Archive pour le Tag 'chez'

Page 4 sur 15

Le Pen aussi chez les sympathisants des syndicats !

Le Pen aussi chez les sympathisants des syndicats !

 

Preuve que les anciens clivages sociologiques sont de moins en moins pertinents, des sympathisants des syndicats traditionnellement opposés à l’extrême droite commencent à voter pour Marine Le Pen. Selon l’enquête réalisée par Harris Interactive à l’issue du 1er tour de la Présidentielle auprès de 6500 personnes inscrites sur les listes électorales, plus d’un sympathisant sur cinq d’un syndicat de salariés a déposé ce dimanche dans l’urne un bulletin Marine Le Pen. Précisément 21%, soit 8 points de plus qu’en 2017.

La percée de la candidate d’extrême droite est particulièrement nette à la CGT où elle a séduit désormais 22% des militants, contre 15% il y a 5 ans, mais également chez FO (31% aujourd’hui, versus 24% en 2017) et à la CFTC (29%, contre 14% le 23 avril 2017). Plus surprenant, Marine Le Pen a également séduit ce dimanche 15% des sympathisants CFDT, soit deux fois plus qu’il y a 5 ans.

Ces résultats interpellent quand on connaît la position des principaux syndicats de salariés, CFDT et CGT en tête dont la lutte contre l’extrême droite fait partie de l’ADN, à l’égard du Rassemblement national

Dette : amortissement par l’inflation et la baisse de l’euro

Dette : amortissement par l’inflation et la baisse de l’euro

Comme c’était prévisible, la dette va progressivement s’amortir en Europe par l’inflation et la baisse de l’euro. En effet, l’euro s’est de nouveau replié vendredi 1er avril face au dollar américain.

Les deux phénomènes conjoints constitue de fait une sorte de fiscalité qui vient pomper le pouvoir d’achat des ménages, des entreprises et des épargnants.

Précédemment avant l’euro les crises financières ce régulaient surtout par des processus de désolation. Avec l’euro, les dettes des membres de l’union européenne sont mutualisées et se régulent par les taux de change et l’inflation

Vers 21H00 en France, la monnaie unique abandonnait 0,17% face au «greenback», à 1,1048 dollar pour un euro. Le dollar gagnait aussi du terrain sur le franc suisse, le yen ou la livre sterling. 

L’euro n’a, lui, pas profité de la publication d’un indicateur d’inflation en zone euro, qui s’est inscrit à 7,5% en mars, sur un an, un record. «L’inflation élevée va encore augmenter la pression sur la BCE (Banque centrale européenne) pour qu’elle intervienne et monte ses taux», a réagi, dans une note, Joe Manimbo, de Western Union, «mais les prévisions de croissance en zone euro sont en train de mal tourner avec la guerre en Ukraine.»

Un syndicat chez Amazon aux États-Unis: Biden approuve

Un syndicat chez Amazon aux États-Unis: Biden approuve

 

Ce n’est pas en France où les syndicats sont plutôt marginalisés pour ne pas dire discrédités non seulement par certaines directions entreprises mais tout autant par pouvoir politique, les médias, les technocrates voir les intellos. ( À leur décharge certains syndicats par leur radicalité et leur simplisme ont aussi contribué à la baisse de leur audience ). Non, c’est curieusement aux États-Unis que le président américain se félicite de la première création d’un syndicat chez Amazon. Le président américain Joe Biden est «heureux» de la création du tout premier syndicat chez Amazon aux Etats-Unis, a dit vendredi 1er avril sa porte-parole Jen Psaki. Le démocrate, qui ne manque jamais une occasion de louer l’action des organisations syndicales dans le pays, est «heureux que des salariés s’assurent d’être entendus pour les décisions importantes» qui les concernent, a-t-elle déclaré.

En France on reparle parfois du concept de participation gaulliste mais souvent réduite à l’accord d’une petite prime financière loin de la participation réelle à l’allemande par exemple. On voit mal Macron compte tenu de ses orientations politiques se féliciter de la création d’un syndicat,  lui qui a plutôt tendance à shunter toutes les organisations intermédiaires. Notons que précédemment des socialistes avec Mitterrand et la suite n’ont guère manifesté d’intérêt pour la fonction syndicale.

Pour la promotion des mathématiques chez les filles »

Pour la promotion des  mathématiques chez les filles 

 

Les mathématiques offrent des possibilités de carrières infinies et une rigueur nécessaire dans un monde surinformé, expliquent, dans une tribune au « Monde », cinquante polytechniciennes, parmi lesquelles Karine Berger, Nathalie Kosciusko, Catherine Sueur et Estelle Brachlianoff.

 

Tribune.

 

En 2022, deux femmes viennent rejoindre Catherine MacGregor (Engie) à la tête d’une entreprise du CAC 40. Toutes trois sont ingénieures, deux d’entre elles sont polytechniciennes. Christel Heydemann (Orange) et Estelle Brachlianoff (Veolia) sont deux femmes qui ont mis les maths au cœur de leur formation.

L’Ecole polytechnique fête cette année les 50 ans de l’ouverture de son concours aux femmes. Pour la première fois cette année, avec la réforme du baccalauréat, certains bacheliers peuvent débuter leur enseignement supérieur sans avoir suivi aucun cours de mathématiques en terminale. Et c’est malheureusement le choix de beaucoup de jeunes filles. Nous, polytechniciennes, nous nous unissons pour promouvoir les mathématiques auprès d’elles.

Il y a de la beauté dans les mathématiques. Il y a du plaisir à en faire. Pour comprendre la Terre et l’Univers, pour explorer la Lune et l’Antarctique, les maths sont indispensables. Dans l’art et la musique, il y a des maths. Pour protéger la planète et lutter contre le réchauffement climatique, la transition énergétique s’appuiera sur des maths. L’esprit rationnel qui accompagne les mathématiques sert à tous les métiers bien au-delà des ingénieurs et des médecins. C’est une passerelle entre le monde des idées et leur réalisation. Jeunes filles, avec les maths, vous choisirez le métier qui vous plaira.

Par la rigueur et la logique, les maths permettent de se défendre contre l’emprise de l’information continue où la parole scientifique est régulièrement discréditée. Savoir discerner la vérité de l’opinion est devenu essentiel dans notre société. Sans mathématiques, pas de recensement, pas de démocratie.

Se mesurer au raisonnement mathématique, c’est se préparer à construire un point de vue argumenté. Sortons du cliché du mathématicien solitaire. Les maths invitent à la créativité, se pratiquent en communauté, établissent des réseaux professionnels.

En entreprise, les maths développent la capacité à convaincre par le raisonnement et permettent l’abstraction qui est nécessaire pour résoudre le cas général – et non le seul cas isolé. Les maths permettent la hiérarchie des tâches en utilisant les ordres de grandeurs ou la vérification chiffrée des arguments. Toutes ces qualités sont attendues par les employeurs et les décideurs. Jeunes filles, avec les maths, vous pourrez créer.

 

Selon les associations de professeurs, en 2022, ce sont plus de 50 % des filles qui abandonnent les mathématiques après la 2de. Autant de carrières passionnantes qui leur échappent et d’absence de mixité femmes-hommes dans des pans entiers de l’entreprise. Décideurs du monde public et du monde privé, remettez les mathématiques au cœur de l’enseignement et de la formation.

Rachida Dati, Candidate pour reconquérir les catégories populaires chez les républicains !

Rachida Dati, Candidate pour reconquérir les catégories populaires chez les républicains !

Rachida Dati, archétype des bobos, à la tête des républicains pour reconquérir les couches populaires.Sans doute une confusion entre les populations du septième arrondissement dont elle est actuellement maire  et la réalité sociologique de la France. Selon les informations de l’Obs , Rachida Dati ambitionne de prendre les rênes des Républicains et de succéder à Christian Jacob après le scrutin législatif de juin prochain.

«J’envisage de me présenter à la présidence de LR (…). (pour) reconquérir les catégories populaires abandonnées par la droite», indique Rachida Dati, qui projette d’investir dans certains «sujets sociétaux». Comme l’accès aux produits de luxe de LVMH par exemple ou de la haute couture en général ?Comme au parti socialiste, cette insolite présidente potentielle pourrait condamner définitivement le parti républicain.Cela d’autant plus qu’elle traîne en outre des gamelles judiciaires pour financement illicite par Renault !

Si Rachida Dati avait déjà évoqué une possible candidature à l’élection présidentielle, elle n’avait pas encore indiqué sa volonté de briguer la présidence de son parti. Un poste détenu par Christian Jacob depuis octobre 2019, quelques mois après la démission du patron de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. L’ancien maire de Provins devrait laisser son poste vacant après les échéances présidentielle et législatives.

Société : la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

Société : la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

 

Selon un sondage de l’institut Ipsos Sopra Steyria,  si le pouvoir d’achat reste la préoccupation principale des Français (52%), la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février, arrive désormais en deuxième position (33%) devant l’environnement (28%) et le système de santé (26%).

90% des sondés sont «plutôt» ou «très inquiets» de l’impact de la guerre en Ukraine (+ 2 points en une semaine), et 76% le sont face à «un possible conflit nucléaire».

Le président sortant, désormais candidat à sa réélection, est crédité de 30,5% des intentions de vote au premier tour, gagnant quatre points par rapport à la précédente enquête du même institut Ipsos-Sopra-Steria fin février, devant les candidats d’extrême droite Marine Le Pen (14,5%, -1) et Eric Zemmour (13%, -2). Valérie Pécresse poursuit sa chute (11,5, -1), passant derrière le candidat de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon (12%, +0,5).

Sondage société: la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

Sondage société: la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

 

Selon un sondage de l’institut Ipsos Sopra Steyria,  si le pouvoir d’achat reste la préoccupation principale des Français (52%), la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février, arrive désormais en deuxième position (33%) devant l’environnement (28%) et le système de santé (26%).

90% des sondés sont «plutôt» ou «très inquiets» de l’impact de la guerre en Ukraine (+ 2 points en une semaine), et 76% le sont face à «un possible conflit nucléaire».

Le président sortant, désormais candidat à sa réélection, est crédité de 30,5% des intentions de vote au premier tour, gagnant quatre points par rapport à la précédente enquête du même institut Ipsos-Sopra-Steria fin février, devant les candidats d’extrême droite Marine Le Pen (14,5%, -1) et Eric Zemmour (13%, -2). Valérie Pécresse poursuit sa chute (11,5, -1), passant derrière le candidat de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon (12%, +0,5).

Présidentielle : Rebsamen (PS) à la soupe chez Macron

Rebsamen (PS) à la soupe chez Macron

 

D’un point de vue électoral, Rebsamen  a fait les comptes, il risque sérieusement d’être menacé lors des prochaines élections locales. À l’occasion des municipales dernières, il a senti le vent du boulet d’autant que le lamentable slogan  » Dijon, c’est capitale » ! rendait sans doute bien compte de la nullité politique.

 

En soutenant Macron pour les élections présidentielles de 2022 comme d’autres anciens responsables socialistes ( ou républicains), il espère évidemment le retour d’ascenseur lors des sélections prochaines. De quoi assurer un avenir à 70 ans ! Peut-être même comme ministre.

On pourrait observer que l’intéressé a su naviguer politiquement puisqu’il vient à l’origine de la ligue communiste révolutionnaire où les convictions sont facilement solubles dans le système oligarchique professionnel de la politique.

 

De quoi aussi expliquer la déliquescence du parti socialiste confisqué par les oligarques,  radicaux en paroles mais tellement complaisants avec des grands intérêts une fois au pouvoir.

Sondage: la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

Sondage: la guerre, deuxième préoccupation chez les Français

 

Selon un sondage de l’institut Ipsos Sopra Steyria,  si le pouvoir d’achat reste la préoccupation principale des Français (52%), la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février, arrive désormais en deuxième position (33%) devant l’environnement (28%) et le système de santé (26%).

90% des sondés sont «plutôt» ou «très inquiets» de l’impact de la guerre en Ukraine (+ 2 points en une semaine), et 76% le sont face à «un possible conflit nucléaire».

Le président sortant, désormais candidat à sa réélection, est crédité de 30,5% des intentions de vote au premier tour, gagnant quatre points par rapport à la précédente enquête du même institut Ipsos-Sopra-Steria fin février, devant les candidats d’extrême droite Marine Le Pen (14,5%, -1) et Eric Zemmour (13%, -2). Valérie Pécresse poursuit sa chute (11,5, -1), passant derrière le candidat de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon (12%, +0,5).

Marion Maréchal chez Zemmour

Marion Maréchal chez Zemmour

La  nièce de Marine Le Pen sera présente dimanche au meeting de Toulon (Var) d’Eric Zemmour. Autant dire que cela vaudra un soutien officiel qui constitue une vraie rupture avec Marine Le Pen .

Ceci étant Marion Le Pen aura du mal à expliquer son soutien à sa tante au second tour. Comment en effet lui trouver des insuffisances au premier tour mais des qualités au second ? La vérité sans doute ce que Marion Maréchal Le Pen ne veut pas être à côté du phénomène Zemmour dans l’objectif est de faire éclater le Front National et même les républicains après les élections.

Mercato politique : Nicolas Bay transféré chez Zemmour

Mercato politique : Nicolas Bay transféré chez Zemmour

 

Encore un qui trahit son parti et pas n’importe qui:  le porte-parole de Marine Le Pen. Nicolas Bay rejoint donc Éric Zemmour. Une adhésion assez soudaine après avoir pendant des années défendu la ligne de Marine Le Pen et bénéficié de l’investiture du parti. Comme une sorte de révélation  ! Pas tout à fait car c’est un spécialiste du slalom politique au sein de l’extrême droite.

 

« J’ai décidé de m’engager pleinement aux côtés d’Éric Zemmour dans la campagne présidentielle car je crois profondément dans sa candidature, son projet et sa stratégie », affirme avec convictionsdans Le Figaro l’eurodéputé qui usait de la même conviction ces dernières années pour défendre la ligne politique de Marine Le Pen. « 

Dans cet entretien, Nicolas Bay dénonce aussi un Rassemblement national « intolérant à la moindre critique », Là encore une découverte un peu tardive. Nicolas Bay évoque les accusation d’espionnage industriel venues de son ancien parti. « Quand on veut noyer son chien, on l’accuse d’avoir la rage », réagit l’eurodéputé.  »Ce sont des accusations mensongères, et j’ai déposé plainte en diffamation. (…) En réalité, j’ai demandé à avoir une discussion franche, devant le bureau exécutif et en présence de Marine Le Pen, et pour toute réponse on m’en a suspendu ! » conlut-il.

Macron chez Poutine: du bluff ?

Macron chez Poutine: du bluff ?

 Comme c’était prévisible Macron n’a strictement rien obtenu de Poutine. Ce dernier n’a voulu faire aucune promesse. Il s’est d’ailleurs peu exprimé à propos de la rencontre avec Macron qui s’est lui-même chargé du service après-vente en survalorisant sa démarche.

 

Il est clair que Macron était fondé à rencontrer Poutine mais le problème est que les chances d’aboutir à des décisions concrètes étaient à peu près nulles car le vrai débat a lieu entre Biden et Poutine et passe largement au-dessus de la tête de l’Europe et de la France.

Cette rencontre a pu servir Poutine pour tenter de rendre les Européens plus bienveillants que Biden vis-à-vis de la Russie. Elle a aussi certainement eu pour objectif de servir la campagne de Macron qui veut toujours se donner l’image d’un leader mondial sur la scène internationale.

«La diplomatie, c’est le dialogue. Je reproche à la diplomatie française de ne pas avoir entretenu un dialogue exigeant avec la Russie», a également déclaré le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau sur Europe 1. «Fallait-il le faire ? (se rendre sur place, NDLR) Je pense que oui. (…) Maintenant je me méfie toujours des coups de bluff, d’esbroufe, d’Emmanuel Macron. Je pense qu’il fallait y aller, mais il revient bredouille avec une mise en scène à la Poutine extraordinaire – une salle froide comme la Sibérie et une table très longue pour ajouter de la distance physique», a-t-il encore fustigé.Notons que Macron a fait aussi encore une fois dans le en même temps en affirmant à Moscou que la Russie n’avait pas l’intention belliqueuse tandis que lorsqu’il était à Kiev il encourageait les ukrainiens à se montrer très sécurisant vis-à-vis de la politique agressive de la Russie

Avant transfert chez Macron, , Éric Woerth était le plus critique de la politique du pouvoir

Avant transfert chez Macron, , Éric Woerth était le plus critique de la politique du pouvoir

Avant son transfert, Éric Woerth  a été l’un des plus critique de Macron parmi les républicains. Le Figaro rappelle certaines de ses saillies contre le pouvoir qu’il vient de rejoindre.

 

Par exemple en En juillet 2017, à propos de la baisse des aides personnalisées au logement (APL) «Cinq euros ça fait mesquin, surtout pour ceux qui ont du mal à boucler leur fin de mois», confie-t-il alors au Point . Par ailleurs, l’ancien ministre du Budget reproche dans cette même interview que rien ne soit fait par le chef de l’État sur la réforme de l’indemnisation du chômage, de l’hôpital et des retraites «pour montrer qu’un travail sérieux a vraiment commencé».

 En septembre 2018, le député de l’Oise récidive en expliquant sur Public Sénat qu’Emmanuel Macron ne «fait pas» ce pour quoi il a été élu : «transformer le pays». Selon Éric Woerth, les réformes du président de la République sont celles «que tout gouvernement aurait faites et a faites. Il n’y a pas de rupture et les vieilles recettes continuent à être employées de façon encore plus cynique. C’est l’ancien monde mais en pire». Au Figaro , il expliquait par ailleurs que «ce n’est pas grave d’être impopulaire quand on fait les bonnes réformes. Macron est impopulaire pour de mauvaises raisons».

En novembre 2018, au moment de la crise des «gilets jaunes», Éric Woerth est également très critique de la façon dont est gérée cette ébullition sociale par le gouvernement. «Emmanuel Macron voulait une France apaisée, il risque de la faire imploser», regrette-t-il alors.

Interrogé sur la «lettre aux Français» d’Emmanuel Macron – publiée à l’occasion du grand débat national, en janvier 2019, et à la veille des élections européennes -, Éric Woerth estime que le président «dit vouloir transformer la colère en solutions, alors qu’il a lui-même transformé la croissance en colère!».

Ancien ministre du Travail puis du Budget de Nicolas Sarkozy, l’élu de l’Oise affirmait sur Radio Classique il y a trois ans que «Les Républicains sont la seule alternance possible à Emmanuel Macron dans le champ républicain».

En avril 2019, un mois avant les élections européennes, le francilien se demandait s’il n’y avait pas «une légère incohérence à reconnaître l’échec de l’ENA et à désigner sa directrice comme tête de liste aux européennes ?», en référence à la cheffe de file de la majorité, Nathalie Loiseau, et à la décision du président de transformer l’ENA en un Institut national du service public (INSP).

Interviewé dans Le Figaro , Éric Woerth explique en juillet 2019 que «la suppression de la taxe d’habitation reste l’erreur fondamentale du quinquennat». Tout en louant cependant une autre décision du locataire de l’Élysée : «Le gouvernement avait au départ exclu toute baisse de l’impôt sur le revenu, que nous préconisions, puis il a changé d’avis. Tant mieux!»

En décembre 2020, alors que l’économie française est fortement perturbée par la crise sanitaire, Éric Woerth explique que cette dernière n’est qu’un «prétexte au renoncement des réformes». Le député se disait alors inquiet pour «l’unité» du pays.

Par la suite, Éric Woerth s’est montré moins acerbe sur les actions menées par le président de la République. En septembre dernier, il décrit notamment dans Le Figaro une «euphorie dépensière» de la part de l’État, en précisant qu’il «ne critique pas les dépenses exceptionnelles», car il est selon lui «essentiel de soutenir l’économie et la reprise pour préparer la croissance de demain».


Un manque de culture économique dramatique chez les Français

Un  manque de culture économique dramatique chez les Français

Si l’on se fie au contenu de la campagne électorale, on constate que les candidats sont en adéquation avec l’opinion publique concernant leur insuffisance de culture économique. Pour preuve, ils font à peu près tous des promesses dont on se demande comment elles pourront être financées hormis évidemment par l’emprunt alors que l’endettement de l’État représente déjà environ 100 000 € par ménage !

Quand on parle d’économie budgétaire, le propos demeure très vague. Pour preuve de cette insuffisance de culture économique une étude Allianz plaçait l’Hexagone bon dernier des pays européens – l’Autriche et l’Allemagne se situant tout en haut du classement. Elle montrait que la moitié des Français maîtrisait les mécanismes de l’inflation et des taux d’intérêt, et seulement 9 % les concepts relatifs aux risques financiers. Ces résultats ne semblent pas être le fruit d’une désaffection pour la matière.

Dès lors, il paraît difficile d’engager des réformes structurelles permettant de retrouver une certaine compétitivité mais qui impose aussi de faire des choix et de réduire des dépenses improductives qui au surplus pour certaines ne rentrent pas dans le champ des missions régaliennes de l’État.

«Partygate»: consommation d’alcool excessive chez Boris Johnson

«Partygate»: consommation d’alcool excessive chez Boris Johnson

 

L ‘enquête interne sur les dérives des services du Premier ministre démontre une surconsommation d’alcool pour agrémenter les nombreuses fêtes organisées en totale contradiction avec les mesures d’hygiène contre la Covid. Bref, ça picole sec chez Boris Johnson qui lui-même ne s’est pas privé de participer à la fête. On peut se demander si cela n’a pas conduit à certains états éthyliques qui expliqueraient alors les positions incohérentes du Premier ministre tant vis-à-vis de la crise sanitaire que vis-à-vis du brexit. Deux sujets qui font l’objet d’une critique désormais assez majoritaire dans l’opinion britannique. Le document d’enquête parle de comportements «difficiles à justifier» et de rassemblements qui «n’auraient pas dû se tenir». Il dénonce notamment une «consommation excessive d’alcool pas appropriée dans un cadre professionnel». Sue Gray estime que des «leçons» doivent être tirées de ces événements par le gouvernement, sans attendre les résultats de l’enquête de police.

123456...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol