Archive pour le Tag 'chômage'

Page 28 sur 28

Explosion du chômage, plus forte hausse depuis 2009

Explosion du chômage, plus forte hausse depuis 2009

C’est la plus forte hausse depuis 2009. Le chômage officiel explose. Il faudrait y ajouter les chômeurs non inscrits ou rayés, des bénéficiaires du RSA ou autres allocations. Officiellement plus de 3 millions de chômeurs mais en réalité entre 7 et 8 millions de personnes sans emploi. Au mois de septembre, non seulement le navire n’a pas ralenti sa course, mais il a même fortement accéléré. Pôle emploi a enregistré le mois dernier sa plus forte hausse du chômage depuis avril 2009. Près de 47.000 demandeurs d’emploi supplémentaires de catégorie A – ceux qui ne travaillent pas, même à temps partiel – se sont inscrits à Pôle emploi en septembre (+1,6%), soit quasiment le double du mois précédent.  Depuis que le chômage est reparti à la hausse, en mai 2011, la France métropolitaine a enregistré 370.000 demandeurs d’emploi supplémentaires dans cette catégorie. Si bien que, pour le deuxième mois consécutif, le nombre de chômeurs a dépassé les 3 millions. La hausse mensuelle est moindre (+20.900) si l’on tient compte de ceux qui travaillent à temps partiel (les catégories B et C). L’ensemble des demandeurs d’emploi des trois premières catégories regroupe cependant 4,5 millions personnes.  Stigmate d’une crise qui s’éternise, les chômeurs de longue durée ne cessent de progresser (+1,3% en septembre): ils représentaient 38,7% des inscrits à Pôle emploi en septembre. Ceux dont l’ancienneté est supérieure à trois ans enregistrent même une hausse de plus de 20% sur un an. Une statistique préoccupante, tant l’inscription du chômage dans la durée est synonyme d’érosion des compétences et donc d’éloignement de l’emploi.  Comme l’a par ailleurs rappelé ce mercredi Jean-Marc Ayrault, les jeunes et les seniors sont toujours ceux qui pâtissent le plus de la dégradation de la conjoncture: le mois dernier, en catégorie A, les moins de 25 ans ont enregistré une hausse de 2,2% de leurs effectifs et les seniors de 2,3%. «Ce n’est pas un hasard si le gouvernement a agi tout de suite concernant ces deux catégories», a fait valoir le premier ministre ce matin.

 

 

Statistiques chômage Etats Unis : l’escroquerie paye pour les traders avisés !

Statistiques  chômage Etats Unis : l’escroquerie paye pour les traders avisés !

 

Bien joué pour les analystes. Avec les statistiques truquées, la bourse de new York a fait un bond en début de séance puis s’est replié ; entre-temps les traders ont pris leurs bénéfices. Wall Street a d’abord réagi avec enthousiasme à la dernière statistique de l’emploi aux Etats-Unis, qui a révélé une nette et inattendue baisse du taux de chômage, mais l’approche de la « saison » des résultats de sociétés suscite quelques soucis qui ont motivé des prises de bénéfice en fin d’après-midi et amené les indices à finir en ordre dispersé vendredi. Le chômage a chuté de manière « inattendue » en septembre aux Etats-Unis, revenant à son niveau d’il y a presque quatre ans, une excellente nouvelle pour le président Barack Obama qui y a vu « un rappel que ce pays est allé trop loin pour faire demi-tour maintenant », à un mois de l’élection présidentielle. L’indice Dow Jones gagne 34,79 points (0,26%) à 13.610,15, après avoir inscrit en séance un pic de près de cinq ans de 13.661,87. Le S&P-500 cède 0,47 point (0,03%) à 1.460,93. Le Nasdaq Composite perd 13,27 points (0,42%) à 3.136,19. Sur l’ensemble de la semaine le Dow gagne 1,3%, le S&P-500 1,4% et le Nasdaq 0,6%. Le S&P-500 a gagné près de 17% depuis le début de l’année et reste bien parti pour sa meilleure performance annuelle depuis 2009, époque d’un rebond boursier après la crise financière amorcée l’année précédente. Le rétrogradage dans la dernière partie de la séance laisse penser que la Bourse aura toutefois du mal à faire de nouveaux progrès avec les résultats de sociétés qui commenceront à tomber la semaine prochaine, l’aluminier Alcoa ouvrant le bal comme à l’habitude.La prévision est d’une baisse de plus de 2% des bénéfices des sociétés du S&P-500, selon des données de Thomson Reuters. Ce serait la première depuis 2009.

 

Moral des ménages juin : toujours dans les chaussettes sur le chômage

Moral des ménages juin : toujours dans les chaussettes sur le chômage

 

La  grande inquiétude reste l’emploi. « En juin, les ménages sont nettement plus nombreux qu’en mai à anticiper une augmentation du chômage. Après avoir reculé de 6 points en mai, le solde correspondant bondit de 11 points et se situe sensiblement au-dessus de sa moyenne de long terme » expliquent les experts de l’Insee. Bon an, mal an, et si l’on excepte une petite poussée d’inquiétude au mois d’avril, le solde d’opinion des ménages sur la situation de l’emploi avait tendance à s’améliorer depuis décembre 2011. A cette époque le solde d’opinion des ménages calculé par l’Insee atteignait 68 points, son plus haut niveau depuis la fin 2009. Il faut dire qu’après plusieurs mois d’amélioration, le chômage s’est fortement dégradé en France. Il a même atteint, à la fin du premier trimestre son plus haut niveau depuis 1999, selon les données publiées par l’Insee en tenant compte des méthodes de calcul du Bureau international du travail (BIT). Il atteint 9,6% en France métropolitaine et 10 % en incluant les départements d’outre-mer, en hausse de 0,2 point par rapport au quatrième trimestre, également au plus haut depuis 1999. Et au cours des derniers mois la situation a continué à se dégrader. En avril, dernier mois connu, le chômage a ainsi augmenté pour le douzième mois consécutif en France, se maintenant à son plus haut niveau depuis septembre 1999. La dégradation a en particulier touché les travailleurs les plus âgés et les chômeurs de longue durée, la situation des jeunes s’améliorant tout en restant très maussade sur un an. Les mois à venir permettront donc de savoir s’il ne s’agit que d’une bouffée d’inquiétude ou un véritablement retournement de tendance. Malheureusement, la morosité des perspectives économiques tant en France qu’au delà des frontières, risque de faire pencher la balance du mauvais côté

 

Chômage record en mars : +7.5% sur un an, le plus dur est à venir

Chômage record en mars : +7.5% sur un an, le plus dur est à venir

 

Le chômage a augmenté pour le douzième mois consécutif en France en avril, se maintenant à son plus haut niveau depuis septembre 1999, ont annoncé mercredi le ministère du Travail et Pôle Emploi. La dégradation a touché les travailleurs les plus âgés et les chômeurs de longue durée, la situation des jeunes s’améliorant tout en restant mauvaise sur un an. Il s’agit de la première publication des chiffres du chômage depuis l’élection de François Hollande à la présidence de la République, le 6 mai. Elle intervient dans un contexte de crainte d’une vague de plans sociaux contre lesquels le nouveau gouvernement entend lutter. « Il y a des inquiétudes réelles, il y a des urgences dans un certain nombre d’entreprises, et à ces urgences-là, il faut s’attaquer en construisant l’avenir dans le dialogue », a dit le ministre du Travail, Michel Sapin, sur RTL, jugeant « réaliste » le chiffre de 45.000 emplois directement menacés avancé par la CGT. Le ministère a souligné le risque d’une nouvelle dégradation : « cette hausse intervient dans un contexte de recours intensif, au cours de ces derniers mois de campagne électorale, aux contrats aidés, ainsi qu’à une évidente ‘rétention’ d’un certain nombre de plans sociaux », écrivent les services de Michel Sapin dans un communiqué, invitant à la « mobilisation de tous les acteurs pour faire de l’emploi la priorité ». En avril, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (ceux n’ayant exercé aucune activité) a progressé de 4.300 (+0,1%) en France métropolitaine par rapport à mars pour s’établir à 2.888.800. Sur un an, la hausse ressort à 7,5%. En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi progresse de 0,2%, soit 9.200 personnes de plus, pour atteindre 4.318.500 (+6,5% sur un an). Ce nombre est le plus élevé des statistiques fournies par le ministère, qui remontent à janvier 1996. Avec les départements d’Outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C est de 4.592.000. Après une dégradation pour toutes les tranches d’âge de la population en mars, les personnes âgées de plus de 50 ans sont seules à connaître un nouveau recul. Leur nombre progresse de 1,0% en catégorie A (+15,6% sur un an) et de 1,0% en A, B, C (+14,5% sur un an).  

 

Grosse manif au Maroc en cause 30% de jeunes au chômage

Grosse manif au Maroc en cause 30% de jeunes au chômage

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche à Casablanca, la plus grande ville du Maroc où les tensions sociales sont exacerbées par la sécheresse et par un chômage en hausse.   Cette manifestation qui a surpris par son ampleur est la plus importante contre le gouvernement dirigé depuis janvier dernier par un islamiste, Abdelilah Benkirane. Les élections de novembre 2011 avaient été marquées par une nette victoire de sa formation, le Parti justice et développement (PJD).   Elle a été organisée à l’appel de la Confédération démocratique du Travail et la Fédération démocratique du Travail, deux syndicats proches de l’Union socialiste des forces populaires (USFP, opposition parlementaire)   Depuis plusieurs jours, alors que le chômage ne cesse d’augmenter, les responsables syndicaux lançaient au gouvernement des appels au dialogue à propos de la hausse des salaires et de l’amélioration des conditions sociales des salariés.   Près de 30% des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont au chômage, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) rendu public le 14 mai à Rabat. Sur les 32 millions d’habitants que compte le Maroc dont près de 11 millions sont âgés de 15 à 35 ans.   « Il y a plus de 50.000 personnes qui manifestent pour appeler le gouvernement à ouvrir un dialogue véritable face à la tension sociale de notre pays », a indiqué à l’AFP Hassan Tariq, un député UFSP présent à la manifestation. « Il y a un message d’unité syndicale et un message clair au gouvernement Benkirane pour qu’il clarifie sa stratégie gouvernementale », a-t-il dit.    »Nous voulons aussi que la loi sur le droit de grève, qui sera prochainement adoptée, soit libérale et non répressive », a précisé pour sa part un autre membre dirigeant de l’USFP, joint par téléphone.   Un responsable de la police a estimé pour sa part, dans une déclaration à l’AFP, que le nombre de manifestants était « entre 15 et 20.000. « Mais ils sont dispersés dans plusieurs artères de Casablanca » a-t-il ajouté.   Du rond-point de Dakar à celui de Mers Sultan, au coeur de la capitale économique, des milliers de manifestants ont sillonné les grandes artères de la plus grande ville du Maroc, en scandant des slogans hostiles au gouvernement. « Benkirane et Fouad Ali El Himma (ndlr, un très proche conseiller du roi Mohammed VI), deux faces d’une même monnaie », ont notamment crié les contestataires sous la surveillance discrète des forces de l’ordre.   Les autres problèmes auxquels fait face le gouvernement islamiste sont la sécheresse et une baisse vertigineuse des recettes du tourisme: plus de 17% en janvier 2012 selon les derniers chiffres officiels. Le tourisme est la principale source de devises du royaume avec les transferts d’argent des Marocains établis à l’étranger et les ventes de phosphates.   Des centaines de jeunes du Mouvement du 20 février, né dans le tumulte du Printemps arabe et appelant à des réformes profondes de la monarchie, ont également participé à cette manifestation, où les islamistes étaient quasiment absents. « Le gouvernement Benkirane doit clarifier son programme et ne pas se contenter de déclarations. On ne connaît pas la stratégie de ce gouvernement. Il doit ouvrir un dialogue véritable et clair avec les syndicats », a déclaré un syndicaliste devant plusieurs manifestants.

Quasi stabilité du chômage en mars

Quasi stabilité du chômage en mars

DRQuelque 2,566 millions de demandeurs d’emploi ont été indemnisés en mars en France, en hausse de 0,1% par rapport à février et de 5,5% sur un an, selon des données publiées ce mercredi par Pôle emploi. La progression s’explique par « la légère hausse du nombre des bénéficiaires de l’assurance chômage » (+0,1%) et « du nombre des bénéficiaires des allocations de Solidarité-Etat » (+0,2%). En incluant les personnes en formation, en conversion ou en préretraite, Pôle emploi dénombre au total 2.760.700 allocataires, en hausse de 0,2% sur un mois et de 5,3% sur un an.

 

Forte hausse du chômage en mars : +7,2% sur un an et 4.3 millions sans emploi ou en activité réduite

Forte hausse du chômage en mars : +7,2% sur un an et 4.3 millions sans emploi ou  en activité réduite

Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité en France métropolitaine a augmenté en mars pour le onzième mois consécutif, pour atteindre 2,884 millions de personnes, soit 16 600 de plus qu’en février, a annoncé jeudi le ministère du Travail. Ces statistiques de la Dares, les dernières annoncées avant le second tour de la présidentielle, montrent une nette augmentation par rapport au mois précédent (+ 0,6 %, après + 0,2 % en février). La hausse reste cependant inférieure aux chiffres du dernier trimestre 2011 (+ 23 200 en moyenne chaque mois). Sur un an, le nombre des demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) s’est accru de 7,2 %. En incluant les personnes exerçant une activité réduite (catégorie A +, B et C), ce sont 4,309 millions de personnes qui cherchaient un travail fin mars, soit une hausse de 30 700 demandeurs d’emploi (+ 0,7 % sur un mois). Outre-mer compris, 4,582 millions de demandeurs d’emploi étaient recensés, sans activité ou avec activité réduite. Les femmes ont été plus concernées en mars par cette hausse que les hommes (+ 0,8 % d’inscrites à Pôle emploi en catégorie A, contre + 0,4 % pour les hommes). Le répit pour les jeunes est également terminé : après deux mois de baisse du nombre d’inscrits de moins de 25 ans sans aucun travail à Pôle emploi, leur nombre est en augmentation de près de 1 %. La hausse est également plus marquée pour les seniors (+ 1,1 % sur un mois). Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité âgés de plus de 50 ans a augmenté de 15 %. Le nombre de chômeurs de longue durée (plus d’un an), avec ou sans activité, suit l’augmentation moyenne (+ 0,6 % sur un mois, 7 % sur un an).

 

Néo Sécurité encore 5.000 salariés menacés

Néo Sécurité encore  5.000 salariés menacés

Folie des grandeurs, gestion approximative, amateurisme du management (comme souvent dans les entreprises reprises par d’anciens salariés, hélas), guerre des prix autant d’éléments qui ont contribué à faire plonger Néo sécurité. Mardi, le groupe s’est déclaré en cessation de paiement au tribunal de commerce de Paris, appelant l’Etat à son secours. Une décision est attendue pour le 3 mai.  L’Etat est « très attentif » à la situation et est prêt, via la Caisse des dépôts (CDC), à « apporter son soutien à tout investisseur sérieux et crédible permettant de conforter » le groupe, selon le ministère de l’Industrie.   »Nous étions pourtant en bonne voie pour résorber nos dettes. Sur le premier trimestre, nous sommes pratiquement à l’équilibre », a déclaré mercredi à l’AFP Jean-Michel Houry, président de Neo Sécurité qui espère également la suspension provisoire de sa dette fiscale et sociale (40 millions).   »Nous avons racheté en 2009 cette société détenue par G4S, cette entreprise allait à vau l’eau et perdait plus de 3,5 millions d’euros par mois, et (aujourd’hui) moins de 350.000 euros », a ajouté M. Houry qui détient 30% des parts du groupe.  La direction de l’entreprise n’exclut pas quelques licenciements, l’objectif étant de réduire de 20% les coûts globaux de l’entreprise, a-t-il précisé.  Neo Sécurité avait été constituée en mars 2009 lorsque M. Houry, un ancien dirigeant de la Brink’s, et d’autres cadres avaient repris les activités françaises, très déficitaires, du groupe britannique G4S.  La restructuration envisagée au moment de la reprise ayant pris du retard, Neo Sécurité avait été placée en procédure de sauvegarde en mars 2011.  Les difficultés du groupe ont été aggravées par le renoncement du fonds d’investissement français IPE, qui devait apporter 25 millions d’euros en deux étapes en échange de 70% du capital. Mais, le repreneur a jeté l’éponge début avril.  A l’annonce de la déclaration de cessation de paiement, les syndicats CFDT, CGT et Unsa ont dénoncé la gestion « douteuse » ou « hasardeuse » du patron mettant également en avant les salaires « extravagants » des dirigeants et les frais de structure du siège social.   »Cela fait vingt ans que je travaille dans cette entreprise, je n’ai jamais vu cela, le train de vie de nos dirigeants est affolant. M. Houry a la folie des grandeurs », a dit à l’AFP Adrien Leforestier, délégué central CFDT.  Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, a estimé de son côté que le président de Neo Sécurité « a profité » de la campagne présidentielle « pour essayer d’avoir de la trésorerie ».  Le syndicat a également souligné le manque de concertation des instances représentatives.  De son côté, le syndicat national des entreprises de sécurité, temporise et déclare dans un communiqué que « l’éventuelle liquidation » (…) « ne devrait pas, pour autant, se traduire par la perte définitive des emplois » parce que « l’essentiel des salariés seront, comme de coutume en la matière, rapidement repris par d’autres acteurs privés ».

 

Sony veut supprimer 10.000 emplois, l’usine de Ribeauvillé dans le Haut-Rhin menacée

Sony veut supprimer 10.000 emplois,  l’usine de Ribeauvillé dans le Haut-Rhin menacée

C’est un vent d’inquiétude qui souffle sur les salariés de Sony. Le géant japonais a annoncé, jeudi, la suppression de quelque 10.000 postes d’ici 2013. Une suppression qui vise à pallier les 5 milliards d’euros de pertes du groupe électronique sur l’exercice 2011-2012. L’usine de Ribeauvillé, en Alsace, risque notamment d’en faire les frais.  Alors que le géant japonais reste pour l’instant très discret sur les sites impactés, les 600 salariés alsaciens s’interrogent sur la poursuite de l’activité à Ribeauvillé mais aussi à Paris où travaillent essentiellement 400 cadres. « Nous ne sommes pas tellement angoissés en fait », confie l’un d’eux, avec un brin d’ironie au micro d’Europe 1. Et pour cause, après cinq plans sociaux en moins de dix ans, beaucoup d’ouvriers sont résignés. « On a l’habitude de ces plans », poursuit-il. Il y a quatre ans, Sony avait encore supprimé quelque 16.000 emplois. Dans les années 1980, quelque 2.000 employés travaillaient sur le site de production de Ribeauvillé. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 550, et fabriquent des cartes électroniques, principalement pour les entreprises locales. Plus aucun produit n’est estampillé « Sony ». « Sony n’a d’autres choix que de revoir son périmètre d’activités et de réduire ses coûts fixes », a quant à lui justifié le patron du groupe, Kazuo Hirai, lors d’une conférence de presse à Tokyo. « Ma mission est de redresser Sony « , a-t-il encore insisté, s’attardant notamment sur la nécessité de renforcer le cœur du groupe, les appareils électroniques grand public, dans le rouge depuis des années « On dit qu’on est trop chers, mais derrière, quand on regarde ce qui se passe en Chine, on voit très bien comment ils travaillent, dans des conditions innommables, et si on veut continuer à vendre en France, ça veut dire qu’il faut des consommateurs, des consommateurs qui aient la capacité d’acheter ces produits-là », s’inquiète un représentant syndical FO au micro d’Europe 1. Et pour cause, ce sont les unités françaises et européennes, jugées moins rentables par la direction de Sony, qui sont principalement visées par cette restructuration. « Aujourd’hui si on délocalise encore une fois des emplois, on ne sera plus en capacité demain d’acheter ces produits », poursuit-il. La direction française de Sony pourrait dévoiler ses plans la semaine prochaine. Un comité d’entreprise exceptionnel et un CE du site parisien sont prévus jeudi 19 avril dans la capitale.

Etats-Unis: chômage +3.5%

Etats-Unis: chômage +3.5%

Le ministère a indiqué que 380.000 demandes d’allocations de chômage avaient été déposées dans le pays du 1er au 7 avril, en données corrigées des variations saisonnières, soit 3,5% de plus que la semaine précédente.  L’indicateur du ministère est ainsi remonté à son niveau le plus élevé depuis la fin du mois de janvier alors que la prévision médiane des analystes le donnait en baisse, à 355.000 nouveaux chômeurs.  Le gouvernement a revu à la hausse son estimation des dépôts de dossiers de la dernière semaine de mars, à 367.000. La semaine précédente, son indicateur était retombé à 363.000, son niveau le plus faible depuis le mois de mars 2008.  Les nouvelles inscriptions au chômage ont suivi une tendance de baisse depuis l’été.  Selon le dernier rapport officiel sur l’emploi publié vendredi, le solde des embauches nouvelles a diminué de moitié aux Etats-Unis en mars, ce qui n’a pas empêché le taux de chômage officiel de poursuivre sa baisse en reculant de 0,1 point par rapport à février pour s’établir à 8,2%.  Les Etats-Unis ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant de revenir au plein emploi. La vice-présidente de la banque centrale américaine (Fed), Janet Yellen, a estimé mercredi que le marché du travail resterait faible encore plusieurs années.

 

SONY : 10 000 emplois en moins

SONY : 10 000 emplois en moins

 

Sony va supprimer quelque 10.000 emplois, soit environ 6% de ses effectifs mondiaux, d’ici la fin de l’année, rapporte le journal Nikkei, précisant que ces mesures affecteraient la division chimique du géant électronique japonais ainsi que celle fabricant des écrans LCD de petite et moyenne taille. Le journal précise qu’il est difficile de dire à ce stade de quelle manière ces suppressions de postes se répartiront entre le Japon et le reste du monde. Le nouveau directeur général de Sony, Kazuo Hirai, est sommé de remettre le groupe sur la voie de la rentabilité, après quatre exercices déficitaires. Début février, Sony, distancé au cours des dix dernières années par des concurrents plus innovants comme l’américain Apple ou le sud-coréen Samsung, a dit s’attendre pour l’année 2011-2012, clôturée le 31 mars, à une perte annuelle de 220 milliards de yens (2,2 milliards d’euros).Kazuo Hirai, officiellement entré en fonctions le 1er avril en remplacement de Howard Stringer, doit faire sur le point sur le plan d’entreprise de Sony jeudi.

 

Sarkozy : encore des promesses à la Réunion pour les jeunes, il est temps que la campagne se termine

Sarkozy : encore des promesses à la Réunion pour les jeunes, il est temps que la campagne se termine

 

Des promesses encore des promesses, cette fois de Sarkozy en direction des jeunes. Nicolas Sarkozy a dévoilé mercredi lors d’une visite à La Réunion une série de propositions destinées à lutter contre le chômage endémique qui frappe les jeunes dans l’île, notamment par des exonérations de charges sur les embauches. « Si je suis élu, je proposerais que toute entreprise qui embauchera un jeune de moins de 25 ans ne paiera aucune charge », a promis Nicolas Sarkozy lors d’une discussion en petit comité organisée à Saint-Pierre, dans le sud de l’île de La Réunion. « On va faire ce dispositif pendant trois ans et puis on regarde », a-t-il ajouté. Le président-candidat de l’UMP a également annoncé, qu’en cas de réélection, il proposerait que tout emploi créé, quel que soit l’âge du recruté, dans l’un des cinq secteurs prioritaires retenus pour la zone franche globale créée à la Réunion bénéficierait lui aussi « d’une exonération totale de charge ». Selon lui, ces deux mesures devraient coûter à l’Etat environ 140 millions d’euros par an. « Je crois au développement, je ne crois pas à l’assistanat », a-t-il plaidé, « la Réunion est située au milieu d’un bassin de 80 millions de francophones, il y a un marché, il y a moyen de faire mieux ». Lors de cette réunion avec une poignée d’habitants de l’île, le chef de l’Etat s’est également prononcé pour la poursuite de la politique de défiscalisation des investissements dans les territoires d’outre-mer. « Je crois à la défiscalisation. Sans défiscalisation il n’y aura pas de flux d’investissement monétaire », a assuré Nicolas Sarkozy. « Ce n’est pas moi qui veut supprimer la défiscalisation, c’est l’autre », a-t-il fait remarquer en visant son rival socialiste dans la course à l’Elysée, François Hollande, dont la caravane électorale a fait étape le week-end dernier à la Réunion. Le président sortant a proposé de porter à 3 millions d’euros, contre 1,5 million actuellement, le montant des dossiers de défiscalisation qui seront instruits localement et non pas à Paris. La Réunion est la région la plus pauvre de France, avec un taux de chômage qui touche 60% des jeunes de 15 à 24 ans.

 

zone euro : record de chômage depuis 1997

zone euro : record de chômage  depuis 1997

« Nous nous attendons à ce qu’il continue à monter, pour atteindre 11% avant la fin de l’année », a commenté Raphaël Brun-Aguerre, économiste de JP Morgan à Londres. « Il y a des suppressions d’emploi dans le secteur public, les revenus baissent, la consommation est atone. La perspective de croissance économique est négative et va renforcer le chômage », a-t-il expliqué. Le niveau atteint en février – pour la première fois depuis juin 1997 – traduit le dixième mois de hausse consécutive, une évolution inverse à celle dont bénéficie l’économie américaine, qui crée des emplois depuis l’an dernier. Les économistes sont partagés sur l’efficacité des politiques d’austérité adoptées par les gouvernements européens pour réduire leur dette, la crise économique affectant les rentrées fiscales, le pouvoir d’achat des consommateurs et la confiance des investisseurs qui s’est effondrée l’année dernière. D’autres statistiques rendues publiques lundi montrent une contraction du secteur manufacturier au sein de la zone euro pour le huitième mois consécutif en mars, confortant les craintes de récession

 

Italie: chômage record, 32% chez les jeunes

Italie: chômage record, 32% chez les jeunes

Le taux de chômage corrigé des variables saisonnières s’est élevé à 9,3% en février en Italie, contre 9,1% en janvier, soit son niveau le plus haut depuis la mise en place de cette statistique en 2004.  Ce taux, publié lundi par l’Istat, est conforme au consensus. Le taux d’emploi global a diminué à 56,9% constat 57% en raison d’une baisse du travail féminin.   Les 15-24 ans sont la catégorie la plus touchée par la progression du chômage, avec 31,9%, en hausse de 0,9 point par rapport à janvier. Selon l’Istat, le taux de chômage brut s’est établi à 10,9% en février contre 8,7% en février 2011.

1...2425262728



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol