Archive pour le Tag 'chocs'

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

L’économiste Nicholas Sargen analyse, dans une tribune au « Monde », les conséquences du conflit entre la Russie et l’Ukraine sur l’économie mondiale et les marchés financiers. Il ne pense pas que la Fed modifierait sa politique en cas de flambée des prix du pétrole.

 

Tribune. 

 

Les marchés financiers étaient déjà devenus volatils en ce début d’année, les investisseurs réévaluant les perspectives d’une hausse de l’inflation et d’un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

Aujourd’hui, les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la réponse qui pourrait émaner des Etats-Unis et de l’OTAN ne font qu’accroître les incertitudes, de même qu’une forte baisse des marchés boursiers mondiaux.

Bien que personne ne puisse être sûr de la tournure que prendront les événements, l’histoire montre qu’à chaque conflit géopolitique, les marchés financiers réagissent le plus lorsque les prix de l’énergie montent en flèche et que la Fed et les autres banques centrales resserrent leur politique monétaire.

Ces enseignements ont été tirés des deux premiers chocs pétroliers.

La première flambée a eu lieu en 1973, lorsque l’OPEP a imposé un embargo pétrolier aux Etats-Unis en représailles à la fourniture par ces derniers d’armes à Israël lors du conflit israélo-arabe.

La deuxième a commencé au début de l’année 1979, lorsque le chah d’Iran a été renversé et que la production pétrolière de l’Iran a chuté, passant de 5,2 millions de barils par jour (Mb/j) à seulement 1,4 Mb/j en 1980, supprimant ainsi 6 % de la production mondiale.

Dans ces deux cas, les prix du pétrole ont quadruplé et la Réserve fédérale a considérablement augmenté les taux d’intérêt pour contrer l’impact de la hausse de l’inflation. Cela a eu pour conséquence une forte augmentation des rendements obligataires et des ventes sur les marchés boursiers qui ont accompagné les graves récessions de 1973-1974 et de 1982-1983.

En comparaison, les hausses ultérieures des prix du pétrole liées aux conflits entre les Etats-Unis et l’Irak, en 1990 et en 2003, ont eu des répercussions moindres sur l’économie et les marchés.

Cela s’explique, notamment, par le fait que le déficit d’approvisionnement en pétrole n’a pas été aussi important que lors des deux premiers chocs et que les augmentations de prix ont été plus faibles.

En outre, la Réserve fédérale n’a pas resserré sa politique monétaire à ces deux occasions, car l’inflation était maîtrisée. Dans ce contexte, la Fed a considéré la hausse des prix du pétrole comme une taxe sur les ménages et les entreprises qui affaiblirait l’économie.

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

L’économiste Nicholas Sargen analyse, dans une tribune au « Monde », les conséquences du conflit entre la Russie et l’Ukraine sur l’économie mondiale et les marchés financiers. Il ne pense pas que la Fed modifierait sa politique en cas de flambée des prix du pétrole.

 

Tribune. 

 

Les marchés financiers étaient déjà devenus volatils en ce début d’année, les investisseurs réévaluant les perspectives d’une hausse de l’inflation et d’un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

Aujourd’hui, les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la réponse qui pourrait émaner des Etats-Unis et de l’OTAN ne font qu’accroître les incertitudes, de même qu’une forte baisse des marchés boursiers mondiaux.

Bien que personne ne puisse être sûr de la tournure que prendront les événements, l’histoire montre qu’à chaque conflit géopolitique, les marchés financiers réagissent le plus lorsque les prix de l’énergie montent en flèche et que la Fed et les autres banques centrales resserrent leur politique monétaire.

Ces enseignements ont été tirés des deux premiers chocs pétroliers.

La première flambée a eu lieu en 1973, lorsque l’OPEP a imposé un embargo pétrolier aux Etats-Unis en représailles à la fourniture par ces derniers d’armes à Israël lors du conflit israélo-arabe.

La deuxième a commencé au début de l’année 1979, lorsque le chah d’Iran a été renversé et que la production pétrolière de l’Iran a chuté, passant de 5,2 millions de barils par jour (Mb/j) à seulement 1,4 Mb/j en 1980, supprimant ainsi 6 % de la production mondiale.

Dans ces deux cas, les prix du pétrole ont quadruplé et la Réserve fédérale a considérablement augmenté les taux d’intérêt pour contrer l’impact de la hausse de l’inflation. Cela a eu pour conséquence une forte augmentation des rendements obligataires et des ventes sur les marchés boursiers qui ont accompagné les graves récessions de 1973-1974 et de 1982-1983.

En comparaison, les hausses ultérieures des prix du pétrole liées aux conflits entre les Etats-Unis et l’Irak, en 1990 et en 2003, ont eu des répercussions moindres sur l’économie et les marchés.

Cela s’explique, notamment, par le fait que le déficit d’approvisionnement en pétrole n’a pas été aussi important que lors des deux premiers chocs et que les augmentations de prix ont été plus faibles.

En outre, la Réserve fédérale n’a pas resserré sa politique monétaire à ces deux occasions, car l’inflation était maîtrisée. Dans ce contexte, la Fed a considéré la hausse des prix du pétrole comme une taxe sur les ménages et les entreprises qui affaiblirait l’économie.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol