Archive pour le Tag 'Chine'

Page 2 sur 31

La Chine complice mais prudente

La Chine complice mais prudente

 

 

La Chine est profondément choquée de la boucherie subie par l’économie russe. Les responsables chinois – à tous les niveaux – se jurent qu’une telle strangulation ne leur arrivera pas. Les Occidentaux eux-mêmes n’en reviennent pas de cette renaissance de la toute-puissance de l’Ouest, qui se rend compte que -tous comptes faits – la mondialisation est une arme dont c’est lui qui détient le manche ! Par Michel Santi, économiste  dans la Tribune.

 

Opinion 

Voilà que certains politiques américains songent désormais sérieusement à «débrancher» la Chine si celle-ci devait persévérer dans une posture jugée arrogante et expansive. Voilà que d’autres faucons – s’apercevant que l’Occident n’est pas si faible, qu’il n’est plus timoré, qu’il a su très rapidement s’unir – envisageraient même de profiter d’une Chine aujourd’hui tétanisée, à tout le moins extraordinairement troublée, pour reconnaître de suite Taiwan.

La Chine est donc à l’heure des choix, qui pourraient se révéler lourds de conséquences pour elle, pour elle qui n’a pas vu venir cette guerre. Ou qui n’y a pas cru ni pris au sérieux les rapports secrets lui ayant été envoyés par les États-Unis faisant état d’une menace imminente d’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cette Chine, qui en était parvenue à un stade de défiance absolue vis-à-vis des États-Unis et de tout ce qui en émanait, n’a donc pas pu apprécier à leur juste mesure les implications majeures de cette guerre unilatéralement déclarée par Poutine, car les deux pays s’étaient considérablement rapprochés ces dernières années. C’est très probablement à l’aune de cette étroite proximité personnelle entre Xi Jinping et Poutine qu’il faut également comprendre les certitudes de ce dernier dans son expédition punitive ukrainienne. À maintes reprises dans un passé récent, les deux leaders avaient déclaré – et réaffirmé- le partenariat entre leurs deux nations qu’ils avaient qualifié de « sans limites, sans zone interdite, sans ligne d’arrivée » !

Alors que l’Occident sort évidemment régénéré et ragaillardi de ce front uni d’une fermeté sans nul précédent, les réactions – tout comme l’absence de réactions – chinoises sont scrutées attentivement. La Chine s’enfoncera-t-elle davantage dans son autarcie ? Xi, qui partage très largement les vues de Poutine par rapport à une civilisation occidentale dont tous deux prédisaient le déclin, se jettera-t-il à corps perdu dans la promotion d’une stabilité et d’un ordre nouveaux qu’il planifiait de diriger de concert avec son collègue Poutine ? À présent il faut choisir, alors même que c’est là – maintenant – que Poutine a le plus besoin de la Chine dont la marge de manœuvre est plus étroite que jamais, car elle aurait tant à perdre. Un dixième seulement des sanctions touchant la Russie ferait en effet perdre à la Chine l’ensemble du bénéfice qu’elle pourrait tirer de toute l’économie russe.

Le fait est que ces deux économies ne peuvent strictement pas s’intégrer, car la Chine n’en tirerait aucun profit digne de ce nom au vu de la minuscule taille de l’économie russe, comparable (pour reprendre les termes de Paul Krugman) à ce que représentait l’économie italienne par rapport à l’économie allemande à l’époque de l’Axe qui les réunissait dans les années 1930. Premier partenaire commercial de la Russie, la Chine écrase cette dernière par l’importance de son industrie, de ses exportations, de son PIB et n’a donc vraiment pas intérêt à s’aliéner les mastodontes européens et américains pour une Russie insignifiante du point de vue économique et financier. Une fois cette guerre terminée, la seule issue pour la Russie consistera donc en une vassalisation très rapide vis-à-vis de la Chine.

 

(*) Michel Santi est macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d’Art Trading & Finance.
Il vient de publier « Fauteuil 37 » préfacé par Edgar Morin. Il est également l’auteur d’un nouvel ouvrage : « Le testament d’un économiste désabusé ».

Le succès de la Chine doit beaucoup à l’OMC

Le succès de la Chine doit beaucoup à l’OMC

 

Depuis son adhésion à l’OMC en 2001, la Chine n’a cessé de monter en puissance dans le commerce mondial, et l’objectif poursuivi par Xi Jinping, le numéro un chinois, est de défendre un Etat de droit « à la carte » pour son pays, explique, dans une tribune au « Monde », Jacques Gravereau, spécialiste du commerce extérieur et de la Chine.

 

Tribune.

 

La Chine fut admise à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en décembre 2001 après quatorze ans de rudes négociations. C’était l’époque de la « mondialisation heureuse ». On pensait que l’essor du commerce serait la clé de la paix mondiale. Sans même parler de la théorie de la convergence qui expliquait que les différents systèmes politico-économiques ne pourraient que s’aligner sur les « bonnes pratiques » censément universelles.

La prospérité générale serait sans nuages, la démocratie à l’occidentale s’imposerait logiquement partout. On sait aujourd’hui que cette théorie a disparu dans les tréfonds de la pensée magique. La Chine a progressé de façon fulgurante, comme chacun le sait. Son produit intérieur brut (PIB) est passé de 1 300 milliards de dollars en 2001 à 17 900 en 2021 (15 800 milliards d’euros). Les entreprises chinoises, qui ne comptaient pas dans le concert mondial, sont désormais majeures dans tous les domaines.

Le texte de 800 pages signé par la Chine est un traité, concept juridique clair pour les Occidentaux. Mais, pour les Chinois, c’est un objet non identifié, bien loin de leurs traditions politico-culturelles. Il est pour eux impensable que la loi nationale puisse être coiffée par un texte supranational. Il va s’ensuivre une série de malentendus. L’entrée à l’OMC donne le départ d’une ample réduction des tarifs douaniers.

Comme cela fonctionne dans les deux sens, c’est aussi un accélérateur pour les entreprises étrangères, lesquelles se mettent à vendre tant et plus sur le marché chinois. Aujourd’hui, les marques occidentales font partie du paysage chinois quotidien, de Starbucks à McDonald’s, d’Audi à BMW, de Nike à Louis Vuitton ou Gucci. Le marché chinois est devenu un moteur incontournable pour les entreprises-phares européennes ou américaines, dont elles ne peuvent plus se passer.

Dans l’autre sens, « l’usine du monde » chinoise a bénéficié d’un vigoureux appel d’air. Ses exportations de produits manufacturés sont passées de 4 % des ventes mondiales en 2001 à 20 % aujourd’hui. Faut-il s’en plaindre ? Sur le plan de nos balances commerciales, sûrement. Surtout pour la France, qui ne produit pas les machines-outils du Mittelstand allemand, indispensables à la Chine.

Mais, pour les consommateurs occidentaux moyens, les bas prix des produits « made in China » ont été un coup de pouce notable à leur pouvoir d’achat. Les autres effets de l’OMC sont plus flous. La Chine aurait dû pratiquer l’ouverture aux entreprises étrangères à domicile. Dans l’électroménager, SEB a pu racheter en 2007 son homologue local Supor, non sans une longue bronca locale.

 

Chine : la police des comportements par les algorithmes

Chine : la police des comportements par les algorithmes

Le professeur en gestion du risque Charles Cuvelliez et l’expert en cryptographie Jean-Jacques Quisquater décryptent, dans une tribune au « Monde », le texte adopté par les autorités chinoises pour assurer la régulation du fonctionnement d’Internet, à la fois par les entreprises et par les usagers.

 

Tribune. 

 

Si vous pensiez que l’Union européenne était la championne de la régulation, avec le Digital Service Act (DSA) et le Digital Market Act (DMA), sans compter le Règlement général sur la protection des données (RGPD), détrompez-vous.

La Chine vient de la dépasser avec un texte mis en consultation à l’été 2021 et en application à compter du 1er mars. Il est passé inaperçu en Europe, qui ne brille pas par la présence de ses champions numériques, mais pas aux Etats-Unis. Ce texte mettra fin aux dernières ambitions des « Big Tech » en Chine.

En quelques feuillets et trente articles (« Provisions on the Administration of Algorithm – Recommendations for Internet Information Services » – traduction officieuse sur ChinaLawTranslate), il s’agit d’un texte qui serait accompagné de milliers de pages et de dialogues en Europe, comme à chaque fois où celle-ci régule.

Les autorités chinoises veulent réguler les algorithmes de recommandation, qui font le quotidien d’Internet quand on y commande des produits ou on y consomme du contenu, qu’on cherche l’âme sœur, qu’on y effectue des recherches ou qu’on s’abreuve au fil d’info des réseaux sociaux (en d’autres termes, quand on consomme de l’Internet) : ces algorithmes ont fait le succès des Amazon, Google, Netflix, Facebook et Tinder.

Ce texte, qui ne contient que des « recommandations », impose à leurs équivalents chinois d’expliquer les règles qui ont servi de base aux algorithmes aux utilisateurs. Ces derniers peuvent demander leur désactivation ou exiger que leur profil ne soit pas pris en compte (une liberté bien cosmétique comparée au profilage social à points de tous par l’Etat et le parti). Tout contenu illégal mais aussi « négatif » doit être arrêté car il faut transmettre de l’énergie positive (sic).

Les utilisateurs doivent comprendre pourquoi ce contenu leur est présenté, y renoncer si besoin, pourquoi les résultats sont présentés dans cet ordre, etc. Bref, savoir si on les manipule (sans doute parce que c’est le monopole du Parti). Une trace du fonctionnement de ces algorithmes doit aussi être conservée six mois à des fins d’inspection des différents services de l’Etat (mais aucune allusion à une plainte d’un citoyen pour le faire).

La formulation des autorités chinoises sert de repoussoir : les algorithmes ne peuvent pas mettre en danger la sécurité nationale, ni les valeurs socialistes, ni perturber l’ordre économique ou social. Ils ne peuvent pas transmettre des informations prohibées, aller à l’encontre de l’éthique et la morale, que le texte traduit par « ni addiction, ni dépense compulsive ».

Chine : la régulation des comportements par les algorithmes

Chine : la régulation des comportements par les algorithmes

Le professeur en gestion du risque Charles Cuvelliez et l’expert en cryptographie Jean-Jacques Quisquater décryptent, dans une tribune au « Monde », le texte adopté par les autorités chinoises pour assurer la régulation du fonctionnement d’Internet, à la fois par les entreprises et par les usagers.

 

Tribune.

 

Si vous pensiez que l’Union européenne était la championne de la régulation, avec le Digital Service Act (DSA) et le Digital Market Act (DMA), sans compter le Règlement général sur la protection des données (RGPD), détrompez-vous.

La Chine vient de la dépasser avec un texte mis en consultation à l’été 2021 et en application à compter du 1er mars. Il est passé inaperçu en Europe, qui ne brille pas par la présence de ses champions numériques, mais pas aux Etats-Unis. Ce texte mettra fin aux dernières ambitions des « Big Tech » en Chine.

En quelques feuillets et trente articles (« Provisions on the Administration of Algorithm – Recommendations for Internet Information Services » – traduction officieuse sur ChinaLawTranslate), il s’agit d’un texte qui serait accompagné de milliers de pages et de dialogues en Europe, comme à chaque fois où celle-ci régule.

Les autorités chinoises veulent réguler les algorithmes de recommandation, qui font le quotidien d’Internet quand on y commande des produits ou on y consomme du contenu, qu’on cherche l’âme sœur, qu’on y effectue des recherches ou qu’on s’abreuve au fil d’info des réseaux sociaux (en d’autres termes, quand on consomme de l’Internet) : ces algorithmes ont fait le succès des Amazon, Google, Netflix, Facebook et Tinder.

Ce texte, qui ne contient que des « recommandations », impose à leurs équivalents chinois d’expliquer les règles qui ont servi de base aux algorithmes aux utilisateurs. Ces derniers peuvent demander leur désactivation ou exiger que leur profil ne soit pas pris en compte (une liberté bien cosmétique comparée au profilage social à points de tous par l’Etat et le parti). Tout contenu illégal mais aussi « négatif » doit être arrêté car il faut transmettre de l’énergie positive (sic).

Les utilisateurs doivent comprendre pourquoi ce contenu leur est présenté, y renoncer si besoin, pourquoi les résultats sont présentés dans cet ordre, etc. Bref, savoir si on les manipule (sans doute parce que c’est le monopole du Parti). Une trace du fonctionnement de ces algorithmes doit aussi être conservée six mois à des fins d’inspection des différents services de l’Etat (mais aucune allusion à une plainte d’un citoyen pour le faire).

La formulation des autorités chinoises sert de repoussoir : les algorithmes ne peuvent pas mettre en danger la sécurité nationale, ni les valeurs socialistes, ni perturber l’ordre économique ou social. Ils ne peuvent pas transmettre des informations prohibées, aller à l’encontre de l’éthique et la morale, que le texte traduit par « ni addiction, ni dépense compulsive ».

 

Des scientifiques exigent une véritable enquête sur l’origine du Covid en Chine

Des scientifiques exigent une véritable enquête sur l’origine du  Covid en Chine

 

On se souvient que l’organisation mondiale de la santé n’a jamais pu procéder à une véritable enquête sur l’origine de la pandémie en Chine où le virus a commencé à se développer. Cela en raison des nombreuses obstacles et censures imposées aux scientifiques de l’organisation mondiale de la santé.  «Les efforts continus du gouvernement chinois pour bloquer une véritable enquête sur les origines de la pandémie sont un affront à la communauté scientifique et aux gens partout dans le monde», écrivent des scientifiques d’Europe, des États-Unis, d’Australie, de Nouvelle-Zélande ou encore d’Inde et du Japon.

Ce groupe accuse Pékin «d’avoir détruit des échantillons biologiques, d’avoir caché des archives et d’avoir emprisonné de courageux journalistes-citoyens», qui apportaient un témoignage sur le Covid-19, détecté pour la première fois dans la ville de Wuhan en décembre 2019, avant de s’étendre au monde entier. La lettre ouverte mise en ligne jeudi accuse également le gouvernement «de museler les scientifiques chinois pour les empêcher de parler ou d’écrire sur les origines de la pandémie sans autorisation préalable des autorités».

Croissance Chine : tassement

Croissance Chine : tassement

 

la Chine a enregistré une croissance de 4 % en rythme annuel au quatrième trimestre (+1,6 % par rapport au trimestre précédent), son rythme le plus faible depuis longtemps

. La baisse de la croissance pourrait se poursuivre en 2022 pour les raisons suivantes : contraction de la demande, choc d’offre, affaiblissement des attentes .

La Chine avait été l’une des rares économies à afficher une croissance positive en 2020 (+2,2 %), au moment où le Covid-19 terrassait le reste du monde. L’activité a rebondi de 8,1 % l’an dernier, mais cette moyenne masque un ralentissement continu tout au long de l’année, particulièrement marqué à partir de l’été.

Si les exportations chinoises ont encore atteint des records, la situation économique intérieure s’est crispée au fil des derniers mois. La politique du « zéro Covid » impose l’instauration de confinements ponctuels, de villes et d’usines, comme à Xi’an ou Tianjin actuellement, pesant sur l’activité..

Du côté de la demande, la consommation privée est toujours à la peine. Le secteur des services (loisirs, tourisme, hôtellerie-restauration, transports…) n’a toujours pas retrouvé son niveau pré-pandémie. Les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont ainsi signé en décembre leur plus mauvaise performance (+1,7 %) depuis septembre 20220. Les difficultés de l’immobilier pèsent sur la demande de biens de consommation mais aussi sur le marché du travail.

Afrique : la nouvelle colonisation par la Chine

Afrique : la nouvelle colonisation par la Chine

L’AFRIQUE EN 2022. Pékin s’efforce de rallier le continent à sa cause en cultivant une élite africaine sinophile, par le biais de bourses d’études et des relations de parti à parti, estime, dans un entretien au « Monde », le sinologue Jean-Pierre Cabestan.

Pour rallier à leur cause l’élite africaine les Chinois utilisent nombre de procédés y compris la méthode « poche à poche »véritable cauchemar africain. Un seul exemple personnel : une petite fille que j’ai eue en tutelle aujourd’hui âgée d’une vingtaine d’années m’informe qu’elle ne peut pas réussir son examen d’entrée dans l’administration si elle ne donne pas la somme  de 1 200 000 CFA. Et pour un poste relativement modeste .NDLR 

Jean-Pierre Cabestan est sinologue, directeur de recherche au CNRS et chercheur associé à l’Asia Centre à Paris. Auteur d’une douzaine d’ouvrages sur la Chine, dont le plus récent est Demain la Chine : guerre ou paix ? (Gallimard, 2020), il s’est spécialisé depuis une dizaine d’années sur l’essor de la présence chinoise en Afrique.

Le dernier Forum sur la coopération sino-africaine (Focac), qui s’est tenu à Dakar fin novembre, semble avoir marqué une inflexion de la relation sino-africaine avec un engagement financier plus prudent de la part de Pékin. Est-on passé à une nouvelle phase de la Chine-Afrique ?

Il y a beaucoup d’éléments de continuité avec les deux précédents sommets, notamment l’accent mis sur la coopération éducationnelle, culturelle et sécuritaire. Mais il est vrai qu’il y a un ajustement. Tout le monde a noté la réduction de l’enveloppe financière, liée à une prise de conscience de la question de la dette de plus en plus importante des pays africains à l’égard de la Chine. C’est une manière, pour Pékin, de réagir aux critiques formulées par les Africains et les membres du G-20 qui sont en train de rééchelonner les dettes des pays en développement. Mais cet ajustement s’inscrit également, d’une manière plus générale, dans la révision à la baisse des fonds alloués aux « routes de la soie ».

Le retour de guerre hybride par la Russie et la Chine

Le retour de guerre hybride par la Russie et la Chine

 

 

En déclenchant et en entretenant des conflits asymétriques ou de basse intensité, dans lesquels les militaires n’ont plus le monopole, la Russie de Vladimir Poutine et la Chine de Xi Jinping ont été les premières puissances à reprendre à leur compte ce concept théorisé dès l’Antiquité estime un papier du Monde

Histoire d’une notion. C’est la guerre avant la guerre, mais déjà la guerre dans un monde chaotique où la distinction entre guerre et paix se fait toujours plus confuse.

« La notion de guerre hybride aide à définir des conflits actuels qui combinent intimidation stratégique de la part d’Etats disposant d’armes de destruction massive, des opérations interarmées impliquant aussi des unités spéciales et des mercenaires, et des manœuvres de désinformation à grande échelle », écrit Thomas Gomart, le directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI), dans Guerres invisibles (Tallandier, à paraître le 21 janvier, 317 pages, 20,90 euros).

Le cas de l’Ukraine est emblématique, alors que Russes et Américains ont commencé à discuter à Genève du destin de cette ex-république soviétique que Moscou veut vassaliser, lui interdisant toute future adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) comme à l’Union européenne, souhaitée pourtant par l’écrasante majorité de la population.

Les stratégies hybrides mêlent des modes d’action militaires et non militaires, directs et indirects, souvent difficiles à attribuer et toujours conçus pour rester sous le seuil estimé de riposte ou de conflit ouvert.

Après le renversement à Kiev du régime prorusse sous la pression de la rue, Moscou avait annexé la Crimée au printemps 2014, avec une opération menée par des forces spéciales sans écusson – surnommées alors « les petits hommes verts » –, puis manipulé une rébellion prorusse renforcée par des militaires sans uniforme dans l’est de l’Ukraine.

La guerre hybride n’est pas nécessairement armée. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait ainsi qualifié d’« attaque hybride » l’envoi, à l’automne 2021, de milliers de migrants acheminés par le régime biélorusse depuis le Moyen-Orient vers les frontières polonaises et lituaniennes pour faire pression sur les Vingt-Sept. La désinformation, les cyberattaques, la prédation économique font aussi partie de cette nouvelle forme d’affrontement où l’on ne fait plus vraiment de différence entre les technologies civiles et les technologies militaires, entre les soldats de métier et les combattants occasionnels, et où tous les rouages de l’Etat sont mobilisés.

La Chine écrase les derniers opposants à Hong Kong

La Chine écrase les derniers opposants à Hong Kong

Le dernier site médiatique d’opposition démocratique Stand News a été fermé par les autorités et les journalistes arrêtés. Le dernier acte des autorités chinoises pour tuer toute forme de contestation.

. Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a en effet exhorté mercredi 29 décembre les autorités chinoises et hongkongaises à relâcher immédiatement les employés de ce média pro-démocratie, arrêtés pour « conspiration en vue de publier du matériel séditieux » après un raid de la police ayant mené à la cessation d’activité du site d’information.

« Nous appelons les autorités de la RPC et celles de Hong Kong à arrêter de cibler les médias libres et indépendants et à libérer immédiatement les journalistes et responsables qui ont été injustement arrêtés et inculpés », a déclaré Antony Blinken dans un communiqué, en désignant la Chine par son nom officiel de République populaire de Chine (RPC). « En réduisant au silence un média indépendant, la RPC et les autorités locales sapent la crédibilité et la viabilité de Hong Kong », a-t-il ajouté.

De son côté, la cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam a déclaré jeudi que le raid de la police dans les bureaux de Stand News et l’arrestation de sept personnes liées au site d’information ne représentaient pas une atteinte aux médias mais visaient des activités séditieuses. « Ces actes n’ont rien à voir avec une soi-disant suppression de la liberté de la presse », a-t-elle affirmé lors d’une conférence de presse.

Stand News était le dernier grand média pro-démocratie de Hong Kong depuis la fermeture en juin dernier du tabloïd Apple Daily contrôlé par l’homme d’affaires Jimmy Lai, qui est en prison.

 

Comme en Chine, le dictateur Poutine réécrit l’histoire du pays.

 

 

Comme en Chine, le dictateur Poutine réécrit l’histoire du pays.

 

Après la liquidation deL’ONG russe Memorial , Poutine va continuer de réécrire l’histoire de son pays pour donner une légitimité à sa dictature.( un papier du Monde, extrait)

 

.

 

La boucle est bouclée. Née à la fin des années 1980, au sein de la société civile, à la faveur de l’ouverture tentée par le dernier numéro un soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, l’association russe de défense des droits de l’homme Memorial a été dissoute mardi 28 décembre à Moscou par une Cour suprême aux ordres du Kremlin et de Vladimir Poutine. Plus qu’un symbole, c’est un tournant dans l’histoire de la Russie post-soviétique.

L’itinéraire de Memorial, de l’espoir démocratique au bannissement, illustre l’évolution politique de la Russie de ces trois dernières décennies. Créée à l’origine pour faire la lumière sur la répression politique à travers l’histoire de l’URSS et promouvoir la réhabilitation de ses victimes, Memorial comptait parmi ses fondateurs un authentique démocrate, l’académicien et Prix Nobel de la paix Andreï Sakharov, mort en décembre 1989. Après la chute de l’Union soviétique en décembre 1991, Memorial est passée du statut d’organisation dissidente à celui d’association publiquement reconnue.

L’environnement est devenu plus difficile dans les années 2000, après l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine. Memorial avait étendu son champ d’activité à la défense des droits de l’homme. En 2009, l’une de ses enquêtrices en Tchétchénie, Natalia Estemirova, a été enlevée et assassinée. Pour les archivistes et les chercheurs, collaborer avec Memorial est devenu dangereux.

Mais, surtout, le travail scientifique de Memorial est entré en concurrence avec la volonté de Vladimir Poutine de contrôler le récit historique national. Le président russe a lancé un mouvement en profondeur visant à repolitiser l’histoire de l’Union soviétique, quitte à la réécrire, en glorifiant le rôle de Staline pendant la seconde guerre mondiale. En 2016, l’ONG Memorial a été décrétée « agent de l’étranger », comme toutes les associations bénéficiant de subventions de l’extérieur. La même année, l’un des historiens les plus acharnés de Memorial, Iouri Dmitriev, 65 ans, a été arrêté et accusé d’abus sexuels. Lundi, il a vu sa peine alourdie à quinze ans de prison.

Devant la Cour suprême, le procureur a reproché à Memorial d’avoir « créé une image mensongère de l’URSS comme Etat terroriste » et d’avoir noirci la mémoire du pays pendant la « Grande Guerre patriotique ». Formellement, la décision de dissolution a été justifiée par l’omission de l’ONG de s’identifier comme « agent de l’étranger » dans certains documents.

Ces trois décennies post-URSS ressemblaient de plus en plus à une parenthèse, dont on voyait la fermeture se rapprocher inexorablement. La Russie est aujourd’hui verrouillée : même la mémoire doit y être contrôlée par un pouvoir nostalgique d’une illusoire grandeur passée.

 

COVID: les jeux menacés EN CHINE

Des millions d’habitants seraient déjà confinés en Chine notamment pour tenter de réguler la progression de la pandémie dans la perspective des JO.

Les chiffres avancés par la Chine ne sont pas significatifs dans la mesure où il est difficile de faire crédit aux organisations officielles . Cependant officiellement reconnaît quand même la progression du virus et le fait que certaines régions sont désormais soumises à des confinements stricts.  La Chine a signalé samedi 140 nouveaux cas de coronavirus, le chiffre le plus élevé depuis quatre mois, tandis que les autorités s’empressent de contenir l’épidémie dans plusieurs régions, dont la ville de Xi’an, où des millions de personnes sont confinées.

Les jeux d’hiver organisé en Chine pourraient être victime d’une double menace. D’abord une menace diplomatique et politique en réaction au travail forcé et aux atteintes à la démocratie, ensuite du fait des risques sanitaires pour les athlètes pourrait y participer. D’ores et déjà les États-Unis ont menacé de ne pas déplacer leurs délégations en Chine.

Géopolitique -Comment la Chine noyaute l’Afrique

Géopolitique -Comment la Chine noyaute l’Afrique 

Pour le chercheur Antoine Kernen, Pékin exploite un discours plutôt efficace auprès des dirigeants africains en renvoyant l’Europe à son passé.

Accessoirement en utilisant les moyens classiques de corruption pour favoriser le noyautage par la Chine des intérêts africains. La Chine qui n’hésite pas pas à asservir des peuples par la violence voire même l’esclavage et qui se fait le champion de la décolonisation voir même de la démocratie ! NDLR 

 

L’initiative vise, sans les nommer, les Occidentaux. Le 29 septembre, la Chine a déposé une résolution dénonçant « l’héritage du colonialisme » devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui rassemble 47 Etats. Le texte, adopté le 8 octobre sans grandes conséquences, dénonce « l’exploitation économique, les inégalités au sein des Etats entre eux, le racisme systémique, les violations des droits des peuples autochtones, les formes contemporaines d’esclavage et les atteintes au patrimoine culturel ». Une parade aux critiques contre les pratiques coloniales brutales de Pékin envers les minorités tibétaine et ouïgoure. 

Pour Antoine Kernen, spécialiste de la « Chinafrique » à l’université de Lausanne, qui a codirigé le dossier « Etats d’émergence en Afrique » dans la revue Critique internationale (numéro 89), la Chine a su « se construire à bon compte l’image d’une puissance généreuse » sur le continent, mais son discours critique sur le colonialisme pourrait se retourner contre elle.

D’où vient l’idée, pour Pékin, de dénoncer l’héritage colonial occidental ?

Pour la Chine, accusée de néocolonialisme en Afrique et ailleurs, il s’agit clairement d’une contre-attaque. Pékin reprend l’argument et le renvoie aux Européens et aux Occidentaux qui ont un passé colonial. Ce jeu rhétorique prend place dans des arènes internationales où la Chine est souvent en position de faiblesse sur les droits humains. Ce n’est pas mal joué de sa part et elle a des arguments, ayant elle-même subi le colonialisme occidental. D’autant que dans le même temps, dans les milieux académiques, la remise en cause de l’héritage colonial et les questions de race ont le vent en poupe.

L’aurait-elle fait il y a vingt ans ?

Non, car la Chine était alors presque inexistante au niveau international. Elle cherchait surtout à ne pas être accusée de violations des droits humains. Le grand changement est venu avec Xi Jinping [le président chinois]. Il veut montrer que la Chine ne se soumet pas à un ordre mondial occidental. Il y a vingt ans, le pays n’avait qu’une politique économique étrangère, aujourd’hui il a un récit qui va avec.

Le message peut-il porter auprès des gouvernements africains ?

Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, il existe souvent un fond d’anticolonialisme dénonçant la France ou l’Occident. L’Afrique n’a donc pas eu besoin de la Chine pour développer un tel discours. D’ailleurs, ce discours n’est pas vraiment nouveau en Chine non plus : il remonte à la conférence de Bandung, en 1955, puis au mouvement des non-alignés. Dès les années 1950, alors que la Chine s’invente une politique étrangère et cherche à se positionner comme leader du tiers-monde, elle met en en avant son passé de pays colonisé par les puissances occidentales. Aujourd’hui encore, cette histoire lui permet de cultiver sa différence avec elles.

 

Travail forcé en Chine : les États-Unis interdisent les importations du Xinjiang

Travail forcé en Chine : les États-Unis interdisent  les importations du Xinjiang

Une nouvelle loi interdit aux États-Unis  l’achat de produits qui seraient issus du travail forcé des Ouïghours en Chine, et la Maison Blanche a déjà mis en garde les entreprises américaines tentées de fléchir face à Pékin.

Le texte signé par le président américain prévoit le bannissement de produits fabriqués en tout ou en partie dans cette province chinoise, à moins que les entreprises ne soient en mesure d’apporter la preuve que les produits n’ont pas été fabriqués avec du travail forcé. Il s’agit d’une première mondiale.

La loi demande de porter une attention particulière aux importations de trois produits: le coton, dont le Xinjiang est l’un des grands producteurs mondiaux; les tomates, également produites en masse dans la région; et le polysilicium, un matériau utilisé dans la production de panneaux photovoltaïques.

Comment la Chine noyaute l’Afrique

Comment la Chine noyaute l’Afrique 

Pour le chercheur Antoine Kernen, Pékin exploite un discours plutôt efficace auprès des dirigeants africains en renvoyant l’Europe à son passé.

Accessoirement en utilisant les moyens classiques de corruption pour favoriser le noyautage par la Chine des intérêts africains. La Chine qui n’hésite pas pas à asservir des peuples par la violence voire même l’esclavage et qui se fait le champion de la décolonisation voir même de la démocratie ! NDLR 

L’initiative vise, sans les nommer, les Occidentaux. Le 29 septembre, la Chine a déposé une résolution dénonçant « l’héritage du colonialisme » devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui rassemble 47 Etats. Le texte, adopté le 8 octobre sans grandes conséquences, dénonce « l’exploitation économique, les inégalités au sein des Etats entre eux, le racisme systémique, les violations des droits des peuples autochtones, les formes contemporaines d’esclavage et les atteintes au patrimoine culturel ». Une parade aux critiques contre les pratiques coloniales brutales de Pékin envers les minorités tibétaine et ouïgoure.

Pour Antoine Kernen, spécialiste de la « Chinafrique » à l’université de Lausanne, qui a codirigé le dossier « Etats d’émergence en Afrique » dans la revue Critique internationale (numéro 89), la Chine a su « se construire à bon compte l’image d’une puissance généreuse » sur le continent, mais son discours critique sur le colonialisme pourrait se retourner contre elle.

D’où vient l’idée, pour Pékin, de dénoncer l’héritage colonial occidental ?

Pour la Chine, accusée de néocolonialisme en Afrique et ailleurs, il s’agit clairement d’une contre-attaque. Pékin reprend l’argument et le renvoie aux Européens et aux Occidentaux qui ont un passé colonial. Ce jeu rhétorique prend place dans des arènes internationales où la Chine est souvent en position de faiblesse sur les droits humains. Ce n’est pas mal joué de sa part et elle a des arguments, ayant elle-même subi le colonialisme occidental. D’autant que dans le même temps, dans les milieux académiques, la remise en cause de l’héritage colonial et les questions de race ont le vent en poupe.

L’aurait-elle fait il y a vingt ans ?

Non, car la Chine était alors presque inexistante au niveau international. Elle cherchait surtout à ne pas être accusée de violations des droits humains. Le grand changement est venu avec Xi Jinping [le président chinois]. Il veut montrer que la Chine ne se soumet pas à un ordre mondial occidental. Il y a vingt ans, le pays n’avait qu’une politique économique étrangère, aujourd’hui il a un récit qui va avec.

Le message peut-il porter auprès des gouvernements africains ?

Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, il existe souvent un fond d’anticolonialisme dénonçant la France ou l’Occident. L’Afrique n’a donc pas eu besoin de la Chine pour développer un tel discours. D’ailleurs, ce discours n’est pas vraiment nouveau en Chine non plus : il remonte à la conférence de Bandung, en 1955, puis au mouvement des non-alignés. Dès les années 1950, alors que la Chine s’invente une politique étrangère et cherche à se positionner comme leader du tiers-monde, elle met en en avant son passé de pays colonisé par les puissances occidentales. Aujourd’hui encore, cette histoire lui permet de cultiver sa différence avec elles.

 

Chine: Une menace pour l’Europe et l’Inde

Chine: Une menace pour l’Europe et l’Inde

 

La reprise des négociations commerciales entre l’Inde et l’Union européenne procède moins d’un désir de commercer que de la volonté de répondre à un sentiment d’isolement partagé, analyse le politiste Christophe Jaffrelot dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.

 

Le rapprochement entre l’Inde et les pays européens est sans doute la variable géopolitique qui a été le moins commentée par les observateurs de la scène internationale. Cette évolution, qui a connu son point d’orgue au printemps [2021], n’en est pas moins remarquable : en mai, le sommet Inde-Union européenne (UE) a en effet confirmé une dynamique à l’œuvre depuis le milieu de la dernière décennie à travers l’annonce, notamment, de la reprise des négociations d’un traité de libre-échange.

Le commerce est au cœur du Partenariat stratégique indo-européen depuis sa création, en 2004. Mais les négociations, qui ont duré jusqu’en 2013, n’ont jamais permis la signature d’un tel traité en raison de nombreuses pierres d’achoppement, des barrières douanières (tarifaires et non tarifaires) indiennes dans des domaines aussi variés que l’automobile et l’agroalimentaire au refus de l’UE d’accorder les milliers de visas que l’Inde demandait, notamment pour ses ingénieurs informaticiens.

Ces pommes de discorde demeurent, et l’Inde est même devenue plus protectionniste ces dernières années. Elle n’a d’ailleurs toujours pas conclu de traité de libre-échange avec un pays se situant à l’ouest de sa frontière occidentale et a renoncé à rejoindre la grande zone commerciale qu’est devenu le Partenariat régional économique global en 2019. L’UE aussi se sent vulnérable sur ce terrain, le Brexit ayant réduit la zone de libre-échange qu’elle avait peu à peu construite, et les litiges commerciaux avec les Etats-Unis de Trump ayant montré la relative fragilité du partenariat transatlantique.

De fait, la reprise des négociations commerciales entre l’Inde et l’UE procède moins d’un désir de commercer que d’une décision politique issue d’un sentiment d’isolement partagé, d’autant plus que l’économie indienne connaît depuis 2017 un ralentissement que la crise du Covid-19 a amplifié et que les investisseurs européens ne se bousculent pas aux portillons indiens.

Les motifs politiques du rapprochement indo-européen se parent volontiers des atours de la démocratie. Il n’est pas un communiqué officiel sans que responsables européens et indiens chantent les louanges de leurs affinités en la matière – et cette antienne va gagner en ampleur à l’approche des Sommet des démocraties [le 9 et 10 décembre 2021 puis] en 2022. Mais, en privé, les diplomates européens sont souvent plus critiques et le Parlement européen lui-même a été, en 2021, le cadre de discours très critiques en la matière. De fait, depuis l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi, en 2014, « la plus grande démocratie du monde » vit à l’heure du nationalisme hindou.

Chine : la faillite prochaine d’ Evergrande ?

 

Chine : la faillite prochaine d’ Evergrande ?

 

Pékin a déclaré à plusieurs reprises que les problèmes d’Evergrande pouvaient être maîtrisés. Les mesures prises pour accroître les liquidités dans le secteur bancaire et les efforts du groupe pour alléger sa dette ont un temps rassurer les investisseurs mondiaux.

Mais Evergrande a annoncé vendredi qu’il ne pouvait pas garantir de fonds suffisants pour honorer ses remboursements de dettes, ce qui a incité les autorités chinoises à convoquer le président du groupe.

Le groupe devait débourser quelque 82,5 millions de dollars (73,3 millions d’euros) à l’échéance d’une période de grâce de 30 jours mais aucun détenteur d’obligations n’avait reçu de paiement de coupon ce mardi, a fait savoir une source.

Quatre autres sources détenant les obligations ont confirmé qu’elles n’avaient pas reçu de paiement.

Evergrande était le premier promoteur immobilier de Chine, avec plus de 1.300 projets immobiliers dans le pays. Mais avec 300 milliards de dollars de dettes, il se retrouve désormais au coeur d’une crise immobilière qui déjà a balayé cette année une douzaine d’entreprises de plus petites envergures.

 

la Chine privée de sport international

la Chine privée de sport international

 

 

Deux raisons militent en faveur de la suppression de sport international d’abord l’affaire récente de la tenniswoman Oeng victime de la répression de l’appareil chinois. Ensuite évidemment les incertitudes relatives au développement Covid  via le variant omicron.

  »Nous répétons notre appel pour une enquête complète et transparente concernant l’affaire  Peng ». Indique la fédération de tennis international féminine

la deuxième incertitude concerne le développement potentiel du variant Omicron qui va compliquer l’organisation. Ce mardi 30 novembre, la Chine a affirmé que le variant Omicron allait rendre plus difficile l’organisation des Jeux olympiques d’hiver qui se déroule du 4 au 20 février 2022, à Pékin.

La pénurie d’électricité en Chine, pourquoi ?

La pénurie d’électricité en Chine, pourquoi ?

 

La crise énergétique en Chine pose la question de sa sécurité énergétique mais aussi du rythme de la croissance économique du pays, déjà mise à mal par les récentes difficultés du secteur immobilier et les mesures réglementaires prises par le gouvernement. Par Anderson Dong, analyste crédit, Carol Liao, économiste spécialiste de la Chine, Ke Tang, analyste crédit, chez Pimco.

 

Foyers plongés dans le noir, rues non éclairées et fermetures d’usines : depuis la mi-août, la Chine connaît sa pire pénurie d’électricité depuis des décennies, ce qui a entraîné un rationnement de l’électricité dans de nombreuses provinces.

Les coupures d’électricité ont perturbé de nombreux foyers et industries dans le pays, des centres manufacturiers du Guangdong, du Zhejiang et du Jiangsu aux provinces de la rust belt du nord-est (Liaoning, Jilin et Heilongjiang). La croissance de la production industrielle du premier consommateur mondial d’énergie est retombée aux niveaux observés pour la dernière fois au début de 2020, lorsque de lourdes restrictions liées au Covid-19 étaient en place.

Des pénuries localisées toujours possibles

L’intervention politique de Pékin pour remédier à la pénurie de charbon a permis d’atténuer la pénurie d’électricité depuis octobre, mais la State Grid Corporation of China (entreprise qui gère le réseau, le transport et la distribution d’électricité dans le pays. NDLR) a prévenu que l’hiver resterait problématique et que des pénuries localisées étaient toujours possibles.

Ce n’est pas seulement la sécurité énergétique de la Chine qui est en jeu, mais aussi la croissance économique du pays, déjà mise à mal par les récentes difficultés du secteur immobilier et les mesures réglementaires prises par le gouvernement. Le produit intérieur brut (PIB) du pays a connu son rythme de croissance le plus lent en un an au troisième trimestre de 2021, avec une hausse de 4,9 % par rapport à l’année précédente, inférieures aux prévisions du marché. Il s’agit d’un frein par rapport à la croissance de 7,9 % au deuxième trimestre et de 18,3 % au premier trimestre, ce qui laisse penser que la reprise chinoise ralentit.

Dans un scénario plus défavorable, nous estimons que la pénurie d’énergie pourrait entraîner une baisse de la croissance chinoise au quatrième trimestre d’environ 0,6 point de pourcentage par rapport à notre scénario de base actuel, à 3,4 %. Toutefois, nous pensons que l’impact réel sera probablement moins grave.

Voici cinq éléments à connaître sur la crise énergétique chinoise.

1. Les pressions gouvernementales pour réduire l’intensité carbone et énergétique en sont le principal moteur.

Les pannes d’électricité sont survenues au moment où Pékin a accru la pression sur les gouvernements régionaux pour qu’ils réduisent leurs émissions carbone, conformément à l’objectif du pays d’atteindre la neutralité d’ici 2060. Avec le boom industriel post-Covid, tiré par les exportations, qui a fait exploser la demande d’électricité, l’intensité énergétique (consommation d’énergie par unité de PIB) n’a baissé que de 2 % au premier semestre 2021[1], manquant ainsi l’objectif de 3 % fixé par le gouvernement – ce qui a déclenché cette nouvelle vague de rationnement de l’électricité.

2. Les pénuries d’approvisionnement en charbon et la flambée des prix sont également en jeu.

Depuis 2016, la Chine limite les nouvelles capacités de production de charbon, tout en relevant les normes de sécurité de production et de protection de l’environnement pour les mines existantes. Jusqu’à 2020, l’offre et la demande de charbon ont été largement équilibrées, avec une croissance de la demande de charbon d’environ 5 % par an au cours des cinq dernières années, selon nos estimations. Mais l’offre – tant la production que les importations – a eu du mal à suivre la forte reprise industrielle depuis 2020.

Les plans de décarbonation à long terme de la Chine, associés à la baisse des investissements dans de nouvelles capacités de production de charbon à l’échelle mondiale en raison des pressions environnementales, ont réduit la capacité de la Chine et d’autres pays à faire face à des poussées imprévues de la demande.

En conséquence, les prix du charbon se sont envolés. Le gouvernement chinois fixant les prix de l’électricité, la plupart des producteurs thermiques sont déficitaires aux niveaux actuels des prix et ne sont donc pas incités à augmenter l’offre.

3. L’impact réel sur l’économie pourrait être moins grave que prévu.

Le rationnement de l’électricité restera probablement une contrainte pour la production et l’approvisionnement à court terme, mais il pourrait ne pas causer de dégât supplémentaire en raison d’une demande plus faible, que l’on observe déjà avec le ralentissement du secteur immobilier et les restrictions liées à la pandémie.

En outre, il semble qu’il soit possible de réduire ces tensions. Pékin a mis en place des mesures d’assouplissement, telles que l’ajustement des politiques de décarbonation, l’augmentation de la production de charbon, l’accélération du développement de nouvelles mines, l’autorisation d’importer davantage de combustibles étrangers et l’augmentation de la flexibilité des prix de l’électricité, en particulier pour les industries à forte consommation d’énergie. Compte tenu de ces mesures, nous pensons que la pénurie d’électricité pourrait être atténuée d’ici la fin du premier trimestre 2022.

Nous pensons également que la croissance de la production industrielle pourrait encore ralentir au 4e trimestre 2021. En termes d’inflation, nous estimons que l’impact sur l’indice des prix à la consommation (CPI) de la Chine pourrait être limité en raison de la faiblesse de la demande due au ralentissement de l’économie, mais que l’indice des prix à la production (IPP) pourrait rester élevé. L’IPP d’octobre a augmenté de 13,5 % par rapport à l’année précédente, soit une hausse plus rapide que celle de 10,7 % enregistrée en septembre, et le rythme le plus rapide depuis 1995 [2].

Nous nous attendons à ce que la croissance du PIB ralentisse pour atteindre environ 5 % en 2022, en raison de la modération du secteur immobilier et des exportations, et donc à ce que les restrictions dans le domaine de l’énergie ne soient plus contraignantes. Les investissements et les exportations devraient également ralentir, tandis que la reprise du secteur des services, moins énergivore, devrait se poursuivre, ce qui pourrait contribuer à rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande d’énergie.

4. Les objectifs de la Chine en matière de réduction des émissions carbone pourraient avoir des répercussions mondiales.

Si les pannes d’électricité persistent, cela pourrait freiner la forte dynamique d’exportation de la Chine et peser davantage sur les perturbations actuelles de la chaîne d’approvisionnement. Même si les exportateurs chinois n’augmentent pas les prix, on s’attend à ce que les pénuries d’approvisionnement entraînent une hausse des prix de détail et de l’inflation sur les marchés de destination.

5. Nous sommes globalement positifs sur les titres de crédit du secteur asiatique des matières premières.

Notre opinion globalement positive sur le secteur asiatique des matières premières découle de ce que nous estimons être une bonne visibilité de ses performances financières au cours des six prochains mois. Nous privilégions les entreprises qui non seulement s’attendent à bénéficier du prix élevé des matières premières, mais aussi qui, selon nous, présentent déjà des profils de crédit autonomes solides. Parmi les principales matières premières, nous sommes positifs sur l’acier, l’aluminium, le pétrole et le gaz. La production d’acier brut étant en forte baisse, nous sommes prudents sur le minerai de fer et le charbon à coke.

Face à l’incertitude économique croissante en Chine et aux répercussions potentielles dans le monde entier, les investisseurs ont intérêt à adopter une approche plus sélective de leurs investissements. Nous pensons qu’il s’agit d’un moment particulièrement crucial pour être un investisseur actif, car la politique gouvernementale et les risques idiosyncratiques accentuent la divergence entre les gagnants et les perdants.

___________

[1] Source : The State Council Information Office of the People’s Republic of China

[2] Source : National Bureau of Statistics

Économie Chine : croissance modeste

Économie Chine  : croissance modeste

Signe sans doute du ralentissement économique mondial au quatrième trimestre, l’indice composite de Caixin pour le mois d’octobre, qui comprend à la fois l’activité manufacturière et l’activité des services, a légèrement augmenté à 51,5 contre 51,4 le mois précédent.

Selon les analystes, le secteur des services, qui a été plus lent à se remettre de la pandémie que l’industrie manufacturière, est plus vulnérable aux résurgences de l’épidémie de coronavirus dans le pays, ce qui assombrit les perspectives de reprise de la consommation dans les mois à venir.

Les  pressions inflationnistes persistantes et les inquiétudes concernant les chaînes d’approvisionneAvant signe sans doute du ralentissement économique mondial,ment ont fait chuter la confiance des entreprises à son plus bas niveau en quatre mois, selon l’enquête.

Économie Chine : croissance modeste

Économie Chine  : croissance modeste

L’indice composite de Caixin pour le mois d’octobre, qui comprend à la fois l’activité manufacturière et l’activité des services, a légèrement augmenté à 51,5 contre 51,4 le mois précédent.

Selon les analystes, le secteur des services, qui a été plus lent à se remettre de la pandémie que l’industrie manufacturière, est plus vulnérable aux résurgences de l’épidémie de coronavirus dans le pays, ce qui assombrit les perspectives de reprise de la consommation dans les mois à venir.

Les  pressions inflationnistes persistantes et les inquiétudes concernant les chaînes d’approvisionnement ont fait chuter la confiance des entreprises à son plus bas niveau en quatre mois, selon l’enquête.

 

12345...31



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol