Archive pour le Tag 'Charges'

La baisse des charges : pas d’efficacité prouvée (conseil d’analyse économique)

La baisse des charges : pas d’efficacité prouvée  (conseil d’analyse économique)

 

Une voix discordante dans l’euphorie de la diminution de la fiscalité salaires, celle du conseil d’analyse économique dans le rôle est d’éclairer le gouvernement. On sait que le gouvernement a décidé de transformer le crédit impôt sur la compétitivité emploi (c’est CE en diminution pérenne de la fiscalité. Pour l’année 2018 le coup serait de leur de 40 milliards l’année 2019 environ 60 milliards. Ces réductions de fiscalité vit surtout les bas salaires puisque on aura supprimé toute cotisation sur le salaire au niveau du SMIC à la fin de 2019. Le problème c’est que c’est bas salaire ne se trouve pas nécessairement en tout cas majoritairement dans les secteurs soumis à concurrence internationale. Elle bénéficie surtout à des entreprises qui finalement ne sont pas concurrencées par des entreprises étrangères. Le conseil d’analyse économique mais en question la pertinence de ces aides fiscales par rapport à l’influence qu’ils peuvent avoir sur la compétitivité de l’économie française Dans l’industrie, le coût horaire moyen en France est désormais inférieur à celui de l’Allemagne (38,8 contre 40,20 euros en 2017) rappelle le CAE.L’organisation plaide pour des réductions de cotisations plus ciblées. Dans leurs travaux, les auteurs expliquent que « les baisses du coût du travail, lorsqu’elles ne se font pas sous la forme d’un crédit d’impôt et lorsqu’elles sont concentrées sur les bas salaires, ont bien un impact positif sur l’emploi », selon la note du groupe de réflexion, publiée mardi et intitulée « Baisses de charges : stop ou encore? ». En revanche, les chercheurs indiquent que  »les baisses de cotisations sociales sur les salaires plus élevés (au delà de 1,6 Smic) n’ont pas encore fait la preuve de leur efficacité : nous ne trouvons pas d’impact positif sur les exportations alors qu’elles étaient en grande partie motivées par un objectif de compétitivité…..les analyses convergent pour indiquer une faible efficacité en termes d’emplois créés, avec des élasticités d’un niveau faible voire nul. » Ils ajoutent que cette enveloppe aurait ainsi été redistribuée « en partie sous forme de hausses des salaires, au bénéfice surtout des cadres, des professions intellectuelles supérieures et des professions intermédiaires, » passant ainsi à côté des promesses d’embauches exprimées par l’ex-président socialiste, créateur de ce fameux CICE. Le conseil d’analyse économique rappelle que la compétitivité n’est pas qu’une affaire de prix mais aussi de qualité. La compétitivité hors-prix (qualité des produits à l’export, par exemple) des entreprises exportatrices demeurent toujours un point faible régulièrement souligné par les spécialistes. Sur ce sujet, « les économistes n’ont pas beaucoup de solutions à apporter », a signalé Philippe Martin lors de la conférence de presse, rappelant « qu’il existait peu d’études sur ce thème ». Pourtant, les mauvais chiffres du commerce extérieur français rappellent régulièrement que cet enjeu demeure un point noir de l’économie tricolore.

 

 

La baisse des charges critiquée par le conseil d’analyse économique

La baisse des charges critiquée par le conseil d’analyse économique

 

Une voix discordante dans l’euphorie de la diminution de la fiscalité salaires, celle du conseil d’analyse économique dans le rôle est d’éclairer le gouvernement. On sait que le gouvernement a décidé de transformer le crédit impôt sur la compétitivité emploi (c’est CE en diminution pérenne de la fiscalité. Pour l’année 2018 le coup serait de leur de 40 milliards l’année 2019 environ 60 milliards. Ces réductions de fiscalité vit surtout les bas salaires puisque on aura supprimé toute cotisation sur le salaire au niveau du SMIC à la fin de 2019. Le problème c’est que c’est bas salaire ne se trouve pas nécessairement en tout cas majoritairement dans les secteurs soumis à concurrence internationale. Elle bénéficie surtout à des entreprises qui finalement ne sont pas concurrencées par des entreprises étrangères. Le conseil d’analyse économique mais en question la pertinence de ces aides fiscales par rapport à l’influence qu’ils peuvent avoir sur la compétitivité de l’économie française Dans l’industrie, le coût horaire moyen en France est désormais inférieur à celui de l’Allemagne (38,8 contre 40,20 euros en 2017) rappelle le CAE.

L’organisation plaide pour des réductions de cotisations plus ciblées. Dans leurs travaux, les auteurs expliquent que « les baisses du coût du travail, lorsqu’elles ne se font pas sous la forme d’un crédit d’impôt et lorsqu’elles sont concentrées sur les bas salaires, ont bien un impact positif sur l’emploi », selon la note du groupe de réflexion, publiée mardi et intitulée « Baisses de charges : stop ou encore? ». En revanche, les chercheurs indiquent que  »les baisses de cotisations sociales sur les salaires plus élevés (au delà de 1,6 Smic) n’ont pas encore fait la preuve de leur efficacité : nous ne trouvons pas d’impact positif sur les exportations alors qu’elles étaient en grande partie motivées par un objectif de compétitivité…..les analyses

 convergent pour indiquer une faible efficacité en termes d’emplois créés, avec des élasticités d’un niveau faible voire nul. » Ils ajoutent que cette enveloppe aurait ainsi été redistribuée « en partie sous forme de hausses des salaires, au bénéfice surtout des cadres, des professions intellectuelles supérieures et des professions intermédiaires, » passant ainsi à côté des promesses d’embauches exprimées par l’ex-président socialiste, créateur de ce fameux CICE. Le conseil d’analyse économique rappelle que la compétitivité n’est pas qu’une affaire de prix mais aussi de qualité. la compétitivité hors-prix (qualité des produits à l’export, par exemple) des entreprises exportatrices demeurent toujours un point faible régulièrement souligné par les spécialistes. Sur ce sujet, « les économistes n’ont pas beaucoup de solutions à apporter », a signalé Philippe Martin lors de la conférence de presse, rappelant « qu’il existait peu d’études sur ce thème ». Pourtant, les mauvais chiffres du commerce extérieur français rappellent régulièrement que cet enjeu demeure un point noir de l’économie tricolore.

Pour une hausse des déficits afin de baisser les charges (NKM)

Pour  une hausse des déficits afin de  baisser les charges (NKM)

 

 

Une idée  assez surprenante de la part de Nathalie Kosciusko-Morizet qui propose tout simplement de laisser filer le budget c’est-à-dire d’accroître le déficit pour faciliter l’allégement des charges des les entreprises. Une  proposition en tout cas qui va faire débat à droite comme à gauche et qui repose la question de l’orientation de la politique économique européenne. Est à rebours du consensus à droite sur la poursuite encore plus vigoureuse du processus d’assainissement budgétaire engagé par François Hollande depuis 2012 et dont le rythme est souvent jugé insuffisant à Bruxelles ou à Berlin.   »Là où c’est subversif, c’est que cela veut dire, et je ne le cache pas, un creusement du déficit », a-t-elle déclaré lors d’une conférence lors de l’université d’été du Medef.   »Cela ne sert à rien aujourd’hui d’imaginer changer les choses à la marge, il faut véritablement avoir une politique radicale, il faut accepter l’idée qu’on doit renverser la table », a-t-elle ensuite expliqué à Reuters.  Pour l’ancienne candidate à la mairie de Paris, il n’est plus possible de conserver une stratégie par laquelle la droite, une fois au pouvoir en 2017, réduirait d’abord les dépenses pour engager par la suite un allègement des charges.   »Ce sera trop tard, on mourra guéri, je comprends cette logique mais je pense qu’elle n’est pas à la hauteur de l’urgence et je veux proposer d’inverser la logique ». Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, il faut ainsi faire baisser les charges sur les entreprises « par l’ascenseur, et descendre en même temps les déficits par l’escalier », ce qui implique que durant quelques années, les économies et les réformes structurelles engagées ne couvriraient pas les réductions fiscales accordées aux entreprises.

 

Crise du porc : c’est la question des charges comme pour l’ensemble de l’économie (Michel Dantin)

Crise du porc : c’est la question des charges comme pour l’ensemble de l’économie (Michel Dantin)

 

Le député européen PPE, Michel Dantin,  spécialiste des questions agricoles,  a raison de considérer que le problème fondamental de l’élevage porcin est comparable à celui de l’ensemble de l’économie. En effet fondamentalement c’est le poids de la fiscalité,  le nombre et la complexité des normes qui plombent la compétitivité. À cet égard ce n’est pas un éventuel rétablissement des cotations en France qui permettra de résoudre les différences de conditions de concurrence. Les acheteurs auront toujours la possibilité comme ils le font actuellement d’acheter à l’étranger si les cours français sont supérieurs au cours du marché européen. On peut douter que le gouvernement s’attaque à ses questions fiscales car s’il devait le faire bien d’autres filières agricoles revendiqueraient le même traitement et ceux qui vaut  pour le monde agricole vaut aussi pour le monde industriel. Alors qu’une nouvelle réunion est organisée ce lundi au ministère de l’Agriculture, le député Michel Dantin  affirme « comprendre » mais pas « cautionner » l’attitude des industriels qui boycottent le marché de Plérin.  « Le vrai problème de la filière porc comme l’ensemble des filières françaises c’est le problème des charges. Nous avons eu depuis trois ans une augmentation importante de la fiscalité » a déclaré Michel Dantin. « Je ne cautionne pas l’attitude des entreprises qui se sont retirées du marché de Plérin mais je comprends qu’elles ont elles aussi à faire face à un problème de compétitivité par rapport à d’autres pays européens. Nous ne pouvons pas continuer à courir avec des semelles de plomb que les autres ne portent pas.».  Et pour lui, la solution ne viendra pas de l’Europe :  »Les Allemands n’ont pas la même perception des questions sociales que nous. Lorsque nous en discutons entre collègues au Parlement européen nous n’arrivons pas à nous comprendre sur ces questions-là. Les autres (pays européens) nous regardent avec un sourire en coin. Réglez vos problèmes d’abord… »

Fruits et légumes français : plombés par les charges

Fruits et légumes français : plombés par les charges

 

Inutile de tourner autour du pot, les charges plombent  le cout de production  les fruits et légumes comme le reste de l’économie française. Du coup c’est une invasion de fruits et légumes étrangers. Les agriculteurs sont en colère et ne s’y retrouvent pas dans leurs comptes. Avec l’exportation des produits espagnols, les producteurs de fruits et légumes français dénoncent une « concurrence déloyale » de la part de leurs homologues ibériques « qui cassent les prix », ce qui empêche, selon eux, de « relancer une consommation », explique le président de Légumes de France,  lundi 28 juillet, la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF), celle des « Légumes de France », la FNSEA, principal syndicat agricole, et les Jeunes agriculteurs (JA) ont été reçus par Stéphane Le Foll. Le ministre leur a promis que « la campagne de contrôle pour vérifier le respect des règles de commercialisation des fruits et légumes » allait se poursuivre « dans les semaines à venir » et que « les infractions seront sanctionnées ».  Selon une étude de La France agricole, les tarifs des fruits et légumes d’origine française sont plus élevés, en majorité, que ceux des produits venant de l’étranger.  Par exemple, la pomme, fruit le plus consommé en France selon Interfel (L’Interprofession des fruits et légumes frais), coûte 12 centimes de plus lorsqu’elle a été produite dans l’Hexagone. Il faut rajouter 46 centimes supplémentaires pour une tomate d’origine française face à une tomate produite à l’étranger. La semaine dernière, une vingtaine de maraîchers alsaciens ont remplacé les tomates espagnoles par des tomates produites en Alsace sur les étals d’un hypermarché. Le 17 juillet dernier, des agriculteurs ont bloqué des camions de pêche espagnols à Perpignan pour protester contre les importations.

 

Agriculteurs : réduction de charges de 3%

Agriculteurs :  réduction de charges de 3%

 

Le Premier ministre Manuel Valls a promis au président de la FNSEA, Xavier Beulin, une réduction de 3% de leurs charges sociales dès 2015, représentant un gain de 700 millions d’euros par an pour le secteur. « Sur les bas salaires, en agriculture, il y avait déjà un certain nombres d’exonérations, donc il faut donner un coup de pouce supplémentaire. Il nous propose de prendre 3% de charges sociales à partir de 2015″, a expliqué le président du principal syndicat agricole français vendredi sur Europe 1.   »On a fait une estimation, sur une année, c’est à peu près 700 millions d’euros de réductions de charges », a-t-il ajouté.  Manuel Valls a poursuivi jeudi ses consultations syndicales sur le pacte de responsabilité, recevant notamment la FNSEA et Coop de France (coopératives agricoles).  Lors de cet entretien, la FNSEA s’est engagée à jouer le jeu de ce pacte, rappelant qu’il y avait 9.000 emplois non pourvus dans le secteur agricole et qu’elle ferait tout pour qu’ils soient pourvus.  Lors de son discours de politique générale devant les députés le 8 avril, le Premier ministre a promis une baisse du coût du travail de 30 milliards d’euros d’ici à 2016, qui passera notamment par une suppression des charges pour l’employeur d’un salarié payé au Smic au 1er janvier 2015.

 

Hollande : baisse des déficits ou des charges

Hollande : baisse des déficits  ou  des charges

Ce mardi ce sera les vœux aux acteurs économiques pour Hollande et il doit préciser ses priorités, soit la baisse des déficits, soit la baisse des charges, soit encore les deux. En fait deux objectifs contradictoire à court et moyen terme. Pour 2014, c’est déjà bouclé. Pour 2015, le gouvernement prévoit 2.8% pour le déficit mais la commission européenne 3.7%, donc encore au dessus de critères de Maastricht. Pas même sûr qu’on atteigne ces 3% en 2016 avec les allégements de charges annoncés ; A moins évident que ces allégements de charge ne demeurent que très virtuels comme ce qui est prévu pour l’instant dans le fameux pacte de responsabilité.

Ce qu’il faut retenir La trajectoire de déficit public de la France:

2013: -4,1% du PIB

2014:
-3,6%

2015: -2,8%

2016: -1,7%

2017: -1,2%

Source: PLF 2013

La crédibilité de François Hollande est en jeu. Ce mardi 21 janvier, le président de la République présente à 11 heures ses vœux aux « acteurs de l’économie et de l’emploi », en clair syndicats et patronat. Lors de son discours, il devrait réaffirmer en les précisant les baisses de charge supplémentaires accordées aux entreprises ainsi que les économies dégagées sur la période 2015-2017. Mais ces promesses n’entraveront-elles pas les engagements de Paris vis-à-vis de la Commission européenne en termes de déficit? Or, sur ce sujet, François Hollande a été peu disert lors de sa conférence de presse du 14 janvier, alors qu’il a assuré que les baisses d’impôts des Français passeront par la réduction des déficits. En effet, l’exécutif s’est privé de toute marge de manœuvre au niveau des recettes puisque Bernard Cazeneuve, puis Pierre Moscovici, ont déjà assuré que les prélèvements obligatoires pourraient être réduits dès 2016.  L’effort va donc se concentrer sur le volet dépenses publiques. François Hollande a promis des économies de 50 milliards d’euros entre 2015 à 2017. « Un objectif clairement ambitieux », relève Benoît Heitz, économiste chez Société Générale, qui attend le détail de ces économies. Sur la période 2014-2017, le montant s’élève même à 64 milliards d’euros en intégrant les économies déjà engagées. Or, si le gouvernement ne réussit à pas réduire les dépenses, sa trajectoire concernant le déficit public s’en trouverait en conséquence compromise. La dernière loi de finances rectificatives, fin 2013, prévoit de ramener le solde budgétaire à 2,8% en 2015 après 3,6% en 2014, c’est-à dire sous les 3% fixés par les critères de Maastricht.  Ce scénario n’a, pour le moment, pas convaincu Bruxelles. Le 5 décembre, la Commission a livré ses prévisions économiques, indiquant tabler sur un déficit pour la France de 3,8% du PIB en 2014 et 3,7% en 2015. Benoît Heitz rappelle que « ces prévisions ne prennent en compte que les mesures déjà votées » par les parlements nationaux. De plus, l’exécution budgétaire de 2013 a montré combien la France peine à tenir ses prévisions. Le 16 janvier, Bercy a annoncé un déficit pour 2013 de 74,9 milliards d’euros, soit 2,8 milliards de plus que ne le prévoyait le collectif budgétaire, voté en décembre. Au final, le déficit rapporté au PIB devrait atteindre 4,2% pour 2013, soit 1,2% de plus que ce qui était inscrit dans le Budget ! Le chiffre exact sera connu lors de la loi de règlement pour 2013, qui devrait être votée au printemps.

 

Baisse des charges: pour le Medef, il y a erreur d’addition

Baisse des charges: pour le Medef, il y a erreur d’addition

Le Medef a refait les additions, il demandait 100 milliards d’allègement, Hollande a annoncé 30 milliards mais en incluant le CICE ; donc en fait l’annonce ne concerne que 30 moins 20, soit 10 milliards d’ici 2017, soit encore environ 3 milliards par an. Mais avec l’augmentation mécanique des impôts sur les sociétés,  l’opération pourrait être blanche. D’où la demande du Medef de revoir l’addition. Dans un communiqué envoyé le 16 janvier en fin de journée, le Medef réclame une clarification de l’ambition du gouvernement sur l’allègement des charges pesant sur les entreprises. Alors qu’il y a peu, Pierre Gattaz se disait prêt à « escalader l’Everest » avec François Hollande, le Medef estime maintenant, que, tout compte fait, il manque des tentes et des piolets pour partir à l’assaut des sommets.  Car l’organisation patronale a fait les comptes : si l’on tient compte des 30 milliards de baisses de charges annoncées par François Hollande, desquels on déduit les 20 milliards du CICE amené à disparaître, il ne reste plus au final que 10 milliards d’allègement pour les entreprises. Et 10 milliards, dit le Medef, c’est insuffisant pour enclencher la dynamique de création d’emploi au vu du différentiel de charges avec les entreprises allemandes. « L’organisme Eurostat a ainsi précisé qu’il pesait, en 2013, 116 milliards en trop de charges sur les entreprises françaises par rapport aux entreprises allemandes », rappelle l’organisation dans son communiqué.  Son président Pierre Gattaz espère obtenir des clarifications sur ce point lors des vœux du président de la République aux acteurs économiques, le 21 janvier. Pourtant, les patrons ont tous salué mardi soir le pacte de responsabilité annoncé dans le discours présidentiel. Et déjà, il n’y avait pas d’ambiguïté sur le fait que baisse de charges et CICE ne se cumuleraient pas. Clairement le Medef veut donc peser sur la deuxième étape, celle d’une éventuelle baisse de l’impôt sur les sociétés, au risque de braquer l’exécutif qui prend déjà beaucoup de risques vis-à-vis de son électorat.

 

Baisse des charges: en fait une opération blanche

Baisse des charges: en fait une opération blanche

L’enthousiasme de la baisse des charges sur les entreprsises risue de vite retomber puisqu’en réalité il s’agit de remplacer les 20 milliards du CICE par les 30 millirds de cotisations familailes. Mais mécaniquemenet cette suppression des cotisations familiales va accroitre les marges et accroitre les impôts sur les bénfices. Lopération serait donc partiquemenet blanche.En réalité  le gouvernement ne perdrait  pas d’argent au terme d’un jeu de passe-passe (avec en plus une cathédrale administrative, celle des contraintes)). S’il remplaçait le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) par des baisses de charges, il pourrait même en gagner un peu. L’explication se trouve dans le bilan des entreprises : une baisse de charges, c’est à dire une baisse mécanique du coût du travail, améliore tout aussi mécaniquement le résultat des entreprises. Et sur ce résultat les entreprises paient de l’impôt.  En baissant les charges, l’Etat récupère donc automatiquement par l’impôt sur les sociétés (IS) une partie de ce qu’il a donné. Ce n’est pas le cas avec le CICE, qui est un « crédit d’impôt », c’est à dire un chèque fait par l’Etat à l’entreprise et qui n’a aucun impact sur le résultat de celle-ci. Voilà pourquoi, au terme de savants calculs, les comptables sont formels: les deux masses sont équivalentes pour les finances publiques : 20 milliards de CICE représentent la même chose que 30 milliards de baisse de charges. C’est pareil pour l’Etat, mais pas forcément pour les entreprises. Pour un salarié payé à  2 smic, le CICE permet 2.080 euros d’allègements, alors que la suppression des cotisations familles équivaut à seulement 1.820 euros d’allègement une différence de 260 euros dans ce cas précis ! En revanche, l’allègement dans le cas d’une baisse des charges est significatif pour l’entreprise au-delà de 2,5 smic. Quoi qu’il en soit, tout cela permet de relativiser le supposé « cadeau » fait aux entreprises.

Medef : un million d’emplois contre la baisse des charges ? Un chiffrage aléatoire

Medef : un million d’emplois contre la baisse des charges ? Un chiffrage aléatoire

En fait c’est un pari du Medef, il veut 100 milliards de charges en moins sur 5 ans et promet en échange 1 million d’emplois en plus. Cela en réponse au pacte de responsabilité de Hollande (qui en fait a repris les propositions patronales). Reste que ce chiffrage est aléatoire. Dans le passé nombre de promesse de ce type n’ont pas été tenues. Chiffrer  reste  toujours difficile car la baisse des charges ira en priorité à la production, c’est-à-dire à la restauration des marges et à l’investissement. A terme évidemment la production plus compétitive reprenant, les effectifs pourront être ajustés à la hausse et réduire ainsi le chômage. Mais l’articulation charges-emplois n’est pas aussi automatique et aussi spontanées. En attendant, il faudra toutefois amortir les sureffectifs actuels qui résultent du fait que globalement la production stagne depuis longtemps. Il est clair cependant que cela permettrait quand de retrouver, même avec un décalage temporal, un cercle vertueux.  Le Medef mobilise donc ses troupes, ce lundi 13 janvier à Lille, autour de son opération « 1 million d’emplois créés » contre une baisse massive des charges ». C’est le pacte de confiance que le patronat avait proposé au mois d’octobre au gouvernement et que François Hollande a repris, dans le principe en tous cas, avec son pacte de responsabilité. Mais l’idée d’une transformation mécanique entre baisse du coût du travail et création d’emplois n’est pas si simple, notamment parce que les entreprises françaises ont globalement trop de salariés.  Les entreprises sont ainsi en sureffectif. 250.000 emplois en France auraient dû être détruits depuis 2008. C’est en tout cas ce qu’ont calculé les économistes de l’OFCE. En fait, la baisse de production provoquée par la crise n’a pas été suivie en France d’une baisse proportionnelle des effectifs. Les entreprises n’ont pas ajusté le nombre de leurs salariés. Pour un grand nombre de sociétés, il est parfois plus simple de garder ses équipes, de continuer à les former en attendant la reprise. Selon un économiste, il n’est pas si évident qu’une baisse des charges, même importante, entraîne automatiquement une vague d’embauches. D’abord parce que leur priorité est de restaurer leurs marges et ensuite parce qu’elles sont donc aujourd’hui en capacité de produire plus à effectifs constants. La CGPME s’est d’ailleurs montrée très sceptique à l’égard de l’engagement du Medef de pouvoir créer un million d’emplois. Mais pour l’organisation de Pierre Gattaz le chiffre est certes ambitieux mais possible à atteindre s’il s’accompagne, précise le Medef, d’un environnement règlementaire pro-entreprises.

Charges sociales de la France trop lourdes

Charges sociales de la France trop lourdes

Trop de charges sociales pour toutes les entreprises d’après le patron d’Airbus. Le patron d’Airbus Fabrice Brégier estime que la France a « un problème lié au poids des charges sociales » mais qu’il est encore possible de produire dans le pays en réduisant ses coûts, dans un entretien au journal Les Echos paru lundi.  La France a un « problème spécifique lié au poids des charges sociales » comparé à l’Allemagne où des « entreprises y sont financièrement beaucoup plus saines, dégagent plus de résultats et ont aussi une capacité d’investissement très supérieure à celle des entreprises françaises ». Selon lui, « trop d’entreprises françaises sont en situation de survie et sont contraintes à consacrer toute leur énergie à une gestion à court terme. Ce sont devenus de vrais handicaps structurels ». Pour le patron de l’avionneur européen, l’image de la France « n’est pas bonne, notamment dans les pays anglo-saxons. Pourquoi ? Parce qu’un investisseur étranger veut être certain de pouvoir, sur la durée, maîtriser son investissement et en recueillir les fruits ».   »Pour rester compétitif, Airbus doit apprendre tous les jours à être plus économe. Si nous n’avions pas réduit nos coûts de plus de 3 milliards d’euros depuis 2007, Airbus n’aurait pas été en mesure d’investir dans de nouveaux programmes tels que l’A350. Pour résumer, en acceptant un effort constant, on peut produire en France ».  La France a-t-elle encore le temps pour se réformer ? lui demande-t-on.   »Il faut une prise de conscience. Espérons qu’elle interviendra avant que le pays ne s’enfonce un peu plus dans la crise », répond-il.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol