Archive pour le Tag 'cessez le feu'

Gaza : un cessez-le-feu hypothétique d’inspiration américaine

Gaza : un cessez-le-feu hypothétique d’inspiration américaine

Biden déclare qu’une proposition de cessez le feu a été faite par Israël. Mais l’inspiration semble américaine et c’est Biden lui-même qui en a annoncé les détails. Une initiative relativement bien accueillie par les différentes parties et au plan international…. Mais avec des contradictions côté Hamas et Israël. 

Dans une allocution depuis la Maison-Blanche, le président américain a déclaré que la proposition d’Israël comprenait le retrait de toutes ses forces du territoire palestinien pour six semaines, un cessez-le-feu complet, et la libération de tous les otages. Joe Biden a également exhorté le Hamas à «accepter l’accord». Israël répète toutefois que la guerre «ne cessera pas» sans l’anéantissement militaire du Hamas.

Le mouvement terroriste palestinien Hamas a jugé «positive» la nouvelle proposition des États-Unis, a-t-il communiqué. «Le Hamas considère positivement ce qui a été inclus aujourd’hui dans le discours du président américain Joe Biden aujourd’hui quant à un cessez-le-feu permanent, le retrait des forces israéliennes de Gaza, la reconstruction et l’échange de prisonniers», a indiqué le mouvement islamiste palestinien dans ce communiqué.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué vendredi la feuille de route israélienne «réaliste» pour un cessez-le-feu à Gaza présentée par le président Joe Biden, estimant qu’elle offrait «une réelle opportunité» de mettre fin à la guerre.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a promu vendredi la nouvelle feuille de route sur Gaza dévoilée par Joe Biden en vue d’un cessez-le-feu lors d’appels avec ses homologues de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et de la Turquie.

Israël-Hamas : un cessez-le-feu hypothétique d’inspiration américaine

 Israël-Hamas : un cessez-le-feu Hypothétique d’inspiration américaine

Biden déclare qu’une proposition de cessez le feu a été faite par Israël. Mais l’inspiration semble américaine et c’est Biden lui-même qui en a annoncé les détails. Une initiative relativement bien accueillie par les différentes parties et au plan international…. Mais avec des contradictions côté Hamas et Israël. 

Dans une allocution depuis la Maison-Blanche, le président américain a déclaré que la proposition d’Israël comprenait le retrait de toutes ses forces du territoire palestinien pour six semaines, un cessez-le-feu complet, et la libération de tous les otages. Joe Biden a également exhorté le Hamas à «accepter l’accord». Israël répète toutefois que la guerre «ne cessera pas» sans l’anéantissement militaire du Hamas.

Le mouvement terroriste palestinien Hamas a jugé «positive» la nouvelle proposition des États-Unis, a-t-il communiqué. «Le Hamas considère positivement ce qui a été inclus aujourd’hui dans le discours du président américain Joe Biden aujourd’hui quant à un cessez-le-feu permanent, le retrait des forces israéliennes de Gaza, la reconstruction et l’échange de prisonniers», a indiqué le mouvement islamiste palestinien dans ce communiqué.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué vendredi la feuille de route israélienne «réaliste» pour un cessez-le-feu à Gaza présentée par le président Joe Biden, estimant qu’elle offrait «une réelle opportunité» de mettre fin à la guerre.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a promu vendredi la nouvelle feuille de route sur Gaza dévoilée par Joe Biden en vue d’un cessez-le-feu lors d’appels avec ses homologues de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et de la Turquie.

Israël-Hamas : un cessez-le-feu d’inspiration américaine

 Israël-Hamas : un cessez-le-feu d’inspiration américaine

Biden déclare qu’une proposition de cesseyr le feu a été faite par Israël. Mais l’inspiration semble américaine et c’est Biden lui-même qui en a annoncé les détails. Une initiative relativement bien accueillie par les différentes parties et au plan international.

Dans une allocution depuis la Maison-Blanche, le président américain a déclaré que la proposition d’Israël comprenait le retrait de toutes ses forces du territoire palestinien pour six semaines, un cessez-le-feu complet, et la libération de tous les otages. Joe Biden a également exhorté le Hamas à «accepter l’accord». Israël répète toutefois que la guerre «ne cessera pas» sans l’anéantissement militaire du Hamas.

Le mouvement terroriste palestinien Hamas a jugé «positive» la nouvelle proposition des États-Unis, a-t-il communiqué. «Le Hamas considère positivement ce qui a été inclus aujourd’hui dans le discours du président américain Joe Biden aujourd’hui quant à un cessez-le-feu permanent, le retrait des forces israéliennes de Gaza, la reconstruction et l’échange de prisonniers», a indiqué le mouvement islamiste palestinien dans ce communiqué.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué vendredi la feuille de route israélienne «réaliste» pour un cessez-le-feu à Gaza présentée par le président Joe Biden, estimant qu’elle offrait «une réelle opportunité» de mettre fin à la guerre.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a promu vendredi la nouvelle feuille de route sur Gaza dévoilée par Joe Biden en vue d’un cessez-le-feu lors d’appels avec ses homologues de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et de la Turquie.

Cessez-le-feu improbable à Gaza

Cessez-le-feu improbable à Gaza 

En dépit des propos de Biden  qui estime qu’un cessez-le-feu à Gaza est possible avec la libération de touts les otages, il paraît assez hypothétique qu’un cessez-le-feu intervienne rapidement. Pour l’instant, les négociations internationales ont échoué. En cause des exigences de chacune des parties incompatibles. Surtout la volonté des uns et des autres de poursuivre le conflit.

Le président américain Joe Biden a estimé samedi qu’un cessez-le-feu était possible «demain» dans la guerre entre Israël et le Hamas si le groupe palestinien relâchait les otages. «Il y aurait un cessez-le-feu demain si le Hamas relâchait les otages», a assuré Joe Biden lors d’une réception de collecte de fonds près de Seattle, au nord-ouest des Etats-Unis, au domicile d’un ancien responsable de Microsoft, après avoir évité le sujet dans des circonstances similaires vendredi.

«Nous appelons les autorités israéliennes à cesser cette opération militaire sans délai et à reprendre la voie des négociations, seule voie possible pour conduire à la libération immédiate des otages et obtenir un cessez-le-feu durable», a indiqué le Quai d’Orsay à propos de la situation à Rafah«Une telle opération menace de provoquer une situation catastrophique pour les populations civiles de Gaza, déjà déplacées à de multiples reprises», poursuit le communiqué de la diplomatie française.

Gaza : la France, la Jordanie et l’Égypte appellent à un cessez-le-feu

Gaza : la France, la Jordanie et l’Égypte appellent à un cessez-le-feu

Les présidents français Emmanuel Macron, égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi de Jordanie Abdallah II ont appelé, lundi 8 avril, à un cessez-le-feu « immédiat » et une libération de « tous les otages » à Gaza et mis en garde Israël contre les « conséquences dangereuses » d’une offensive à Rafah. Cette dernière « ne fera qu’accroître les pertes humaines et les souffrances, aggraver le risque et les conséquences d’un déplacement forcé massif de la population de Gaza et entraîner une menace d’escalade dans la région », écrivent-ils dans une tribune parue dans quatre quotidiens dont Le Monde« La guerre à Gaza et les souffrances humaines catastrophiques qu’elle entraîne doivent cesser immédiatement », ajoutent-ils.

Ils réclament aussi une « augmentation massive de la fourniture et de la distribution de l’aide humanitaire » à Gaza, de « toute urgence ».  »Les Palestiniens de Gaza ne sont plus seulement exposés à un risque de famine ; celle-ci s’installe déjà », assènent-ils. Emmanuel Macron, Abel Fattah al-Sissi et Abdallah II souhaitent également faire aboutir « la solution des deux Etats ».  »Nous demandons instamment qu’il soit mis fin à toutes les mesures unilatérales, notamment les activités de colonisation et la confiscation de terres. Nous exhortons également Israël à empêcher la violence des colons », écrivent les chefs d’Etat.

Politique Israël-Hamas: «cessez-le-feu immédiat» ?

Politique  Israël-Hamas: «cessez-le-feu immédiat» ?

Encore un nouveau texte sera soumis un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Un texte qui succède à d’autres. Les Etats-Unis ont soumis une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU afin d’aboutir à une trêve, une option que Washington avait écarté jusqu’alors. 
Les Etats-Unis ont soumis, vendredi 22 mars, un projet de résolution à l’ONU pour un « cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza. Le texte a été rejeté par le Conseil de sécurité des Nations unies, mais il marquait un tournant . En effet  les Etats-Unis s’étaient opposés à trois reprises aux résolutions appelant à un arrêt des combats.Un mois plus tard, les Etats-Unis ont donc déposé leur propre texte devant le Conseil de sécurité de l’ONU. La résolution américaine, consultée par l’AFP, souligne « la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et durable pour protéger les civils de tous côtés, permettre la fourniture de l’aide humanitaire essentielle (…) et dans cette optique, soutient sans équivoque les efforts diplomatiques internationaux pour parvenir à un tel cessez-le-feu en lien avec la libération des otages encore détenus ». Mais elle a notamment été rejetée par la Russie et la Chine.

 

 

Guerre Israël-Hamas: un «cessez-le-feu immédiat» qui traîne?

Guerre Israël-Hamas: «cessez-le-feu immédiat» ?

Encore un nouveau texte sera soumis un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Un texte qui succède à d’autres. Les Etats-Unis ont soumis une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU afin d’aboutir à une trêve, une option que Washington avait écarté jusqu’alors.Les Etats-Unis ont soumis, vendredi 22 mars, un projet de résolution à l’ONU pour un « cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza. Le texte a été rejeté par le Conseil de sécurité des Nations unies, mais il marquait un tournant . En effet  les Etats-Unis s’étaient opposés à trois reprises aux résolutions appelant à un arrêt des combats.

Un mois plus tard, les Etats-Unis ont donc déposé leur propre texte devant le Conseil de sécurité de l’ONU. La résolution américaine, consultée par l’AFP, souligne « la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et durable pour protéger les civils de tous côtés, permettre la fourniture de l’aide humanitaire essentielle (…) et dans cette optique, soutient sans équivoque les efforts diplomatiques internationaux pour parvenir à un tel cessez-le-feu en lien avec la libération des otages encore détenus ». Mais elle a notamment été rejetée par la Russie et la Chine.

Un nouveau projet de résolution devrait être décidée aujourd’hui

 

 

Appel un cessez-le-feu immédiat à Gaza : Macron rétropédale encore

Appel un cessez-le-feu immédiat à Gaza : Macron rétropédale encore

La prise de position de Macron diffusée dans la presse britannique vendredi aura beaucoup surpris dans le monde diplomatique. Cela signifie en effet la fin des combats à Gaza et au-delà à terme le retrait des forces israéliennes. Une position d’autant plus curieuse que Macron dès le début du conflit avait au contraire proposé une alliance guerrière de tous les pays volontaires contre le hamas. Progressivement, il a changé sa position en hésitant presque chaque jour au point d’ailleurs de s’interroger presque quotidiennement la semaine dernière sur sa participation ou non à la grande marche contre l’antisémitisme en France.

Finalement, il s’est encore trompé car cette marche a été un succès et son absence a été remarquée voir critiquée. Cela d’autant plus que son interview à la presse britannique était de nature à entretenir la plus grande confusion sur la position de la France.

Pour preuve d’ailleurs, le chancelier allemand a cru bon de prendre nettement position contre ce cessez-le-feu immédiat tout en souhaitant des couloirs humanitaires.

Preuve encore de la confusion créée par la déclaration de Macron à la presse britannique l’Élysée a cru bon de clarifier ce faux pas. Le chef d’État israélien a indiqué avoir reçu un appel du président français afin de préciser ses propos exhortant «Israël à cesser» les bombardements tuant des civils à Gaza, en référence à une interview à la BBC diffusée vendredi.

Le président français Emmanuel Macron a dit, dans un entretien avec son homologue israélien, qu’il n’«accusait pas Israël de porter atteinte intentionnellement aux civils» à Gaza, en référence à des propos tenus lors d’une interview à la BBC, a indiqué dimanche la présidence israélienne. Le chef d’État israélien Isaac Herzog a salué cet entretien téléphonique qui a permis à Emmanuel Macron de «clarifier» ses propos, selon un communiqué des services du président israélien.

«Le président Macron aurait maintenant clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention d’accuser Israël de porter atteinte intentionnellement aux civils innocents dans le cadre de la campagne contre l’organisation terroriste Hamas», a indiqué la présidence israélienne.

«Il a également souligné qu’il soutenait sans équivoque le droit et le devoir d’Israël à se défendre et a exprimé son soutien à la guerre menée par Israël contre le Hamas», selon la même source. Les propos d’Emmanuel Macron «ont causé beaucoup de confusion dans les chancelleries

Manifs samedi des Insoumis pour un cessez-le-feu à Gaza : quelques milliers de manifestants seulement

Manifs samedi des Insoumis pour un cessez-le-feu à Gaza : quelques milliers de manifestants seulement

A
à l’initiative des Insoumis et de Mélenchon, une manifestation à Paris a réuni seulement quelques milliers de manifestants contre la guerre entre Israël et le Hamas. Une initiative des Insoumis appuyer par d’autres organisations gauchistes.

Une initiative qui évidemment peut se comprendre si elle ne met pas tout dans le même sac et reconnaît la responsabilité première du Hamas vis-à-vis des massacres commis en Israël. Des violences qui pour autant ne justifient pas d’autres violences contre des civils palestiniens.

Reste qu’une manifestation réduite à l’appel des Insoumis et de quelques gauchistes ne suffit pas à créer le soutien à la hauteur de l’enjeu. D’une certaine manière, l’isolement des Insoumis mêmes appuyé par quelques organisations gauchistes dessert la cause en montrant le faible soutien de la France.

Une manifestation bien sûr avec un objectif politique à savoir se distinguer de la grande marche contre l’antisémitisme de dimanche. Objectif encore raté et qui va contribuer au processus de suicide de Mélenchon.

A Paris, plusieurs milliers de manifestants « contre la guerre » entre Israël et le Hamas, à la veille de la grande marche contre l’antisémitisme.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, samedi 11 novembre à Paris, pour demander un cessez-le-feu à Gaza à l’appel de plusieurs mouvements de gauche et de La France insoumise.

Des cortèges ont défilé à Rennes, à Nice et à Paris où une « marche contre la guerre » était organisée à l’appel d’un collectif d’ONG, de mouvements de gauche et de La France insoumise entre la place de la République et la place de la Nation.

Contrairement à Macron, Olaf Scholz contre un cessez-le-feu «immédiat»

Contrairement à Macron, Olaf Scholz contre un cessez-le-feu «immédiat»


L’Allemagne a sans doute encore été surprise par les changements brutaux de stratégie diplomatique de Macron. Ce dernier a évolué entre des positions extrêmes. Il a d’abord voulu une alliance internationale contre le Hamas, alliance de guerre nécessairement. Progressivement devant les protestations tant dans les pays occidentaux que dans les pays musulmans, il a changé de position pour vendredi se prononcer dans la presse britannique pour un cessez-le-feu immédiat. Sur la tendance Macron pourrait bien se rallier au retrait des troupes d’Israël à Gaza.

Ces changements de direction politique ont encore surpris en Europe et particulièrement en Allemagne. Et pour contrebalancer la curieuse prise de position de Macron, le chancelier allemand a pris le risque, lui, de s’opposer à ce cessez-le-feu immédiat tout en soutenant la proposition de couloirs et de poses humanitaires.

Le chancelier allemand s’est donc dit dimanche opposé à un cessez-le-feu «immédiat» dans la bande de Gaza, alors que les appels en ce sens se multiplient dans le monde à la suite des bombardements de l’armée israélienne.

S’INSCRIRE
«J’admets volontiers que je ne pense pas que les appels à un cessez-le-feu immédiat ou à une longue pause – ce qui reviendrait quasiment au même – soient justes, car cela signifierait au bout du compte qu’Israël laisse au Hamas la possibilité de récupérer et de se procurer de nouveaux missiles», a déclaré Olaf Scholz lors d’un débat organisé par un quotidien régional allemand, Heilbronner Stimme. Il a en revanche plaidé pour des «pauses humanitaires».

Le chancelier allemand prend le contrepied de nombreux pays arabes et du président turc, qu’il doit recevoir la semaine prochaine à Berlin.

Recep Tayyip Erdogan a jugé dimanche «vital pour nous d’obtenir un cessez-le-feu» et exhorté «l’Occident» à faire pression en ce sens sur Israël. Olaf Scholz se démarque aussi d’Emmanuel Macron, qui a exhorté vendredi Israël à mettre fin à ses bombardements pour épargner les civils à Gaza et qui entend «œuvrer» en vue d’un cessez-le-feu pour «protéger tous les civils qui n’ont rien à voir avec les terroristes».

.

Manifs pour un cessez-le-feu à Gaza : quelques milliers de manifestants seulement

Manifs pour un cessez-le-feu à Gaza : quelques milliers de manifestants seulement

A
à l’initiative des Insoumis et de Mélenchon, une manifestation à Paris a réuni seulement quelques milliers de manifestants contre la guerre entre Israël et le Hamas. Une initiative des Insoumis appuyer par d’autres organisations gauchistes.

Une initiative qui évidemment peut se comprendre si elle ne met pas tout dans le même sac et reconnaît la responsabilité première du Hamas vis-à-vis des massacres commis en Israël. Des violences qui pour autant ne justifient pas d’autres violences contre des civils palestiniens.

Reste qu’une manifestation réduite à l’appel des Insoumis et de quelques gauchistes ne suffit pas à créer le soutien à la hauteur de l’enjeu. D’une certaine manière, l’isolement des Insoumis mêmes appuyé par quelques organisations gauchistes dessert la cause en montrant le faible soutien de la France.

Une manifestation bien sûr avec un objectif politique à savoir se distinguer de la grande marche contre l’antisémitisme de dimanche. Objectif encore raté et qui va contribuer au processus de suicide de Mélenchon.

A Paris, plusieurs milliers de manifestants « contre la guerre » entre Israël et le Hamas, à la veille de la grande marche contre l’antisémitisme.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, samedi 11 novembre à Paris, pour demander un cessez-le-feu à Gaza à l’appel de plusieurs mouvements de gauche et de La France insoumise.

Des cortèges ont défilé à Rennes, à Nice et à Paris où une « marche contre la guerre » était organisée à l’appel d’un collectif d’ONG, de mouvements de gauche et de La France insoumise entre la place de la République et la place de la Nation.

Gaza : « Pas de cessez-le-feu sans libération des otages israéliens»

Gaza : « Pas de cessez-le-feu sans libération des otages israéliens»


Le Hamas se fait subir le supplice chinois au victimes enlevées et à leur famille en les libérant un par un. Pour l’instant quelques otages occidentaux. Des otages qui servent de parapluie et de monnaie d’échange pour la suite. À Israël refuse cette libération au compte-gouttes. C’est ce qu’affirme le premier ministre Benyamin Nétanyahou.

Le premier ministre Benyamin Netanyahou a cependant ouvert la porte à des pauses très temporaire pour des motifs humanitaires tout en réaffirmant qu’il n’y aura jamais de cessez-le-feu général sans libération des otages. une nouvelle fois rejeté l’idée d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, sans libération des otages enlevés par le mouvement islamiste palestinien lors de son attaque contre Israël le 7 octobre qui a déclenché le conflit.

«Il n’y aura pas de cessez-le-feu, de cessez-le-feu général, à Gaza, sans la libération de nos otages», a-t-il dit. «En ce qui concerne (…) les petites pauses – une heure par-ci, une heure par-là – nous les avons déjà eues», a-t-il ajouté.

«Je suppose que nous allons examiner les circonstances pour permettre aux biens – aux biens humanitaires – d’entrer ou à nos otages de partir. Mais je ne pense pas qu’il y aura un cessez-le-feu général», a-t-il répété. «Cela entraverait nos efforts pour faire sortir nos otages, car la seule chose qui fonctionne sur ces criminels et sur le Hamas, c’est la pression militaire que nous exerçons», a-t-il encore dit.

Ukraine plan chinois: cessez-le-feu et négociations

Ukraine plan chinois: cessez-le-feu et négociations

Dans son plan pour résumer , la Chine appelle au cessez-le-feu et au retour aux négociations

« Il n’existe pas de solution simple à une question complexe », poursuit le ministère chinois des Affaires étrangères, qui ne mentionne pas explicitement les territoires pro-russes à l’est de l’Ukraine ou la Crimée dans le document

Pour « empêcher une confrontation entre blocs » et « oeuvrer ensemble à la paix et à la stabilité en Eurasie », la Chine appelle les deux parties à revenir à la table des négociations. « Le dialogue est la seule solution viable à la crise ukrainienne », peut-on lire dans le document, qui plaide pour une « désécalade » du conflit avant un « cessez-le-feu. »

La « souveraineté de tous les pays » doit aussi être respectée, assure Pékin, qui est de son côté critiqué par Taïwan en raison de ses menaces répétées contre la petite île.

La Chine veut « résoudre la crise humanitaire » en Ukraine et « toutes les mesures en ce sens doivent être encouragées et soutenues », plaide Pékin. Ces « opérations humanitaires » doivent être réalisées dans un cadre « neutre » et « ne doivent pas être politisées. »

« L’ONU devrait être soutenue dans son rôle de coordination de l’acheminement de l’aide humanitaire vers les zones de conflit », souligne le document.
« Les parties (impliquées) dans le conflit doivent se conformer strictement au droit humanitaire international, éviter d’attaquer des civils ou des bâtiments civils », plaide le ministère chinois des Affaires étrangères. La Chine encourage aussi l’échange de prisonniers de guerres entre la Russie et l’Ukraine.

Point central de la guerre en Ukraine: le nucléaire. Avec les risques autour de Zaporijjia, Pékin se dit opposé aux « attaques contre les centrales nucléaires » et apporte son soutien à l’AIEA dans le rôle qu’elle joue dans le pays pour protéger les sites sensibles.

Toujours sur le nucléaire, la Chine estime que l’arme atomique « ne doit pas être utilisée et il ne faut pas se livrer à une guerre nucléaire. Il faut s’opposer à la menace ou au recours à l’arme nucléaire. » Pékin se dit aussi opposé à la « recherche, au développement et à l’usage d’armes chimiques ou biologiques. »

« Les sanctions unilatérales et la pression maximale ne peuvent pas résoudre la question, elles ne font que créer de nouveaux problèmes », juge le ministère des Affaires étrangères. « La Chine s’oppose aux sanctions unilatérales non autorisées par le Conseil de sécurité des Nations unies. »

« Les pays concernés doivent cesser d’abuser des sanctions unilatérales afin de contribuer à la désescalade de la crise ukrainienne », plaide Pékin.

Jeudi, plusieurs heures avant la publication de ce document, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit vouloir discuter avec Pékin du plan de paix chinois pour l’Ukraine, jugeant « positive » l’implication de ce proche partenaire de Moscou.

Biden impose un cessez-le-feu à Israël

Biden impose un cessez-le-feu à Israël

 

La résolution que prévoyait la France à l’ONU sur le conflit entre Israël et les palestiniens a sans doute réveillé Biden. En effet ce dernier s’est opposé à ce que d’autres pays que les États-Unis tentent de gérer la situation particulièrement dangereuse. En clair Biden a imposé un cessez-le-feu à Israël. Un cessez-le-feu ensuite accepté par les belligérants.

Afghanistan : les trois grandes puissances pour un cessez-le-feu

Afghanistan : les trois grandes puissances pour un cessez-le-feu

Fait rarissime les trois grandes puissances mondiales que sont les États-Unis, la Chine et la Russie ont appelé un cessez-le-feu immédiat à l’Afghanistan. Un effort louable de toute la communauté internationale qu’il faut souligner mais qui vise un pays dans un état de misère absolue et sans réelle perspective politique durable.

Les Etats-Unis ont été rejoints jeudi par la Russie, la Chine et le Pakistan dans leur appel à un cessez-le-feu immédiat en Afghanistan, alors qu’une conférence organisée à Moscou a montré la détermination de Washington à convaincre les puissances régionales à propos de son plan de paix.

A six semaines de la date butoir pour le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, où elles ont présentes depuis près de vingt ans, Les Etats-Unis ont envoyé pour la première fois un haut représentant prendre part à des discussions de paix régionales organisées par la Russie.

La conférence moscovite avait pour but de donner du souffle aux négociations menées au Qatar par le gouvernement afghan et les taliban, alors que le pouvoir à Kaboul reproche aux insurgés de n’avoir pas fait suffisamment pour endiguer les violences.

« A ce tournant, nos quatre pays appellent les deux camps à mener des discussions et conclure un accord de paix qui mettra fin à plus de quatre décennies de guerre en Afghanistan », est-il écrit dans un communiqué commun publié à l’issue des discussions.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol