Archive pour le Tag 'Champagne'

Ventes de champagne : en baisse

Ventes de champagne : en baisse

 

 

Plusieurs facteurs explicatifs peuvent permettre de comprendre la baisse des ventes de champagne en volume. Une partie des explications se trouve dans le fait que si le nombre de bouteilles vendues a diminué, (de l’ordre de 2 %, 300 millions de bouteilles vendues en 2018), le chiffre d’affaires lui n’a pas trop souffert, il a même augmenté de 0,3 %. Pour parler clair, le prix a compensé les volumes. Justement un élément qui permet de comprendre le déclin, à savoir : le prix. Un prix excessif et supérieur de deux à trois fois au moins le prix d’autres appellations utilisant la méthode champenoise et dont  la qualité n’est pas inférieur au champagne. Désormais presque toutes les appellations françaises produisent aussi du vin champagnisé sans parler des autres nombreuses concurrencent en provenance de l’étranger. Il est évident que le prix du champagne est excessif et qu’une partie correspond à une consommation de prestige. Or on assiste aussi un phénomène de déconsommation un peu partout dans les pays développés. Une déconsommation qui remet en cause ou en tout cas interroge sur le bien-fondé de produits jugés inutiles ou dont  le prix est excessif. Il faut aussi observer que certains champagnes sont vraiment de médiocres qualités et ne valent pas les vins champagnisés d’autres appellations. Pour terminer il faut aussi prendre en compte une conjoncture internationale moins favorable en 2018 qu’en 2017. “La baisse en volume devient un peu inquiétante, le recul en France et au Royaume-Uni n’étant pas compensé par la hausse du grand export (hors Union européenne-NDLR)”, a déclaré à Reuters Jean-Marie Barillère, coprésident du CIVC. Pour la première fois depuis cent ans, les volumes vendus en France ont été inférieurs à ceux commercialisés à l’exportation.

La France privée de Champagne !

La France privée de Champagne !  

Prix excessif, crise du pouvoir d’achat, morosité, surtout concurrence produits équivalents  autant d’éléments qui expliquent les baisses de vente du champagne en France et en Europe.  Les exportations hors de l’Europe pourraient sauver un marché largement impacté par la crise. La France, mais aussi le Royaume-Uni, semblent en effet plus réticents à acheter une boisson très appréciée par les Japonais.   La coupe semble pleine pour les consommateurs européens. Plombées par une conjoncture toujours déprimée sur le continent, les ventes de champagne devraient reculer en volume, et ainsi accuser une deuxième année consécutive de baisse en 2013. Et il n’est pas certain que la hausse du prix de vente moyen puisse compenser la baisse des volumes. Le marché pourrait même être en légère baisse en valeur, par rapport aux 4,39 milliards d’euros réalisés en 2012. Après un recul de 4,4% l’an dernier, les expéditions sont en effet attendues en baisse de 3% à 4%, aux environs de 300 millions de bouteilles, selon plusieurs sources industrielles interrogées par l’agence Reuters. Au Royaume-Uni, le champagne fait face à la concurrence   La morosité de la consommation en France, premier marché du champagne avec 51,4% des volumes vendus, continue de peser lourdement. Fin octobre, les volumes étaient ainsi en chute de plus de 6%. La baisse était plus limitée en Europe (-2,6% à la fin octobre) mais le marché britannique, premier marché d’exportation avec plus de 10% des volumes écoulés, reste très compétitif et mal orienté, aux dires des professionnels. Avec une part importante vendue dans le circuit de la  grande distribution britannique (38,5% des volumes), le champagne y subit en effet la concurrence des vins effervescents venus d’Espagne (Cava) ou d’Italie (Prosecco), vendus deux à trois fois moins chers.    A l’inverse, le « grand export » (hors Union Européenne) devrait battre ses records de 2012, grâce à la hausse des volumes et un « mix » plus favorable. La clientèle est en effet friande de rosés, de cuvées spéciales et de vins millésimés, vendus nettement plus chers que les « brut » sans année. Si la tendance semble mitigée aux Etats-Unis, deuxième marché à l’export après le Royaume-Uni, les Champenois anticipent de très solides performances au Japon. Dopé par la reprise de son économie, le pays s’est hissé l’an dernier au quatrième rang des pays importateurs et ses consommateurs ont la réputation d’être avertis et sophistiqués.  L’Australie, où les ventes ont explosé l’an dernier (+11%), devrait poursuivre sur sa lancée, tandis que certains pays d’Afrique comme le Nigeria devraient eux aussi se révéler porteurs. En Chine, où le marché a doublé de taille en 2012, les ventes restent reste encore embryonnaires (2 millions de bouteilles l’an dernier). Cantonné aux villes de Pékin et Shanghai, le champagne reste largement méconnu et son développement devrait encore prendre du temps.

Champagne: baisse des ventes en France,

Champagne: baisse des ventes en France,

Selon les chiffres du premier semestre 2013 publiés, jeudi 14 août, par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), les expéditions du précieux alcool ont reculé de 3,1%. « Les ventes de champagne reflètent assez bien le rythme économique de la France et de l’Europe (qui viennent à peine de sortir de la récession, ndlr) mais cette baisse est amortie par une progression continue des expéditions vers le grand export », a expliqué à l’AFP Thibaut le Mailloux, porte-parole du CIVC. En effet, pour les six premiers mois de l’année 2013, le volume des ventes de champagne a baissé de 7,1% dans les pays de l’Union Européenne et de 5,1% en France, par rapport au premier semestre 2012. En revanche, les expéditions dans les pays tiers (hors UE), qui représentent 20% des ventes totales, ont bondi de 6,8%, limitant ainsi la baisse générale. récolte de 3 millions d’hectolitres  « Le grand export continue à croître à des taux rassurants, d’autant que ces pays sont amateurs de cuvées de prestige fortes en valeur, ce qui devrait nous permettre de conserver un bon chiffre d’affaires », a poursuivi Thibaut le Mailloux. « L’inquiétude n’est pas de mise, nous restons dans des volumes de plus de 300 millions de bouteilles ce qui constitue une performance proche des niveaux historiques », a-t-il ajouté. Ce qui est d’autant plus important que la récolte à venir est prometteuse. Selon les chiffres publiés par le ministère de l’Agriculture. La production va augmenter de 56%, cette année, en raison de conditions climatiques plus favorables qu’en 2012. Le ministère s’attend ainsi à une production de 3,1 millions d’hectolitres pour 2013, contre seulement 1,9 million produit en 2012. Mais pour les consommateurs, le prix du champagne ne diminuera pas pour autant. Les producteurs se sont mis d’accord pour qu’un éventuel surplus de production soit utilisé pour compléter les anciennes réserves millésimées au lieu d’être mis en bouteille.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol