Archive pour le Tag 'catastrophique'

Infrastructures-L’état catastrophique des routes françaises

Infrastructures-L’état catastrophique  des  routes françaises

La France dégringole encore dans le classement des infrastructures routières. Pas étonnant,  la plupart du temps, on entretient avec des rustines. Certaines grandes routes sont encore en bon état mais la plus grande partie du réseau est dans un état lamentable. Une chance, il n’y a pas eu de grands froids depuis des années et donc par de barrières de dégel. Mais au premier froid un peu rigoureux, le dégel pourra  provoquer des dégâts considérables. Paradoxe,  la fiscalité routière n’a jamais été aussi importante (avec la hausse du pétrole) et aucune ressource régulière n’est affectée à l’entretien du réseau !   Alors que la France disposait du réseau routier le plus performant au monde en 2012, le pays a reculé au classement depuis cette date. Et la chute s’est accélérée: de la 7e place l’an dernier, la France est passée à la 18e dans le rapport 2019. Or, l’infrastructure routière est un enjeu majeur de compétitivité, mais surtout de sécurité routière. Ce classement confirme un audit commandé par la direction des infrastructures et sorti au printemps 2018. Cet audit ne portait que sur les 12.000 kilomètres de routes et d’autoroutes gérés par l’Etat, mais qui supportent « plus du tiers du trafic total », explique le ministère de la Transition écologique et solidaire sur son site. Et les résultats n’étaient pas flatteurs.

La ministre Elisabeth Borne avait reconnu « l’état critique du réseau » devant les Sénateurs, comme le souligne Le Moniteur. Ce que corrobore un rapport de l’Observatoire national des routes (ONR). Sur les réseaux départementaux, « les couches de roulement […] ont un âge moyen de 13,3 ans ». Les réseaux le plus fréquemment renouvelés le sont tous les 10 à 11 ans, ce sont surtout les routes les plus structurantes, décisives au quotidien. Certaines routes, notamment locales, ne le sont en revanche que tous les 23 à 24 ans.

 

« Concernant le réseau routier national non concédé, le taux de renouvellement annuel des couches de surface a été de l’ordre de 4 à 5 % de la surface totale des chaussées, soit un renouvellement tous les 20 à 25 ans en moyenne », poursuit le rapport de l’ONR.

 

 

L’état catastrophique des routes françaises

L’état catastrophique  des  routes françaises

La France dégringole encore dans le classement des infrastructures routières. Pas étonnant, la plupart du temps, on entretient avec des rustines. Certaines grandes routes sont encore en bon état mais la plus grande partie du réseau est dans un état lamentable. Une chance, il n’y a pas eu de grands froids depuis des années et donc par de barrières de dégel. Mais au premier froid un peu rigoureux, le dégel pourra  provoquer des dégâts considérables. Paradoxe,  la fiscalité routière n’a jamais été aussi importante (avec la hausse du pétrole) et aucune ressource régulière n’est affectée à l’entretien du réseau !   Alors que la France disposait du réseau routier le plus performant au monde en 2012, le pays a reculé au classement depuis cette date. Et la chute s’est accélérée: de la 7e place l’an dernier, la France est passée à la 18e dans le rapport 2019. Or, l’infrastructure routière est un enjeu majeur de compétitivité, mais surtout de sécurité routière. Ce classement confirme un audit commandé par la direction des infrastructures et sorti au printemps 2018. Cet audit ne portait que sur les 12.000 kilomètres de routes et d’autoroutes gérés par l’Etat, mais qui supportent « plus du tiers du trafic total », explique le ministère de la Transition écologique et solidaire sur son site. Et les résultats n’étaient pas flatteurs.

La ministre Elisabeth Borne avait reconnu « l’état critique du réseau » devant les Sénateurs, comme le souligne Le Moniteur. Ce que corrobore un rapport de l’Observatoire national des routes (ONR). Sur les réseaux départementaux, « les couches de roulement […] ont un âge moyen de 13,3 ans ». Les réseaux le plus fréquemment renouvelés le sont tous les 10 à 11 ans, ce sont surtout les routes les plus structurantes, décisives au quotidien. Certaines routes, notamment locales, ne le sont en revanche que tous les 23 à 24 ans.

 

« Concernant le réseau routier national non concédé, le taux de renouvellement annuel des couches de surface a été de l’ordre de 4 à 5 % de la surface totale des chaussées, soit un renouvellement tous les 20 à 25 ans en moyenne », poursuit le rapport de l’ONR.

Montée catastrophique des océans (GIEC)

Montée catastrophique des   océans (GIEC)

Il est probable que nombre de climato- sceptiques qui ont notamment déversé des tombereaux d’injures sur Greta Thunberg  après son intervention à l’ONU vont encore contester la nouvelle alerte du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) à propos de la montée des océans et de la fonte des glaciers. Une conséquence directe du réchauffement climatique et qui entraînera une croissance notable des inondations et autres tempêtes et cyclones sans parler de la disparition pure et simple de certaines îles et de certaines zones du littoral. Si rien n’est fait pour réduire les émissions de CO2 et lutter contre le réchauffement, le futur des océans tel que le décrit le rapport du Giec s’annonce apocalyptique, selon les informations qui ont fuité dans l’AFP et selon un nouveau rapport de synthèse sur la Terre, publié lundi par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et des experts internationaux.

Les océans jouent un rôle majeur dans la machine climatique. Ils sont une sorte de pompe à carbone, en captant 30 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone par an, ce qui augmente leur acidité, avec des impacts sur les écosystèmes marins. Ces derniers sont également affectés par des zones moins riches en oxygène, notamment à cause du réchauffement des eaux de surface (qui réduit le taux de dilution de l’oxygène). De plus, les océans servent de climatiseurs, en captant chaque année environ 90 % du surplus d’énergie lié aux activités humaines.

 

En contrepartie, ils se réchauffent à des niveaux inquiétants. «La teneur en chaleur des océans entre 0 et 700 mètres de profondeur atteint un pic sans précédent en 2018, 2017 et 2015 affichant respectivement les deuxième et troisième valeurs les plus élevées», note le rapport «United Science» de l’OMM. La hausse du niveau des mers s’accélère à cause de la fonte plus rapide des pôles et des glaciers de montagne, dont le rôle est devenu prépondérant sur l’expansion thermique de l’eau. Entre mai 2014 et mai 2019, le niveau des mers est monté de 5 mm/an, contre 4 mm/an pour la décennie 2007-2016, 3,2 mm/an depuis 1993 et 1,4 mm/an entre 1900 et 1990. Au siècle prochain, dans le scénario le plus alarmiste, mais pas forcément le plus probable, «les hausses pourraient dépasser plusieurs centimètres par an», selon une fuite du rapport du Giec divulguée par l’AFP.

 

Déjà, la fonte des glaces s’accélère. Entre 2015 et 2018, l’étendue moyenne de la banquise arctique, à son niveau minimum, observée en septembre, est largement «inférieure à la moyenne de 1981-2010», note l’OMM. De son côté, le Giec doit préciser cette étendue à plus long terme, selon la hausse de la température. La disparition estivale probable de la banquise arctique est déjà anticipée à la fin du siècle, par deux nouveaux modèles français, même si le thermomètre grimpe seulement de 2 °C. L’Antarctique suit également une évolution préoccupante: une perte de masse glaciaire de 252 milliards de tonnes par an entre 2009 et 2017, multipliée par six par rapport à la période 1979-1990, selon l’OMM. Par ailleurs, la superficie du pergélisol (ou permafrost), qui renferme autant de CO2 qu’il y en a dans l’atmosphère, pourrait se réduire dans des proportions comprises entre 10 % et 90 % vers la fin du siècle!

Avec cette hausse accélérée du niveau des mers, le Giec devrait indiquer que 280 millions de personnes seraient déplacées, a révélé l’AFP, si le réchauffement est limité à 2 °C, qui entraînerait une hausse cumulée de 0,5 mètre du niveau des mers. Par ailleurs, les populations vulnérables, qui habitent près des côtes, pourraient être d’un milliard de personnes en 2050, contre 600 millions actuellement. Aggravé par des pluies diluviennes qui provoquent des inondations, il y aurait un risque accru de submersion. Ce sera le cas notamment de 20 % de la superficie du Bangladesh, qui compte 30 millions d’individus.

L’impact des catastrophes climatiques s’aggrave. Comme sur terre, les vagues de chaleur océaniques deviendront plus fréquentes. Cette température plus élevée, conjuguée à la hausse du niveau des océans, va renforcer les effets dévastateurs des cyclones. Ils pourront s’enfoncer davantage à l’intérieur des terres et deviendraient plus intenses, à cause de la hausse des températures de l’air et de l’eau. Ce sont les tempêtes, les cyclones tropicaux et les inondations qui ont «causé les pertes économiques les plus importantes», note l’OMM. L’ouragan Harvey, en 2017, avait entraîné 125 milliards de dollars de dommages aux États-Unis. Dans l’océan Indien, «le Mozambique a été frappé par deux cyclones tropicaux, d’une violence sans précédent», en mars et avril 2019. Le bilan en vies humaines est également catastrophique, notamment aux Caraïbes, avec le récent ouragan Dorian.

Les solutions les plus efficaces pour lutter contre ces effets dévastateurs restent celles qui permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il faudra tripler les ambitions des pays pour limiter le réchauffement à 2 °C par rapport à la période préindustrielle et les quintupler pour tenir sous 1,5 °C, rappelle l’OMM.

 

 

 

Climat: Une montée catastrophique des océans d’ici 2100

Climat: Une montée catastrophique des océans d’ici 2100

 

Conséquence des émissions des gaz à effet de serre provenant notamment de l’activité humaine, la montée des eaux va engloutir nombre de territoires est perturber encore un peu plus le climat. La fonte des calottes polaires et des glaciers conjuguée à la dilatation thermique de l’eau fait monter le niveau des océans. Une hausse de plus de 40 cm environ est attendue d’ici à 2100 dans le scénario optimiste où le réchauffement global ne dépasserait pas 2 °C (nous sommes plutôt sur une trajectoire de 3 °C à 4 °C qui provoquerait une hausse deux fois plus importante). Et ce ne sera qu’un début. L’élévation du niveau des mers se poursuivra au rythme de «plusieurs centimètres» chaque année (contre quelques millimètres à l’heure actuelle). Cela conduirait au déplacement de 280 millions de personnes dans le monde, anticipent les experts.

 

«Quand vous observez l’instabilité politique déclenchée par des migrations de faible ampleur, je tremble en pensant à un monde où des dizaines de millions de personnes devraient quitter leurs terres avalées par l’océan», s’inquiète Ben Strauss, président-directeur de Climate Central, un institut de recherches basé aux États-Unis.

Comme le niveau des mers sera plus haut, les cyclones risquent par ailleurs de provoquer des inondations plus facilement, potentiellement tous les ans à partir de 2050 dans de nombreuses mégalopoles proches des côtes et de petites nations insulaires, préviennent les chercheurs. Rappelons par ailleurs que les cyclones sont d’autant plus puissants que les eaux de surface qui les alimentent sont chaudes, ce qui n’incite guère à l’optimisme…

Autre source d’inquiétude: la fonte attendue d’une grande partie (entre 30 % et 99 % d’ici à 2100!) du permafrost, des sols qui restent en principe gelés toute l’année. Comme ces terres piègent de grandes quantités de CO2 et de méthane, leur «décongélation» va libérer une «bombe carbone» qui promet d’accentuer très nettement le réchauffement, craignent les spécialistes.

 

La fonte des glaciers de montagne va par ailleurs donner trop d’eau douce, puis trop peu, à deux milliards de personnes qui en dépendent, pointe le rapport. Les glaciers situés à basse altitude, comme en Europe centrale, dans le Caucase, l’Asie du Nord et la Scandinavie, devraient perdre plus de 80 % de leur volume d’ici à 2100. Les glaciers et le permafrost contiendraient par ailleurs près de 800.000 tonnes de mercure qui seront libérées dans les eaux potables.

 

Le CO2, qui se dissout dans l’eau en grandes quantités, provoque par ailleurs une acidification des océans. Celle-ci est catastrophique pour les organismes calcificateurs, notamment les mollusques et les coraux. Ces derniers pourraient bien ne pas survivre à un réchauffement de 2 °C. Ce qui constituerait une catastrophe écologique majeure et mettrait en grand danger le demi-milliard de personnes qui dépendent de ces écosystèmes extrêmement riches pour leur nourriture et leur protection.

Une montée catastrophique des océans d’ici 2100

Une montée catastrophique des océans d’ici 2100

 

Conséquence des émissions des gaz à effet de serre provenant notamment de l’activité humaine, la montée des eaux va engloutir nombre de territoires est perturber encore un peu plus le climat. La fonte des calottes polaires et des glaciers conjuguée à la dilatation thermique de l’eau fait monter le niveau des océans. Une hausse de plus de 40 cm environ est attendue d’ici à 2100 dans le scénario optimiste où le réchauffement global ne dépasserait pas 2 °C (nous sommes plutôt sur une trajectoire de 3 °C à 4 °C qui provoquerait une hausse deux fois plus importante). Et ce ne sera qu’un début. L’élévation du niveau des mers se poursuivra au rythme de «plusieurs centimètres» chaque année (contre quelques millimètres à l’heure actuelle). Cela conduirait au déplacement de 280 millions de personnes dans le monde, anticipent les experts.

 

«Quand vous observez l’instabilité politique déclenchée par des migrations de faible ampleur, je tremble en pensant à un monde où des dizaines de millions de personnes devraient quitter leurs terres avalées par l’océan», s’inquiète Ben Strauss, président-directeur de Climate Central, un institut de recherches basé aux États-Unis.

Comme le niveau des mers sera plus haut, les cyclones risquent par ailleurs de provoquer des inondations plus facilement, potentiellement tous les ans à partir de 2050 dans de nombreuses mégalopoles proches des côtes et de petites nations insulaires, préviennent les chercheurs. Rappelons par ailleurs que les cyclones sont d’autant plus puissants que les eaux de surface qui les alimentent sont chaudes, ce qui n’incite guère à l’optimisme…

Autre source d’inquiétude: la fonte attendue d’une grande partie (entre 30 % et 99 % d’ici à 2100!) du permafrost, des sols qui restent en principe gelés toute l’année. Comme ces terres piègent de grandes quantités de CO2 et de méthane, leur «décongélation» va libérer une «bombe carbone» qui promet d’accentuer très nettement le réchauffement, craignent les spécialistes.

 

La fonte des glaciers de montagne va par ailleurs donner trop d’eau douce, puis trop peu, à deux milliards de personnes qui en dépendent, pointe le rapport. Les glaciers situés à basse altitude, comme en Europe centrale, dans le Caucase, l’Asie du Nord et la Scandinavie, devraient perdre plus de 80 % de leur volume d’ici à 2100. Les glaciers et le permafrost contiendraient par ailleurs près de 800.000 tonnes de mercure qui seront libérées dans les eaux potables.

 

Le CO2, qui se dissout dans l’eau en grandes quantités, provoque par ailleurs une acidification des océans. Celle-ci est catastrophique pour les organismes calcificateurs, notamment les mollusques et les coraux. Ces derniers pourraient bien ne pas survivre à un réchauffement de 2 °C. Ce qui constituerait une catastrophe écologique majeure et mettrait en grand danger le demi-milliard de personnes qui dépendent de ces écosystèmes extrêmement riches pour leur nourriture et leur protection.

Quel bilan économique 2018 : catastrophique

Quel bilan économique  2018 : catastrophique  

Le bilan économique pour l’année 2018 est catastrophique. Il y a d’abord l’écroulement de la croissance, le chômage qui stagne, la balance commerciale qui ne cesse de se détériorer et les déficits publics qui s’amplifient ; un bilan encore pire que celui de François Hollande qui avait terminé sur une bonne note relative en 2017. Le plus grave c’est sans doute cet affaiblissement de la croissance qui prépare peut-être pour 2019 et 2020 une stagnation voir une crise plus grave. Pari perdu donc pour Macron concernant la croissance. Les experts attendaient en début d’année autour de 2,3 % pour la croissance du PIB. Le gouvernement avait retenu 2 % puis a revu à la baisse ses prévisions avec une perspective de 1,7 %. En réalité,  on parviendra péniblement à un niveau de croissance de 1,5 %. Une perspective de 1.3% est envisagée pour 2019. Un niveau qui fait redémarrer la hausse du chômage et menace les équilibres financiers déjà fragiles. Sur le plan du chômage, concret simplement quelque dizaines de milliers d’emplois quand il y a près de 6 millions de chômeurs un phénomène ne peut attribuer entièrement à l’évolution démographique mais qui découle directement de la faiblesse de la croissance. En matière de déficit et de dette la situation s’est encore détériorée. La dette atteinte aujourd’hui à peu près un taux de 100 % du PIB et n’a cessé de ce détériorer du faîte de l’amplification des déficits publics. Le seul côté positif dont se vante à tort le gouvernement concerne le pouvoir d’achat des ménages dans l’INSEE pense qu’il a augmenté de 1,7 % au cours de l’année. La vérité est moins rose car l’INSEE se fonde sur un indicateur des prix à la consommation obsolète qui ne rend pas compte du faîte que la structure de consommation ce transforme. Pour parler simplement les couches moyennes et défavorisées consacrent de plus en plus de dépenses contraintes entre parenthèses le logement, assurance, abonnement, carburant, chauffage transport etc.) et de moins en moins aux dépenses ajustables. Sinon comment expliquer l’atonie de la consommation ? Parmi les points positifs il faut noter un nombre d’entreprises en hausse notamment auto entrepreneur mais dont on connaît la fragilité économique. Aussi une certaine reprise des investissements qui étaient liés à l’optimisme économique de 2017. Concernant les perspectives de 2019 comme on l’a indiqué la croissance ne devrait pas dépasser 1,3 % : un niveau particulièrement inquiétant pour le chômage et les équilibres financiers. Il faut aussi souligner l’écroulement aussi bien du moral des ménages que des entreprises qui d’une certaine manière annonce une année 2019 encore plus catastrophique qu’en 2018.

 

Croissance : une baisse catastrophique

Croissance : une baisse catastrophique

 

Les derniers résultats de la consommation des ménages sont catastrophiques et signifie un écroulement de la croissance pour la fin de l’année  2018 et l’année 2019. En effet,  la consommation des ménages en France (2/3 du PIB)  s’est repliée de 0,3% en novembre, sous l’effet d’une baisse de l’alimentaire (-0,5%) et des biens fabriqués (-0,6%), tandis que la progression de la consommation d’énergie a ralenti à 0,7%, a annoncé vendredi l’Insee.  La consommation des biens durables s’est repliée « nettement » de 1,1%, tirée vers le bas par les matériels de transport, tandis que les dépenses d’habillement ont très légèrement diminué (-0,1%). Les instituts économiques de l’État ont mis du temps pour s’apercevoir du net tassement économique de la France en 2018. Ce n’est qu’il y a quelques jours que la Banque de France a enfin convenu que l’objectif de 1,7 % d’augmentation du PIB en 2018 était illusoire. De même que les objectifs de 2019. La perspective de 2018 est ramenée à 1,5 %., celle de 2019 à 1.3%.  Pari perdu donc pour Macron concernant la croissance. Les experts attendaient en début d’année autour de 2,3 % pour la croissance du PIB. Le gouvernement avait retenu 2 % puis a revu à la baisse ses prévisions avec une perspective de 1,7 %. En réalité,  on parviendra péniblement à un niveau de croissance de 1,5 %. Un niveau qui fait redémarrer la hausse du chômage et menace les équilibres financiers déjà fragiles. La croissance accélère en effet moins que prévu au 3e trimestre. Le produit intérieur brut de la période a augmenté de 0,4%, un rythme deux fois plus élevé que celui de 0,2% enregistré au premier comme au deuxième trimestre, qui constituait un point bas depuis l’été 2016. la croissance a été un peu plus soutenue au troisième trimestre par la demande intérieure, avec une consommation des ménages qui s’est redressée de 0,5% – après une rare baisse de 0,1% au 2e trimestre – et un investissement des entreprises qui continue de croître de plus de 4% en glissement annuel. L’investissement des ménages, pour l’essentiel les achats de logements neufs, recule de 0,2% sur le trimestre et stagne depuis le début de l’année après son bond de 5,6% en 2017 ; C’est un atterrissage brutal. Ce tassement de la croissance ne peut s’expliquer à lui seul par un environnement international plus morose. En effet la France fait moins bien que la moyenne de l’union européenne. La vérité c’est que Macron s’est trompé de stratégie en assommant la consommation des ménages par une hausse de fiscalité alors que parallèlement il accordait aux  plus nantis et aux entreprises des cadeaux fiscaux sans la moindre contrainte. Résultat quand la croissance se tasse, l’emploi aussi. Selon les dernières données de l’Insee publiées ce mardi 11 décembre, les créations d’emplois s’élèvent seulement à 15.000 sur les trois derniers mois contre 15.900 au trimestre précédent. Une progression insignifiante qui n’est pas de nature à absorber l’évolution démographique. Entre juillet et septembre, l’emploi salarié a augmenté de 15.300 dans ce secteur, soit 0,1% contre 0,2% le trimestre précédent. « Sur un an, ce secteur porte l’essentiel des créations nettes d’emplois salariés : +158.300, soit +1,3%. »L’autre phénomène préoccupant est le recul de l’emploi intérimaire. Or cet emploi constitue or cet emploi constitue un indicateur avancé de la conjoncture D’après des chiffres du service de statistiques du ministère du Travail (Dares), l’emploi temporaire a baissé de 1,2% contre -0,6% au trimestre précédent. Du côté de l’industrie, les créations d’emplois stagnent, voire reculent légèrement dans l’industrie manufacturière (-0,1).  Le secteur de la construction continue de créer des emplois. Les effectifs ont progressé de 0,4% (5.500 postes) comme au trimestre précédent.  »Sur un an, ils augmentent de 2,1%, soit + 29.000 postes. ».

Popularité : un sondage catastrophique pour Myriam El Khomri

Popularité : un sondage catastrophique pour  Myriam El Khomri

 

 

Si la mobilisation contre le projet loi travail continue de monter, il se pourrait bien que la ministre du travail Myriam El Khomri fasse les frais de la débâcle politique qui se prépare.  Selon un sondage Harris Interactive la ministre du travail recueille seulement 11 % d’opinions positives. En cause surtout les interrogations relatives à la loi du travail qui assouplit notamment les conditions de licenciement pour l’employeur. Aussi sans doute la relative incompétence d’une ministre peut préparée  à gérer un ministère complexe et conflictuel. Les critères qui ont prévalu pour son choix au ministère du travail (jeunes, femmes, et issus de l’immigration) sont en effet insuffisant pour justifier d’une capacité à gérer la difficile problématique de l’emploi. De toute évidence François Hollande a commis une grave erreur de casting. Pas étonnant l’intéressé, une fonctionnaire, n’a jamais pratiquement travaillé dans la production, autant dire qu’il lui est difficile de mettre en place une régulation pertinente des réalités du marché du travail. Derrière les personnalités politiques les plus mals aimés on trouve après Mary Myriam elle comme riz Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS (10%), Jean-François Copé (10%), et… Jean-Vincent Placé, le nouveau secrétaire d’Etat chargé de la réforme de l’Etat, avec un petit 8%. À l’inverse parmi ceux qui sont le plus apprécié on trouve Juppé cinq points, avec 46% (points)  d’opinions positives, devant François Bayrou (37%, stable) et Christiane Taubira (31%). Bruno Le Maire gagne deux points à 30%, et Martine Aubry en perd un à 29%.  L’ex-président de la République perd lui deux points à 20% d’opinions favorables, à égalité avec Marine Le Pen (-2), Marion Maréchal Le Pen (stable), et Nicolas Dupont-Aignan (+2). D’autres personnalités de son propre parti recueillent plus d’opinions positives : François Fillon (29%, -1), Xavier Bertrand (29%, stable), Nathalie Kosciusko-Morizet (23%, -2), Valérie

La semaine catastrophique de Hollande (feuilleton humoristique-11 octobre 2015)

  • Le roi François de Tulle, normal Premier, ne ce résout pas à renoncer à la couronne royale en 2017. Pourtant les sondages sont de plus en plus catastrophiques. En outre,  il tire dans sa chute le fougueux et colérique chambellan Valls de Vienne. Valls de Vienne qui se déclare très zen au Japon mais pourtant hystérique en France surtout depuis que le petit prince micron Macron lui dame le pion en matière de popularité. À peine arrivé à la cour, ce parvenu se situe en deuxième position dans le cœur des sujets français, juste derrière le duc d’Aquitaine, Juppé. Mais la querelle feutrée des seconds couteaux ne réjouit pas le duc de Corrèze, roi de France et de Navarre qui s’enfonce dans les sondages. Il est désormais « au niveau du gaz de schiste » vient de déclarer le trublion prince noir Sarko. Lequel n’est pas non plus dans une situation très confortable. Contre ses convictions,  il a du excommunier Nadine Morano et ses visions racistes. Cependant Nadine la « pucelle » (son vrai nom qui a été transformé en « Pugelle »–voir Wikipédia) compte encore des partisans, elle pense  empêcher le prince noir, Sarko, de gagner les primaires des républicains. Aussi elle  a refusé de faire des excuses par écrit à propos des voix célestes qui lui conseillaient de blanchir la race française. Certains moqueurs indélicats ont alors  argumenté ce refus en expliquant que la prolo Nadine ne maîtrisait pas l’écriture. Une fausse explication car Nadine a piqué l’ancien listing des adhérents de l’UMP pour leur adresser des SMS au contenu d’ailleurs toujours aussi approximatif et fumeux. Nadine la pucelle investie d’une mission divine se lâche donc et rejoint (d’assez loin quand même) le clan des philosophes déclinistes qui cultive la nostalgie du passé. Bref beaucoup d’intellos deviennent  aussi réacs et le naufrage de la vieillesse n’épargne personne même ceux qui sont les moins touchés par les ans. En gros, c’est la trouille qui domine. Pas étonnant car la complexité des mutations en cours qui concerne  tous les domaines, économique bien sûr mais aussi social, sociétale, environnemental et culturel sont aussi difficilement compréhensifs pour nos crânes d’œuf un peut dépassés  par les événements. On se demande pour renouveler la sociologie de nos responsables s’il ne conviendrait pas de légaliser l’euthanasie politique comme philosophie. Comme vient de le faire timidement l’assemblée en autorisant l’euthanasie médicalement assistée pour les sujets ordinaires. A défaut euthanasie on pourrait interner les plus atteints comme la princesse Ségolène Royal dont  le délire verbal envahit chaque jour les médias. Ainsi vient-elle mettre son pif dans une question qui ne la concerne pas (comme d’habitude) en proposant des d’étatiser la gestion du conflit Air France. La nomination du médiateur qu’elle propose permettrait certainement d’enterrer les restructurations nécessaires et de renvoyer après 2017 les réformes qui s’imposent. Mais pour le PS l’étatisme : il n’ y a que ça de vrai . Et Ségolène est là pour aider ses copains énarques à trouver un job. Pas évident pour ces énarques de trouver un petit boulot et ça l’est encore moins pour les sujets ordinaires dont le moral n’a jamais été aussi bas. Ils désespèrent de tout,  de l’avenir économique bien sûr, de la capacité du système politique à résoudre leurs problèmes, il doute surtout d’eux-mêmes et d’une certaine manière versent  dans une forme de schizophrénie en soutenant la nécessité d’une société plus libérale mais à condition de ne pas remettre en cause l’existant. Bref le royaume n’a pas la pêche. On attend désespérément une grande victoire sportive  pour redonner un peu de moral aux pays. Malheureusement l’une des idoles du sport français, Platini, vient de se faire prendre les doigts dans le pot de confiture de la FIFA au moment même où il était candidat à la présidence ;  décidément le mauvais sort  tombe sur les français chargés de responsabilités internationales (DSK et ses frasques, Lagarde qui a accordé 400 millions à Tapie,  et maintenant Platini pour une facture de près de 2 millions avec 10 ans de retard !) On devrait cependant lui trouver des excuses car pratiquement tous les membres de la FIFA ont plongé les mains dans les centaines de millions gérés  sans aucun contrôle financier et démocratique. De ce point de vue Platini n’est sans doute pas le plus coupable mais c’est sans doute le plus couillon. S’il avait fait l’ENA (ou Sciences-po) seulement il aurait appris qu’il y a des procédures quasi légales à suivre pour détourner à son profit l’argent public ou encore pour éviter d’avoir à respecter la réglementation en vigueur. Ce que vient de faire par exemple Volkswagen qui n’a pas peur de se foutre de la gueule du monde en accusant quelques boucs émissaires dans l’affaire des tricheries des émissions polluantes d’environ 1 million de véhicules vendus dans le monde entier. De quoi réconforter  les sujets du royaume et leur montrer que les faux-culs n’existent pas seulement qu’en France où notre monarque fait ce qu’il peut, malheureusement il peut peu !

    God Save the King

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton -20 septembre 2015)

 

 

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton -20 septembre 2015)

François de Tulle, Normal Premier,  patauge toujours dans l’affaire des migrants. D’ordinaire sur tous les sujets européens, le monarque avait pris l’habitude de suivre sagement les pas de l’impératrice de Prusse Angela. Mais cette fois l’impératrice fait du slalom. Un jour elle indique que l’Allemagne est prête à accueillir des millions de réfugiés ;  quelques temps après, débordée par les événements, elle annonce le retour du contrôle aux frontières. Du coup surpris par ce revirement,  Hollande prend un virage de retard et se  retrouve seul à vanter les mérites du  droit d’asile. Et certains à la cour d’en rajouter. On pourra solliciter les 70 000 logements vacants indique la présidente du comité aux réfugiés, ancienne ministre. En réalité cette vacance de logement HLM est toute relative ;  en effet la France compte 5 millions de logements sociaux 4 millions de HLM et environ 1,5 million de candidats au logement sont en attente. La vérité c’est que ces la plupart de ces 70 000 logements sont en cours de réfection ou de mutation. À la cour le débat s’enflamme, il y a les pour et les contre. Le schématisme est-tel qu’on navigue entre l’irresponsabilité d’un  humanisme  approximatif  et le populisme des récupérateurs de mécontentements. Le ridicule est atteint  atteint lorsqu’en début de semaine les ministres de l’intérieur européens ont décidé sur ce sujet grave de ne rien décider et de reporter l’examen de la question à dans un mois. Ce qui a révolté l’  impératrice Angela qui a réclamé et obtenu une prochaine réunion des chefs d’État irresponsables. Le royaume de France apportera évidemment une contribution positive au débat. La princesse Ségolène qui s’exprime sur tout a annoncé qu’elle allait réfléchir (il y a un début à tout !) sur cette affaire de migrants. On tremble évidemment !  Comme tremblent  les chefs d’État de certains pays de l’Est qui viennent  de recevoir une volée de bois vert de la part du bouillant chambellan Valls de Vienne qui en termes bien peu diplomatiques a rappelé à ces anciens communistes fraîchement défroqués les vertus des libertés collectives. Certes l’attitude de ces anciennes provinces bolcheviques n’est sans doute pas glorieuse mais finalement les autres pays progressivement se convertissent au rétablissement du contrôle des frontières, Autriche et Allemagne comprises. Le débat est d’autant plus enflammé à la cour que la France est loin d’être le premier pays concerné puisque Syriens, irakiens, libyens et autre afghans préfèrent  et de loin l’Allemagne, l’Autriche, les pays Nord où l’Angleterre.  Ce qui n’empêche pas les marchands de salades et d’illusions de proclamer que le royaume est envahi. Un affront évidemment pour le pays détenteur du concept de droit d’asile et qui voit les réfugiés lui préférer d’autres pays. Ces réfugiés méprisants n’ont pas le droit de snober le pays des droits de l’homme. Avec des quotas on aurait au moins la certitude que des réfugiés viendraient effectivement en nombre chez nous. Bref,  on nage en pleine contradiction mais on s’en délecte car le sujet sera la grande question de 2017 et permettra au passage d’éviter d’avoir à traiter des réformes structurelles socio économiques nécessaires. Le Prince noir Sarkozy l’a d’ailleurs bien senti en marquant le Front national à la culotte. Sur les autres questions économiques ou sociétales le prince Sarko préfère rester dans le brouillard. Ainsi dans le même propos il annonce la suppression des 35 heures et la probabilité de réduire les RTT pour les cadres. Pourquoi encore des RTT si les 35 heures sont supprimées ? Il y a là sur le sujet comme sur bien d’autres des subtilités sarkozystes qu’on peine  à comprendre. François Fillon éclaire toutefois cette contradiction en indiquant que ce qui caractérise surtout le Prince noir c’est sa postures de « plébéien teigneux ». En clair une grande gueule arrogante mais qui suit l’opinion. Heureusement sur la question des 35 heures la gauche, elle, est beaucoup plus claire… enfin presque puisque le petit prince micron Macron a mis les pieds dans le plat en proposant leur remise en cause. Aussitôt cri d’horreur de la gauche de la gauche puis comme d’habitude synthèse du monarque pour enterrer l’affaire. Mais l’impertinent petit prince a remis le couvert de l’impertinence  samedi en proposant la suppression du statut de fonctionnaire. Même cri d’orfraie de la part de la gauche de la gauche qui voit là  une atteinte aux tabous et aux totems sacrés. Certains n’hésitant pas dans un amalgame douteux à  considérer que ce sont les valeurs qui sont en cause, pourquoi pas aussi l’avenir de la patrie ? Mais l’avenir de la patrie le chambellan Valls de Vienne s’en occupe. En commençant par se préoccuper de son propre avenir et en annonçant sa candidature pour remplacer le calife en place à partir de 2022 voire avant si affinités des sondages. Un  tumultueux  et bouillant Valls de Vienne qui promet de régler son compte à l’État islamique. La France interviendra seule  et en toute indépendance. La France seule en dehors de toute  alliance  internationale  qui regrouperait des gens aussi douteux que les Américains, les pays arabes, la Russie ou encore l’Iran sans parler de Bachar El-Assad. On se demande si Valls de Vienne emporté par son volontarisme colérique ne confond pas l’État islamique avec la principauté de Monaco. En marge de ces débats de bistrot, le peuple, lui, comme Godot attend une reprise de la croissance et de l’emploi. Mais comme disait Mitterrand pour ces deux questions centrales il faudra donner encore beaucoup de temps au temps si l’on en croit les prévisions de l’OCDE qui pense que le Royaume de France est englué dans  la croissance molle pour de nombreuses années.

God save the King

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 30 août 2015)

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 30 août 2015)

 

Encore une mauvaise nouvelle pour François de Tulle, normal Premier ;  cette semaine, on  apprend dans un sondage que dans tous les cas de figure, il serait battu aux prochaines élections monarchiques de 2017. Même le bouillonnant dauphin Valls de Vienne n’aurait pas de meilleures chances même si son score est supérieur à celui de la personne royale. Le prudent et rusé Cambadélis n’exclut plus désormais des primaires à gauche. Un crime de lèse majesté pour Hollande qui pourtant avant 2012 trouvait toutes les vertus démocratiques aux primaires…. Mais ça,  c’était avant !  Du coup le monarque ressort la carte de la compassion et du commentaire lors des menaces terroristes. Une posture qui lui avait bien réussi mais qui commence à sentir le réchauffé. Mais comme c’est  dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes politiciennes, François de Tulle déclare que ce risque terroriste va durer,  donc ses interventions sur le sujet aussi. Les terroristes sont en effet partout même dans les rangs du PS  chez les frondeurs qui ne cessent de torpiller de politique du gouvernement. Il faut dire que le petit marquis Mini Macron leur a offert sur un plateau des raisons de tirer à boulets roses  sur la politique économique de Sa Majesté. Macron en effet osé s’attaquer au seul  totem  du PS,  à savoir les 35 heures. Une attitude complètement hérétique qui sans mériter  la pendaison à justifié un coup de pied au cul de la part de  Valls ;  avec  un rétro pédalage assez lamentable du petit marquis mini Macron qui pourtant n’avait pas tort sur le fond. Mais le petit marquis a encore des efforts à faire en matière de dialectique politique. En effet pour les 35 heures on ne doit pas changer l’affichage c’est-à-dire la loi sur la durée légale du travail mais on peut cependant pour le PS  et le gouvernement ouvrir les vannes de l’assouplissement après accord dans les entreprises. Et d’ailleurs le colérique Valls de Vienne déclare qu’en matière économique il faut aller plus vite plus loin et plus fort ! Ou on ne sait pas trop où…mais dans le mur, certainement. Témoins les résultats du chômage du mois passé qui font apparaître environ un solde de 2000 emplois créés en plus (pour 5,5 millions de chômeurs !). Grâce évidemment à une petite manipulation méthodologique qui avait déjà permis d’éliminer des listes 10 000 chômeurs le mois dernier. Pourtant la croissance est bien là déclare le monarque et son chambellan Valls de Vienne. Le problème est de savoir où ! Du coup le ministre de l’intérieur Cazeneuve aurait lancé un avis de recherche pour savoir où se planque cette croissance. Pour associer la population à cette recherche il est envisagé de créer un numéro vert qui permettrait aux sujets  de fournir toute information sur cette croissance en fuite. Pas de chance pour la monarchie en plus puisque l’environnement international notamment en Chine ne cesse de se dégrader. Avec en prime une crise boursière qui va jeter un peu plus le doute sur les perspectives de reprise. Heureusement la princesse Royal Ségolène répand partout son optimisme de façade sur tout et sur rien. Elle considère d’ailleurs que la crise chinoise ne saurait atteindre l’Europe et que cette crise est » relative ». Une » relativitude » qui est aussi partagée par ma concierge. Ma concierge qui approuve par ailleurs le plan de relance économique concocté par Ségolène et qui consiste à offrir des lampes basses énergie aux pauvres. Pour les sans-abri,  on envisage un plan de distribution de bougies avec la cire des abeilles élevées à Paris puisque malheureusement ces abeilles ont pratiquement disparu dans nos campagnes. Une sorte de relance verte en quelque sorte qui pourrait, d’après elle, créer des centaines de milliers d’emplois. À défaut cela permettra de donner un coup de peinture verte sur la politique de transition énergétique afin de plaire aux écolos. Les écolos  d’Europe écologie les Verts et dont Cohn-Bendit a dit que c’était une caricature de parti politique. Des verts   qui se déchirent entre eux. Ceux qui veulent rejoindre la cour royale et ceux  qui préfèrent  rejoindre la résistance Mélenchonienne. Du coup ce qui reste d’Europe écologie les Verts pourra bientôt tenir congrès dans une cabine téléphonique et Duflot espérer environ 2 % en cas  de candidature en 2017. François de Tulle désespère donc de la défunte union du peuple de gauche. Pour la  ressusciter  le monarque a  promis de jeter quelques miettes de la cassette royale sous forme de réduction d’impôt des 2016 et cela  » quoi qu’il arrive ».  il faut cependant trouver des recettes nouvelles que ne procure pas la croissance. Du coup on a ressorti la fameuse taxe sur les Smartphones tablettes et autres ordinateurs, une sorte de nouvel impôt sur la fortune mais qui touche les pauvres. L’ingénierie fiscale du royaume est à nouveau en marche, l’imagination aussi. Mais le monarque l’assure, ce n’est pas parce qu’il y a des taxes qu’il y aura augmentation des impôts, une subtile et royale  distinction sémantique

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 23 août 2015)

 

 

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 23 août 2015)

 

De retour de vacances clandestines et tout bronzé, François de Tulle, normal Premier, retrouve les problèmes qu’il avait laissés en plan avant son escapade. D’abord cette crise du cochon qui n’en finit pas. La table ronde de lundi dernier a encore été un échec. Sans doute un problème de géométrie car les propositions du gouvernement ne sont pas assez carrées. Faute de propositions,  le monarque a déclaré que c’était quand même une de ses priorités avec l’économie, les migrants et le climat. Pour l’économie, c’est une sorte de vocation tardive pour le monarque. On croyait pourtant que l’affaire était dans le sac après la réforme mini Macron. Hélas les résultats ne sont pas au rendez-vous, pire les indicateurs  de conjoncture indiquent que pour le mois d’août le royaume est à la traîne de la zone euro. Pourtant  »la croissance est là » avait-il déclaré. Mais on la recherche en vain. Un avis de recherche aurait d’ailleurs été lancé par le ministre de l’intérieur soutenu par l’inénarrable Sapin de Noël, ministre de l’économie qui, comme lorsqu’il était ministre du travail, ne cesse de chanter en boucle  « tout va très bien madame la marquise ». La marquise Ségolène justement, spécialiste en ingénierie sémantique qui décrète que la France est championne du monde en matière de  « climatitude ». Un titre virtuel qui ressemble un coup de peinture verte pour empêcher qu’on jette dans les pattes de Hollande une candidature d’écolo en 2017. Comme les résultats économiques ne sont pas au rendez-vous,  Hollande décide cependant de partager les fruits d’une croissance qui n’existe pas. Du coup pour appâter le bon peuple qui ne croit plus en grand-chose, François de Tulle  promet des réductions d’impôts pour tout le monde. » Et quoi qu’il arrive » dit-il. Autant dire que les JO de la démagogie sont lancés en France pour 2017. On avait pourtant cru comprendre qu’il était nécessaire au préalable d’obtenir une croissance suffisante et un rétablissement des équilibres financiers. Bref on fera comme d’habitude avant les élections on promet, après on matraque fiscalement et juste avant les élections suivantes on allège. Un allégement toutefois relatif qui est promis puisque les impôts ont quand même augmenté de 100 milliards depuis l’arrivée de Hollande ;  mais la question n’est pas réellement celle de la politique  économique,  de sa cohérence, son efficacité voir de sa justice mais celle du redressement de la courbe hollandaise. Pas celle de la courbe  du chômage, maintenant les carottes sont cuites. À moins évidemment de recourir à un nouveau bricolage méthodologique pour éliminer des chômeurs des listes. Ce que propose justement le démissionnaire ministre du travail. Juste avant son départ ce comte de Rebsamen attribue en effet l’échec de sa gestion du ministère du travail au SMS de rappel aux chômeurs. Et il propose de supprimer ces SMS. On peut vérifier là que l’ancien trotskiste converti aux vertus du libéralisme n’a pas oublié les méthodes radicales pour régler les problèmes délicats. Si le royaume va mal, le monde ne se porte pas très bien non plus. La dépression mondiale s’approche, la panique gagne les boursicoteurs et le marché des actions plonge. Encore heureux que les banques centrales continuent à déverser des liquidités pour aider les spéculateurs en difficulté. Après la crise du cochon, celle du chômage,  à  quand un plan de soutien aux actionnaires défavorisés. Les gueux, eux,  ne se font plus d’illusions quand au redressement possible du pays. Ils ont d’ailleurs renoncé à la pseudo rémunération du livret A et préfèrent  thésauriser  sur leurs comptes courants pour faire face aux difficultés à venir. Ce peuple ingrat n’est même pas sensible aux promesses du monarque qui veut distribuer des résultats qui n’existent pas. Pour preuve d’après les sondages François de Tulle ne serait même pas qualifié pour un second mandat royal en 2017. Pour remonter la pente de l’impopularité royale, les communicants de François de Tulle envisagent désormais d’annoncer la gratuité du pain. Avec la candidature de la France aux JO on pourrait disposer ainsi des deux  leviers d’inversion de la courbe d’impopularité de notre bon roi. Panem et circenses, une bonne vieille thérapie qui a déjà soigné les pathologies électorales les plus graves. On pourrait aussi regarnir la casette royale en vendant, comme les grecs, les bijoux de famille. Des grecs qui ont vendu leurs aéroports…. aux allemands. En attendant on a vendu une partie du château de Versailles à un marchand de soupe et de sommeil. A quand des marchands de merguez,  de frites et de fripes  dans la galerie des Glaces ?  Pour se réconforter de ses déboires, le monarque observe avec gourmandise le drame familial des Le Pen. Une sorte de tragédie œdipienne qui recueille presque autant d’audience compassionnelle que l’émission culturelle  « l’amour est dans le pré »  désormais en tête du hit parade des productions culturelles de la télé du lundi. Si ce n’est pas l’économie qui sauvera la France, ce sera la culture.

God save the King

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton -16 août 2015)

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton -16 août 2015)

Cette semaine, ce n’est encore pas le pied pour François de Tulle,  normal Premier, tout va mal dans le royaume. Devant les catastrophes économiques, le monarque a même fui, pas à Varennes mais peut-être dans le Var où il coule des jours de vacances avec sa Julie. Il y a d’abord la croissance qui fout le camp. Pourtant François de Tulle l’avait affirmé « la croissance est là ». Peut-être, mais où ? En fait,  la croissance comme l’emploi sont plombés. Tellement plombés que le baron Rebsamen, pressentant les défaites de la gauche à préféré se retirer dans ses terres dijonnaises pour assurer sa retraite. Rebsamen s’est défendu en déclarant « mais je ne quitte  pas le navire ». On voit mal comment le navire pourrait naviguer jusque dans le comté  de la moutarde. Derniers chiffres de la croissance,  zéro, ce qui n’empêche pas l’inénarrable Sapin de Noël de se réjouir de ce résultat. Sapin a même déclaré hier «Une croissance nulle conforte nos objectifs en matière de croissance». Difficile de considérer qu’il s’agit d’humour ou d’incompétence. Mais Sapin avait déjà démontré toutes ses qualités lorsqu’il était ministre du travail en réaffirmant chaque mois que l’inversion de la cour du chômage été proche. Il y a aussi la crise du cochon qui persiste ;  pourtant dans le cochon tout est bon mais là,  il s’agit du prix. Du coup,  le gouvernement semble paumé vis-à-vis des mesures à prendre,  coincé qu’il est par la logique de concurrence de l’Europe. Jusqu’à maintenant les seules propositions consistaient à offrir à la profession des tables rondes. Tables rondes inefficaces et dont il faudrait peut-être changer la géométrie pour aboutir à des propositions plus carrées. En fait  les producteurs de cochons découvrent les délices de l’économie française dont la compétitivité est plombée par la fiscalité et les normes. La cochonnaille pourrait bien connaître le sort de la sidérurgie. Jusque-là, François de Tulle tentait de compenser par des mesures sociétales l’insuffisance de sa gestion en matière économique et sociale. Hélas voilà que les statistiques d’insécurité routière déraillent.  Au moment où Diane de Taubira propose de dépénaliser l’absence de permis de conduire. Une erreur d’agenda sans doute. Cependant le royal gouvernement annonce de nouvelles mesures. Ce qu’on fait en général quand on est incapable de faire appliquer les mesures existantes. Nouvelles mesures qui ne seront pas plus efficaces que les précédentes mais on aura au moins gesticulé législativement. En l’absence du roi, la cour s’agite voir complote. Pour tenter de se faire élire en région parisienne, le comte de Bartolone ressort du placard l’écotaxe. Une manière de flatter les automobilistes en tapant sur les routiers professionnels. Heureusement Valls de Vienne tient la baraque royale et réaffirme son opposition la mise en œuvre de cette cathédrale administrative à laquelle pourtant la princesse Ségolène n’était pas opposée après avoir été contre, puis pour et  inversement. Bref ça branle  sérieusement dans le manche de  la gouvernance monarchique. D’ailleurs la noblesse financière ne cesse de fuir le royaume. On apprend en effet que les exilés fiscaux n’ont jamais été aussi nombreux. De là à penser que le monarque en vacances dans le Var en profite pour planquer la cassette royale à Monaco il n’y a qu’un pas qu’on hésite encore à franchir. Bref l’avenir c’est peut-être l’immigration. Pas l’immigration venue d’Afrique ou des Balkans qui empoisonne la vie politique de tous les Etats d’Europe. Pour l’instant, la seule solution, c’est de repousser ces migrants dans le pays voisin. Mieux les laisser se noyer en Méditerranée ou même faciliter leur tâche en tirant sur les embarcations comme l’a fait récemment la marine grecque. Noyer les migrants peut-être une solution à laquelle n’avait pas pensé l’union européenne. Mais c’est l’été, les principaux responsables politiques, les leaders d’opinion sont en vacance,  on attendra donc  septembre pour essayer de régler ces problèmes. On profite quand même de la période estivale pour augmenter en douce  le prix  de nombre de services publics, une sorte de tradition de la monarchie républicaine. Ce qui n’empêche nullement d’affirmer qu’il n’y a pas d’inflation en France (0.2% seulement sur un an) grâce à l’indice truqué de l’INSEE. Une invention méthodologique qui permet ainsi d’éviter d’augmenter salaires et pensions. Le monarque tente cependant toujours de trouver du réconfort dans les déboires de la fronde de l’opposition. Cette fois,  c’est l’un des plus fidèles du prince noir, Sarkozy,  qui est pris les mains dans le pot de confiture. La justice a en effet confisqué et vendu des biens des Balkany,  ces élus exemplaire dont l’honnêteté ne saurait être contestée mise à part le financement du luxueux patrimoine grâce à la corruption et à l’exil fiscal. Avec de  petits montages juridiques  dont certains ont été facilités par l’avocat associé de Sarkozy. Voilà le Prince noir encore impliqué dans une autre affaire et victime d’une justice inique  et vindicative qui le traite comme un voleur de poules. Décidément tout fout le camp dans ce pays quand la justice traite ainsi  la noblesse de la cuisse droite. Le monarque François de Tulle, lui,  ce repaît de ces dysfonctionnements. Reste qu’à la rentrée il faudra autre chose pour remonter la pente de l’impopularité royale. On parle notamment de la relance du bâtiment. Il pourrait être envisagé de construire une énorme pyramide pour organiser les funérailles électorales de François de Tulle. Sûrement une idée de l’ambitieux Valls de Vienne. !

Plus que jamais, God save the King 

Hollande: une semaine catastrophique (09-8- 2015)

  •  

    Comme pour les Français, le Roy François de Tulle, normal Premier, a imposé à la cour de se serrer la ceinture en matière de vacances. Pour le gouvernement aussi ce sera : moins loin, plus court et (peut-être) moins cher. Pour le monarque cependant,  le lieu comme la durée relèvent  top secret royal. Le roi a fait cependant une entorse à la trêve gouvernementale  en se précipitant devant les caméras pour accueillir le dernier otage français qui vient d’être libéré. D’une certaine manière,  François de Tulle se spécialise désormais dans les apparitions médiatiques à caractère international. C’est ainsi qu’il a aussi annoncé l’accord avec la Russie concernant l’annulation de la vente des Mistral.  Du coup les Mistral avec ont été mis en vente sur le bon coin. Une dizaine de pays ce serait manifestés comme candidast à l’acquisition de ces Mistrals qui seront soldés. Jusqu’à maintenant, l’État islamique ne figure pas parmi les candidats acquéreurs. Dommage car François de Tulle s’y serait certainement opposé avec la plus grande fermet,é ce qui auraitconféré  une légitimité à un nouvel épisode médiatique international, sans doute encore  profitable. Profitable comme la négociation d’un nouveau plan avec la Grèce puisque  apparemment cela  lui a fait regagner3 points  dans les sondages. Si le monarque recueille peu d’adhésion sur sa politique intérieure, par contre l’international semble lui réussir. Pourquoi dès lors  ne pas en profiter pour déclarer la guerre à Monaco. En effet les grandes fortunes françaises ne cessent de déserter le territoire et notamment de se réfugier dans la principauté. Un motif suffisant pour déclencher une guerre picrocholine. Avec des chances plus raisonnables d’être gagnée que celle avec l’Allemagne qui continue de pilonner   le laxisme de la gouvernance française. Mais c’est précisément pour éviter les attaques allemandes que Hollande s’est rangée derrière Merkel pour imposer un nouveau plan d’austérité à la Grèce. La Grèce devenant une sorte de parapluie protégeant des missiles allemands contre la politique budgétaire de la France. Malgré tout l’intérêt que manifeste François de Tulle pour les questions internationales, il faut toutefois observer qu’on la moins entendu sur la question des migrants notamment ceux de Calais. Mais il s’agit d’une question à la fois épineuse et dangereuse pour  le monarque. Bref casse-gueule. En clair le risque est de finir en caleçon et sans chemise comme les anciens bourgeois de la ville de Calais. Pour résumer la Grande-Bretagne ne veut pas de ces migrants, la France non plus et l’Europe s’en désintéresse. La seule solution qui a été trouvée jusque-là et de renforcer la police. On a aussi posé la question de la localisation de la frontière. Pour satisfaire la Grande-Bretagne comme la France pourquoi ne pas placer cette frontière en plein milieu de la Manche. Du coup les migrants seraient contraints de la franchir à la nage et la régulation de ces populations maudites serait assurée par la noyade. Malheureusement il semble bien que l’ONU ne soit pas très satisfaite de cette solution. L’ONU qui a donc dénoncé l’immobilisme vis-à-vis de ce véritable scandale humanitaire. Scandale humanitaire dont beaucoup se moquent ou même  exploitent  les déviances populistes. Pour preuve,  le naufrage d’un bateau ayant entraîné la mort de 200 migrants près des côtes libyennes traité avec indifférence cette semaine dans les grands médias. Il faut dire que les grands médias ont actuellement d’autres chats à fouetter. La plupart des journalistes sont en vacances et les principaux thèmes de la Une concernent la météo, les bouchons sur les routes, la température des plages et les innovations technologiques en matière de barbecue. Lors  des incontournables vacances françaises,  les grandes questions économiques sociales ou sociétales sont enfouies dans le trou de l’indifférence estivale. Même les déchets nucléaires devaient rejoindre ce grand trou grâce un petit amendement discret de la loi Macro ;  mais le  conseil constitutionnel est sorti de son sommeil de vieux sages pour rappeler à la constitution. Hormis ce petit incident, c’est plutôt le calme sur le plan politique. Pour tout dire en politique ça roupille aussi sérieusement. Si,  il faut signaler un événement culturel assez fondamental. Sur son site Sarkozy, le prince noir,  signale qu’il a lu un livre et le conseille  à ses supporters. Un événement relativement exceptionnel car le Prince noir comme Hollande,  Le Pen, bien d’autres n’ont pas lu  un livre depuis des dizaines d’années. A  Signaler aussi la suite du feuilleton de la saga des Le Pen. Le père étant  désormais menacé par sa fille de passer devant une formation disciplinaire aux fins d’exclusion Notons que comme dans toute organisation démocratique relative,  tous les membres du bureau exécutif ont été désignés par Marine Le Pen. Héritage démocratique  laissé par ailleurs par le père ! Pour sortir de l’ennui estival général on attend avec impatience le retour du monarque. Problème toutefois on ne sait s’il est vraiment parti…. Ni avec qui. Il se pourrait toutefois que François de Tulle fasse une nouvelle entorse à l’immobilisme estival si par hasard un voleur de poules lui donnait l’occasion de faire une intervention à la télévision afin de dénoncer le crime.

     

    God save the King

Hollande: une semaine catastrophique (2-8- 2015)

lande :  une semaine catastrophique (2-8 2015)

 

Le Roy François, normal Premier, duc de Corrèze a beau se démener, rien n’y fait. Pourtant il est au four et au moulin, à Paris comme en province. Au moindre événement il est sur place et fait une déclaration à propos de tout et surtout de rien. À l’international, il se démène tout autant. Malheureusement il s’est fait renvoyer dans ses baskets en proposant une gouvernance européenne et en particulier en ce qui concerne la création d’un  ministère des finances de la zone euro. Merkel pourtant partisane d’une forte intégration a dit : Nein ! De quoi décourager le volontarisme européen d’un gouvernement français  qui a pourtant du mal à respecter les règles déjà édictées en matière de gestion économique et financière. Il faut dire que rien n’est facile en Europe. Le Royaume Uni par exemple exige  une curieuse innovation du fonctionnement européen. Le Premier ministre britannique propose de moderniser les règles de l’union européenne mais parallèlement demande  à en être exempté. Finalement une proposition qui est assez proche de celle du monarque français. La France en effet prend les plus grandes libertés avec les règles de convergence budgétaire ce qui ne l’empêche pas de vouloir aller plus loin, plus fort dans l’intégration. Sans doute s’agit-il de l’intégration des déficits. Déficits évidemment du budget de l’État, de celui de la sécurité sociale, des retraites ou encore de l’ASSEDIC. Mais aussi déficits des collectivités locales puisque 40 départements devraient être en faillite d’ici 2017. Pour autant le monarque normal Premier réaffirme qu’ il n’y aura pas d’augmentation de la fiscalité. Il oublie de préciser que la fiscalité locale n’est pas concernée par cette stabilisation. Ni dailleurs les différentes redevances et augmentations concernant les services publics, par exemple l’augmentation de l’électricité, des services postaux, des services aéroportuaires ou encore de la redevance audiovisuelle. Il y a la une nuance sémantique ne pas confondre pour François de Tulle à savoir :  impôt,  redevances et tarifs des services publics. Pour boucher les trous, le Roy François n’a d’autres solutions que de brader les bijoux de famille. Ainsi s’est –t-on résolu à mettre sur le bon coin les ventes des aéroports de Lyon et Nice. Des acquéreurs  chinois se sont manifestés ils voudraient  même acheter en même temps la Seine  et la tour Eiffel. Mais le Qatar s’est aussi déclaré acheteur comme l’État islamique qui, lui,  souhaiterait en outre qu’on lui brade une quarantaine de rafales et les deux Mistral refusés à la Russie. La preuve s’il en était que la France est vraiment attractive. Et François  de Tulle est optimiste quant à l’évolution sociale et économique du pays. Témoin, la stabilisation du chômage constatée par pôle emploi et le ministère du travail. Certes on a dû procéder à quelques bricolages méthodologiques pour éliminer 10 000 chômeurs. Il est vraisemblable que cette petite manipulation des chiffres pourra à nouveau être sollicitée  lorsque sera proclamée la fameuse inversion de la courbe du chômage qui donnera une légitimité à une nouvelle candidature du Roy François. Il sera sans doute nécessaire de bricoler les statistiques car malheureusement le roi François demeure toujours au fond du puits dans les sondages de popularité. Un réconfort toutefois, le Prince noir Sarkozy ne parvient pas lui non plus à imposer une candidature crédible. Pire désormais Juppé le précède aussi bien auprès de l’ensemble des sujets français que des sujets dits républicains. Autre motif de satisfaction la lutte à mort dans la famille Le Pen. L’ancêtre, Jean-Marie Le Pen, envisage en effet de plus en plus sérieusement une candidature, la sienne ou  une autre, en 2017 afin d’empêcher la qualification de Marine Le Pen au second tour des présidentielles. Surtout depuis que la justice lui a donné raison pour condamner le congrès postal qui devait éliminer le président d’honneur. Bref tout va mal pour le Roy François, mais c’est tout autant catastrophique pour la concurrence. La preuve en tout cas des limites de la démocratie, même quand elle est monarchique. Même la monarchie constitutionnelle est obsolète. Alors pourquoi pas la monarchie absolue,  ce qui éviterait la formalité d’élections par avance ennuyeuses.

God Save the King

Hollande: une semaine catastrophique (12 juillet 2015)

    • Hollande: une semaine catastrophique (12 juillet 2015)
    • La semaine avait pourtant bien débuté avec le vote des Grecs qui confortait finalement le Roy François dans son laisser aller budgétaire. D’ailleurs aussi sec François avait convoqué Merkel à Paris d’abord pour montrer que le monarque était bien là et que le couple franco allemand parlait d’une même voix. Une belle unanimité qui n’aura duré que l’espace de la conférence de presse commune. Le lendemain  l’impératrice prussienne déclarait qu’il n’y avait aucune perspective crédible d’accord avec le manant  Tsipras. C’est quelle a du tempérament l’impératrice  Angela Sissi. De la rigueur, encore de la rigueur, pour la Grèce bien sûr mais aussi pour la France qui ne respecte rien,  même pas  le pacte de stabilité européen. Un vrai modèle de cohérence et de  gestion la Prusse. La preuve, après avoir critiqué la présence de la Grèce dans l’union européenne, Angela se prononçait le surlendemain pour l’entrée de la Serbie et de l’Albanie dans la même union. Deux pays pourris par la corruption, surtout l’Albanie. Pourquoi dès lors ne pas accepter l’Etat islamique dans l’Europe ? Parce que c’est loin ?  Non, pas plus loin que Chypre. En plus,  l’Etat Islamique est riche, les touristes sont plus rares qu’en Grèce mais il y a davantage de pétrole. Ah la logique européenne,  c’est compliqué. De toute manière c’est tellement complexe que c’est une  affaire d’experts. Lesquels ont offert un joli spectacle de contradictions et de propos de bistrot  concernant un éventuel Grexit. Comme les politiques d’ailleurs. Et Giscard qui ressort sans permission de sa maison de retraite pour demander l’expulsion de grecs alors qu’il est grandement responsable de leur entrée par effraction dans l’union.  « Mais on ne peut rien refuser à Platon » avait déclaré alors  l’homme de lettres et académicien. Il n’est pas le seul à délirer. Tous les vieux du bébête show sont de retour pour donner un avis. Même dans le  show-biz, on se prononce sur l’affaire. Sarko par exemple qui réussit mieux dans le Stand up que dans la politique. Djamel veut même l’embaucher dans le « comedy club ». Problème :  c’est 100 000 euros les 5 minutes !  Le Grexit c’est très tendance. Du coup TFI envisage un débat entre Mireille Mathieu et Régine tous les jours juste avant les infos de 20heures, un duel animé par Arlette Laguiller. Même Trichet, ancien patron de la BCE et de la Banque de France, complètement gâteux, bredouille «  il faut les virer ». C’est qu’ils s’y connaissent  les patrons de la Banque de France en économie. L’actuel, qui sucre les fraises avant l’âge, vient de déclarer que la rémunération à 1% pour le livret A «  c’était catastrophique pour l’économie » ! Il a raison, d’ailleurs on devrait même faire payer les épargnants. Un truc auquel Hollande n’a pas encore pensé. Pas étonnant il est nul ce Hollande, c’est Macron qui le dit. «  Le roi n’assume pas son rôle, la France n’a jamais renoncé à la monarchie ». Gonflé le gamin qui va encore permettre au PS de faire un saut théorique qualitatif en matière de concept démocratique. La voie est libre vers le libéralisme monarchique. Surtout depuis que l’extrême droite et les Lepen passent  leur  temps à se regarder le nombril. Lepen contre Lepen, un feuilleton qui va durer des années ; C’est Dallas :   fric,  pouvoir, héritage, sexualité contestée (classique,  posture  missionnaire et mixité chez le vieux, plus « helléniste » dans l’entourage de Marine).  C’est tellement le vide au FN que c’est la droite classique et Valeurs actuelles qui reprennent le flambeau de la ringardise. Une pétition pour ne pas transformer les églises en mosquée. C’est vrai c’est mieux quand on les transforme en boite de nuit  ou en lupanar. Sarko a signé lui aussi, non il a fait une croix ! Normal,  et faut dire aussi qu’il est pas des masses cultivé ! Comme Hollande ou Marine. Mais quelles bêtes politiques (l’expression qui convient), ils  vendraient des sabots  à des culs de jatte.
    • God save the king !

Hollande: une semaine catastrophique (5 juillet 2015)

 

Comme d’hab. Une  semaine catastrophique pour François de Tulle Normal 1er, Roy de France ;  ça commence avec un sondage pour 2017, le monarque n’obtient que 7%  pour 36% Pour Valls de Vienne. Pourtant, Le Roy François se démène ; il parcoure le royaume dans tous les sens. Chaque semaine, nous avons droit à un conseil des ministres extraordinaire avec cameras, micros, et mise en scène royale. Un conseil pour le terrorisme, un sur la crise financière, un sur l’immigration. Lundi prochain peut-être sur la canicule. Pour prendre quelle décision ? Aucune mais c’est existentiel pour le souverain qui peine à prouver qu’il sert à quelque chose. Sur la crise grecque, François est catégorique, il a pris les mesures nécessaires  «  la France n’a rien à craindre ». Les sujets n’y croient pas et ils ont raison. La situation de la France est pire que celle de la Grèce (nos experts patentés évitent le sujet pour ne pas désespérer Billancourt et les marchés). Par habitant la dette est de l’ordre de 31 000 euros pour la France, 28 000 pour la Grèce. Dans les deux cas, impossible de rembourser. Tout cela finira mal ou comme d’habitude par une inflation et une  dévaluation de fait (on remboursera mais avec de la monnaie de singe).C’est déjà en cours avec la baisse de l’euro.  Mais la plupart de nos experts sont très condescendants vis-à-vis de la Grèce, ce peuple endetté de paresseux, de corrompus et de fonctionnaires inutiles. Ce qui n’est pas le cas de la France contrainte pourtant d’emprunter pour payer les retraites, le chômage, la sécu, les trous budgétaires et les salaires de l’armée de fonctionnaires.  « En France, nous, on travaille monsieur »   enfin ceux qui ont du boulot ! Et seulement 35 heures. Et ça marche. Tellement que les étrangers nous achètent tout, les usines, comme les bijoux de famille. L’aéroport de Toulouse par exemple vendu à un chinois. Demain peut-être la Tour Eiffel, la Seine, la Banque de France ou le sénat. (Deux monuments historiques qui, c’est vrai,  ne servent plus à grand-chose).  Mais plus grave encore, les ventes de pastis français  qui diminuent, un indicateur avancé de la conjoncture mondiale. La preuve : l’industrie chinoise est en panne. Il faudrait pourtant que les Franaçis (et les autres), picolent davantage pour retrouver le moral, relancer l’investissement, la croissance et l’emploi. Pourquoi pas un nouveau conseil des ministres extraordinaire dés lundi pour rendre obligatoire la consommation de pastis, même à l’école (dans le cadre des travaux interdisciplinaires de Belkacem où il est possible de traiter trois matières en même temps, les maths, la pâte à modeler et l’œnologie). Une sorte de pacte d’ébriété  qui serait évidemment soumis à l’avis des partenaires sociaux, ferait t l’objet d’un vote au parlement avec usage du 49-3 ou du 51 pour accélérer la procédure. De quoi vraiment inverser la courbe du chômage.  Comme le nouveau gadget  »emploi store» porté sur les fonds baptismaux par Pôle emploi, l’inutile administration et le ministre du travail Rebsamen, élevé à la piquette frelatée du trotskisme mais maintenant social libéral. Une idée géniale cet  »emploi  store », pas pour trouver du boulot bien sût mais pour savoir rédiger un CV et autres amuse gueules du même genre. François de Tulle peut quand même se réjouir des malheurs des comploteurs de sa cour : Le Pen Contre Le Pen, un duel d’héritage spirituel…..et financier,  Sarko contre Juppé, le juvénile de 60 ans contre l’ancêtre de 70 ans. Et pour terminer la scène en beauté la menace de la suppression des « Guignols », Bolloré le copain de Sarko (et de quelques oligarques de gauche) trouve à juste titre que la dérision est excessive. Réplique immédiate de Hollannde «  un conseil  des ministres extraordinaire  pour sauver   les guignols ». Mais c’est Bolloré qui a raison, l’  humour c’est dangereux pour la finance, surtout quand on fait fortune en Afrique en payant ses ouvriers 50 euros par mois et en pillant les ressources (le cacao par exemple). Les  affaires, c’est du sérieux, ce n’est pas un terrain de jeu  pour les humoristes. Canal,  c’est subversif, mieux vaut D8 (autre propriété de Bolloré), ça c’est de la télé bien vulgaire pour les beaufs et qui évite de parler de trop de politique,  d’économie et de culture. Mais  qu’est ce qu’on rigole…… grâce aux chauffeurs de salles !

 

God save the King

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton)

Hollande :  une  semaine catastrophique

 

La semaine n’avait pas très bien débuté pour  François de Tulle, monarque un  peu républicain mais surtout monarque. D’abord les sifflets au Mans ; une sorte d’inversion de la courbe de l’hostilité populaire. Depuis le 11 janvier, Hollande pensait avoir retrouvé une  légitimité auprès de ses  sujets. D’où ses déplacements permanents pour tout et surtout pour rien. Mais là, la claque !  Le retour au peuple est douloureux. Il va falloir recommencer les voyages confinés dans les préfectures de nos comtés pour éviter de nouvelles mésaventures. La faute en la circonstance aux pastilles de la folle Ségolène, aussi aux 30 kms heures imposés aux automobilistes  parisiens. En fait n’utiliser que la première vitesse.  Certains  extrémistes écolos pensent même imposer l’usage de   la seule marche arrière ! Une satisfaction quand même, le fougueux, téméraire et même colérique Valls a été contraint de faire une  confession publique en place de Grèves. «  J’ai fait une connerie, pardon, amen ! ».. «  je ne le referai plus, je serai irréprochable ». Ok, punition 10 Ave et  5 pater et une  réduction sur le prix du voyage à rembourser, 2500 euros au lieu de 20 000. Faux-cul mais un vrai radin en plus . En tout cas un pan sur le bec du Clemenceau d’opérette qui n’a pas déplu à Normal Premier agacé de l’arrogance de son Premier Chambellan. Mais la contrition aura été de courte durée. A peine absous, Valls  de Vienne ressort le marteau-pilon, le 49-3 pour écraser une  mouche, la mini reforme du petit marquis Macron ; La reforme micron-Macron. Oui la grande réforme royale qui augmente  le nombre de notaires en France ( alors que le marché de l’immobilier s’écroule !)  et qui prévoit que la SNCF pourra utiliser des cars sur autoroutes via sa filiale Keolis ( des cars écolos évidemment qui fonctionnent à la voile)). «  Un déni de démocratie » déclaration  de  Hollande… mais c’était en 2006. Et de  quoi relancer l’activité. D’ailleurs c’est pratiquement fait puisque le servile institut de statistiques ( INSEE) prévoit 0.1% en plus en 2015 ( 1.2 au lieu de 1.1%). On est sauvé, pas l’emploi , non , ça c’est pour plus tard,  en 2016 ou à la St Glin-Glin ; Et comme le dit l’Insee même plus tôt si les chômeurs désabusés  perdaient l’habitude de s’inscrire à Pôle emploi. Authentique ! Faute de croissance, il va falloir encore augmenter l’impôt. La solution miracle,  le prélèvement à la source ( directement dans la poche des sujets). » On commence dès 2016 «(Sapin ). En fait il y a longtemps que c’est déjà commencé ! Du coup en fusionnant CSG et IR tous les français seront imposables. Le rêve de Bercy enfin réalisé ! En plus masos,  les français sont pour, enfin un peu moins car ils se rendent compte de la manip ! L’impôt sera plus important mais plus indolore, une sorte d’imposition sous péridurale. Heureusement la royale princesse Ségolène a la bonne idée de faire diversion, on change de sujet. Plus de Roundup pour les particuliers ( pas pour l’agriculture industrielle évidemment), le français s’en gavent trop, comme du Nutella. « les  sujets véritablement shootés au désherbant à l’huile chocolatée » déclare sans rire la princesse Royal qui s’excuse le lendemain pour cette nouvelle dialectitude ségolénesque.  Encore un dérapage de plus. Heureusement il y encore pire que la situation du royaume, celle de la Grèce. Et là Sapin tape dur sur Tsipras pour faire plaisir à Merkel tandis que le PS, lui, dénonce intransigeance du FMI. Le monarque lui fera la synthèse, molle évidemment, en s’alignant sur Merkel tout en apportant son soutien aux grecs .

 

God  save the King

Valls : semaine catastrophique

Valls :  semaine catastrophique

 

La semaine avait bien débuté pour le Roy François qui était parvenu à museler la fronde lors de la bataille du congrès PS de   Poitiers . Grâce aussi à l’habileté de l’ancien trotskiste Cambadélis , anobli pour sa soumission aux thèse libérales. En fait surtout grâce à une  synthèse molle comme seul le PS sait en produire. De toute façon un texte d’orientation jetable à usage complètement interne puisqu’ensuite il  est jeté  au panier sitôt le congrès terminé. Même l’ambigüe duchesse D’Aubry s’est laissée prendre au piège de la pseudo unité . En réalité, elle s’est assagi uniquement  pour se placer comme remplaçante de  Valls après la super calotte qui attend le PS lors des  régionales.  D’Aubry une spécialiste du slalom politique, un coup à droite, un coup à gauche ! Et qui a été aussitôt sanctionnée dans son fief du nord une semaine après en perdant la direction du parti. Pourtant ce congrès de Poitiers  était un vrai succès, l’hymne au rassemblement, les frondeurs muselés, Hollande ovationné  grâce à l’hommage faux cul  de Valls qui du coup à réussi à se faire applaudir en même temps. Une belle opération de com.  pour Valls de vienne. Malheureusement presque en même temps Valls de Vienne grisé par le succès s’est cru autorisé marcher sur l’eau. En fait une  grosse bêtise type DSK qui vous bousille uen carrière pour quelques minutes d’égarement. Ce fameux voyage à Berlin qui va couler son image dans les prochains sondages et peut-être même porter un coup fatal à ses royales ambitions. Un voyage aux frais de la princesse  pour rencontrer un homme,  Platini, qui deux jours après était en France justement pour une rencontre avec les responsables Français. Valls,  en plus avec ses enfants ! 5 jours,  il aura fallu 5 jours à  l’entêté , à l’ orgueilleux, au colérique Valls de Vienne pour comprendre. Enfin à moitié puisqu’il persiste en affirmant que c’était bien officiel cette balade à Berlin ; Il s’enfonce évidemment. Hélas la gauche RSCG, bote de com. à  l’américaine, « plus c’est gros,  plus ça passe », spécialiste en vente  de savonnettes et de politiques gonflables n’a pas vu le coup venir non plus. 77% des Français qui condamnent ce voyage, l’utilisation des fonds royaux. Encore 70% qui condamnent après les demi excuses et Valls qui risque de perdre 10 points d’un seul coup. Un Valls heureusement supporté par les bobos qui minimisent l’affaire pour qu’on ne s’attaque pas à leur propres privilèges. 20 000 euros, c’est rien, » il n’y a pas de quoi  en faire une affaire d’Etat» ben voyons ; une belle solidarité de nantis ! qui ignorent sans doute que 20 000 euros c’est pour beaucoup la pension ou le salaire annuel   ( parfois encore en dessous). La baudruche Valls de Bienne s’est dégonflée d’un coup dans l’opinion . Valls de Vienne qui n’existe que grâce à ses coups médiatique de la  « gauche RSCG » ( la boite de com. qui le briffe) ou le slogan et la posture  font  office de contenu politique. On pourraiat remplacer  ces politiques par des comédiens professionnels puisque tout est dans l’apparence, le bon coup, le buzz, le bling-bling politicien . «  L’ennemi , c’est la Finance ; » « La république exemplaire » (Hollande) ,  «  J’aime les entreprisse »,  « j’aime les socialistes ».( Valls.) . Les mêmes slogans que pour vendre des savonnettes ou du dentifrice, avec la même sincérité, la même profondeur, la même consistance intellectuelle. Mais la « gauche RSCG » a trop gonflé la baudruche elle a éclaté en plein vol. D’autres encore éclateront, celle de Hollande évidement, déjà crevée ( qui s’est servi de Charlie pour relancer sa marque) mais aussi la plupart des autres qui partagent la même nullité et les mêmes contradictions. Heureusement la monarchie républicaine survit encore. Les sujets français pour l’instant sont résignés, ils ont rangé les fourches. Et même les bulletins de vote !

Hollande : une semaine catastrophique ( feuilleton- 7 juin 2015)

Hollande : une semaine catastrophique ( feuilleton- 7 juin 2015)

 

  • Pas de changement dans la tonalité de la semaine, toujours aussi catastrophique. D’abord ce sondage qui montre que 77% des Français ne veulent pas du Roy François en 2017. Un vrai crime de lèse majesté. Même Valls de Vienne est largement préféré au monarque actuel, autre crime de lèse majesté. Une seule consolation, mais bien maigre quand même, le prince noir  Sarkozy est rejeté par 72% des Français. Le changement de nom de son fond de commerce n’a pas apporté la moindre popularité supplémentaire. Pire il a mis en exergue les détestations  internes réciproques. Même Bayrou est largement préféré aussi au prince noir. Décidemment ce n’est pas gagné pour Sarkozy, non seulement les Français à près de 70% ne veulent pas d’un duel Hollande-Sarkozy, non seulement Juppé devance Sarkozy mais même Bayrou est préféré à l’ancien président de la république et de très loin.  Pas étonnant que Sarkozy ait déclaré en privé «  je vais le crever le bègue » !. Les Français sont en effet  56% à préférer François Bayrou à Nicolas Sarkozy, contre 38% qui expriment un sentiment contraire, selon un sondage Odoxa pour iTELE et Le Parisien ; mais le malheur des uns ne fait pas forcément le bonheur des autres. La preuve , le chômage continue d’augmenter. Au point que le Roy évite désormais d’évoquer le sujet en public. Et Le baron Rebsamen de reprendre les arguments et la langue de bois  de Sapin de noël »  ça ira mieux demain ! ça augmente, oui, mais moins que si c’était pire ! » Conscient de la situation François de Tulle a quand même déclaré »il faut faire quelque chose » !  Ben oui mais quoi ? Comme dirait l’autre ( énarque ): il faut prendre des mesures ! . Ce que fait, elle, la princesse Ségolène qui se rapproche de plus en plus de la couche royale. Faute de mesure économique et sociale, la princesse Ségolène vient d’inventer la vignette qui cache la nudité de la politique royale. Comme la nudité est de taille importante, il n’y aura pas une  mais six  vignettes et de toutes les couleurs, facultatives et gratuites… au début. Ségolène qui ne manque pas d’idées saugrenues pense même à la possibilité de faire repeindre le voitures aux couleurs des vignettes pour relancer l’industrie de la peinture  actuellement en difficulté avec  la crise de l’immobilier. Du coup le prince noir Sarko en panne d’idée politique a suggéré de peindre toutes les voitures en bleu, blanc, rouge mais avec une  seule vignette avec le sigle «  les républicains ». Comme pour l’économie, c’est cuit, reste l’écologie ou encore le sociétal, les valeurs sûres de la république. Comme le pinard. La preuve, la France vient de reconquérir  son titre de premier consommateur de  vin en général. La France  vient aussi en tête de la consommation de rosé premier producteur, premier consommateur aussi comme pour les antidépresseurs. Peut-être là la vraie reforme pour enfin sortir le pays de la crise ;  comme disait Coluche » rendre la consommation de pinard obligatoire ». Même dans les écoles. Mendès France faisait boire du lait aux gamins pourquoi pas du  pinard compte tenu de ses vertus républicaines, ce serait aussi efficace que le breuvage trouble de la réforme de la belle Kacem. Un sujet qui n’a pas été abordé par la grande réunion de la cour socialiste en formation de congrès à Poitiers. En fait on n’y a pas parlé de grand chose, si de rassemblement et Valls de Vienne a fait un numéro pour se faire applaudir. En reprochant à  Sarko de crier encore plus fort que lui. Les jeux olympiques des grandes gueules pour 2017 sont lancés. Malheureusement ce matin dans le JDD, l’exilé politique, le comte de Montebourg ( avec le banquier Pigasse) déclare que cette unanimité du congrès du PS c’est du pipeau et que la pays va vers un désastre économique et politique. Une sorte de brutal constat  politique pour des congressistes certes rassemblés mais complètement endormis. Heureusement il reste encore de fidèles serviteurs pour le Roy, la servile Banque de France par exemple qui prévoit 0.1% en plus pour 2015. On est sauvé !
  • God sauve the king
12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol