Archive pour le Tag 'centaines'

Fuite des patrons à cause de la fiscalité : pas des centaines de milliers… 800 en 2015 !

Fuite des patrons à cause de la fiscalité : pas des centaines de milliers… 800 en 2015 !

Macron force un peu le trait pour justifier sa politique fiscale notamment la suppression de l’impôt sur la fortune. Des allègements fiscaux dont certains étaient nécessaires compte tenu du poids des prélèvements obligatoires en France ; mais qui ne sont cause du départ d’autant d’entreprises qu’indique Macron. Il ne s’agit pas de centaines de milliers de départ pour cause d’ISF mais de 8000 environ depuis 10 ans, soit de l’ordre de 800 par an et 754 en 2015 denier chiffre connu. C’est toujours trop évidemment mais c’est aussi à mettre en rapport avec les installations d’entreprises étrangères en France. Il faut aussi tenir compte du nombre total entreprise crées par an : autour de 500 000. Dans son premier budget, Emmanuel Macron a transformé l’ISF, l’impôt sur la fortune, en IFI, impôt sur la fortune immobilière. L’idée ? “On a gardé l’impôt sur la fortune quand il est investi dans l’immobilier, a expliqué le président de la République ce dimanche sur BFMTV. Mais on a enlevé l’impôt sur la fortune pour tout ce qui était investi dans l’économie.”

Sont maintenant exonérés : les yachts, voitures de luxe, mais aussi le livret A, assurance-vie et autres placements financiers. Seront-ils pour autant réinvestis par leurs détenteurs dans l’économie française, comme le souhaite le président ? “Non, vous n’avez aucune obligation de réinvestir, vous bénéficiez de cette exonération sans contrepartie” réplique Sabrina Atlan, avocate fiscaliste. D’ailleurs le président de la République le reconnaît. “Vous êtes sûr que cet argent n’ira pas dans la spéculation ? », l’a interrogé Edwy Plenel. Réponse :  »Je n’ai pas plus de garanties que vous… Et d’ailleurs dans la société, c’est pour ça qu’il faut constamment corriger les choses, il faut évaluer donc moi j’évaluerai dans deux ans.” Rendez-vous donc en 2020… Pour justifier sa réforme de l’ISF, Emmanuel Macron avance l’argument très approximatif  suivant. “Nous avions des centaines de milliers d’entrepreneurs qui vendaient leur entreprise et qui, parce qu’on les taxait à l’impôt sur la fortune alors même qu’ils voulaient réinvestir dans le pays, s’en allaient.”

 

Vatican : des centaines de millions « miraculeusement » retrouvés.

Vatican : des centaines de  millions  « miraculeusement » retrouvés.

 

Un miracle : de centaines de millions d’euros retrouvés au Vatican mais ignorés de la hiérarchie !Le cardinal australien George Pell, qui dirige le nouveau secrétariat à l’Economie du pape François, a annoncé qu’il allait déposer un cièrge devant St Antonoine;  dans une tribune parue vendredi dans le magazine britannique Catholic Herald le cardinal dévoile que plusieurs centaines de millions d’euros non déclarés dormaient dans les caisses de différents ministères au Vatican. De l’argent dont la hiérarchie ignorait l’existence. «Nous avons découvert que la situation était bien plus saine que ce qu’il semblait. Parce que quelques centaines de millions d’euros étaient cachés dans divers comptes sectoriels et n’apparaissaient pas dans les bilans», a déclaré le cardinal australien, qui a assuré que le Vatican n’était «pas en faillite»: «À part le fonds de pensions, qui doit être renforcé pour faire face aux demandes d’ici 15 à 20 ans, le Saint-Siège se finance grâce à la possession de biens substantiels et d’investissements». Le cardinal explique ainsi que les réformateurs de la Curie ont dû se battre contre le sentiment d’indépendance fortement ancré au sein des départements du Saint-Siège.  «Lorsque le pape François a réalisé que les systèmes financiers du Vatican avaient évolué de telle manière qu’il était impossible pour quiconque de savoir précisément ce qui se passait globalement, il a nommé un organisme international d’experts laïcs pour examiner la situation et proposer un programme de réformes», indique le «ministre» de l’Economie du Vatican. Lui-même a reçu la lourde tâche de réformer les finances du petit Etat pour qu’elles deviennent «ennuyantes de prospérité» et de transparence, afin de mettre fin aux scandales qui ont entaché ces services ces dernières années. Selon lui, le Saint Siège doit désormais adopter des normes financières internationales contemporaines, comme le fait le reste du monde:

Taxe foncière: Manif de centaines de « pigeons » à Mulhouse , toute la France concernée

Taxe foncière: Manif de centaines de « pigeons » à Mulhouse , toute la France concernée

Manifestation de patrons à Mulhouse  pour dénoncer la hausse de leur cotisation foncière des entreprises (CFE) qui met, selon eux, leur commerce en danger. Ces patrons de TPE et PME, qui étaient 400 selon les organisateurs, ont dénoncé le « manque de dialogue de la M2A qui manifestement joue la montre » et le « dédain des élus » selon qui « au nom de la collectivité tout le monde doit faire des efforts », a expliqué à l’AFP la porte-parole de ce mouvement local des « pigeons », Ariane Wiederkehr-Bourquin. Certains ont vu ainsi passer la taxe de 800 euros à 2000. Pour leur défense les élus ont affirmé qu’il n’vaient pas porté d’attention à ces augmentations ! En faiat laugmentaion touche tout le pays.  « Sur l’ensemble de la France, la taxe foncière a augmenté en moyenne de 20,94% entre 2006 et 2011 alors que l’inflation a seulement progressé de 8,2% pendant cette période », déplore Jean Perrin, le président de l’UNPI, dans cette étude annuelle présentée mercredi. Aussi, pour la principale organisation de propriétaires-bailleurs, « il faut que les collectivités locales bloquent les taux » car celles-ci sont responsables, à égalité avec l’Etat, de la moitié de la hausse. Entre 2006 et 2011, c’est à Verdesse (+129,43%) et Aghione (+116,15%), en Corse, que la taxe foncière a le plus augmenté devant Villers-Adam (+99,95%, Val d’Oise) et Romain-aux-Bois (+92,08%, Vosges). Parmi les 50 communes les plus peuplées de France, c’est à Paris que l’augmentation a été la plus forte (+67,90%) à cause de la création d’un taux départemental. Mais en 2011 les taux cumulés de la capitale par rapport à la valeur locative (13,5°%) restaient néanmoins parmi les plus bas des grandes villes. Dans les quatre autres grandes métropoles, la hausse est de 15,11% à Lyon, 15,34% à Marseille, 18,42% à Toulouse et 23,26% à Nice. C’est à Fort-de-France qu’elle est la plus modérée (+8,48%) devant Aix-en-Provence (+10,44%) et Reims (+10,49%). En 2011, Courbevoie (Hauts-de-Seine), restait, grâce au quartier d’affaires de La Défense, la ville où les taux cumulés de la taxe foncière restaient les moins élevés (12,09%) devant Paris (13,50%), Boulogne-Billancourt (14,44%) et Nanterre (18,77%). Par contre c’est à Amiens qu’ont été constatés les taux les plus élevés (54,49%) devant Grenoble (54,00%), Caen (53,01%) et Angers (52,90%) Les résultats concernant plus de 36.000 communes sont publiés sur le site internet www.unpi.org

 

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol