Archive pour le Tag 'chaussettes'

Température logement : des chaussettes en laine à la place du chauffage

Température logement : des chaussettes en  laine à la place du chauffage

 

Retour aux pratiques d’il y a 50 ans et plus : des chaussettes en laine pour remplacer  le chauffage ou en tout cas pour le supllerr. Plus de 70% des résidents préfèrent mettre des couches supplémentaires de vêtements pour combler l’insuffisance du chauffage devenu trop cher. Certaines pièces pourraient même ne plus être chauffées du tout. On est cependant encore loin de l’époque des années 50 où les logements ne comportaien t souvent qu’un seul poêle (ou cuisinière, ou cheminée). Et où les chambres étaient rarement chauffées. L’accoutumance au chauffage généralisé rend les Français plus sensibles à la température inférieure à 18-20 degrés. A quand un fonds spécial pour encourager le tricotage de chaussettes en laine ? Mais que fait Nicolas  Hulot ? En effet  deux Français sur trois déclarent avoir froid dans leur logement, selon un sondage réalisé par l’Ifop pour le site de conseil en économie d’énergie QuelleEnergie.fr. Cette proportion est en baisse de 9 points par rapport à l’année dernière. «Certaines aides d’État, notamment les isolations des combles à 1 euro pour les ménages modestes, commencent à porter leurs fruits», explique Maël Thomas, directeur général de QuelleEnergie.fr. Augmenter le chauffage d’un degré fait grimper votre consommation d’énergie de 7%, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Aussi, les ménages aux revenus les plus modestes rechignent à pousser leur thermostat à la hausse et ressentent plus le froid chez eux. Les jeunes grelottent plus que leurs aînés (79% contre 57%) et les locataires, plus que les propriétaires (75% contre 59%). Ces mêmes franges de la population déclarent logiquement avoir des difficultés à payer leurs factures de chauffage au cours des trois dernières années. Pour réduire leur consommation d’énergie, les Français changent leurs pratiques. Plutôt que d’augmenter leur chauffage, ils préfèrent «ajouter des couches de vêtements supplémentaires» (77%) ou «baisser la température habituelle à l’intérieur de leur logement» (70%). Plus d’un Français sur deux (59%) se dit même prêt à renoncer au chauffage dans certaines pièces (salle de bains, toilettes…).

Sondage moral des Français : toujours dans les chaussettes

Sondage moral des français : toujours dans les chaussettes

Un recul pas significatif car  situé dans la marge d’erreur statistique mais qui démontre que contrairement à Sapin , les Français ne croient pas vraiment en la reprise. En fait le moral des Français est toujours dans les chaussettes très en deçà de sa moyenne de longue durée. Le moral des ménages français a enregistré un léger recul en mai (-1 point), en lien avec de fortes craintes sur leur capacité d’épargne, a annoncé l’Insee ce mercredi., Il faut noter que les sondages d’opinions suivent un peu les mouvements économiques et comme eux font du yo-yo depuis la fin de l’année dernier. Cela témoigne des incertitudes quant à la reprise significative et durable de l’économie française  mais aussi internationale. Sans doute pour compenser cette baisse de moral Bercy va annoncer aujourd’hui ou demain une  hausse du PIB de 0.4% au lieu de 0.3% pour le second trimestre ; Une sorte de volontarisme de prédiction. Mais les Français sont relativement lucides. Sur le long terme, ils savent que attractivité de la France est largement entamée notamment par la fiscalité. Sur le court terme la conjoncture est relativement figée. Par la  stagnation du pouvoir d’achat, par le chômage toujours persistant, par des investissements qui ne décollent pas et une  industrie toujours dans le rouge. Par ailleurs le temps de la reforme « Hollandaise »  est terminée, place à la période électorale. Le gouvernement vient par exemple de reculer sur deux thèmes , la compte de pénibilité pour faire plaisir aux patrons aussi sur le contrôle des chômeurs cette fois pour faire plaisir à la gauche de la gauche. Le temps n’est plus à la reforme, ni même à la réformette. Rien de significatif ne changera d’ici 2017. En clair, le moral va rester mou comme la croissance pendant encore un moment.  L’indicateur qui synthétise le moral des ménages s’établit donc en mai à 93 points, après 94 en avril. Il demeure en dessous de sa moyenne depuis janvier 1987 (fixée à 100), précise l’Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué. Ce recul fait suite à la publication en avril dernier de données positives par l’Insee. L’Institut plaçait le moral des ménages à son plus haut niveau depuis janvier 2010.

PME Sondage : moral dans les chaussettes !

PME Sondage : moral dans les chaussettes !

 

On attendait sans doute trop de miracles du pacte de responsabilité  d’une part qui s’enlise dans la bureaucratie participative, d’autre part dont la mise en œuvre à partir de2015 se situera dans un début d’année très déprimée  Pour résumer l’avis des patrons : trop peu, trop tard, trop complexe. Selon le  baromètre réalisé par OpinionWay en partenariat avec Challenges, les patrons des PME restent donc  très pessimistes quant au contexte économique national. A 12%, la confiance en l’économie française est proche de son plus bas niveau historique. Il n’a plus jamais franchi la barre des 20% depuis le mois de mai 2014 et pour l’ensemble de l’année, la moyenne dépasse à peine 18%. Un chiffre inférieur à celui de fin 2013 (20%) avec également un décrochage depuis le printemps. Plus élevée, à 46%, la confiance dans l’économie mondiale est relativement stable depuis septembre. La moyenne pour l’année 2014 atteint quasiment 54% (supérieure à celle de 2013).  76% des PME-ETI envisagent de maintenir le nombre de leurs salariés et 24% envisagent de le faire évoluer. Parmi eux, 11% prévoient une hausse, contre 13% qui envisagent une diminution. Les annonces du début de l’année en faveur des entreprises ont fait naître de grands espoirs chez les dirigeants de PME-ETI. Leur concrétisation tarde et cela suscite beaucoup de déceptions.  En clair,  pas de reprise significative à attendre (surtout avec les risques très contagieux de déflation) en matière de croissance et rien du tout en matière de chômage qui va continuer de progresser de manière mécanique ;

 

Sondage moral de cadres : dans les chaussettes !

Sondage moral de cadres : dans les chaussettes !  

 

C’est presque un record, les cares plongent dans la déprime.  Selon le Baro-éco de Viavoice pour HEC, Le Figaro et France Inter, le moral des cadres a chuté fortement à la rentrée pour tomber à - 52. «Ce niveau est le plus bas depuis dix-huit mois, observe François Miquet-Marty, directeur associé de Viavoice. Le changement de gouvernement n’a pas permis d’enrayer cette dégradation provoquée par les mauvaises nouvelles macroéconomiques de l’été.» Les marges des entreprises se contractent. Le pouvoir d’achat des ménages baisse. Le déficit annuel va atteindre 4,4 % cette année, alors que le gouvernement tablait sur 4,1 % au début de l’année. «Les cadres constatent que les dérapages de la croissance et des déficits sont pires que prévu», poursuit François Miquet-Marty. Cet état d’esprit explique que 65 % d’entre eux estiment que le niveau de vie en France va «se dégrader» dans l’année à venir. «C’est un niveau record pour cette année proche du record de 71 % atteint en juin 2013», constate François Miquet-Marty. Plus de sept sur dix prévoient que le nombre de chômeurs va croître dans les douze mois. Il s’agit là encore du chiffre le plus élevé depuis juin 2013 (84 %). Ils sont également plus nombreux à enregistrer une dégradation de la motivation de leurs équipes (67 % contre 63 % avant les vacances).

 

Moral des ménages : toujours dans les chaussettes

Moral  des ménages : toujours dans les chaussettes

Toujours la même grisaille pour la confiance des ménages qui ne croient guère en la reprise et encore moins à la diminution du chômage. De toute évidence c’est l’attentisme qui domine, personne ne croit réellement aux promesses de réduction de fiscalité faites par Valls et l’épargne de précaution est privilégiée mais pas forcément dans le livret A  qui ne rapporte plus rien ( et dont la collecte diminue)  au regard de l’inflation réelle. Les Français restent pessimistes tant sur leur situation actuelle que sur leur avenir. Selon les données publiées ce mercredi 30 juillet par l’Insee, l’indicateur mesurant la confiance des ménages s’est établi à 86 points, soit un taux stable par rapport à juin. Soit bien en deçà de sa moyenne de long terme calée à 100 points.  L’opinion des Français sur leur situation financière personnelle future a augmenté en juillet pour le troisième mois consécutif (+2 points) et celle sur leur situation personnelle passée a rebondi de trois points.  L’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne actuelle s’est effritée (-2 points) de même que celle sur leur capacité d’épargne future, qui a perdu un point après un bond de sept points en juin. La proportion de ménages considérant qu’il est opportun d’épargner est stable. L’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France perd deux points, annulant sa hausse de juin, et celle sur le niveau de vie passé un point.  S’agissant du chômage, les craintes concernant son évolution sont en augmentation pour le quatrième mois consécutif, la proportion de ménages qui pensent qu’il va augmenter progressant de deux points.

 

Moral des entreprises : dans les chaussettes

Moral des entreprises : dans les chaussettes

 

<:article>Les entreprise sont comme les ménages : déprimés Les membres du réseau social professionnel Viadeo se sont montrés pessimistes concernant la situation générale dans leur entreprise au deuxième trimestre, déçus par une amorce d’embellie qui ne s’est pas concrétisée, selon un baromètre trimestriel publié en exclusivité ce lundi par l’AFP. Premier réseau social professionnel en France où il compte quelque 8 millions de membres, Viadeo a posé en juin quatre questions à un panel de 1.200 personnes, représentatif de la communauté de ses membres, pour la troisième édition de ce baromètre. A la question « Pensez-vous que la situation générale de votre entreprise s’améliore? », 62% des personnes interrogées répondent par la négative, soit quatre points supplémentaires par rapport au trimestre précédent (41%). Les sondés semblaient même moins pessimistes lors du dernier trimestre 2013, en étant 61% à trouver que la situation générale de leur entreprise s’améliorait.  »Globalement, le moral n’est pas au beau fixe alors qu’au terme du premier trimestre on sentait le début d’une amélioration », résume à l’AFP Olivier Fécherolle, directeur de la stratégie et du développement de Viadeo. Lors du trimestre écoulé, les personnes interrogées ont été plus nombreuses à se dire prêtes à « changer d’entreprise d’ici les six prochains mois » : 68%, contre 65% au début de l’année et même 56% au cours du dernier trimestre 2013. « Ce chiffre est assez élevé puisqu’on a franchi le seuil des deux tiers dans les intentions de mobilité, et c’est une progression régulière sur les trois trimestres », analyse Olivier Fécherolle. Enfin, à savoir si elles seraient prêtes à changer de région pour évoluer, 70% des personnes interrogées répondent positivement – un pourcentage stable (70% et 72% lors des trimestres précédents). « On entend souvent que les Français ne sont pas mobiles, mais ce chiffre élevé et constant sur les trois trimestres casse les idées reçues. Un souhait d »évolution ou une promotion, peuvent être de bons facteurs de motivation à la mobilité géographique », commente le responsable de Viadeo.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol