Archive pour le Tag 'chasseurs'

De Rugy, «un lâche assassin» devant les lobbys des chasseurs, (B.Bardot)

De Rugy, «un lâche assassin» devant les lobbys des chasseurs, (B.Bardot)

 

 

Comme d’habitude Brigitte Bardot ne fait pas dans la dentelle pour interpeller les pouvoirs publics concernant la protection des espèces animales. Ainsi Brigitte Bardot a-t-elle qualifié le ministre de l’environnement de « lâche assassin par chasseurs interposés ». Suite à la décision de prolonger la période règlementaire de la chasse à l’oie cendrée. Les propos sont peut-être inadaptés voire excessifs mais ils caractérisent  une critique montante vis-à-vis de la bienveillance du gouvernement à l’égard du lobby des chasseurs. Macron lui-même a fait des gestes significatifs en direction de ces chasseurs notamment en réduisant de façon importante le coût du permis de chasse. Le gouvernement est Macron  en particulier cajolent  en effet de façon un peu indécente les chasseurs dans le but évident de se réconcilier un peu avec un milieu rural qui se sent oublié dans la grande mode de la métropolisation. « Ce poste ministériel indispensable exige une protection rigoureuse de la nature (…) Je vous méprise car vous ignorez la valeur de la vie », écrit Bardot  à François de Rugy. « Vous vous êtes fait une spécialité (…) d’insulter les ministres », lui a rétorqué le ministre lundi soir dans une lettre diffusée sur Twitter. « L’oie cendrée n’est pas une espèce menacée, bien au contraire », assure François de Rugy, avant de riposter. « La protection de la condition animale est le prolongement de convictions humanistes, incompatibles avec les positions que vous avez tenues par ailleurs et qui vous ont valu plusieurs condamnations », réplique François de Rugy à Brigitte Bardot, condamnée plusieurs fois pour incitation à la haine raciale.

« Vos propos, insultants et diffamatoires, desservent la cause que vous prétendez défendre », conclut le ministre. Ces derniers mois, l’ancienne actrice avait aussi interpellé Emmanuel Macron à plusieurs reprises au sujet de la cause animale. Après l’avoir rencontré, elle avait loué son « attention » et sa « bonne disposition ». Mais en août, après des arbitrages sur la réforme de la chasse, elle s’était dite « furieuse » et l’avait accusé de se mettre « à genoux » devant les chasseurs. La chasse à l’oie cendrée, qui s’arrête normalement fin janvier, a pu se poursuivre en ce début février, selon un arrêté publié jeudi dernier. Un texte aussitôt attaqué par la LPO (Ligue de protection des oiseaux) devant le Conseil d’État, dont la décision est attendue très prochainement.

 

Macron et les chasseurs : «du clientélisme pathétique » (LPO)

Macron et les chasseurs : «du clientélisme pathétique » (LPO)

Allain Bougrain-Dubourg, président de la ligue de protection des oiseaux dénonce sur France info le clientélisme pathétique de Macron vis-à-vis des chasseurs.  Parmi les mesures annoncées : la création d’un permis national annuel unique à 200 euros – contre 400 euros actuellement -, l’extension de l’autorisation de chasser certaines espèces.

 

: Quelle est votre réaction à l’extension de la chasse pour certaines espèces ?

Allain Bougrain-Dubourg : C’est du clientélisme pathétique. En France, on chasse 64 espèces d’oiseaux différentes. Dans le reste de l’Europe, la moyenne est de 14 espèces. Parmi les 64 espèces chassées en France, il y en a 20 qui sont sur la liste rouge des espèces menacées, qui sont en agonie et que, pourtant, on chasse. On peut faire du cas par cas. Par exemple, les 20 espèces qui sont en mauvais état de conservation doivent être sorties immédiatement du tableau de chasse. C’est inacceptable qu’on puisse continuer à tirer sur des oiseaux qui sont à l’agonie. Nicolas Hulot a rappelé à l’Assemblée nationale que la biodiversité avait besoin d’une solidarité nationale. Il s’est appuyé notamment sur un rapport du Muséum d’histoire naturelle qui pointait certaines espèces particulièrement affectées, comme l’alouette des champs qui a perdu un tiers de ses populations. On continue pourtant d’en piéger et d’en tuer 500 000 par an.

Considérez-vous que ces nouvelles mesures menacent la biodiversité ?

La biodiversité n’a pas besoin des chasseurs pour être davantage en déclin. Elle souffre d’une agriculture intensive, de l’artificialisation, des néo-nicotinoïdes et d’autres choses. Taper sur des espèces qui sont déjà en déclin est inacceptable. J’attendais vraiment autre chose du chef de l’État. (…) Par exemple, le président de la République veut autoriser le prolongement de la chasse aux oies et à d’autres espèces au mois de février. C’est inacceptable ! Ça fait onze fois qu’on casse cette initiative devant le Conseil d’État. Vous pouvez compter sur moi pour le faire une douzième fois et, président de la République ou non, il ne pourra pas faire ce cadeau aux chasseurs. C’est indécent.

On ne découvre pas le lobby des chasseurs, qui a porte ouverte chez tous les présidents de la République depuis des décennies. Pourquoi les choses sont-elles aujourd’hui différentes d’après vous ?

C’est une mauvaise interprétation de la réalité rurale. Le président Macron veut exister dans nos campagnes et il croit que c’est par la chasse qu’il va y parvenir. Il faudrait que ses conseillers lui expliquent que les néo-ruraux sont des citadins qui, souvent pour des raisons de qualité de vie, ont choisi de s’installer à la campagne pour faire du VTT, des sentiers de grande randonnée et mener une vie harmonieuse avec la nature. Pas pour décrocher un fusil et chasser d’avantage. (…) Il m’arrive de travailler en bonne intelligence avec certains chasseurs. Fondamentalement, je ne peux pas accepter de retirer la vie pour le plaisir mais ça ne m’empêche pas de travailler avec des chasseurs qui ne sont pas des « viandards ». Or, ce que je constate, c’est qu’on veut chasser toujours plus et toujours plus longtemps. Ça commence à bien faire et l’opinion publique commence à mesurer le décalage total entre les cadeaux faits aux chasseurs et cette réalité de la biodiversité qui agonise et qui est en souffrance.

 

Macron :président des chasseurs ?

Macron :président des chasseurs ?

Macron avait l’ambition d’être le nouveau De Gaulle, il pourrait bien être que le nouveau Chirac, c’est-à-dire celui qui va caresser le culs des vaches ;  hier en tout cas, il a caressé les chasseurs. Une démagogie pathétique a déclaré la ligue de protection des oiseaux. Effectivement les chasseurs sont sans doute légitimes à défendre leur hobby et le coût de celui-ci mais de toute évidence, il ne s’agit pas d’une question nationale ;  il est assez lamentable que Macron ait  voulu négocier lui-même cette affaire en justifiant de son intérêt pour la ruralité. Il faut vraiment que la popularité de Macron soit tombée bien bas pour qu’un président de la république s’abaisse à régler lui-même les questions d’un hobby. Ceci explique aussi le temps que Macron a consacré aux champions du monde de football acceptant même de se livrer à quelques pitreries de vestiaire. Conséquences de cet intérêt soudain de Macron pour le football : les supporters massés massivement au champ Élysée n’ont eu droit qu’à quelques minutes de présence des champions. Après le football et les chasseurs, il n’est pas impossible que Macron accorde du temps pour la réception des pêcheurs et des joueurs de pétanque. Une manière peut-être de remonter une cote de popularité qui s’écroule et connaît son plus bas niveau depuis l’élection de 2017.

Macron recevra les chasseurs …. Pourquoi pas les pêcheurs ou les joueurs de pétanque ??

Macron recevra les chasseurs …. Pourquoi pas les pêcheurs ou les joueurs de pétanque ??

Un événement politique de première importance, Macron qui n’a pas le temps de recevoir la famille de l’otage détenu au Mali depuis plus de 600 jours, recevra par contre les chasseurs lundi. Pourquoi pas les  pêcheurs ou les joueurs de pétanque ? Sans doute parce que les chasseurs représentent un groupe de pressions qu’il faut ménager politiquement tandis que l’otage au Mali ne représente qu’elle-même. Un neveu de la Française Sophie Pétronin, enlevée au Mali fin 2016, a demandé lundi à Emmanuel Macron de « ne pas laisser mourir (sa) tante là-bas » et de recevoir à l’Élysée la famille « de la dernière otage française détenue dans le monde ». « On ne peut pas laisser mourir quelqu’un comme ça », a déclaré à l’Agence France-Presse Arnaud Granouillac, après avoir lancé un appel en ce sens sur France 3 Nouvelle-Aquitaine. « On sait pertinemment qu’il n’y a rien qui se passe, mais c’est surtout qu’il (Emmanuel Macron) ait la décence de nous recevoir comme toutes les autres familles d’otages », a ajouté Arnaud Granouillac. Sophie Pétronin, âgée de 75 ans, « détenue dans le désert, sans soins depuis plus de six cents jours », souffre de paludisme et d’un cancer. Mais on parlera lundi des chasseurs à l’Élysée, des chasseurs qui ont sans doute des problèmes à régler mais qui ne nécessitent sans doute pas la mobilisation d’un président de la république. Bref,  la vieille politique est de retour !

Emmanuel Macron : un cadeau politique aux chasseurs

 Emmanuel Macron : un cadeau politique aux chasseurs

D’après RTL le permis de chasse national (celui qui permet de chasser partout sur le territoire, et pas seulement dans son département) passera de 400 à 200 euros. Cinquante pour cent de réduction, les soldes avant l’heure ! C’est une des demandes phares des chasseurs depuis longtemps. Le Président Macron avait promis, en février, d’avancer sur le dossier. C’est chose faite. Bercy devrait se charger de l’annoncer. D’après l’Élysée, ce sera dans le courant du mois de juin. C’est évidemment un geste politique. La France, c’est 1,2 million de chasseurs actifs et 5 qui possèdent un permis. Faites le calcul. Ce petit geste a un coût. C’est un manque à gagner pour l’État. Mais les chasseurs, c’est autant d’électeurs dont Emmanuel Macron ne veut pas se couper. C’est aussi le symbole d’une France rurale pas forcément très privilégiée. Avec ce petit cadeau Macron espère atténuer son image de président des riches et des métropoles.

Macron : opération séduction des catholiques, des chasseurs et des ruraux

Macron : opération séduction des catholiques, des chasseurs et des ruraux

 

En difficulté dans les sondages, Macron repart en campagne au sens propre et figuré. D’abord en intervenant dans le journal très rural de JP Pernaud jeudi sur TF1. Il  vient de donner une très longue intervention concernant les catholiques et enfin se prépare à annoncer une réduction de 50% des droits du permis de chasse. Ne manquent plus que quelques mesures pour appâter les pécheurs ! Finalement retour à la politique à l’ancienne avec objectif de brosser dans le sens du poil parfois hérissé de certaines catégories qui n’appartiennent pas au monde branché des Start up des grandes métropoles. Macron va intervenir sur TFI mais aussi sur BFM et même Mediapart pas vraiment réputée pour soutenir le chef de l’Etat. Bref ,la grande offensive de reconquête de l’opinion. Pas sûr cependant que cette multiplication de la parole présidentielle, il est vrai après un long silence, serve la cause. En effet en matière de com. Macron en fait en général des tonnes et risque de lasser surtout si la tonalité est toujours aussi professorale voire condescendante. Il aurait peut-être mieux valu une seule intervention  pour ne pas banaliser la parole de la fonction présidentielle. De ce point de vue Macron hésite entre la posture jupitérienne  du monarque républicain et la posture du nouveau prophète d’un macronisme qui reste encore à définir dans sa finalité et surtout dans sa méthode.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol