Archive pour le Tag 'célèbre'

Le célèbre patron des aspirateurs Dyson balaie les réticences au Brexit

Le célèbre patron des aspirateurs Dyson  balaie les réticences au Brexit

 

James Dyson, célèbre pour ses aspirateurs sans sac et au prix  souvent exorbitant ne fait pas dans la dentelle et milite en faveur du Brexit en balayant les éventuelles conséquences économiques pour la Grande-Bretagne. De quoi s’interroger sérieusement sur les compétences macro économiques d’un grand patron qui certes a réussi mais en vendant souvent des pseudos technologies qui rendent possible un doublement voir un triplement du prix de ses aspirateurs James Dyson a pris position vendredi en faveur d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, un soutien de poids pour le camp du « Brexit » à moins de deux semaines du référendum du 23 juin sur le sujet. James Dyson se distingue ainsi d’un grand nombre d’hommes d’affaires, de grandes entreprises, de banques ou d’institutions qui militent pour un maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’UE. Interrogé par le « Daily Telegraph », James Dyson juge que la Grande-Bretagne a plus à gagner qu’à perdre en sortant de l’UE. « Nous créerons plus de richesses et d’emplois en étant en dehors de l’UE qu’en étant à l’intérieur, et nous serons maîtres de notre destin., dit-il. James Dyson balaie en outre les mises en garde quant aux conséquences commerciales d’une sortie de l’UE. « Quand le camp du maintien nous dit que personne ne commercera avec nous si nous quittons l’UE, désolé mais ce sont des foutaises absolues », réplique-t-il. « Si, comme le laisse entendre (le Premier ministre) David Cameron, ils nous imposent des tarifs douaniers de 10%, nous ferons la même chose en retour (…) De toute façon, l’UE commettrait un suicide commercial si elle imposait des tarifs douaniers car nous importons 100 milliards de livres et nous ne lui en exportons que 10 milliards. » James Dyson et ses très chers aspirateurs  oublient  simplement que 50 % du commerce extérieur de marchandises est effectuée avec l’union économique qu’en outre la balance commerciale est devenu très déficitaire depuis 2 ans. Enfin il ne faut guère espérer en cas Brexit un régime de faveur pour le Royaume-Uni car dans cette hypothèse nombre de Pays, seraient t aussi tentés de quitter  l’union économique.

(Avec le JDD)

Liévin : Valls célèbre les ouvriers quand ils sont morts

Liévin : Valls célèbre les ouvriers quand ils sont morts

 

 

Valls a reconnu que la gauche est construite sur les combats des ouvriers lors de la commémoration de l’accident de la mine de Liévin de 1974.  Un hommage en quelque sorte aux ouvriers morts. Hommage mérité mais il aurait du préciser que si les fondations de la gauche ont été établis sur ces combats ouvriers, il y a longtemps que le parti socialiste, lui, a détourné de son objet le parti qui devait représenter les couches populaires. Pas un ouvrier, un employé du privé, pas plus qu’un commerçant, qu’un paysan ou qu’un syndicaliste dans la direction du PS ; une direction composée essentiellement d’oligarques, de politiciens professionnels bien loin des préoccupations du monde ouvrier. En réalité ce gouvernement qui a tout échoué tant sur le plan économique que sur le plan social se recentre maintenant sur le terraina des valeurs. Un recentrage qui ne mange pas de pain mais sans conséquence concrète et impossible à évaluer. Bref, le bla-bla  politicien  qui avait déjà tué la SFIO et qui tuera ce PS d’oligarques.   Le Premier ministre était donc  présent samedi aux commémorations de l’accident de mine du 27 décembre 1974 dans le Pas-de-Calais. Manuel Valls a profité de ce moment de recueillement pour saluer et renouer avec le monde ouvrier « qui a bâti la France ».  A l’occasion du 40e anniversaire de la catastrophe minière de Liévin (Pas-de-Calais), le Premier ministre a, derrière l’hommage aux victimes et à leurs familles, salué l’ensemble du monde ouvrier.    « Honorer la mémoire des victimes, c’est aussi accomplir un devoir envers tous les ouvriers des mines qui, durant près de trois siècles, ont fait de la France une grande nation, une grande nation industrielle », a déclaré Manuel Valls avant de lancer : « Les ouvriers ont tenu une place centrale dans le destin de notre Nation ». Avec ce discours, le Premier ministre a voulu « en finir avec le malaise ouvrier » et rappeler l’importance des ouvriers dans la constitution du Parti socialiste au cours du XXe siècle. « La gauche française, le socialisme, le syndicalisme se sont construits avec ces combats », a-t-il souligné. Des propos loin d’être anodins dans une région touchée par le chômage et où le Front national recueille parmi ses meilleurs scores électoraux.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol