Archive pour le Tag 'cela'

Terrorisme : cela va durer 10 ans (Marc Trévidic)

Terrorisme : cela va durer 10 ans (Marc Trévidic)

L’ancien juge anti-terroriste Marc Trévidic prévoit que l’année sera épouvantable en raison notamment des  élections présidentielles et que les attentats risquent de durer pendant encore une dizaine d’années. Assurément des mots qui vont porter. Neuf jours après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray , l’ancien juge anti-terroriste Marc Trévidic a donné une interview à la télévision belge dans laquelle il prévient des dangers qu’encourt la France face à la menace de l’organisation Etat islamique. Et ses propos sont particulièrement préoccupants. « L’année va être épouvantable avant les élections présidentielles, prévient l’ancien magistrat. La tentation pour l’organisation terroriste état islamique va être très grande de s’en prendre au pays. On est en guerre en temps de paix. C’est le principe de l’attentat terroriste », a-t-il expliqué sur la RTBF jeudi soir avant d’ajouter : « Mon espérance à moyen terme, c’est l’essoufflement suite au degré d’horreur. Mais cela peut durer dix ans. Ce n’est pas exclu. » Au sujet de l’un des deux auteurs de l’attentat lors duquel le prêtre Jacques Hamel a été assassiné , le juge antiterroriste rappelle qu’il est celui qui l’a auditionné et fait emprisonner après sa tentative de partir en Syrie. « La première fois que je l’ai vu, il avait voulu partir en Syrie. Il venait tout juste d’être majeur pendant la garde à vue. Il s’entourait de personnes plus jeunes que lui. Il avait tenté de partir avec quelqu’un de 15 ans qui y était parvenu. Il était en contact avec beaucoup de jeunes filles plus jeunes pour qu’elles partent avec lui en Syrie. Elles n’avaient que 14,15 ou 16 ans maximum. Donc, il était dans l’immaturité la plus totale. »  Complétant le profil du tueur, Marc Trévidic dépeint un jeune homme déterminé « qui voulait à tout prix partir faire le djihad au sein de l’Etat islamique. Il avait dans ses yeux la petite lueur qui fait qu’on détecte qu’il ne reviendra pas en arrière. C’est très difficile à apprécier. C’est très subjectif parce qu’en face de vous, vous avez l’impression d’avoir un mur. Et là, il y avait ce mur-là. »  Marc Trévidic a quitté le pôle antiterrorisme en septembre 2015, la magistrature limitant à dix ans la durée de certaines fonctions, dont celle de juge d’instruction qu’il occupait. Il est désormais premier vice-président au tribunal de grande instance de Lille.

(Les Echos)

Le cirque Macron : « Il est temps que cela s’arrête » (Valls)

Le cirque Macron : « Il est temps que cela s’arrête » (Valls)

 

 

Jusque-là c’était la guerre larvée entre Valls et Macron mais cette fois elle devient publique dans la mesure où Valls demande implicitement le départ de Macon. Valls n’admet plus les petites phrases assassines contre son gouvernement de la part du ministre de l’économie. Le premier meeting de Macron est sans doute la dernière goutte qui a fait déborder le vase du colérique Valls. Valls qui pourtant ne devrait pas être surpris car c’est bien lui qui a pris l’initiative de la lutte ouverte entre les deux. Faut-il rappeler que Valls a retiré à Macron le projet de loi afin d’éviter que le ministre de l’économie n’incarne par trop la volonté réformatrice. Macon se venge évidemment d’être en fait marginalisé par Valls au sein du gouvernement. Au-delà ce qui est en jeu c’est le leadership pour la succession de Hollande soit en 2017 si l’actuel président de la république renonce à se présenter, soit en 2022. La hargne de Valls s’explique aussi par l’écroulement de sa popularité dans l’opinion publique (autour de 20 % quand Macon est autour de 50 %). Manuel Valls ne cache donc plus son exaspération vis-à-vis des ambitions politiques de plus en plus ouvertement affichées d’Emmanuel Macron et de son mouvement En marche!, qui tient son premier grand meeting politique ce mardi 12 juillet. « Il est temps que tout cela s’arrête », a répondu le Premier ministre à la presse aujourd’hui, juste avant d’entrer dans l’hémicycle pour la séance des questions au Sénat, selon des images diffusées par BFMTV. La question posée au Premier ministre portait sur le fait de savoir « si un de ses ministres pouvait tenir un meeting politique ». Manuel Valls semble d’abord éluder, puis répond finalement par sa petite phrase quand il est relancé par un journaliste. Le Premier ministre s’était jusque-là gardé dans l’espace public de critiquer aussi ouvertement son ministre de l’Économie, qui entretient savamment la possibilité de se lancer dans la course à la présidentielle malgré la probable candidature de François Hollande. Quant au ministre de l’Économie, lui aussi interrogé par BFMTV sur le fait de pouvoir « être ministre l’après-midi et dans un meeting le soir », il s’est lui aussi fendu d’une petite pique en répondant: « J’ai le sentiment que c’est le cas de pas mal de monde en ce moment. » Emmanuel Macron faisait ainsi allusion aux meetings politiques auxquels participent Manuel Valls et plusieurs de ses ministres.

(Avec AFP)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol