Archive pour le Tag 'chasse'

Chasse à l’oie : le conseil d’Etat donne raison à Brigitte Bardot

Chasse à l’oie : le conseil d’Etat donne raison à Brigitte Bardot

 

Finalement le Conseil d’État a donné raison à Brigitte Bardot dans son refus de voir prolonger la chasse à l’oie. Brigitte Bardot avait vertement interpellé les pouvoirs publics concernant la protection de cette espèce animale. Ainsi Brigitte Bardot avait qualifié le ministre de l’environnement de « lâche assassin par chasseurs interposés ». Suite à la décision de prolonger la période règlementaire de la chasse à l’oie cendrée. Les propos étaient peut-être inadaptés voire excessifs mais ils caractérisent  une critique montante vis-à-vis de la bienveillance du gouvernement à l’égard du lobby des chasseurs. Macron lui-même a fait des gestes significatifs en direction de ces chasseurs notamment en réduisant de façon importante le coût du permis de chasse. Le gouvernement est Macron  en particulier cajolent  en effet de façon un peu indécente les chasseurs dans le but évident de se réconcilier un peu avec un milieu rural qui se sent oublié dans la grande mode de la métropolisation. « Ce poste ministériel indispensable exige une protection rigoureuse de la nature (…) Je vous méprise car vous ignorez la valeur de la vie », écrit Bardot  à François de Rugy. « Vous vous êtes fait une spécialité (…) d’insulter les ministres », lui avait rétorqué le ministre lundi soir dans une lettre diffusée sur Twitter. « L’oie cendrée n’est pas une espèce menacée, bien au contraire », assure François de Rugy, avant de riposter. « La protection de la condition animale est le prolongement de convictions humanistes, incompatibles avec les positions que vous avez tenues par ailleurs et qui vous ont valu plusieurs condamnations », réplique François de Rugy à Brigitte Bardot, condamnée plusieurs fois pour incitation à la haine raciale. Dans cette affaire de ministre de l’environnement ne s’est pas grandi puisque le Conseil d’Etat a ordonné, mercredi 5 février, la suspension immédiate d’un arrêté autorisant la prolongation de la chasse aux oies sauvages en février. Cet arrêté gouvernemental prévoyait un quota pour tuer 4 000 oies en février dans l’Hexagone (sauf l’Alsace), alors que la date officielle de fin de chasse de ces espèces est fixée au 31 janvier, conformément à une directive européenne de protection des oiseaux migrateurs. Le gouvernement « fait état des risques, au regard notamment de l’équilibre des écosystèmes, que présenterait la prolifération des espèces d’oies, en particulier au Nord de l’Europe, note, dans son ordonnance, le Conseil d’Etat saisi en urgence par la Ligue de protection des oiseaux, FNE, Humanité et biodiversité, et One Voice.

Interdiction de la chasse le dimanche ?

Interdiction de la chasse le dimanche ?

La fin de la chasse le dimanche ainsi que de la chasse à courre, ce que soutient Christophe Marie, le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot (ainsi que 79 autres organisations) sur franceinfo

 

Franceinfo : Votre tribune dit que « le gouvernement et le président Macron sont à genoux devant les chasseurs », l’expression n’est-elle pas excessive ?

Christophe Marie : Non, pas du tout. On l’a vu récemment puisqu’Emmanuel Macron avait reçu le président de la fédération de chasse et qu’il a fait des cadeaux aux chasseurs. C’est totalement aberrant, parce que l’attente sociétale est tout autre. Il y a de plus en plus de sensibilisation sur la condition animale et là, il n’y a pas de réponse apportée si ce ne sont des cadeaux offerts aux chasseurs. On l’explique du fait des lobbies très présents au niveau du gouvernement et auprès d’Emmanuel Macron.
Ce n’est pas vraiment une surprise parce que pendant les élections, pendant la campagne, il s’affichait déjà avec le lobbyiste Thierry Coste qui fait un lobby des armes de manière générale. Donc ce n’est pas une grosse surprise, mais c’est une grosse déception parce qu’il y a un moment où il faut quand même entendre l’attente sociétale. Plus de 98 % des Français ne chassent pas et ils ont le droit de se promener sans se prendre du plomb. C’est pour ça qu’on demande notamment l’interdiction de la chasse le dimanche.

Après la mort d’un cycliste tué par un chasseur en octobre, les préfets ont demandé aux chasseurs de renforcer la sécurité. Est-ce suffisant ?

Ce qu’ils ont demandé, c’est simplement de faire respecter les règles, donc c’est quand même le minimum. Il faut aller bien au-delà. Les accidents de chasse sont très nombreux en France. La saison dernière, il y a eu 13 morts, donc les chasseurs sont très contents de dire que c’est moins que les années précédentes, mais depuis l’an 2000, il y a eu quand même plus de 400 morts et plus de 3 000 blessés en France du fait des chasseurs. Il ne faut pas oublier que la chasse n’est jamais qu’un loisir, ce n’est pas du tout une nécessité puisqu’on sait très bien qu’ils n’ont aucun effet de régulation. Au contraire, il y a 15 millions d’animaux qui sont élevés aux grains et qui sont lâchés quelques jours avant la chasse pour faire un véritable ball-trap. C’est ça la chasse aujourd’hui, ce sont des gens qui se font plaisir et qui mettent en danger la population.

La chasse est une tradition française, n’est-il pas trop compliqué de l’abolir ?

On demande l’abolition des pratiques barbares comme la chasse à courre, comme le déterrage des blaireaux, des renards. Il y a beaucoup de possibilités de réformer la chasse, de faire en sorte de mettre en sécurité les Français. On n’est pas encore au stade malheureusement de demander l’abolition de la chasse, on n’en est pas là, même si évidemment ce serait souhaitable pour tout le monde.

Les Anglais ont une tradition beaucoup plus ancrée de chasse à courre et pourtant ils l’ont abolie. Les Espagnols, dans un autre domaine, dans certaines régions en tout cas, abolissent la corrida et nous, en France, on ne l’abolit pas. Donc la France est très en retard sur les autres pays de l’Union européenne notamment. Il y a un moment où il faut quand même bouger. La société bouge sur la question animale et le politique ne répond pas à cette attente sociétale.

 

La chasse : sport ou beuverie ?

La chasse : sport ou beuverie ?

D’après certains,  la chasse serait le deuxième sport en France avec plus d’un million de détenteurs d’un permis.  La France est d’ailleurs le premier pays de chasseurs en Europe, devant l’Espagne et l’Italie. Une activité de loisir respectable mais de la à la comparer un sport il y a un pas un peu trop vite franchi. En effet la chasse contemporaine se réduit le plus souvent à une longue attente des chasseurs dans des les abris ou postes  d’où ils ne bougent pas. Au total s’ils ont marché une centaine de mètres pendant toute la chasse pour rejoindre ces abris, c’est à peu près tout. Un peu court comme sport. En outre les chasseurs sont répartis dans 10 ou 20 postes voire davantage et le gibier a peu de chances d’échapper aux tirs. Ce n’est pas exactement de la chasse mais plutôt un exercice de tir sur des animaux par ailleurs souvent agrainés donc engraissés artificiellement,  sans parler du gibier lâché la veille du jour de la chasse. La chasse traditionnelle,  c’est-à-dire à la maraude qui contraignait le chasseur à faire des kilomètres, parfois 10 ou 20, accompagné d’un ou deux chiens demeure désormais une activité très marginale.  dans ce cas on pouvait effectivement parler de sport, de chance aussi pour le gibier. Dans leurs abris,  les chasseurs pour la plupart n’ont même pas l’occasion de tirer un seul coup de fusil. Par contre dans les rendez-vous  de chasseurs, les coups succèdent aux coups. En réalité la chasse et surtout une activité de beuverie et de restauration sans doute dans la convivialité mais qui a bien peu de rapport avec le sport et  la chasse traditionnelle.

Chasse aux normes : encore un mini plan ?

Chasse aux normes : encore un mini plan ?

Le premier ministre Édouard Philippe lance une nouvelle chasse aux normes. Reste à savoir si ce ne sera pas un nouveau mini plan.  Les normes supprimées – ou simplifiées – devront appartenir au « même champ ministériel » ou intervenir « dans le cadre d’une même politique publique que la norme créée »; elles devront « être de niveau équivalent et non pas simplement répondre à cet objectif quantitatif », précise le texte daté du 26 juillet, et dont l’objet est la  »maîtrise du flux des textes réglementaires et de leur impact ». . Manuel Valls avait  déclaré il y a quelques temps : « nous ne sommes plus le pays de la complexité ». C’était à l’occasion de la présentation des 170 mesures destinées à  faciliter la vie des entreprises et des particuliers, se rajoutant à près de 450 autres déjà prises qui alimentent le « choc de simplification« , hissé au rang des priorités du quinquennat. Un « choc »  qui avait été annoncé par François Hollande en mars 2013, et qui s’est traduit par deux textes de lois. En fait comme d’habitude ce micro choc de simplification ressemblait à une auberge espagnole où chaque ministère avait  bien voulu mettre dans le pot commun de la simplification quelques  dispositions dont la plupart sont anecdotiques même si certaines peuvent être utiles. Ce ne sont pas quelques centaines de mesures qui peuvent être à la hauteur de l’enjeu. Le véritable problème c’est que la France est engluée dans dispositif réglementaire indémêlable qui découle des 10 500 lois et 130 000 décrets existants (record mondial) qui définissent les millions de contraintes auxquelles sont soumis entreprises et particuliers (il faut aussi prendre en compte la réglementation relevant de la responsabilité des collectivités territoriales.) Pourquoi une telle complexité ? Simplement parce que le pays compte trop de fonctionnaires inutiles qui comblent leur vide existentiel en imposant chaque jour de nouvelles réglementations. Une bureaucratie française qui s’ajoute en outre à celle de Bruxelles (de la France). Tout choc  de simplification sera impossible tant que les fonctionnaires inutiles seront maintenus en fonction. La complexité administrative qui leur permet de vivre et de se développer est telle que les politiques d’abord n’y comprennent rien, ensuite sont incapables de la maîtriser. Au total, au printemps 2017, 770 mesures avait été prises en faveur des entreprises, des collectivités et des particuliers, avec un bilan mitigé pointé dans un rapport du Sénat qui évoquait des « blocages systématiques » dus à la résistance de ceux à qui « profite la complexité ou à l’inquiétude liée au changement ».

Pokémon : chasse réglementée ?

Pokémon : chasse réglementée ?

 

On se demande si la chasse aux Pokémon ne sera pas réglementée comme celle qui protège les espèces menacées.  Fabrice Beauvois, le maire de Bressolles – une commune de l’Ain – a décidé de prendre un arrêté municipal pour interdire « l’implantation de Pokémon sur la commune », relate ce vendredi Le Progrès. Face à cette application de réalité augmentée, téléchargée des dizaines de millions de fois, l’édile invoque le danger que représente cette chasse aux petites créatures « par l’inattention des piétons et des conducteurs de véhicules visionnant leur téléphone ».  Aussi, Fabrice Beauvois s’inquiète d’une « situation qui peut favoriser en soirée et la nuit la constitution de groupes dont il convient de prévenir l’émergence ». Enfin l’arrêté rappelle qu’il appartient à l’autorité municipale de prévenir « la propagation contagieuse et anarchique du phénomène » et » l’addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations ». Envoyé aux sociétés Niantic et The Pokémon Company, cet arrêté ne concerne finalement pas les amateurs du jeu, qui ne risqueront pas une verbalisation.Selon Le Progrès, peu de Pokémon ont toutefois à ce jour tenté d’envahir la commune. Une raison peut-être pour en assurer la protection !

La chasse aux vieux chez les présentateurs de la télé

La chasse aux vieux chez les présentateurs de la télé

La mode est jeunisme dans les chaînes de télévision. La chasse au vieux est donc ouverte chez les présentateurs notamment dans le service public. La problématique n’intègre pas la qualité des programmes mais l’âge. Une curieuse méthode d’évaluation de l’intérêt des productions télévisées. Le renouvellement démographique touche parfois au ridicule il n’est pas certain qu’avec ce type de méthode le service parti public en particulier retrouve l’audience qu’il a perdue.  Il est clair que dans un paysage audiovisuel de plus en plus concurrencé, les chaînes de télévision tentent donc  d’innover par tous les moyens pour essayer de fidéliser des téléspectateurs considérés comme trop souvent nomades. Parmi les recettes figurent le rajeunissement des présentateurs, des rajeunissements qu’on peut comprendre lorsque la cible vise des jeunes ou des ados prolongés ( et un peu attardés quand même) type téléspectateurs d’Hanouna sur D8 mais un renouvellement plus discutable lorsqu’il s’agit par exemple d’un divertissement culturel comme question pour un champion ou d’autres émissions dont la caractéristique n’est pas fondée sur l’apparence. Dernière victime de cette chasse aux vieux Joël Collado, 66 ans, viré par Radio France et par Radio France et qui  présentait la météo ! Les directeurs de programmes devraient peut-être davantage s’interroger sur le contenu de leurs émissions que sur leur apparence des présentateurs ou le décorum des studios. Pour preuve le succès de « c à vous »  sur la cinq , à l’inverse le plongeon du Grand journal sur Canal+. Dans l’enquête Télé star Si aucun des noms proposés ne recueille une majorité de voix contre lui, le sondage est tout de même terrible pour certain d’entre eux, indique Ozap. Premier du classement, Michel Drucker. Le départ de l’animateur de Vivement dimanche, âgé de 73 ans, est souhaité par 46,8 % des sondés. Pourtant, cela ne semble pas pour tout de suite. Interrogé par Télé Star, celui qui a commencé comme journaliste à l’ORTF en 1964 explique que « ce sondage ne [lui] fait ni chaud ni froid ». Son départ, il l’envisage lui-même pour 2018 :  Dans le wagon de retraités, les personnes interrogées placeraient bien aussi Jean-Pierre Foucault, 68 ans (36,9 % de personnes sont favorables à son départ), Patrick Sabatier, 64 ans (34,9 %) et William Leymergie, 68 ans (33,1 %). Cinquième du classement (32,8 %), Julien Lepers, 66 ans, a quant à lui déjà été débarqué de l’émission Questions pour un champion. Pour le panel de téléspectateurs, l’âge ne fait heureusement t pas tout. Thierry Ardisson et Evelyne Dhéliat, 67 ans, Jean-Jacques Bourdin, 66 ans, ne recueillent que 15,5, 17,2 et 18 % d’opinions négatives.

Le classement complet

1. Michel Drucker, 73 ans (46,8 %)
2. Jean-Pierre Foucault, 68 ans (36,9 %)
3. Patrick Sabatier, 64 ans (34,9 %)
4. William Leymergie, 68 ans (33,1 %)
5. Julien Lepers, 66 ans (32,8 %)
6. Patrick Sébastien, 62 ans (32,5 %)
7. Jean-Pierre Pernaut, 65 ans (32,4 %)
8. Nelson Montfort, 62 ans (27,0 %)
9. Georges Pernoud, 68 ans (24,2 %)
10. Catherine Laborde, 64 ans (21,4 %)
11. Catherine Ceylac, 61 ans (20,0 %)
12. Jean-Jacques Bourdin, 66 ans (18,0 %)
13. Evelyne Dhéliat, 67 ans (17,2 %)
14. Thierry Ardisson, 67 ans (15,5 %)
15. Dominique Chapatte, 67 ans (12,7 %)

 

Animateurs télé : la chasse aux vieux est ouverte

Animateurs  télé : la chasse aux vieux est ouverte

 

Il est clair que dans un paysage audiovisuel de plus en plus concurrencé, les chaînes de télévision tentent d’innover par tous les moyens pour essayer de fidéliser des téléspectateurs considérés comme trop souvent nomades. Parmi les recettes figurent le rajeunissement des présentateurs, des rajeunissements qu’on peut comprendre lorsque la cible vise des jeunes ou des ados prolongés ( et un peu attardé quand même) type téléspectateurs d’Hanouna sur D8 mais un renouvellement plus discutable lorsqu’il s’agit par exemple d’un divertissement culturel comme question pour un champion ou d’autres émissions dont la caractéristique n’est pas fondée sur l’apparence. Dernière victime de cette chasse aux vieux Joël Collado, 66 ans, viré par Radio France et par Radio France et qui  présentait la météo ! Les directeurs de programmes devraient peut-être davantage s’interroger sur le contenu de leurs émissions que sur leur apparence des présentateurs ou le décorum des studios. Pour preuve le succès de « c à vous »  sur la cinq , à l’inverse le plongeon du Grand journal sur Canal+.

Pôle emploi : la chasse aux faux chômeurs ouverte en août

Pôle emploi : la chasse aux faux chômeurs ouverte en août

Les demandeurs d’emploi sont d’ores et déjà tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sous peine d’être radié 15 jours des listes de Pôle emploi, et même jusqu’à six mois en cas de récidive. Mais dans les faits, cette réglementation est peu appliquée. 13.409 personnes ont été radiées en 2013 pour « insuffisance de recherche d’emploi », soit 2,5% des radiations totales. Ce taux signifie que de nombreuses radiations sont dues à d’autres motifs. Bien sûr il n’y a rien à dire lorsqu’il s’agit d’un ancien chômeur qui a retrouvé un emploi ou une formation, ou qui a faat valoir ses droits à la retraite. Par contre nombre de chômeurs sont radiés pour des motifs administratifs sans raison réellement valable ; si le chômeur ne s‘est pas présenté à l’heure devant son conseiller, si la convocation a été mal adressée ou pas adressée du tout, s’il manque uen pièce au dossier etc. Par ailleurs on voit mal comment on pourra apprécier la véracité des démarches pour retrouver uen emploi. Il suffira de présenter des lettres de demande d’emploi ? On sait pourtant que 95% de ces lettres vont directement à la poubelle sans même être lues. Pour faire une vraie chasse aux vaux chômeurs encore faudrait-il qu’existe des possibilités d’emploi. Certes certains considèrent l’indemnité chômage comme uen sorte de droit, uen sorte de période sabbatique. Ce n’est pas le cas de la majorité des inscrits qui eux souhaitent un travail. Cette démarche de vérification des faux chômeurs n’est pas complètement inutile mais elle ne résoudra la question centrale des 3.5 millions de chômeurs officiellement recensés ( en fait 7 à 8 millions).

Guéant : la chasse à l’homme pour seulement 10 000 euros par mois

Guéant : la chasse à l’homme pour seulement 10 000 euros par mois !

 

Il a raison Xavier Bertrand, c’es vraiment de la chasse à l’homme contre Guéant voire Sarkozy ; 10 000 euros par mois qui auraient été détourné par Guéant, ce n’est vraiment rien, si on compare par exemple aux détournements de fonds d’autres élus qui par exemple se font construire quasi gratuitement des villas en échange de complaisance vis-à-vis d’appels d’offre public ou qui cumulent en toute légalité les rémunérations de maire, d’élus national et les « remboursements de frais divers » (autour de 20 000 euros). Il est clair qu’un smicard qui par exemple met du fuel dans sa voiture au lieu du gasoil sera lui très vite condamné et lourdement, d’autant qu’il va toucher une augmentation de 12 euros mensuels  grâce aux largesses du (12 euros payés par les entreprises et non par le gouvernement). Selon qu’on est smicard ou haut fonctionnaire politisé la justice ne saurait être la même ! Ou alors c’est la « cohésion » de la société qui est en cause. Claude Guéant a donc été entendu mardi sous le régime de la garde à vue dans le cadre de l’enquête préliminaire sur des primes en liquide perçues alors qu’il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur, a-t-on appris de source judiciaire. Sa garde à vue a été levée dans la soirée, de même que celle de Michel Gaudin, qui était directeur général de la police nationale à l’époque et a été interrogé également à Nanterre (Hauts-de-Seine). Michel Gaudin dirige aujourd’hui le cabinet de Nicolas Sarkozy. Les responsables de l’UMP ont été relativement discrets sur cette enquête qui vise le premier cercle sarkosyste. L’ancien ministre UMP Xavier Bertrand a cependant déploré une « chasse à l’homme permanente » à l’encontre de l’ancien chef de l’Etat. « Cette chasse au Nicolas Sarkozy n’a pas cessé avec l’élection de François Hollande et ça ne sert à rien de l’entretenir », a-t-il dit sur BFM-TV. « On essaie d’abîmer judiciairement Nicolas Sarkozy », a renchéri Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP. L’enquête a été ouverte en juin par le parquet de Paris après la découverte, lors d’une perquisition effectuée au domicile de Claude Guéant, de factures ayant donné lieu à des règlements en liquide pour quelque 20.000 euros. L’ancien secrétaire général de l’Elysée, qui a été aussi ministre de l’Intérieur, avait indiqué que les sommes provenaient de primes de 10.000 euros par mois payées en liquide entre 2002 et 2004 et prélevées dans les fonds destinés aux frais d’enquête et de surveillance de la police. L’enquête n’étant qu’à un stade préliminaire et aucun juge d’instruction n’ayant été nommé, Claude Guéant et Michel Gaudin ne risquent pas de mise en examen à l’issue de leur garde à vue, qui peut être prolongée mercredi.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol