Archive pour le Tag 'charbon'

Reconversion des centrales à charbon

Reconversion des centrales à charbon  

 

Le gouvernement a l’intention de fermer d’ici à la fin du quinquennat les quatre dernières centrales à charbon exploitées en France, dont deux appartiennent à EDF – à Cordemais (Loire-Atlantique) et au Havre (Seine-Maritime) – et deux à l’allemand Uniper – à Meyreuil (Bouches-du-Rhône) et à Saint-Avold et Carling (Moselle). Le CCE d’EDF défend pour sa part un projet de transformation des unités de production de l’électricien public consistant à substituer progressivement des déchets “verts” au charbon et à capter le CO2 résiduel émis par les centrales. L’instance représentative du personnel précise que les essais réalisés à Cordemais ont permis de faire fonctionner la centrale avec 80% de pellets produits sur place – des granulés fabriqués à partir de déchets verts – et 20% de charbon, et même avec un taux de pellets pouvant atteindre 87%.En complément, une étude préliminaire a conclu à la faisabilité d’un système de captage de CO2 par culture de micro-algues qui pourrait représenter un investissement de 70 millions d’euros et serait amorti sur 13 ans. Au Havre, des essais ont en outre permis de faire fonctionner la centrale avec 7% de “combustibles solides de récupération” issus de la valorisation de déchets. Le CCE estime que les centrales de Cordemais et du Havre – particulièrement sollicitées en périodes de pointes de consommations – pourraient fonctionner 800 heures par an (contre 5.000 heures actuellement) à 80% de pellets dès 2022 et brûler exclusivement des déchets verts autour de 2025-2027.

Fermeture des centrales au charbon au Canada

Fermeture des centrales au charbon au Canada

 

Conséquence de l’engagement réel du Canada vis-à-vis du   climat,  Le gouvernement a décidé de fermer ses dernières centrales au charbon d’ici 2030 . . L’essentiel de l’électricité (61 %) est généré grâce aux barrages hydroélectriques. Seules quatre provinces canadiennes, l’Alberta, la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, abritent encore des centrales à charbon. La ministre de l’Environnement a précisé que le calendrier de fermeture sera assoupli si les provinces concernées trouvent des moyens de compenser les émissions de gaz à effet de serre de ces installations polluantes. Tout juste de retour de la conférence de l’ONU sur le climat à Marrakech (COP22), Catherine McKenna a déclaré ne pas s’inquiéter du fait qu’au sud de la frontière, le président élu des États-Unis, Donald Trump, a, dans un mouvement opposé, promis d’accroître la production de charbon. Le premier ministre Justin Trudeau doit adopter dans trois semaines, avec les dirigeants des provinces, le plan fédéral pour le climat.

 

La taxe carbone sur le charbon contestée

La taxe carbone sur le charbon contestée

 

La taxe carbone contestable sur le plan théorique et aussi contesté pour sa mise en œuvre concernant le charbon. Contrairement au discours fait notamment dans le cadre de la Cop 21 elle pourrait même être abandonnée.  Au printemps, François Hollande avait annoncé l’instauration « unilatérale » de la France d’un « prix plancher du carbone ». Mais la mise en oeuvre d’un prix plancher du carbone pour réduire les émissions de CO2 dans la production d’électricité s’éloigne. Selon plusieurs sources, le gouvernement ne va pas aller, dans le cadre des discussions budgétaires en cours, au bout des annonces faites dans la foulée de la COP21. « La solution envisagée pose des difficultés, c’est compliqué à mettre en oeuvre », indique l’une de ces sources, qui invoque notamment un risque sur la constitutionnalité de la mesure. Une taxe par ailleurs très contestable sur le plan théorique. On sait que lors  de la COP 21 la question de la taxation du carbone a été évacuée notamment sous la pression des pays producteurs d’énergies fossiles. La question se reposera politiquement un jour ou l’autre mais en attendant on peut se poser la question de sa pertinence économique et environnementale. En effet il ne s’agit ni plus ni moins que de mettre une taxe supplémentaire sur la pollution. Est-ce que cette taxe sera ou non de nature à peser sur le choix du consommateur afin de réduire les émissions polluantes. Rien n’est sûr car  tout dépendra de l’offre alternative dont peut disposer le consommateur ; or en l’état actuel des technologiques le choix est relativement réduit. Certes dans les grandes villes, certains voyageurs peuvent faire le choix des transports collectifs mais pas les résidents  en banlieue ou a fortiori dans les zones rurales. L’offre est également très réduite entre les différentes techniques concernant le chauffage ou alors  il convient de procéder à des investissements qui ne sont accessibles qu’aux plus hauts revenus. La plus grosse critique qu’on peut émettre concernant la taxe carbone, c’est son utilisation. En fait il n’est nullement prévu que le produit de cette taxe carbone contribue à la réduction des émissions polluantes, on compte seulement sur son caractère incitatif ; le produit financier sera affecté pour réduire le déficit budgétaire. Autrement dit, il s’agira d’une fiscalité en plus. Contrairement à ce que pensent  certains écolos la taxe carbone n’est pas la martingale qui permet de résoudre la question des émissions polluantes. D’abord cette taxe ne sera pas un niveau suffisamment dissuasif sauf à amputer brutalement le pouvoir des consommateurs ce qui socialement est difficilement envisageable ;  il serait sans doute plus efficace pour la problématique environnementale de combiner une certaine taxation de la pollution avec une un renforcement progressif des normes enfin la marchandisation des couts de la pollution pose une question d’éthique.

Centrales électriques : fin du charbon

Centrales électriques : fin du charbon

-

En apparence une grande décision écologique pourtant, le charbon  ne représente pas grand-chose en France ;  en effet,  la production d’électricité est surtout assurée  par les centrales nucléaires (77 % de l’électricité). En outre, la plupart des quelques centrales à charbon qui subsistent et qui ne fournissent que quelques pour cent de l’électricité aurait dû être mise aux normes. Du coup, on va définitivement tuer la filière charbon en augmentant la redevance carbone. La France pourra donc s’enorgueillir d’avoir des centrales moins polluantes en matière de CO2. Une différence de taille au plan mondial ou le charbon fournit plus de 40 % de l’électricité (44 % par exemple en Allemagne). Une décision écologique qui de fait renforce encore davantage la stratégie du nucléaire. Ségolène Royal a donc sonné la fin prochaine des cinq dernières centrales au charbon de France en adoptant les conclusions d’une mission sur le prix du carbone confiée au président d’Engie Gérard Mestrallet, à l’économiste Alain Granjean et à l’ex-ministre Pascal Canfin. Leur rapport propose de concentrer sur les centrales au charbon la mise en place unilatérale d’un prix plancher national du carbone, annoncée au début de l’année. Ce prix plancher, instauré au 1er janvier 2017, sera d’environ 30 euros la tonne, niveau auquel le gaz, moins émetteur de CO2, et les énergies renouvelables deviennent compétitives par rapport au charbon, confirme le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. « Je retiens la proposition de la mission de le concentrer sur les centrales à charbon de sorte que le gain environnemental soit significatif, tout en préservant la sécurité du système électrique », a expliqué lundi Ségolène Royal. La mise en place d’un prix plancher permettra à la France d’attendre l’instauration au niveau européen d’un « corridor de prix du carbone », un peu sur le modèle du « serpent monétaire », qui limitait la volatilité des changes avant l’euro. La mission Mestrallet-Granjean-Canfin propose de borner ce corridor par un prix plancher de 20 à 30 euros la tonne en 2020 et d’un prix plafond de 50 euros. Cela permettrait de ne pas mettre sur le marché des quotas d’émission de CO2 si le prix minimum n’est pas atteint lors des enchères. Prix plancher et plafond seraient augmentés chaque année de 5 à 10% pour que le prix minimum atteigne 50 euros en 2030. L’objectif est de permettre à la France et à l’Union européenne de respecter leurs engagements en matière de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. La ministre de l’Environnement estime à près d’un milliard d’euros par an, au lieu de 315 millions en 2015, les revenus que pourrait percevoir la France grâce aux ventes aux enchères de quotas d’émission avec un prix du carbone européen d’au moins 20 euros par tonne.

(Avec Reuters)

Chine : très fort recul du charbon et de l’acier

Chine : très fort recul du charbon et de l’acier

 

L’annonce de la Chine de réduire de manière assez drastique sa production d’acier brut et de charbon confirme le net tassement de la croissance officiellement encore mesurée entre 6 et 7 % mais qui dans la réalité pourrait bien être inférieure. Bien qu’il soit difficile de tenir des statistiques précises, la consommation d’acier, et de charbon (aussi de ciment) doit être de l’ordre de 50 % de la consommation mondiale. Pour satisfaire son appétit, la Chine a soutenu ses producteurs. De 32 millions de tonnes en 1978, les volumes d’acier sont passés à 823 millions de tonnes en 2014.or  La Chine va réduire de 100 à 150 millions de tonnes ses capacités de production d’acier brut et aussi celles des mines de charbon « dans une large mesure » face à un marché saturé, a annoncé le gouvernement chinois dimanche.  La production d’acier brut chinoise a déjà diminué de 2,3% à 803,8 millions de tonnes en 2015, son premier recul en plus de trente ans, accompagnant un ralentissement de l’économie du premier producteur mondial. Le nouveau recul annoncé en 2016 correspondrait à une nouvelle diminution de l’ordre de 12 à 15 % témoignant ainsi de la surproduction et d’un net tassement de la croissance. Pour l’acier, la surproduction provient notamment d du recul de la demande internationale tout autant que de la baisse de la demande interne. Du coup les chiffres annoncés pour les matières premières confirmeraient une baisse de croissance chinoise très en dessous des chiffres officiels annoncés. Il se pourrait même que la Chine approche sérieusement de la croissance zéro. Si ces chiffres étaient vérifiés et confirmés il est vraisemblable que le choc pourrait sérieusement secouer l’économie mondiale en 2016. Ce qui est certain en tout cas c’est que la Chine s’engage vraisemblablement pour plusieurs années dans ce qu’on peut considérer pour ce pays comme une croissance molle.

COP 21- la Chine a truqué ses émissions dues au charbon !

 

COP 21- la Chine a truqué ses émissions dues au charbon !

 

Voilà qui remet sérieusement en cause l’accord obtenu des chinois par Hollnde pour réduire les émissions polluantes. La chine responsable d’environ 25% de l’émission polluante et dont la production d’électricité repose à 70% sur le charbon. De toute manière, on connaît le caractère très « politique » de toutes les statistiques chinoises. La Chine a donc massivement sous-évalué, pendant plus d’une décennie, sa consommation de charbon et a brûlé ces dernières années des centaines de millions de tonnes de plus qu’initialement annoncé, selon une vaste révision de chiffres gouvernementaux –ce qui pourrait compliquer la donne pour la COP21. Ces nouvelles données du (BNS), sur lesquelles le New York Times a attiré l’attention, suggèrent donc que les émissions de gaz à effet de serre du pays dépassent ce qu’on pensait jusqu’alors. L’ampleur de la correction donne le vertige: un recueil officiel des statistiques gouvernementales publié l’an dernier indiquait que la Chine avait consommé 3,53 milliards de tonnes de charbon en 2012. Mais la version actualisée de ce recueil, consultée par l’AFP, fait désormais état d’une consommation de 4,12 milliards de tonnes pour la même année –soit quasiment 600 tonnes de plus, une révision de 17%. Les chiffres officiels jusqu’à l’an 2000 ont été modifiés, même si les plus grosses divergences concernent ces dernières années. Cette correction fait l’effet d’un pavé dans la mare à quelques semaines de la conférence de sur le climat (COP21).

 

COP 21-Alstom et EDF : une centrale à charbon à Dubaï !

COP 21-Alstom et EDF : une centrale à charbon à Dubaï !

Une annonce qui faiat désordre à quelques semaines de COP 21. . Mercredi, Ségolène Royal, ministre de l’Énergie, dévoilait ainsi en avant-première sur BFM TV qu’Engie (ex-GDF Suez) ne construirait plus de nouvelles centrales à charbon. La veille, Alstom officialisait par communiqué avoir gagné le contrat de construction d’une centrale à charbon ultra-supercritique à Dubaï. Un méga-deal salué par les autorités locales : « Ces sociétés feront partie de la success story de Dubaï, l’Émirat aux ambitions sans limites. » Et une démarche pleinement assumée par la filiale de production et distribution d’électricité d’Alstom. Vendredi, un porte-parole du groupe précisait au JDD les contours de l’opération : « Nous serons le fournisseur exclusif du consortium qui a gagné l’appel d’offres sur le projet Hassyan. » D’une capacité de 1.200 mégawatts, la centrale devrait être opérationnelle en mars 2021. Un autre fournisseur français qui, lui, n’a pas « souhaité commenter » est dans la boucle : EDF Trading. La filiale de négoce de l’électricien sera chargée d’acheter et d’acheminer le minerai jusqu’à la centrale.  Les annonces des opérateurs français traduisent des stratégies radicalement différentes quand à leur mix énergétique. « Nous sommes leader sur le charbon propre à travers nos technologies de centrales ultra-supercritiques ou dotées de systèmes de captage et stockage de CO2. Nous voulons offrir à nos clients les possibilités les plus larges et les plus performantes, du fossile au renouvelable », indique-t-on chez Alstom, où l’activité charbon représente 5% du chiffre d’affaires et occupe un millier de salariés. Détenu à 33% par l’État, Engie, dont un tiers de l’activité de production d’électricité provient de centrales à charbon, a fait le pari du gaz et des énergies renouvelables pour l’avenir. Une feuille de route dictée par un prix du carbone suffisamment élevé à terme pour dissuader les opérateurs de poursuivre des activités fortement émettrices de CO2, comme les centrales à charbon.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol