Archive pour le Tag 'Cérémonie'

Cérémonie des Césars : le discours corpo radical chic

Cérémonie des Césars : le discours corpo radical chic

 

Symbole de rêve et de partage autour du cinéma, la cérémonie est devenue une tribune corporatiste, analyse dans sa chronique Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

Chronique.

 

Beaucoup ont parlé de naufrage, voire de suicide collectif, après la cérémonie des Césars qui a eu lieu il y a une semaine à l’Olympia : vulgarité, nombrilisme, arrogance. Yann Barthès a résumé l’affaire dans son émission « Quotidien », sur TMC : vivement que les cinémas rouvrent pour oublier ce qu’il a vu. Soyons indulgent : la pandémie a de quoi rendre fou. Ce qui s’est passé vendredi 12 mars traduit une radicalité qui gagne le cinéma, la culture et l’époque. Une radicalité qui se vérifie dans ce basculement : de rêve et partage autour du cinéma, la cérémonie est devenue une tribune corporatiste.

 

Le glissement n’a rien de nouveau, mais il s’exacerbe autour de la notion d’exception culturelle. Ce beau principe, porté par le slogan « l’art n’est pas une marchandise », a permis à la France, mieux que tout autre pays, de sauver son cinéma, ses librairies, sa créativité. Mais quand il est brandi à tout bout de champ, le monde culturel peut donner l’impression qu’il vit dans un monde à part. Ce n’est pas le meilleur moyen de fédérer le public – l’audience de cette édition fut la pire depuis dix ans. Le danger est de fragiliser les liens avec la société, qui voit moins la vitalité de la création que permet l’exception culturelle que les subventions conséquentes qui sont versées.

La détresse, la frustration et l’injustice qu’exprime la culture depuis la fermeture des cinémas ou théâtres sont légitimes. Ces sentiments furent répétés aux Césars. Mais sans nuance ni légèreté, sans un mot ou presque pour les personnels soignants ou les malades, beaucoup pour moquer la ministre Roselyne Bachelot. Le discours ambiant dans la bulle de l’Olympia, comme celui en cours dans des théâtres occupés, est surtout déconnecté de ce qui se passe dehors : des variants qui galopent et bouleversent le paysage de la pandémie.

Admettons que les lieux culturels ne soient pas « dangereux ». Quel responsable politique prendrait le risque d’ouvrir cinémas ou lieux de spectacles ? Et puis le monde culturel sait qu’une réouverture dans des conditions draconiennes fait surgir mille questions autour de la sécurité, de la viabilité économique, des œuvres à programmer. D’une ville à l’autre, d’une salle à l’autre, d’un spectacle à l’autre, d’un film à l’autre, le casse-tête serait rude.

L’autre question que soulèvent les Césars est la façon dont la cérémonie a muté en plate-forme politique. Le discours est monopolisé par les marges, comme sur les réseaux sociaux. Il est à sens unique, dans un climat radical-chic, au sens gauchiste, pour reprendre l’expression de Tom Wolfe, tirée d’un texte fameux de 1970. L’écrivain y décrivait par le menu la réception donnée par le compositeur Leonard Bernstein dans son duplex de Park Avenue, à New York, afin de lever des fonds en faveur des Black Panthers, qui dévoraient des canapés présentés par des serveuses (blanches, heureusement).

Cérémonie des César : une triste pantalonnade

 

Cérémonie des César : une triste pantalonnade

 

 

La cérémonie des Césars est particulièrement ennuyeuse d’habitude mais depuis quelques temps et surtout cette année, elle s’enfonce dans le plus pur ridicule. Il fallait sans doute s’y attendre avec  l’annonce publicitaire de l’animatrice de la soirée  

Une prestation de Marina Foïs qui ressemblait davantage à une promotion de cérémonies funéraires qu’à la promotion d’une séance de récompenses. On se demande pourquoi l’intéressée a pris cette tonalité d’une tristesse à mourir. Évidemment les événements intervenus pendant la cérémonie elle-même sont venus encore ternir ce qui devait constituer une fête. Par opportunisme évidemment, on a a assisté à des prestations  grossières, maladroites et bien peu humoristiques, les revendications victimaires  à la mode.

On ne peut sans doute objecter que la culture vit un moment difficile, que les artistes pour la plupart sont privés d’activité. Mais c’est aussi le lot de nombres d’autres catégories de Français qui, eux, ne sont pas aussi soutenus financièrement en permanence par l’État. Sans ce soutien nombre d’activités artistiques notamment cinématographiques aurait disparu en France comme ce fut le cas en Italie ou encore en Allemagne. En outre ce corporatisme bon marché ferme les yeux sur les disparités de situation entre les grandes vedettes et certains intermittents du spectacle.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol