Archive pour le Tag 'CFDT'

Page 5 sur 5

Chérèque (CFDT) : Montebourg fait du bluff avec Mittal

Chérèque (CFDT) : Montebourg fait du bluff avec Mittal

Réaliste, Chérèque estime qu’il est inutile de menacer Mittal France (plus de 20 000 salariés ) quand on n’a pas les moyens de reprendre toute la filière. Que Montebourg s’occupe de Florange, c’est ce qu’on lui demande. Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a donc estimé qu’Arnaud Montebourg avait fait « un pas de trop » en souhaitant le départ d’ArcelorMittal de France. Le bras de fer entre la France et le groupe sidérurgique sur le sort des hauts-fourneaux de Florange, en Moselle, s’est durci ces derniers jours, notamment après des déclarations du ministre du Redressement productif.  François Chérèque salue la volonté du gouvernement et du président François Hollande de faire pression sur Mittal pour régler le problème de Florange, il juge en revanche « inutile » et « inopportune » la déclaration d’Arnaud Montebourg.   »Quand on a 23.000 salariés (en cause) et qu’on n’a pas les moyens de reprendre toute la branche, c’est une erreur », a-t-il déclaré en marge d’une assemblée générale des cadres de la CFDT. « C’est toujours Montebourg, c’est toujours un pas de trop. » Il estime que les déclarations du ministre sont susceptibles de mettre en difficulté l’ensemble des salariés de Mittal en France ou au moins de lui faire peur. « M. Montebourg, on lui demande de s’occuper de Florange et pas de l’ensemble d’Arcelor », a-t-il ajouté.

 

Conflits sociaux à prévoir, en cause les salaires

Conflits sociaux à prévoir, en cause les salaires

 

La politique salariale de l’Etat se dessine ; ainsi à la SNCF on propose 0.5% pour 2012 alors que l’inflation sera de l’ordre de 2%. La CFDT a lancé une prévis de grève, ailleurs la CGT, FO prépare des actions (préavis CGT aussi à Air France). En fait, c’est sans doute ce qui va aussi être proposé aux fonctionnaires et assimilés ainsi qu’aux retraités (pourtant dont les revenus doivent être indexés). Le compte n’y est pas. D’autant que la fiscalité va sérieusement entamer le pouvoir d’achat par ailleurs. On comprend évidemment que le gouvernement serre la vis sur le plan financier puisque l’endettement ne cesse de croître. Pour autant cette réduction du pouvoir d’achat va lourdement peser sur la consommation intérieure, moteur principal de la croissance (déjà 6% de consommation d’essence en moins, mois d’achat de fruits et de légumes, par contre hausse de la vente de pommes de terre !, recherche des produits « moins chers » partout). S’y ajoute la fiscalité locale qui flambe ;  et ce n’est pas fini compte tenu de l’état des finances locales. L’été a été chaud, les mois à venir également. Les syndicats, assez timides jusque là,  presque tous culturellement à gauche,  ne pourront longtemps cautionner cette politique d’austérité nuisible socialement mais surtout nuisible sur le pan économique car l’enjeu c’est la croissance et l’emploi.

 

Loi rachat des entreprises : Chérèque, CFDT, menace de quitter les négociations

Loi rachat des entreprises : Chérèque, CFDT,  menace de quitter les négociations

Comme d’habitude le PS tient les syndicats pour partie négligeable ; Le PS veut faire adopter la loi sur le rachat des entreprises avant même que soit terminée la négociation sur la sécurisation du marché du travail. Le numéro un de la CFDT, François Chérèque, a menacé dimanche de quitter la table de la négociation syndicats-patronat sur la réforme du marché du travail si la loi sur le rachat de sites viables était débattue à l’Assemblée avant le terme des discussions, prévu pour la fin de l’année. « Je tiens à mettre le gouvernement et les députés en garde », a prévenu le leader cédétiste lors de l’émission « Le grand jury RTL-Le Figaro-LCI. « Si les députés commencent à débattre une loi, la CFDT se retirera sur le champ de la négociation, et la négociation +historique+ du Président de la République, ce sera un échec historique », a-t-il lancé. « On a une feuille de route », qui guide la grande négociation syndicats-patronat sur la « sécurisation de l’emploi », « et là, d’un seul coup, M. Montebourg dit à Florange je vais déposer une loi la semaine prochaine », s’est étonné M. Chérèque, qui se dit par ailleurs favorable au « principe » d’une telle loi. « J’ai téléphoné tout de suite au Premier ministre », et « il s’est engagé à ce que cette loi ne soit pas débattue à l’Assemblée nationale avant la fin de la négociation », a-t-il dit. Arnaud Montebourg avait promis vendredi l’adoption avant « trois mois » de la loi obligeant un industriel à céder une usine rentable, notamment pour limiter les licenciements, thème central de la négociation sur la sécurisation de l’emploi. Interrogé sur ce qu’il attendait de cette grande négociation, voulue par le gouvernement, le chef de l’organisation syndicale a été ferme. « J’ai envie de faire passer un message au patronat: s’il pense que la CFDT va tout accepter c’est non. Notre rôle c’est de protéger les salariés », a-t-il lancé. « Il est faux de dire qu’il n’y a pas assez de flexibilité, il y a une flexibilité à outrance. J’attends que cette flexibilité recule et que les entreprises qui abusent paient plus cher », a-t-il poursuivi. François Chérèque a ensuite évoqué la proposition de la CFDT « de faire en sorte que les cotisations sociales, en particulier l’assurance chômage, puissent baisser en fonction de la durée, qu’elles soient plus chères quand le contrat est court ». « Laurence Parisot a dit +je ne veux pas entendre parler de ça dans la négociation+, je pense qu’elle ferait bien d’y réfléchir à deux fois », a-t-il prévenu. Syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) et patronat (Medef, CGPME, UPA) se réunissent jeudi pour entrer dans le vif du sujet, avec pour objectif d’arriver à s’entendre d’ici la fin de l’année sur la réforme du marché du travail, devant concilier protection des salariés et souplesse pour les entreprises.

 

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol