principalement dans l’Est: en République tchèque (+101%, 4.00), en Hongrie (+92%, 2600), au Danemark (+80%, 1500), en Pologne (+70%, 6100) et en Croatie (+65%, 3100) ou encore en Slovaquie (+63%, 3400). Hors d’Europe, la situation s’améliore dans toutes les autres régions du monde: -16% de nouveaux cas enregistrés au Moyen-Orient, -11% en Afrique, -6% en Asie, -3% dans la zone Amérique latine/Caraïbes, -2% en Océanie et -1% dans la zone États-Unis/Canada.

Covid Europe : vers une cinquième vague ?

Covid Europe : vers une cinquième vague ?

 

La concomitance de la grippe classique avec une certaine reprise en France de l’épidémie Covid pourrait annoncer une cinquième vague. Certes, les chiffres en France ne sont pas encore catastrophiques mais la tendance est encore à la hausse.

 

Ces dernières semaines le nombre de contaminés quotidiens était stabilisé autour de 5000 par exemple mais la tendance est désormais à la hausse. En outre et surtout des pays proches s’installent  dans cette cinquième vague comme Royaume-Uni avec près de 40 000 contaminés quotidiens et aussi en Allemagne. Sans parler de l’envolée de la maladie ailleurs par exemple en Russie avec 1000 morts par jour.

 

Le  porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal se veut rassurant même si «pour l’instant, on ne peut pas parler de cinquième vague». Il faut «faire très attention» afin d’éviter un rebond épidémique, a-t-il prévenu sur Europe 1. 6445 malades sont toujours hospitalisés ce mardi, dont 316 depuis la veille. Ils étaient 6405 lundi. 1049 personnes sont traitées dans les services de soins critiques – 112 y ont été accueillies ces dernières 24 heures – contre 1023 la veille. 38 personnes sont également mortes du Covid dans les hôpitaux français ce mardi, selon Santé publique France, portant le bilan à 90.643 morts à l’hôpital depuis le début de la pandémie.

6603 nouveaux cas ont par ailleurs été détectés, contre 5934 mardi dernier.

Nouveau variant détecté au Royaume-Uni qui expliquerait l’ampleur de la cinquième vague

Nouveau  variant détecté au Royaume-Uni qui expliquerait l’ampleur de la cinquième vague

 

 

Les chiffres des contaminations et plus généralement des malades sont particulièrement inquiétants au Royaume-Uni. Quotidiennement en effet on compte depuis plusieurs jours environ aux -40 000 nouveaux contaminés  ( pour 5000 à 6000 en France par exemple). Une hausse qui pourrait être due à la découverte d’un nouveau variant du Delta qui ne serait pas plus dangereux mais dont la transmission serait plus accélérée. Les autorités sanitaires britanniques ont donc indiqué vendredi avoir placé sous surveillance le sous-variant du Delta se propageant au Royaume-Uni, qui semble plus transmissible mais pas plus dangereux, dans un contexte d’envolée des cas de Covid-19. Le variant «AY4.2» représentait la semaine dernière 6% des cas au total au Royaume-Uni, a précisé dans son bulletin hebdomadaire l’UK Health Security Agency, qui l’a classé comme «variant en cours d’investigation».

La très nette reprise de la pandémie au Royaume-Uni ne serait cependant pas imputable forcément à ce nouveau variant mais plutôt à la levée prématurée des mesures restrictives. Une politique sanitaire de yo-yo largement condamné par le Parlement britannique et dont Johnson est largement responsable

Manifs anti passe : cinquième journée de mobilisation

Manifs anti passe : cinquième journée de mobilisation

Le ministère de l’Intérieur, régulièrement accusé par les manifestants de sous-estimer la protestation, a compté 214.845 manifestants dans tout l’Hexagone, dont 13.900 à Paris. Ce serait moins que le week-end précédent qui avait réuni 230 000 personnes. Le sud-est a été, comme à son habitude, particulièrement mobilisé : ils étaient notamment 22.000 à Toulon, 6 000 à Nice ou encore 7 500 à Montpellier.

 

Rugby : cinquième titre pour le Stade toulousain en Champions Cup

Rugby : cinquième titre pour le Stade toulousain en Champions Cup

Gagnant contre La Rochelle à Twickenham (22-17), le Stade toulousain devient le club plus titré en Champions Cup de rugby.

 

Les  Rouge et Noir ont remporté la Champions Cup pour la cinquième fois (après 1996, 2003, 2005 et 2010), devenant le club le plus titré sur la scène européenne devant le Leinster (Irlande). Les coéquipiers d’Antoine Dupont, capitaine en l’absence de Julien Marchand (suspendu), ont ferraillé dur contre des Rochelais surpuissants qui ont fini par payer cher l’exclusion définitive de Levani Botia peu avant la demi-heure de jeu pour un plaquage sur Maxime Médard (22-17).

Grippe aviaire : cinquième contamination dans les Landes

Grippe aviaire : cinquième contamination dans les Landes

Un cinquième élevage des Landes pourrait avoir été contaminé par le virus H5N8 à Sort-en-Chalosse, dans les Landes. Les prélèvement ont été réalisés samedi soir. Par précaution, les canards ont déjà été abattus avant l’annonce des résultats.

 

GM&S : cinquième report du tribunal !

GM&S : cinquième report du tribunal !

 

C’est le cinquième report de décision du tribunal de commerce de Poitiers pour  la reprise de l’équipementier GM&S Industry, tribunal qui a prolongé la période d’activité de l’usine au 18 septembre. Le tribunal se prononcera le 4 septembre prochain sur l’unique offre de reprise du groupe GMD qui propose le maintien de 120 emplois sur 277. »A cette offre de reprise étaient attachées des conditions suspensives qui n’ont été levées qu’à l’audience », a dit le président du tribunal de commerce de Poitiers, Patrick de Lassée à BFMTV. »Le tribunal ne pouvait pas valider cette offre dans la mesure où les institutions représentatives du personnel ne s’étaient pas prononcées à ce sujet. »Le tribunal a déjà repoussé sa décision sur le projet de reprise quatre fois en deux mois pour laisser le temps aux parties prenantes au dossier de s’entendre. Il a néanmoins toujours permis le maintien des activités, précise son président. Le dossier avance cependant dans le bon sens  d’après l’avocat des GM & S :  « on constate que l’offre de GMD est ferme parce que les trois conditions posées sont réunies, les 15 millions d’euros d’investissement, le rachat des murs et le vote positif des salariés à l’offre [N.D.L.R., cette dernière pourrait ne pas être souhaitée par le liquidateur judiciaire et Alain Martineau]. Et le 31, ce n’est pas la fin, explique Me Borie. Il faudra ensuite cette procédure de consultation avec le CE et des discussions sur une amélioration possible de l’offre et l’audience du tribunal pour statuer sur la reprise devrait avoir lieu la dernière semaine d’août pour laisser un peu de temps à ces discussions et à celles sur l’indemnisation des victimes pour ne pas parler des supra-légales. »  Sur ce vote d’adhésion des salariés à l’offre de GMD, condition morale et non suspensive contrairement à ce que déclare Bercy dans son communiqué, Me Borie ne garantit rien. « Il y aura un vote organisé en toute transparence et sincérité. S’il est négatif, ça voudra dire que les salariés ont fait un choix, on ne pourra pas dire que ce sont les syndicats qui les ont orientés et c’est important. »  « Il n’y aura pas de reprise pérenne et apaisée du site de La Souterraine tant qu’on n’aura pas réglé la question de ceux qui resteront sur le carreau et tant qu’on n’aura pas réglé la question d’indemnisations des victimes », poursuit l’avocat des salariés.

Travail coût horaire de 35,60 euros, la France en cinquième position.

travail coût horaire de 35,60 euros, la France en cinquième position.

 

 

Le coût horaire de la main-d’œuvre global, salaires et charges a atteint 29,8 euros dans la zone euro et 25,4 euros dans l’ensemble de l’Union européenne, selon des estimations pour l’année 2016 publiées jeudi par l’office européen des statistiques Eurostat. Mais ce n’est qu’une moyenne. Et le coût du travail illustre bien le besoin d’une harmonisation réclamée par de nombreux pays. Car, en réalité, ce coût varie de 1 à 10 dans l’Union européenne! Il y a les États où la main-d’œuvre est extrêmement chère : en Belgique, il en coûtera à un employeur 39,20 euros de l’heure, en Suède 38 euros. Mais la palme revient au Danemark où, avec 42 euros par heure, le travail est le plus cher. Il est près de dix fois moindre en Bulgarie, à 4,40 euros de l’heure. La Roumanie (5,50 euros) et la Lituanie (7,30 euros) possèdent également des coûts de main-d’œuvre très faibles. Avec un coût horaire de 35,60 euros, la France est en cinquième position, tandis que l’Allemagne est huitième, avec 33 euros. Ces dernières années, la France a réussi à réduire l’écart avec son voisin allemand. Entre 2012 et 2016, le coût horaire a progressé de 2,50 euros outre-Rhin, alors que la hausse a été contenue à 1,30 euro dans l’Hexagone. La mise en place du crédit d’impôt compétitivité et emploi (CICE) puis du pacte de responsabilité ont permis de baisser les charges des entreprises françaises, donc le coût du travail. Selon Eurostat, la France demeure le pays où la part des coûts non salariaux – essentiellement constitués de cotisations sociales – est la plus importante, à 33,2 %, suivie par la Suède (32,5 %). La proportion atteint 22,4 % en Allemagne, un chiffre inférieur à la moyenne de l’Union européenne (23,9 %). Au vu de ces données, on comprend les tensions autour du coût du travail et des modèles sociaux en Europe…




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol